Mohammed Merah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merah.
Mohammed Merah
Terroriste islamiste
Surnom « Le tueur au scooter »
Naissance 10 octobre 1988
Toulouse (Haute-Garonne)
Décès 22 mars 2012 (à 23 ans)
Toulouse (Haute-Garonne)
Cause du décès Tué par balles par le RAID
Affaires Tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban
Victime(s) 7 morts et 6 blessés
Période 11 mars 2012 - 22 mars 2012
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Drapeau de la France France
Région(s) Midi-Pyrénées
Ville(s) Toulouse
Montauban

Mohammed Merah[n 1] (en arabe : محمد مراح ; né le 10 octobre 1988 à Toulouse et mort le 22 mars 2012 dans la même ville à la suite d'un assaut du RAID[3]) est un terroriste islamiste franco-algérien ayant perpétré les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban.

En trois expéditions, il assassine sept personnes dont trois enfants et fait six blessés. Ses déplacements à bord d'un scooter volé lui valent le surnom de « Tueur au scooter ». Il est finalement abattu au terme d'une tentative d'interpellation qui a duré 32 heures. Ces événements ont fait l’objet d’une couverture médiatique exceptionnelle[n 2] mais controversée[n 3] pendant la campagne pour l'élection présidentielle française de 2012[n 4].

Famille[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille algérienne, Mohammed Merah est inscrit depuis sa naissance au consulat d'Algérie de Toulouse. Il possède la double nationalité algérienne et française[13]. Ses deux passeports en cours de validité [n 5], l'un algérien l'autre français sont retrouvés à son domicile après l'attaque du RAID[b 2].

Parents[modifier | modifier le code]

Le père de Mohammed Merah, Mohammed Ben-Allal Merah[23], est né le 16 avril 1942 dans la ville de Souagui[24]. Il arrive en France pour la première fois en 1966[25], ancien ouvrier à la fonderie de Muret[26], il a déjà divorcé deux fois et a sept enfants[27] lorsqu'il rencontre Zoulikha Aziri[28],[29], née en 1957[b 3],[30], la mère de Mohammed Merah, à Beni Slimane en Algérie[27]. Ils se marient religieusement en 1975[31] puis civilement en mai 1976[b 4]. Zoulikha Aziri s'installe à son tour en France au printemps 1981[32]. Mais le mariage ne tient pas : les parents de Mohammed Merah divorcent en novembre 1993[33],[b 5],[b 6] lorsqu'il a cinq ans. Mohammed Ben-Allal Merah est condamné en 2000[34] à cinq ans de prison pour trafic de cannabis[35] par le tribunal correctionnel de Toulouse et en 2001 à neuf mois supplémentaires pour subornation de témoins[36], il est incarcéré de 1999[b 7] à 2003[37]. Il retourne définitivement en 2004 en Algérie[25], où vivent également des oncles, des cousins et un demi-frère de Mohammed Merah[38]. Après son divorce avec Zoulikha Aziri, Mohammed Ben-Allal Merah se remarie deux fois[27].

Durant l’été 2011[29], sa mère, sans profession, épouse en seconde noce pendant quelques mois[39], Mohamed Essid, un Tunisien, naturalisé français, père du jihadiste Sabri Essid[40],[n 6]. Le 21 mars 2012[50], elle refuse de parler à son fils Mohammed Merah pour l'inciter à se rendre comme le lui demande la police prétextant qu'elle savait bien qu'il ne l'écouterait pas"[51]. Lors d'une réunion de famille tenue le 25 mars 2012 au Mirail, dans le quartier Bellefontaine, elle déclare « Mon fils a mis la France à genoux. Je suis fière de ce que mon fils vient d’accomplir ! »[52].

Frères et sœurs[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Mohammed Merah est le dernier enfant d'une fratrie de cinq composée de deux sœurs et trois frères. L'aîné, Abdelghani, est né en février 1977 en Algérie[b 8]. En juin 1998, il est condamné à quatre mois de prison pour recel[b 7]. Il n'a plus ensuite d'ennui avec la justice mais le choix qu'il fait d'épouser une femme dont le grand-père maternel est d'origine juive[b 9],[53] provoque un drame familial en 2003 lorsque son frère cadet Abdelkader lui reproche d'être un « mécréant »[54] et traite la jeune femme de « démon »[b 10]. S'ensuit une altercation au cours de laquelle Abdelkader blesse grièvement son frère de plusieurs coups de couteau, justifiant son geste par « Dieu m'a donné raison... »[b 10]. Malgré le retrait de la plainte, il fera quelques mois de prison[b 10]. Maître Anne-Sophie Laguens, son avocate, réfute néanmoins cette version des faits[55]. Abdelghani ne partage pas les convictions salafistes d'une grande partie de sa famille. Interrogé sur le rôle des imams, il déclare : « il faudrait encadrer la parole des imams qui, en réalité n'en sont pas vraiment : ils vont dans les quartiers et prêchent la haine de tout ce qui n'est pas musulman »[53]. En mai 2007, Abdelghani Merah est victime d'un grave accident de la circulation[b 11] qui le prive de l'usage de son bras droit[b 12].

Souad, née en 1978 en Algérie, est arrivée en 1981 à Toulouse[56]. En 1995, une inspectrice de l'aide sociale à l'enfance note dans un rapport que « Souad a une grande autorité dans cette famille et a beaucoup d'ascendant sur sa mère »[57]. En 1999 elle fait pression sur un témoin qui met en cause Mohammed dans une affaire de violences[58]. En 2000, elle est placée en garde à vue et poursuivie pour parjure[b 13]. Elle commence à se radicaliser à partir de 2001 alors que son premier compagnon est emprisonné et après qu'elle a subi une dépression[59]. D'abord épouse d'un trafiquant de drogue avec qui elle a deux enfants[b 14] nés en 2000 et 2004, elle se sépare de lui en 2005[b 15] et se remarie ensuite avec un salafiste[b 16] marocain[60], avec qui elle a deux autres enfants, le premier né en 2011, et le second né en 2013, qu'elle choisit d'appeler Mohammed[61],[62]. À Toulouse, elle suit les cours de l'imam Abdelfattah Rahhaoui[63]. Une note de la DCRI datée du 19 mars 2010 la signale comme « adepte d'un islam radical »[64], lorsqu'en novembre 2010[65], elle part au Caire étudier dans une école coranique[66] une nouvelle note affirme qu'elle est « connue pour ses liens avec les mouvements salafistes radicaux »[67]. Filmée en caméra cachée dans l'émission Enquête exclusive diffusée par M6 le 11 novembre 2012, elle déclare à son frère Abdelghani « Je suis fière de mon frère, il a combattu jusqu’au bout […] je pense du bien de Ben Laden, je l’ai dit aux flics, je peux te le dire à toi.[…] Les juifs, pas tous mais ceux qui sont en train de massacrer les musulmans, je ne les aime pas comme ils ne nous aiment pas. […] Les salafistes, ils agissent. […] Moi et [Abdel]Kader, on soutient les salafistes, Mohammed a sauté le pas. Je suis fière, fière, fière »[68]. À la suite de ces propos, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour « apologie du terrorisme »[69],[70] qui sera classée sans suite en janvier 2013[71]. À son tour, son avocat Me Christian Etelin dépose plainte en novembre 2012 contre la chaîne M6, contre Abdelghani Merah et contre le producteur du documentaire en s'appuyant sur l'article 226-1 du code pénal, qui interdit d'enregistrer et de diffuser des paroles prononcées à titre privé[72]. Du 14[73] au 17[74] avril 2014, elle est placée en garde à vue dans l'enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier Mohammed Merah. Le 9 mai 2014, elle embarque depuis Barcelone avec ses quatre enfants pour Istanbul puis Gaziantep, une ville proche de la frontière syrienne[75]. Elle est de ce fait soupçonnée d'avoir rejoint les rangs de l'opposition djihadiste au pouvoir du président syrien Bachar el-Assad. Le 22 mai 2014[76], la section antiterroriste du parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire la concernant, pour « association de malfaiteur en lien avec une entreprise terroriste »[77].

Aïcha, elle, a vu le jour à Toulouse en 1981[b 17]. Elle est coiffeuse et habitait à proximité de l'appartement de son frère Mohammed[78]. Comme elle ne partage pas l'extrémisme de ce dernier, il a dit à plusieurs reprises qu'il la considérait comme une « étrangère » et que sa mort ne lui ferait « ni chaud ni froid »[b 18]. Lorsque les crimes de son frère ont été connus, elle a fait part de son effroi : « C'est la plus totale stupéfaction. Jamais je n'aurais pu imaginer [que Mohammed] commette des méfaits contre des personnes et a fortiori des enfants »[79].

Abdelkader, né en 1982[30] est interpellé à de multiples reprises pour des affaires de violence et de stupéfiants lorsqu'il est mineur[80]. Il finit par devenir peintre en bâtiment effectuant des missions d'intérim[81],[82] lui procurant un revenu mensuel de 800 € par mois. Il n'en possède pas moins une moto d’une valeur de 16 000 €[29]. Il se serait réjoui des attentats du 11 septembre 2001[83]. De mars à juillet 2003, il est emprisonné après avoir agressé son frère Abdelghani[b 19]. Condamné en 2005 à deux ans d'emprisonnement dont vingt mois de sursis pour des faits de violence[84], il se marie religieusement en 2006[b 20]. De 2006 à 2011[85], il effectue de longs séjours dans des madrasas salafistes du Caire, notamment à l’institut arabe Al Fajr[86] où il étudie le Coran en compagnie de sa sœur Souad[87]. En juin 2007, il déclare « ne vouloir vivre que du RMI et du Coran »[84]. Il se laisse pousser les cheveux et la barbe et modifie sa tenue vestimentaire[88]. Lorsque son frère est incarcéré, il vient le voir à plusieurs reprises et gère les cartes de permis de visites. Il lui fait parvenir des CD et des livres sur la religion ainsi que des photos de la Mecque[89]. Il habite Toulouse[90],[91] avant de s'installer en novembre 2011, avec sa compagne dans un pavillon à Auterive, en Haute-Garonne[92],[93],[94]. Interpellé le 21 mars 2012, il est mis en examen en mars 2012[95] notamment pour complicité d'assassinats et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme[96] puis transféré à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) où il est placé en détention provisoire[87]. Naît enfin Mohammed, benjamin de la famille, le 10 octobre 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Quartier Bellefontaine à Toulouse.
Quartier Bellefontaine à Toulouse.

Né le 10 octobre 1988, Mohammed Merah passe sa petite enfance à Toulouse, dans un pavillon où sa famille a emménagé en 1987[b 21], dans la cité des Izards, au nord de la ville[97],[98], au milieu de gens du voyage sédentarisés[99]. Il y grandit dans un climat de violence conjugale, d'intolérance religieuse et d'antisémitisme. En janvier ou février 1992, il se refugie avec sa mère et ses frères et sœurs pendant six mois[b 22] au foyer de l'Oustal, à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron). Après le divorce de ses parents[100], son père s'installe à 500 mètres du domicile familial. Sa mère déménage avec ses frères et sœurs dans un appartement situé près du centre ville[b 23] puis dans le quartier de Bellefontaine (Mirail)[b 24]. Il partage une chambre avec Abdelkader[b 24]. Supportant très mal la dislocation du foyer familial, il demande en vain à son père de revenir[83]. Sa mère qui fait de nouvelles rencontres, le laisse des journées entières devant la télévision. Par un signalement en novembre 1995, les services sociaux s’inquiètent de son environnement familial violent et chaotique[101] et, à l'âge de six ans[102], il est placé dans une famille d'accueil. EN 1997, un rapport de l'action éducative propose qu'il soit séparé de sa mère: « Mohamed rentre de l'école à l'heure qu'il veut, se met à table s'il le désire et se couche de même ». « L'enfant [est] en danger, par manque d'un cadre éducatif »[b 25]. Le 18 août 1997[103], il est admis dans une maison d'enfants à Toulouse[b 24]. Il passe un an dans ce premier foyer, la semaine avec les éducateurs et le week-end à la maison[30]. Il en fera cinq au cours des années qui suivent[104]. Au moins trois travailleurs sociaux s'occupent de lui : un éducateur de la Protection judiciaire de la jeunesse, un autre d'une association de quartier ainsi qu'un animateur[105].

En septembre 1992, Mohammed Merah entre à l'école maternelle dans le quartier des Izards[b 26] et en 1994, au cours préparatoire[106],[107]. Il redouble son CP[32]. Il fréquente ensuite des établissements à la Côte Pavée et à Montaudran[108] enfin une école primaire dans le quartier de Bellefontaine[97]. Ses instituteurs le décrivent comme un enfant « d'aspect triste », « ouvert et intelligent » mais « sans aucun cadre, instable et sujet à des crises de violence incontrôlée ». Il est capable de faire des efforts : malgré ses difficultés en français, il s'emploie à avoir la plus belle écriture de sa classe[b 27]. Mais cela ne suffit pas et sa scolarité « difficile »[109] est marquée, selon un officier de police, par des redoublements, des sanctions, des exclusions. En 2000, il fait son entrée en 6e, au collège Bellefontaine. Ses résultats du premier trimestre sont plutôt bons[32]. Un professeur note « de réelles capacités », un autre « un réel talent » en arts plastiques. Mais la plupart ne partagent pas cet avis et déplorent ses absences et des attitudes « graves et inadmissibles »[110]. Victime des violences de son frère Abdelkader, il fait l'objet, en février 2001, d'un signalement par la principale du collège au procureur de la République. Mohammed « un enfant particulièrement doué […] est en danger grave ainsi que sa mère. Il est urgent […] d'intervenir dans le milieu familial afin de rétablir le calme »[32]. Inscrit pendant six mois[111] dans une classe de 5e du collège Anatole France, il y a laissé un souvenir peu favorable « il était dissipé, ça se passait assez mal avec la majorité des profs. Il pouvait se montrer agressif et violent avec les autres élèves. Il avait eu quelques problèmes, il avait été renvoyé de plusieurs établissements avant d’atterrir dans notre collège ». Il s'en fait exclure définitivement à la suite d'une bagarre[112]. Il poursuit ses études en 5e au collège Berthelot et en 4e au collège du Fer à Cheval[108].

En situation d'échec scolaire, il intègre après la 4e le CFA des Arènes pour préparer un CAP de carrossier de 2004 à 2005[113],[29]. Dans l'atelier, il dérobe quelques outils[114]. Embauché à la carrosserie les Yris[115], il est licencié par son employeur au bout d'un an. Après être resté inactif pendant une année[108], il obtient une place d'apprenti le 21 septembre 2006[116] dans une carrosserie d'Aucamville à une vingtaine de kilomètres au nord de Toulouse. Son patron le considère comme un bon élément[117]. « Au début, il a fallu le recadrer. Après, ça allait, il est devenu ponctuel »[118]. Il touche un salaire d’apprenti de 500 euros par mois[119]. Il a les loisirs des adolescents de son époque. Il passe beaucoup de temps à regarder des dessins animés, les Simpson[120] ou Dragon Ball[121]. « Quand Abdelkader voulait lui faire peur, il menaçait de détruire sa collection de cassettes », raconte un proche[30]. Il aime également jouer sur sa PlayStation à Call of Duty[122] en réseau et à Need for Speed[123]. Avec des camarades, il monte un blog où il se met en scène au volant de puissantes automobiles[124]. Enfin, il se consacre à la vidéo et au montage de clips[b 28]. Féru de mécanique, il s’intéresse d’abord aux deux-roues. Depuis l’âge de 14 ans, il est client chez le concessionnaire moto de son quartier[117]. Il est adepte de la conduite rapide en scooter[125]. Il apprécie ensuite les automobiles allemandes et participe à des rodéos dans la cité des Izards pour impressionner ses amis[126].

Passionné de football, il affiche dans sa chambre des posters de joueurs français[25]. Son joueur favori est Zinédine Zidane. Un de ses anciens éducateurs rapporte que « lors de la dernière Coupe du monde de football, en Afrique du Sud, en 2010, contrairement à beaucoup de mômes du quartier qui soutenaient l’Algérie, il était derrière les Bleus. Il assumait et en était fier »[127]. En 1995 ou 1997, il prend sa première licence[25]. Il joue alors au club du Mirail, puis passe au club des Izards et enfin au club JS Toulouse Pradette. Enfin il devient gardien de but remplaçant dans l’équipe des seniors (20-35 ans)[127] du football club de Castelmaurou[128]. En 2006[118], il quitte le domicile maternel[29] et emménage dans un appartement de 38 m2[129] situé au 17 rue Sergent-Vigné[130], dans le quartier de Côte Pavée à Toulouse. Le deux pièces aux volets toujours fermés[131] comporte un immense Coran et, accrochés au mur plusieurs grands sabres[132]. Le loyer de 160 euros[b 29] est pris en charge par un organisme social[133] car ses seules ressources officielles sont un virement mensuel de Pôle emploi de 330 €[134]. Lors de son voyage au Pakistan à l'été 2011, il fait de curieux achats sur Internet depuis ce pays, pour plus de 1 500 €. Un compte ouvert à la Banque Postale en décembre 2010 a été crédité en plusieurs fois de près de 5 000 € et toujours en espèces[b 30]. Entre le 23 décembre 2011 et le 19 mars 2012, sont déposés sur ses comptes 3 000 € en liquide et un peu plus de 1 000 € en chèques. Il paiera globalement 8 000 € pour louer des voitures[135]. En février 2012, il s'offre un séjour en station de ski dans le Jura avec deux amis[122],[136],[137]. Des dépenses sans commune mesure avec ses revenus effectuées avec de l'argent dont on ignore la provenance.

Délinquance[modifier | modifier le code]

En 2002, rendu furieux à l'idée de ne pas passer le weekend dans sa famille, il frappe au visage une assistante sociale. Il s'en explique devant les policiers « Ma mère m'a dit quelque chose et ça m'a énervé. […]. Je suis énervé aussi parce que tout le temps je suis placé. […]. Je suis dégoûté d'être dans un foyer »[32]. Selon la psychologue qui l'examine alors, « Mohammed n'envisage pas la répercussion de ses actes sur la personne qu'il a agressée puisqu'il se place lui-même en position de victime »[b 31]. Le tribunal pour enfants le condamne pour violences volontaires. Ses éducateurs se plaignent de lui « Il injurie, insulte les filles, […] qui nous demandent de les protéger et de fermer leur chambre à clé. Chaque jour, nous devons intervenir pour une dégradation, un vol, un conflit, une agression dont Mohammed est l'auteur »[32]. Dans une lettre à un juge datée de 2003, la mère de Mohammed Merah déplore à son tour d'avoir été agressée physiquement par l'adolescent « La violence de mon fils est telle que je me trouve dans l'incapacité d'y faire face »[32]. En février 2004[b 32], il est arrêté pour avoir jeté des pierres sur un autobus[138], il s'en tire avec une simple admonestation. En janvier 2005, il tient tête à l'une des éducatrices du foyer Mercadier et la frappe à l'œil[139] avant de fuguer. Il est condamné à cinq mois de prison avec sursis pour coups et blessures volontaires[108]. Il faudra une convocation assortie d'une menace de révocation de sursis envoyée chez sa sœur Souad pour qu'il reprenne contact avec la protection judiciaire[b 33]. En 2005, il est arrêté au volant d'une moto Honda volée[140]. En 2006, il est poursuivi pour un vol de portable avec violence, de moto, et des insultes[139]. Il agresse à coups d'extincteur son oncle qui lui demandait d'arrêter un rodéo bruyant en quad, dans la cité des Izards[141]. Durant sa minorité, il est condamné à quatorze reprises par le tribunal pour enfants pour diverses affaires de dégradations, de manquements à l'autorité ou de vols[142].

En 2007, il se rend avec un pistolet chez son frère Abdelkader et la compagne de ce dernier. Il tire dans l’écran plat posé sur le meuble télé et saccage leur appartement, jetant les objets par la fenêtre du 4e étage[33]. Il quitte les lieux en menaçant « Si tu lèves encore une fois la main sur moi, je t'en loge une »[b 34]. En octobre 2007, il fait partie de la bande qui à bord d'un 4x4 Volkswagen Touareg volé dans la banlieue de Toulouse lors d'un home-jacking[143], organise un nouveau cambriolage dans un domicile à Plaisance et s'empare avec violence[144] d'un 4x4 BMW X5[145]. Au cours de la fuite, vers 3h30, le 4x4 Volkswagen Touareg roulant à 180 km/h[146] percute le véhicule du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) de Colomiers[147] à l'entrée ouest de Toulouse sur l'A624[148] aux abords des usines Airbus. Dans la collision, deux gendarmes sont blessés, leur chien d'attaque et de recherche est tué[149]. Mais Mohammed Merah, au volant du véhicule parvient à s'échapper au terme d'une course-poursuite qui fait la une des journaux[150]. Il en tire une certaine fierté « c’était passé à la télé, à Enquête exclusive là, une course poursuite sur Toulouse. Un Touareg qui a percuté les gendarmes et tout ça. Très violemment.[…] J’étais dans le X5 et bon, inch ’allah c’est la première fois que je l’avoue, au point ou j’en suis ça changera rien. Je conduisais le X5 »[151],[152]. En décembre 2007, il arrache le sac d'une personne âgée[153] dans le hall d'une banque. Pour ce vol avec violence, Mohammed Merah devenu majeur, est condamné à 18 mois de prison ferme selon la procédure de comparution immédiate[154]. Il n'est emprisonné que cinq mois et demi à la maison d'arrêt de Seysses (Haute-Garonne), de décembre 2007 à juin 2008. Selon la conseillère du service d'insertion et de probation qui l'examine alors, « il n'était pas dans le déni total comme beaucoup le sont. Il reconnaissait les violences en réunion, mais pas le vol pour lequel il avait été condamné »[b 35]. Il se plie sans difficulté à la discipline de cet établissement et n’y a pas côtoyé d’islamistes prosélytes, affirment les surveillants pénitentiaires[155]. Il est ensuite transféré à la prison Saint-Sulpice (Tarn) où, en octobre 2008, il est libéré profitant d'un placement extérieur[156].

