Jean-François Mattei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mattei.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'homme politique français. Pour le philosophe, voir Jean-François Mattéi.
Jean-François Mattei
Jean-François Mattei en 2013.
Jean-François Mattei en 2013.
Fonctions
Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin I
Jean-Pierre Raffarin II
Prédécesseur Bernard Kouchner
Successeur Philippe Douste-Blazy
Député de la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône
Prédécesseur Jean-Claude Gaudin
Successeur Dominique Tian
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Nationalité Française
Parti politique UDF UMP
Profession Médecin
Ministres de la Santé

Jean-François Mattei, né le à Lyon, est un médecin, homme politique français et membre de l'Institut de France.

Cursus[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2014).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jean-François Mattei est professeur de pédiatrie et de génétique médicale. Il a assuré les fonctions de directeur d'un département de génétique au CHU de Marseille et a été membre du Comité consultatif national d'éthique jusqu’en 1997. Il a aussi été président de la Croix-Rouge française, du 19 décembre 2004 au 22 juin 2013.

Il est membre titulaire de l’Académie nationale de médecine depuis juin 2000, et a été conseiller d’État en service extraordinaire de 2004 à 2008.

Lors de la séance du 29 juin 2015, il est élu au fauteuil VI de la section Morale et Sociologie, laissé vacant par le décès du professeur Raymond Boudon, de l'Académie des sciences morales et politiques.

Fonctions électives[modifier | modifier le code]

Le , il est élu député de la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône à la faveur d'une élection partielle, afin de remplacer Jean-Claude Gaudin, élu au Sénat.

Il fut réélu en 1993, 1997 et 2002.

Son activité parlementaire étant principalement tourné vers la médecine et l'innovation technologique médicale. Ainsi, en plus de siéger à la commission des Affaires culturelles, sociales et familiales (désormais commission des Affaires sociales), il a été membre de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi relatif à la bioéthique, membre de la mission d'information commune préparatoire au projet de loi de révision des « lois bioéthiques » et président du groupe d'études sur les applications des biotechnologies en génétique et problèmes éthiques à l'Assemblée nationale.

Il a détenu également un mandat de conseiller municipal de Marseille de 1983 à 2007, un de conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1997 à 2000. Il a également été conseiller général entre 1985 et 1997.

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Membre de l'Union pour la démocratie française (UDF), il rejoint tout d'abord le Parti populaire pour la démocratie française (UDF-PPDF) du ministre des Affaires étrangères Hervé de Charette, avant de rallier Alain Madelin et Démocratie libérale (DL). Il a siégé au Conseil de l'Europe de 1997 à 2002 où il a participé au débat bioéthique européen.

Il est élu président du groupe parlementaire Démocratie libérale et Indépendants (DLI), au mois d'octobre 2000 après la démission de José Rossi. Le Groupe DLI provenait de la scission du groupe UDF intervenue en 1998.

Par la suite, il adhère à l'Union pour un mouvement populaire (UMP).

Le , deux jours après la réélection de Jacques Chirac à la présidence, Jean-François Mattei est nommé ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées dans le premier gouvernement dirigé par Jean-Pierre Raffarin.

Il est réélu député lors des élections législatives de , mais doit démissionner à la suite de sa confirmation dans le deuxième cabinet Raffarin.

Comme les ministres issus de la société civile, il n'est pas reconduit le , lors de la formation du troisième gouvernement Raffarin après la sévère défaite aux élections régionales.

La canicule de 2003[modifier | modifier le code]

Sa gestion controversée de la canicule de l'été 2003, qui causa 15 000 morts en France, a été l'un des faits marquants de son mandat.

On lui reproche de n'avoir pas pris la mesure du drame à temps, et de n'avoir pas pris les mesures d'urgence nécessaires[1]. Sévèrement critiqué par les médias, le seul reproche qui demeure après les commissions d'enquête parlementaire est un entretien rassurant donné à la télévision en tenue décontractée. il ne fera pas partie du gouvernement suivant. Il est alors nommé conseiller d’État puis est élu président de la Croix-Rouge française le 19 décembre 2004 (tous les membres du conseil d'administration sont élus par l'Assemblée générale). Il est réélu en 2009 et souhaite ne pas solliciter un troisième mandat en 2013 bien qu'il eût pu le faire (3 mandats sont possibles et la limite d'âge est de 72 ans comme l'attestent les statuts de la Croix-Rouge). Il décide de se consacrer à la recherche et à la réflexion éthique dans le champ humanitaire en présidant le Fonds de dotation de la Croix-Rouge française.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Où va l'humanité?", avec Israël Nisand, éd. les Liens qui libèrent, 2013
  • "Santé, égalité, solidarité: des propositions pour humaniser la santé", Springer, 2012
  • "Piccolo, le sage d'asco", Les Presses de la Renaissance, 2010
  • "Humaniser la vie: plaidoyer pour le lien social", Florent Massot éd., 2009
  • Questions d'éthique biomédicale, avec Jean-Robert Harlé, Pierre Le Coz, Perrine Malzac, Flammarion, 2008
  • Quand l'amour ne renonce jamais Presses de la Renaissance, 2008
  • L'homme en quête d'humanité Presses de la Renaissance, 2007
  • L'Urgence humanitaire et après, Hachette Littérature, 2005
  • Santé sociale : ces absurdités qui nous entourent, éditions Anne Carrière, collection « Convictions », octobre 2001
  • Sonate pour un clone, éditions des Presses de la Renaissance, Paris, 2001
  • Le Génome humain, éditions du Conseil de l'Europe, Strasbourg, juin 2001
  • Le Passeur d'univers, éditions Calman Lévy, 2000
  • "Le diagnostic prénatal", Flammarion-Domino, 2000
  • "Sciences de la vie et de la terre", collège et lycée, deux volumes, Editions de la Cité, 1998 et 1999
  • "De la médecine à la santé", Flammarion, 1997
  • Le Chemin de l'adoption, éditions Albin Michel, 1997
  • Philosophie, éthique et droit de la médecine, éd. PUF, 1997
  • "Les droits de la vie", Odile Jacob, 1996
  • L'Enfant oublié ou les folies g énétiques, Albin-Michel, 1994
  • Enfants d'ici, enfants d'ailleurs, la documentation française, 1994
  • La Vie en question : pour une éthique biomédicale, La documentation française, 1994
  • Pour en finir avec la politique mensonge, Éditions de la Table ronde, Paris, 1992
  • "Le diagnostic prénatal", avec Yves Dumez, Doin éd., 1986
  • "Génétique et cytogénétique cliniques", Flammarion, 1976

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]