Najat Vallaud-Belkacem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallaud et Belkacem.
Najat Vallaud-Belkacem
Najat Vallaud-Belkacem en 2012.
Najat Vallaud-Belkacem en 2012.
Fonctions
Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

(2 ans, 8 mois et 14 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Manuel Valls
Bernard Cazeneuve
Gouvernement Manuel Valls II
Bernard Cazeneuve
Prédécesseur Benoît Hamon
Successeur Jean-Michel Blanquer (Éducation nationale)
Frédérique Vidal (Enseignement supérieur et Recherche)
Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

(4 mois et 23 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls I
Prédécesseur François Lamy (Ville)
Valérie Fourneyron (Sports)
Successeur Pascale Boistard (Droits des femmes)
Patrick Kanner (Ville, Jeunesse, Sports)
Ministre des Droits des femmes

(1 an, 10 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Prédécesseur Catherine Vautrin (indirectement)
Successeur Elle-même
Porte-parole du gouvernement

(1 an, 10 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Prédécesseur Valérie Pécresse
Successeur Stéphane Le Foll
Conseillère générale du Rhône
Élue dans le canton de Lyon-XIII

(6 ans, 9 mois et 15 jours)
Élection 16 mars 2008
Prédécesseur Jean Flacher
Adjointe au maire de Lyon chargée des Grands événements, de la Jeunesse et de la Vie associative

(4 ans, 10 mois et 14 jours)
Élection 16 mars 2008
Maire Gérard Collomb
Vice-présidente du conseil régional de Rhône-Alpes chargée de la Culture

(4 ans, 2 mois et 15 jours)
Élection 28 mars 2004
Président Jean-Jack Queyranne
Biographie
Nom de naissance Najat Belkacem
Date de naissance (39 ans)
Lieu de naissance Beni Chiker[1] (Maroc)
Nationalité Marocaine
Française (depuis 1995)
Parti politique Parti socialiste (depuis 2002)
Conjoint Boris Vallaud
Diplômée de Université de Picardie
IEP de Paris
Profession Juriste

Signature de Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem, née Najat Belkacem le à Beni Chiker (Maroc), est une femme politique française.

Elle est porte-parole de Ségolène Royal pour l'élection présidentielle de 2007 et en vue de la Primaire citoyenne de 2011, puis de François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012. De 2004 à 2008, elle est conseillère régionale en Rhône-Alpes, vice-présidente du conseil régional chargée de la culture, puis présidente de la commission culturelle. De 2008 à 2013, elle est conseillère municipale de Lyon, adjointe aux grands événements, à la jeunesse et à la vie associative.

Elle est ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement dans les gouvernements Jean-Marc Ayrault, dont elle est la benjamine, de 2012 à 2014. Confirmée ministre des Droits des femmes dans le gouvernement Valls I en avril 2014, elle est nommée par ailleurs ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Elle est la première femme à détenir le portefeuille de ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (d'août 2014 à mai 2017 dans le deuxième gouvernement Manuel Valls).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, études, débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Deuxième d'une famille de sept enfants, Najat Belkacem naît en 1977 à Beni Chiker, village proche de Nador, dans le Rif, au nord-est du Maroc[2]. Najat Belkacem est d'ascendance marocaine, algérienne et espagnole par ses grands-parents[3].

En 1982, avec sa mère et sa sœur aînée, elle rejoint dans le cadre d'un regroupement familial son père, ouvrier dans le bâtiment immigré en France ; d'abord à Abbeville puis passe la majeure partie de son enfance et de son adolescence à Amiens[4], où elle suit des études primaires avant d'entrer au collège César-Franck, dans les quartiers nord de la ville[5].

En 1995, élève au lycée Delambre d'Amiens, elle obtient son baccalauréat économique et social[6]. À l'âge de 18 ans, elle est naturalisée ; elle a les nationalités française et marocaine[7],[8].

En 2000, elle devient diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris, après avoir obtenu une licence en droit à l'université de Picardie à Amiens. Elle échoue à deux reprises au concours de l'ENA[2]. C'est aussi à Sciences Po qu'elle rencontre Boris Vallaud[4], avec qui elle se marie le [9]. Ils sont parents de jumeaux (un garçon et une fille), Louis-Adel et Nour-Chloé[10], nés en 2008[11],[12]. Boris Vallaud a été directeur général des services du conseil général de Saône-et-Loire[13], directeur de cabinet du ministre Arnaud Montebourg[14] et il est, de 2014 à 2016, secrétaire général adjoint de la présidence de la République[15].

Najat Belkacem commence sa vie professionnelle en étant juriste dans un cabinet parisien d'avocats au Conseil d'État et à la Cour de cassation pendant trois ans[16],[6].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Najat Belkacem entre au Parti socialiste après le 21 avril 2002 et rejoint, en tant que chargée de mission, en l'équipe de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, en menant dans le cadre de la politique municipale des actions pour renforcer la démocratie de proximité, la lutte contre les discriminations, la promotion des droits des citoyens ou leur accès à l’emploi et au logement.

Élue en conseillère régionale Rhône-Alpes sur la liste de Jean-Jack Queyranne, elle est présidente de la commission culture. Elle démissionne en juin 2008[17].

En 2005, elle devient conseillère nationale au Parti socialiste[4]. Au cours des années 2005 et 2006, elle participe à plusieurs reprises comme chroniqueuse à l'émission culturelle C'est tout vu ! sur TLM aux côtés de Stéphane Cayrol en abordant principalement l'actualité littéraire.

En 2006, elle est sélectionnée pour faire partie des Young leaders de la Fondation franco-américaine[18].

Après avoir été assistante parlementaire de Béatrice Marre (Oise) pendant un an[19], elle devient, le , la troisième porte-parole de Ségolène Royal, candidate à l'élection présidentielle de 2007 aux côtés de Vincent Peillon et d'Arnaud Montebourg[4].

Candidate du Parti socialiste aux élections législatives de juin 2007 dans la quatrième circonscription du Rhône, elle échoue au 2e tour face à l'ancien Garde des Sceaux Dominique Perben sur un score de 43 %.

En , elle est élue « Lyonnaise de l'année » par le magazine Lyon Capitale en compagnie du footballeur Karim Benzema[20]. Ce même mois, elle est nommée membre du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger par le roi Mohammed VI. Fin avril 2012, interpellée par Valérie Debord, déléguée adjointe de l'UMP, elle précise avoir quitté cette instance en décembre 2011[21]. Néanmoins, en septembre 2014, son nom apparait sur le site du CCME en tant que membre du groupe de travail Approche genre et nouvelles générations[22].

En , elle est élue conseillère générale du Rhône lors des élections cantonales avec 58,52 % des voix au second tour, sous les couleurs du Parti socialiste dans le canton de Lyon-XIII-Montchat, le faisant basculer à gauche. Elle est élue conseillère municipale sur la liste d'Union de la gauche conduite par Gérard Collomb lors des élections municipales à Lyon. Gérard Collomb la choisit alors comme 6e adjointe au maire de Lyon chargée des grands événements, de la jeunesse et de la vie associative, et elle est également désignée conseillère communautaire à la communauté urbaine de Lyon. Elle quitte alors la vice-présidence de la région Rhône-Alpes.

Depuis , elle assure auprès des élèves de master « affaires publiques » de Sciences-po Paris un enseignement d’ouverture, consacré à la prospective en politique[23].

Lors de la candidature de Ségolène Royal à la primaire citoyenne de 2011, elle est de nouveau promue porte-parole aux côtés de Delphine Batho et Guillaume Garot[24]. Elle forme avec eux la « garde rapprochée » de Ségolène Royal[25].

François Hollande, après sa victoire à la primaire citoyenne de 2011 et sa désignation comme candidat du Parti socialiste et du Parti radical de gauche à la présidentielle de 2012, nomme, le , Najat Vallaud-Belkacem porte-parole pour cette campagne présidentielle[26].

Parallèlement à son rôle de porte-parole pour la présidentielle, elle est de nouveau candidate pour les élections législatives de 2012 dans la quatrième circonscription du Rhône, où elle avait échoué en 2007. Bien que la Commission électorale du Parti socialiste lui ait proposé une circonscription « plus gagnable », elle préfère rester dans cette circonscription[27].

Le , Najat Vallaud-Belkacem est nommée ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault[28]. Elle annonce le lendemain le retrait de sa candidature aux élections législatives dans la 4e circonscription du Rhône après que Jean-Marc Ayrault a déclaré que les ministres battus aux législatives devront quitter le gouvernement[29]. Elle démissionne de son poste de 5e adjointe au maire de Lyon, Gérard Collomb en mai 2012 (et est remplacée par Anne Brugnera) mais reste conseillère municipale[30].

Le , elle démissionne de ses mandats de conseillère municipale de Lyon et de conseillère communautaire du Grand Lyon, tout en restant conseillère générale du Rhône jusqu’aux élections départementales de 2015 auxquelles elle ne se représente pas[31]. Elle devient ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports le 31 mars 2014 à l’occasion du remaniement qui conduira à la création du gouvernement Valls 1[32], puis ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche le 25 août 2014 (gouvernement Valls 2)[33],[34]. Elle est l'une des six personnalités à avoir participé à l'ensemble des gouvernements sous la présidence de François Hollande[35].

Le , elle annonce sa candidature aux élections législatives de 2017 dans la 6e circonscription du Rhône[36] correspondant à Villeurbanne.

Bien que s'en étant distancé lors de la polémique de l'été 2016 sur le burkini, elle apporte en décembre 2016 son soutien à Manuel Valls pour la primaire citoyenne de 2017[37]. Après le succès de Benoît Hamon, elle lui apporte un soutien explicite, estimant que « c’est une chance pour le Parti socialiste de se ressourcer et d’écrire une nouvelle page[38] ».

Le , à l'issue du premier tour des élections législatives, elle est largement distancée par le candidat de La République en marche ![39]. Elle est battue lors du second tour. Quelques jours plus tard, elle accuse Emmanuel Macron de manquer de loyauté envers le précédent gouvernement[40].

Ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le 16 mai 2012, Najat Vallaud-Belkacem est nommée ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault (gouvernements Ayrault 1 et 2). Elle est la benjamine du gouvernement. Son directeur de cabinet est Étienne Grass[41]. Le ministère des Droits des femmes redevient un ministère de plein exercice pour la première fois depuis 1986[42].

Najat Vallaud-Belkacem annonce sa volonté de faire émerger une « troisième génération de droits des femmes », après la première génération des droits politiques et la seconde génération de l'égalité économique[43]. Elle a notamment engagé les chantiers de la parité dans les instances dirigeantes des entreprises[44], de la parité dans les fédérations sportives[45], de la lutte contre le temps partiel fragmenté[46] et de la réduction des stéréotypes sexistes dans les programmes scolaires[47].

