Claude Roiron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude Roiron
Illustration.
Fonctions
Présidente du Conseil général
d'Indre-et-Loire

(3 ans et 11 jours)
Élection 16 mars 2008
Prédécesseur Marc Pommereau
Successeur Marisol Touraine
Conseillère générale d'Indre-et-Loire
Élue dans le Canton de Tours-Nord-Ouest

(16 ans, 8 mois et 11 jours)
Élection 22 mars 1998
Prédécesseur Michel Montaubin
Successeur suppresion du canton
Adjointe au Maire de Tours

(18 ans, 9 mois et 11 jours)
Élection 18 juin 1995
Maire Jean Germain
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Tours
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Fonctionnaire (Éducation nationale)

Claude Roiron, née le à Tours (Indre-et-Loire), est une femme politique française. Elle fut présidente du conseil général d'Indre-et-Loire de 2008 à 2011.

Formation[modifier | modifier le code]

Fille de parents instituteurs et directeurs d’école, Claude Roiron a grandi dans les quartiers Nord de Tours et fait ses études à l’université de sa ville puis à Nantes et enfin à Paris, à la Sorbonne.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle a commencé sa carrière dans l’enseignement, d’abord à l’Institut de Touraine, puis à l’Institut du travail social de Tours et à l’École supérieure de commerce de La Rochelle.

Dans l’Éducation nationale elle a enseigné dans un lycée de zone sensible à Châtellerault et dans deux collèges d’Indre-et-Loire : La Bechellerie, à Saint-Cyr-sur-Loire, et Ronsard, à Tours. En 1997 elle a été appelée au cabinet de Claude Allègre, puis l’année suivante chargée de mission au Centre international d’études pédagogiques de Sèvres pour s'occuper de coopération pédagogique avec l’Afrique.

Ayant laissé de côté la vie politique, elle déménage dans le Nord où elle est nommée directrice adjointe des services de l'Éducation nationale à Lille[1].

Vie politique[modifier | modifier le code]

En 1999, elle intègre le cabinet de Laurent Fabius, alors président de l’Assemblée nationale, où elle s’occupe des politiques de l’enfance, de la jeunesse, des sports et aussi des droits des femmes. En 2000, elle devient conseillère parlementaire au cabinet de Jack Lang. En 2002, Claude Roiron est nommée membre de l’inspection générale de l’Éducation nationale et y exerce des fonctions dans le groupe « établissements et vie scolaire ».

Claude Roiron adhère au Parti socialiste (PS) le 10 mai 1996. Membre du conseil national dès 1997, puis de la direction nationale en 2002 : secrétaire nationale à la ruralité, puis à l’agriculture et au développement durable. Depuis novembre 2005, elle occupe le poste de secrétaire nationale, chargée de l’éducation.

Candidate aux élections législatives de 1997 et 2002, Claude Roiron représente à nouveau le Parti socialiste (PS) dans la cinquième circonscription d'Indre-et-Loire en 2007, où elle perd l’élection contre Philippe Briand. Après une campagne portée par la vague rose de l’après-présidentielle, Claude Roiron est à nouveau battue par Philippe Briand en 2012[2].

Candidate investie en 2e position par le PS dans la circonscription Nord-Ouest pour les élections européennes de 2014, qui englobe les régions du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie, de la Basse-Normandie et de la Haute-Normandie[3].

Depuis le 10 juillet 2014, secrétaire nationale du Parti socialiste chargée du droit des femmes et de la parité.

En tandem avec Afaf Gabelotaud, elle est chargée du projet Droits des femmes dans la campagne de Vincent Peillon pour la primaire citoyenne de 2017. Elle est également membre du comité politique de la campagne[4].

Mandats[modifier | modifier le code]

En 1995, elle est élue adjointe au maire de Tours sur la liste de Jean Germain et réélue en 2001 et 2008.

À partir de 1998, elle est conseillère générale, réélue en 2004, dans le canton de Tours-Nord-Ouest.

Elle est élue présidente du conseil général d'Indre-et-Loire en 2008 à la suite d'un changement de majorité une des très rares femmes présidente d'un Conseil Général de département en France[5]. En 2011, elle perd la présidence au profit de Marisol Touraine (élue du canton de Montbazon) lors d'une désignation interne au PS (437 contre 300)[6].

Elle se représente pas lors des élections départementales de 2015 en Indre-et-Loire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 18 janvier 2016 portant nomination d'une directrice académique adjointe des services de l'éducation nationale | Legifrance : "...Mme Claude ROIRON, inspectrice d'académie-inspectrice pédagogique régionale, est nommée directrice académique adjointe des services de l'éducation nationale du Nord à compter du 11 janvier 2016, en remplacement de M. Dominique CATOIR"
  2. La Nouvelle République, 18 novembre 2013
  3. Ouest-France, 8 novembre 2013
  4. « Primaire à gauche. Peillon détaille son organigramme de campagne », ouest-france.fr, 23 décembre 2016.
  5. Claude Roiron: La dame de fer de l'Indre-et-Loire, Loirenet.TV, 22 octobre 2008
  6. Olivier Pouvreau, « Claude Roiron : On m'a volé ma victoire !  », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]