En décembre 2008[157], alors qu'il travaille « plus ou moins activement » dans diverses entreprises toulousaines, il refuse d'obtempérer à un contrôle policier forcé et est réincarcéré à la maison d'arrêt de Seysses jusqu'en septembre 2009[158],[156],[142]. Bernard Squarcini, le directeur central du renseignement intérieur, précise que « c'est une conduite sans permis qui le fait basculer, et emprisonner dix-huit mois, puisque ses sursis tombent à la fin de sa majorité pénale.» Mohammed Merah trouve injuste la sanction qui lui est infligée et il entre en rébellion contre les institutions[159]. Durant son incarcération, le jour de Noël 2008, il tente de se suicider par pendaison[160] et passe quinze jours en hôpital psychiatrique[161],[102],[162]. Lorsque sa famille vient le visiter à l'hôpital il déclare à sa mère « Tu sais bien que le suicide est interdit en islam. J'ai joué la comédie pour passer quelques jours en dehors de la prison »[b 36] Dès son retour derrière les barreaux, il s'adonne, selon le procureur de Paris François Molins, à une lecture assidue du Coran, commence à se radicaliser, et agresse d'autres prisonniers[113]. Un de ses codétenus confirme cette évolution au Journal du dimanche: « son frère est venu le voir régulièrement avec sa mère. Il lui a fait passer un tapis de prières et une djellaba, qu’il mettait parfois sous son jean. Et puis surtout il lui a donné un CD avec des chants islamiques, des bruits de détonations. Il écoutait ça à fond, du matin au soir. Je ne comprenais pas l’arabe, mais selon un copain maghrébin de la prison, ça parlait de personnes égorgées, des âmes corrompues qui iraient en enfer. C’était insupportable. En plus, il s’est mis à faire plusieurs prières. Il se levait même dans la nuit. Ça m’a gonflé. Au bout de quelque temps, je lui ai dit d’aller dans une autre cellule »[163],[84].

Début juillet 2010, il vient consulter un avocat pour entamer une procédure aux prud'hommes en raison d'heures de travail non payées, chez son carrossier. Le juriste qui lui dicte les lettres à envoyer à l'employeur. Mais lorsque l'avocat le rappelle en septembre 2010, Merah le menace: « Vous ne savez pas à qui vous parlez ! Vous n'imaginez pas qui je suis, méfiez-vous….! »[164]. En janvier 2011, à la suite d'un problème de stationnement, il a une altercation avec un voisin de son immeuble . Les policiers de la sécurité publique de Toulouse appelés sur les lieux, dressent un constat, procèdent à une vérification d'identité et l’incident est clos[165],[166],[167]. Un an plus tard, il insulte et menace une employée de la concession Renault qui lui aurait donné par téléphone une indication erronée : « Toi, si je te retrouve dehors, tu es morte »[b 37]. En février 2012, il est jugé une nouvelle fois pour conduite en 2009[158] d'une moto sans permis[168],[169], ainsi que pour blessures involontaires, puis condamné à un mois de prison ferme[170], mais laissé libre. Il devait comparaître début avril devant le juge d'application des peines[171]. D'après Claude Guéant, il a dans son casier judiciaire en 2012, 18 faits de violence à son actif parmi lesquels vols, recels, vols aggravés avec violence, outrages et conduite sans permis[172], dont 15 quand il était mineur, et un total de condamnations s'élevant à 21 mois de prison. Il était cependant jusqu'ici considéré comme un « petit délinquant »[173],[174],[116].

La police le suspecte d'être mêlé à différents trafics[b 30],[134]. Il participerait ainsi à des réseaux revendant des voitures maquillées en Afrique du Nord [175]. Des temoins rapportent qu'il se livre à plusieurs reprises au transport de drogue par voiture rapide (go fast) entre la France et l'Espagne[176]. Par ailleurs, quelques jours avant la tuerie de Montauban, il se rend cité de l’Hers, non loin de chez lui, pour vendre des jeans Diesel « tombés du camion »[127]. Par ailleurs, les enquêteurs cherchent à savoir s'il a pu bénéficier d'un « sponsoring » d'une organisation terroriste[135].

Islamisme radical[modifier | modifier le code]

Aux policiers qui l'interrogent durant le siège de son appartement, il se présente comme un « autodidacte de l'islam » qui a lu le Coran « seul en prison »[177]. Sa conversion remonterait à 2008 alors qu'il est extrait de sa cellule de prison, pour être entendu dans une affaire. « C'est là que j'ai invoqué Allah en arrivant à la gendarmerie, je lui ai demandé de m'aider. J'ai vu que les gendarmes étaient à côté de leurs pompes […] Ça a été une preuve d'Allah. Depuis ce jour-là, le 18 février 2008, je me suis converti sérieusement à la religion et j'ai toujours été assidu dans mes prières »[178]. Petit enfant déjà, il accompagne son père à la mosquée[179]. Selon sa mère il aurait commencé à faire la prière en 2006[180]. De 2007 à 2009, il aurait reçu une instruction religieuse dans une école coranique à Toulouse[181]. Une note de la DCRI du 24 décembre 2009, signale que pendant sa détention en prison, il participe de manière assidue à des cours religieux du soir[49]. Enfin en 2010, lors de son dernier séjour en Algérie, il fréquente une première école coranique dans la ville de Mouzaia, wilaya de Blida, puis une seconde dans la ville de Tizi Ouzou[182].

Un rapport de la Direction régionale des Renseignements généraux de Toulouse daté de 2006[183] mentionne Mohammed Merah[184] et fournit deux photographies de lui, l'une le montrant en tenue religieuse devant le Coran, un couteau de boucher à la main, l'autre en compagnie de Sabri Essid connu pour son activisme salafiste[185],[186]. En conséquence, la section Étrangers et Minorité de la DCRG émet dès octobre 2006 [187], Une fiche “ S ” comme sûreté de l’État[188], à son nom, le désignant comme « membre de la mouvance islamiste, radicale, susceptible de voyager et de fournir une assistance logistique à des militants intégristes »[189]. Une note d'alerte de février 2007 adressée à la Direction départementale de la Sécurité Publique (DDSP) de la Haute-Garonne par les renseignements généraux signalant le démantèlement d'«un réseau djihadiste à Toulouse » précise que « Mohamed Merah a rejoint cette mouvance »[190]. Un document de mai 2007 émanant lui aussi de la direction régionale des renseignements généraux à Toulouse indique que Mohamed Merah peut être considéré comme un « djihadiste radical »[191]. En novembre 2007, il est contrôlé au col du Perthus à la frontière entre la France et l'Espagne[192]. Il se rend en Espagne semble-t-il, pour participer aux journées islamiques de formation en Catalogne[193],[194].

Lors de son incarcération, l'administration pénitentiaire, ignorant qu'il est fiché S, ne charge pas son propre service de renseignement, l'EMS-3, de lui accorder une attention particulière[195]. En 2008, il demande l'autorisation de rendre visite en prison au jihadiste Sabri Essid[196],[197],[29]. Mohammed Merah lui écrit[198] et lui envoie de l'argent [199],[200]. Dans une lettre de février 2009 à son frère Abdelkader, il indique que sa foi sort renforcée de ce séjour en prison. Surtout, il « souhaite plus que tout qu'Allah (le) venge des kouffars (mécréants) » et prévient qu'à sa sortie il saura très précisément ce qu'il lui restera à faire[201]. En septembre 2009, Fabien Clain, converti à l'islam radical,[n 7] fait parvenir à Merah un courrier via sa compagne[16]. En octobre 2009, les coordonnées de ce dernier sont découvertes dans la liste des contacts d’un des membres de ce même réseau[205]. La fiche de signalement de Mohammed Merah est cependant désactivée en mars 2010[206].

En avril-mai 2010[207], il va en Algérie avec l'intention de rejoindre des islamistes armés[208]. Mais sa tentative échoue. "C'était vraiment difficile de les trouver, à cause des intrusions qu'il y a eu dans le groupe" avouera-t-il par la suite aux négociateurs de la police[209]. En juin 2010[132], une mère de famille toulousaine porte plainte contre Mohammed Merah pour avoir fait regarder à son fils de 15 ans « des vidéos d’Al-Qaïda avec des scènes insoutenables »[210], notamment des femmes exécutées d'une balle dans la tête et des hommes égorgés[211]. En guise de représailles, le jeune islamiste revient insulter et frapper la mère et la sœur de sa victime devant leur domicile[212]. Convoqué par les policiers de Toulouse une première fois en août 2010, il ne s'y rend pas, prétextant un deuil familial en Algérie. En janvier 2011, il se présente enfin à eux sans être inquiété. L'enquête sera classée sans suite en mars 2012[213].

En juillet 2010, Merah rejoint un point d'information de la Légion étrangère de Toulouse[b 38]. Il prend des repas et dort sur place. Le lendemain, cependant, il repart sans avoir passé ni entretien ni tests de présélection[214],[113]. Il n'en prétend pas moins sur son CV avoir passé l'année 2010 à la Légion étrangère[215]. En revanche, il n'a pas tenté d’intégrer l'Armée de terre, en janvier 2008 comme l'a d'abord annoncé par erreur le SIRPA, le confondant avec un homonyme[216],[217],[218]. Selon son avocat « cet échec avec l'armée, plus que la prison, lui donne le sentiment qu'il n'aura définitivement pas sa place dans la société française. Et c'est là qu'il se passe quelque chose »[161] et le déterminera à se lancer dans la voie du jihad armé[b 39]. Mohammed Merah pour sa part donne aux enquéteurs une explication bien différente de sa volonté d'intégrer l'armée: « je voulais m’engager à la légion étrangère pour aller en Afghanistan et retourner mon arme contre les légionnaires et rejoindre les Talibans »[151],[b 40],[219]. C’est dans les jours qui suivent que commence véritablement sa quête d'un jihad armé[b 39]. Ensuite, poursuivant son rêve, il cherche au cours de ses voyages à rejoindre Al-Qaïda et à rencontrer des émirs car il lui faut aussi un mentor théologique afin de se faire délivrer un permis de tuer. « Pour commettre les actes qu'il a pu faire, il faut obtenir l'accord d'un cheikh ou d'un émir. » précise son frère Abdelkader[b 41].

En juillet 2010, Mohammed Merah achète un billet aller-retour Paris-Damas pour un séjour prévu du 17 juillet 2010 au 17 septembre 2010[220] « pour trouver directement [s]es frères ». Il fréquente l’institut coranique Abou Nour, à Damas. Il racontera d’ailleurs, lors du débriefing avec les agents de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), en novembre 2011, que «  le niveau d’enseignement y étant trop élevé », il a «  abandonné au bout d’une semaine pour suivre des cours chez un particulier  »[221]. En mars 2012, il expliquera ainsi ses intentions « de la Syrie j’ai cherché, j’ai fait tous les pays voisins et mon but précis c’était de faire beaucoup de, de pays comme le Liban, la Turquie, tout ça. Bon je sais que c’est pas là-bas qu’il faut chercher mais comme ça j’ai plein de visa dans mon passeport. Comme ça si je me fais serrer, et ben je serai crédible en disant que je suis un touriste »[151]. Compte tenu de sa double nationalité, il peut utiliser soit son passeport français soit son passeport algérien, valides l'un et l'autre[b 1]. Du 25 juillet au 1er août 2010, il se rend en Turquie[b 42]. Le 14 août, il entre en Irak par le poste d'Ibrahim-Khalil à la frontière avec la Turquie. Il se fait expulser seulement trois jours après son arrivée dans le Kurdistan irakien, faute de visa et regagne Damas le 22 août[222]. Un taxi le conduit ensuite au Liban où il séjourne du 5 au 7 septembre 2010. Puis il traverse rapidement la Jordanie en bus[209]. Du 9 au 12 septembre 2010[206],[223] il pénètre sur le territoire israélien à partir du pont Allenby et visite la mosquée Al-Aqsa. Arrêté par la police israélienne en possession d'un couteau, il est interrogé une demi-heure et relâché[222]. Il repart en Jordanie vers le port d'Aqaba, traverse la mer Rouge et se rend en Égypte, au Caire chez son frère Abdelkader où il demeure un mois. Il se fait prendre en photographie sur un quad devant les pyramides de Gizeh. Il retourne en Europe où il est contrôlé à l’aéroport de Bruxelles le 18 octobre 2010[224].

D'octobre à novembre 2010, il passe deux semaines au Tadjikistan[119]. Après avoir obtenu non sans difficulté[b 43] un visa touriste pour l'Afghanistan valable trois mois [15], il débarque à Kaboul le 13 novembre 2010[225] et s'installe dans un hotel[226]. Il expliquera ainsi ses intentions : « Mon but en tant que touriste était de me faire kidnapper par les Talibans, à prendre les routes dangereuses. Mais Allah [...] il a pas décidé ainsi »[227]. Il se rend ensuite à Kandahar au sud du pays. Le 22 novembre, la police locale le contrôle dans cette ville, fouille son sac qui contient un ordinateur portable et un appareil photo[2]. Devant les services du contre-terrorisme afghans, il s’exprime « en français », affirme « être de confession musulmane » et travailler comme carrossier. ll déclare être passé par l’Allemagne, la Turquie, la Syrie, le Liban, Israël, l’Égypte, le Tadjikistan afin de « visiter les ruines des statues de bouddhas détruites par les talibans »[228],[229]. Il est remis aux forces américaines[230] qui constatent que son passeport atteste effectivement de séjours dans ces pays[231],[232]. À la suite de cette interpellation, Merah est placé par les autorités américaines sur la « liste noire » des personnes interdites de vol aux États-Unis[233]. Il échange coordonnées et adresses Facebook avec des officiers américains de Kandahar[119]. Le 23 novembre, Mohammed Merah est raccompagné par la police à l'aéroport de Kandahar et mis dans l'avion de 5 heures du matin pour Kaboul[2]. De là, il trouve tout de même le moyen de faire une excursion sur le site des bouddhas détruits par les talibans à Bamiyan[234]. Il . Il regagne la France le 5 décembre 2010[15],[225].

Parallèlement à ces voyages, il multiplie les contacts avec l'étranger par téléphone ou par SMS. Entre le 1er septembre 2010 et le 20 février 2011, il établit 1863 communications dont 186[235] vers l'Égypte, l'Algérie, le Maroc, la Côte d'Ivoire, le Kenya, la Grande-Bretagne, l'Espagne, la Croatie, la Roumanie, la Bolivie, la Thaïlande, la Russie, le Laos, le Kazakhstan, la Turquie, l'Arabie saoudite, Taïwan, Israël, les Émirats arabes unis et même le Bhoutan[236]. Avertis de l'épisode afghan par les militaires américains, leurs homologues français de la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD) transmettent l'information à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI)[225], et celle-ci demande une enquête sur Mohammed Merah le 7 janvier 2011[237],[230]. Dans une note de janvier 2011, elle le considère comme « délinquant récidiviste », qui « fréquente la mouvance radicale toulousaine ». Sa fiche «S» au Fichier des personnes recherchées (FPR), est réactivée le 26 janvier 2011[206]. Le 10 mars 2011, la DCRI demande en urgence absolue la mise sous écoute de la ligne téléphonique de sa mère mais y renonce le 29 avril, avant que la commission de contrôle n'ait donné son accord, car « l’utilisateur visé apparaît peu », et téléphone de cabines ou avec des cartes[206]. Jusqu’en août 2011, Mohammed Merah n'en fait pas moins l'objet d' «une cinquantaine de surveillances physiques». En avril 2011, une caméra est intallée à l'entrée de son immeuble[238]. Le 21 avril 2011 il reçoit la visite d'un membre supposé du groupuscule islamiste Forsane Alizza ("les cavaliers de la fierté") créé en 2010[239] qui appelle "à l'application de la charia en France" et qui sera dissous en février 2012[240]. Le 15 juin 2011, le chef de la Direction régionale du renseignement intérieur (DRRI) de Toulouse, Christian Ballé-Andui, et le brigadier Hassan L., demandent à leurs supérieurs hiérarchiques de la DCRI de « judiciariser la situation de Mohamed Merah »[241] en raison de son « potentiel de dangerosité » élevé[242]. Ils ne reçoivent aucune réponse[243].

En août 2011, les autorités pakistanaises délivrent à Mohammed Merah un visa touristique d’un mois[244]. Il s’embarque à destination de Lahore le 19 août 2011[245]. Il racontera lui-même ainsi son séjour: « Quand je suis arrivé au Pakistan, comme d'hab je faisais le touriste, je visitais des monuments et tout pour être vu. Dès que je suis allé à Islamabad, je suis rentré dans une certaine mosquée et j'ai vu un homme dont j'avais entendu qu'il soutenait les talibans ouvertement et je savais que son fils ou ses enfants avaient été tués par des militaires pakistanais, donc je pouvais lui faire confiance. […] Il m'a ramené chez lui et de là, de là, il m'a envoyé chez un émir des talibans. Ça me paraissait un peu trop facile »[208]. Les spécialistes pensent que ce religieux qui servira d'intermédiaire est Abdul Aziz Ghazi, l’imam radical de la Mosquée rouge[246]. Les services de renseignements pakistanais (Inter-Services Intelligence, ISI) signalent à l'ambassade de France Mohammed Merah comme un candidat potentiel au djihad[247]. À Lahore, ce dernier est accompagné par un homme appartenant au Lashkar-e-Toiba, un groupe extrémiste pakistanais fondé dans les années 1980 par les services secrets, impliqué dans plusieurs attaques en Inde et en Afghanistan. Le jeune toulousain appelle sa mère à plusieurs reprises depuis les centres téléphoniques d'Anarkali, le vieux bazar. Il envoie également des e-mails depuis des endroits très en vue - une salle de classe du prestigieux collège Aitchison, un institut privé, ou encore le bureau d'un organisme délivrant des visas pour les pays anglophones. Il se rend ensuite à Kharian, une petite ville étroitement surveillée, car elle abrite une base militaire. Il y appelle sa mère depuis des magasins de téléphonie. Les 26 et 27 août 2011, son adresse Internet est activée à Sakhi Sarwar, une ville sous administration militaire, en raison de sa proximité avec un site nucléaire. Le 3 septembre 2011 il utilise sa messagerie mail à Islamabad[248].

Entre le 4 et le 17 septembre environ, il se rend clandestinement dans l'ouest du pays, à Miranshah, un fief taliban du Waziristan près de la frontière avec l'Afghanistan[249]. La NSA, le service d'interception américain[250], détecte début septembre 2011, l'activation à Miransha de deux de ses adresses internet[251]. Une fois à Miranshah, Merah est mis en relation avec Moez Garsallaoui, un islamiste radical tunisien époux de Malika El Aroud, veuve de l'un des meurtriers du commandant Massoud le 9 septembre 2001, qui sera liquidé par une frappe aérienne quelques mois plus tard[249]. Il est testé pendant dix jours pour vérifier qu’il n’est pas infiltré par les services occidentaux[252] et reçoit dans un camp d'entraînement du Waziristan du Nord, aux côtés d'autres recrues européennes, une formation pendant deux jours[253] au maniement des armes et au combat rapproché avec le Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP)[247]. Comme il refuse de manipuler les explosifs, Merah n'est pas entraîné en vue d'une action suicide car il n’a « pas l’âme d’un martyr » mais préfère « tuer et rester en vie »[254],[253],[252]. La DCRI recense l'activation de son adresse Internet le 9 octobre à Abbottabad, le 13 octobre à Lahore où il appelle les policiers de Toulouse pour leur signaler qu'il ne pourra pas se rendre à une convocation car il n'est pas en France[248]. Deux jours plus tard, il se trouve à Faisalabad. Après deux mois au Pakistan[232], le jeune islamiste doit écourter son séjour à la mi-octobre 2011, car il a contracté l'hépatite A[255].

De retour en France le 19 octobre 2011[249], il est hospitalisé à Toulouse où il refuse d'être soigné par des femmes[256]. Le 22 octobre 2011, sa sœur Souad souscrit pour lui un contrat d'abonnement téléphonique auprès de l'opérateur SFR[257]. Le 3 novembre, il rappelle les fonctionnaires de police pour les assurer qu'il viendra les voir dès sa sortie de l'hôpital[248]. Le 14 novembre 2011[258],[119],[259], il est interrogé pendant deux heures et demie sur ces voyages par le brigadier Hassan de l'antenne locale de la DCRI[260] et par un officier de la sous-direction du contre-terrorisme, section « islam sunnite » codifiée sous le nom de «T3», descendu spécialement du siège de la Centrale de Levallois-Perret[261]. Il prétend avoir fait du tourisme et avoir recherché une épouse[262],[232]. Fidèle à la stratégie de la « taqiya », l'art de la dissimulation et du camouflage face à l'« ennemi », Merah occulte le véritable but de son voyage jusque dans les zones tribales pakistanaises pour en rapporter son « permis de tuer »[b 44]. Comme l'explique son frère Abdelkader « Mohammed se faisait passer pour un touriste et c’est comme cela qu’il a trompé son monde. Il a réussi à faire passer une image de musulman pas sérieux, il faisait des petites conneries et a donné le change. C’était calculé »[54]. Cette tactique réussit à tromper les policiers qui notent dans leur compte rendu en date du 25 janvier 2012[263] : « cette rencontre n'a pas permis de faire le lien entre Mohammed Merah et un éventuel réseau djihadiste »[119].

