François Durovray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François Durovray
Illustration.
François Durovray en 2015.
Fonctions
Président de la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 25 jours)
Prédécesseur Nicolas Dupont-Aignan (DLF)
Président du Conseil départemental de l'Essonne
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 17 jours)
Prédécesseur Jérôme Guedj (PS)
Conseiller départemental de l'Essonne
élu dans le canton de Vigneux-sur-Seine
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 21 jours)
Prédécesseur Didier Hoeltgen (Les Verts puis PS)
Président de la communauté d'agglomération Sénart Val de Seine

(1 an, 8 mois et 17 jours)
Prédécesseur Georges Tron (UMP)
Successeur Intercommunalité supprimée
Maire de Montgeron

(1 an et 17 jours)
Prédécesseur Gérald Hérault (PS puis DVG)
Successeur Sylvie Carillon (UMP)
Conseiller régional d'Île-de-France

(5 ans, 8 mois et 21 jours)
Conseiller général de l'Essonne
élu dans le canton d'Yerres

(6 ans, 11 mois et 27 jours)
Prédécesseur Michel Berson (PS)
Successeur Nicole Lamothe (DVD puis (DLR)
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Cadre territorial

François Durovray, né le à Paris en France, est un homme politique français.

Cadre territorial[1], ancien maire UMP de Montgeron dans le département de l'Essonne et ancien conseiller régional, il est président du conseil départemental de l'Essonne depuis le . Il est également administrateur d’Île-de-France Mobilités.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le 12e arrondissement[2] de Paris le 4 mars 1971[1], François Durovray passe son enfance à Bures-sur-Yvette, dans l’Essonne, avec ses trois frères et sœur[3].

François Durovray est marié et père de trois enfants.

En juin 1995, François Durovray obtient un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de droit public, gestion des collectivités locales à l'Université Panthéon-Sorbonne[3].

Engagé très tôt dans la vie politique, il commence à militer à 15 ans et devient responsable des jeunes RPR de l’Essonne à 19 ans[3].

En 1994, il dirige la campagne électorale de Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la mairie d’Yerres. L'année suivante, il devient à 24 ans directeur de cabinet de Nicolas Dupont-Aignan, le nouveau maire de la ville d’Yerres.

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Mandats municipaux[modifier | modifier le code]

En 2001, il devient premier maire-adjoint d'Yerres et conseiller général d'Yerres, fonction qu'il occupe jusqu’en 2008. Il est élu durant cette période président de l’opposition départementale par ses collègues.

En 2008, il est candidat aux élections municipales à Montgeron[4], et perd l'élection au second tour de 138 voix[5].

En janvier 2014, il est de nouveau candidat aux élections municipales à Montgeron[4] et remporte l'élection en mars[6] en obtenant 58,26 % au 1er tour face à Aude Bristot (Union de la gauche) 30,69 % et Patrice Cros (Divers droite) 11,04 %[5]

En avril 2014, il est élu président de la communauté d'agglomération Sénart Val de Seine[7], qu'il préside jusqu'à sa fusion avec la communauté d'agglomération du Val d'Yerres pour former la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine le , dont il devient le 1er vice-président[8].

À la suite de la démission de Nicolas Dupont-Aignan, réélu député et frappé à ce titre par la réglementation limitant le cumul de mandats[9], François Durovray lui succède le comme président de la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine[10].

Mandats départementaux[modifier | modifier le code]

En mars 2015, il se présente avec Nicole Poinsot aux élections départementales dans le canton de Vigneux-sur-Seine. À l'issue du premier tour, le binôme est en ballotage favorable après avoir recueilli 40,96 % des voix. Il est élu au second tour avec 58,87 % des voix. François Durovray est alors en lice pour le « troisième tour » (chargé d'élire le président du conseil départemental de l'Essonne), comme candidat de l'UMP face à Georges Tron alors pressenti pour prendre la tête du conseil départemental. Ce dernier décide finalement de retirer sa candidature à ce poste[11],[12]. Il est élu président du conseil départemental de l'Essonne le 2 avril 2015[13] et démissionne alors de son mandat de maire mais demeure cependant premier adjoint au maire de la commune de Montgeron[14].

En , il est nommé président de la commission Mobilité de l’Assemblée des départements de France[15].

Mandats régionaux[modifier | modifier le code]

En mars 2010, il est élu au conseil régional d'Île-de-France jusqu'en 2015 et devient administrateur du Syndicat des transports d'Île-de-France[16].

En tant que président du conseil départemental de l'Essonne il est membre du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris depuis [17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « M. François DUROVRAY », sur le site internet du Conseil régional d'Île-de-France (consulté le 29 septembre 2014).
  2. Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 48e édition pour 2017 éditée en 2016, 2367 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-058-9), notice « Durovray, François, Bernard » .
  3. a b et c « Biographie de François Durovray », sur le site internet J'aime Montgeron (consulté le 18 mai 2015)
  4. a et b « A Montgeron, François Durovray (UMP) officialise sa candidature », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  5. a et b « Montgeron 91230 - Résultats du Premier tour », sur le site internet du journal Le Monde (consulté le 29 septembre 2014).
  6. Laurent Degradi, « Municipales à Montgeron : Durovray fait basculer la ville à droite », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  7. « Agglo : François Durovray (UMP) fait durer le suspense », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  8. Jérôme Lemonnier, « NDA rafle la nouvelle agglo sans surprise : Ce mercredi 9 mars, le conseil communautaire de la nouvelle communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine se réunissait pour la première fois, afin d’élire son exécutif. Sans surprise, c’est le député-maire de Yerres, Nicolas Dupont-Aignan qui s’empare de cet ensemble de 177 000 habitants. », Essonne info,‎ (lire en ligne).
  9. E.J., « Le Val d’Yerres - Val de Seine choisit son nouveau président mercredi soir », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2017) « Après la démission de Nicolas Dupont-Aignan de la présidence de la collectivité, en raison de la loi sur le non-cumul des mandats, les 70 élus de la VYVS sont appelés à élire un nouveau président, ce mercredi soir, à Draveil ».
  10. Elie Julien, « François Durovray (LR) élu à la tête de Val d’Yerres Val de Seine : Au terme d’une séance animée, le président du conseil départemental a été désigné comme nouveau président de la communauté d’agglomération de 180 000 habitants. Il succède à Nicolas Dupont-Aignan (DLF). », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2017).
  11. Julien Monier, « François Durovray va prendre la tête de l’Essonne », sur essonneinfo.fr, (consulté le 18 mai 2015).
  12. Daïc Audouit et William Van Qui, « Georges Tron ne sera pas président du conseil départemental de l'Essonne », sur le site internet de la chaine de télévision France 3 Paris Île-de-France, (consulté le 18 mai 2015).
  13. Matthieu Goar, « François Durovray, celui qui a fait tomber Georges Tron en Essonne », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 18 mai 2015)
  14. « Vos élus », sur le site internet de la commune de Montgeron (consulté le 24 octobre 2018).
  15. Aurélien Hélias, « François Durovray (Essonne) : un élu francilien chargé de la mobilité et du logement », sur le site internet du Conseil régional d'Île-de-France, (consulté le 10 novembre 2015).
  16. « Le Conseil / Liste des membres », sur le site internet du STIF (consulté le 10 novembre 2015).
  17. « Les membres du conseil de surveillance », sur le site internet de la Société du Grand Paris, (consulté le 24 octobre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :