Jean-Marc Todeschini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Todeschini.
Jean-Marc Todeschini
Jean-Marc Todeschini en 2015.
Jean-Marc Todeschini en 2015.
Fonctions
Sénateur de la Moselle
En fonction depuis le
Prédécesseur Patrick Abate

(13 ans, 2 mois et 20 jours)
Élection
Réélection
Successeur Patrick Abate
Secrétaire d'État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire

(2 ans, 5 mois et 19 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls II
Cazeneuve
Prédécesseur Kader Arif
Conseiller régional de Lorraine

(3 ans, 6 mois et 16 jours)
Élection 15 mars 1998
Président Gérard Longuet
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Longwy (Meurthe-et-Moselle)
Nationalité française
Parti politique PS
Profession Instituteur
Directeur d'école
Inspecteur de l'Éducation nationale

Jean-Marc Todeschini, né le à Longwy, est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste, sénateur de la Moselle de 2001 à 2014, il est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire de 2014 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Todeschini est instituteur, puis maître formateur à Metz et directeur d'école à Marly[1] en Moselle et enfin inspecteur de l'Éducation nationale avant de devenir parlementaire.

Il a été premier secrétaire fédéral du PS en Moselle de 1993 à 2012. Il aurait fait le lien avec Édouard Martin pour le convaincre de s'engager sur la liste socialiste lors des élections européennes de 2014[1].

Jean-Marc Todeschini devient chef de cabinet du mosellan Jean-Pierre Masseret, secrétaire d'État chargé des Anciens combattants de 1997 à 2001, qui prend notamment en charge le dossier des malgré-nous, soldats d'Alsace-Moselle incorporés de force dans l'armée allemande. Devenu sénateur en 2001, il reste chargé de mission dans ce secrétariat d'État auprès de Jacques Floch[1].

Il préside la communauté de communes du Sillon mosellan de 2008 à fin 2013 et soutient sa fusion au sein de la Communauté de communes Rives de Moselle préférence à un rapprochement avec le sud mosellan. Il y porte le dossier de construction d'une piscine par l'intercommunalité à Talange plutôt qu'à Hagondange : « On a travaillé avec Maizières-lès-Metz à la construction d’une piscine. Il y a eu trois candidatures de communes. Hagondange n’a jamais répondu. Mais l’idée est peut-être de se faire payer la rénovation de la piscine qu’il a fermée. Une commune ne peut plus porter seule une piscine[2]. ».

Il est élu sénateur de Moselle le , puis réélu le . Le , il est désigné premier questeur du Sénat, charge qu'il assume jusqu'à l'alternance sénatoriale de 2014. Il ne se représente pas à cette dernière fonction déclarant que le Sénat avait mené une politique économe : « Le budget 2015 sera inférieur à celui de 2008. Cela représente 40 millions d’euros d’économies[2]. »

Le , Jean-Marc Todeschini est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire en remplacement de Kader Arif[3], démissionnaire.

Le 3 juillet 2016, lors d'une cérémonie d'hommages, il refuse que soit entonnée une chanson antimilitariste de 1917 La Chanson de Craonne[4].

Mandats[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Jean-Marc Todeschini, de retour aux anciens combattants », lemonde.fr, (consulté le 21 novembre 2014)
  2. a et b « Jean-Marc Todeschini: « Avec cette opposition stérile, on ne réforme rien » », republicain-lorrain.fr, (consulté le 21 novembre 2014)
  3. « Nomination de M. Jean-Marc Todeschini », sur le site elysee.fr, 21 novembre 2014.
  4. « Le secrétaire d’État interdit "La Chanson de Craonne" », courrier-picard.fr, 3 juillet 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]