Le 15 décembre 2011, Olivier Corel[b 45], un islamiste syrien vivant en Ariège[n 8] célèbre le mariage religieux de Mohammed Merah et de Hizia D[120], une jeune femme de la banlieue toulousaine[276], d'origine algérienne[277] en accord avec les deux familles[123]. Il décide de mettre un terme à leur relation et le 2 janvier 2012[278] et il dépose la jeune femme devant le domicile de ses parents à Blagnac. En janvier 2012, Mohammed Merah et son frère Abdelkader vont au hameau des Lanes pour rendre visite à Olivier Corel, afin de le consulter sur le divorce religieux[273] et la loi islamique[279]. La procédure de divorce est engagée qui aboutit officiellement en mars 2012[280]. Selon le quotidien serbe Kurir, Merah se serait rendu en février 2012 à Zavidovići en Bosnie pour écouter le prédicateur extrémiste de Brunswick Muhamed Ciftci (de) à des conférences islamistes organisées par la branche bosniaque de l’association salafiste allemande maintenant dissoute « Invitation au paradis » (Einladung zum Paradies).

Tueries à Toulouse et Montauban[modifier | modifier le code]

Zone où le plan Vigipirate rouge écarlate a été activé en Midi-Pyrénées ainsi que l'Aude et le Lot-et-Garonne.

Le 15 février 2012, Mohammed Merah retire « 1,83 € » sur un de ses comptes, portant le solde à une « nullité parfaite » comme s'il cherchait à liquider ses biens terrestres[281]. Le lendemain, il achète une caméra Go-Pro[135] pour 350 €[b 46]. Le 6 mars 2012 vers 16 h 40[282], il vole avec deux complices un scooter T Max 530 à Toulouse[283]. Le même jour, il achète une cagoule chez un concessionnaire[284] à qui il demande en vain le 15 mars 2012[50] comment désactiver le système de géolocalisation d'un scooter T-Max[285]. Il se procure auprès de voyous locaux[286] des armes, notamment un pistolet-mitrailleur Sten, un revolver Python, un fusil à pompe et un pistolet-mitrailleur Uzi, trois pistolets automatiques Colt .45 (11,43 mm) pour 20 000 euros, une somme qui aurait été rassemblée, selon ses confessions aux agents du RAID, grâce à des cambriolages et des attaques à main armée[287],[288].

Le 11 mars 2012 vers 16 h [289], un sous-officier du 1er Régiment du train parachutiste, Imad Ibn Ziaten[n 9], a rendez-vous sur un parking situé à proximité d'un gymnase de la cité de l'Hers, à Toulouse[299],[300] avec un homme qui prétend vouloir lui acheter sa moto[301]. Cette rencontre est enregistrée par la caméra GoPro que Merah porte à cette occasion. Après s'être assuré que le vendeur est bien un militaire, l'acquéreur potentiel sort une arme et s'écrie « Mets-toi à plat ventre. Je rigole pas, mets-toi à plat ventre ». Le soldat refuse « Tu ranges ça tout de suite. Je ne me mettrai pas à plat ventre. Tu dégages. Je ne me mettrai pas à plat ventre, je reste ». Après avoir reçu un nouvel ordre, il répond « Tu vas tirer ? Vas-y, ben tire »[302]. Il est assassiné d'une balle de 11,43 mm dans la tête, tirée à bout portant[303]. Une deuxième détonation se fait entendre puis le meurtrier enfourche son deux roues, effectue quelques mètres pour en redescendre[304] afin de récupérer une douille et lance à sa victime « C'est ça l'islam mon frère : tu tues mes frères, moi je te tue [305]. Il a rejoint l'ange de la mort, je n'ai pas peur de la mort »[306] et quitte la scène du crime sur son scooter de type Yamaha T-Max 530 de couleur sombre.

Le 15 mars 2012 vers 14 h 10 à Montauban, un individu casqué arrivé à scooter s'arrête devant un distributeur de billets de La Société Générale, situé à proximité de la caserne Doumerc devant lequel stationne un groupe de militaires[307],[308]. Après avoir écarté une personne âgée[309], il sort une arme de poing et tue un premier militaire, Mohamed Farah Chamse-Dine Legouad[n 10] du 17e Régiment du génie parachutiste qui était en train de composer son code bancaire. Le tireur vise ensuite le caporal Loïc Liber[n 11] qui essaie de s'enfuir vers l'angle du centre commercial, avant de s'effondrer, grièvement blessé d'une balle dans la tête et une autre au thorax. Le tueur recharge son arme et touche un dernier parachutiste, le caporal Abel Chennouf[n 12] qui tente de s'éloigner en rampant vers la boulangerie. Le terroriste s'approche, le retourne et l'achève. Devant la caméra miniature qu’il s’est sanglée sur le buste, il fait le chiffre trois avec sa main pour indiquer le nombre de ses victimes[338] et s'enfuit sur son scooter en hurlant « Allah akbar »[339],[340]. Poursuivi par un adjudant-chef qui essaie de le faire tomber de son deux-roues et de l'arrêter[341], il parvient à s'échapper sain et sauf mais en ayant abandonné sur la scène du crime des étuis et un chargeur qu'il a laissé tomber par inadvertance[342]. Le jour même, Mohammed Merah invite sa sœur Aïcha et son frère Abdelkader à partager une pizza et à boire un verre, se montrant inhabituellement affectueux, comme s'il voulait leur "dire au revoir"[32]. Le soir, il participe à un « rodéo » aux Izards[343]. Le 17 mars 2012, il passe une soirée en discothèque au «Calypso», une boîte de Fenouillet fréquentée par les jeunes des cités toulousaines[344].

Le 19 mars 2012 vers h, un homme casqué gare un scooter Yamaha T-Max blanc[345] devant le collège-lycée juif Otzar Hatorah[174], dans un quartier résidentiel de Toulouse. Armé d'un 11,43 et d'un pistolet mitrailleur de type mini-Uzi, il ouvre le feu sur un groupe de personnes rassemblées devant l'établissement. Il tue un enseignant[n 13] et ses deux enfants[n 14]. La première arme s'enrayant[345], le terroriste sort la seconde, pénètre dans la cour, met à terre la fille du directeur âgée de huit ans[n 15] lui tire les cheveux et lui loge une balle dans la tempe[375]. L'homme s'enfuit en scooter après avoir touché de deux balles un adolescent qui se réfugie dans sa chambre[376],[n 16]. À 10 h 49 et à 12 h 02, Mohammed Merah reçoit deux appels téléphoniques de la DRCI[390]. L'après midi, il joue au football avec les enfants d'une « relation » aux Izards[391] et finit la soirée dans une boîte de nuit toulousaine, le Bahia[30].

La même arme, un pistolet semi-automatique Colt.45 de calibre 11,43 a été utilisée pour les trois attentats[392]. Elle est retrouvée le 21 mars 2012 dans une voiture de location, une Clio garée dans un box[393]. Selon François Molins, le procureur de Paris, l'auteur des actes a filmé chacune des tueries[394] avec une caméra attachée à son torse[395]. Une clé USB contenant ces prises de vue sera retrouvée dans la poche de Mohammed Merah après son décès. Une autre sera envoyée par la poste le 21 mars 2012[396] aux bureaux parisiens d'Al Jazeera[397]. Le 19 mars 2012, Mohammed Merah est identifié par la police comme le principal suspect des attentats[398]. Il a été confondu notamment par l'adresse IP de sa mère qui fait partie des 576[125] à s'être connectés à la petite annonce passée par la première victime sur le site Leboncoin.fr[399]. Il est ensuite localisé chez lui par des policiers, qu'il a repérés. Malgré la surveillance policière, il parvient à sortir avant l'assaut du Raid en passant vraisemblablement par les sous-sols de sa résidence[400]. Vers 19h30, il remet un sac à dos contenant la caméra GoPro ainsi qu'une perruque à une amie dont l’ex-mari, carrossier, l’a fait travailler. Il lui précise : « S’il m’arrive quelque chose, donne ce sac à ma mère »[39]. Puis vers 00h22, il utilise une cabine téléphonique se trouvant au numéro 79 de l’avenue de la Gloire pour appeler Al-Jazira Paris, BFMTV, i>télé et France 24[401]. Enfin, vers 1 heure du matin, il regagne son domicile[b 2]. S'ensuit un face à face avec le RAID qui dure plusieurs dizaines d'heures au cours desquelles il revendique les tueries. Le procureur de Paris a déclaré le 23 mars 2012 que les investigations allaient se poursuivre malgré les aveux, sous forme de confidences aux agents du RAID, de Mohammed Merah[402],[403].

Interpellation et circonstances de sa mort[modifier | modifier le code]

Façade de l'appartement de Mohammed Merah, après l'assaut du RAID
Façade de l'appartement de Mohammed Merah, après l'assaut du RAID.

Le RAID encercle le 21 mars 2012 à 03h00[404], son appartement du quartier de Côte Pavée à Toulouse, situé au 17 rue du sergent Vigné. Lors d'un premier assaut lancé à h 3 min 10 s, Merah étant censé dormir car la police savait qu'il devait se livrer à sa première prière à 4 heures[405],[406], l'homme qui était en train de regarder la télévision dans son sofa tire à travers la porte défoncée à coup de bélier[407] sur le groupe d'intervention qui ne porte pas de boucliers de protection, faisant deux blessés sérieux dans ses rangs[408]. Vers 09h20[409], le forcené demande un moyen de communication avec la police. Un talkie-walkie lui est donné en échange d’un colt.45 jeté par la fenêtre[410]. À 14h 15, Nicolas Sarkozy arrive sur les lieux, à la Caserne Pérignon, distante d'une centaine de mètres de la rue du Sergent Vigné. Il parle avec les policiers et magistrats chargés des opérations pour faire « un point de situation » confie l'entourage du Président. Des membres du RAID encagoulés ainsi qu'un officier de cette unité d'élite ont été aperçus sortant discrètement du casernement"[411]. Pendant les négociations qui suivent, Mohammed Merah déclare avoir agi en qualité de « combattant d'Al-Qaïda, pour défendre les enfants palestiniens »[174]. Il exprime son opposition aux interventions étrangères de l'armée française, notamment en Afghanistan[412]. Il fait part de son intention de se rendre aux hommes du RAID, avant de se raviser dans la soirée, où il affirme vouloir « mourir les armes à la main »[413]. Selon le chef du RAID « Il ne souhaitait que se reposer pour mieux nous affronter »[414]. À 22h45 les policiers perdent le contact avec lui[415]. De minuit à 6h40 ils font détoner à intervalles réguliers de puissantes charges près de ses fenêtres[416]. Pour se protéger du blast des explosions, Merah se retranche dans le bac de sa douche, entouré de coussins[417].

Le 22 mars 2012, après un siège de 32 heures[418], l'assaut est donné à 10 h 30[414]. Le RAID investit l'appartement pièce par pièce en s'assurant qu'il n'est pas piégé d'explosifs. À 11h25[419], au moment où le RAID commence à percer le mur de la salle de bains pour envoyer le gaz lacrymogène, Mohammed Merah sort de la salle de bains, que des dégâts sur les canalisations provoqués par l'assaut de la nuit précédente a inondé de 30 centimètres d'eau[414]. Plus de 300 coups de feu sont échangés dont 30 tirés par le terroriste mais un tiers des hommes du RAID a vu son arme s'enrayer[n 17]. Revêtu d’un gilet pare-balles de la police[391], d’une djellaba noire et d’un jean[421], celui-ci est mortellement atteint à la tête par un tireur d’élite posté à l’extérieur du bâtiment au moment où le forcené tentait de s'échapper par son balcon en visant et tirant sur les membres du RAID qui étaient, eux aussi, passés par le balcon à l'aide d'échelles pour lui bloquer cette ultime issue[422],[423]. Au total cinq policiers sont blessés[424]. La durée excessive du siège d'un homme seul et sans otages ainsi que le mode opératoire de l'assaut et en particulier l'absence d'utilisation de gaz ont fait l'objet d'une polémique. Christian Prouteau, fondateur et ex-commandant du GIGN, s'interroge : « comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ? Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène à très haute dose (« incapaciteur » respiratoire). Il n'aurait pas tenu cinq minutes. » Christian Prouteau s'étonne également que l'immeuble n'ait pas été évacué avant l'assaut car Mohammed Merah aurait pu faire exploser l'immeuble : « habituellement, on évacue les voisins avant. En fait, je pense que cette opération a été menée sans schéma tactique précis. C'est bien là le problème[425]. » Selon le patron du RAID Amaury de Hauteclocque, la saturation de gaz lacrymogène dans tout l'appartement aurait été inefficace, les fenêtres ayant été brisées pour éclairer l'intérieur de l'appartement[426].

Sa dépouille autopsiée à l'Institut médical de Toulouse révèle que Mohammed Merah a reçu au moins vingt projectiles sur le corps, essentiellement sur les bras et les jambes, avant d'être touché par les tirs mortels, l'un sur le côté gauche du front, l'autre sur son abdomen[427]. Le permis d'inhumer est signé le 23 mars 2012 par le procureur de la République de Toulouse [428]. Bien qu'il semble avoir émis le vœu d'être enterré en France, son père décide qu'il sera enterré en Algérie dans la région de Médéa, pour éviter selon sa mère que « sa tombe soit saccagée »[429]. Mais la commune de Souagui refuse l'inhumation par crainte de trouble à l'ordre public[430]. En conséquence, ses obsèques sont organisées le jeudi 29 mars 2012 à 17 heures 00 dans un carré musulman du cimetière de Cornebarrieu, à cinq kilomètres de Toulouse[431].

Le magazine Entrevue publie le jeudi 28 juin 2012, une photo de son corps peu après sa mort[432],[433], le 22 mars 2012.

Profil psychologique[modifier | modifier le code]

Selon une étude réalisée en 2009, par un psychologue clinicien, expert agréé par la Cour de cassation, Mohammed Merah est un jeune « fragile affectivement », « introverti » et « anxieux » mais sans « troubles pathologiques »[434]. « L'intéressé justifie de mesures d'encadrement et de surveillance strictes »[435]. En avril 2011, une note de la DCRI fait état de son « comportement paranoïaque »[436]. Dans une conférence de presse tenue le 21 mars 2012, le procureur de Paris François Molins estime que Mohammed Mérah présente un « profil violent » dès l'enfance, des « troubles du comportement quand il était mineur, compatibles avec l'extrême violence des faits » qu'il a commis depuis lors[437],[438],[117]. Gérard Lopez, psychiatre, fondateur de l’institut de la victimologie à Paris, considère le jeune islamiste comme un psychopathe : « Mohamed Merah avait une personnalité fragile, avec un important problème identitaire et narcissique. Mais c’est la froideur et le manque d’empathie qui caractérisent le psychopathe qui a souvent un passé de délinquance précoce »[439].

L'avocat de Mohammed Merah le décrit au contraire comme « un jeune homme très doux, au visage d'archange, au langage policé », quelqu'un de « calme, gentil, respectueux »[440], ce qui est confirmé par une partie de son voisinage[441]. En juin 2010, une voisine porte plainte contre lui, elle accuse Mohammed Merah d'avoir voulu endoctriner son fils de 15 ans, en lui montrant des vidéos d'Al-Qaïda où des femmes étaient exécutées d'une balle dans la tête. Cette voisine ajoute que, pour se venger de ce dépôt de plainte, Merah l'aurait menacée elle et sa famille, et qu'il aurait roué de coups sa fille. Elle évoque quelqu'un ayant « un double visage » qui « pouvait subitement changer de comportement »[442] et « faire preuve de comportements extrêmes et violents »[443]. Selon les déclarations qu'il a faites lors du siège par le RAID, il a avoué avoir pris un « plaisir infini » au cours de ses actions meurtrières[444]. Selon les policiers, il aurait prévu un autre attentat le matin même, visant un militaire. Selon Nicole Yardeni, la présidente du CRIF en Midi-Pyrénées, Nicolas Sarkozy aurait lui aussi indiqué dans un entretien avec les représentants de son mouvement que Mohammed Merah avait l'intention de commettre un attentat le matin même de l'intervention de la police, mais sans donner plus de précisions[445]. Le journal Le Monde précise pour sa part que Mohammed Merah avait envisagé de commettre un attentat à l'ambassade d'Inde à Paris et qu'il avait dû y renoncer compte tenu de la difficulté de l'entreprise[446].

Thèses[modifier | modifier le code]

Plusieurs thèses sur l'organisation des attentats ont été relatées par la presse.

Loup solitaire[modifier | modifier le code]

Quelques heures après que Mohammed Merah a été encerclé par la police, les autorités judiciaires et policières déclarent qu'il ne faisait partie d'aucune organisation : c'est la thèse du loup solitaire. Le 21 mars 2012, le procureur de la République de Paris François Molins déclare lors d'une conférence de presse : « Mohammed Merah présente un profil de ce que l'on pourrait appeler autoradicalisation salafiste atypique. […] Il a fait un séjour en Afghanistan où il était allé sans emprunter les filières connues des services spécialisés français et étrangers, ce qui signifie en clair qu'il y était allé par ses propres moyens et sans passer par les facilitateurs qui sont ciblés par les services spécialisés et sans passer par les pays habituellement surveillés.[…] Aucun élément permettant de le rattacher à une organisation quelconque sur le territoire national n'était en possession d'aucun service[447]. » Le 23 mars 2012, dans un entretien au Monde, le directeur de la Direction centrale du Renseignement intérieur Bernard Squarcini présente Mohammed Mérah comme « seul et isolé » : « selon les déclarations qu’il a faites lors du siège par le Raid, il s’est autoradicalisé en prison, tout seul, en lisant le Coran. C’est un acte volontaire, spontané, isolé. Et il dit que de toute façon, dans le Coran, il y a tout. Donc, il n’y a aucune appartenance à un réseau. […] Il semble s’être radicalisé seul[248],[448]. » Son passage à l'acte « relève davantage d'un problème médical et de fanatisme que d'un simple parcours djihadiste »[449]. Le même jour, Nora Benkorich, chercheuse à la chaire d’histoire du monde arabe du Collège de France, met en doute cette thèse et fait remarquer que les autorités « ont plutôt intérêt à miser sur un loup solitaire chez qui les meurtres ne pouvaient pas être anticipés »[450].

Le 28 mars 2012, Me Etelin l'avocat de Mohammed Merah, soutient la thèse du loup solitaire : « Je maintiens que c'est une affaire de loup solitaire et que c'est dans le cadre des contradictions dans lesquelles il s'est enfermé, des difficultés psychologiques qu'il avait à gérer, que tout se passe, et qu'il n'y a pas d'infrastructure, d'organisation derrière dont il serait le soldat[451]. » Le 23 août de la même année, le journal Le Monde remet en cause la thèse du loup solitaire. Un article intitulé « Mohamed Merah, un loup pas si solitaire », rend compte de notes du renseignement qui font état de 186 coups de téléphone dans 20 pays : Algérie, Maroc, Grande-Bretagne, Espagne, Côte d'Ivoire, Kenya, Croatie, Roumanie, Bolivie, Thaïlande, Russie, Kazakhstan, Laos, Taïwan, Turquie, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Israël, et Bhoutan[452]. Manuel Valls, nouveau ministre de l'intérieur, estime le 14 septembre 2012 que « Mohammed Merah, ce n'était pas un loup solitaire »[453]. Le 25 septembre 2012, Bernard Squarcini déclare au juge Teissier lors de son audition comme témoin que Mohammed Merah était un terroriste « solitaire et spontané dans l'exécution mais pas dans l'inspiration idéologique » qui « part par ses propres moyens sans emprunter la route des filières connues » concédant seulement que ce parcours est conforme aux « nouvelles techniques opérationnelles imposées à Al-Qaeda du fait de la pression militaire et sécuritaire »[454].

En 2013, dans son livre Terroristes, les 7 piliers de la déraison, le juge d'instruction au Pôle anti-terrorisme Marc Trévidic écrit que Mohammed Merah a pratiqué un « jihad individuel » qui est très éloigné de l’image du « loup solitaire » qu'on a voulu lui donner, le juge précisant dans l'émission On n'est pas couché que Mohammed Merah a exercé une forme de taqiya, art de la dissimulation enseigné comme un art de la guerre dans les camps d'entraînement jihadistes[455],[456].

Organisation Jund al-Khilafah[modifier | modifier le code]

Les tueries de Toulouse et Montauban sont revendiquées deux fois par l'organisation Jund al-Kilafah. La première revendication survient le 22 mars 2012[457]. L'organisation Jund al-Khilafah (les soldats du Califat), bataillon Tarek ben Ziad affilié à Al-Qaïda, revendique les tueries[458],[459] sur le site Shamekh qui diffuse généralement les communiqués d'Al-Qaïda[460]. Le communiqué appelle ce dernier Youssef-al-Firansi (Youssef le Français) du surnom utilisé pendant sa « période de formation »[b 47]. Le communiqué est repris sur d'autres sites djihadistes où, d'après la mythologie des combattants d'Al-Qaïda, il est considéré comme un martyr[458],[461],[462]. D'après les journalistes Pelletier et Pontaut, Mohammed Merah aimait prendre ce prénom d'Abu Youssef[n 18] depuis sa sortie de prison en 2008 mais personne excepté les membres de sa famille ne connaissait cette habitude[b 48]. D'après Le Parisien, Mohamed Merah avait un profil Facebook au nom de « Youssouf Toulouse »[464]. Toutefois, le communiqué disparaît une heure après sa diffusion. Il contient des erreurs de date, entre autres. Il est donc jugé non probant par le centre américain de surveillance de sites islamistes Search for International Terrorist Entities Institute[459].

