Jean-Marie Beffara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beffara.

Jean-Marie Beffara
Illustration.
Jean-Marie Beffara en 2013.
Fonctions
Député d'Indre-et-Loire
Élu dans la 3e circonscription

(4 ans, 10 mois et 26 jours)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Prédécesseur Marisol Touraine
Successeur Marisol Touraine

(2 jours)
Élection 17 juin 2012
Législature XIIIe
Prédécesseur Jean-Jacques Descamps
Successeur Marisol Touraine
Premier vice-président du Conseil régional du Centre-Val de Loire

(3 ans, 2 mois et 27 jours)
Élection
Prédécesseur Isabelle Gaudron
Successeur Marc Gricourt
Conseiller régional du Centre-Val de Loire

(11 ans, 8 mois et 19 jours)
Élection 28 mars 2004
Président Michel Sapin
François Bonneau
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Châteauroux (Indre)
Nationalité française
Parti politique PS

Jean-Marie Beffara, né le à Châteauroux, est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Il fut député de la 3e circonscription d'Indre-et-Loire de 2012 à 2017 en remplacement de Marisol Touraine nommée au gouvernement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires à Châteauroux, des études d’histoire et un IUT « carrières sociales » à l'université François-Rabelais de Tours, Jean-Marie Beffara débute sa vie professionnelle dans le secteur de l’éducation populaire, puis dirige un foyer de jeunes travailleurs, un centre social et fonde une association qui accompagne encore aujourd’hui les créateurs d’entreprises.

Après un échec aux élections de 2017, il est inscrit à Pôle emploi[1].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

À Loches[modifier | modifier le code]

Chef de file de l’opposition municipale depuis 2001, Jean-Marie Beffara mène la liste de rassemblement « Loches 2014 : changer d’ère ! » aux élections municipales de 2014. Porteur d’un projet ambitieux de renouvellement de Loches basé sur la revitalisation du Centre-Ville, le développement économique, l’animation associative, le rayonnement culturel et la mise en valeur de l’identité gastronomique du territoire. Prenant acte de la défaite, Jean-Marie Beffara se retire du Conseil Municipal.

Élu régional référent au sein du Pays Touraine Côté Sud, il continue à ce titre de porter les projets de développement du Sud-Touraine.

Au Conseil régional du Centre[modifier | modifier le code]

Élu conseiller régional en 2004, Jean-Marie Beffara devient président du groupe PS-PRG en 2007. En novembre 2011, Jean-Marie Beffara devient vice-président chargé des finances, des grandes contractualisations et des moyens généraux. Sa responsabilité couvre le budget régional (1 milliard d'euros), 3200 agents, et les négociations pour le Contrat de Plan État-Région 2015-2020. Jean-Marie Beffara impulse notamment la mise en place d’une politique d’achat (la Région Centre est alors la seule région de France à en disposer) et d’une centrale d’achat régionale. Le 20 septembre 2012, il devient 1er vice-président du conseil régional[2].

En vue des élections régionales françaises de 2015, il est écarté de la tête de liste PS en Indre-et-Loire au profit de Jean-Patrick Gilles. Il refuse alors de figurer sur ladite liste.

À l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Suppléant de Marisol Touraine, Jean-Marie Beffara entre au Palais Bourbon le 22 juillet 2012, et siège au sein du groupe socialiste radical et citoyen. Jean-Marie Beffara est membre de la commission des finances. À ce titre, il est rapporteur spécial du budget de la mission « médias, livre et industries culturelles » et est donc chargé de contrôler les crédits alloués à ces secteurs lors des lois de finances annuelles[3].

Le 28 août 2014 il signe avec 208 autres députés socialistes, dans le journal Le Monde, une tribune appelant au rassemblement derrière François Hollande[4]. À noter que Jean-Marie Beffara est le seul député socialiste d'Indre-et-Loire ayant signé cette tribune[5].

En septembre 2015, il présente les conclusions de la mission d’information sur le financement public de l’audiovisuel dont il est le rapporteur. Il fait un certain nombre de propositions pour améliorer le financement de l’audiovisuel français soumis à des bouleversements dus à la révolution numérique. Parmi celles-ci, figurent notamment la réforme de l’assiette de la contribution à l’audiovisuelle public (CAP, ex redevance) ou encore le développement des ressources propres par le développement des parts de coproduction et les revenus de commercialisation[6].

Jean-Marie Beffara a également été membre de la mission d'information sur la fiscalité agricole et est actuellement membre du groupe de travail sur la simplification et de la mission d’information sur l’offre automobile française dans une approche industrielle, énergétique et fiscale.

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]