Fin 2012, Najat Vallaud-Belkacem est désignée révélation politique de l'année [48] par un jury que réunit l'annuaire politique Le Trombinoscope.

Le , elle crée le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, présidé par l’ancienne députée Danielle Bousquet et qui compte parmi ses membres l’ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot[49].

Lors de sa première année en tant que porte-parole du gouvernement, elle met en place un exercice, selon le quotidien Libération, « nouveau et original » de pédagogie et de confrontation avec les citoyens : les porte-parolats décentralisés bientôt suivis des porte-parolats numériques[50]. Elle répond ainsi en direct, en région ou sur internet tous les mois aux questions des citoyens[51].

Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 2014, elle est nommée ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports dans le gouvernement Valls I[52].

En juillet 2014, en deuxième lecture, le projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes qu'elle a porté en tant que ministre, est adopté. La loi est symboliquement promulguée le 4 août 2014, en référence à la Nuit du 4 août 1789[53].

Le 17 juin 2014, Najat Vallaud-Belkacem dévoile la nouvelle géographie prioritaire de la politique de la Ville. Elle définit, pour la première fois selon un critère objectif[réf. nécessaire], le revenu des habitants, les 1300 quartiers prioritaires répartis sur 700 communes – dont 100 nouvelles –, qui pourront bénéficier des crédits de la politique de la ville[54]. Cette géographie révèle une nouvelle carte de la pauvreté, loin d'être cantonnée aux banlieues des grandes villes mais qui inclut des villes moyennes et des territoires ruraux[55]. Les nouveaux contrats de ville ont vocation à promouvoir la mixité sociale : les priorités sont le développement économique des quartiers, le soutien à l’emploi des jeunes et l’amélioration de la qualité de vie. Elle annonce ainsi que « l'État, avec le programme des investissements d'avenir, et la Caisse des dépôts consacreront sur 2014-2020 une enveloppe de 600 millions d'euros pour lever des investissements privés et co-investir dans des projets structurants, comme des pépinières d'entreprises ou des maisons de santé »[56]. Dans le cadre de la nouvelle carte de la politique de la Ville, une « clause du territoire le plus favorisé » est présente dans tous les contrats de ville et toutes les opérations de renouvellement urbain pour permettre d’assurer un niveau de présence des services publics supérieur à la moyenne[57].

Chargée de la priorité donnée à la jeunesse, Najat Vallaud-Belkacem annonce le 11 juillet 2014 une augmentation de 100 millions sur trois ans du budget du service civique, dans le but d’atteindre l’objectif fixé par le président de la République de 100 000 jeunes accueillis chaque année jusqu’à 2017[58].

Najat Vallaud-Belkacem met en œuvre la garantie jeunes, dispositif destiné aux 18-25 ans en situation de grande précarité. L'objectif est d'atteindre 100 000 jeunes bénéficiaires d'ici fin 2017[59].

Le 15 mai 2014, Najat Vallaud-Belkacem initie visant à simplifier la vie des associations. Le 26 mai 2014, le député Yves Blein est nommé parlementaire en mission auprès de la Ministre pour préparer les mesures visant à alléger les contraintes qui pèsent sur les associations et qui font l’objet d’une ordonnance (ordonnance no 2015-904 du 23 juillet 2015 présentée par Patrick Kanner) validée par le Parlement[60].

Le 24 juin 2015, le Président de la République lance un fonds d'expérimentation pour financer des initiatives d'économie sociale et solidaire, à hauteur de 50 millions d'euros d'ici 2017. La première vague de 15 initiatives a été proposée par Najat Vallaud-Belkacem et plusieurs personnalités[61]. Ce label « La France S’engage » récompense les projets les plus innovants au service de la société : depuis 2014, ce sont 62 lauréats qui ont bénéficié de plus de 25 millions d’euros parmi plus de 1800 candidats[62].

Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[modifier | modifier le code]

Le 26 août 2014, Najat Vallaud-Belkacem est nommée ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement Valls II, elle devient ainsi la première femme de l'histoire de la République à être nommée ministre de l’Éducation nationale. Elle conserve son poste jusqu'au 10 mai 2017.

Elle réalise, à la suite de la démission pour raisons de santé de la secrétaire d’État chargée de l'enseignement supérieur Geneviève Fioraso, l'interim de ses fonctions du 6 avril[63] au 17 juin 2015, date à laquelle la fonction est reprise par Thierry Mandon[64].

Popularité[modifier | modifier le code]

À peine investie dans ses fonctions, elle devient la cible de journaux, de la droite radicale et de l'extrême droite[65]. Les violentes critiques[66],[67] s'accompagnent, sur les réseaux sociaux, d'attaques au sujet de ses origines et de la publication d'une fausse carte d'identité qui colporte une rumeur autour de son patronyme[66]. Dans le même temps, un sondage classe Najat Vallaud-Belkacem comme la deuxième personnalité politique préférée des Français, avec 43 % d’opinions favorables, juste derrière Alain Juppé[68],[69] — pendant que François Hollande et Manuel Valls atteignent une cote d'impopularité sans précédent[70],[71].

Actions[modifier | modifier le code]

En tant que ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem poursuit la mise en œuvre de la loi d’orientation et de programmation portant Refondation de l’école de la République, adoptée en juillet 2013.

Réforme de l'éducation prioritaire[modifier | modifier le code]

La première réforme conduite par Najat Vallaud-Belkacem, en décembre 2014, est celle de l’éducation prioritaire, refondée selon de nouveaux critères pour réduire les inégalités sociales. L’objectif affiché est de mieux répartir les moyens en prenant en compte les réalités sociales et territoriales. Quatre critères sont définis pour établir la liste des réseaux (pourcentage d’élèves issus des catégories sociales les plus défavorisées, pourcentage d’élèves issus des zones urbaines sensibles, pourcentage d’élèves en retard à l’entrée en 6e, taux de boursiers). La carte de l'éducation prioritaire compte 1089 réseaux d’éducation prioritaire (REP), dont 350 REP +. Cette carte s’accompagne de mesures pédagogiques telles que la scolarisation des élèves de moins de 3 ans, le dispositif « plus de maîtres que de classes », l’accompagnement continu en 6e, ou encore les internats de la réussite. La nouvelle allocation des moyens se concentre sur les établissements qui connaissent le plus de difficultés[72]. Pour conduire des jeunes de milieux modestes vers une poursuite d'études ou une meilleure insertion professionnelle, Najat Vallaud-Belkacem met en place les parcours d'excellence pour les collégiens des réseaux d'éducation prioritaire (REP+) volontaires de la troisième à la terminale (coaching collectif, visites culturelles, suivi individualisé)[73],[74].

Du printemps 2016 à janvier 2017, elle est confrontée aux jours de grève organisés par plusieurs dizaines de lycées de ZEP, ces établissements craignant de ne plus faire partie dans le futur de la carte de l’éducation prioritaire[75]. Elle est contrainte de prolonger la « clause de sauvegarde » de ces lycées jusqu’en 2019 et promet une « dotation exceptionnelle » de 450 emplois à la rentrée 2017, des annonces jugées « précaires » et « dérisoires » par les collectifs enseignants[76].

Citoyenneté et laïcité[modifier | modifier le code]

À la suite des attentats de janvier 2015, Najat Vallaud-Belkacem lance une « grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République » ; elle consulte l’ensemble de la communauté éducative, anciens ministres de l’Éducation compris[77],[78]. Cette « mobilisation » vise à renforcer dans la durée la capacité de l’école à transmettre les valeurs de la République. À la rentrée de septembre 2015, Najat Vallaud-Belkacem présente un ensemble de mesures issues de cette initiative : nouvel enseignement moral et civique[79], création d'une "réserve citoyenne", prévention de la radicalisation, "commémorations patriotiques", journée de la laïcité…[80]

Sur les questions laïques, elle autorise la participation des mères voilées lors des sorties scolaires dès lors qu'elles n'ont pas d’attitude prosélyte : « Le principe, c'est que, dès lors que les mamans ne sont pas soumises à la neutralité religieuse (…), l'acceptation de leur présence aux sorties scolaires doit être la règle et le refus l'exception[81] ». Suivant ce même principe, elle soutient la direction d'un collège des Ardennes qui avait temporairement interdit de cours une élève venue en cours avec une jupe longue assimilée à un signe religieux ostentatoire[82]. En avril 2016, elle contredit le premier ministre Manuel Valls (avant d'être conforté par le Président de la République) qui déclarait souhaiter l'interdiction du voile à l'université estimant qu'« on a affaire à des adultes »[réf. nécessaire].

L'enseignement laïque du fait religieux est renforcé au cours de la réforme des programmes[83].

La Réserve citoyenne au sein de laquelle tout citoyen peut intervenir en appui aux écoles et aux établissements, est mise en place en septembre 2015[84]. Un plan de formation des enseignants et du personnel d’éducation à la laïcité et à l’enseignement moral et civique (EMC) est mis en œuvre. Un parcours citoyen de l’école élémentaire à la terminale est également créé[85], s’articulant autour de l’EMC et de l’éducation aux médias et à l’information. La sécurité dans les établissements est renforcée, en particulier à la suite des attentats du 13 novembre 2015, avec de nouvelles mesures visant à former la communauté éducative aux questions de sécurité et à la gestion de crise[86]. C’est dans ce cadre que Najat Vallaud-Belkacem décide de renforcer la formation et la recherche sur la lutte contre la radicalisation[87],[88].

Dans le cadre de la « Grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République » (2015), les nouveaux outils d'évaluation des élèves en français et en mathématiques au début de la classe de CE2 sont mis en place afin de vérifier leurs compétences et prévenir en amont le décrochage scolaire[89].

Réforme du collège[modifier | modifier le code]

Najat Vallaud-Belkacem présente en avril 2015 un projet de réforme de l'enseignement au collège[90],[91] destiné à lever les difficultés rencontrées par les élèves, difficultés qui font du collège, le "maillon faible du système éducatif"[92]. Entrée en application en septembre 2016, la réforme introduit davantage d’accompagnement personnalisé des élèves, d’autonomie laissée aux équipes pédagogiques, des « enseignements pratiques interdisciplinaires » (EPI) croisant plusieurs disciplines autour de thématiques transversales[93] et renforce l’apprentissage des langues étrangères[94].

Cette réforme est très critiquée par des enseignants et des intellectuels, tels que Régis Debray, Michel Onfray, Pierre Nora, Alain Finkielkraut, Marc Fumaroli[95]... que Najat Vallaud-Belkacem qualifie de « pseudos-intellectuels »[96],[97].

Elle est en particulier critiquée car elle remplace l'enseignement du latin et du grec ancien par un enseignement de complément (optionnel) et par un enseignement interdisciplinaire sur les langues et cultures de l'antiquité[98], ainsi que du fait de la création des EPI[99],[93],[100].

Dans le cadre de la réforme du collège, la deuxième langue vivante est désormais enseignée dès la classe de cinquième au lieu de la quatrième[101]. L'OCDE porte un jugement positif sur ses principales mesures (ouverture à tous des disciplines réservées à une minorité, encouragement du travail en équipe et suivi personnalisé) pour réduire le chiffre de 20 % de jeunes en échec scolaire, la ministre commentant « Il y a cette idée ancrée que la réussite n’a de valeur que par rapport à l’échec des autres. Le défi, c’est de prouver par des études scientifiques qu’au contraire, on a tout intérêt à la réussite de tous[102]. ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La réforme des programmes donne lieu à une intense polémique mettant en cause la version des programmes d’Histoire soumise à la consultation des enseignants[103]. Analysant les nouveaux programmes d’histoire, Pierre Nora y voit « une forme de culpabilité nationale qui fait la part belle à l’Islam, aux traites négrières, à l’esclavage et qui tend à réinterpréter l’ensemble du développement de l’Occident et de la France à travers le prisme du colonialisme et de ses crimes »[104]. Toutefois, la civilisation islamique était déjà de manière obligatoire au programme en cinquième, alors que les nouveaux programmes prévoient l'étude du christianisme en classe de sixième et du rôle de l’Église dans plusieurs cours relatifs à l’histoire de la France[105].

Au-delà de la polémique, le débat oppose, selon les défenseurs de la réforme, les tenants d'un enseignement de l'Histoire sous la forme d'un « roman national » selon ses détracteurs[106] et ceux qui souhaiteraient l'enseignement d'une discipline savante sans cesse renouvelée et ouverte sur le monde actuel selon ses partisans[107],[108].

En réalité, la critique de la réforme, certes pour des motifs différents, rassemble une large partie de la droite mais également des parlementaires, des intellectuels et des historiens de gauche ainsi que des syndicats. Après avoir réuni les protagonistes du débat[109] et avoir consulté les enseignants, Najat Vallaud-Belkacem adopte une version définitive des programmes en septembre 2015.

Réformes des programmes[modifier | modifier le code]

Najat Vallaud-Belkacem présente, en décembre 2014, la Stratégie mathématiques, qui doit permettre d'améliorer le niveau des élèves et de donner une image rénovée à cette matière[110].

En février 2015, elle publie les nouveaux programmes de l'école maternelle, qui constitue désormais un seul cycle (le Cycle 1) [111] et, en novembre 2015, ceux de l'école élémentaire et du collège, qui constituent désormais 3 cycles, le Cycle 2 (CP, CE1 et CE2), le Cycle 3 (CM1, CM2 et 6e), et le Cycle 4 (5e, 4e et 3e)[112]. Pour la première fois, ces programmes ne sont pas diffusés à tous les enseignants, en version papier[113].

En octobre 2015, elle présente la rénovation des programmes et de l’évaluation[114] qui donne la priorité à l’apprentissage des fondamentaux, notamment avec la mise en place d’une dictée quotidienne. Le nouveau socle commun de connaissances, auquel 800 000 enseignants ont contribué, est adopté par le Conseil supérieur de l'éducation[115].

En novembre 2016, une enquête internationale portant sur les mathématiques et les sciences montre « une chute vertigineuse des résultats des élèves de terminale S et des scores mauvais en CM1 »[116]. Selon le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, « les choix récents de Najat Vallaud-Belkacem [...] ne vont faire qu'aggraver la situation »[117]. Au contraire, pour la ministre de l'Éducation nationale, cette baisse de niveau serait « le résultat des choix politiques de la droite » et en particulier du gouvernement de François Fillon[118].

Réforme de l'évaluation[modifier | modifier le code]

Après la réforme du collège et celle des programmes, Najat Vallaud-Belkacem conduit la réforme de l'évaluation[119] dont l’objectif est de renforcer l’apprentissage des savoirs fondamentaux[120] et l’évaluation de la progression des élèves dans l’acquisition de ces fondamentaux. Ainsi le décret instituant les nouvelles modalités d'évaluation des acquis scolaires au primaire et au collège parait le 3 janvier 2016 et précise que celles-ci doivent « privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles »[121].

Loi d'échanges éducation-justice[modifier | modifier le code]

À la suite de la découverte d'actes pédophiles dans une école d'Isère[122], le gouvernement dépose un projet de loi, qui est adopté le 5 avril 2016[123]. La loi dite "Villefontaine" prévoit l'échange d'informations entre la justice et l'Éducation nationale, ainsi que la vérification des casiers judiciaires du personnel de l'Éducation nationale[124].

Présentée par Najat Vallaud-Belkacem comme une réforme ayant pour but de lutter contre la radicalisation, les écoles hors contrat sont soumises à la rentrée 2017 à un régime d'autorisation et de contrôle a priori en lieu et place du régime de déclaration[93],[125].

Mixité sociale renforcée[modifier | modifier le code]

Pour renforcer la mixité sociale dans les collèges, Najat Vallaud-Belkacem présente un plan qui définit de nouvelles règles d'affectation pour les collégiens. Ce plan sera expérimenté dans dix-sept départements volontaires dès la rentrée 2016[126].

Dans ce cadre, un plan spécial de rattrapage pour l'académie de Créteil (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) est lancé[127], comprenant la création de 500 postes supplémentaires d’ici 2017, 13 REP supplémentaires, 1685 postes ouverts dans l’académie de Créteil, ainsi qu’un concours supplémentaire pour 2015, 2016 et 2017. Un plan de lutte contre le décrochage scolaire est mis en œuvre, afin d’impliquer les parents dans le parcours de leurs enfants, accompagné d’un numéro unique, d’un plan national de formation du personnel et de réponses individualisées aux jeunes, ainsi que du droit au retour à la formation[128]. D'autres outils sont également mis en place, tel que le dispositif "École ouverte" qui permet d'accueillir les jeunes qui ne partent pas en vacances dans des collèges et des lycées notamment pendant les périodes de vacances scolaires[129].

30 ans après la création du bac professionnel, Najat Vallaud-Belkacem choisit de valoriser les atouts de l'enseignement professionnel qui souffre d'une image dégradée[130]. Afin de faciliter l'accès aux stages des élèves, 330 pôles de stage sont créés dans les établissements[131] et le recours aux stagiaires étudiants est encadré pour limiter les abus. Dans le cadre de la mobilisation nationale pour l'apprentissage, Najat Vallaud-Belkacem mobilise l'ensemble des acteurs de l'éducation, pour augmenter de 50% le nombre d'apprentis formés dans les établissements publics, d'ici 2017[132]. Najat Vallaud-Belkacem poursuit le développement des Campus des métiers et des qualifications initiés en 2013, avec 17 nouveaux labels en 2015, qui visent à renforcer les coopérations entre le système éducatif et le monde économique au service de l'insertion professionnelle des jeunes[133].

Najat Vallaud-Belkacem dévoile, le 11 février 2015, les grandes orientations pour l'éducation artistique, pour favoriser l'égal accès des jeunes à la culture dès le plus jeune âge[134]. Dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle, elle lance en 2015 l’opération "L'École en chœur" qui met à l'honneur les chorales scolaires pour favoriser et développer le rayonnement de l'éducation musicale et du chant choral au sein de l'institution scolaire[135].

En mai 2015, Najat Vallaud-Belkacem lance l’Année du sport de l’école à l’université (ASEU), en présence de Nicolas Batum, joueur professionnel de basketball en NBA et parrain de l'ASEU. L’objectif est de promouvoir la pratique sportive des jeunes et de mobiliser la communauté éducative autour des valeurs éducatives et citoyennes véhiculées par le sport[136]. Elle annonce également l’augmentation de la subvention accordée à l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), ce qui permet la division par deux, par les associations sportives affiliées, du prix de la licence (18,5 € en moyenne sur le territoire) dans les collèges REP+ et les lycées professionnels de l’éducation prioritaire[137].

Sur l'augmentation de l'accueil des moins de trois ans : Pour répondre à une forte demande des parents, Najat Vallaud-Belkacem ouvre plus de 25 000 places supplémentaires dans les écoles maternelles, pour accroître la préscolarisation des enfants de moins de 3 ans[138].

Il convient de rappeler que pendant 15 ans, de 1987 à 2001, l’école a accueilli environ 35% d’enfants de moins de 3 ans, comme l'indique la page 35 du document "l'état de l'école 2015"[139] de la DEPP, A la demande du gouvernement de M. Sarkozy, cette accueil est tombé à 10% en 2012. À la rentrée 2015, il n'était remonté qu'à moins de 12%..

Dans le rapport Duran[140] , comme dans les conventions ruralités, le gouvernement s’est engagé à augmenter le nombre d’enfants de moins de 3 ans accueilli. Si l’on revenait au 35% précédent, il faudrait accueillir 200 000 élèves de plus et créer plus de 72 000 postes supplémentaires.

Au sujet des écoles rurales, Najat Vallaud-Belkacem encourage la constitution de réseaux entre les communes par le biais de la signature de conventions dites ruralité. L'objectif de ces conventions est de faire face à la baisse des effectifs d'élèves[141]. Par ces conventions, l'Éducation nationale s'engage à maintenir le nombre d'enseignants quand le nombre d'élèves est en baisse et les élus locaux à regrouper les établissements[142].

Dans le cadre du plan gouvernemental de simplification, Najat Vallaud-Belkacem a souhaité rapprocher les familles de l’institution scolaire. Par exemple, la ministre a annoncé un télé-service permettant d'inscrire les élèves aux collèges et aux lycées, en ligne.

Dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, elle met en œuvre le droit au retour en formation pour les jeunes âgés de 16 à 25 ans qui sont sortis du système scolaire sans diplôme ou sans qualification professionnelle, en facilitant leur prise en charge par le service public régional d'orientation chargé d’examiner les possibilités de formation qui peuvent leur être proposées[143].

Elle initie le dispositif « meilleurs bacheliers » : les 10 % de meilleurs bacheliers de chaque filière générale, technologique et professionnelle de chaque lycée ont un nouveau droit, celui d’accéder à une filière sélective publique de l’enseignement supérieur, afin de récompenser le mérite et « lutter contre l’autocensure » dans l’orientation[144].

Najat Vallaud-Belkacem présente 8 décembre 2015 son plan d'action pour l'entrée dans l'enseignement supérieur qui comprend des mesures spécifiques pour les filières d’enseignement supérieur en tension[pas clair] (les Staps notamment), veut améliorer l’information et l’accompagnement au cours de la procédure Admission post-bac (APB) et crée des « vœux groupés » sur une filière donnée d’un territoire[145].

D’autres chantiers sont également lancés, tels que la lutte contre le « harcèlement scolaire »[146]. Dès son arrivée au ministère, Najat Vallaud-Belkacem s’engage à la création un corps unique de psychologues de l'Éducation nationale pour consolider leur statut et leur place au sein de l’École[147]. Aussi, elle s'attache à revaloriser la profession de médecin scolaire (amélioration du déroulement de carrière, revalorisation de la rémunération indemnitaire, accueil et tutorat d'internes en médecine dans les services de médecine scolaire facilités)[148].

Le nombre de recrutements d’enseignants continue d’augmenter depuis 2012 (35 000 à la rentrée 2015), poursuivant l’engagement de campagne de François Hollande de créer 60 000 postes[149]. Après avoir rétabli la formation initiale des enseignants avec la création des ESPE, vient s'ajouter un dispositif de formation continue dans le cadre de la réforme du collège (le budget est porté à 72 millions d'euros pour l'année scolaire 2015-2016)[150].

Un chantier de modernisation des métiers est lancé en juillet 2013. La réforme territoriale se concrétise au mois de janvier 2016, avec de nouvelles régions académiques, adaptant l'organisation des services déconcentrés du ministère de l'éducation nationale[151]. Dans le cadre de la réforme du collège, les sections d'enseignement général et professionnel adapté (Segpa) sont confortées : elles bénéficient de la nouvelle organisation du collège (accompagnement personnalisé, enseignements pratiques interdisciplinaires, dotation horaire spécifique) et adoptent un fonctionnement qui vise à une meilleure inclusion dans le collège (pilotage renforcé, suivi pédagogique accentué)[152].

Fin 2015, le ministère de l’Éducation nationale lance une campagne nationale visant à lutter contre l’homophobie dans les établissements scolaires[153].

Le 14 octobre 2015, Najat Vallaud-Belkacem mobilise les équipes académiques et éducatives dans le cadre du plan national de formation pour mettre en œuvre les principales recommandations du rapport de Jean-Paul Delahaye « Grande pauvreté et réussite scolaire : le choix de la solidarité pour la réussite de tous ».

Le 16 décembre 2015, Najat Vallaud-Belkacem et George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, lancent le concours pédagogique national « La Flamme de l’égalité » consacré à l’histoire et aux mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions[154].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

En tant que ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem a généralisé la Caution locative étudiante (Clé), qui permet à l'État de se porter garant des étudiants locataires[155]. En juillet 2015, Najat Vallaud-Belkacem signe avec le ministre de la ville de la jeunesse une circulaire relative à la mise en œuvre d'une période de césure au cours des formations de l'enseignement supérieur[156]. Durant l'été 2015, elle annonce le gel du montant des droits d'inscription[157].

Le « plan 40 000 » logements étudiants lancé dès le 13 mai 2013 vise à mettre en chantier 40 000 logements étudiants d’ici 2017, dont la moitié en Ile-de-France, afin de remédier à la pénurie de logements étudiants et améliorer les conditions de vie des étudiants. Si en avril 2015 le nombre de logements créés était de 11 912[158], il atteint 20 722 au 21 janvier 2016[159].

Lancé en 2014, le Prix Pépite récompense les projets de création d’entreprise innovante issus des Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PEPITE). En 2015, 53 lauréats ont été distingués parmi 451 candidatures[160].

Le 8 septembre 2015, Sophie Béjean et Bertrand Monthubert, respectivement présidente et rapporteur général du comité StraNES, ont remis le rapport final du comité StraNES au Président de la République en présence de Najat Vallaud-Belkacem et de Thierry Mandon. Il dessine une stratégie nouvelle pour l’enseignement supérieur et formule des propositions destinées à faire de la France « une société apprenante » (objectif de 60% d'une classe d'âge diplômée de l’Enseignement supérieur à horizon de 10 ans, formation tout au long de la vie, transition digitale)[161].

À l’issue d’une concertation dont les conclusions avaient été rendues au cours de l’été 2015, le Président de la République a présenté le Plan national de vie étudiante le , soit 35 mesures qui visent à améliorer la qualité de vie des étudiants et leur réussite dans les études[162].

Autres actions[modifier | modifier le code]

Pour revaloriser les métiers de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem soutient l'augmentation de la rémunération de nombreux personnels[163].

Dans la continuité de la réforme des rythmes scolaires, Najat Vallaud-Belkacem pérennise les aides de l'État pour les communes[164].

À l'occasion de la Conférence Nationale du Handicap (CNH) du 11 décembre 2014 à l'Élysée, une série de mesures est adoptée[165] en faveur des élèves en situation de handicap afin de favoriser leur inclusion à l’école[166].

Le nombre de redoublement scolaire étant bien plus élevé en France que dans d'autres pays[167], Najat Vallaud-Belkacem annonce que le recours au redoublement sera limité à des cas exceptionnels[168].

Fin 2015, le ministère de l’Éducation nationale lance une campagne nationale visant à lutter contre l’homophobie dans les établissements scolaires[153].

Idées et positions[modifier | modifier le code]

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.
Najat Vallaud-Belkacem en 2007.
Najat Vallaud-Belkacem en juin 2013.

Égalité des chances et pluralité visible[modifier | modifier le code]

Najat Belkacem met en valeur le concept de « pluralité visible »[169] dans la société française, diversité et égalité n'étant pas incompatibles à son sens. Le 15 septembre 2010, elle écrit et publie avec le sociologue Éric Keslassy un livre pour la Fondation Jean-Jaurès[170] que les éditeurs présentent ainsi : « En pleine surenchère sécuritaire du gouvernement, Éric Keslassy et Najat Vallaud-Belkacem proposent une « troisième voie » pour résoudre les difficultés liées à l’intégration ».

Au-delà même des problèmes liés à l'intégration, Najat Vallaud-Belkacem table sur la notion d'égalité des chances — « égalité des opportunités ». Elle estime qu'elle n'est plus garantie, citant la paupérisation de la société française, aggravée par la crise économique. Elle développe ce point de vue dans une tribune d’opinion du Monde[171] intitulée « Faire payer la crise aux pauvres n’est pas une fatalité[172] », dans laquelle elle revient sur la pauvreté en France et les réponses politiques envisagées et envisageables.

Droits des LGBT[modifier | modifier le code]

Secrétaire nationale au Parti socialiste, elle est chargée des questions de société et des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) puis rapporteuse d'un projet d'évolution de la loi bioéthique[173]. Elle considère qu’il faut « traduire l'évolution du modèle familial dans le droit[174] ».

Sur les questions des droits des personnes LGBT, elle défend l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe ainsi que la lutte contre l’homophobie, la transphobie et les discriminations commises à raison de l'identité de genre. Elle rappelle que ces revendications sont inscrites dans les trente propositions prioritaires du projet du Parti socialiste pour l’élection présidentielle de 2012[175]. Peu avant l'élection présidentielle de 2012, elle représente le candidat François Hollande au meeting Égalité LGBT 2012 organisé par l'Inter-LGBT[176].

Concernant la bioéthique, Najat Vallaud-Belkacem estime que la gestation pour autrui peut être « un instrument supplémentaire de lutte contre l'infertilité  » dans le cadre de « pratiques encadrées et réglementées »[177].

En septembre 2012, Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, est chargée par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault d'une mission de lutte contre l'homophobie et met en œuvre un programme d’action contre les violences et les discriminations contre les personnes LGBT[178].

Place du numérique[modifier | modifier le code]

Najat Vallaud-Belkacem s'occupe de dossiers relatifs à la société de la connaissance, l’Internet libre et les réseaux sociaux. Elle a pris position contre la loi Hadopi et fait partie du Collectif de 40 auteurs[179] du livre La Bataille d’Hadopi[180] lancé par La Quadrature du Net[181],[182], militant majeur dans ce domaine.

À la suite de tweets homophobes, Najat Vallaud-Belkacem interpelle la société américaine Twitter afin qu’elle se conforme à la loi française[183]. Le travail de concertation qu'elle a engagé avec Twitter donne un accès prioritaire aux associations pour le signalement et la suppression de propos illicites[184]. Le 3 juillet 2013, elle propose dans son projet de loi Égalité femmes-hommes d’étendre l’obligation de signalement des hébergeurs aux propos sexistes, homophobes et handiphobes[185]. La disposition entre dans la loi le 4 août 2014.

En tant que ministre de l’Éducation nationale, elle donne la priorité au numérique, avec un investissement d’1 milliard d’euros sur 3 ans, dont l’objectif est de permettre à tous les élèves de disposer d’un outil numérique à l’horizon 2018[186]. Le 5 juin 2015, Najat Vallaud-Belkacem accueille à Paris le 1er Sommet des ministres francophones de l’Enseignement supérieur pour le développement numérique de l’espace universitaire francophone, à l’issue duquel est adoptée une déclaration commune[187].

Lutte contre le sexisme et pour l'égalité[modifier | modifier le code]

Dès sa nomination comme ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem s'engage à faire voter une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel[188], car l'abrogation récente d'une loi a laissé un vide juridique dans ce domaine. Elle porte cette loi devant le parlement avec Christiane Taubira, ministre de la Justice. Promulguée le 6 août 2012, la loi inscrit dans le Code pénal une nouvelle définition du harcèlement sexuel afin de prendre en compte le plus largement possible l'ensemble des situations, de sanctionner les comportements délictueux et d'encourager les victimes à porter plainte[189].

Afin de lutter contre le sexisme et les stéréotypes de genre, Najat Vallaud-Belkacem met en place le programme les « ABCD de l'égalité »[190] qui seront enseignés de manière expérimentale en 2013[191] dans quelque 500 classes du primaire et de la maternelle. L'objectif est d'aboutir à plus de mixité dans l'orientation professionnelle des élèves et à transmettre le respect entre filles et garçons. La mixité des métiers fait l'objet d'une attention particulière, avec une campagne nationale intitulée « Au travail, c'est le talent qui compte », initiée par la Fondation Égalité-Mixité[192].