La seconde revendication a lieu le 1er avril 2012. Le Jund al-Khilafah y revendique de nouveau les attentats de Mohammed Merah et donne des précisions sur l'entraînement de ce dernier en Afghanistan[465]. D'après le journal Libération ce texte est jugé « crédible » par la Direction centrale du Renseignement intérieur et la Direction générale de la Sécurité extérieure[252],[466]. Selon Bernard Rougier, spécialiste du Moyen-Orient arabe et des mouvements radicaux, un guide de recrutement des moudjahidines stipule que les « meilleures nouvelles recrues sont, en priorité, les non-religieux »[461]. Ce qui correspondrait au profil de Merah qui est parfois qualifié de « croyant non pratiquant »[467], ou de « pratiquant spécial », à cause de son mode de vie[468] voire de « salafiste atypique »[469]. Selon Dominique Thomas[470], spécialiste de l'islamisme radical, l'itinéraire personnel de Mohammed Merah évoque celui d'autres djihadistes français tels que Lionel Dumont[471],[472], Khaled Kelkal et Zacarias Moussaoui. Mohammed Merah est considéré par la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI)[259], service de renseignements français, comme une source « d'inquiétude » et par des spécialistes des mouvements radicaux comme un cas exemplaire de jeune recrue du djihadisme convertie lors des détentions durant lesquelles des fondamentalistes musulmans cherchent les candidats les plus adaptés à leur combat[473],[474],[461],[475]. Selon André Tarrat, chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), Merah était inscrit dans le fichier secret défense Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et des intérêts nationaux[476].

Informateur des services de renseignement[modifier | modifier le code]

Le 26 mars 2012 le quotidien italien Il Foglio affirme que Mohammed Merah avait réalisé ses nombreux voyages (Égypte, Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Israël, Irak, Afghanistan, Pakistan) sous la protection d'un service de renseignement français, la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) : « D’après des sources des renseignements qui se sont confiées à Il Foglio, la DGSE, l’agence française chargée de l’espionnage et de l’antiterrorisme en dehors des frontières nationales, aurait garanti à Merah – en sa qualité d’informateur – un accès en Israël en septembre 2010 par un point de contrôle à la frontière jordanienne[477],[478]. » Le 27 mars 2012, Yves Bonnet, ancien directeur de la Direction de la sureté du territoire, s’interroge dans la Dépêche du Midi : « Ce qui, personnellement, me paraît poser question, c'est que le garçon avait manifestement des relations avec la DCRI comme on l'a appris à travers les déclarations de Bernard Squarcini lui-même. C'est-à-dire qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Alors appelez ça « correspondant », appelez ça « officier traitant »… je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette « collaboration » avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point[479]. » Bernard Squarcini dément immédiatement : Mohamed Merah, n'était « ni un indic de la DCRI, ni d'autres services français ou étrangers »[480]. C'est également l'opinion d'Alain Chouet, ex-chef du service de sécurité et de renseignement de la DGSE[481].

Abdelghani Merah ne pense pas non plus que son frère ait pu être un informateur : « Mohammed, je le précise, tous ceux qui l'ont côtoyé le savent, portait en lui une profonde détestation de la police et aimait montrer une défiance à l'égard de l'autorité. Mon frère, et je mets au défi tous ceux qui peuvent prouver le contraire, ne pouvait pas être au service d'une quelconque institution. Il haïssait le système dans son ensemble et il a toujours défié l'ordre[482]. » Sa sœur Souad Mérah contredit cependant ces propos et affirme que Mohammed « voulait collaborer avec la police »[483]. Du reste, Mohammed Merah a pu être utilisé comme informateur à son insu : comme une « chèvre de la Direction générale de la sécurité extérieure »[484]. Ainsi, la journaliste Delphine Byrka révèle que dans une note du renseignement, Mohammed Merah a été surveillé à l'aéroport de Bruxelles le 18 octobre 2010 par « un individu qui le suivait sans pour autant donner l’impression qu’ils se connaissaient »[485]. François Heisbourg de la Fondation pour la recherche stratégique, estime lui aussi que Mohammed Merah a pu être utilisé comme une « ressource infiltrée » par les services de renseignements, mais l'officier traitant a mal exercé son jugement sur lui : « Il n'est pas du tout inconcevable qu'un tel individu puisse être considéré comme une ressource par les services, auquel naturellement on va laisser la marge de manœuvre nécessaire, ce qu'on appelle dans le jargon « une laisse longue », afin qu'il n'attire pas trop l'attention en étant pisté ou suivi. C'est là où l'officier traitant au sein du service de renseignement responsable va devoir utiliser son jugement pour savoir « Quelle autonomie je vais donner à un infiltré ? », car d'une certaine façon il faut le considérer comme tel, et ce jugement il peut être bon ou il peut être mauvais[486]. »

Une note de la DCRI du 25 janvier 2012 montre que ce service a envisagé son recrutement : « Mohammed Merah est apparu comme quelqu'un d'assez malin et ouvert qui pourrait présenter un intérêt pour notre thématique en raison de son profil voyageur. Néanmoins, le comportement et la fiabilité de Merah nécessitent d'abord une évaluation[119]. » La Direction régionale du renseignement intérieur (DRRI) de Toulouse aurait décidé de ne pas répondre à cette suggestion — « vu la dimension à nos yeux encore trouble de Mohammed Merah », explique Christian Ballé-Andui[241].

Manipulation des services de renseignement[modifier | modifier le code]

Le 27 mars 2012, le père de Mohammed Merah charge Me Zahia Mokhtari[n 19], avocate algérienne, de poursuivre la police devant les tribunaux français pour la mort de son fils[496].

Le 1er avril 2012 dans une conférence de presse à Alger Me Zahia Mokhtari affirme détenir des preuves de la « liquidation » de Mohammed Merah : « Nous détenons deux vidéos identiques de vingt minutes chacune dans lesquelles Mohammed Merah dit aux policiers « pourquoi vous me tuez ? […] je suis innocent ». » Elle déclare que ces vidéos lui ont été remises par « des personnes au cœur de l'événement, et qui voulaient que la vérité éclate ». Elle ajoute : « Mohammed Merah a été manipulé et utilisé dans ces opérations par les services français et a ensuite été liquidé pour que la vérité ne voie pas le jour[497]. » Me Christian Etelin, ancien avocat de Mohammed Merah, déclare le 2 avril 2012 que « la thèse du complot est totalement irrationnelle ». Il ajoute : « Je suis persuadé que tout est du vent. Quand on bluffe, ça finit toujours par se voir[498]. » Me Zahia Mokhtari déclare être entourée d'un collectif de dix avocats dont trois français[499]. Elle ne donne pourtant que le nom de Me Isabelle Coutant-Peyre. Le 12 juin 2012, le quotidien algérien Echorouk publie la transcription des deux vidéos évoquées par les avocates. Dans la première transcription, « il se filme au téléphone, pendant le siège, en train de parler avec celui qu’il pensait être son ami, et dont il connaissait le prénom : un certain Zouhair »[500]. Celui-ci cherche à obtenir sa reddition. Mohamed Merah lui dit : « Je suis innocent. Je découvre que mon meilleur ami Zouheir travaille pour les services secrets français. [...] Tu m'as envoyé en Irak, au Pakistan et en Syrie pour aider les musulmans. Et tu te révèles finalement un criminel et un capitaine des services français. J'aurais jamais cru ça[501]. »

Selon le procureur et la police, il est impossible que Merah, assiégé, ait pu enregistrer et envoyer de tels documents, étant donné qu’il « ne possédait aucun téléphone, aucun ordinateur, ni magnétophone ni caméra »[502],[503].

Troisième homme[modifier | modifier le code]

Dès le lendemain des attentats sont évoquées dans la presse d'éventuelles complicités dans la commission des faits. Outre Abdelkader Merah, rapidement interpellé, il est question d'une autre personne : c'est la thèse du troisième homme. « Les enquêteurs travaillent sur un éventuel troisième homme. […] Son ombre plane également sur la vidéo envoyée mercredi dernier à la rédaction parisienne de la chaîne Al-Jazeera. Selon les premières vérifications effectuées par les enquêteurs de la PJ, Mohammed Merah n'a pas pu envoyer ce courrier ; son frère non plus », écrit La Dépêche du Midi[504].

La thèse du troisième homme rebondit le 4 décembre 2012 avec l'interpellation d'un ami d'enfance des Merah[n 20], gitan converti à l'islam, et de son ex-compagne[513]. Il est finalement relâché après trois jours de garde à vue, et aucune charge n'est retenue contre lui. « Cet ami des frères Merah n'est donc pas le troisième homme, celui qui se trouvait avec eux lors du vol du scooter Tmax le 6 mars 2012, cinq jours avant le premier crime de Mohammed Merah », écrit La Dépêche du Midi[514]. La piste n'est cependant pas abandonnée. Le 29 janvier 2013, à l'aube, deux connaissances de Mohammed Merah sont arrêtées dans le quartier de Basso-Cambo, au Mirail, à Toulouse[515],[n 21] avant d'être relâchées. Le 26 février 2013, deux individus de 20 et 23 ans[526] dont les empreintes génétiques avaient été retrouvées dans la voiture du tueur, sont arrêtés puis libérés sans charge[527]. L’un d’entre eux est cependant remis à la police judiciaire de Toulouse pour trafics de stupéfiants, 20 000 € en numéraire et de la drogue ayant été retrouvés à son domicile lors des perquisitions.

Le 14 mai 2013[n 22]et le 28 mai 2013,[n 23] la police interpelle deux complices présumés qui sont par la suite mis en examen. Parmi eux figure celui qu'elle considère comme troisième homme.

Suites judiciaires[modifier | modifier le code]

À la suite des tueries de Toulouse et Montauban et de la mort de Mohamed Merah, le parquet ouvre le 25 mars une information judiciaire, notamment pour complicité d’assassinat, vol en réunion ou encore association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme[551].

Circonstance aggravante d'antisémitisme[modifier | modifier le code]

Le 18 avril 2012, la famille du rabbin Jonathan Sandler, assassiné avec ses deux enfants, a demandé au parquet de Paris d'élargir l'enquête à la circonstance aggravante d'antisémitisme, son avocat Patrick Klugman a adressé au parquet un mémoire pour lui demander « de prendre un réquisitoire supplétif afin de retenir la circonstance aggravante "d'appartenance ou de non appartenance, vraie ou supposée des victimes à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée", en l'occurrence la religion juive »[552].

Cette requête est entendue. Dans un réquisitoire supplétif accordé le 20 avril, le parquet demande aux juges d’instruction nommés sur ce dossier de retenir la circonstance aggravante « d’appartenance ou de non appartenance, vraie ou supposée des victimes à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, en l’occurrence la religion juive »[551].

Plaintes des victimes[modifier | modifier le code]

Albert Chennouf, père du caporal Abel Chennouf tué par Mohammed Merah à Montauban le 15 mars 2012, dépose en mai 2012[553] "une déclaration" à la gendarmerie de Marguerittes (Gard)[554], visant la non-assistance à personne en danger contre Nicolas Sarkozy et Bernard Squarcini, le responsable de la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI), accusés de n'avoir pas empêché la mort de son fils. Parlant de Mohamed Merah, il a déclaré: « Je pense que lorsqu'on va au Pakistan en faisant un crochet par Israël, ce ne peut être qu'avec la bénédiction des services français[555]. » La plainte a été transmise au parquet de Paris. Dans une lettre du 23 novembre 2012 au président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, écrit que « ces plaintes devraient donner lieu rapidement à l’ouverture d’une enquête judiciaire »[556].

En octobre 2012, Caroline Chennouf, la veuve du caporal Chenouf, porte plainte contre X pour « homicide involontaire »[557],[558]. Selon son avocat, cette initiative « vise à comprendre pourquoi [la] surveillance s'est relâchée autour de Mohammed Merah à partir de janvier 2012[559]. En octobre 2012, Sabrina et Tony Chennouf, frère et sœur d'Abel Chennouf, entreprennent à leur tour une action en justice auprès du parquet de Paris nommément contre Bernard Squarcini, en sa qualité de directeur de la DCRI, et « tous autres membres de la DCRI ou d’un autre service (DGSE) » dont la responsabilité pénale pourrait être engagée pour « non empêchement d’un crime » et « mise en danger délibéré de la vie d’autrui[560]. »

En janvier 2013, ces plaintes sont renvoyées par le parquet des Hauts-de-Seine au procureur de la République de Paris pour les instruire[561]. Le 18 février 2013[562], le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire[563] confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN)[564].

En septembre 2013, les parents, frère et sœur d'Abel Chennouf annoncent leur intention de déposer une nouvelle plainte avec constitution de partie civile[565] visant la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) pour des «dysfonctionnements graves» dans la surveillance de Mohammed Merah[566].

Plaintes de la famille Mérah[modifier | modifier le code]

