Cécile Duflot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duflot.
Cécile Duflot
Cécile Duflot en 2010.
Cécile Duflot en 2010.
Fonctions
Députée de la 6e circonscription de Paris
En fonction depuis le
(2 ans 4 mois et 25 jours)
Prédécesseur Danièle Hoffman-Rispal

(1 mois et 1 jour)
Élection 17 juin 2012
Prédécesseur Danièle Hoffman-Rispal
Coprésidente du Groupe écologiste
à l'Assemblée nationale
En tandem avec Barbara Pompili (2015-2016)
François de Rugy (2016)
Prédécesseur François de Rugy
Successeur Dissolution du groupe
Ministre du Logement et de
l'Égalité des territoires

(1 an 10 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Prédécesseur Benoist Apparu
Successeur Sylvia Pinel
Conseillère régionale d'Île-de-France
Présidente du groupe Europe Écologie Les Verts

(2 ans 3 mois et 1 jour)
Prédécesseur Jean-Vincent Placé
Successeur Mounir Satouri
Secrétaire nationale des Verts puis
d'Europe Écologie Les Verts

(3 ans 11 mois et 28 jours)
Prédécesseur Yann Wehrling
Successeur Disparition du parti

(1 an 7 mois et 10 jours)
Prédécesseur Création du parti
Successeur Pascal Durand
Biographie
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne)
Nationalité Française
Parti politique Les Verts (2001-2010)
EELV (depuis 2010)
Diplômée de Université Paris-Diderot
ESSEC
Profession Urbaniste

Cécile Duflot, née le à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), est une femme politique française.

Secrétaire nationale des partis écologistes Les Verts de 2006 à 2010 et Europe Écologie Les Verts (EELV) de 2010 à 2012, elle est élue députée de la sixième circonscription de Paris le . Du au , elle est ministre du Logement et de l'Égalité des territoires dans le premier et le second gouvernement Jean-Marc Ayrault.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Fille aînée d'une mère professeur de physique-chimie[1] et d'un père cheminot, tous deux syndicalistes[2], Cécile Duflot passe toute son enfance et son adolescence à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne)[3], dans le quartier de Montereau-Surville (à l'école Jules-Ferry, au collège, puis au lycée André-Malraux)[4]. À 17 ans, pour éviter de longs trajets, elle quitte ses parents et s'installe dans une dépendance de la maison de son grand-père à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne)[5].

Elle obtient un bac B en 1992, puis une maîtrise et un DEA — consacré aux lieux de vacances[6] — de géographie[7] à l'université Paris-Diderot en 1997[5], et milite parallèlement au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC)[8] et de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO)[9]. Outre ses études, elle est écrivain public à la prison de la Santé avec le Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées (Genepi)[7] et multiplie les petits boulots (baby-sitteuse, testeuse de médicaments, standardiste, télémarketeuse)[9]. En 1998, elle réussit le concours de directeur de la Protection judiciaire de la jeunesse et est admise sur titres à l'ESSEC dont elle sort diplômée, par la voie de l'apprentissage, en économie urbaine en 2000[5]. Cette urbaniste de profession exerce alors dans un groupe immobilier spécialisé dans le logement social à Créteil[10], d'abord à temps plein, puis à temps partiel depuis son entrée à la direction des Verts en 2003[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

De son premier mariage, Cécile Duflot a un fils et deux filles. En 2006, elle entretient une relation avec Jean-Vincent Placé[11]. En 2008, elle donne naissance à une troisième fille avec le photographe Xavier Cantat (frère aîné de Bertrand Cantat, chanteur du groupe Noir Désir)[12], également membre d'EELV et qui a été maire adjoint de Villeneuve-Saint-Georges[13],[14].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Elle adhère aux Verts en 2001 et se présente la même année aux élections municipales à Villeneuve-Saint-Georges[15]. Elle y devient conseillère municipale dans l'opposition en juin 2004[1].

