René Teulade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section est à actualiser (septembre 2016).

Des passages de cet article sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}}.

René Teulade
Image illustrative de l'article René Teulade
Fonctions
Sénateur de la Corrèze
Successeur Patricia Bordas
Maire d'Argentat
Ministre des Affaires sociales et de l'Intégration
Président François Mitterrand
Premier ministre Pierre Bérégovoy
Gouvernement Gouvernement Bérégovoy
Prédécesseur Jean-Louis Bianco
Successeur Simone Veil
Conseiller général du canton d'Argentat
Prédécesseur Pierre Celles
Successeur François Bretin
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Monceaux-sur-Dordogne (Corrèze)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Principal de collège

René Teulade, né le à Monceaux-sur-Dordogne (Corrèze) et mort le à Paris[1], est un homme politique français, membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière administrative[modifier | modifier le code]

Membre du corps des personnels de direction de l'Éducation nationale, il a longtemps été militant puis responsable d'organismes professionnels et sociaux, il présida notamment aux destinées de la Fédération nationale de la mutualité française de 1979 à 1992, ainsi que la Mutuelle de retraite de la fonction publique (MRFP) qui gérait le complément de retraite de la fonction publique (CREF).

Président du Conseil économique, social et culturel du PS, il est nommé au Conseil économique, social et environnemental en 1998.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En Corrèze[modifier | modifier le code]

René Teulade est maire d'Argentat de mars 1989 jusqu'à son décès. Il fut aussi président de la Communauté de communes du Pays d'Argentat.

Il est élu en 1992 conseiller général de la Corrèze. Aux côtés de François Hollande, il augmente l'influence de son parti dans la Corrèze[réf. nécessaire] jusqu'à ce qu'en mars 2008 le conseil général de la Corrèze bascule à gauche ; il en devient alors le premier vice-président. Il ne se représente pas dans le canton d'Argentat lors des élections de 2011.

Ministre[modifier | modifier le code]

Sur proposition de François Mitterrand, il devient le ministre des affaires sociales et de l'intégration de 1992 à 1993 du Gouvernement Pierre Bérégovoy.

Au Sénat[modifier | modifier le code]

En septembre 2008, lors des élections sénatoriales, il est second dans un « ticket » mené par la députée européenne Bernadette Bourzai. Ils battent les candidats de l'UMP et sont élus sénateurs de la Corrèze[2]. Il siège au sein de la Commission des affaires sociales de la Haute assemblée et suit plus particulièrement des questions concernant la sécurité sociale et les retraites.

Condamnation[modifier | modifier le code]

Le , René Teulade est condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende pour abus de confiance par le tribunal correctionnel de Paris, dans le cadre de l'affaire de la Mutuelle retraite de la fonction publique (MRFP)[3]. Il fait appel de cette condamnation et la cour d'appel de Paris a mis en délibéré sa décision au 11 avril 2014[4].

Décès[modifier | modifier le code]

René Teulade meurt le . La cérémonie a lieu à l'église d'Argentat, dans l'intimité familiale. Le président, François Hollande y assiste, ainsi qu'à l'inhumation de René Teulade au cimetière d'Argentat. Le 8 mai 2015 a lieu l'inauguration du « rond- point René-Teulade », les membres du conseil municipal et la famille de René Teulade participant à cette commémoration ainsi que la députée Sophie Dessus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]