Ministère de l'Industrie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bercy.
Secrétariat d'État à l'Industrie
Type Secrétariat d'État français
Coordonnées 48° 50′ 21″ N, 2° 22′ 33″ E
Langue Français
Effectifs 1 253 (2013)[1]
Secrétaire d'État Christophe Sirugue
Site web http://www.redressement-productif.gouv.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Secrétariat d'État à l'Industrie

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Secrétariat d'État à l'Industrie

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Secrétariat d'État à l'Industrie

Le ministère de l’Industrie est le département ministériel du gouvernement français chargé de la politique industrielle, généralement rattaché au ministère de l'économie et des finances.

Il siège, avec les autres ministères économiques et financiers, au quartier de Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris.

Du au , Christophe Sirugue est secrétaire d'État à l'Industrie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le ministère de l’Industrie a traversé tous les gouvernements de la Cinquième République, le plus souvent associé à un autre portefeuille : « Commerce et Industrie » (1886), « Économie nationale, Commerce et Industrie » (1930), « Développement industriel et Scientifique », « Industrie et Recherche », « Industrie, Commerce et Artisanat » (1974), « Industrie, Commerce extérieur, Aménagement du territoire », « Industrie, Postes et Télécommunications, Commerce extérieur »:

Titulaires successifs[modifier | modifier le code]

Missions et attributions[modifier | modifier le code]

En 2012, le ministre du redressement productif prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement en matière d’industrie, de petites et moyennes entreprises, de postes et communications électroniques, de services et d'innovation. À ce titre, il participe à la défense et à la promotion de l'emploi dans le secteur industriel et les services. Il exerce la tutelle des établissements des réseaux des chambres de métiers et de l'artisanat et des chambres de commerce et d'industrie. Il exerce les attributions relatives à la création d'entreprises et à la simplification des formalités leur incombant[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

Pour mener à bien ses missions, les agents du ministère sont répartis au sein d'un réseau de directions, de directions générales, de services techniques centraux, de services à compétence nationale et de services déconcentrés.

En 2012, conjointement avec le ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, le ministre du redressement productif a autorité sur la direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services[3],[4].

Conjointement avec les autres ministères économiques et financiers (ministre de l'économie et des finances, ministre du Commerce extérieur, ministre de la réforme de l'État, de la décentralisation et de la fonction publique et ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme), le ministre du redressement productif a autorité sur :

Écoles[modifier | modifier le code]

Le ministère dispose d'un réseau d'écoles d'ingénieurs, fédérées par l'Institut Mines-Télécom, pour accomplir ses missions de formation d'ingénieurs au service de l'industrie.

[modifier | modifier le code]

Redressement productif (logo).jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Effectifs 2013 du ministère sur le site www.performance-publique.gouv.fr
  2. Décret n° 2012-773 du 24 mai 2012, article 1
  3. Décret n° 2012-773 du 24 mai 2012, article 2
  4. Décret n° 2012-854 du 5 juillet 2012 relatif aux attributions du ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme, article 2

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]