Afin de lutter contre les inégalités salariales persistantes entre femmes et hommes, Najat Vallaud-Belkacem rend obligatoire par décret publié le 19 décembre 2012, l'adoption d'un accord sur l'égalité salariale et renforce les contrôles pour rendre effectives les sanctions aux entreprises[193]. Quatre mois plus tard, elle annonce les deux premières sanctions infligées à des entreprises ne respectant pas la loi sur l'égalité salariale[194]. Le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle voit ses missions renforcées[195]. L'entrepreneuriat féminin est encouragé, avec un objectif d'atteindre 40% de femmes créatrices d'entreprises d'ici 2017[196]. Le 30 novembre 2012 se tient un comité interministériel aux droits des femmes pour la première fois depuis douze ans[197]. La ministre accueille la réunion des ministres des Droits des femmes de l'Union pour la Méditerranée en septembre 2013[198] et le Sommet mondial des femmes en juin 2014.

En novembre 2013, Najat Vallaud-Belkacem présente un plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes qui double les moyens financiers engagés. L’objectif de ce plan interministériel est d’«empêcher que les violences se forment» et de «ne laisser aucune violence déclarée sans réponse pénale, sanitaire et sociale». Parmi les mesures les plus importantes, le plan prévoit 1 650 nouvelles places d’hébergement d’urgence, la création d'un numéro d'urgence unique, anonyme et gratuit, le 39 19, le doublement des effectifs de travailleurs sociaux dans les commissariats et gendarmeries ainsi que des mesures pour favoriser le dépôt de plaintes, alors que la main courante sans suite est souvent la règle. Le plan prévoit aussi d’améliorer le recueil de preuves en cas de viol avec la mise en place d’un kit post-viol[199],[200], ainsi que des stages de responsabilisation pour les auteurs de violences. L’ordonnance de protection des victimes donne au juge les moyens de prévenir les violences. En matière de violences faites aux femmes, Najat Vallaud-Belkacem est convaincue que tous «nous avons une part de responsabilité pour dénoncer l’insupportable». La lutte contre les mariages forcés et l'excision voit ses dispositions renforcées. L'obtention titres de séjour pour les femmes étrangères victimes de violences conjugales est rendue gratuite [201] et un plan de lutte contre la traite des humains est lancé[202].Pour inciter le public à se mobiliser, une campagne audiovisuelle intitulée «contre les violences, libérons la parole» est lancée, et le plan comporte des mesures visant à former des policiers, enseignants, magistrats et travailleurs sociaux[203],[204]. La généralisation du téléphone Grand Danger, la responsabilisation des auteurs de violences et la prévention contre la récidive ainsi que l’éviction du conjoint violent du domicile figurent également parmi les mesures mises en œuvre[205],[206],[207].

Najat Vallaud-Belkacem porte, comme ministre des Droits des femmes, le projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes[208]. L’objectif de la loi est de « transformer l'égalité en droit, écrite dans les textes, en une égalité en fait »[209], une manière « pragmatique et concrète » de passer à l’égalité réelle[210]. La loi-cadre adopte à la manière de la constitution « une logique transversale pour répondre aux inégalités avec la même cohérence que celles-ci revêtent »[209],[211]. Les mesures-phares de la loi promulguée le 4 août 2014 visent à inciter les pères à prendre un congé parental, à conditionner l'accès aux marches publics au respect par les entreprises de l'égalité professionnelle, à protéger les mères isolées des impayés de pension alimentaire[212], ou encore à étendre à tous les champs de responsabilité le principe de parité[213],[214] (médias, partis politiques, instances publiques, fédérations sportives…) et à favoriser l’accès des femmes aux postes de direction[215] en encourageant les femmes administratrices grâce à différents outils: réseaux, formation, sites Internet[216], application mobile[217]. Najat Vallaud-Belkacem réunit en avril 2013 les dirigeants de 15 grands groupes français, réunion à l'issue de laquelle une convention-cadre sur l'égalité professionnelle est signée, contenant notamment 15 engagements pour l'équilibre des temps de vie[218]. La semaine de l'égalité professionnelle est également créée. Une campagne de lutte contre les stéréotypes sexistes et pour l'égalité voit le jour, avec une opération intitulée "8 mars toute l'année", un concours destiné aux jeunes[219] ainsi qu'une vidéo[220]. La question de l'égalité entre les femmes et les hommes émerge à nouveau dans les politiques publiques, avec des formations et la nomination de référents sur la question au sein de chaque ministère, la création du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes[221] et de la mission interministérielle de protection des femmes contre les violences.

Le , sa réaction dans l'émission de télévision, Le Supplément, face au président de Barakacity, Idriss Sihamedi, musulman salafiste qui refuse de serrer la main des femmes et de condamner le groupe État islamique, est presque unanimement critiquée et jugée comme molle, manquant de fermeté, voire inexistante[222],[223].

Droit à l'avortement[modifier | modifier le code]

Avec la loi du 4 août 2014, Najat Vallaud-Belkacem renforce aussi le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG)[224]. La loi sanctionne toute entrave à l’information sur l'IVG et supprime la condition de détresse avérée que la loi de 1975 exigeait pour ouvrir droit à une IVG[225]. La Ministre des droits des femmes considère que « la liberté des femmes à disposer de leur corps et à décider seules de leur vie » est un « droit fondamental » et non pas « une simple tolérance assortie de conditions »[226]. Elle explique dans une interview que l'entrave à l'information permettra de cibler les sites internet faisant du « prosélytisme anti-IVG » et « [dissuadant] les femmes de faire usage de leur droit dans les premières semaines »[227].

Ces articles s'inscrivent dans une démarche de la ministre des Droits des femmes qui vise à faciliter l’interruption volontaire de grossesse : l'IVG est désormais remboursé à 100% par la sécurité sociale, l'acte médical est revalorisé pour augmenter le nombre de praticiens et un site gouvernemental dédié ivg.gouv.fr est lancé par Najat Vallaud-Belkacem le 27 septembre 2013[228],[229].

Droit de vote des étrangers[modifier | modifier le code]

Elle déclare être en faveur du droit de vote aux élections locales pour les étrangers installés sur le territoire depuis au moins cinq ans[230].

Dépénalisation du cannabis[modifier | modifier le code]

Alors qu'en 2009 elle se prononçait pour la dépénalisation du cannabis, Najat Vallaud-Belkacem déclare en 2015 avoir changé d'avis à la suite de son travail sur la question de la prostitution : « ça a été l’occasion pour moi de rentrer dans les détails de ce que sont les trafics et de leur caractère complètement entremêlé : trafic de drogue, trafic du sexe, trafic des armes. Et mon opinion, c’est qu’il faut être implacable avec ces trafics. Donc oui mon opinion a changé sur ce sujet »[231].

Pénalisation des clients des prostituées[modifier | modifier le code]

Elle soutient les propositions de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution[232],[233],[234].

Pour Najat Vallaud-Belkacem, la prostitution est une violence à l’encontre des femmes[235],[236], qui prend la forme d’une contrainte, soit physique sous forme de proxénétisme ou soit économique[237]. Mais le client n’était, jusqu’à présent, jamais mis face à ses responsabilités. Le parcours de sortie de la prostitution, qui est le cœur de la proposition de loi, consiste à trouver un logement, un emploi, un appui pour régulariser leur situation lorsqu’elles sont étrangères[238].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Attaques personnelles[modifier | modifier le code]

Selon certains médias, Najat Vallaud-Belkacem a été victime de racisme et de sexisme comme plusieurs autres femmes ministres issues de l'immigration[239],[240],[241],[242]. Elle a par exemple été la cible d'attaques de la part d'opposants au mariage homosexuel : « Puisque tu l'aimes tant que ça, le mariage pour tous, t'as qu'à le faire dans ton pays ! »[243].

Le député UMP Éric Ciotti estime quant à lui que le gouvernement dont fait partie Najat Vallaud-Belkacem « s'abrite en permanence derrière » un prétendu racisme « pour éviter toute critique contre (sa) politique »[244].

Conseil de la communauté marocaine à l'étranger[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2011, Najat Vallaud-Belkacem est membre du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME). L'organisation a pour but d'assurer le suivi et l'évaluation des politiques publiques du Maroc envers ses ressortissants à l'étranger, ainsi que de "renforcer la contribution [des ressortissants] au développement économique, social et humain du pays et de consolider les rapports d'amitié et de coopération entre le Maroc et les pays de résidence."[245] Cela passe par l'organisation de colloques, forums, expositions, actions en faveur de l'art marocain ou encore de la culture scientifique.

En 2012, face à des accusations de conflit d'intérêt de la part de l'UMP [246], Vaullaud-Belkacem affirme qu'elle n'est plus membre du CCME et que sa participation antérieure était "un engagement volontaire et bénévole au service de l'intérêt général et du dialogue des cultures"[246]. Elle n'a par ailleurs jamais dissimulé cette participation, et s'est exprimée sur ses enjeux sur certains sites spécialisés[247].

Soutien de Tony Parker pour les législatives 2017[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, le joueur de basketball Tony Parker, connaissant de longue date de Najat Vallaud-Belkacem, a communiqué (sur le site officiel de la candidate), son soutien à sa candidature à Villeurbanne. Puis, précisant sa position, il a fait savoir qu'il n'était pas question d'un soutien officiel à Najat Vallaud-Belkacem, expliquant « avoir mal interprété sa demande, pensant qu'il s'agissait d'une sollicitation personnelle et non politique[248]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage
  • Véronique Bernheim et Valentin Spitz, Najat Vallaud-Belkacem, une gazelle au pays des éléphants, First document, 2012.
Documentaire
  • Françoise Degois et Romain Goguelin, Droit de suite : La discrète ambitieuse, LCP, 2016.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

  • Ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement : 16 mai 2012 - 31 mars 2014
  • Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports : 2 avril 2014 - 25 août 2014
  • Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche : 26 août 2014 - 10 mai 2017

Conseil régional Rhône-Alpes[modifier | modifier le code]

  • Conseillère régionale de Rhône-Alpes de 2004 à 2008
    • Vice-présidente chargée de la culture de 2004 à 2007
    • Présidente de la commission culture de 2007 à 2008

Conseil de la communauté marocaine à l'étranger[modifier | modifier le code]

Conseil municipal de Lyon[modifier | modifier le code]

  • Conseillère municipale de la ville de Lyon, 3e arrondissement sur la liste de Thierry Philip élue le 9 mars 2008 ; elle démissionne le 4 février 2013
  • Sixième (puis cinquième) adjointe au maire de Lyon Grands événements - Jeunesse - Vie associative de 2008 à 2012
  • Conseillère communautaire de la Communauté urbaine de Lyon de 2008 à 2013

