Pierre de Jaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La pierre de Jaumont est un type de pierre extraite en Moselle, utilisée dans la construction de bâtiments. C'est une pierre de calcaire oolithique (sphères de 1 mm de diamètre) du Bajocien, un étage du Jurassique moyen[1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

La pierre de Jaumont est exploitée en Moselle au-dessus d'anciennes mines de fer désaffectées : Le gisement s'étend sur environ 200 hectares d'un seul tenant sur les bancs[2] de Malancourt-la-Montagne, Montois-la-Montagne[3], Moyeuvre-Grande, Roncourt et Saint-Privat-la-Montagne par diverses sociétés (Socoman, Vaglio, Holcim, Leclerc S.A.). Ces carrières sont situées à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Metz[4].

Coloration[modifier | modifier le code]

Château de Cons-la-Grandville.

L'oxyde de fer présent dans les mines, donne à la pierre de Jaumont sa couleur « jaune d'or », qui par ailleurs a donné le mot Jaumont, en latin : Galbinus Mons (la montagne jaune). Couramment cette couleur se définit par « jaunâtre ocreux »[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La pierre de Jaumont, demi-tendre, est une pierre de densité moyenne (2,5 à 2,7 tonnes/m3), permettant une taille relativement aisée. Elle présente parfois des veines dures, qui rendent dans ce cas la sculpture plus difficile. Malgré tout, de nombreux architectes et sculpteurs de la région messine l’ont choisie pour ses qualités tectoniques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époques d'extraction, types de carrières, types de productions, modes de convoyage de la pierre … La pierre de Jaumont a déjà commencé à être exploitée au début du IIe siècle apr. J.-C.

À partir du XXe siècle on constate que la pollution atmosphérique en forte augmentation cause à la pierre un noircissement, comme ce fut le cas pour la cathédrale de Metz avant le terme de la campagne de ravalement à partir des années 1990.

En reprenant Vaglio SAS, exploitant de la pierre de Jaumont, en 2017, le groupe de BTP NGE[6] évite à la plus connue des carrières du Grand-Est les affres d'un dépôt de bilan[7].

Constructions[modifier | modifier le code]

Les abreuvoirs des écuries du château de L’Isle-Adam dont ils sont un des rares vestiges, reconvertis en fontaine publique.

De nombreux bâtiments, notamment en Lorraine et principalement dans et autour de Metz[8], utilisent cette pierre[9] :

et encore :

  • des statues[11] la vierge du Couvent messin Saint-Symphorien, la Vierge à l'Enfant de la Tour-aux-Rats de Metz ;

Mais aussi en Champagne-Ardenne :

Et au-delà :

La Pierre de Jaumont est utilisée dès la fin du XIXe siècle pour compléter ou restaurer les bâtiments construits en pierre d'Hauterive.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]