En , Cécile Duflot est élue au collège exécutif, l'instance de direction des Verts[1]. Elle organise notamment l'acquisition par les Verts de leur siège national. Elle devient porte-parole du parti en . Candidate à l'investiture des Verts pour l'élection présidentielle de 2007, elle recueille 23,29 % des voix au premier tour le , derrière Dominique Voynet (35,45 %) et Yves Cochet (28,33 %)[16].

Secrétaire nationale des Verts[modifier | modifier le code]

Cécile Duflot à une réunion publique organisée par les Verts, le à Paris.

Le , elle est élue secrétaire nationale des Verts par le Conseil national inter régional, succédant ainsi à Yann Wehrling[15]. À 31 ans, elle devient alors la plus jeune secrétaire nationale[15].

Lors des élections législatives de 2007, elle est la candidate des Verts dans la 3e circonscription du Val-de-Marne, et recueille 3,55 % des voix[17].

Lors des élections municipales de mars 2008, elle se présente à Villeneuve-Saint-Georges, en deuxième position de la liste unissant le PS, le MRC, le PRG et les Verts derrière le socialiste Laurent Dutheil[18]. La liste obtient 24,36 % et fusionne avec celle de Sylvie Altman (PCF, 28,79 %). La liste conduite par cette dernière l'emporte au second tour avec 49,53 % des suffrages dans une triangulaire face aux listes de l'UMP et du FN[19]. Elle devient alors la 3e adjointe au maire à l'urbanisme, à l'aménagement et au développement soutenable[20],[21].

Le , elle est réélue secrétaire nationale des Verts avec 70,99 % des suffrages[22]. Avec Jean-Luc Bennahmias, elle est l'une des rares secrétaires de son parti à exercer un second mandat consécutif[7], Dominique Plancke ayant réalisé trois mandats d'un an[23].

Lors de son premier mandat, elle a œuvré au sein des Verts à un développement de la politique d'ouverture et à la création du rassemblement de la mouvance de l'écologie qui présentera les listes Europe Écologie[7] aux élections européennes de 2009[24]. Elle est candidate à ce scrutin en dernière place[25], non éligible pour ne pas cumuler une autre fonction avec son mandat de secrétaire nationale[26].

La stratégie du rassemblement connaît le succès, les listes d'Europe Écologie recueillant 16,28 % des suffrages et 14 députés européens[27], six points au-dessus du précédent record historique des Verts, en date de 1989. Cécile Duflot se prononce alors pour la poursuite de ce rassemblement et la création de listes autonomes aux élections régionales de 2010[28]. Le , elle annonce son intention d'être tête de liste en Île-de-France pour défendre un projet écologiste pour la région[29].

Défendant la fiscalité environnementale à l'université d'été du Parti socialiste[30], elle est reçue le à l'Élysée par Nicolas Sarkozy pour évoquer la contribution climat-énergie[31]. À la suite de la présentation des modalités de la taxe carbone, elle fait part de son opposition la jugeant en l'état « injuste socialement et inefficace écologiquement[32] ».

Conseillère régionale d'Île-de-France[modifier | modifier le code]

Le , Cécile Duflot lance sa campagne en tant que tête de liste Europe Écologie en Île-de-France[33]. Elle présente des listes du rassemblement des écologistes où sont notamment présents Robert Lion, Augustin Legrand, Caroline Mécary, Stéphane Gatignon, Safia Lebdi, Emmanuelle Cosse et Pierre Larrouturou[34]. Sa campagne est axée sur la transition écologique de l'Île-de-France ; parmi ses propositions phares : une aide à la transition vers les emplois verts (170 000 emplois verts[35] dans l'isolation, les énergies renouvelables ou l'agriculture de proximité), un Passe Navigo à zone et tarif uniques, 60 lignes de bus express, 3 000 médiateurs de la tranquillité publique[36].

