Christophe Sirugue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christophe Sirugue
Christophe Sirugue en 2009.
Christophe Sirugue en 2009.
Fonctions
Secrétaire d'État à l'Industrie
En fonction depuis le
(3 mois et 1 jour)
Président François Hollande
Premier ministre Manuel Valls
Gouvernement Valls II
Prédécesseur Emmanuel Macron
(ministre de l'Industrie)
Député de la 5e circonscription
de Saône-et-Loire

(9 ans 3 mois et 11 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Dominique Juillot
2e Vice-président de l'Assemblée nationale

(2 ans 6 mois et 29 jours)
Président Claude Bartolone
Législature XIVe
Prédécesseur Jean-Christophe Lagarde
Successeur David Habib
Maire de Chalon-sur-Saône

(6 ans et 15 jours)
Élection
Prédécesseur Michel Allex
Successeur Gilles Platret
Président du Conseil général
de Saône-et-Loire

(3 ans 11 mois et 19 jours)
Élection
Prédécesseur René Beaumont (UMP)
Successeur Arnaud Montebourg (PS)
Conseiller général de Saône-et-Loire
Élu dans le canton de Chalon-sur-Saône-Nord

(9 ans 11 mois et 22 jours)
Élection
Prédécesseur Serge Séné (RPR)
Successeur Françoise Verjux-Pelletier
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Autun (Saône-et-Loire)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de Université de Bourgogne
Profession Cadre supérieur[réf. nécessaire]

Christophe Sirugue, né le à Autun, est un homme politique français, député de la 5e circonscription de Saône-et-Loire depuis 2007. Il fut par ailleurs maire de Chalon-sur-Saône jusque 2014.

Le , Christophe Sirugue est nommé secrétaire d'État à l'Industrie dans le gouvernement Valls 2.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premiers pas[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1986, il adhère au PS et, deux ans plus tard, à 22 ans, il est secrétaire de la 3e circonscription de Saône-et-Loire. Il l'anime jusqu’en 1994, date du congrès de Liévin. Il est également responsable du Mouvement des Jeunes Socialistes du département. En 1989, sollicité pour participer à la liste des municipales à Saint-Pantaléon, il décline l’offre. Après une pause due à son service militaire, il obtient un poste de permanent à la fédération en 1990, à l'âge de 24 ans.

Chalon-sur-Saône[modifier | modifier le code]

André Billardon lui conseille de s’investir à Chalon-sur-Saône, en lui précisant bien que ce sera là un travail d’une quinzaine d’années. En 1990, il s’installe donc à Chalon et entre dans la section comme simple militant tout en gardant, pour trois ans encore, le secrétariat de la 3e circonscription. C’est en 1994 que Christophe Sirugue est élu secrétaire de sa section. En 1995, Christophe Sirugue est sur la liste dont Jean-Claude Segaud prend la tête pour l'élection municipale de Chalon-sur-Saône. La liste est battue mais Christophe Sirugue est élu conseiller d’opposition. Il tente une candidature aux législatives face à Dominique Perben qui, avec l’échec d’Édouard Balladur à la présidentielle, quitte le gouvernement et postule à nouveau comme député. Dominique Perben l’emporte dès le 1er tour mais le score socialiste de 24,95 % est une bonne surprise[1]. Cette même année, Christophe Sirugue devient secrétaire de la 5e circonscription et ce jusqu’au 1er novembre 2001, date du décès de Jean-Claude Segaud auquel il succéda comme premier secrétaire fédéral.

Premières victoires politiques[modifier | modifier le code]

Le canton de Chalon-Nord, perdu en 1992, étant renouvelable en 1998, Christophe Sirugue se présente après avoir été désigné par les militants. Il l’emporte à 32 ans, avec 59,05 % des voix[2]. Christophe Sirugue s’investit dans la commission « action sociale » et s’engage sur les questions de budget et de logement. En 2001, Jean Truc, président du groupe des élus de gauche du Conseil général, étant battu aux cantonales[3], Christophe Sirugue devient le chef de file de l’opposition. Il se distingue par des affrontements avec René Beaumont. Réélu en mars 2004 dans son canton avec un score de 65,98 %[4], il est élu président du Conseil général après le basculement de majorité.

