Marisol Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marisol Touraine
Illustration.
Marisol Touraine en 2015.
Fonctions
Ministre des Affaires sociales et de la Santé[a]

(5 ans et 1 jour)
Président François Hollande
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Manuel Valls
Bernard Cazeneuve
Gouvernement Ayrault I et II
Valls I et II
Cazeneuve
Prédécesseur Xavier Bertrand (Santé, 2012)
Roselyne Bachelot (Solidarités et Cohésion sociale, 2012)
Najat Vallaud-Belkacem (Droits des femmes, 2014)
Successeur Laurence Rossignol (Droits des femmes, 2016)
Agnès Buzyn (Solidarités et Santé, 2017)
Présidente du conseil général d'Indre-et-Loire

(1 an, 2 mois et 29 jours)
Élection
Prédécesseur Claude Roiron
Successeur Frédéric Thomas
Conseillère générale d'Indre-et-Loire

(17 ans et 6 jours)
Élection 22 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
27 mars 2011
Circonscription Canton de Montbazon
Prédécesseur Hubert Marionnaud
Députée française

(3 jours)
Circonscription 3e d'Indre-et-Loire
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SER
Prédécesseur Jean-Marie Beffara
Successeur Sophie Auconie

(1 mois et 1 jour)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 3e d'Indre-et-Loire
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Jean-Marie Beffara
Successeur Jean-Marie Beffara

(4 ans, 11 mois et 27 jours)
Élection 17 juin 2007
Circonscription 3e d'Indre-et-Loire
Législature XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Jean-Jacques Descamps
Successeur Jean-Marie Beffara

(5 ans et 7 jours)
Élection 1er juin 1997
Circonscription 3e d'Indre-et-Loire
Législature XIe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Jean-Jacques Descamps
Successeur Jean-Jacques Descamps
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Paris 13e (France)
Nationalité Française
Parti politique PS
Père Alain Touraine
Conjoint Michel Reveyrand-de Menthon
Entourage René Touraine (oncle)
Diplômée de IEP de Paris
ENSJF
Profession Conseillère d'État
Site web marisoltouraine.fr

Marisol Touraine, née le dans le 13e arrondissement de Paris, est une femme politique française.

Membre du Parti socialiste (PS), elle est députée d'Indre-et-Loire entre 1997 et 2012, puis ministre des Affaires sociales et de la Santé dans les gouvernements Ayrault, Valls et Cazeneuve, soit pendant toute la présidence de François Hollande (2012-2017).

En tant que ministre, elle porte un projet de loi de modernisation du système de santé, adopté par l'Assemblée nationale en 2015. Elle est membre du Conseil d’État depuis 1991.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie privée[modifier | modifier le code]

Marisol Touraine naît le dans le 13e arrondissement de Paris[1]. Elle est la fille du sociologue Alain Touraine et d'Adriana Pizarro Arenas, docteur en médecine, chirurgienne-dentiste, chilienne, décédée en 1990[2]. Elle est la sœur du docteur Philippe Touraine, professeur d'endocrinologie au CHU Pitié-Salpétrière, et la nièce du docteur René Touraine (1928-1988), dermatologue et universitaire parisien. Elle grandit à Paris[3] et à Chatenay-Malabry. Elle épouse le Michel Reveyrand-de Menthon, énarque, ambassadeur de France au Mali de 2006 à 2010, puis ambassadeur de France au Tchad jusqu'en 2013, représentant spécial de l'Union européenne au Sahel depuis cette date[4], et avec qui elle a trois enfants : Alexandra, Gabriel[5] et Andrea[6].

À 22 ans, son fils, Gabriel Reveyrand-de Menthon, est incarcéré à la prison de la Santé le après une condamnation à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris pour « extorsion de fonds » sur une voisine de 59 ans[7]. Après cette condamnation, Marisol Touraine adresse une courte lettre d'excuses à la victime[8].

Marisol Touraine s'est acquittée de l'impôt sur la fortune en 2011 (au titre du patrimoine 2010)[9]. En 2013, alors ministre de la Santé, elle indique qu'elle est assujettie à l'impôt sur la fortune pour un patrimoine imposable déclaré de 1,4 million d'euros[10].

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles (1979 L)[1],[11] et agrégée de sciences économiques et sociales[12], elle est également diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'université Harvard[3],[13],[14].

Elle commence sa carrière en tant que chargée de mission, au sein du secrétariat général de la défense nationale[15]. De 1988 à 1991, elle est conseillère de Michel Rocard à Matignon chargée des questions géostratégiques[16]. Elle est membre du Conseil d'État où elle a été nommée au tour extérieur en 1991 par François Mitterrand[17]. Elle continue dans le même temps de s'intéresser aux questions géopolitiques[18]. Elle rédige, en 1995, un ouvrage intitulé Le bouleversement du monde. Géopolitique du XXIe siècle[19], reçu avec peu d'éloges par le champ universitaire[20]. En 1998, elle participe au programme Young Leaders organisé par la French-American Foundation[21].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Implantation en Indre-et-Loire[modifier | modifier le code]

Élue députée dans la 3e circonscription d'Indre-et-Loire aux élections législatives de 1997, elle est battue au second tour aux élections législatives de 2002 par Jean-Jacques Descamps (UMP). Elle est ensuite élue dans la circonscription en 2007 au second tour, avec une courte majorité (50,2 %)[22]. Conseillère générale d'Indre-et-Loire, élue dans le canton de Montbazon, de 1998 à 2015, elle est élue présidente du conseil général d'Indre-et-Loire le [16].

En tant que députée, elle se fait connaître au niveau national lors de la réforme des retraites en France en 2010, où elle mène le front des députés socialistes contre le projet de loi du gouvernement Fillon. Selon Le Figaro, « elle a ferraillé des semaines durant contre le texte, démontrant ténacité et endurance »[3]. Le ministre du Travail de l’époque chargé de défendre le texte, Éric Woerth, s’il a dû batailler contre elle, reconnaît néanmoins qu'elle « a du caractère mais on peut parler avec elle. C'est quelqu'un de sérieux, travailleur, qui a porté ses attaques sur le fond », tout en nuançant son propos : « Elle est dévorée d'ambition et très pragmatique. Nous aurions pu nous entendre sur certains points, mais elle a durci sa position au fil des semaines pour coller à celle du PS. Faute de poids politique, peut-être, cela a été sa stratégie pour monopoliser la parole dans son camp »[3].

Au sein du Parti socialiste[modifier | modifier le code]

Elle est secrétaire nationale du PS à la solidarité et la protection sociale à partir de 1997, nommée par le premier secrétaire François Hollande. Elle est alors l'une des rares parlementaires responsable du monde social et médical qui ne soit pas issue du corps médical[3]. Elle se place alors en disponibilité du Conseil d'État[23].

En 2011, elle fait partie des soutiens de Dominique Strauss-Kahn comme candidat du PS pour l’élection présidentielle qui a lieu l’année suivante[24]. Après l’affaire judiciaire qui empêche le président du FMI de se présenter aux primaires du parti, elle soutient François Hollande. Dès lors, elle dirige le pôle « Social, Santé, Handicap, Personnes âgées » de la campagne présidentielle de ce dernier[25],[26],[3].

Marisol Touraine est membre du club d'influence Le Siècle[27].

Ministre des Affaires sociales et de la Santé[modifier | modifier le code]

Sur le plan politique[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée ministre des Affaires sociales et de la Santé dans le premier gouvernement dirigé par Jean-Marc Ayrault[16], à la tête d'un pôle social comprenant trois ministres déléguées. Son premier dossier important concerne l'une des promesses de campagne de François Hollande, à savoir « le retour partiel à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant travaillé quarante et un ans sans interruption »[3].

À nouveau candidate aux élections législatives de 2012, elle est réélue. Le , elle démissionne de la présidence du conseil général d'Indre-et-Loire[28], la charte de déontologie signée par les ministres le précédent interdisant de cumuler une fonction exécutive locale avec celle de ministre[29].

Le , elle est reconduite au poste de ministre des Affaires sociales, mais la Santé n'apparaît pas explicitement dans son portefeuille. Son périmètre reste cependant inchangé. Lors de l'annonce des secrétaires d'État du gouvernement de Manuel Valls le suivant, elle est citée comme ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Le , elle est reconduite dans ses fonctions au sein du second gouvernement de Manuel Valls et voit son portefeuille élargi aux Droits des femmes[30]. Lors du remaniement du , elle perd le portefeuille des Droits des femmes, confié à son ancienne secrétaire d'État, Laurence Rossignol.