Lors du premier tour de scrutin, le , sa liste rassemble 16,58 % des suffrages, plus que le score national des listes Europe Écologie (12,18 %). Entre les deux tours, elle mène les négociations d'alliance avec le Parti socialiste[37], et est tête de liste dans le Val-de-Marne sur la liste de Jean-Paul Huchon.

Au second tour, Cécile Duflot est élue conseillère régionale sur une liste fusionnée avec celles de Jean-Paul Huchon et de Pierre Laurent. Elle est élue présidente du groupe Europe Écologie le . Le nombre d'élus écologistes est passé de 24 à 50 élus, ce qui fait du groupe Europe Écologie la troisième force au conseil régional, après le PS et l'UMP. Conformément à la règle interne des Verts, elle démissionne de son mandat d'adjointe au maire de Villeneuve-Saint-Georges en [38].

L'une des premières décisions du conseil régional est de demander aux établissements financiers qui travaillent avec la région de fournir des éléments permettant de vérifier l'absence de liens avec des paradis fiscaux[39].

Secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts[modifier | modifier le code]

Cécile Duflot avec Michèle Rivasi, Karima Delli, Pascal Durand, Eva Joly et Philippe Meirieu le 12 juillet 2011.

En , Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts, exprime ses réticences à être candidate à l'élection présidentielle de 2012, hypothèse qui lui fait « peur » et pour laquelle elle affirme ne pas avoir « les épaules assez larges »[40].

Elle conduit la transition des Verts vers un nouveau parti pour intégrer les militants venus par les campagnes Europe Écologie des élections européennes de 2009 et régionales de 2010 au sein d'Europe Écologie Les Verts. Ce changement est approuvé par 84 % des adhérents au processus d'Europe Écologie[41] et par 85,1 % des militants des Verts[42].

Fin 2010, le magazine américain Foreign Policy, la classe 32e dans sa liste des 100 penseurs globaux (global thinkers) de 2010, avec Marina Silva, Monica Frassoni et Renate Künast, entre Joseph Stiglitz, David Cameron et Thomas Friedman[43] pour avoir conduit les Verts français à des scores importants aux élections européennes et régionales[44].

En mai 2011, la motion qu'elle conduit avec Pascal Durand et Philippe Meirieu obtient 50,25 % des suffrages des militants d'EELV, contre 26,55 % pour la motion conduite par Daniel Cohn-Bendit et Marie Bové[45]. Le , elle est reconduite à la tête d'EELV avec 92,7 % des votes des 600 délégués réunis lors du premier congrès fédéral à La Rochelle[46]. Dans le cadre de la primaire présidentielle écologiste, elle ne prend position ni pour Nicolas Hulot, ni pour Eva Joly[47].

Elle signe un accord entre Europe Écologie Les Verts et le Parti socialiste pour 2012[48]. Il contient des dispositions programmatiques (environnement, social, démocratique) et le fait que le PS soutiendra des candidats écologistes dans 60 circonscriptions, pour prévoir un groupe de « 25 à 30 députés » pour les écologistes en cas de victoire de la gauche[49]. Cet accord est ratifié par le conseil fédéral d'EELV à 73 %[50].

Le 15 novembre 2011, elle annonce qu'elle sera candidate dans la 6e circonscription de Paris à l'élection législative de 2012[51]. Cette investiture s'effectue dans le cadre de cet accord[52]. Ce « parachutage » dans une circonscription acquise à la gauche[53] où la députée socialiste sortante, Danièle Hoffman-Rispal avait obtenu 69,12 % des voix en 2007[54] crée des tensions entre le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et EELV[55]. Après avoir envisagé de maintenir sa candidature, Danièle Hoffman-Rispal cède aux pressions de son parti et accepte d'être la suppléante de Cécile Duflot[56].

