Pierre Ségelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Ségelle
Fonctions
Député du Loiret
Élection 1945, juin 1946, novembre 1946, 1951, 1956
Législature Ie et IIe assemblées constituantes, Ire, IIe, IIIe
Ministre de la santé publique et de la population
Prédécesseur René Arthaud
Successeur Georges Marrane
Ministre du travail et de la sécurité sociale
Prédécesseur Daniel Mayer
Successeur Paul Bacon
Maire d'Orléans
1954 – mars 1959
Prédécesseur René Dhiver
Successeur Roger Secrétain
Biographie
Nom de naissance Pierre, Jean, Clovis Ségelle
Date de naissance
Lieu de naissance Médéa (Algérie)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Paris
Sépulture Orléans
Nationalité français
Parti politique SFIO
Conjoint Mireille Dubois (épouse Ségelle)
Enfants Jeannine Ségelle
Profession médecin
Résidence 4 square Henri Bataille, Paris 16e
11 place Jeanne d'Arc, Orléans
liste des maires d'Orléans, liste des députés du Loiret, liste des ministres français du Travail et des Affaires sociales, liste des ministres français de la Santé, liste des commandeurs de la Légion d'honneur

Pierre Ségelle est un médecin et une personnalité politique français de la IVe République né le à Médéa, en Algérie[1] et décédé le dans le 16e arrondissement de Paris[2].

Il a occupé des fonctions de maire, député et ministre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Pierre Ségelle nait le à Médéa, ville du nord de l'Algérie. Ayant pour père un médecin militaire régulièrement muté, il vit successivement à Montpellier, Paris et en Allemagne. Après l'installation de son père en qualité de dentiste à Amboise (Indre-et-Loire), la famille se fixe dans les environs. Pierre Ségelle suit des études au collège de Pontlevoy (Loir-et-Cher) puis obtient un bac littéraire en 1916 et suit des études de médecine[2].

À la fin de la Première Guerre mondiale, au cours de l'année 1918, il est mobilisé en qualité de médecin auxiliaire de l'armée française d'Orient. En 1920, il reprend ses études à la faculté de médecine de Paris où il obtient son doctorat[2].

En 1929, il commence sa carrière de médecin généraliste dans un milieu rural puis s'installe dans le département du Loiret à Orléans où il exerce successivement en tant que médecin-adjoint de l'hôtel-Dieu, médecin-chef de service de 1932 à 1938 puis médecin-chef des services sociaux de la sécurité sociale[2].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Pierre Ségelle s'engage dans la Résistance intérieure française en devenant l'un des dirigeants du mouvement Libération-Nord du Loiret avec lequel il participe à des actions de renseignements d'accueil d'évadés, de filière de fuites. À la suite du démantèlement de Libération-Nord d'octobre à décembre 1943, Pierre Ségelle est incarcéré à la prison d'Orléans puis transféré dans le département de l'Oise à Compiègne[2].

Le 2 juillet 1944 il est déporté dans le camp de concentration de Dachau en Allemagne puis est successivement transféré dans les camps de Neckargerach, Dora puis Ellrich. Il est libéré en mai 1945. À son retour, il s'engage dans plusieurs associations : l’amicale des anciens déportés, internés et familles du Loiret, l’amicale nationale des déportés de Dora et d'Ellrich ou la fédération nationale des anciens de la résistance[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Pierre Ségelle commence sa carrière politique après la Seconde Guerre mondiale. Il est d'abord délégué à l'Assemblée consultative provisoire à Paris en 1945 dans le cadre de laquelle il est nommé membre de la commission de la France d'outre-mer, de la commission de la réforme de l’État et de législation et de la commission du travail et des affaires sociales le [2].

Lors des élections législatives de 1945, il est investi par la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) et conquiert un siège de député dans le Loiret. Il siège à la première assemblée nationale constituante du au dans laquelle il est nommé membre de la commission des pensions civiles et militaires et des victimes de la guerre et de la répression et de la commission du travail et de la sécurité sociale. Après sa réélection le , il poursuit son travail dans les mêmes commissions au sein de la seconde assemblée nationale constituante jusqu'au . Lors des élections de novembre 1946, il est réélu le pour la Ire législature de la Quatrième République[2].

Il assure la fonction de ministre de la santé publique et de la population dans le troisième gouvernement de Léon Blum du au puis celle de ministre du travail et de la sécurité sociale dans le deuxième gouvernement Georges Bidault du au au moment de la création du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG)[2].

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le [3].

Il est réélu député du Loiret à deux reprises : le lors des élections législatives de 1951 pour la IIe législature de la Quatrième République puis le lors des élections législatives de 1956 pour la IIIe législature de la Quatrième République[2].

Il est élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur le [3].

Après avoir été élu conseiller municipal de la ville d'Orléans dès 1947, Pierre Ségelle devient maire d’Orléans de 1954 à 1959[2].

Il est élevé au grade de Commandeur de la Légion d'honneur le [3].

Il est également titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la croix de déporté résistant, de la croix du combattant volontaire de la Résistance, de la croix de guerre polonaise. Il est élevé au grade de commandeur de la santé publique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]