Elle est l'une des six personnalités à avoir participé à l'ensemble des gouvernements de la présidence de François Hollande[31].

Début 2017, elle doit faire face à une fronde des dentistes puis des radiologues au sujet de leurs conventions avec la Sécurité sociale[32].

Lois et réformes[modifier | modifier le code]

En , elle obtient un projet d'accord encadrant les dépassements d'honoraires dans le corps médical, qu'elle fait appliquer par l'Assurance-maladie début 2013[33].

Le , elle propose l'interdiction de l'usage de la cigarette électronique aux moins de 16 ans ainsi que son usage dans les lieux publics. Le , elle présente un projet de loi anti-tabac, incluant notamment le paquet de cigarettes neutre (boîte similaires pour toutes les marques, même couleur et un message avec une image choc sur les deux côtés du paquet), l'interdiction des cigarettes électroniques dans les lieux publics et la création des actions de groupes contre les entreprises de l'industrie du tabac. Avec l'Australie et le Royaume-Uni, cela ferait de la France l'un des pays les plus stricts concernant la prévention du tabagisme[34],[35].

Marisol Touraine défend également un texte de loi de modernisation du système de santé adopté définitivement le .

Élections législatives de 2017[modifier | modifier le code]

Un mois après son départ du gouvernement, elle retrouve automatiquement son mandat de députée à l’Assemblée nationale. Elle conserve son mandat trois jours, jusqu’à la fin de la XIVe législature, alors que l’Assemblée ne se réunit plus. Candidate à sa réélection lors des élections législatives de 2017, elle se présente sous la « majorité présidentielle » bien que n'ayant pas l'investiture de La République en marche (LREM)[36]. Elle est battue par Sophie Auconie[37].

Après la politique[modifier | modifier le code]

Un arrêté la réintègre à compter du au Conseil d’État[38], où elle avait été nommée par le président de la République en 1991.

En , elle annonce sur Twitter avoir été élue présidente d'Unitaid, organisation internationale qui vise à réduire le prix des médicaments[39]. Elle prend ses fonctions le .

Le , elle succède à Bruno Racine comme présidente du Théâtre 14 Jean-Marie Serreau[40].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

À l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

  •  : députée de la troisième circonscription d'Indre-et-Loire.
  •  : députée de la troisième circonscription d'Indre-et-Loire.
  •  : députée de la troisième circonscription d'Indre-et-Loire.
  •  : députée de la troisième circonscription d'Indre-et-Loire.

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, elle appartient au club Avenir de la santé, un groupe de pression financé par GlaxoSmithKline, le numéro deux mondial du secteur[42],[43], laboratoire qui produit notamment des patchs à la nicotine et de nombreux vaccins (GSK vaccins).