Ses méthodes de gouvernement sont dénoncées en interne, avec les départs successifs de personnalités de premier plan du parti comme Nicolas Hulot, Daniel Cohn-Bendit et Noël Mamère. Ce dernier évoque ainsi une gouvernance de Cécile Duflot « à la manière d'un clan » pour expliquer son départ du parti en janvier 2014[57].

Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement[modifier | modifier le code]

Le , elle devient ministre du logement et de l'égalité des territoires dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault. Une des premières mesures annoncées à sa prise de fonction est le gel des loyers lors d'une relocation[58].

Son double statut de ministre et de secrétaire nationale d'EELV est critiqué au sein de son parti fin mai 2012, du fait de la « confusion des genres »[59]. Comme annoncé le , elle quitte la direction du parti après les législatives[60], Pascal Durand lui succédant le 23 juin[61].

En juin 2012, durant la campagne des législatives, Cécile Duflot affirme toujours être favorable à la position de son parti sur la dépénalisation du cannabis, tout en soulignant que ce n'est pas la position gouvernementale[62]. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault indique que cette mesure n'est pas prévue par son gouvernement[63].

Elle est élue députée de la sixième circonscription de Paris, lors des élections législatives, avec 72,18 % des voix au second tour[64]. Cécile Duflot étant membre du gouvernement, sa suppléante Danièle Hoffman-Rispal siège à sa place à partir du .

Afin de tendre vers l'objectif du gouvernement Jean-Marc Ayrault de construire 500 000 logements par an, un dispositif de soutien à l'investissement locatif devrait prendre la suite de la loi Scellier pour aider à construire 40 000 logements par an[65]. Celui-ci doit avoir un aspect social plus prononcé, en ciblant des locations inférieures à 20 % du prix du marché sous conditions de ressources. En contrepartie, l'incitation fiscale sera de 18 % de l'investissement (limité à 300 000 euros) étalée sur neuf ans[66].

Le 3 décembre 2012, elle demande à l'archidiocèse de Paris d'intervenir en faveur des SDF, en mettant à disposition les bâtiments inutilisés qu'il possède. L'Église répond rapidement[67] qu'elle offre déjà la protection de ses murs à des sans-abri, et qu'elle ne possède en réalité que peu de locaux vacants, qui ne le sont en outre que transitoirement.

Outre sa position sur le cannabis, elle s'est plusieurs fois distinguée par des prises de position allant à l'encontre de la ligne gouvernementale : opposition à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de l'EPR de Flamanville, et, ses réserves concernant la politique d'austérité du gouvernement[68]. Son soutien aux manifestants opposés à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, alors que de nombreux actes de vandalisme ont été recensés et que des policiers ont été blessés, est critiqué par le Premier ministre[69]. Elle rappelle également au gouvernement son engagement en faveur du droit de vote des étrangers qu'elle juge être « une nécessité »[70]. En septembre 2013, elle s'oppose publiquement au ministre de l'Intérieur Manuel Valls sur la question des Roms, considérant que ses propos mettaient « en danger le pacte républicain »[71].

À la suite de la nomination de Manuel Valls au poste de Premier Ministre en remplacement de Jean-Marc Ayrault, elle annonce, avec le ministre délégué au Développement Pascal Canfin, son intention de ne pas faire partie du nouveau gouvernement. Ils se déclarent en désaccord avec l'orientation politique du nouveau Premier Ministre et en tirent « donc toutes les conséquences »[72]. Cécile Duflot est remplacée à son ministère, le , par Sylvia Pinel.

Travail législatif[modifier | modifier le code]
Loi « Duflot I »[modifier | modifier le code]

La loi dite « Duflot I » du 18 janvier 2013 porte sur la mobilisation du foncier public et le renforcement du seuil minimal de logements sociaux de 20 % à 25 %. Le 18 janvier 2013, la loi Duflot est effective et permet ainsi d'investir dans l'immobilier neuf et d'obtenir en retour une réduction d'impôts. Le but du gouvernement est de commercialiser 40 000 logements par le biais de ce dispositif en 2013. Pour le premier trimestre 2013, le chiffre atteint n'est que de 4 165 biens[73]. Les ventes aux investisseurs baissent de 23 % par rapport au 1er trimestre 2012, alors que la nouvelle réglementation est attractive pour les plus modestes d'entre eux[74]. Le quotidien La Tribune note un désintérêt des investisseurs immobiliers[75].