Conseil général du Rhône[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche biographique », sur gouvernement.fr (consulté le 10 octobre 2016)
  2. a, b et c Fouâd Harit, « Najat Vallaud-Belkacem, de Béni Chiker au gouvernement français », sur le site afrik.com de la société L’Afrique sur Internet, .
  3. Hind Meddeb, « Najat Vallaud Belkacem, du Rif aux bancs de Sciences Po », sur le site France Info, (consulté le 28 août 2014).
  4. a, b, c et d Jacques Bertoin, « Najat Belkacem, la vie en rose », sur le site du magazine Jeune Afrique, (consulté le 28 août 2014).
  5. Fabrice Julien et Gaël Rivallain, « Belkacem, femme de devoirs », sur Le Courrier picard, (consulté le 1er septembre 2014).
  6. a et b Isabelle Maradan, « Les 20 ans de Najat Vallaud-Belkacem », sur le site du magazine L'Étudiant, (consulté le 28 août 2014).
  7. Valentine Pasquesoone, « Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. A-G.R. et AFP, « Vallaud-Belkacem attaquée sur sa double nationalité », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  9. 3e paragraphe Sur le site pouvoir-et-seduction.net
  10. « Najat Belkacem - "Je suis à l'aise avec ma double culture" », Notrefamille.com,‎ (lire en ligne)
  11. « Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole » sur L'Express, 16 mai 2012.
  12. « Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole » sur Le Nouvel Observateur, 16 mai 2012.
  13. « Arnaud Montebourg et Boris Vallaud présentent le projet Center Parc », Le Journal de Saône-et-Loire,
  14. Nouveau dir.cab pour Montebourg, Le Figaro, 18 avril 2013.
  15. « Boris Vallaud nommé secrétaire général adjoint de l'Élysée », RTL, avec AFP, (consulté le 19 novembre 2014)
  16. « Quand Ségolène Royal se défile, Najat Belkacem s'impose » sur Libération, 2 juillet 2008.
  17. Jean-Jack Queyranne nomme Yvon Deschamps Sur le site regionsmagazine, en milieu de page
  18. Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les Américains
  19. « Chassé-croisé avec Najat Belkacem, porte-parole de Ségolène Royal » Sur le site yabiladi.com, 7 mars 2007.
  20. Benzema / Belkacem : premiers lyonnais de l'année 2007 Sur le site lyoncapitale.fr du 20 décembre 2007
  21. a et b Valérie Rosso-Debord accuse à tort Najat Vallaud-Belkacem d'appartenir à une instance marocaine, dépêche de l'AFP - sur le site de L'Express, consulté le 28 avril 2012
  22. « Groupe de travail "Approche genre et nouvelles générations" », sur ccme.org.ma/fr
  23. Prospective en politique : apprendre à anticiper l’avenir pour mieux le construire, printemps 2010-2011.
  24. Deux porte-parole pour Ségolène Royal, 17 mars 2009.
  25. Les proches de Ségolène Royal, 10 mai 2011.
  26. « L'équipe de François Hollande dévoilée », sur LeMonde.fr,
  27. « La porte-parole de François Hollande refuse un parachute du PS », Le Point, du 18 novembre 2011.
  28. Décret du 16 mai 2012 relatif à la composition du Gouvernement publié au Journal officiel du 17 mai 2012.
  29. Jacques Boucault, « A Lyon, la défection de Najat Vallaud-Belkacem désarçonne le PS », Le Monde, .
  30. « Anne Brugnera succède à Najat Belkacem », Lyon-info,
  31. « Najat Vallaud-Belkacem démissionne du conseil municipal de Lyon », in lexpress.fr, 4 février 2013.
  32. Décret du 2 avril 2014 relatif à la composition du Gouvernement (lire en ligne)
  33. DÉCRET DU 26 AOÛT 2014 RELATIF À LA COMPOSITION DU GOUVERNEMENT (lire en ligne)
  34. « Haïe ou adulée, de quel bois est faite Najat Vallaud-Belkacem ? », sur L'Obs (consulté le 4 février 2016)
  35. Cédric Pietralunga, « François Hollande procède à un remaniement a minima », sur lemonde.fr, (consulté le 6 décembre 2016).
  36. E.F. avec AFP, « Villeurbanne : Najat Vallaud-Belkacem officialise son souhait d'être candidate aux Législatives dans la 6e circonscription du Rhône », 20minutes.fr, (consulté le 7 février 2017)
  37. Agence France Presse, « Primaire de la gauche: Vallaud-Belkacem soutient Valls », lepoint.fr, (consulté le 12 décembre 2016)
  38. Marie Piquemal, Rachid Laïreche et Jonathan Bouchet-Petersen, « Najat Vallaud-Belkacem : «Il est temps de faire campagne !» », liberation.fr, (consulté le 7 février 2017)
  39. Louis Hausalter, Législatives : la grosse déprime de la "génération Hollande" tuée par Macron, marianne.net, 15 juin 2017
  40. « VIDEO. Macron "n’a pas été loyal", selon Najat Vallaud-Belkacem », sur Ouest France,
  41. « Composition du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem », sur gouvernement.fr (consulté le 30 décembre 2012)
  42. « Les mains dans le cambouis aux Droits des femmes », Libération,
  43. « Droits des femmes : Vallaud-Belkacem passe à l'acte », Europe 1,
  44. Anne-Marie Rocco, « Egalité professionnelle homme/femme : le classement des meilleures entreprises », Challenges,
  45. http://lelab.europe1.fr/t/laura-flessel-missionnee-par-najat-vallaud-belkacem-pour-veiller-a-la-parite-dans-le-sport-televise-6337
  46. http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Najat-Vallaud-Belkacem-Nous-agirons-contre-le-temps-partiel-subi-_NP_-2012-12-11-886605
  47. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/30/contre-les-stereotypes-et-le-sexisme-d-habitude-il-faut-agir-sur-les-mentalites_1798347_3224.html
  48. Marie-Laure Makouke, « Najat Vallaud-Belkacem est la révélation politique de l’année 2012 », Terrafemina,‎
  49. « Seize grandes entreprises vont ouvrir leur hiérarchie aux femmes », sur 20minutes.fr (consulté le 11 février 2016)
  50. Charlotte Rotman, « Najat Vallaud-Belkacem : «Je prends le pouls de la France, sans intermédiaire» », Libération,
  51. Jim Jarrassé, « Najat Vallaud-Belkacem fait la com du gouvernement sur le Web », Le Figaro, .
  52. Royal, Montebourg, Hamon... l'équation risquée de Manuel Valls, Le Monde, 2 avril 2014
  53. « Najat Vallaud Belkacem fait sa révolution », Journal du dimanche,
  54. « Politique de la ville : la carte de la nouvelle géographie prioritaire dévoilée », La Gazette des Communes,
  55. « La nouvelle carte des 1 300 quartiers prioritaires », Le Monde,
  56. lefigaro.fr, « Le gouvernement va investir 600 millions pour les quartiers difficiles », sur Le Figaro (consulté le 21 février 2016)
  57. « La clause du quartier le plus favorisé au service du développement durable ? », sur Actu-Environnement (consulté le 21 février 2016)
  58. « 100 000 jeunes en service civique : le casse-tête du financement », Le Monde,
  59. « Evreux : Vallaud-Belkacem croit en la Garantie jeunes », sur paris-normandie.fr (consulté le 11 février 2016)
  60. « Najat Vallaud-Belkacem lance le chantier de la simplification pour les associations », sur La Gazette des Communes (consulté le 21 février 2016)
  61. «La France s'engage» : les 15 «initiatives solidaires» de Hollande, sur leparisien.fr (consulté le 21 février 2016)
  62. « Qui sommes nous ? - La France s'engage », sur La France s'engage (consulté le 21 février 2016)
  63. Benoît floc'h, « Le monde universitaire réclame un ministre « pour le défendre » », Le Monde, (consulté le 30 avril 2015)
  64. Nicolas Chapuis, « L’Elysée annonce un mini-remaniement du gouvernement Valls », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  65. Olivier Faye, Matthieu Goar et Abel Mestre, « Najat Vallaud-Belkacem, visée par les snipers de la droite », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  66. a et b Libération et AFP, « Vallaud-Belkacem, cible privilégiée en pleine rentrée scolaire », Libération,‎ (lire en ligne)
  67. Isabelle Hanne, « Une presse qui s'engraisse au filon de la haine », Libération,‎ (lire en ligne)
  68. Elsa Freysonnet, « La fusée Vallaud-Belkacem », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  69. G. S., « Sondage : La cote de Najat Vallaud-Belkacem bondit… à droite », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  70. Le Monde, « François Hollande devient le président le plus impopulaire de la Ve République », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  71. Le Parisien, « Hollande et Valls dégringolent dans les sondages », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  72. « La difficile équation de la réforme de l’éducation prioritaire », sur France info (consulté le 4 février 2016)
  73. Mattea Battaglia, « Najat Vallaud-Belkacem : « Je crois en l’élite, à condition qu’elle soit ouverte et renouvelée » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  74. « Najat Vallaud-Belkacem présente sa réforme de l'éducation prioritaire », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  75. Plusieurs dizaines de lycées de ZEP en grève, lemonde.fr, 16 novembre 2016
  76. Les lycées de ZEP poursuivent la grève pour obtenir des moyens supplémentaires, Aurélie Collas, lemonde.fr, 4 janvier 2017
  77. « Les mesures de l’après-« Charlie » au collège et au lycée », Le Monde,
  78. « École et laïcité : les pistes de Najat Vallaud-Belkacem », Le Figaro,
  79. Séverin Graveleau, « Un enseignement moral et civique du CP au bac », lemonde.fr, (consulté le 31 août 2015)
  80. « Rentrée scolaire : la laïcité à marche forcée », Le Monde,
  81. Caroline Beyer, « École : les mères voilées pourront accompagner les sorties », lefigaro.fr, (consulté le 30 avril 2015)
  82. «Jupe trop longue»: Vallaud-Belkacem salue le «discernement» du collège, 20minutes.fr, (consulté le 30 avril 2015)
  83. Najat Vallaud-Belkacem, « Réforme du collège : la réponse de Najat Vallaud-Belkacem », lefigaro.fr, (consulté le 30 avril 2015)
  84. « La réserve citoyenne va voir le jour à la rentrée », sur francetv info (consulté le 4 février 2016)
  85. Aurélie Collas, « L’école mobilisée pour former des citoyens », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  86. « Attentats : de nouvelles mesures pour la sécurité dans les écoles », sur europe1.fr (consulté le 15 février 2016)
