École normale supérieure de jeunes filles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École normale supérieure de jeunes filles
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
1881
Dissolution
1985
Successeur
Cadre
Sigle
ENSJFVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Établissement public d'enseignement supérieur
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Direction
Josiane Serre, dernière directrice de l'établissement en 1985
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'École normale supérieure de jeunes filles (ENSJF), dite parfois Sèvres par métonymie, est un ancien établissement d'enseignement supérieur français. Il fonctionne de 1881 à 1985, date à laquelle il fusionne avec l'École normale supérieure de la rue d'Ulm.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne École normale supérieure de Sèvres, au début du XXe siècle.

L'École normale supérieure de jeunes filles est créée à l'initiative de Camille Sée, en application de la loi sur l'enseignement secondaire des filles, complétée par la loi du instituant l'« École normale de professeurs-femmes », elle prend le nom d'« École normale supérieure de jeunes filles » par le décret du .

Afin d'obtenir un poste à l'issue de leur scolarité à Sèvres, les élèves doivent passer le certificat d'aptitude à l’enseignement secondaire de jeunes filles établi en 1882, qui permet de devenir « chargée de cours dans les lycées », ou le certificat de professeur de collège. Il est aussi possible de passer une agrégation féminine depuis 1883 (permettant d'obtenir le titre de professeur de lycée) puis, après la Première Guerre mondiale de tenter certaines agrégations masculines, malgré des restrictions, des avancées et parfois des retours en arrière. Ce n'est que dans les années 1970 que les concours deviennent mixtes[1].

Implantée dans l'ancienne Manufacture nationale de Sèvres, en 1881, puis expulsée durant l'Occupation alors que ses bâtiments sont réquisitionnées par l'armée allemande, l'école s'installe en 1948 boulevard Jourdan, dans le 14e arrondissement de Paris, dans des bâtiments provisoires qui n'ont jamais été reconstruits. Un projet d'installation à Montrouge n'a pas abouti, les locaux construits ayant été finalement affectés à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm.

À partir de 1940, les femmes n'ont plus eu le droit de présenter le concours de l'École normale supérieure (ce qui était possible depuis 1904 mais plus difficile, dans la mesure où la formation proposée par les classes préparatoires aux grandes écoles était moindre pour les filles que pour les garçons[1]) ; les meilleures élèves intègrent alors Sèvres.

Disparition[modifier | modifier le code]

Le Centre international d'études pédagogiques (CIEP) a depuis sa création son siège à Sèvres, dans l'ancienne Manufacture royale de porcelaine où il a succédé à l'École normale supérieure de jeunes filles, qui avait occupé les locaux de 1881 à 1940[2].

Sous l'impulsion de sa dernière directrice, Josiane Serre, elle a fusionné en 1985 avec l'École normale supérieure (rue d'Ulm), anciennement réservée aux garçons, pour former une nouvelle école normale supérieure mixte[1]. Cette opération, soutenue par Georges Poitou, n'a pas été sans susciter de fortes résistances rue d'Ulm, l'École de Sèvres étant considérée comme moins prestigieuse que sa devancière, mais également en raison de la différence de statut entre les enseignants des deux institutions. En effet, ceux de la rue d'Ulm étaient maîtres de conférences, alors que Sèvres disposait de professeures. En conséquence, les femmes devenaient hiérarchiquement supérieures à leurs confrères de la rue d'Ulm au sein de l'École fusionnée.

Directrices[modifier | modifier le code]

Professeurs et élèves célèbres[modifier | modifier le code]

La première promotion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Loukia Efthymiou, « Le genre des concours », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n°18, 2003, p. 91-112.
  2. Annick Lederlé, Jérôme Champlois, « Le CIEP et son histoire », (ISBN 2-11-095731-X)
  3. Christophe Charle, « François, Henri , Marie », dans Les professeurs de la faculté des lettres de Paris – Dictionnaire biographique 1809-1908, Paris, INRP (lire en ligne), p. 131-132.
  4. Marie Curie. Cours de physique donnés à l'École normale supérieure de Sèvres, 1900-1906, [lire en ligne].
  5. « Catherine Jeandel élue à la présidence du Conseil Académique de l'Université Fédérale », sur www.univ-toulouse.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le cinquantenaire de l'école normale supérieure de Sèvres, 1881-1931, Paris, Printory, 1932, 459 p.
  • Annuaire du centenaire de l'École normale supérieure de jeunes filles, Paris, ENSJF, 1985, 307 p. (ISBN 2859290133)
  • Pour le 75e anniversaire de l’École normale supérieure des jeunes filles, Cahors, impr. A. Coueslant, 1959, 103 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]