Le dispositif d'incitation fiscale en faveur de l'investissement locatif, dit « Duflot », a permis la réalisation d'environ 30 000 « dispositifs Duflot », contre un objectif initial de 40 000.

Les administrations auraient tardé pour donner la liste de leurs terrains mobilisables, et en 2014 les cessions sont encore peu nombreuses. Les communes ont jusqu'en 2025 pour atteindre le seuil de 25 % d'habitations à loyer modéré (HLM)[76].

Enfin, le dispositif de cession gratuite ou avec une forte décote de terrains constructibles appartenant à l'État, est un échec complet. Depuis sa mise en œuvre jusqu'en juin 2014, seulement six ou sept opérations ont été concrétisées[77].

Loi Robien[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 2013, elle fait adopter le report d'un an du deuxième volet de la loi de Robien aussi dénommée loi SAE (Sécurité des ascenseurs existants)[Laquelle ?] et un « moratoire » sur le dispositif concernant la précision de l'arrêt des cabines (ERP exceptés)[78].

Loi ALUR[modifier | modifier le code]

Mi-2013, elle porte le projet de loi ALUR (Accès au logement et urbanisme rénové)[79]. Elle précise, dès janvier 2014, que la mesure la plus importante du projet, la garantie universelle des loyers, ne sera finalement pas obligatoire[80], comprenant notamment :

  • l'instauration de l'encadrement des loyers en « zones tendues »
  • la garantie universelle des loyers
  • le plafonnement des indemnités de retard à 5 % du loyer, la réduction à un mois du délai de préavis dans les « zones tendues »
  • la lutte contre l'habitat insalubre.

Si la loi a été saluée par les associations d'aide aux plus démunis, comme la Fondation Abbé-Pierre[81] ou l'association Droit au Logement (DAL)[82], elle est très critiquée par les agents immobiliers[83]. Selon le quotidien Le Figaro, la loi ALUR se traduit par une complexification des transactions immobilières[77]. Pour Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment, la garantie universelle des loyers est une « usine à gaz » inapplicable[84]. En octobre 2015, alors que la loi commence à être appliquée, les loyers des petites surfaces baissent de 15 à 20% à Paris[85]

Bilan[modifier | modifier le code]

Malgré ces réformes, l'adoption de six ordonnances pour accélérer les projets et simplifier les normes de construction, la promesse de François Hollande de construire 500 000 logements par an, dont 150 000 sociaux, n'est pas réalisée en 2014. Le nombre de mises en chantier en 2013 est inférieur à 335 000 unités, en baisse de 5 % par rapport à 2012[86]. Les permis de construire ont baissé de 23 % au troisième trimestre 2013. Les faillites augmentent avec 20 000 entreprises selon la Coface[87].

Pour Manuel Valls, il est nécessaire d'apporter des modifications à la loi Duflot afin de relancer la construction des logements[88].

Députée[modifier | modifier le code]

Elle retrouve son siège de députée après avoir quitté le gouvernement et se montre très critique envers celui-ci. Après avoir esquissé un rapprochement avec le Front de gauche, elle prend, au printemps 2015, ses distances avec Jean-Luc Mélenchon, dont elle critique l'ouvrage Le Hareng de Bismarck, le poison allemand[89].

Le 13 octobre 2015, elle devient coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, remplaçant François de Rugy, qui a quitté EELV et fondé le parti Écologistes !. Elle assure cette fonction en tandem avec Barbara Pompili, qui a également quitté EELV[90], jusqu'à sa nomination au gouvernement le . Le groupe est finalement dissout le 19 mai, six députés décidant de rejoindre le groupe socialiste, sur fond de tensions entre la ligne pro-gouvernement menée par François de Rugy et celle qui y est opposée, incarnée par Cécile Duflot[91].