Elle a été également, à partir de 2006, présidente du club de réflexion socialiste À gauche, en Europe[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie de Marisol Touraine, sur gouvernement.fr.
  2. El Mercurio, 16 mai 2012.
  3. a b c d e f et g Olivier Auguste, « Marisol Touraine à la tête d'un pôle social féminin », in Le Figaro, 17 mai 2012.
  4. Biographie Michel Reveyrand de Menthon.
  5. « Marisol Touraine : son fils en prison pour « séquestration » et « extorsion de fonds » », sur rtl.fr, .
  6. « Qui sont les conjoints de nos ministres ? », sur CNews, .
  7. « Qui est Gabriel Reveyrand de Menthon, le fils de Marisol Touraine ? », sur www.cnews.fr (consulté le 30 mars 2020).
  8. Le 10 septembre 2013 à 07h12, « Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds », sur leparisien.fr, (consulté le 30 mars 2020).
  9. Quels ministres paient l'ISF ?, sur Lexpress.fr.
  10. Marisol Touraine et Aurélie Filippetti dévoilent leur patrimoine, Le Monde.fr, 10 avril 2013.
  11. « L'annuaire », sur Association des anciens élèves, élèves et amis de l'École normale supérieure (a-Ulm) (consulté le 1er juillet 2020).
  12. Le Monde : « Marisol Touraine, la droite ligne » ().
  13. (en) Angelique Chrisafis, « Women in the French cabinet », The Guardian, .
  14. « Marisol Touraine, sous contrôle », Les Échos, .
  15. « Parité, diversité, courants : le difficile équilibre des ministères », Le Monde, 18 mai 2012, page 5.
  16. a b et c Jean-Baptiste Chastand et Laetitia Clavreul, « Marisol Touraine, une spécialiste de la protection sociale récompensée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2012).
  17. Décret du 21 juin 1991 portant nomination (Conseil d'État).
  18. Touraine, Marisol, « France-États-Unis : une histoire au passé ? », Politique étrangère, no 58,‎ , p. 725-732 (lire en ligne).
  19. Marisol Touraine, Le bouleversement du monde : géopolitique du XXIe siècle, Éditions du Seuil, (lire en ligne).
  20. Jean François Thibaut (Jean François Thibaut décrit par exemple l'ouvrage comme « étonnamment conventionnel » et « relativement décevant »), « Marisol Touraine, Le bouleversement du monde. Géopolitique du XXIe siècle, Paris, Seuil, coll. « science politique », 1995, 447 p », Politique et sociétés, vol. 16, no 2,‎ , p. 180-182 (ISSN 1203-9438, lire en ligne).
  21. Earlier classes, frenchamerican.org.
  22. « Résultats des élections législatives 2007 », .
  23. Arrêtés du 23 juin 1997 portant détachement (Conseil d'État).
  24. Vincent Nouzille, « Des éléphants qui comptent énormément, Marisol Touraine », « Bûcheuse sociale », in Le Figaro Magazine, no 21 116 et 21 117, , page 37.
  25. La Nouvelle République.
  26. Biographie de Marisol Touraine, sur lci.tf1.fr.
  27. France-Soir, 16 mai 2012.
  28. « Vidéo. Tours : Marisol Touraine démissionne de la présidence du conseil général » la Nouvelle République.fr.
  29. « Une charte de déontologie pour lancer la présidence normale » Nouvel Obs.
  30. Royal, Montebourg, Hamon... l'équation risquée de Manuel Valls, Le Monde, 2 avril 2014.
  31. Cédric Pietralunga, « François Hollande procède à un remaniement a minima », sur lemonde.fr, (consulté le 6 décembre 2016).
  32. Marie-Cécile Renault, « Les dentistes partent en guerre contre l'État », Le Figaro, encart « Économie », samedi 4 / dimanche 5 mars 2017, page 21.
  33. « Dépassements d'honoraires : la Sécu passe en force », Lefigaro.fr, (consulté le 5 février 2013).
  34. Ivan Letessier, « Cigarettes : Touraine veut imposer les paquets neutres », Le Figaro, encart « Économie », 30 mai 2014, page 18.
  35. Keren Lentschner, « L'Australie, pays pionnier de la lutte antitabac », Le Figaro, encart « Économie », 30 mai 2014, page 18.
  36. « El Khomri, Touraine... Des ex-ministres PS s'invitent dans la « majorité présidentielle » », sur lefigaro.fr, (consulté le 26 mai 2020).
  37. « Législatives: Marisol Touraine battue dans sa circonscription d'Indre-et-Loire », sur bfmtv.com, (consulté le 11 avril 2020).
  38. Arrêté du 21 juillet 2017 portant maintien dans la position de disponibilité et réintégration d'une conseillère d'État (Conseil d'État).
  39. Par Le Parisien avec AFPLe 29 mai 2019 à 16h22, « Marisol Touraine élue présidente de l’organisation Unitaid », sur leparisien.fr, (consulté le 1er octobre 2019).
  40. « Message du théâtre », sur Twitter, (consulté le 12 février 2020).
  41. « Gouvernement de Manuel Valls : le remaniement du 11 février 2016 », sur www.vie-publique.fr, (consulté le 22 mai 2017).
  42. Le Canard enchaîné, 8 août 2012.
  43. « Le Débat Avenir de la Santé : Pourquoi ? Comment ? » (version du 16 mars 2012 sur l'Internet Archive), sur GlaxoSmithKline.
  44. À Gauche, en Europe 62 site de l'association.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]