Michel Giraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giraud.
Michel Giraud
Image illustrative de l'article Michel Giraud
Fonctions
Président du conseil régional
d'Île-de-France

(5 ans, 11 mois et 23 jours)
Prédécesseur Pierre-Charles Krieg
Successeur Jean-Paul Huchon

(11 ans, 11 mois et 21 jours)
Successeur Pierre-Charles Krieg
Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle
20e ministre du Travail et des Affaires sociales
de la Ve République

(2 ans, 1 mois et 11 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Édouard Balladur
Prédécesseur Martine Aubry
Successeur Jacques Barrot (Travail)
Anne-Marie Couderc (Emploi, secrétaire d'État)
François Bayrou (Insertion professionnelle)
Député du Val-de-Marne
Élu dans la 5e puis la 6e circonscription

(6 ans, 11 mois et 24 jours)
Prédécesseur Antoine Pouillieute
Successeur Patrick Beaudouin

(4 ans, 9 mois et 9 jours)
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Gilles Carrez
Sénateur du Val-de-Marne

(11 ans et 8 jours)
Prédécesseur Roger Gaudon
Successeur Lucien Lanier
Maire du Perreux-sur-Marne

(21 ans et 19 jours)
Prédécesseur Louis Brulas
Successeur Gilles Carrez
Biographie
Nom de naissance Michel Giraud
Date de naissance
Lieu de naissance Pontoise (Île-de-France)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Île-de-France (France)
Nationalité Française
Parti politique RPR

Michel Giraud est un homme politique français, né le à Pontoise et mort le . Il fut notamment ministre du Travail, député du Val-de-Marne, président du conseil régional d'Île-de-France et président de l'Association des maires de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur de lettres, il commence sa carrière politique de gaulliste à la fin des années 1960, en devenant conseiller général du Val-de-Marne puis maire du Perreux-sur-Marne. Rallié au RPR de Jacques Chirac, il est élu en 1976 premier président de l'Île-de-France, farouche partisan de la décentralisation et considéré comme le « père fondateur » de la région[1]. Imposant le terme francilien inventé en 1983[3], il dirige la région de façon quasi-ininterrompue pendant 22 ans. Finalement, il renonce à briguer un nouveau mandat lors des élections régionales de 1998, se trouvant au cœur d'une affaire juridique sur le financement des lycées d'Île-de-France, mise au jour par Claude-Annick Tissot, à la tête de la commission d'appel d'offres et qui fut surnommée la « Madame propre du RPR »[4]. Il est condamné le 26 octobre 2005, au terme d'un long procès, à quatre ans de prison avec sursis et 80 000 euros d'amende pour complicité de corruption visant le RPR, alors dirigé par Jacques Chirac. Michel Giraud ne fait pas appel de sa condamnation, contrairement à la majorité des autres inculpés.

Il est nommé ministre du Travail, en 1993, dans le gouvernement de cohabitation d'Édouard Balladur et met en place la loi quinquennale sur l'annualisation du temps de travail et le recours au chômage partiel. Il est le créateur du premier dispositif du chèque emploi-service. Il défend le Contrat d'insertion professionnelle (CIP) qui est retiré en 1994 sous la pression des étudiants qui dénoncent la création d'un « SMIC-jeunes ».

Ayant abandonné peu à peu toute activité politique, Michel Giraud dirige, entre 1998 et 2011, la Fondation de la deuxième chance, reconnue d'utilité publique (J.O. du 9 février 2006), créée à l'initiative de Vincent Bolloré et consacrée à l'insertion des jeunes.

Il est le fondateur de la chorale Vent d'Est dont il a été chef de chœur amateur dans les années 50. Il a créé un camping pour les choristes à Erquy. Vent d'Est existe encore et de nombreux choristes en anciens choristes passent leur vacances dans ce camping.

En 2006 il créer l'association Cœurs en Chœurs qui permet à des choristes en situation de handicap de chanter dans les chorales mixtes (handi-valides). Il sera l'organisateur du premier concert qui s'est tenu au Palais des Congrès de Paris , en direct sur direct 8, présenté par Philippe Labro.

Mandats[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Giraud, Notre Île-de-France, région capitale, 1985, (ISBN 978-2709604581)
  • Michel Giraud, Histoire de l'Île-de-France, 1996, (ISBN 978-2704807840)
  • Michel Giraud, Nous Tous la France, 1983

Lien externe[modifier | modifier le code]