Début 2016, elle compte parmi les initiateurs de l'appel en faveur du projet de primaires à gauche[92]. Le 20 août 2016, elle annonce sa candidature à la primaire organisée par Europe Écologie Les Verts[93].

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Niveau national[modifier | modifier le code]

Niveau régional[modifier | modifier le code]

  • Du 22 mars 2010 au 23 juin 2012 : conseillère régionale d'Île-de-France et présidente du groupe Europe Écologie Les Verts

Niveau municipal[modifier | modifier le code]

Fonctions partisanes[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sabrina Champenois, « Numéro vert » », sur liberation.fr,‎ .
  2. « Cécile Duflot sort du pré carré de l’écologie », sur liberation.fr,‎ .
  3. « Les 20 ans de Cécile Duflot : « Mes études n’ont fait que renforcer mes convictions », sur letudiant.fr,‎ .
  4. « Xavier Cantat, le mari de… Cécile Duflot », sur parismatch.com,‎ .
  5. a, b, c et d Isabelle Maradan, « Les 20 ans de Cécile Duflot : « Mes études n'ont fait que renforcer mes convictions » », sur letudiant.fr.
  6. Cécile Duflot et Guy Sitbon, Apartés, Les Petits Matins, (ISBN 9782363830661, lire en ligne).
  7. a, b, c et d Catherine Simon, « Cécile Duflot, l'ouverture en Vert », sur lemonde.fr,‎ .
  8. Catherine Simon, « Cécile Duflot, l'ouverture en Vert », sur Le Monde,‎ .
  9. a et b « Elle s'enracine chez les Verts », Ouest-France,, sur ouest-france.fr,‎ .
  10. Rodolphe Geisler, « Cécile Duflot dans la cour des grands », sur lefigaro.fr,‎ .
  11. « Jean-Vincent Placé évoque sa liaison avec Cécile Duflot », sur gala.fr,‎ .
  12. « Duflot, maman d'une petite Térébentine », sur lefigaro.fr,‎ .
  13. Bérangère Bonte, Hommes de…, éditions du Moment, 2015, page 98.
  14. « Qui est Monsieur Duflot? », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 27 juin 2016)
  15. a, b et c Marie Quenet, « Duflot, l'inconnue réélue », Le Journal du dimanche, .
  16. « 2007 : Voynet et Cochet en tête des primaires », LCI-TF1, 20 avril 2006.
  17. Élections législatives de 2007 - Résultats dans la troisième circonscription du Val-de-Marne, sur le site officiel du ministère de l'Intérieur.
  18. Liste « Villeneuve en mouvement » au premier tour des élections municipales de 2008 sur le site officiel du ministère de l'Intérieur
  19. Résultats des élections municipales de 2008 à Villeneuve-Saint-Georges sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur
  20. Le maire et ses adjoints, sur le site de la mairie de Villeneuve-Saint-Georges
  21. Biographie de Cécile Duflot sur politique.net, .
  22. « Cécile Duflot réélue secrétaire nationale des Verts », Le Nouvel observateur, 6 décembre 2008
  23. Yves Frémion 2007.
  24. « Profil de Cécile Duflot » sur le site officiel d'Europe Écologie
  25. Liste Europe Écologie, Ministère de l'Intérieur
  26. Rodolphe Geisler, « Duflot : « Les Verts ont encore une raison d'être » », Le Figaro, 5 décembre 2008.
  27. Élections européennes de 2009 - résultats définitifs au niveau national, sur le site du ministère de l'Intérieur
  28. « Je suis favorable à des listes vertes aux régionales », Le Figaro, 10 juin 2009
  29. « Duflot se lance en Île-de-France », propos recueillis par Rosalie Lucas, Le Parisien, 25 août 2009.
