Auxois (région)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte des pays de côte d'or, avec l'Auxois en jaune.

L'Auxois (prononcer [oswa][1]) est une région naturelle de France située dans le département de la Côte-d'Or sur environ 2 500 km2[2].


Géographie physique[modifier | modifier le code]

Paysage de l'Auxois : la vallée de l'Armançon et le canal de Bourgogne devant la ligne de crête du Morvan
Point de partage des eaux à Meilly-sur-Rouvres.

Géologiquement, l'Auxois repose sur une partie d'un plateau calcaire formé au jurassique, et incliné du seuil de Bourgogne (ou côte d'Or) au sud vers la région parisienne au nord, et correspondant à un fossé, ou graben, entre le Morvan et les plateaux de Langres-Châtillonnais.

En hydrologie, c'est un bassin versant dont les eaux se rejoignent dans l'arrondissement de Montbard avant d'aller rejoindre la Seine, et qui touche ou inclut le point de partage des eaux entre Loire, Rhône et Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancien Auxois (en latin : pagus Alesiensis) était le pays d'Alésia, l'oppidum des Mandubiens, situé près de l'actuelle Alise-Sainte-Reine, célèbre pour la bataille décisive de la guerre des Gaules, bataille qui opposa, en 52 av. J.-C., l'armée romaine de Jules César à la coalition gauloise conduite par Vercingétorix, le chef des Arvernes.

Le territoire des Mandubiens[modifier | modifier le code]

L'autonomie des Mandubiens est généralement acceptée pour La Tène finale, mais est contestée pour le Haut-Empire romain. Quatre tendances s'affrontent : l'autonomie politique ; l'appartenance aux Lingons ; l'appartenance aux Éduens ; l'appartenance successive aux Lingons puis aux Éduens. En effet, au Haut-Empire, Alésia et sa région semblent dépendre d'une cité voisine, soit celle des Lingons, soit celles des Éduens. Selon la méthode régressive, leur attribution à la cité des Éduens paraît évidente puisqu'elles font partie du diocèse d'Autun au VIIe siècle. Mais, Alise et sa région formant alors une profonde enclave dans le diocèse de Langres, il est envisageable que le territoire mandubien ait d'abord fait partie de la cité des Lingons avant d'en être détaché au profit de celles des Éduens.

Le comté d'Auxois[modifier | modifier le code]

L'Auxois devint ensuite un pagus sous les Carolingiens puis un 'comté d'Auxois réuni au duché de Bourgogne en 1082. Ce comté était divisé en bailliage principal de Semur-en-Auxois et bailliages particuliers d'Avallon, d'Arnay-le-Duc et de Saulieu. Parmi les comtes successifs, on connaît :

Une chronologie a été communiquée par Thierry Lefranc, elle est extraite d'un recueil, d'une revue nobiliaire de 1867, et écrite par L.P. Desvoyes.

Légendes de l'Auxois[modifier | modifier le code]

L'agneau d'Or : entre les châteaux forts de Châteauneuf, Châtellenot et Commarain, existeraient des souterrains au milieu desquels serait disposé un "agneau d'or", important trésor templier (?).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 104.
  2. Les paysages du pays de l'Auxois - Morvan.

Sources[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Auxois (région) » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Bavard, Émile Bergeret, Charles Boyard, Michel-Hilaire Clément-Janin, Hippolyte Marlot, Traditions, superstitions et légendes de l'Auxois, Textes du XIXe et du début du XXe siècle, Éditions JALON, 2018, 164 p., (ISBN 978-2-9564752-2-4).
  • Jacques Denizot, Le parler bourguignon de l'Auxois, Édition commentée de Vocabulaire patois (Sainte-Sabine et ses environs) XIXe siècle, Éditions JALON, 2018, 164 p., (ISBN 978-2-9564752-1-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]