Le 11 juin 2012, Me Zahia Mokhtari, avocat de Mohammend Ben Allal Merah, père de Mohammed Merah (fils), dépose à sa demande, plainte au parquet de Paris. L'avocate qui l'assiste en France, Me Isabelle Coutant-Peyre[567], déclare : « nous considérons, en fonction des éléments que nous avons, qu’il s’agit d’un meurtre avec des circonstances aggravantes[568]. » Cette plainte contre X accuse implicitement la hiérarchie de la police qui a donné l’assaut au cours duquel Mohammed Merah est mort[569],[570]. Selon Le Figaro, la mère de Mohammed Merah envisage pour sa part, de se constituer partie civile afin d'avoir accès au dossier. Elle estimerait qu'il existe des « zones d'ombres » dans l'opération du RAID[571].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Delphine Byrka, Affaire Merah, la contre-enquête:Itinéraire secret d'un djihadiste français, Filipacchi,‎ 2012 (ISBN 978-2357102187) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Franck Hériot et Jean-Manuel Escarnot, Vous aimez la vie, j'aime la mort, enquête sur la dérive de Mohammed Merah, Editions Jacob-Duvernet,‎ 2012, 240 p. (ISBN 978-2847244298) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut, Affaire Merah : l'enquête, Michel Lafon,‎ 2012, 200 p. (ISBN 978-2749917207) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Mohamed Sifaoui et Abdelghani Merah, Mon frère, ce terroriste, Calmann-Levy,‎ 2012, 240 p. (ISBN 9782702144268) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hugues Moutouh (alors conseiller spécial du ministre de l'Intérieur Claude Guéant), 168 heures chrono : la traque de Mohamed Merah, Plon,‎ 12 octobre 2013, 180 p. (ISBN 2259222056 et 978-2259222051)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « MOHAMMED MERAH » selon sa carte d'identité[1] et son passeport[2]. Cependant, de nombreux médias écrivent son prénom « Mohamed » ; avec un seul « M ».
  2. Les magazines Le Point et L'Express, soulignent qu'en quelques jours, le nom de Mohammed Merah a fait l'objet de nombreuses recherches sur Google et qu'il était le sujet plus évoqué sur les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook[4],[5]. Le journal Les Échos, met en avant que la fréquentation des sites internet d'actualités a « explosé » et que les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban ont été plus médiatisées sur une moyenne de quatre jours, que l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York[6].
  3. Divina Frau-Meigs, sociologue des médias, déclare « Il avait été décidé par les chaînes de faire le moins de couverture pour faire le moins de pub à ce genre d’événements. Encore une fois, on s’est retrouvé pris dans une logique de scoop qui fait que l’éthique est mise de côté »[7]. Pour Jean-Louis Missika, « Les médias sont transformés en une machine à fabriquer de la tension dramatique, sous le diktat de l'émotion »[8]. Le journaliste Daniel Schneidermann remet lui aussi en cause le traitement médiatique de l'affaire[9], tout comme le groupe parlementaire du Nouveau Centre, qui veut « qu’une réflexion soit engagée par les députés sur le traitement de l’information d’une telle attaque terroriste »[10].
  4. Plusieurs médias affirment que cette affaire, peut avoir une incidence sur la campagne pour l'élection présidentielle française de 2012[11],[12].
  5. Son passeport français lui est délivré le 22 avril 1998 à Toulouse[14]. Le 30 juillet 2009[15] alors qu'il se trouve encore en prison[16], il en obtient une version biométrique (n° 09PF20140) à Toulouse[b 1]. Selon une note de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure) en date du 23 mars 2012[17], déclassifiée par le ministère de la défense, ce passeport authentique ne porterait pas la date, le lieu de naissance et l'adresse exacts de Mohammed Merah, mais ceux d'un homonyme, né le 22 février 1988[18], à Villepinte et résidant à Douai[19], également connu des services de police mais considéré comme un boxeur prometteur[20], professionnel depuis 2010[21] dans la catégorie Mi-Lourds[22]. Cette affirmation semble démentie par la publication dans la presse d'une photographie du passeport[2]. Le 20 juillet 2005 le consulat algérien de Toulouse lui remet un passeport algérien qui est renouvelé le 20 mars 2010 (no 02719420)[15], toujours dans le même consulat.
  6. Né en 1985[41] en France [42] mais d’origine tunisienne[30] Sabri Essid est un ancien grutier[43]. Le 26 octobre 2006, il conduit à l'aéroport de Bruxelles Abdelkader Merah et son épouse qui partent au Caire suivre les cours d'une école coranique[44]. Appartenant au groupe islamiste radical de l'Ariège chargé du recrutement de combattants en Irak, le 12 décembre 2006[45], il est arrêté à Hama, en Syrie[44], dans une « planque » d'Al-Qaïda avec l’albigeois Thomas Abdelhakim Barnouin et d’autres gens armés[46]. Emprisonné deux mois et dix jours en Syrie et interrogé, il est rapatrié en France le 13 février 2007 et interpellés à sa descente d'avion[41]. Il est incarcéré à Fresnes pendant cinq mois[42] puis à Fleury-Mérogis plus d’un an et demi[29] à la maison d’arrêt d’Osny puis encore deux mois à Fleury-Mérogis[42]. Le 9 juillet 2009, reconnu coupable d'association de malfaiteurs à visée terroriste il est condamné à 5 ans de prison dont un an avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve de 3 ans et de l'obligation de se soumettre à un stage de citoyenneté d'une semaine par la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris[47]. Il est libéré à l’automne 2010[29],[48]. Du 22 octobre 2011 au 19 mars 2012, il entre à 63 reprises en relation téléphonique avec Mohammed Merah[49]. Au cimetière de Cornebarrieu, le 29 mars 2012, il fait partie de la dizaine d’hommes qui met en terre la dépouille de Mohammed Merah[29]. Il vit avec une convertie, Hélène, liée à Souad Merah[44].
  7. Converti à l’islam radical entre 1999 et 2000, Fabien Clain, alias Omar est hébergé pendant deux mois à Artigat avec sa femme en 2005 [202]. Dès 2008, il est connu pour avoir des liens avec des islamistes de la bande de Gaza plus particulièrement avec l’armée islamique[203]. Il devient l’un des organisateurs de la filière d'Artigat de recrutement et d'acheminement de volontaires à la guerre sainte ou « djihad » en Irak. Dans une lettre d'avril 2009 à son frère Abdelkader, Mohammed Merah songerait à lui lorsqu'il s'inquiète sur le sort d'un de ses «frères» religieux[204]. Le 9 juillet 2009, la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris condamne en effet Fabien Clain à cinq ans ferme pour association de malfaiteurs à visée terroriste[47]. Il est incarcéré à Paris[16]. Sa mère également convertie à l’islam épouse religieusement Mohamed Essid[29].
  8. Né en 1947 à Talkalakh[264] en Syrie[265] Abdulilah Qorel[266],[267], arrive en France en janvier 1973 pour faire des études de pharmacie qu'il abandonne[268] pour devenir intérimaire à l'usine AZF de Toulouse[269]. En 1983, il est naturalisé français[270] et change son nom en Olivier Corel. En 1986, il s’installe dans l’Ariège et acquiert en 1991 le hameau des Launes à Artigat[202]. Il y anime une communauté salafiste d'une dizaine de familles[271]. En février 2007, il est interpellé, détenu à Paris par la sous-direction du terrorisme[272], placé sous contrôle judiciaire et mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" dans le cadre de l'enquête sur la filière djihadiste vers l'Irak[273]. Mais il bénéficie d'un non-lieu[274]. Dans le village d'Artigat où il vit avec sa femme Nadia et sa fille de 14 ans, on le surnomme "l'émir blanc"[275]. Il entre en contact téléphonique avec Mohammed Merah les 22 décembre 2011, 1er, 3 et 9 janvier 2012[49].
  9. Le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, né le 29 juillet 1981 à Mont St Aignan[290]. Entré en service le 1er mars 2004, Imad Ibn Ziaten appartenait au 2e escadron de livraison par air du 1er RTP de Toulouse. Il avait été engagé sur plusieurs théâtres d’opérations extérieures, le Tchad (en 2008, 2009, 2011), la République de Côte d’Ivoire (en 2011), Gabon (en 2006) et la Réunion (en 2007). Depuis 2010, il était instructeur parachutiste[291]. Il était divorcé et sans enfants[292]. Il est inhumé le 25 mars 2012 au Maroc, d'où sa famille est originaire[293]. Il est nommé chevalier de La légion d'honneur par décret du président de la République en date du 31 décembre 2012[294]. Le 22 avril 2012[295], sa mère[296], fonde en sa mémoire « Imad association pour la jeunesse et la paix », afin de lutter contre la haine et les extrémismes[297]. En 2013 une plaque en son honneur est dévoilée sur les lieux où il a été tué : « Ici le 11 mars 2012 a été lâchement assassiné l'adjudant Imad Ibn Ziaten, mort pour le service de la nation »[298],
  10. Le 1re classe Mohamed Farah Chamse-Dine Legouad, né le 5 mai 1988 s'engage en juin 2010 dans l'armée et est affecté à la compagnie d’appui du 17e RGP de Montauban. Il avait effectué une mission en Nouvelle-Calédonie en 2011[310],[292]. Il est nommé chevalier de La légion d'honneur par décret du président de la République en date du 31 décembre 2012[294].
  11. Né le 10 octobre[311] 1984[312] en Guadeloupe, Loïc Liber s’engage dans l'armée en 2008[313], [310] et rejoint le 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban[314]. Il effectue une mission en Guyane[315]. Devenu tétraplégique à la suite de l'attentat[316], il est hospitalisé à Montauban[314] puis transféré le 15 mars 2012 en soirée[317] au CHU de Rangueil[318] à Toulouse et, à partir de mai 2012[319], dans un centre de rééducation fonctionnelle[320] [321]. Depuis décembre 2012, il est hospitalisé dans la région parisienne[322] à l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Percy[311] à Clamart, dans les Hauts-de-Seine[323]. Le même mois, il est promu au grade de caporal-chef[324]. Par un décret publié au Journal officiel le 1er janvier 2013, il est décoré de la médaille militaire[325],[326].
  12. Le caporal Abel Chennouf, né le 3 décembre 1986 à Martigues[327], il s'engage, en 2007, dans l'armée [328], où il rejoint la compagnie d’appui du 17e RGP de Montauban[329],[330]. Il sert en Afghanistan en 2008 et au Sénégal en 2011[310]. En février 2012, il sort major de sa promotion à l'école militaire d'Angers où il suit un stage de perfectionnement[331]. Il est nommé chevalier de La légion d'honneur par décret du président de la République en date du 31 décembre 2012[294]. Il s'était pacsé le 20 mai 2010[332]. Il demande sa compagne en mariage par écrit le 9 décembre 2011[333]. Le mariage à titre posthume, autorisé par décret du président de la République, a lieu à Montauban en juin 2012[334],[335],[336]. Son fils [337], est né en mai 2012[333].
  13. Né à Bordeaux[346],[347],[348] le 9 octobre 1981[349],[350], Jonathan Sandler lui-même ancien élève de l'école Ozar Hatorah de Toulouse se rend peu après son bac en Israël pour entreprendre des études religieuses[351]. En avril 2005[352],[351], il rentre en France où il se marie [353]. Trois enfants naîtront de cette union, deux garçons et une fille[352]. En 2006[354]. Il repart ensuite en Israël étudier pendant quatre ans[355],[356] à Jérusalem dans une institution qui forme des étudiants français au rabbinat[357]. En septembre 2011, il devient professeur de judaïsme[358] au collège-lycée Ozar-Hatorah de Toulouse[357],[359]. De nationalité française, Jonathan Sandler avait le statut de résident permanent en Israël[360],[361],[362] Il publiait tous les mois des commentaires sur la parasha et sur les fêtes dans le magazine Kountrass. Après sa mort, ces textes ont été rassemblés dans un ouvrage intitulé Pour plus de lumière[363],[364].
  14. Arié Sandler né à Paris[352] le 17 avril 2006[365],[366],[367], et Gabriel Sandler né à Jérusalem[352] le 3 octobre 2008[366] Ils ont été inhumés le 21 mars 2012 à Jerusalem en présence d'au moins 2.000 personnes[368]. Ils avaient la double nationalité franco-israélienne[369],[370].
  15. Myriam Monsonego née en 2003[371],[372], élève de CE 2[373] [357], fille de Jacob Monsonego, le directeur de l'école Ozar Hatorah [374].
  16. Aaron «Bryan» Bijaoui, originaire d'Antibes, il devient à 13 ans il interne au collège Ozar Hatorah de Toulouse[367]. Le 19 mars 2012, alors qu’il n’est âgé que de 15 ans et demi[377], il est gravement blessé par Mohammed Merah. Une balle à fragmentation[378] entrée par le bras gauche traverse son corps de part en part[379]. Transporté en urgence à l'hôpital Rangueil de Toulouse[380], il est opéré plusieurs fois[381] à un poumon et à l’estomac[382]. Le 21 mars 2012, il reçoit la visite de Nicolas Sarkozy et à la fin de ce même mois, il sort du service des soins intensifs[383],[384]. Le 12 avril 2012[385],[386], il est transféré [387] à l’hôpital de Nice, où il continue à recevoir des soins, tant physiques que psychologiques [388]. La famille bénéficie du soutien du Fonds social juif unifié, qui a décidé de prendre en charge tous les frais médicaux de la victime [389]. L'adolescent suit des cours intensifs à son domicile, afin d'être prêt à intégrer, en septembre 2012, une classe de seconde dans le département[378].
  17. L'assaut se fait avec des cartouches de type 5.56 Colt moins létales alors que les hommes du RAID s'entraînent avec des 5.56 Otan moins chères, ce qui a provoqué un effet de surcompensation avec le gaz[420].
  18. En référence à la sourate du prophète Yusuf, trahi par ses frères, injustement emprisonné et qui devint vice-roi d'Égypte[b 48],[463].
  19. Née à Hussein Dey, à Alger, d'un père commerçant en meubles et d'une mère issue d'une famille de magistrats, Zahia Mokhtari a épousé l'avocat Lounès Guerrache, dont elle avait été l'étudiante à la faculté de droit, et dont elle a repris l'étude après la mort en 2000[487]. En 2005 elle a défendu devant le tribunal de Memmengen (Allemagne) Ibrahim Badaoui, un islamiste algérien accusé d’appartenir à Al-Qaïda dont elle a obtenu l’annulation d’une condamnation à mort par contumace en 2008 en Algérie[488]. Plaidant voilée, elle est installée dans la banlieue sud d'Alger, à Baraki, ancien fief islamiste ; elle dément cependant comme l'affirme la presse française être la femme d’un ancien militant du FIS[489] et la belle-sœur d'un membre repenti du GIA[490]. Les 11 et 12 novembre 2012, Mohamed Benalel Merah dépose deux plaintes auprès du Syndicat national des avocats et du procureur général de la cour d'Alger pour la dessaisir du dossier et pour exiger d'elle la restitution des pièces[491]. Le 19 novembre, elle signifie officiellement au tribunal de Paris qu’elle se retire de cette affaire reprochant à son client devant la presse d’avoir tenté de monnayer les vidéos plusieurs milliers d'euros à un journaliste[492],[493],[494],[495].
  20. Né en 1974 [505], Charles Mencarelli, alias « Charly », fréquente la famille Merah alors qu'il n'est qu'un enfant : « C'était mes voisins depuis tout petit. » Après sa rencontre avec des salafistes d'Artigat[506], il se convertit à l'islam en 2007[507]. Il est condamné à huit reprises pour conduite en état d'ivresse puis conduite sans permis, vol, et divers actes de violences[508],[509],[510],[511], notamment en 2009 pour une tentative de meurtre contre sa compagne[507]. Selon son avocat, il souffrirait d'« importants problèmes psychologiques et psychiatriques »[512]. En janvier 2013, il annonce son intention de poursuivre l'État pour préjudice.
  21. Ali[516], né en 1983[517], qui appartient au milieu salafiste toulousain[518] avait été aperçu au domicile de Mohammed Merah, rue du Sergent Vigné quand il faisait l'objet de surveillance de la DCRI[519]. Il aurait participé au financement d'un voyage au Pakistan pour le compte du Mohammed Merah. Il a également étudié dans une madrassa en Égypte et aurait pu fournir des points de chute à Merah dans ce pays[520]. Ouhabi[521], né en 1984[517], est un proche de la « mouvance » d'Artigat[522] même si son nom ne figure pas dans l'enquête menée en 2007. Les deux individus sont transférés le 29 janvier 2013 en fin d'après-midi dans les locaux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à Levallois-Perret[523]. Le second gardé à vue est relâché le 31 janvier 2013 sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui[524]. Le premier est libéré le 2 février 2013[525].
  22. Mohamed Mounir Meskine, né en 1989[528] en Algérie où il vit cinq ans, gagne la France, s'installe à Toulouse avec ses proches[529]. Il grandit dans le quartier des Izards[530]. Il commence une formation d'électricien et se rendu en région parisienne pour travailler. Il est fiché comme salafiste par la DCRI depuis 2007[531]. Condamné trois fois pour des vols, des recels et des trafics de stupéfiants il est incarcéré pendant 8 mois entre la fin 2008 et la mi-2009 pour une affaire de drogue[532]. Il rejoint alors Mohamed Merah à la maison d'arrêt de Seysses[528]. En 2011, il devient chauffeur-livreur avant de perdre son emploi[529] et de percevoir le RSA[533]. En 2012, il emprunte la moto d'Abdelkader Merah et, après un accident dans la nuit du 3 mars 2012 devant une discothèque[534], il se rend avec les deux frères Merah le 6 mars 2012 en début d’après-midi, chez un concessionnaire Yamaha [535] afin de récupérer un devis pour faire les réparations[536]. Le 14 mai 2013[537], il est interpellé dans la banlieue toulousaine, à Aucamville [536] et transféré le 15 mai dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (SDAT)[538]. Mis en examen pour vol en réunion en lien avec une entreprise terroriste et participation de malfaiteurs terroristes il est écroué le 18 mai 2013 [539]. Détenu à la prison de la Santé [86], il obtient des juges parisiens une ordonnance de remise en liberté le lundi 23 septembre 2013 [540] avec obligation de rester en région parisienne où il est soumis à un contrôle judiciaire strict[541]. Il est soupçonné par la justice d'être le troisième homme. Retrouvé grâce à la téléphonie et au témoignage d'une employée du magasin de motos où les trois hommes se sont rendus après leur forfait, il nie avoir été présent aux côtés des Merah lorsqu'ils se sont emparés scooter.
  23. Fetha Malki, né le 31 octobre 1982[542], est connu des services de police pour des actes de délinquance de droit commun [543]. Ancien pizzaïolo[544] désormais sans activité légale, il possède un compte en banque largement créditeur[531]. Interpellé le 28 mai 2013[545], il est mis en examen et écroué à Fleury-Mérogis[544] le 1er juin pour complicité d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste. Sa demande de mise en liberté déposée en août, est rejetée[546]. Il est soupçonné d'avoir fourni en février 2012[544] à Mohamed Merah un pistolet mitrailleur Uzi[547] qui a servi lors de la tuerie de l'école juive Ozar Hatorah, ainsi que le gilet pare-balles volé au commissariat de police[548], gilet pare-balles que portait le tueur au scooter lors de l'assaut des policiers du Raid dans lequel il a trouvé la mort le 22 mars 2012[549]. Installé depuis peu à L'Isle-en-Dodon, au sud de Toulouse, il est père d'une fillette de dix ans[550].

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pelletier et Pontaut 2012, p. 176
  2. a et b Pelletier et Pontaut 2012, p. 115
  3. Sifaoui et Merah 2012, p. 61
  4. Sifaoui et Merah 2012, p. 64
  5. Pelletier et Pontaut 2012, p. 151
  6. Hériot et Escarnot 2012, p. 43
  7. a et b Sifaoui et Merah 2012, p. 128
  8. Sifaoui et Merah 2012, p. 63.
  9. Sifaoui et Merah 2012, p. 104
  10. a, b et c Pelletier et Pontaut 2012, p. 138
  11. Sifaoui et Merah 2012, p. 150
  12. Sifaoui et Merah 2012, p. 16.
  13. Sifaoui et Merah 2012, p. 129
  14. Sifaoui et Merah 2012, p. 56
  15. Sifaoui et Merah 2012, p. 146
  16. Sifaoui et Merah 2012, p. 19
  17. Sifaoui et Merah 2012, p. 67
  18. Sifaoui et Merah 2012, p. 168.
  19. Sifaoui et Merah 2012, p. 142-143
  20. Sifaoui et Merah 2012, p. 179
  21. Sifaoui et Merah 2012, p. 85
  22. Sifaoui et Merah 2012, p. 89
  23. Sifaoui et Merah 2012, p. 120
  24. a, b et c Byrka 2012
  25. Pelletier et Pontaut 2012, p. 149-150
  26. Sifaoui et Merah 2012, p. 93
  27. Pelletier et Pontaut 2012, p. 152-153
  28. Sifaoui et Merah 2012, p. 165
  29. Pelletier et Pontaut 2012, p. 60
  30. a et b Pelletier et Pontaut 2012, p. 159-160
  31. Pelletier et Pontaut 2012, p. 154
  32. Pelletier et Pontaut 2012, p. 57
  33. Hériot et Escarnot 2012, p. 45
  34. Sifaoui et Merah 2012, p. 138
  35. Hériot et Escarnot 2012, p. 54-55
  36. Sifaoui et Merah 2012, p. 163
  37. Pelletier et Pontaut 2012, p. 161
  38. Pelletier et Pontaut 2012, p. 172
  39. a et b Pelletier et Pontaut 2012, p. 175
  40. Pelletier et Pontaut 2012, p. 174
  41. Pelletier et Pontaut 2012, p. 179-180
  42. Pelletier et Pontaut 2012, p. 189
  43. Pelletier et Pontaut 2012, p. 181
  44. Pelletier et Pontaut 2012, p. 208
  45. Sifaoui et Merah 2012, p. 206
  46. Pelletier et Pontaut 2012, p. 124
  47. Pelletier et Pontaut 2012, p. 215
  48. a et b Pelletier et Pontaut 2012, p. 216

Références web[modifier | modifier le code]