  87. « Les ministres européens de l’Education veulent prévenir la radicalisation », sur L'Opinion (consulté le 17 février 2016)
  88. « Près de 200 cadres de l’Education nationale formés pour lutter contre la radicalisation », sur France info (consulté le 17 février 2016)
  89. « Une évaluation pour les élèves de CE2 à la rentrée 2015 », sur RTL.fr (consulté le 21 février 2016)
  90. Réforme du collège - Vallaud-Belkacem : "Que les conservateurs tombent les masques !", entretien, lepoint.fr, 20 avril 2015
  91. « Réforme du collège : pourquoi tant de haine ? », sur Libération.fr (consulté le 4 février 2016)
  92. « Réformer le collège pour tenir la promesse républicaine de l’école », sur LeMonde.fr
  93. a, b et c Bérénice Levet : « l'École républicaine a implosé, elle n'est plus », entretien, lefigaro.fr, 24 juin 2016
  94. « Najat Vallaud-Belkacem reçoit les félicitations de l'OCDE », sur Libération.fr (consulté le 4 février 2016)
  95. « Brighelli - Collège : une réforme contre le réel », Le Point, 6 octobre 2015
  96. « Réforme du collège : Vallaud-Belkacem fustige les "pseudo-intellectuels" », Les Echos, 30 avril 2015.
  97. « Réforme du collège : les «pseudo-intellectuels» se rebiffent », Le Figaro, 6 mai 21015.
  98. lefigaro.fr, « Latin, histoire, classes bilangues : les points chauds de la réforme du collège », sur Le Figaro (consulté le 7 avril 2016)
  99. Réforme du collège : la double faute de Najat Vallaud-Belkacem, lefigaro.fr, 16 février 2016
  100. La réforme du collège menace-t-elle l’enseignement des langues ?, LOYS BONOD, FRÉDÉRIQUE ROLET et texte collectif, humanite.fr, 29 avril 2015
  101. « Les futurs horaires du « collège 2016 »auteur=Aurélie Collas », lemonde.fr, (consulté le 30 avril 2015)
  102. Marie Piquemal, « Najat Vallaud-Belkacem reçoit les félicitations de l'OCDE », liberation.fr, (consulté le 16 juillet 2015)
  103. « Michel Lussault : Sur les programmes scolaires, il y a un effort d’explication à faire et nous le ferons », Les Echos,
  104. Pierre Nora : "Les nouveaux programmes reflètent la crise", lejdd.fr, 2 mai 2015
  105. Samuel Laurent et Leila Marchand, « Réforme du collège : ce qui est vrai, ce qui est faux », lemonde.fr, (consulté le 16 juillet 2015)
  106. « Programmes d’histoire : « Ce serait une nouveauté radicale que d’installer le roman national dans le secondaire » », Le Monde,
  107. « Nicolas Offenstadt: «Des oppositions à la réforme pitoyables» », Libération,
  108. « Enseignement de l’histoire au collège : halte aux mensonges et aux fantasmes ! », France Culture,
  109. « Enseigner l’histoire dans les cycles de la scolarité obligatoire », France Culture,
  110. «Il faut donner le goût des maths aux élèves», sur m.20minutes.fr (consulté le 11 février 2016)
  111. « Programmes de l'école maternelle », Site du ministère de l'éducation nationale, 18 février 2015.
  112. « Programmes de l'école élémentaire et du collège », Site du ministère de l'éducation nationale, 26 novembre 2015.
  113. « Merci de nous les envoyer, Madame la ministre », Site du Syndicat National Unitaire des instituteurs professeurs des écoles et pegc d'Eure-et-Loir (SNUipp), consulté le 26-6-2016.
  114. Europe1fr, « "Il n'a jamais été question de revoir la notation" - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 4 février 2016)
  115. « Nouveaux programmes scolaires: cycles de trois ans et autonomie des profs favorisée », sur Libération.fr (consulté le 18 février 2016)
  116. L’inquiétant niveau des élèves français en maths et sciences, lemonde.fr, 29 novembre 2016
  117. Les élèves français mauvais en maths : Retailleau tacle Vallaud-Belkacem, lepoint.fr, 30 novembre 2016
  118. Mathématiques et sciences : les écoliers français en chute libre, lefigaro.fr, 29 novembre 2016
  119. « Najat Vallaud-Belkacem, la communicante devenue stratège », Le Monde,
  120. « Najat Vallaud-Belkacem veut « des dictées quotidiennes à l’école » », Le Monde,
  121. « Evaluation des élèves, livret scolaire: le décret est publié, voici ce qui va changer à la rentrée 2016 », sur lci.tf1.fr,
  122. « En Isère, un directeur d'école mis en examen pour des viols », sur Libération.fr (consulté le 7 avril 2016)
  123. « Le projet de loi dit "Villefontaine" : vote du Parlement - France 3 Rhône-Alpes », sur France 3 Rhône-Alpes (consulté le 7 avril 2016)
  124. « La loi sur l'information de l'administration adoptée », sur cafepedagogique.net (consulté le 7 avril 2016)
  125. Contrôle surprise pour les écoles hors contrat, Marie Piquemal, liberation.fr, 9 juin 2016
  126. [1]
  127. http://www.lemonde.fr/education/article/2014/11/19/neuf-mesures-pour-les-ecoles-de-seine-saint-denis_4525626_1473685.html
  128. SkyrockFM, « Najat Vallaud-Belkacem face aux auditeurs de Skyrock sur le Droit au retour en formation (extraits) », sur youtube.com, (consulté le 4 février 2016)
  129. La Voix du Nord, « L’«école ouverte»: se préparer à la rentrée sans stresser », sur La Voix du Nord (consulté le 17 février 2016)
  130. « Vallaud-Belkacem chante les louanges des lycées professionnels pour les 30 ans du Bac pro », sur leparisien.fr (consulté le 17 février 2016)
  131. « Un «pôle de stages» va voir le jour dans chaque école », sur lesechos.fr (consulté le 17 février 2016)
  132. « Najat Vallaud-Belkacem en Touraine pour promouvoir l'apprentissage », sur France Bleu (consulté le 17 février 2016)
  133. La Voix du Nord, « Bruay-La Buissière : la ministre Najat Vallaud-Belkacem en visite au lycée de travaux publics ce vendredi », sur La Voix du Nord (consulté le 21 février 2016)
  134. Clarisse Fabre, « L’éducation artistique après « Charlie » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  135. « Éducation musicale : seconde édition de « L’École en chœur » », sur VousNousIls (consulté le 21 février 2016)
  136. « Nantes. [VIDEO] Najat Vallaud-Belkacem à l'écoute des acteurs du sport éducatif », sur Presse Océan (consulté le 19 février 2016)
  137. « Division par deux du prix de la licence UNSS dans les collèges REP+ et les lycées professionnels de l'éducation prioritaire », sur Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 21 février 2016)
  138. Directmatin, « Najat Vallaud-Belkacem : "L'échec scolaire n'est pas une fatalité" | www.directmatin.fr », sur directmatin.fr (consulté le 18 février 2016)
  139. « Etat de l'école 2015 »
  140. « rapport Duran »
  141. « Une convention ruralité signée pour remédier à la baisse des effectifs scolaires », sur La Montagne,
  142. « Vers la fin des petites écoles rurales ? », sur LeMonde.fr
  143. SkyrockFM, « Najat Vallaud-Belkacem face aux auditeurs de Skyrock sur le Droit au retour en formation (extraits) », sur youtube.com, (consulté le 21 février 2016)
  144. « Bac 2015: ce dispositif que personne ne connaît pour récompenser les meilleurs », sur LExpress.fr (consulté le 21 février 2016)
  145. Adrien de Tricornot, « APB : six mesures contre les ratés de l’orientation post-bac », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  146. « #NonAuHarcèlement : Najat Vallaud-Belkacem présente le plan contre le harcèlement scolaire », sur madmoiZelle.com (consulté le 4 février 2016)
  147. « Renforcement de la place et du rôle de la psychologie à l'école », sur net-iris.fr (consulté le 21 février 2016)
  148. « Des mesures pour révaloriser le métier de médecin scolaire (Vallaud-Belkacem) », sur VousNousIls (consulté le 21 février 2016)
  149. « Hollande: 35.000 postes d'enseignement créés depuis 2012, 60.000 d'ici fin 2017 », sur ladepeche.fr (consulté le 4 février 2016)
  150. « "Effort exceptionnel" pour la formation continue des enseignants en 2015-2016 (Vallaud-Belkacem) », sur LEntreprise.com (consulté le 21 février 2016)
  151. « Les nouvelles régions académiques sont nées », sur La Gazette des Communes (consulté le 15 février 2016)
  152. « Segpa : La circulaire d'application », sur cafepedagogique.net (consulté le 21 février 2016)
  153. a et b « Le ministère de l’Education lance sa campagne contre l’homophobie à l’école », sur Parents.fr (consulté le 18 février 2016)
  154. Rédac Creoleways, « Discriminations, histoire et mémoire de l’esclavage : Concours national «La Flamme de l’égalité» », sur Creoleways (consulté le 21 février 2016)
  155. « Caution locative : tous les étudiants pourront désormais compter sur l'État pour leur logement - Letudiant.fr », sur letudiant.fr (consulté le 17 février 2016)
  156. « L'année de césure désormais autorisée pour les étudiants », sur lesechos.fr (consulté le 18 février 2016)
  157. « Rentrée 2015 : gel des droits d'inscription pour les étudiants », sur leparisien.fr (consulté le 18 février 2016)
  158. « Logement étudiant : avancée très positive du », sur digiSchool media (consulté le 21 février 2016)
  159. « La réussite étudiante », sur Gouvernement.fr (consulté le 21 février 2016)
  160. « Prix Pépite : les trois projets qui se démarquent », sur start.lesechos.fr (consulté le 21 février 2016)
  161. « Rapport de la StranES », sur Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche,
  162. « Plan national de la vie étudiante : ce qui devrait changer à la rentrée 2015 - L'Etudiant », sur letudiant.fr (consulté le 21 février 2016)
  163. « Vallaud-Belkacem veut un coup de pouce aux salaires des instit' », sur europe1.fr (consulté le 19 février 2016)
  164. « VIDEO. Education : le financement des rythmes scolaires maintenu », sur francetv info (consulté le 18 février 2016)
  165. La Voix du Nord, « Scolarisation des enfants handicapés: Hollande annonce de nouvelles unités d’accueil (INFOGRAPHIE) », sur La Voix du Nord (consulté le 21 février 2016)
  166. « L'École inclusive : une dynamique qui s'amplifie en faveur des élèves et des étudiants en situation de handicap », sur Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 21 février 2016)
