École normale supérieure de jeunes filles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École normale supérieure de jeunes filles
Informations
Fondation 1881
Dissolution 1985
Type École publique d'enseignement supérieur
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 21″ nord, 2° 19′ 53″ est
Ville Paris
Pays France
Direction
Directeur Josiane Serre, dernière directrice de l'établissement en 1985

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
École normale supérieure de jeunes filles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École normale supérieure de jeunes filles

L'École normale supérieure de jeunes filles (ENSJF), dite parfois Sèvres par métonymie, est un ancien établissement d'enseignement supérieur français.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ENSJF a été créée en application de la loi sur l'enseignement secondaire des filles, à l'initiative de Camille Sée, complétée par la loi du 29 juillet 1881 instituant l’École normale des professeurs-femmes de Sèvres.

Implantée à Sèvres, dans l'ancienne Manufacture royale de porcelaine, de 1881 à 1940, dont elle a été expulsée sous l'Occupation, elle s'est installée en 1948 boulevard Jourdan (XIVe arrondissement de Paris), dans des bâtiments provisoires qui n'ont jamais été reconstruits. Le projet d'installation à Montrouge n'a jamais abouti, les locaux construits ayant été finalement affectés à l'ENS de la rue d'Ulm.

Disparition[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion de sa dernière directrice, Josiane Heulot-Serre, elle a fusionné en 1985 avec l'École normale supérieure (rue d'Ulm), anciennement réservée aux garçons, pour former une nouvelle ENS mixte. Cette opération, soutenue par Georges Poitou, n'a pas été sans susciter de fortes résistances rue d'Ulm, l'École de Sèvres étant considérée comme moins prestigieuse que sa devancière, mais également en raison de la différence de statut entre les enseignants des deux institutions. En effet, ceux de la rue d'Ulm étaient maîtres de conférences, alors que Sèvres disposait de professeures. En conséquence, les femmes devenaient hiérarchiquement supérieures à leurs confrères de la rue d'Ulm au sein de l'École fusionnée[1].

Professeurs et élèves[modifier | modifier le code]

Elle compta Marie Curie parmi ses professeurs, mais se tourna assez tard vers la recherche. Ses élèves étaient surnommées les sévriennes par les garçons de la rue d'Ulm.

Élèves :

Directrices[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Le cinquantenaire de l'école normale supérieure de Sèvres, 1881-1931, 1932

Articles connexes[modifier | modifier le code]