  1. Toulouse : trois violentes détonations et l'attente interminable du dénouement sur Le Progrès, 22 mars 2012
  2. a, b, c et d Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut, « Quand les enquêteurs pistaient un "faux" Merah » sur L'Express, 4 février 2013
  3. Toulouse : un long épilogue sur Le Point, le 22 mars 2012
  4. Alexandre Ferret, « Mohamed Merah, star du Web » sur Le Point, 27 mars 2012
  5. Le Web hypnotisé par Mohamed Merah sur L'Express, 22 mars 2012
  6. AFP, « Toulouse : une médiatisation plus importante que pour l'affaire DSK » sur Les Échos, 23 mars 2012
  7. AFP, « Mort de Merah. Les médias ont-ils été instrumentalisés ? » sur Ouest-France, 24 mars 2012
  8. Renaud Revel, « Affaire Merah : "Sarkozy et Guéant ont fixé le tempo médiatique" » sur L'Express, 27 mars 2012
  9. Daniel Schneidermann, « Bienvenue à Merahland, parc d'attraction sur le thème du démon » sur Rue89, 28 mars 2012
  10. Toulouse. Pour une réflexion sur le traitement par les médias sur Ouest-France, 23 mars 2012
  11. Dominique de Laage, « Affaire Mohammed Merah : quel impact sur la campagne présidentielle ? » sur Sud Ouest, 24 mars 2012
  12. Marie-Eve Malouines, « L’affaire Merah alimente toujours la campagne présidentielle » sur France Info, 27 mars 2012
  13. AFP, « Merah va être enterré en Algérie » sur Libération, 26 mars 2012
  14. Salim Koudil, « Mohamed Merah n’avait pas de passeport français » sur liberte-algerie.com, 29 mars 2012
  15. a, b, c et d Delphine Byrka, « Exclusif Merah. Les errements de la DGSE » sur Paris Match, 6 février 2013
  16. a, b et c Celine Rastello, « Merah en prison : un raté de plus pour la DCRI ? » sur Le Nouvel Observateur, 6 mars 2013
  17. Europe1.fr et AFP, « Merah n'a pas falsifié son passeport » sur Europe 1, 4 février 2013
  18. Cécile Bouanchaud, « Les enquêteurs avaient le "mauvais" Merah » sur Europe 1, 4 février 2013
  19. Fabrice Valery, « Merah n'a pas falsifié son passeport pour ses voyages à l'étranger » sur le site de France 3 Midi-Pyrénées, 5 février 2013
  20. Laurent Borredon et Emeline Cazi, « Affaire Merah : l'inertie de la DCRI à Paris à nouveau pointée du doigt » sur Le Monde, 30 janvier 2013
  21. Homonyme de Mohamed Merah, le boxeur est "harcelé" sur le site de TF1, 23 mars 2012
  22. Fiche de Mohamed Merah sur boxrec.com, consulté le 7 octobre 2013
  23. (en) Report: French gunman Merah buried near Toulouse sur le site de la CNN, 29 mars 2012
  24. Mohammed Merah a rejoint des écoles coraniques à Mouzaya et à Tizi-Ouzou sur vitaminedz.com, 28 mars 2012
  25. a, b, c et d Adlène Meddi, « Drame Toulouse. Le père de Mohamed Merah parle » sur Paris Match, 3 avril 2012
  26. Pascal Ceaux, Henri Haget, Delphine Saubaber et Boris Thiolay, « Ils s'appelaient Mohamed… Deux jeunesses françaises » sur L'Express, 27 mars 2012
  27. a, b et c Camille Estève, « Merah : "Qui a manipulé mon fils?" » sur Le Journal du dimanche, 22 avril 2012
  28. Celine Rastello, « Mohammed Merah, Docteur Jeckyll et Mister Hyde », sur ladepeche.fr,‎ 22 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  29. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Stéphane Joahny et Marie-Christine Tabet, « Enquête sur le clan de Merah » sur Le Journal du dimanche, 22 avril 2012
  30. a, b, c, d, e et f Jean-Pierre Bouyxou avec Rose-Laure Bendavid, Émilie Blachere, Delphine Byrka, Eric Hadj, François de Labarre, François Labrouillère, Grégory Peytavin, « Mohamed Merah: la dérive terrifiante d'un petit voyou (1/2) » sur Paris Match, 15 juin 2012
  31. Emeline Cazi, « Merah, l'enfance d'un terroriste » sur Le Monde, 12 juin 2012
  32. a, b, c, d, e, f, g et h Emeline Cazi, « Merah, l'enfance d'un terroriste »,‎ 12 juin 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
  33. a et b Mohamed Sifaoui, « Mohamed Merah. La haine » sur Paris Match, 8 novembre 2012
  34. LeMonde.fr avec l'AFP et Reuters, « Indignations politiques après les propos du père de Mohamed Merah » sur Le Monde, 27 mars 2012
  35. « Le père de Mohamed Merah a fait de la prison en France », sur TF1 (consulté le 4 avril 2012)
  36. « Le passé trouble du père de Mohamed Merah », sur Le Figaro,‎ 27 mars 2012 (consulté le 4 avril 2012)
  37. Le Père : Trafic de drogue sur Le Républicain lorrain, 28 mars 2012
  38. Catherine Fournier, « La famille de Mohamed Merah entre provocation et humiliation » sur le site de France Télévisions, 29 mars 2012
  39. a et b François de Labarre, Eric Hadj et Grégory Peytavin, « La famille Merah, un clan, une cellule ? » sur Paris Match, 2 avril 2012
  40. « Les frères Merah ont dîné ensemble la veille de la tuerie »,‎ 24 mars 2012 (consulté le 4 avril 2012)
  41. a et b Terrorisme : 8 à 10 ans requis contre les "jihadistes" sur La Dépêche du Midi, 19 juin 2009
  42. a, b et c [vidéo] OubeidouRabbih, « Exclusif Interview de Sabri ancien détenu dans la filière irakienne! » sur YouTube, 2 janvier 2011
  43. Jean-Noël Gros, « Islamisme : le procès de la filière toulousaine » sur La Dépêche du Midi, 3 juin 2009
  44. a, b et c Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut, « Affaire Merah: quel rôle a joué Abdelkader, le frère du "tueur au scooter"? » sur L'Express, 10 septembre 2012
  45. La filière toulousaine, extrait du livre Pour Allah jusqu'à la mort de Paul Landau sur vudejerusalem.20minutes-blogs.fr, 21 mars 2012
  46. Le jour où Mohamed Merah est mort sur Europe 1, 22 mars 2012
  47. a et b Françoise Cariès, « La filière islamiste toulousaine condamnée » sur La Dépêche du Midi, 10 juillet 2009
  48. « Tueries de Toulouse: Merah a-t-il agi seul ? » (consulté le 4 avril 2012)
  49. a, b et c Note de la DCRI sur scribd.com, consulté le 9 octobre 2013
  50. a et b Tuerie de Toulouse : retour sur les événements sur Le Monde, 23 mars 2012
  51. La mère de Merah rongée par "la culpabilité et le remords" sur le site de la radio RTL, 24 mars 2012
  52. François de Labarre, Éric Hadj et Grégory Peytavin, « La famille Merah, un clan, une cellule ? » sur Paris Match, 2 avril 2012
  53. a et b Abdelghani Merah : "mon frère Abdelkader a inculqué le radicalisme à Mohamed" sur La Dépêche du Midi, 12 juillet 2012
  54. a et b Ondine Millot, « Mohamed Merah, une histoire de famille » sur Libération, 18 avril 2012
  55. AFP, « Abdelkader Merah a toujours été antisémite pour l'un de ses frères » sur Libération, 19 avril 2012
  56. Le Monde 22 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  57. Marie-Christine Tabet, « L'étrange rôle de Souad, la "sœur" Merah » sur Le Journal du dimanche, 17 novembre 2012
  58. « Les autorités veulent savoir où est la soeur de Mohamed Merah» sur Le Point, le 22 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  59. « Souad Merah : salafiste jusqu'au bout des ongles » sur Midi libre le 23 mai 20014 (consulté le 24 mai 2014)
  60. « Souad Merah est toujours introuvable » sur Libération, 23 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  61. Souad Merah prénomme son fils Mohamed sur Paris Match, 30 septembre 2013
  62. Merah : Souad, la sœur aînée du tueur, prénomme son dernier fils Mohamed sur La Dépêche du Midi, 1er octobre 2013
  63. P.C. et AFP, « Souad Merah aurait suivi des cours d'éducation religieuse à Toulouse » sur le site de France 3 Midi-Pyrénées, 14 novembre 2012
  64. « La sœur aînée de Mohamed Merah était fichée avant son frère », sur La Dépêche du Midi,‎ 3 septembre 2012 (consulté le 18 septembre 2012)
  65. Yves Bordenave, « Mohamed Merah, un loup pas si solitaire » sur Le Monde, 23 août 2012
  66. Mathieu Delahousse, « La sœur aînée de Mohamed Merah était sous surveillance bien avant son frère » sur le site de RTL, 3 septembre 2012
  67. Merah: sa sœur surveillée avant lui sur Le Figaro, 3 septembre 2012
  68. AFP, « Affaire Merah : sa sœur "fière", son frère accusateur » sur Libération, 10 novembre 2012
  69. AFP, « La sœur de Merah poursuivie pour "apologie du terrorisme" » sur Libération, 10 novembre 2012
  70. lemonde.fr avec AFP, « Enquête pour "apologie du terrorisme" visant la sœur de Mohamed Merah » sur Le Monde, 12 novembre 2012
  71. AFP, « La plainte contre Souad Merah classée sans suite » sur Libération, 22 janvier 2013
  72. Souad Merah porte plainte contre M6 et son frère Abdelghani sur 20 minutes, 20 novembre 2012
  73. Toulouse. « La garde à vue de Souad Merah levée» sur La Dépêche du Midi, 18 avril 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  74. « Souad Merah : une islamiste radicale membre de la mouvance salafiste» sur le site de RTL le 22 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  75. « Souad Merah a rejoint la frontière de la Syrie avec ses 4 enfants »sur Le Monde, le 23 mai 26 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  76. « Disparition de Souad Merah , une enquête ouverte » sur le site de France Info le 22 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  77. « L'inquiétant périple de Souad Merah »sur Le Parisien, 24 mai 2014 (consulté le 24 mai 2014)
  78. Gaël Cogné, « Affaire Merah, affaire de famille » sur le site de France Télévisions, 14 novembre 2012
  79. Ses proches entre suspicion et stupéfaction sur Le Parisien, 13 mai 2012
  80. Cécile Bouanchaud, « Que sait-on du frère de Merah ? » sur Europe 1, 10 septembre 2012
  81. F.Ab., « Abdelkader Merah et l'amour des motos » sur La Dépêche du Midi, 17 mai 2012
  82. Catherine Fournier, « Abdelkhader Merah, au cœur de l'enquête » sur le site de France Télévisions, 24 mars 2012
  83. a et b Ondine Millot, « "Frère de Mohamed Merah, mais solidaire de ses victimes" » sur Libération, 8 novembre 2012
  84. a, b et c Isabelle Monnin, « Mohamed Merah : vie et mort d'un fanatique » sur Le Nouvel Observateur, 3 avril 2012
  85. Delphine de Mallevoüe, « Affaire Merah: son frère balance, sa sœur se dit fière » sur Le Figaro, 11 novembre 2012
  86. a et b http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/11/1706540-affaire-merah-frere-complice-presume-restent-prison.html
  87. a et b Yves Bordenave, « Affaire Merah : le rôle du frère du tueur en question » sur Le Monde, 26 mars 2012
  88. Le frère de Mohamed Merah face à ses juges sur Le Parisien, 10 septembre 2012
  89. Quand Merah annonçait à son frère son intention de se "venger des mécréants" sur La Dépêche du Midi, 6 mars 2013
  90. Pascal Ceaux, « Abdelkader Merah, l'ombre d'un frère » sur L'Express, 27 mars 2012
  91. Celine Rastello, « Toulouse : quel rôle a joué Abdelkader Merah ? » sur Le Nouvel Observateur, 26 mars 2012
  92. F.Ab., « Abdelkader Merah. À Auterive, on l'appelait le "petit Ben Laden » sur La Dépêche du Midi, 25 mars 2012
  93. AFP, « Perquisition en cours au domicile d’Abdelkader Merah » sur Libération, 26 septembre 2012
  94. AFP, « Abdelkader, frère et mentor de Mohamed Merah » sur Libération, 25 mars 2012
  95. Affaire Merah : le frère aîné accuse Abdelkader sur Le Nouvel Observateur, 19 avril 2012
  96. L'un des frères Merah accuse Abdelkader d'être antisémite sur La Dépêche du Midi, 18 avril 2012
  97. a et b « Le suspect ? «Il aime le foot, la moto, les filles» », sur Liberation.fr (consulté le 25 mars 2012)
  98. Celine Rastello, « Mohamed Merah, 23 ans, des petits larcins à Al-Qaida », sur nouvelobs.com,‎ 21 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  99. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/ils-s-appelaient-mohamed-deux-jeunesses-francaises_1098162.html
  100. Lemonde.fr
  101. http://www.m6replay.fr/enquete-exclusive/11258129-mohamed-merah-itineraire-d-un-terroriste-francais#/enquete-exclusive/11258129-mohamed-merah-itineraire-d-un-terroriste-francais
  102. a et b « Merah à 20 ans : "J'ai arrêté les mauvaises fréquentations" », sur lepoint.fr,‎ 22 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  103. Affaire Merah - Itinéraire d'un Tueur - YouTube [vidéo]
  104. « Mohamed Merah ou la modernité du petit entrepreneur en terrorisme »
  105. «Quand j'ai connu Mohamed Merah, il avait un cœur», sur Le Figaro
  106. « Mohamed Merah, une désintégration »,‎ 23 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  107. http://www.ouest-france.fr/dossiers/actualite_-Mohamed-Merah-petit-delinquant-devenu-ennemi-public-n-1_2057771-2058167_dossiers.Htm
  108. a, b, c et d Expertise psychologique de Mohammed Merah le 15 janvier 2009 sur Le Point, consulté le 9 octobre 2013
  109. Adrien Cadorel, « Mohamed Merah, de la petite délinquance aux meurtres en série », sur Metro,‎ 22 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  110. « Mohamed Merah, du gamin agité des Izards à la une d'une actualité terrible », sur ladepeche.fr (consulté le 25 mars 2012)
  111. http://www.lematin.ch/monde/L-itineraire-fatal-de-Mohamed-Merah-23ans-apprenti-djihadiste/story/18037618
  112. Carredinfo.fr
  113. a, b et c « Affaire Merah : retour sur le parcours de ce gamin agité des Izards », sur France-Soir,‎ 22 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  114. http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2012/03/29/01006-20120329ARTFIG00788-j-ai-vecu-deux-ans-avec-un-tueur.php
  115. http://www.rtl.fr/actualites/article/document-rtl-le-cv-de-mohamed-merah-7745881157
  116. a et b G.F., « Mohamed Merah en 15 dates clés » sur Slate, 23 mars 2012
  117. a, b et c http://www.liberation.fr/societe/01012397535-mohamed-merah-un-type-taciturne
  118. a et b http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Mohamed-Merah.-L-odyssee-de-la-haine.-Toulouse.-Le-Raid-attaque-385836/
  119. a, b, c, d, e et f http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/10/19/merah-l-incroyable-rate-des-services-secrets_1777963_3224.html
  120. a et b http://www.lepoint.fr/societe/j-etais-l-epouse-de-mohamed-merah-31-05-2012-1467480_23.php
  121. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Affaire-Merah.-Le-dernier-temoin-403426/
  122. a et b Stéphane Thépot, « EXCLUSIF. Le dernier voyage de Mohamed Merah », sur lepoint.fr,‎ 26 mars 2013
  123. a et b http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/05/31/01016-20120531ARTFIG00562-la-femme-de-merah-on-regardait-les-simpson.php
  124. « Mohammed Merah, Docteur Jeckyll et Mister Hyde », sur ladepeche.fr,‎ 22 mars 2012
  125. a et b Claire Lagadic, Frédéric Abela et Jean Cohadon, « Comment les policiers ont "logé" Mohammed Merah » sur La Dépêche du Midi, 22 mars 2012
  126. Yves Bordenave, « A la DCRI, Mohamed Merah a donné l'image d'une petite frappe "bizarre" », sur lemonde.fr,‎ 26 mars 2012
  127. a, b et c http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Mohamed-Merah-la-derive-terrifiante-d-un-petit-voyou-386324/
  128. http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/22/1311742-castelmaurou-le-tueur-presume-joueur-au-fcc.html
  129. Sudouest.fr
  130. Bienpublic.com
  131. « Mohamed Merah, «un type taciturne» », libetoulouse.fr,‎ 22 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  132. a et b Letelegramme.com
  133. http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/un-bien-etrange-train-de-vie-24-03-2012-1921204.php
  134. a et b http://www.leparisien.fr/faits-divers/enquete-sur-les-multiples-locations-de-voitures-de-mohamed-merah-30-03-2012-1931295.php
  135. a, b et c Des crimes mûrement préparés sur Le Parisien, 13 mai 2012
  136. Mohamed Merah voulait louer des skis ici sur 20 minutes, 26 mars 2012
  137. Photographie de Mohammed Merah aux sports d'hiver.
  138. Agnès Leclair, « Mohamed Merah, la dérive obscure d'un petit voyou »,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  139. a et b « Mohamed Merah, l'homme aux cent visages »,‎ 22 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  140. http://www.blogbang.com/videos/111446-documentaire-mohamed-merah-toulouse-la-contre-enqute-.html
  141. http://books.google.fr/books?id=oZQ7hT6IO9gC&pg=PT36&lpg=PT36&dq=merah+oncle+extincteur&source=bl&ots=_rAi5ovXd2&sig=0i0AAvEM12ByVdQ0d1iHKZcxVy8&hl=fr&sa=X&ei=YyiMULf1KZOk0AWgj4CQBg&ved=0CB8Q6AEwAA#v=onepage&q=extincteur&f=false
  142. a et b Lucie Soullier, « Mohamed Merah est totalement coupé de la réalité », sur L'Express,‎ 22 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  143. http://www.ladepeche.fr/article/2008/02/14/434042-enquete-gendarmes-percutes-par-un-4x4-vole-huit-suspects-en-garde-a-vue.html
  144. http://www.ladepeche.fr/article/2007/10/21/91860-toulouse-home-jacking-ca-n-arrete-pas.html
  145. http://www.ladepeche.fr/article/2008/02/16/434682-gendarmes-percutes-le-conducteur-avait-17-ans.html
  146. http://www.ladepeche.fr/article/2008/11/24/497286-agressions-la-confession-des-braqueurs-mineurs-a-domicile.html
  147. http://www.ladepeche.fr/article/2007/10/22/91918-home-jacking-deux-jeunes-incarceres.html
  148. http://www.ladepeche.fr/article/2007/10/20/91737-terreur-dans-la-maison.html
  149. http://www.ladepeche.fr/article/2007/11/27/353360-les-blesses-du-psig-toujours-arretes.html
  150. http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2007-10/4x4-fonce-sur-gendarmes-deux-blesses-4862132.html
  151. a, b et c http://www.liberation.fr/societe/2012/07/17/transcription-des-conversations-entre-mohamed-merah-et-les-negociateurs_833784
  152. http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/09/mohamed-abdelghani-abdelkader-souad-merah-frere-terroriste-enquete-exclusive_n_2098875.html
  153. « Christian Etelin: «Mohamed Merah me fait penser à un cas de double personnalité» »,‎ 21 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  154. Sudouest.fr
  155. « Mohamed Merah, un détenu sans histoire », sur Marianne2,‎ 23 mars 2012 (consulté le 23 mars 2012)
  156. a et b « Mohamed Merah n'a pas fait l'objet d'un signalement de radicalisation en prison, selon un syndicat pénitentiaire »,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  157. Isabelle Monnin, « Mohamed Merah : vie et mort d'un fanatique », sur Le Nouvel observateur,‎ 3 avril 2012 (consulté le 3 avril 2012)
  158. a et b http://www.sudouest.fr/2012/03/22/il-etait-courtois-avait-son-visage-angelique-665793-4778.php
  159. Le Monde du 23.03.2012, Bernard Squarcini : "Nous ne pouvions pas aller plus vite".
  160. http://www.liberation.fr/societe/01012398016-merah-la-derive-meurtriere
  161. a et b « Mohamed Merah, un petit délinquant devenu djihadiste », sur L'Express,‎ 22 mars 2012 (consulté le 22 mars 2012)
  162. Henri Haget, « Toulouse: Mohamed Merah avait passé quinze jours en hôpital psychiatrique » sur L'Express, 22 mars 2012
  163. http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Actualite/Mohamed-etait-sous-l-influence-de-son-frere-Interview-497275
  164. http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/19/1585959-affaire-merah-l-avocat-et-parent-d-eleve-a-l-ecole-juive-avait-recu-le-terroriste.html
  165. http://actualite.portail.free.fr/france/24-03-2012/le-mysterieux-colocataire-de-mohamed-merah-rue-du-sergent-vigne/
  166. http://www.20min.ch/ro/news/dossier/tueur/story/20933653
  167. http://www.7sur7.be/7s7/fr/13397/Fusillade-a-Toulouse/article/detail/1414115/2012/03/26/Le-mysterieux-colocataire-de-Mohamed-Merah.dhtml
  168. L’avocat de Mohamed Merah tombe des nues sur La Dépêche du Midi, 21 mars 2012
  169. Isabelle Monnin, « L'avocat de Mohamed Merah : "Je l'ai souvent défendu devant le tribunal des enfants" » sur Le Nouvel Observateur, 21 mars 2012
  170. « Mohamed Merah, 23 ans, des petits larcins à Al-Qaida »,‎ 21 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  171. « Mohamed Merah, le parcours d'un délinquant devenu jihadiste », sur lalibre.be,‎ 21 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  172. Mohamed Merah, «un type taciturne»
  173. LeHuffPost / AFP, « Mohamed Merah: qui est le suspect des tueries de Toulouse et Montauban » sur Le Huffington Post, 21 mars 2012
  174. a, b et c Philippe Chapleau, « Suspect de Toulouse. Mohamed, 23 ans, djihadiste » sur Ouest-France, 21 mars 2012
  175. Jean-Manuel Escarnot, Franck Hériot, Vous aimez la vie, j'aime la mort! Enquête sur la dérive de Mohammed Mérah, p. 94.
  176. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/11/01016-20130411ARTFIG00502-merah-financait-ses-voyages-avec-l-argent-de-la-drogue.php
  177. « Mohamed Merah avait préparé la diffusion des vidéos sur le Net », sur leparisien.fr,‎ 25 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  178. http://www.ladepeche.fr/article/2012/07/17/1401768-merah-aux-policiers-je-me-sentais-de-mieux-en-mieux-a-chaque-tuerie.html
  179. « Le père de Mohamed Merah se confie à Paris Match : « Je vais écrire à Bouteflika pour qu’il m’aide à récupérer la dépouille de mon fils »* », sur Algérie Focus (consulté le 4 avril 2012)
  180. http://www.leparisien.fr/faits-divers/ses-proches-entre-suspicion-et-stupefaction-13-05-2012-1997928.php
  181. http://www.algeriecity.com/algerie/mohammed-merah-a-rejoint-des-ecoles-coraniques-a-mouzaya-et-a-tizi-ouzou
  182. « Le père de Mohamed Merah parle »,‎ 28 mars 2012 (consulté le 28 mars 2012)
  183. http://midi-pyrenees.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/asset_full/public/assets/images/entete.jpg
  184. http://midi-pyrenees.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/asset_full/public/assets/images/extrait2-v.jpg
  185. http://midi-pyrenees.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/asset_full/public/assets/images/merah-moto-v.jpg
  186. http://www.rue89.com/2013/03/10/des-documents-attestent-que-mohamed-merah-ete-repere-des-2006-240428
  187. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/06/04/01016-20120604ARTFIG00737-enquete-sur-les-failles-des-services-de-renseignements.php
  188. http://www.atlantico.fr/rdvpresse/fiche-perdue-mohamed-merah-334573.html
  189. « Mohamed Merah aurait été fiché par les renseignements dès 2006 »,‎ 31 mars 2012 (consulté le 4 avril 2012)
  190. http://midi-pyrenees.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/asset_full/public/assets/images/1-fevrier-2007-v.jpg