  30. « Toutes celles et tous ceux qui s'aventurent à critiquer dans son principe et dans ses fondements la fiscalité écologique ne sont que des démagogues déconnectés de la réalité » - Cécile Duflot s'en prend à Ségolène Royal sur la taxe carbone, Reuters
  31. « Ce que nous dirons au Président de la République », La Tribune, .
  32. « Taxe Carbone : Réaction de Cécile Duflot », Dailymotion, .
  33. « Cécile Duflot lance sa campagne pour les régionales avec Augustin Legrand », L'Express, 14 novembre 2009.
  34. « Les Verts à l'assaut de la région capitale », L'Humanité, 16 novembre 2009.
  35. [PDF]« Impact sur l'emploi de la réduction des émissions de CO2 en Île-de-France », Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement (Cired, CNRS)
  36. « Europe Écologie : Cécile Duflot veut ravir l'Île-de-France au PS », La Dépêche, 2 février 2010.
  37. « Cécile Duflot prône une gauche « unie dans la diversité », Ouest-France, 18 mars 2010.
  38. Cécile Duflot quitte son poste de maire adjointe, Le Parisien, 30 mars 2011.
  39. Hayat Gazzane, « Paradis fiscaux : l'Île-de-France lance la lutte », Le Figaro, 3 juin 2010.
  40. « Cécile Duflot : “La présidentielle me fait peur” », Le Nouvel Observateur, 19 août 2010.
  41. « Blog Vert Chez Moi | Europe Ecologie Les Verts : résultats des assises », sur blog.vertchezmoi.net,‎ (consulté le 22 décembre 2015).
  42. « Site Internet des Verts, Referendum interne des Verts, résultats » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-25.
  43. (en) The FP Top 100 Global Thinkers, Foreign Policy
  44. (en) The FP Top 100 Global Thinkers no 31, 32 et 33, Foreign Policy.
  45. [PDF]Résultats sur le site d'EELV
  46. « Cécile Duflot plébiscitée à la tête d'EE-LV », Le Monde, 4 juin 2011.
  47. Lénaïg Bredoux, « A Lorient, les écolos en quête d'une primaire «sereine» », sur Mediapart,‎ (consulté le 26 août 2016).
  48. Accord EELV-PS pour les législatives 2012, site d'EELV
  49. « Les principaux points de l'accord PS-EELV », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  50. Négociations EELV PS, Site d'EELV
  51. « Législatives 2012. Duflot : « Je suis candidate à Paris » », sur Le Parisien,‎ .
  52. « Europe Ecologie-Les Verts valide l'accord avec le PS », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  53. « Les batailles de Paris », sur L'Obs,‎ (consulté le 19 mai 2016).
  54. Ministère de l'intérieur.
  55. « Paris: rencontre entre Duflot et Delanoë », sur Le Figaro,‎ .
  56. « Un ticket Duflot-Hoffman-Rispal à Paris », sur Le Journal du dimanche,‎ .
  57. Interview de Noël Mamère pour canal +, 19 janvier 2014.
  58. « Duflot annonce un décret pour bloquer les loyers à la relocation », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  59. Anne-Sophie Mercier, « Pour éviter la "confusion des genres", EELV renonce à se réunir au ministère de Cécile Duflot », Le Monde.fr.
  60. « Duflot va quitter la tête d'EELV », sur Le Figaro,‎ (consulté le 7 juin 2016)
  61. « Pascal Durand, nouveau secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, veut « réconcilier les écologistes et la société », sur La Croix,‎ (consulté le 14 juin 2016)
  62. Alexandre Lemarié, « Duflot défend la légalisation du cannabis, l'UMP dénonce une », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  63. « Cannabis: Duflot assure qu'Hollande respecte "l'autonomie" des partis de la majorité », sur Le Nouvel Observateur,‎ .
  64. Résultat des élections législatives sur la sixième circonscription de Paris, Ministère de l'Intérieur.