Assemblée des départements de France[modifier | modifier le code]

Christophe Sirugue est élu président du groupe de gauche de l’Assemblée des départements de France (ADF) et, se voit confier la présidence de la commission « Économie, insertion, économie solidaire ». Il siège ainsi au bureau de l’ADF ainsi que dans de nombreuses autres instances (Insertion par l'économie, Conseil d'Orientation pour l'Emploi, etc.).

Législatives 2007 et 2012[modifier | modifier le code]

En novembre 2006, Christophe Sirugue est désigné par les militants de la 5e circonscription de Saône-et-Loire pour représenter le Parti socialiste comme candidat à la députation. Il obtient 35,40 % des voix au premier tour de l'élection législative du 10 juin 2007 dans la circonscription[5]. Il y améliore de huit points le précédent score du parti socialiste[5]. Il se qualifie pour le second tour face au candidat UMP Dominique Juillot qui avait recueilli 3 600 voix de plus (44,93 % des voix)[5]. Christophe Sirugue remporte finalement le second tour, le 17 juin 2007 (50,3 % contre 49,7 % des voix)[6]. Sa victoire est acquise avec seulement 232 voix d'avance[6].

Réélu en 2012 et député apprécié du gouvernement, il est rapporteur de la loi Travail en 2016[7]. En 2016, il remet un rapport au Premier ministre Manuel Valls qui suggère notamment la mise en place d'un nouveau « revenu minimal d'existence » de 400 euros par mois, qui serait « complété par un complément d'insertion » permettant à tout actif de plus de 18 ans de bénéficier d'un accompagnement ad hoc[8].

Municipale 2008[modifier | modifier le code]

En 2008, Christophe Sirugue conduit la liste PS dans la ville de Chalon-sur-Saône. Elle est opposée à celle de l'UMP conduite par Gilles Platret. Le 9 mars, sa liste l'emporte dès le premier tour avec 56,3 % des voix[9]. Cette élection fait suite à 24 années de gestion de droite[10]. Le 14 mars, le nouveau conseil municipal élit Christophe Sirugue maire de Chalon-sur-Saône.

Municipale 2014[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 2014, la liste conduite par Christophe Sirugue est largement battue dès le premier tour de l'élection municipale de Chalon-sur-Saône, en n'obtenant que 32,57 % des voix face à celle de l'UMP conduite par Gilles Platret qui obtient 52,38 %[11]. Il redevient ainsi conseiller municipal d'opposition.

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Après la démission d'Emmanuel Macron, Christophe Sirugue est nommé le Secrétaire d'état à l'industrie dans le gouvernement Valls 2. Sa nomination est aussi un signe à son rival local Arnaud Montebourg[7].

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats[modifier | modifier le code]

Assemblée nationale
Conseil général de Saône-et-Loire
Communauté d'agglomération Le Grand Chalon
  • Président de 2008 à 2014
Commune de Chalon-sur-Saône
  • Conseiller municipal depuis 1995
  • Maire de 2008 à 2014

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Journal de Saône-et-Loire : supplément de l'édition du lundi 26 mai 1997, p.  8.
  2. Le Journal de Saône-et-Loire : supplément de l'édition du lundi 23 mars 1998, p.  4.
  3. Le Journal de Saône-et-Loire : supplément de l'édition du lundi 19 mars 2001, p.  2.
  4. Le Journal de Saône-et-Loire : supplément de l'édition du lundi 29 mars 2004, p.  6.
  5. a, b et c Le Journal de Saône-et-Loire : supplément de l'édition du lundi 11 juin 2007, p.  17.
  6. a et b Le Journal de Saône-et-Loire : supplément de l'édition du lundi 18 juin 2007, p.  19.
  7. a et b Michel Revol, « Sirugue, un anti-Montebourg à l'Industrie », lepoint.fr,‎ (consulté le 1er septembre 2016)
  8. Guillaume Errard, « Manuel Valls évoque l'instauration d'un revenu universel », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 16 septembre 2016).
  9. Site de Dailymotion, discours de Christophe Sirugue
  10. Site de Dailymotion
  11. « Séisme politique à Chalon sur Saône... Avec une victoire de Gilles Platret dès le 1er tour ! », Infochalon, 23 mars 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]