  191. http://midi-pyrenees.france3.fr/2013/03/07/exclusif-les-documents-des-renseignements-francais-ou-mohamed-merah-apparait-des-2006-l-age-de-18-ans-212027.html
  192. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120418.OBS6482/comment-le-contre-espionnage-a-egare-la-fiche-de-mohamed-merah.html
  193. « Merah a séjourné en Espagne en 2007 », sur lefigaro.fr,‎ 22 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  194. « Toulouse : Mohamed Merah est mort », sur MSN
  195. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130316.OBS2160/affaire-merah-la-dcri-toujours-sur-le-banc-des-accuses.html
  196. http://www.liberation.fr/societe/2012/03/24/merah-la-derive-meurtriere_805436
  197. « Le frère de Mohamed Merah serait "fier" de ses actes », sur Reuters,‎ 24 mars 2012 (consulté le 4 avril 2012)
  198. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-famille-merah-dans-le-viseur-de-la-dcri_1155947.html
  199. http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2012/03/29/01006-20120329ARTFIG00853-fausse-polemique-et-vraies-questions.php
  200. Lemonde.fr
  201. http://www.lepoint.fr/societe/affaires-merah-les-lettres-qui-predisaient-sa-vengeance-06-03-2013-1636652_23.php
  202. a et b http://www.azf-10h18.com/DOCS/Soulez-Acte%20intentionnel.pdf
  203. http://www.ladepeche.fr/article/2012/07/19/1403368-dossier-secret-defense-sur-merah-la-these-de-l-indic-refait-surface.html
  204. http://www.liberation.fr/societe/2013/03/06/ce-qu-ecrivait-mohamed-merah-a-son-frere-abdelkader-en-2009_886672
  205. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Mohamed-Merah.-Plusieurs-defaillances-deplorees-440840/
  206. a, b, c et d http://www.liberation.fr/societe/2012/10/01/un-jihadiste-ruse-et-aide-par-les-circonstances_850231
  207. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/affaire-merah-un-an-apres-beaucoup-de-questions-peu-de-certitudes_1230860.html
  208. a et b http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/07/17/01016-20120717ARTFIG00283-les-echanges-edifiants-entre-mohamed-merah-et-la-dcri.php
  209. a et b http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/07/17/liberation-publie-173-pages-de-conversations-de-merah-avec-la-police_1734517_3224.html
  210. « Merah, itinéraire complexe d’un petit délinquant devenu terroriste », sur leprogres.fr,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  211. « Mohamed Merah, un petit délinquant devenu djihadiste »,‎ 22 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  212. http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/toulouse-une-mere-en-colere-temoigne-j-ai-alerte-la-police-a-de-nombreuses-reprises-exclusif-21-03-2012-1640838.php
  213. http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/merah-les-notes-qui-accusent-la-dcri-20-10-2012-1878263.php
  214. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/toulouse-le-tueur-a-tente-deux-fois-de-s-engager-dans-l-armee_1096067.html
  215. « DOCUMENT RTL - Le CV de Mohamed Merah », sur RTL,‎ 24 mars 2012 (consulté le 4 avril 2012)
  216. Enora Ollivier (avec Julie Rimbert), « Mohamed Merah, un «petit délinquant» devenu fanatique », sur 20 minutes,‎ 21 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  217. « Toulouse : 11 h 30, hier, Mohamed Merah tombe après 32 heures de siège (INFOGRAPHIES) »,‎ 23 mars 2012 (consulté le 4 avril 2012)
  218. « Mohamed Merah est mort lors de l'assaut du Raid à Toulouse - EN DIRECT », sur Le nouvel observateur (consulté le 4 avril 2012)
  219. http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/merah-detecte-dans-un-fief-taliban-en-2011-selon-un-livre-a-paraitre-04-06-2012-2032241.php
  220. http://www.air-journal.fr/?attachment_id=46994
  221. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Mohamed-Merah.-Un-etrange-touriste-472491/
  222. a et b Paris Match, no 3331 du 21 au 27 mars 2013, p. 76.
  223. http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2013/02/26/les-juges-sur-les-traces-de-merah-a-l-etranger
  224. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/EXCLU-Le-dossier-secret-defense-sur-Mohamed-Merah-decrypte-410809/
  225. a, b et c « Mohamed Merah se faisait appeler « Youssouf Toulouse » »,‎ 24 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  226. Paris Match, no 3331 du 21 au 27 mars 2013 p. 77.
  227. « Exclusif - Transcription des conversations entre Mohamed Merah et les négociateurs », sur liberation.fr, Libération,‎ 17 juillet 2012 (consulté le 11 mars 2013).
  228. http://www.europe1.fr/France/Les-dangereuses-liaisons-du-clan-Merah-1002683/
  229. http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-merah-ce-que-disent-les-documents-declassifies-09-08-2012-2119019.php
  230. a et b Yves Bordenave, « Le mystérieux colocataire de Mohamed Merah », sur lemonde.fr,‎ 24 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  231. « Mohamed Merah, un membre actif de la mouvance djihadiste internationale », sur lemonde.fr,‎ 22 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  232. a, b et c Bernard Squarcini : "Nous ne pouvions pas aller plus vite", 23 mars 2012.
  233. Le Parisien.fr "Mohamed Merah était interdit de vol aux États-Unis", publié le 23/03/12, consulté le 28/02/12
  234. Paris Match, no 3331, 21-27 mars 2013, p. 77
  235. http://www.lepoint.fr/societe/merah-la-piste-islamiste-se-confirme-24-08-2012-1498673_23.php
  236. http://www.ladepeche.fr/article/2012/08/23/1424173-nouvelles-revelations-merah-n-etait-pas-un-loup-solitaire.html
  237. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20121020.AFP2669/la-dcri-a-baisse-la-garde-apres-avoir-fait-de-merah-une-cible-privilegiee.html
  238. François Vignolle "Une vidéosurveillance policière de Merah brutalement arrêtée", sur MSN actualités avec M6info.fr, 11 octobre 2013
  239. http://www.leparisien.fr/faits-divers/forsane-alizza-arrestation-de-trois-candidats-au-jihad-15-05-2012-2001557.php
  240. http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20121006.OBS4828/les-principaux-coups-de-filet-dans-le-milieu-islamiste-depuis-10-ans.html
  241. a et b http://www.liberation.fr/societe/2012/10/31/info-libe-la-dcri-aurait-ralenti-les-investigations-concernant-mohamed-merah_857203
  242. http://www.europe1.fr/Faits-divers/La-DCRI-accusee-d-avoir-freine-le-dossier-Merah-1294495/
  243. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/affaire-merah-deux-policiers-du-renseignement-toulousain-egratignent-leur-direction_1181502.html
  244. « Mohamed Merah à des journées islamistes en Espagne? »,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  245. http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/121023-rapport-merah.pdf
  246. http://www.liberation.fr/politiques/2013/03/15/sur-les-traces-de-youssef-le-francais_888992
  247. a et b Éric de Lavarène, « Comment Mohamed Merah a pu s'entraîner au Pakistan » (consulté le 26 mars 2012)
  248. a, b, c et d http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/23/toulouse-les-revelations-du-patron-du-renseignement_1674664_3224.html
  249. a, b et c http://www.lexpress.fr/actualite/societe/merah-apprenti-tueur-au-pakistan_1206821.html
  250. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-dcri-surveillait-les-mails-de-merah-au-pakistan_1154113.html
  251. http://www.europe1.fr/France/Merah-detecte-dans-un-fief-taliban-en-2011-1113591/
  252. a, b et c http://www.liberation.fr/societe/01012400814-au-pakistan-mohamed-merah-a-l-ecole-du-crime
  253. a et b http://www.rtl.fr/actualites/article/la-formation-de-merah-par-les-talibans-detaillee-dans-la-presse-7746371206
  254. AFP, « Mohamed Merah est mort lors de l'assaut du Raid à Toulouse » sur Le Point, 22 mars 2012
  255. « Merah n'a pas laissé de traces au Pakistan et en Afghanistan », sur liberation.fr (consulté le 26 mars 2012)
  256. Merah a eu un « plaisir infini» à tuer sur Le Figaro, 25 mars 2012
  257. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-etranges-connexions-de-merah-avec-la-dcri_1136372.html
  258. http://www.20minutes.fr/article/1025858/mohamed-merah-pourquoi-services-secrets-ont-ils-arrete-surveiller-quand-commence-preparer-actions
  259. a et b A la DCRI, Mohamed Merah a donné l'image d'une petite frappe "bizarre"
  260. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/03/01016-20121003ARTFIG00688-l-affaire-merah-revele-les-failles-du-renseignement.php
  261. http://7our.wordpress.com/2012/06/20/mohamed-merah-etait-une-ressource-des-services-secrets-francais/
  262. « Mohamed Merah: les zones d'ombre d'une enquête qui se poursuit », sur la-croix.com,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  263. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/EXCLU-affaire-Merah-le-document-secret-qui-accable-la-DCRI-424389/
  264. http://www.spyworld-actu.com/spip.php?article4867
  265. http://thepot.blog.lemonde.fr/2012/07/05/mohamed-merah-et-azf-comme-un-doute/
  266. http://www.ladepeche.fr/article/2013/01/31/1549381-a-artigat-olivier-corel-l-emir-blanc-aux-deux-visages.html
  267. http://www.franceinfo.fr/justice/l-histoire-du-jour/l-emir-blanc-qui-a-accueilli-les-freres-merah-564719-2012-03-23
  268. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/L-emir-blanc-qui-a-rencontre-Abdelkader-Merah-385333/
  269. http://www.sudouest.fr/2013/03/12/affaire-merah-sur-la-piste-de-l-emir-blanc-992159-4585.php
  270. http://www.leparisien.fr/faits-divers/olivier-l-emir-blanc-a-recu-chez-lui-mohamed-merah-23-03-2012-1919933.php
  271. http://www.ladepeche.fr/article/2007/02/18/7997-toulouse-c-etaient-bien-des-terroristes.html
  272. http://www.ladepeche.fr/article/2007/02/16/385465-une-islamiste-d-artigat-relachee.html
  273. a et b Le Parisien.fr, Olivier, « l’émir blanc », a reçu chez lui Mohamed Merah, le 23/03/2012.
  274. http://www.francetvinfo.fr/les-jihadistes-solitaires-se-multiplient_76843.html
  275. http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/25/1314736-enquete-sur-les-reseaux-islamistes-en-midi-pyrenees.html
  276. « Où Mohamed Merah sera-t-il inhumé ? », sur lci.tf1.fr,‎ 26 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  277. Lefigaro.
  278. http://www.ladepeche.fr/article/2012/06/02/1368121-dix-sept-jours-de-mariage-l-ex-femme-de-merah-raconte.html
  279. (en) Nick Squires, « Toulouse siege: The 'white emir' who may have inspired Mohamed Merah », sur telegraph.co.uk,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  280. « Toulouse : Merah, marié religieusement, venait de divorcer », sur liberation.fr,‎ 26 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  281. Norbert Navarro, « À la Une : François Hollande, l’Élu » sur le site de RFI, 13 mai 2012
  282. Jean Cohadon, « Affaire Merah : comment le scooter du tueur a-t-il été volé ? » sur La Dépêche du Midi, 3 mars 2013
  283. Lucie Dancoing, « Mohamed Merah. La traque du complice » sur Paris Match, 29 mars 2012
  284. AFP, « Mohamed Merah achète une cagoule chez Yamaha le jour même du vol de scooter » sur Le Parisien, 24 mars 2012
  285. AFP, « Merah était seul chez le concessionnaire Yamaha » sur Le Point, 24 mars 2012
  286. Stéphane Joahny et Laurent Valdiguié, « L'effrayant testament de Mohamed Merah » sur Le Journal du dimanche, 25 mars 2012
  287. Christophe Cornevin et Jean-Marc Leclerc, « Enquête sur l'arsenal hétéroclite de Merah » sur Le Figaro, 26 mars 2012
  288. Tuerie de Toulouse : le frère de Mohamed Merah au cœur de l'enquête sur Le Nouvel Observateur, 25 mars 2012
  289. Ladepeche.fr
  290. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/tag/montauban
  291. http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/12/1580370-affaire-merah-l-hommage-a-la-premiere-victime.html
  292. a et b http://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/nicolas-sarkozy-a-rendu-hommage-aux-3-soldats-tues-a-toulouse-et-montauban
  293. http://www.liberation.fr/societe/01012397124-en-direct-les-corps-des-victimes-de-toulouse-rapatries-en-israel
  294. a, b et c http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000026871345&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id
  295. http://www.liberation.fr/societe/2012/10/14/latifa-ibn-ziaten-imad-in-memoriam_853169
  296. http://sitamnesty.wordpress.com/2013/03/18/foulard-legouad-le-pacifique-et-tolerant-complice-de-mohamed-merah/
  297. http://www.ladepeche.fr/article/2012/11/18/1492085-affaire-merah-latifa-ibn-ziaten-le-combat-d-une-mere.html
  298. http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/457219/toulouse-une-mere-et-un-ministre-se-replongent-dans-le-souvenir-des-crimes-de-merah.html
  299. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/01/18/01016-20130118ARTFIG00326-quand-le-parachutiste-refusait-de-se-coucher-devant-merah.php
  300. « Affaire Merah : retour sur 12 jours qui ont bouleversé la France », sur nouvelobs.com,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  301. http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/affaire-merah-la-dcri-en-question-14-06-2012-1737225.php
  302. http://www.europe1.fr/Faits-divers/Affaire-Merah-les-derniers-instants-d-Imad-Ibn-Ziaten-1383255/
  303. http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2012/03/22/01006-20120322ARTFIG00903-ces-djihadistes-qui-menacent-la-france.php
  304. http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Actualite/La-video-interdite-de-Mohamed-Merah-518028
  305. Ladepeche.fr
  306. http://www.rtl.fr/actualites/info/article/copie-de-al-jazeera-a-recu-une-copie-des-videos-de-merah-7757041146
  307. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120323.OBS4494/affaire-merah-retour-sur-12-jours-qui-ont-bouleverse-la-france.html
  308. http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/21/1311705-rappel-des-evenements-depuis-les-attaques-contre-des-paras.html
  309. http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/20/1310548-une-gigantesque-chasse-a-l-homme-est-lancee.html
  310. a, b et c http://issuu.com/aaleme/docs/echo17
  311. a et b http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/11/1579480-le-combat-de-loic-le-para-de-montauban.html
  312. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120320.FAP1832/fusillades-le-militaire-et-l-adolescent-blesses-beneficient-des-meilleurs-soins-que-l-on-puisse-imaginer-assure-gueant.html
  313. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/21/les-profils-des-quatre-parachutistes-vises-a-montauban_1673275_3224.html
  314. a et b http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/faitsdivers/des-parachutistes-pris-pour-cible-une-victime-guadeloupeenne-162877.php
  315. http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Toulouse-Montauban-la-piste-d-un-ancien-militaire-actualise-2_a547.html
  316. http://www.actudefense.com/le-caporal-loic-liber-combat-contre-ses-blessures/
  317. http://infos.fncv.com/post/2012/03/16/Parachutistes-assassines-Montauban-17-rgp-toulouse-parachutiste
  318. http://www.sudouest.fr/2012/03/17/la-meme-arme-a-toulouse-et-a-montauban-661680-2780.php
  319. http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-merah-le-militaire-tetraplegique-progresse-dans-sa-reeducation-05-06-2012-2033566.php
  320. http://www.la1ere.fr/infos/actualites/loic-liber-en-attente-de-la-verite_105325.html
  321. http://www.lindependant.fr/2012/08/30/loic-le-soldat-blesse-par-merah-a-montauban-soigne-a-cerbere-un-para-touche-c-est-un-frere,161416.php
  322. http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2013/01/24/blesse-par-merah-un-militaire-parle-a-nouveau
  323. http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/loic-liber-seul-survivant-des-4-militaires-vises-par-merah-7876303.html
  324. http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/loic-liber-survivant-des-tueries-de-merah-pourra-bientot-se-passer-d-assistance-respiratoire-23-01-2013-2507959.php
  325. http://midi-pyrenees.france3.fr/2013/01/01/les-militaires-victimes-de-mohamed-merah-sont-faits-chevaliers-de-la-legion-d-honneur-172927.html
  326. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000026871349&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id
  327. http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2012/03/21/une-des-sept-victimes-a-grandi-a-illzach
  328. http://www.chennoufmeyer.fr/Journal%20de%20Montauban%201.pdf
  329. http://www.salon.com/2012/03/19/a_look_at_the_victims_of_french_attacks/
  330. http://news.sky.com/story/4454/timeline-gunmans-shootings-and-stand-off
  331. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/20/01016-20120320ARTFIG00624-montauban-abel-attendait-l-arrivee-de-son-bebe.php
  332. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/16/01016-20121016ARTFIG00366-affaire-merah-les-familles-des-soldats-tues-en-colere.php
  333. a et b http://www.midilibre.fr/2012/05/11/je-ne-veux-plus-que-l-on-salisse-ma-famille,499820.php
  334. http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/le-mariage-posthume-d-abel-chennouf-celebre-sans-ses-parents-23-06-2012-2062406.php
  335. http://www.europe1.fr/France/Mariage-posthume-d-une-victime-de-Merah-1142539/
  336. http://languedoc-roussillon.france3.fr/info/mariage-posthume-du-parachutiste-gardois-74639763.html
  337. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/05/14/01016-20120514ARTFIG00591-la-famille-d-une-des-victimes-de-merah-se-dechire.php
  338. http://www.atlasinfo.fr/La-camera-de-Mohamed-Merah-a-parle_a38073.html
  339. Guardian.co.uk
  340. Slate.fr
  341. http://www.ladepeche.fr/article/2012/12/15/1515345-il-avait-tente-de-stopper-merah-le-militaire-temoigne.html
  342. http://www.bienpublic.com/actualite/2012/03/21/le-profil-du-tueur
  343. smatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Mohamed-Merah-la-derive-terrifiante-d-un-petit-voyou-1-2-386052/
  344. http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/29/1594321-affaire-merah-confrontation-autour-d-une-soiree-en-boite.html
  345. a et b http://www.leparisien.fr/faits-divers/videos-l-affaire-merah-retour-sur-un-fait-divers-hors-norme-24-03-2012-1921760.php
  346. http://www.sudouest.fr/2012/03/19/fusillade-de-toulouse-le-professeur-abattu-enseignait-aussi-a-bordeaux-663562-7.php
  347. http://www.sudouest.fr/2012/03/20/le-professeur-abattu-etait-ne-a-bordeaux-663790-4778.php
  348. http://www.lepoint.fr/societe/tuerie-de-toulouse-alain-juppe-le-sang-de-nos-deux-pays-a-coule-21-03-2012-1443481_23.php
  349. http://www.citizenside.com/fr/photos/politique/2012-11-13/70970/des-imams-de-france-a-jerusalem-sur-les-tombes-des-victimes-de-merah-et-a-yad-vashem.html#f=0/607626
  350. http://www.jpost.com/LandedPages/PrintArticle.aspx?id=262546
  351. a et b http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-communaute-juive-pleure-ses-quatre-victimes-20-03-2012-1914902.php
  352. a, b, c et d http://www.lechesnay.fr/les-mdaills-2013/
  353. http://www.rtl.fr/actualites/article/l-epouse-de-jonathan-sandler-tue-a-toulouse-je-tiens-comme-je-peux-7745931547
  354. http://www.yvelines.gouv.fr/extension/ide/design/ide_design/images/icones/pdf.png
  355. http://www.jpost.com/International/Friends-say-Rabbi-Sandler-was-warm-generous
  356. http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/french-rabbi-jonathan-sandler-30-killed-in-toulouse-shooting-1.419573
  357. a, b et c http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/19/01016-20120319ARTFIG00726-jonathan-mort-aux-cotes-de-ses-fils-de-4-ans-et-5-ans.php
  358. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Fusillade-a-l-ecole-juive-de-Toulouse-Jonathan-Sandler-tue-avec-ses-deux-fils-384162/
  359. http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Actualite/Toulouse-le-destin-brise-de-la-famille-Sandler-497188?from=headlines
  360. http://www.franceculture.fr/2012-03-20-apres-la-tuerie-de-toulouse-l-emotion-et-des-questions
  361. http://www.jforum.fr/actualites/article/meutre-toulouse-jonathan-sandler
  362. http://midi-pyrenees.france3.fr/info/j-sandler-arrivait-de-jerusalem-73035798.html
  363. http://www.kountrass.com/
  364. http://www.synaversailles.fr/Portals/0/Accueil/SouscriptionKountrass.pdf
  365. http://static.jssnews.com/wp-content/uploads/2013/09/photo.jpg
  366. a et b http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=87054001
  367. a et b http://www.liberation.fr/societe/2012/11/01/ceux-qui-ont-peri-sont-toujours-avec-moi_857622
  368. http://www.lepoint.fr/monde/israel-enterre-les-victimes-de-la-tuerie-dans-une-ecole-juive-de-toulouse-21-03-2012-1443618_24.php
  369. http://www.francetvinfo.fr/les-corps-des-victimes-de-la-tuerie-de-toulouse-sont-arrives-en-israel_74811.html
  370. http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/toulouse-les-corps-des-victimes-rapatries-en-israel-mardi-soir-via-roissy-20-03-2012-1915100.php
  371. http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=87053139
  372. http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4205787,00.html
  373. http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Sept-vies-fauchees-a-Montauban-et-Toulouse-par-la-folie-meurtriere-d-un-homme-_EP_-2012-03-20-780470
  374. http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/03/18/a-l-ecole-ozar-hatorah-un-an-apres-la-on-se-sentait-en-securite_1850011_3208.html
  375. http://www.rtl.fr/actualites/article/pourquoi-ont-ils-laisse-mehra-tuer-ma-petite-fille-7745860394
  376. http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/19/1585948-19-mars-2012-merah-tuait-des-enfants-a-ozar-hatorah.html
  377. Tuerie de Toulouse : l'adolescent juif blessé par Merah a retrouvé sa famille sur Le Parisien, 12 avril 2012
  378. a et b Pierre Comet, « Blessé par Mohamed Merah, l'Antibois Bryan se reconstruit » sur Nice-Matin, 7 juin 2012
  379. Florence Loyal, « Tuerie de Toulouse : l'adolescent juif blessé dans un état "stable" » sur le site de TF1, 22 mars 2012