  65. Cécile Duflot, « Discours au 42ème congrès de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) », Ministère du logement et de l'égalité des territoires,‎ , p. 12.
  66. Myriam Chauvot, « Le remplaçant du Scellier est dévoilé et la taxe pour logements vacants se durcit », sur Les Échos,‎ .
  67. Vivien Vergnaud, « L'archevêché de Paris corrige Duflot », sur lejdd.fr,‎ (consulté le 10 juillet 2016)
  68. Béatrice Houchard, « Cécile Duflot, un pied dedans, un pied dehors », in Le Figaro, lundi 18 février 2013, p. 4 et 5.
  69. « Ayrault et Duflot en viennent aux mots », Le Figaro.fr, 23 février 2014.
  70. « Pour Cécile Duflot, le droit de vote des étrangers sera en place en 2013 », 20minutes.fr, 18 septembre 2012.
  71. « Roms : pour Duflot, Valls met en danger le pacte républicain », in lepoint.fr, 26 septembre 2013.
  72. « Pourquoi nous ne participerons pas à ce nouveau gouvernement », 31 mars 2014, Site de Pascal Canfin
  73. « Immobilier : les investisseurs attentistes face au dispositif Duflot », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  74. Corinne Scemama, « Immobilier: les bons côtés du "Duflot" », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 17 juillet 2016)
  75. Mathias Thépot, « L’image de Cécile Duflot nuit-elle au dispositif... Duflot? », sur latribune.fr,,‎ 21 novembre 2013. (consulté le 17 juillet 2016)
  76. Catherine Rollot, « Duflot, deux lois et puis s'en va… », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  77. a et b « Immobilier : l’ex-ministre Cécile Duflot a accentué la paralysie du marché », sur lefigaro.fr,,‎ (consulté le 17 juillet 2016)
  78. Cécile Duflot annonce de nouvelles mesures sur les travaux de modernisation des ascenseurs , sur le site du Ministère de l'Égalité des territoires et du Logement
  79. Anne-Hélène Pommpier, « Ce que prévoit le projet de loi Alur », Le Figaro, lundi 30 septembre 2013, page 26.
  80. Marie de Greef-Madelin, « Duflot change d'Alur », valeursactuelles.com, 27 janvier 2014.
  81. Il y a urgence, la loi ALUR doit être appliquée, Fondation Abbé-Pierre, 20 juin 2014
  82. Loi ALUR des avancées pour les mal logés et les sans logis, DAL, 16 janvier 2014
  83. « La colère monte chez les agents immobiliers », sur lavieimmo.com,‎ .
  84. « Bilan de Cécile Duflot au logement : le « j'aime, j'aime pas » des professionnels » Le Moniteur, 1er avril 2014
  85. Encadrement des loyers : baisse de 15% à 20% à Paris, lejdd.fr, 3 octobre 2015
  86. « Duflot, deux lois et puis s'en va… », sur lemonde.fr,‎ .
  87. « La pire des erreurs de Hollande: la politique du logement », sur slate.fr,‎ .
  88. « La loi Duflot a gelé le marché du logement », sur lefigaro.fr,‎ .
  89. « Cécile Duflot critique violemment le « nationalisme étroit » de Jean-Luc Mélenchon », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 20 mai 2015).
  90. « Duflot et Pompili coprésidentes du groupe écologiste à l'Assemblée », europe1.fr, 13 octobre 2015.
  91. Louis Hausalter, « Les députés écolos se font hara-kiri à l'Assemblée », marianne.net, 19 mai 2016.
  92. « Cécile Duflot : «La primaire, pour moi, c’est oui» », sur Libération.fr,‎ (consulté le 4 mars 2016).
  93. « Duflot candidate : « L’espace est mince. Mais il existe. Avec foi, Cécile  » sur Libératin, 20 août 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]