  167. Basil Burlumi, « La France, championne du redoublement scolaire », sur Sciences Humaines (consulté le 16 février 2016)
  168. « Le redoublement sera limité à des cas exceptionnels », sur francetv info (consulté le 16 février 2016)
  169. Najat Vallaud-Belkacem - pour une égalité des opportunités Sur le site worldconf.eu
  170. Pluralité visible et égalité des opportunités Sur le site jean-jaures.org
  171. Voir dossier du Monde du 28 octobre 2011.
  172. « Faire payer la crise aux pauvres n’est pas une fatalité », lemonde.fr, 27 octobre 2011.
  173. Madeleine Bazin de Jessey, « Najat Vallaud-Belkacem à l'Éducation nationale : un choix marketing ? », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  174. « Bioéthique : Traduisons l'évolution du modèle familial dans le droit », Le Monde, 16 février 2011.
  175. « Engagement 26 du projet du Parti socialiste pour 2012 ».
  176. « Les candidats à la présidentielle passent leur grand oral LGBT », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  177. « Gestation pour autrui: l’éthique du don… | Najat Vallaud-Belkacem » (consulté le 23 février 2017)
  178. Catherine Mallaval, « Homophobie, c'est la lutte nationale », Libération, .
  179. Les 40 auteurs de la Bataille Hadopi
  180. La bataille Hadopi Sur le site inlibroveritas.net
  181. La Quadrature du net
  182. [PDF] La bataille Hadopi Najat Vallaud-Belkacem, « Quand le vide idéologique rencontre la peur de l’avenir : Hadopi » (page 213).
  183. Boris Manenti, « Najat Vallaud-Belkacem : "Non à la haine sur Twitter" », Le Nouvel Observateur, .
  184. « Signalement de tweets illicites : SOS Homophobie prioritaire depuis mars », in PC INpact, 24 juin 2013.
  185. « FAI et hébergeurs tenus de dénoncer les propos sexistes et homophobes ? », in PC INpact, 4 juillet 2013.
  186. « « Un milliard d'euros sur trois ans » pour le numérique à l'école », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  187. Rédaction Online, « Le Potentiel Online », sur lepotentielonline.com (consulté le 21 février 2016)
  188. Emilie Poyard, « Harcèlement sexuel : le point avec Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira », Elle.fr,
  189. « La loi sur le harcèlement sexuel promulguée au Journal officiel », LeNouvelObs,
  190. Véronique Soulé, « L’égalité à mauvaise école », Libération,
  191. Claire Chartier, « Najat Vallaud-Belkacem lance un programme « anti-sexisme » en maternelle », L'Express,
  192. « Égalité professionnelle : une campagne inspirante pour la mixité des métiers », sur terrafemina.com (consulté le 9 février 2016)
  193. Ide Parenty, « Égalité salariale : ce que dit la nouvelle loi », Terrafemina,
  194. AFP, « Premières sanctions contre les inégalités salariales », Libération,
  195. « Une synergie des actions de promotion des droits des femmes | Actualités | Actualités et agenda », sur lecese.fr (consulté le 10 février 2016)
  196. « Création d’entreprise : objectif 40% de femmes d’ici 2017 - Elle », sur elle.fr, (consulté le 10 février 2016)
  197. jerome Lebleu - cms whatson web , CNIDFF, « Comité interministériel aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes - Info femmes : CNIDFF - Centre National d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles - Le réflexe égalité », sur infofemmes.com (consulté le 9 février 2016)
  198. Karen Lajon, « "L’Union pour la Méditerranée n'est plus une coquille vide" - leJDD.fr », sur LeJDD.fr (consulté le 9 février 2016)
  199. Muriel Salmona, « Un kit d'urgence en cas de viol : un premier pas important envers les victimes, mais... », NouvelObs,
  200. « L’examen post-viol », Surviverape.org
  201. Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile - Article L313-12 (lire en ligne)
  202. « Exploitation sexuelle, travail forcé, traite humaine : la France annonce un plan national », sur RTL.fr (consulté le 15 février 2016)
  203. « Le gouvernement lance un plan contre les violences faites aux femmes », Libération,
  204. « Violences faites aux femmes : les 8 mesures choc du plan de lutte », NouvelObs,
  205. « Najat Vallaud-Belkacem: «L’éviction du domicile du conjoint violent, c'est une vraie nouveauté» - France - RFI », sur rfi.fr (consulté le 4 février 2016)
  206. « Violences conjugales : le téléphone "grand danger" déployé en France », sur RTL.fr (consulté le 4 février 2016)
  207. « Ce plan pour lutter contre les violences faites aux femmes », sur europe1.fr (consulté le 4 février 2016)
  208. Claire Alet, « Une loi pour l'égalité femmes-hommes », Alternatives économiques,
  209. a et b Camille Bordenet, « Droits des femmes : « Cette loi est un pack réunissant toutes celles qui la précèdent » », Le Monde,
  210. Emmanuel Berretta, « Najat Vallaud-Belkacem : "Une loi pratique et concrète pour l'égalité des sexes" », Le Point, 31 juillet 2014 2014
  211. Elsa Fondimare, « La volonté d’une égalité des droits effective et concrète entre les femmes et les hommes », La Revue des Droits de l’Homme,
  212. Le Parisien, « Une pension alimentaire minimale pour les mères isolées - Le Parisien », sur m.leparisien.fr (consulté le 11 février 2016)
  213. Marie Turcan, « La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes en 10 points », Les Inrockuptibles,
  214. Clémentine Fitaire, « Najat Vallaud Belkacem : "L’égalité hommes femmes n’est pas un sujet secondaire », Aufeminin.com,
  215. « Najat Vallaud-Belkacem : "Non, les femmes ne manquent pas pour intégrer Comex et Codir !" », sur terrafemina.com (consulté le 4 février 2016)
  216. « Les concours », sur ellesentreprennent.fr (consulté le 11 février 2016)
  217. « Sa nouvelle idée pour favoriser l'égalité hommes-femmes », sur Le Huffington Post (consulté le 11 février 2016)
  218. « Parité: 15 entreprises s’engagent contre le plafond de verre - Elle », sur elle.fr, (consulté le 11 février 2016)
  219. « Concours ÉgalitéE 2014 : les récompensées ! », sur madmoiZelle.com (consulté le 9 février 2016)
  220. FemmesLea, « Nouvelle campagne inégalités femmes - hommes », sur youtube.com, (consulté le 11 février 2016)
  221. « Femmes: Danielle Bousquet sera nommée présidente du Haut Conseil à l'égalité », sur lexpress.fr (consulté le 9 février 2016)
  222. « Un intégriste sur le plateau de Canal + : Céline Pina interpelle Najat Vallaud-Belkacem », Le Figaro, 26 janvier 2016.
  223. « Najat Vallaud-Belkacem, retour sur un couac. La polémique ne cesse d'enfler sur les réseaux sociaux. La réaction de la ministre face au salafiste Idriss Sihamedi est unanimement critiquée. », Le Point, 26 janvier 2016.
  224. « IVG : un droit protégé et renforcé », sur najat-vallaud-belkacem.com, (consulté le 8 décembre 2014).
  225. « Interview de Najat Vallaud-Belkacem à l’Express : "Le débat sur l'IVG a réveillé les hyper-conservateurs" », L'Express,
  226. « La volonté d’une égalité des droits effective et concrète entre les femmes et les hommes », La Revue des Droits de l'Homme,
  227. Éric Mettout, « Le débat sur l'IVG a réveillé les hyper-conservateurs », L'Express,‎ (lire en ligne)
  228. « IVG.gouv.fr : le premier site officiel d’information sur l’IVG est lancé ! », Mademoizelle.fr,
  229. « Le gouvernement lance un site d’information sur l’avortement », La Croix,
  230. « PRÉSIDENTIELLE Najat Vallaud-Belkacem a répondu à vos questions... », sur 20minutes.fr,
  231. Rémi Clément, « Pour Najat Vallaud-Belkacem, contrairement à 2007, une femme pourrait être élue présidente en France aujourd'hui », lelab.europe1.fr, 13 avril 2015.
  232. « La question n'est pas de savoir si nous voulons abolir la prostitution – la réponse est oui – mais de nous donner les moyens de le faire", a déclaré la porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, qui a rappelé qu'une résolution adoptée par le Parlement avec le soutien de tous les partis préconisait la pénalisation des clients. » — Najat Vallaud-Belkacem - Journal du dimanche - juin 2012
  233. La ministre du Droit des femmes relance le débat sur le statut pénal du racolage et sur la pénalisation des clients, Le Nouvel Observateur, 24 juin 2012.
  234. Prostitution : Najat Vallaud-Belkacem veut la sanction mais pas la prison pour le client, L'Express, 29 septembre 2013
  235. « Vallaud-Belkacem: "la prostitution, une violence" », Europe1,
  236. « Vallaud-Belkacem: "Derrière des violences faites aux femmes, il y a une insulte" », FranceTVInfo,
  237. « Débat sur le projet de loi sur la prostitution », France Inter,
  238. « Prostitution: ce que prévoit la proposition de loi », Le Point,
  239. Tristan Quinault Maupoil, « À droite, certaines critiques contre Najat Vallaud-Belkacem passent mal », sur lefigaro.fr, .
  240. Barbara Krief, « Racisme, sexisme : Najat Vallaud-Belkacem, la cible idéale », sur nouvelobs.com, .
  241. Thierry de Cabarrus, « Najat Vallaud-Belkacem, cible des réac' : comme Taubira, elle subit racisme et sexisme », sur nouvelobs.com, .
  242. « SOS Racisme défend Najat Vallaud-Belkacem face aux attaques racistes », sur europe1.fr, .
  243. Hélène Pillon, « Ces femmes politiques dans le viseur des racistes », sur lexpress.fr, .
  244. « Taubira, Vallaud-Belkacem: le gouvernement « s’abrite en permanence derrière » le racisme (Ciotti) », vousnousils, l'emag de l'éducation, 13 mai 2015.
  245. « CCME - Le Conseil », sur www.ccme.org.ma (consulté le 23 février 2017)
  246. a et b « L'UMP accuse à tort Vallaud-Belkacem d'appartenir à une instance marocaine », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  247. « Najat Belkacem, membre du Conseil des Marocains de l'étranger, donne sa vision », Bladi.net,‎ (lire en ligne)
  248. « SOUTIEN DE NAJAT VALLAUD-BELKACEM À VILLEURBANNE, TONY PARKER RETROPÉDALE », sur Le Parisien,
  249. « Communiqué du Cabinet royal », sur ccme.org.ma, (consulté le 16 novembre 2012).
  250. http://www.ccme.org.ma/fr/ccme/groupes-de-travail/1881