Ministre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les ministres dans les cultes chrétiens, voir Ministère (chrétien).
Page d'aide sur l'homonymie Pour la pièce (aussi appelée éléphant) du jeu xiangqi (jeu d'échecs chinois), voir Xiangqi.

Sur les autres projets Wikimedia :

Un ministre est un agent du pouvoir gouvernemental qui est à la tête d'un ministère ou d'un département ministériel, tel que les finances, la défense ou la santé. Il dirige les départements ministériels qui sont sous ses ordres, représente l'État pour ce qui concerne son ministère (ou département ministériel) et représente son administration au sein du gouvernement. Il agit généralement sous la direction d'un Premier ministre (en France, au Canada ou en Grande-Bretagne par exemple), d'un président du Conseil (en Italie), d'un chancelier fédéral (en Allemagne et en Autriche) ou d'un président (aux États-Unis). Il est généralement responsable devant le pouvoir législatif de la bonne exécution des services qu'il dirige.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le substantif masculin[1],[2],[3],[4] ministre est un emprunt[1],[2] au latin minister[1],[2],[3],[4], adjectif[5] dérivé de minus[3],[5] qui signifie "serviteur". En français, ministre est attesté depuis le XIIe siècle[1] : d'après le Trésor de la langue française informatisé, sa plus ancienne occurrence connue se trouve dans le Psautier d'Oxford, daté de la première moitié du XIIe siècle[2]. Dans la Vie de saint Thomas de Cantorbéry, composée par Guernes de Pont-Sainte-Maxence vers -, ministre désigne « celui qui est au service du roi » ou « en détient quelque chose »[2]. Dans la Légende des Vénitiens de Jean Lemaire de Belges, parue en , ministre désigne un « conseiller d'un souverain »[2].

La désignation de ministres et la création de ministères sont liées à la construction de l'État en Europe. Les premiers ministres sont à la fois des exécutants au service du souverain dans certains domaines, et ses conseillers proches. À ce titre ils forment le "Conseil" du roi, de qui ils tirent leurs pouvoirs. Ceux-ci s'exercent en matière de police, finances, relations étrangères par exemple. Avec la séparation des pouvoirs, les ministres sont devenus des agents du pouvoir exécutif, généralement responsables devant le pouvoir législatif, même si ce contrôle se passe parfois à travers le chef de l'exécutif, comme aux États-Unis.

Les premiers ministères, administrations chargées de seconder le ministre dans l'exercice de ses fonctions, apparaissent entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle[réf. souhaitée], dans les fonctions dites « régaliennes »: celles qui assurent les missions premières de l'État, telle que la sécurité, la politique extérieure et la conduite des intérêts généraux de la Nation. Dans ces premiers départements ministériels, on note ainsi essentiellement les Finances, l'Intérieur, les Affaires étrangères, la Défense et la Justice. L'extension des tâches incombant au gouvernement, notamment avec l'apparition de l'État-providence, suscite l'apparition de nouveaux postes ministériels et des ministères en rapport.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Entrée « Ministre » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (sens II, 2) [consulté le 9 décembre 2016].
  2. a, b, c, d, e et f Définitions lexicographiques et étymologiques de « ministre » (sens B, 2) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 9 décembre 2016].
  3. a, b et c Entrée « ministre » (sens 5), dans Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, t. 3 : I – P, Paris, Hachette, , 1396 p., gr. in-4o (notice BnF no FRBNF30824717, lire en ligne [fac-similé]), p. 568 (lire en ligne [fac-similé]) [consulté le 9 décembre 2016].
  4. a et b Entrée « ministre », sur Dictionnaires de français [en ligne], Larousse [consulté le 9 décembre 2016].
  5. a et b Entrée « 1 mĭnister », dans Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, Hachette, 1934 (paru le ), 1e éd., 1702-XVIII p., in-8o (26 cm) (OCLC 798807606, notice BnF no FRBNF32138560), p. 978 [consulté le 9 décembre 2016].

Articles connexes[modifier | modifier le code]