Fleur Pellerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pellerin et Kim Jong-suk (homonymie).
Fleur Pellerin
Fleur Pellerin au festival d'Angoulême 2015.
Fleur Pellerin au festival d'Angoulême 2015.
Fonctions
Ministre de la Culture et de la Communication

(1 an 5 mois et 16 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls II
Prédécesseur Aurélie Filippetti
Successeur Audrey Azoulay
Secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger

(4 mois et 16 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls I
Prédécesseur Nicole Bricq (Commerce extérieur)
Sylvia Pinel (Tourisme)
Hélène Conway-Mouret (Français de l'étranger)
Successeur Thomas Thévenoud
Ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Économie numérique

(1 an 10 mois et 17 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Prédécesseur Frédéric Lefebvre
Successeur Axelle Lemaire
Biographie
Nom de naissance Kim Jong-suk[1]
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Séoul (Corée du Sud)
Nationalité Drapeau de France Française
Parti politique PS[2]
Diplômée de ESSEC
IEP de Paris
ÉNA

Fleur Pellerin, née Kim Jong-sook le à Séoul en Corée du Sud, est une haute fonctionnaire et femme politique française.

Conseillère référendaire à la Cour des comptes de 2003 à 2016 et présidente du Club XXIe siècle de 2010 à 2012, ministre déléguée aux PME, à l'Innovation et à l'Économie numérique dans les deux gouvernements Jean-Marc Ayrault du 16 mai 2012 au 2 avril 2014, elle est nommée secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l'étranger dans le premier gouvernement Manuel Valls, le 9 avril 2014.

Elle est ministre de la Culture et de la Communication dans le deuxième gouvernement de Manuel Valls du 26 août 2014 au 11 février 2016. Quelques mois après son départ du gouvernement, elle quitte la haute fonction publique pour rejoindre le secteur privé.

Fleur Pellerin est la première personnalité d'origine asiatique à être ministre dans un gouvernement français[3],[n 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Kim Jong-sook (김종숙) naît le à Séoul, en Corée du Sud[1]. Abandonnée dans les rues de Séoul trois ou quatre jours après sa naissance[4],[5], puis envoyée dans un orphelinat[6], elle est ensuite adoptée, en février 1974, à l'âge de six mois, par une famille française et devient « Fleur Pellerin »[7].

Elle grandit à Montreuil, en Seine-Saint-Denis[8], puis à Versailles[9], dans les Yvelines.

Élève au lycée franco-allemand de Buc (académie de Versailles), elle est titulaire du baccalauréat scientifique[10] et de l'Abitur obtenus à l'âge de seize ans[11]. Elle intègre les classes préparatoires commerciales d'Ipesup[12].

Admise à l'École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), elle en sort diplômée à vingt et un ans[13]. Elle poursuit ses études à l'Institut d'études politiques de Paris, où elle choisit alors la section Service public. À vingt-quatre ans, elle réussit le concours externe d'entrée à l'École nationale d'administration (ENA)[14], et devient alors élève de la promotion Averroès (1998-2000).

Fleur Pellerin maîtrise l’anglais, l’allemand, et possède quelques notions de japonais[15].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fleur Pellerin vit à Montreuil et est mariée à Laurent Olléon[16], rapporteur public au Conseil d'État[17] puis directeur de cabinet adjoint de la ministre de la Fonction publique, de la Décentralisation et de la Réforme de l'État Marylise Lebranchu[18],[19]. Elle a une fille, Bérénice, née en 2004[20].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Fleur Pellerin rejoint en 2007 le Club XXIe siècle et devient également administratrice des Entretiens de l'excellence et de la Fondation Royaumont[21]. Elle est présidente du Club de 2010 à 2012, date à laquelle elle quitte ses fonctions pour se consacrer à la campagne présidentielle de François Hollande[22]. En parallèle, elle est administratrice nationale d'Unis-Cité et de Solidarité Sida à partir de 2010.

Carrière dans la haute fonction publique[modifier | modifier le code]

Fleur Pellerin en 2013.

Magistrate à la Cour des comptes[modifier | modifier le code]

Son rang de sortie à l'ENA lui ayant permis de devenir magistrate à la Cour des comptes à l'âge de vingt-six ans, Fleur Pellerin commence sa carrière comme auditrice de 2e classe[23]. L'année suivante, elle devient auditrice de 1re classe[24] et rapporteur à la Cour de discipline budgétaire et financière[25]. Elle devient conseillère référendaire de 2003[26] à 2016, date à laquelle elle présente sa démission[27].

Elle était affectée à la troisième chambre, chargée notamment de l'éducation, de la culture et de la recherche, ainsi que de l'audiovisuel[28]. À ce titre, elle a été rapporteur auprès de la Commission de contrôle des sociétés de perception des droits d'auteurs et droits voisins (Société de gestion des droits d'auteur) (SPRD) de 2001 à 2005.

Parallèlement, de 2001 à 2006, elle a été auditeur externe pour l'ONU en Irak, à New York et à Genève. De la même manière, elle a été nommée en 2007 rapporteur de la Commission de déontologie de la fonction publique[29].

Autres fonctions exercées[modifier | modifier le code]

[Quand ?] Fleur Pellerin est maître de conférences à l'ENA. En 2006, elle est corédactrice du Bulletin annoté des Lois et Décrets aux publications Paul Dupont. Durant son passage dans le secteur privé de 2008 à 2009, elle exerce la fonction de directrice associée du cabinet Tilder, un cabinet de conseil en communication, relations media et communication de crise[30]. Dans le cadre de sa fonction de présidente du Club XXIe siècle, elle devient membre du Comité permanent diversité du groupe France Télévisions[31].

En 2011, elle devient administratrice de la chaîne Public Sénat[32] et membre du comité des sanctions de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL)[33].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Fleur Pellerin rejoint l'équipe de campagne de Lionel Jospin en 2002, sous l'autorité de Pierre Moscovici, dans l'équipe des « plumes »[34]. Ségolène Royal lui confie en 2007 la cellule chargée des relations avec la presse spécialisée[34].

Elle est responsable du pôle « Société et Économie numériques », lors de la campagne de François Hollande, à l'élection présidentielle de 2012[35].

Fonctions sous la présidence de François Hollande[modifier | modifier le code]

Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique[modifier | modifier le code]

Fleur Pellerin en 2012, au Forum mondial du libre.

Le 16 mai 2012, Fleur Pellerin est nommée au gouvernement Jean-Marc Ayrault en tant que ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique, rattachée au ministère du Redressement productif. Reconduite le mois suivant dans le deuxième gouvernement Ayrault, elle est confrontée à une mobilisation des entrepreneurs d'Internet contre une hausse des taxes sur la cession de leurs entreprises, le « mouvement dit des « Pigeons » ». En réponse, elle s'appuie sur les assises de l’entrepreneuriat pour faciliter le financement participatif, l'innovation en entreprise, et encadrer la fiscalité des entrepreneurs[36]. Elle cherche également à promouvoir le secteur numérique français à l'étranger[36] en lançant le 27 novembre 2013, le label « French Tech » pour distinguer les métropoles françaises investissant dans le numérique. Il est accompagné d'une enveloppe de 215 millions d'euros pour promouvoir cette marque et soutenir les jeunes entrepreneurs[37].

Fleur Pellerin au Forum économique mondial de Davos en 2013.

En opposition régulière avec son ministre de tutelle Arnaud Montebourg, notamment quant au rachat de Dailymotion par Yahoo!, au lancement de l'offre 4G par Free, et à la vente de SFR par Vivendi, elle perd son portefeuille le au profit de celui-ci qui hérite d'un ministère regroupant économie, redressement productif et numérique[36],[38], ce que regrettent de nombreux entrepreneurs de l'Internet[39].

Secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger[modifier | modifier le code]

Le , Fleur Pellerin est nommée secrétaire d'État chargée du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l'étranger, dans le premier gouvernement Valls[40].

Ministre de la Culture et de la Communication[modifier | modifier le code]

Le , Fleur Pellerin est nommée ministre de la Culture et de la Communication dans le gouvernement Valls II.

Le , le ministère de la Culture et de la Communication amorce le projet de loi relatif à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine (comprenant une meilleure répartition des droits entre les artistes interprètes et les maisons de disque, la transparence des recettes dans la filière du cinéma, la reconnaissance du statut des marionnettistes et des artistes de cirque, des dispositions sur les pratiques artistiques amateurs, l'accès des élèves boursiers aux écoles d'art ainsi qu'un volet sur l'architecture[41]) ; le gouvernement saisit alors le Conseil économique, social et environnemental pour avis[42]. Contrairement à Aurélie Filippetti, qui l'a précédée au poste de ministre de la Culture, Fleur Pellerin ne veut pas de définition positive du domaine public[43].

En , elle propose un décret visant à étendre les aides à la presse à une cinquantaine de titres supplémentaires[44]. Elle pose pour condition que la publication n'ait pas été condamnée pour racisme, antisémitisme ou incitation à la haine ou à la violence au cours des cinq dernières années, ce qui exclut automatiquement certains titres de presse tels Valeurs actuelles, Minute ou Rivarol. Pour Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs actuelles, « c’est la première fois dans l'histoire de la Ve République qu'un gouvernement s'attaque à la presse de manière aussi frontale »[45],[46]. Le journal Minute avance que le décret est écrit en méconnaissance du droit de la presse et contiendrait plusieurs « vices de forme »[47].

Fleur Pellerin n'est pas reconduite dans ses fonctions lors du remaniement ministériel du [48], contre l'avis de Manuel Valls dont elle est proche [49],[50]. Lors de sa passation de pouvoir avec Audrey Azoulay, elle exprime sa « reconnaissance et [sa] fidélité » envers le Premier ministre[51]. On la retrouve quelques jours plus tard parmi les premiers signataires du manifeste du mouvement politique Printemps républicain[52].

Départ dans le privé[modifier | modifier le code]

A l'été 2016, après un avis favorable de la Haute autorité de la transparence de la vie publique, Fleur Pellerin crée une structure pour accompagner les investissements coréens en France dans le domaine des nouvelles technologies. Le 25 juillet, elle démissionne de la Cour des comptes, quittant ainsi la haute fonction publique : elle explique agir ainsi par « souci d'éthique » et ne pas vouloir faire payer à la collectivité « le prix de [sa] tranquillité »[53],[54].

Divers[modifier | modifier le code]

En 2015, Fleur Pellerin interprète la voix du personnage de Lémurienne Grimaud dans la série d'animation Silex and the City, de Jul.

En 2015, le metteur en scène Thibaud Croisy a créé une pièce inspirée de ses propres rêves érotiques autour de Fleur Pellerin, alors Ministre de la Culture et de la Communication. Intitulée 4 rêves non-censurés en présence de Fleur Pellerin, la pièce met en scène les « délires lubriques » [55] de Thibaud Croisy avec sa ministre de tutelle. Le spectacle a été créé au Théâtre de Gennevilliers puis présenté en tournée à Bordeaux, au Théâtre Paris-Villette et à l’Hôtel-de-Ville de Vanves. Fleur Pellerin ayant entretemps cessé d'être ministre, les dernières représentations étaient précédées d’une oraison funèbre intitulée Une Tombe, une Fleur [56].

Décorations[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Margie Sudre, de mère vietnamienne et de père français, occupait la fonction de secrétaire d'État entre 1995 et 1997.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sébastien Falletti, « Fleur Pellerin, reine de Corée » sur Le Point, 18 mai 2012.
  2. Interview dans l'émission On n'est pas couché du 1er décembre 2012
  3. « Fleur Pellerin en Corée, une rock star pour la presse coréenne », in coree.aujourdhuilemonde.com, 24 mars 2013.
  4. (en) « Korean Adoptee Becomes French Deputy Minister » sur le site http://english.chosun.com, 18 mai 2012.
  5. Fleur « Pellerin, une “femme parfaite” pour la Corée du Sud », Courrier international.com, 22 mai 2012.
  6. « Fleur Pellerin en Corée du Sud », Le Figaro.fr, 23 mars 2013.
  7. Cécile Daumas, « Hussarde de la diversité - Portrait », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  8. Julien Duffé, « J'aimerais faire du 93 un laboratoire du numérique », Le Parisien.fr, 8 septembre 2012.
  9. Biographie de Fleur Pellerin, TF1.fr, 5 juillet 2012.
  10. « Intervenant : Fleur Pellerin », Les Entretiens de l'excellence.org.
  11. Gaëtane Morin, Présidentielle « 2012 : Fleur Pellerin, l'atout charme de Hollande », France-Soir.fr, 15 décembre 2011.
  12. [1], http://www.dailymotion.com/video/xwy58q_l-oeil-du-photographe-seance-avec-patrick-noel_news.
  13. Boris Manenti, « Fleur Pellerin, la ministre geek », NouvelObs.com, 16 mai 2012.
  14. « Liste des candidats admis au concours externe d'entrée à l'École nationale d'administration organisé en 1997 », JORF no 16 du 20 janvier 1998, p. 915, NOR FPPA9800006K.
  15. « Remaniement: Fleur Pellerin, une ministre polyglotte, au Commerce Extérieur », Mathieu Bruckmüller, 20minutes.fr, 9 avril 2014 (consulté le 10 avril 2014).
  16. Thierry Dupont, « Fleur Pellerin, la "zen attitude" aux PME et à l'économie numérique », L'Express.fr, 17 mai 2012.
  17. Pascal Riché, « La conseillère numérique de Hollande, trop technocrate pour le Web ? », Rue89.com, 25 novembre 2011.
  18. « Arrêté du 24 mai 2012 portant nomination au cabinet de la ministre », JORF no 122 du 26 mai 2012, texte no 27, NOR RDFP1223777A.
  19. « Arrêté du 25 juin 2012 portant nomination au cabinet de la ministre », JORF no 149 du 28 juin 2012, texte no 108, NOR RDFP1227020A.
  20. « L'interview working mum de Fleur Pellerin », sur Elle.fr
  21. « Fleur Pellerin », sur France Inter
  22. « Un nouveau Président pour le Club XXIe siècle », FocusRH.com, 13 janvier 2012.
  23. « Décret du 6 juin 2000 portant nomination (Cour des comptes) », JORF no 132 du 8 juin 2000, p. 8671, NOR CPTE0000018D.
  24. « Décrets du 31 août 2001 portant nomination (Cour des comptes) », JORF no 207 du 7 septembre 2001, p. 14338, NOR CPTE0100030D.
  25. « Décret du 26 juillet 2001 portant nomination de rapporteurs près la Cour de discipline budgétaire et financière », JORF no 175 du 31 juillet 2001, p. 12335, NOR ECOB0110049D.
  26. « Décret du 24 juin 2003 portant nomination (Cour des comptes) », JORF no 145 du 25 juin 2003, p. 10675, texte no 36, NOR CPTE0300025D.
  27. « Décret du 25 juillet 2016 portant acceptation de démission et radiation des cadres (Cour des comptes) - Mme PELLERIN (Fleur)  »
  28. Marion Mourgue, « La relève féminine du Parti socialiste », Les Inrocks.com, 29 avril 2012.
  29. « Arrêté du 1er juin 2007 portant nomination à la commission de déontologie », JORF no 131 du 8 juin 2007, texte no 24, NOR BCCF0755598A.
  30. [2]
  31. Composition du comité », Comité permanent pour la diversité, France Télévisions, ftv-diversite.fr (consulté le 12 février 2016).
  32. « « Conseil d'administration », Public Sénat.fr.
  33. « Organisation », ARJEL.fr.
  34. a et b Raphaël Stainville, « La campagne de 2012 les a révélés, Le Figaro, 19 avril 2012.
  35. Guillaume Champeau, « Fleur Pellerin, conseillère de François Hollande au numérique », Numerama, 16 novembre 2011.
  36. a, b et c « Le sort de Fleur Pellerin interpelle le secteur du numérique », Nicolas Rauline, Les Echos.fr, 2 avril 2014 (consulté le 12 février 2016).
  37. Benjamin Ferran, « La France consacre 215 millions d'euros à soutenir ses start-up », Le Figaro.fr, encart « Économie », 28 novembre 2013, page 20.
  38. Benjamin Ferran, « Arnaud Montebourg évince Fleur Pellerin du Numérique », Le Figaro.fr, 2 avril 2014.
  39. « Fleur Pellerin : les entrepreneurs très déçus par son absence du gouvernement », Grégory Raymond, Le Huffington Post.fr, 2 avril 2014 (consulté le 12 février 2016).
  40. « Décret du 9 avril 2014 relatif à la composition du Gouvernement », JORF no 0085 du 10 avril 2014, p. 6560.
  41. Mariana Grépinet, « Session de rattrapage pour Fleur Pellerin », Paris Match.com, semaine du 1er au 7 octobre 2015, page 40.
  42. « Projet de loi relatif à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine », sur www.Lecese.fr (consulté le 29 mai 2015)
  43. Marc Rees, « Loi Création : Fleur Pellerin ne veut pas de définition positive du domaine public », sur Nextinpact.com (consulté le 29 mai 2015)
  44. « Des aides à la presse étendues à 50 titres, Valeurs Actuelles exclu », La croix.com, 9 novembre 2015.
  45. « Un décret de Pellerin prive Valeurs actuelles et Minute d'aides à la presse », Louis Hausalter, Marianne.net, 10 novembre 2015 (consulté le 12 février 2016).
  46. « L'astuce de Fleur Pellerin pour empêcher Valeurs Actuelles ou Minute de toucher des aides à la presse », Le Lab d'Europe 1.fr, 4 novembre 2015.
  47. « Le droit de la presse pour la nulle », Minute-hebdo.fr, 10 novembre 2015.
  48. Audrey Azoulay remplace Fleur Pellerin à la Culture, Europe 1, 11 février 2016
  49. Olivier Ubertalli, « Départ de Fleur Pellerin : "Manuel Valls t'a défendue, tu as été débranchée" », sur Le Point.fr,‎ (consulté le 22 février 2016).
  50. Jules Pecnard, « Après son limogeage, Fleur Pellerin fait la fête avec Manuel Valls », sur Le Figaro.fr,‎ (consulté le 22 février 2016).
  51. « Fleur Pellerin : l’humiliée du remaniement », sur Marianne.net,‎ (consulté le 22 février 2016).
  52. Voir notamment « Au lancement du Printemps républicain, n'ayez pas peur du mot "islamophobe" »
  53. Delphine Legouté, « L'ex-ministre Fleur Pellerin démissionne de la fonction publique et part dans le privé »,‎
  54. Décret du 25 juillet 2016 portant acceptation de démission et radiation des cadres (Cour des comptes) - Mme PELLERIN (Fleur) (lire en ligne)
  55. « Ève Beauvallet, « Rêveries enflammées sur le culte de la ministre », Libération, 2016 », sur next.liberation.fr,‎
  56. « Marie-Christine Verny, « A cup of Artdanthé », Délibéré, 2016 », sur delibere.fr (consulté le 24 mars 2016)
  57. « Article 2 du décret no 57-549 du 2 mai 1957 portant institution de l'ordre des Arts et de lettres. », sur le site de Légifrance,‎ (consulté le 6 octobre 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]