Ségolène Neuville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
Ségolène Neuville
Ségolène Neuville en juillet 2014.
Ségolène Neuville en juillet 2014.
Fonctions
Conseillère générale puis départementale
des Pyrénées-Orientales
Élue dans le canton de Perpignan-5 puis de Canigou
En fonction depuis le
(9 ans 2 mois et 8 jours)
Avec Alexandre Reynal
Réélection 29 mars 2015
Prédécesseur Jean-Luc Englebert
Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion

(3 ans 1 mois et 1 jour)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls I et II
Cazeneuve
Prédécesseur Marie-Arlette Carlotti
Successeur Sophie Cluzel
Députée de la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales

(1 an 10 mois et 19 jours)
Élection
Législature XIV
Prédécesseur François Calvet
Successeur Robert Olive
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française
Parti politique PS
Conjoint Christian Bourquin
Profession Médecin

Ségolène Neuville, née le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est une femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élue députée en juin 2012 dans la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales, elle est conseillère générale du canton de Perpignan-5. Elle siège à la commission des Affaires sociales et de la délégation aux Droits des femmes et à l’égalité des chances entre hommes et femmes de l'Assemblée nationale.

Ségolène Neuville est également médecin au service de maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Perpignan.

Le 9 avril 2014, elle est nommée secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion dans le gouvernement Valls I[1],[2].

Le 25 août 2014, Manuel Valls donne la démission de son gouvernement. Le lendemain, Ségolène Neuville est maintenue dans ses fonctions dans le gouvernement Valls II. Ce même jour, le 26 août 2014, son compagnon[3] Christian Bourquin meurt des suites d'un cancer à Montpellier. La traditionnelle photo de groupe du nouveau gouvernement est annulée, Ségolène Neuville étant absente de Paris en raison de ce deuil.

En plus de ses fonctions ministérielles, elle continue d'assurer son travail de médecin à titre bénévole au service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Perpignan.

En mars 2015, elle est élue conseillère départementale du canton du Canigou en tandem avec Alexandre Reynal[4],[5],[6],[7].

Lors de l'établissement du Budget 2016, Ségolène Neuville est amenée à proposer dans le projet de loi une diminution des aides accordées aux personnes handicapées (AAH) lorsqu'elles épargnent sur un livret A (rémunéré à 0,75%). Cette mesure a surpris et indigné les personnes handicapés ainsi que l'ensemble de la classe politique y compris à gauche. Cette mesure a finalement été retirée[8].

Pendant la primaire citoyenne de 2017, elle soutient Manuel Valls[9]. À l'issue de la primaire, elle appelle au rassemblement autour de la candidature de Benoît Hamon[10] puis appelle à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen lors du deuxième tour de l'élection présidentielle.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Autisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autisme en France.

Ségolène Neuville a pris plusieurs fois position en ce qui concerne l'autisme en France. Le , elle rappelle sur la Chaîne parlementaire que la psychanalyse ne fait pas partie des prises en charge recommandées pour les enfants autistes, et recommande les méthodes éducatives car les enfants « n'ont pas besoin de parcours de soin »[11]. Elle estime aussi qu'« il n'est pas admissible de culpabiliser les mères »[11]. Dans le cadre de l'affaire Rachel, elle se déclare « totalement mobilisée pour que cette maman puisse le plus rapidement possible retrouver ses trois enfants » le , lors du congrès annuel de l'association Autisme France[12].,[13]. À la suite des propos de François Fillon lors du journal télévisé de 20 H sur France 2 le , ayant déclaré trois fois « je ne suis pas autiste », elle dénonce une « faute lourde » de ce candidat à la présidentielle[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 9 avril 2014 relatif à la composition du Gouvernement, JORF no 0085 du 10 avril 2014, p. 6560.
  2. http://www.midilibre.fr/2014/04/16/segolene-neuville-ou-l-ascension-eclair,849365.php
  3. Christian Goutorbe, « L'hommage de la nation à Christian Bourquin », ladepeche.fr, 30 août 2014.
  4. Étienne Baldit, « La secrétaire d'État Ségolène Neuville, candidate aux élections départementales dans les Pyrénées-Orientales », lelab.europe1.fr, 16 février 2015.
  5. http://www.lindependant.fr/2015/03/23/canigou-les-forces-de-gauche-idealement-placees,2007559.php
  6. http://www.ledepartement66.fr/1976-l-assemblee-departementale.htm
  7. http://www.ledepartement66.fr/4-les-conseillers-departementaux.htm
  8. « Le calcul de l'allocation aux adultes handicapés ne sera pas modifié », RTL.fr,‎ (lire en ligne).
  9. http://www.lejdd.fr/Politique/Primaire-de-la-gauche-pour-qui-votent-les-ministres-831985
  10. Éric Hacquemand, « Le gouvernement face au frondeur Hamon », Paris Match, semaine du 2 au 8 février 2017, page 26.
  11. a et b « Ségolène Neuville : "La psychanalyse ne fait pas partie des méthodes recommandées pour les enfants autistes !" », La Chaîne parlementaire, (consulté le 2 avril 2016).
  12. « Autisme: Rachel privée de ses enfants, "emblème" des associations », Le Nouvel Observateur, (consulté le 17 décembre 2016).
  13. Franck Grassaud, « Autisme. La cour d'appel de Grenoble confirme le placement des enfants de Rachel », France 3, (consulté le 17 décembre 2016).
  14. « Autisme : les propos maladroits de François Fillon énervent le Web », Le Point, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]