  380. Anne Le Hars (avec AFP), « L'ado juif blessé par Mohamed Merah est à Nice » sur le site de France 3 Côte d'Azur, 12 avril 2012
  381. AFP, « Jeune juif blessé/Merah: le pronostic vital ne semble plus engagé (oncle) » sur Le Parisien, 05 avril 2012
  382. Clémentine Rebillat, « Merah. L'adolescent blessé veut "se reconstruire" » sur Paris Match, 17 avril 2012
  383. Robert Yvon, « Tuerie de Toulouse: Bryan n'est plus en soins intensifs » sur Nice-Matin, 30 mars 2012
  384. Toulouse: le jeune juif blessé par Merah est sorti des soins intensifs sur L'Express, 5 avril 2012
  385. Angélique Négroni, « Blessés par Merah, ils réapprennent à vivre » sur Le Figaro, 09 mai 2012
  386. la-croix.com et l'AFP, « Le militaire blessé par Merah sorti de l'hôpital, le père d'un des militaires tués porte plainte » sur La Croix, 8 mai 2012
  387. Blessé par Mohamed Merah, Bryan témoigne sur Nice-Matin, 12 avril 2012
  388. C.C., « Blessé par Mohamed Merah, Bryan peut enfin rejoindre sa famille » sur Ma Chaîne Étudiante, 13 avril 2012
  389. L'adolescent blessé par Merah a pu rejoindre sa famille sur Le Figaro, 13 avril 2012
  390. La DCRI téléphone à Merah 2 heures après la tuerie d'Ozar-Hatorah sur Le Point, 10 juillet 2012
  391. a et b Jean Cohadon, « Mohammed Merah, "signalé" puis oublié » sur La Dépêche du Midi, 9 avril 2012
  392. Morgane Bertrand, « Merah : retour sur une traque sans précédent » sur Le Nouvel Observateur, 26 mars 2012
  393. Angélique Négroni, « Les frères Merah ont dîné ensemble la veille de la tuerie » sur Le Figaro, 23 mars 2012
  394. AFP, « Le tueur au scooter a filmé toutes ses tueries » sur Le Point, 22 mars 2012
  395. Mohamed Merah: la police sur la piste d'un 3e homme sur le site de la Bel RTL, 27 mars 2012
  396. Une vidéo des tueries de Mohamed Merah envoyée à Al Jazeera sur Le Nouvel Observateur, 27 mars 2012
  397. Al-Jazira renonce à diffuser les vidéos des tueries sur Le Parisien, 28 mars 2012
  398. Mohamed Merah se savait surveillé sur Le Parisien, 28 mars 2012
  399. Boris Manenti, « Affaire Merah : quand PS et UMP s'arrangent avec les lois anti-terroristes » sur Le Nouvel Observateur, 27 mars 2012
  400. Jean-Marc Leclerc, « Claude Guéant revient sur la gestion de l'affaire Merah » sur Le Figaro, 2 novrembre 2012
  401. Comment Merah a échappé à la planque des policiers sur Le Parisien, 6 juin 2012
  402. Ludovic Bassand, « Toulouse : l’assaut fatal » sur Le Bien public, 23 mars 2012
  403. Mohamed Merah. Retour sur 10 jours de folie meurtrière sur La Dépêche du Midi, 22 mars 2012
  404. L'assaut du Raid pour interpeller Mohamed Merah à Toulouse sur La Dernière Heure, 22 mars2012 à
  405. Christophe Cornevin, Jean-Marc Leclerc, Charles Jaigu, Thomas Vampouille et Tristan Vey, « Toulouse : le Raid utilise la stratégie de l'épuisement » sur Le Figaro, 23 mars 2012
  406. Céline Rastello et Morgane Bertrand, « Après la mort de Merah, ces questions qui restent en suspens » sur Le Nouvel Observateur, 23 mars 2012
  407. « Merah : l'assaut ne devait durer que 15 minutes », sur Le Point,‎ 12 octobre 2013
  408. Jean Cohadon, « Affaire Merah. Les manqués du Raid » sur La Dépêche du Midi, 17 mai 2012
  409. Mohamed Merah est mort après avoir riposté au Raid sur laregledujeu.org, 22 mars 2012
  410. Revivez l'assaut du Raid contre Mohamed Merah, minute par minute sur Ouest-France, 22 mars 2012
  411. Gil Bousquet, « Montauban. Le Président Sarkozy au chevet des victimes » L sur La Dépêche du Midi, 22 mars 2012
  412. Maxime Ricard, « Mohamed Merah : De petit délinquant à moudjahid terroriste » sur France-Soir, 21 mars 12
  413. AFP, « Claude Guéant espère que Mohammed Merah "est encore vivant" » sur Midi libre, 22 mars 2012
  414. a, b et c Le chef du Raid détaille sa version de l'assaut sur Le Figaro, 23 mars 2012
  415. Marion Sauveur avec Pierre De Cossette, « Assaut contre Merah : la version du Raid » sur Europe 1, 23 mars 2012
  416. AFP, « L'assaut du Raid pour interpeller Mohamed Merah à Toulouse » sur 20 minutes, 22 mars 2012
  417. Jean-Dominique Merchet, « Mohamed Merah : "C'était Raspoutine !" » sur Marianne, 23 mars 2012
  418. http://www.slate.fr/france/52139/mohamed-merah-raid-operation
  419. http://www.liberation.fr/societe/01012397617-11h25-merah-sort-de-la-salle-de-bains-et-tire-sur-les-assaillants
  420. [vidéo] Interview de Hugues Moutouh par Thomas Sotto, « "Ça devait être réglé en 15 minutes" » sur Europe 1, 11 octobre 2013
  421. http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-tueur-a-ete-au-bout-de-sa-folie-meurtriere-23-03-2012-1919992.php
  422. Gérard Bon, « Mohamed Merah a été tué d'une balle dans la tête » sur Le Point, 22 mars 2012
  423. Mohamed Merah meurt dans un dernier déchaînement de violence sur Le Nouvel Observateur, 22 mars 2012
  424. France: le tueur abattu par la police, un groupe lié à Al-Qaïda revendique, Le Point, 23/3/2012
  425. http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Mort-de-Merah.-L-assaut-du-Raid-mene-sans-schema-tactique_39382-2058316_actu.Htm
  426. Christophe Cornevin, « Le patron du Raid : « Merah voulait rejoindre Allah » », sur Le Figaro,‎ 23 mars 2012
  427. L'autopsie de Mohamed Merah révèle qu'il a été criblé de balles, Lemonde.fr, 23 mars 2012
  428. Permis d'inhumer délivré à la famille de Merah qui veut l'enterrer en Algérie, leparisien.fr, 27 mars 2012
  429. « Où va être inhumé Mohamed Merah ? »,‎ 26 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  430. Tsa-algerie.com
  431. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/29/01016-20120329ARTFIG00434-les-obseques-de-merah-seront-organisees-en-france.php
  432. http://www.entrevue.fr/pourquoi-nous-publions-la-photo-de-mohamed-merah-18814
  433. http://www.spi0n.com/wp-content/uploads/2012/06/mohamed-merah-photo-cadavre
  434. « Le psychologue du tueur avait repéré ses failles », sur lefigaro.fr,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  435. « Selon un expert, Merah était psychologiquement «fragile» », sur lefigaro.fr,‎ 23 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  436. http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/10/18/mohamed-merah-cible-privilegiee-en-2006-a-ete-sous-estime-par-la-dcri
  437. http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/toulouse-la-police-cerne-un-homme-de-24-ans-se-reclamant-d-al-qaida-le-direct-21-03-2012-1640499.php
  438. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/mohamed-merah-un-petit-delinquant-devenu-djihadiste_1096658.html
  439. http://www.ouest-france.fr/dossiers/actualite_-Mohamed-Merah-psychopathe-plus-que-djihadiste-_2057771-2058522_dossiers.Htm
  440. Christophe Cornevin, « Mohamed Merah, un jeune carrossier "calme et gentil" » sur Le Figaro, 21 mars 2012
  441. Agathe Ranc et Aurélia Morvan, « Mohamed Merah: les criminels sont des voisins comme les autres » sur Slate, 22 mars 2012
  442. « Mohamed Merah, signalé à la police à plusieurs reprises » sur Le Journal du dimanche, 22 mars 2012
  443. Les deux visages de Mohamed Merah sur Le Nouvel Observateur, 22 mars 2012
  444. « Mohamed Merah a pris un "plaisir infini" à tuer », sur nouvelobs.com,‎ 25 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  445. AFP, « Toulouse : le suspect allait à nouveau tuer » sur Europe 1, 21 mars 2012
  446. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/16/mohamed-merah-avait-projete-un-attentat-a-paris_1702159_3224.html
  447. Mohamed Merah, un "salafiste atypique" France info, 21 mars 2012
  448. La DCRI aurait-elle pu arrêter Mohamed Merah plus tôt? sur L'Express23 mars 2012
  449. Pour le patron de la DCRI, Merah ne relevait d'aucun réseau sur Reuters, 23 mars 2012
  450. http://www.rue89.com/2012/03/23/mohamed-merah-un-loup-solitaire-demontrer-230485
  451. « Mohamed Merah était « un loup solitaire » selon son avocat », sur Le nouvel observateur,‎ 28 mars 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  452. Mohamed Merah, un loup pas si solitaire, « Yves Bordenave », sur lemonde.fr,‎ 23 août 2012
  453. « Valls déplore des fautes et des erreurs dans l'affaire Merah », sur lemonde.fr,‎ 14 septembre 2012
  454. Éric Pelletier, « Affaire Merah: ce qu'a dit Bernard Squarcini », sur L'express,‎ 28 septembre 2012 (consulté le 28 septembre 2012)
  455. « Extraits du livre de Marc Trévidic : " Terroristes, les 7 piliers de la déraison " », sur liberation.fr,‎ 14 janvier 2013
  456. Marc Trévidic, émission On n'est pas couché sur France 2, 19 janvier 2013, 9 min 45 s[réf. insuffisante]
  457. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/toulouse-la-nebuleuse-al-qaida-est-elle-vraiment-derriere-mohamed-merah_1096616.html
  458. a et b Comment Al-Qaïda récupère l'affaire Merah sur Internet sur l'Express le 23 mars 2012
  459. a et b Une organisation liée à Al-Qaïda revendique la tuerie de Toulouse
  460. http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Mohamed-Merah-est-mort-en-resistant-a-l-assaut-de-la-police-_NG_-2012-03-22-780956
  461. a, b et c Amélie Gautier, « Comment un jeune délinquant bascule dans le jihadisme » sur TF1 / LCI, 22 mars 2012
  462. Merah a fait sauter un verrou psychologique important sur lemonde.fr du 8 octobre 2012.
  463. Le Coran sur Wikisource, chapitre XII.
  464. « Mohamed Merah se faisait appeler « Youssouf Toulouse » », sur Le Parisien,‎ 24 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  465. http://azelin.files.wordpress.com/2012/04/abc5ab-al-qaqc481-al-andalusc4ab-22yc5absuf-al-fransc4ab-mue1b8a5ammad-mirc481e1b8a5-merah-as-i-knew-him22-en.pdf
  466. « Yousef Al-Faransi : l'autre visage de Mohamed Merah qui fragilise la thèse du "loup solitaire" », sur Huffington Post (consulté le 18 novembre 2012)
  467. Sylvain Cottin et Jean-Michel Desplos, « Tuerie de Toulouse : le RAID met la pression sur Mohamed Merah » sur Sud Ouest, 22 mars 2012
  468. De la prison au djihad : la dérive de Mohamed Merah sur Le Point, 22 mars 2012
  469. Mohamed Merah, un "salafiste atypique" sur France Info, 21 mars 2012
  470. Mohamed Merah aurait été incapable de respecter la discipline d'Al-Qaïda sur L'Express le 24 mars 2012
  471. Le djihadiste Lionel Dumont mis en examen pour une tentative d'évasion
  472. 25 ans pour le djihadiste Lionel Dumont
  473. Qui sont les jihadistes français? sur La Libre Belgique 21 mars 2012
  474. Une longue journée de siège, sur Midi libre, 23 mars 2012
  475. Selon Bernard Rougier, le message donné aux futures recrues est du type : « Tu vas défendre l'islam en attaquant ses ennemis en France ». (Amélie Gautier, « Comment un jeune délinquant bascule dans le jihadisme » sur TF1 / LCI, 22 mars 2012)
  476. Ce que la DCRI savait de Mohamed Merah sur Le Monde, 24 mars 2012
  477. http://www.courrierinternational.com/article/2012/03/27/merah-etait-il-un-informateur-des-services-de-renseignements
  478. http://www.ilfoglio.it/soloqui/12819
  479. « Mohamed Merah avait des relations avec la DCRI, selon l'ex-patron de la DST », sur La dépêche (consulté le 18 novembre 2012)
  480. Caroline Politi, « Mohamed Merah était-il un indic des services de renseignement? »,‎ 27 mars 2012 (consulté le 18 novembre2 012)
  481. Corine Chabaud, « Mohamed Merah était-il un indic de la DGSE ? »,‎ 27 mars 2012 (consulté le 18 novembre 2012)
  482. « Les confessions d’Abdelghani Merah sur Mohamed, «ce frère terroriste, ce monstre» », sur ladepeche.fr,‎ 9 novembre 2012
  483. Jean-Manuel Escarnot, « EXCLUSIF. Les étonnantes révélations de Souad Merah », sur lepoint.fr,‎ 21 novembre 2012
  484. Merah : et s'il était une "chèvre" ? (Match) Laure Daussy, Arrêt sur image, 19 juillet 2012
  485. EXCLU: Le dossier secret défense sur Merah décrypté, Delphine Byrka, Paris Match, 19 juillet 2012
  486. Complément d'enquête, Benoît Duquesnes, France 2, diffusé le jeudi 19 avril 2012 à 22H05
  487. http://www.algeria-watch.org/fr/article/just/mokhtari_avocate_merah.htm
  488. http://www.dna-algerie.com/interieure/le-pere-de-mohamed-merah-charge-une-avocate-de-poursuivre-le-raid-pour-l-assassinat-de-son-fils
  489. http://www.valeursactuelles.com/actualit%C3%A9s/politique/mohammed-merah-de-cit%C3%A9-au-djihad20120626.html
  490. « Une avocate peu connue à Alger », sur leparisien.fr,‎ 3 avril 2012
  491. « La guerre est déclarée », sur djazairess.com, El Watan,‎ 7 décembre 2012
  492. Mélanie Matarese, « Le torchon brûle entre le père de Merah et son avocate »,‎ 5 décembre 2012
  493. « Merah: l'avocate algérienne du père dessaisie », sur lejdd.fr,‎ 4 décembre 2012
  494. « "Le père de Mohamed Merah m'a trahie" », sur 7sur7.be,‎ 4 décembre 2012
  495. AFP, « Le père de Mohamed Merah vire son avocate », sur liberation.fr,‎ 4 décembre 2013
  496. Le père de Mohamed Mérah. Le Figaro, 28 mars 2012
  497. Le père de Mohamed Mérah dans Libération
  498. « Affaire Merah : la thèse du complot est totalement irrationnelle », sur Le Nouvel Observateur (consulté le 02 avril 2012)
  499. 10 avocats pour le père de Merah Le Figaro.
  500. « Dans ses enregistrements, Merah dit avoir été trahi par les services secrets français », sur Le Parisien,‎ 12 juin 2012 (consulté le 12 juin 2012)
  501. « La justice veut visionner des vidéos attribuées à Merah », sur Le Figaro,‎ 13 juin 2012, par Gary Assouline (consulté le 17 avril 2013)
  502. Patricia Tourancheau, « Mohamed Merah, la voix de la haine », sur liberation.fr,‎ 9 juillet 2012
  503. « Les mystérieuses vidéos de l'avocate du père de Merah peuvent-elles être prises au sérieux ? », sur francetvinfo.fr,‎ 12 juillet 2012
  504. Affaire Merah. Y a-t-il un troisième homme ? La Dépêche du Midi le 28 mars 2012
  505. « Affaire Merah: Deux personnes arrêtées à Albi et à Toulouse », sur 20minutes.fr,‎ 4 décembre 2012
  506. Delphine de Mallevoüe, « Affaire Merah : le Gitan interpellé veut porter plainte », sur lefigaro.fr,‎ 29 janvier 2013
  507. a et b Aziz Zemouri, « Affaire Merah : peu d'indices contre Charles Mencarelli »,‎ 6 décembre 2012
  508. « Affaire Merah: Le gitan arrêté nie être le «troisième homme» », sur 20minutes.fr,‎ 5 décembre 2012
  509. Patricia Tourancheau, « Charles M., un nouveau suspect arrêté », sur liberation.fr,‎ 4 décembre 2012
  510. AFP, « Affaire Merah: le gitan toujours gardé à vue à Toulouse »,‎ 7 décembre 2012
  511. AFP, « Merah: le gitan toujours en garde à vue », sur lefigaro.fr,‎ 7 décembre 2012
  512. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/05/01016-20121205ARTFIG00427-affaire-merah-mon-client-n-a-pas-le-profil-d-un-terroriste.php
  513. Aziz Zemouri, « Ce que Souad Merah a dit à la police », sur lepoint.fr,‎ 20 décembre 2012
  514. « Affaire Merah : ce n'était pas le troisième homme », sur La Dépêche du Midi,‎ 8 décembre 2012 (consulté en 8 décembre 2012)
  515. « Affaire Merah : garde à vue maintenues pour deux suspects et commission d'enquête », sur ladepeche.fr,‎ 1er février 2013
  516. « Peut-il y avoir un autre Mohamed Merah ? », sur La dépêche,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 31 janvier 2013)
  517. a et b « Affaire Merah. Deux nouvelles interpellations pour complicité », sur Paris Match (consulté le 17 avril 2013)
  518. Corentin Chauvel, « Affaire Merah: Qui sont les deux hommes arrêtés mardi? », sur 20minutes.fr,‎ 30 janvier 2013
  519. http://www.ladepeche.fr/article/2013/02/02/1551299-complicite-dans-l-affaire-merah-le-deuxieme-suspect-libere.html
  520. « Un ami d'enfance de Mohamed Merah interpellé », sur lci.tf1.fr,‎ 31 janvier 2013
  521. « Affaire Merah : Valls promet la vérité »,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 31 janvier 2013)
  522. Jean Cohadon, « Peut-il y avoir un autre Mohamed Merah ? », La Dépêche.fr,‎ 31 janvier 2013 (lire en ligne)
  523. « Affaire Merah: deux gardes à vue, Valls reçoit les familles », sur La dépêche,‎ 30 janvier 2013 (consulté le 30 janvier 2013)
  524. « Affaire Merah : un des deux gardés à vue relâché », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ 1er février 2013
  525. AFP, « Affaire Merah : le deuxième gardé à vue a été remis en liberté », sur www.liberation.fr,‎ 2 février 2013 (consulté en 2 février 2013)
  526. « Complicités dans l'affaire Merah : deux nouvelles interpellations à Toulouse », sur leparisien.fr,‎ 26 février 2013
  527. William Molinié, « Affaire Merah: Des complices difficiles à trouver », sur 20minutes.fr,‎ 10 mars 2013
  528. a et b http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/18/affaire-merah-les-juges-pensent-tenir-le-troisieme-homme_3318523_3224.html
  529. a et b http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/19/01016-20130519ARTFIG00173-un-deuxieme-complice-de-merahecroue.php?page=&pagination=2
  530. http://www.lepoint.fr/societe/affaire-merah-mise-en-examen-du-troisieme-homme-18-05-2013-1669669_23.php
  531. a et b http://www.lepoint.fr/societe/et-si-merah-etait-vraiment-un-loup-solitaire-26-09-2013-1735293_23.php
  532. http://www.huffingtonpost.fr/2013/05/18/affaire-mohamed-merah-complice-presume-mis-examen-ecroue-vol-scooter_n_3299243.html
  533. http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/19/1629744-affaire-merah-ecroue-soupconne-complicite-vol-scooter.html
  534. http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/25/1634476-affaire-merah-mon-frere-n-est-pas-le-troisieme-homme.html
  535. http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/18/1629352-affaire-merah-ces-accusation-qui-pesent-sur-le-nouveau-suspect.html
  536. a et b http://www.20minutes.fr/societe/1174509-20130616-affaire-merah-mounir-meskine-soupconne-etre-troisieme-homme
  537. http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Affaire-Merah-Quatre-nouvelles-interpellations-516641
  538. http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-merah-un-complice-presume-mis-en-examen-18-05-2013-2814819.php
  539. http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/23/1715162-affaire-merah-justice-ordonne-liberation-mohamed-mounir-mekine.html
  540. http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/23/affaire-merah-justice-liberation-detenus_n_3975476.html
  541. http://www.francebleu.fr/infos/le-journal-de-18h-de-france-bleu-toulouse-870972
  542. http://www.newsring.fr/actualite/1005069-affaire-merah-un-troisieme-homme-soupconne-de-lui-avoir-fourni-des-armes-en-prison
  543. http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/02/1640199-affaire-merah-un-troisieme-homme-mis-en-examen.html
  544. a, b et c http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/03/1640663-comment-merah-avait-recupere-gilet-pare-balles-police.html
  545. http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/01/1639847-soupconne-avoir-fourni-armes-merah-homme-presente-juge.html
  546. http://www.la-croix.com/Actualite/France/Affaire-Merah-l-un-des-trois-mis-en-examen-libere-2013-09-23-1023342
  547. http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Affaire-Merah.-18-mois-d-enquete-et-toujours-pas-de-complice_6346-2237888-fils-tous--50025-abd_filDMA.Htm
  548. http://www.ladepeche.fr/article/2013/10/23/1737122-l-entourage-du-tueur-au-scooter-encore-passe-au-crible.html
  549. http://www.lejdc.fr/page-2/france-monde/actualites/a-la-une/national/2013/09/16/enquete-merah-nouvelle-interpellation-dans-la-banlieue-toulousaine-1693396.html
  550. http://www.ladepeche.fr/article/2013/06/02/1640261-affaire-merah-trois-mis-examen-question-savait.html
  551. a et b « L'enquête sur l'affaire Merah élargie à la circonstance aggravante d'antisémitisme », sur Libération,‎ 28 avril 2012 (consulté le 10 mai 2012)
  552. « Merah: l'antisémitisme pris en compte? »,‎ 12 avril 2012 (consulté le 10 mai 2012)
  553. « Affaire Merah. Le père d'une des victimes porte plainte contre N. Sarkozy et B. Squarcini », sur Le télégramme,‎ 8 mai 2012 (consulté le 10 mai 2012)
  554. « RSS Bernard Squarcini : "Je ne suis pas un électron libre" », sur Le point (consulté le 17 avril 2013)
  555. « Le père d'un des militaires tués par Merah poursuit Sarkozy et Squarcini », sur Le Monde (consulté le 17 avril 2013)
  556. « Affaire Merah : vers une enquête judiciaire contre la DCRI », sur Libération (consulté le 17 avril 2013)
  557. « Enquête sur Merah, une équation à plusieurs inconnus », sur La libération (consulté le 17 avril 2013)
  558. « Rapport sur Merah : plainte contre la DCRI » (consulté le 17 avril 2013)
  559. « Des proches d'une victime de Merah portent plainte contre la DCRI », sur Libération (consulté le 17 avril 2013)
  560. « INFO OBS. Affaire Merah : nouvelle plainte contre la DCRI et Squarcini », sur Le Nouvel Observateur,‎ 1er novembre 2012 (consulté le 17 avril 2013)
  561. http://www.liberation.fr/societe/2013/01/31/affaire-merah-les-plaintes-contre-la-dcri-migrent-a-paris_878404?xtor=rss-450
  562. http://www.liberation.fr/societe/2013/03/02/affaire-merah-l-enquete-doit-cibler-les-complices-selon-les-avocats_885864
  563. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/18/97001-20130218FILWWW00724-merah-enquete-visant-la-dcri.php
  564. « Affaire Merah : une enquête ouverte vise la DCRI », sur Le Monde (consulté le 17 avril 2013)
  565. http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/26/1717730-affaire-merah-vers-une-autre-plainte-contre-la-dcri.html
  566. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/09/25/97001-20130925FILWWW00586-affaire-merah-1-plainte-contre-la-dcri.php
  567. http://algeriepatriotique.com/sites/default/files/documents/document4523_06_12_2012.pdf
  568. « Le père de Merah porte plainte pour meurtre », sur La Dépêche,‎ 11 juillet 2012
  569. « Merah: son père porte plainte pour meurtre », sur Paris Match,‎ 13 juillet 2012 (consulté le 13 juillet 2012)
  570. « VIDEOS. Le père de Merah porte plainte pour «meurtre» », sur Le Parisien,‎ 11 juillet 2012 (consulté le 11 juillet 2012)
  571. « La famille de Mohamed Merah refait parler d'elle », sur Le Figaro (consulté le 17 avril 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :