Tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban
Image illustrative de l'article Tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban
France, Midi-Pyrénées : les villes de Montauban et Toulouse. En rose, les zones placées sous le plan Vigipirate de couleur écarlate.

Localisation Midi-Pyrénées :
Date 11, 15, 19, 21 et 22 mars 2012
Type Meurtres en série, Tuerie en milieu scolaire, Crime antisémite
Arme Pistolet semi-automatique ou Pistolet mitrailleur de calibre 9 Para et Pistolet semi-automatique de calibre .45 ACP
Morts 8 morts (dont 3 enfants et l'auteur)
Blessés 6 blessés (2 grièvement lors des fusillades et 4 policiers en intervention)
Auteurs Mohammed Merah

Les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban ou attentats de mars 2012 à Toulouse et Montauban sont une série d'attentats qui se sont déroulés en mars 2012, tuant sept personnes dont trois militaires et quatre civils, dont trois enfants, à l'entrée d'une école juive. Le parquet antiterroriste de Paris s'est saisi des affaires et a ouvert trois enquêtes « pour des faits qualifiés d'assassinat et tentatives d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste », d'après François Molins, le procureur de Paris[1].

La méthode employée lors de chaque meurtre est identique : casqué, en scooter, équipé d'une caméra GoPro[2],[3], le terroriste islamiste franco-algérien Mohammed Merah[4] exécute ses victimes « à bout touchant[5] » avec un pistolet de type Colt 45[6] de calibre .45 ACP et un pistolet mitrailleur de type Mini-Uzi de calibre 9 mm Parabellum[7]. L'analyse balistique a montré que l'une des armes du crime était la même dans les trois fusillades[8]. Retranché dans son appartement, Mohammed Merah est tué le 22 mars 2012 lors de l'assaut donné par les policiers du RAID.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Assassinat d'un militaire à Toulouse[modifier | modifier le code]

Le modèle de scooter du tireur, un Yamaha TMAX, d'après les témoignages[9].

Le 11 mars 2012, à 16 h 10[10], Mohammed Merah prononce « tu tues mes frères, je te tue[2] » et abat le maréchal des logis-chef Imad Ibn-Ziaten, un Français d'origine marocaine du 1er régiment du train parachutiste, d'une seule balle dans la tête sur un parking situé devant le gymnase du Château de l'Hers[11] dans le quartier de Montaudran, au sud-est de Toulouse, avec une arme de calibre .45 ACP. Le militaire a préalablement été contacté par le tueur à la suite d'une annonce pour la vente d'une moto sur le site leboncoin.fr ; il est abattu lors du rendez-vous fixé pour la transaction[12]. Des témoins[réf. nécessaire] aperçoivent l'assassin qui s'enfuit en scooter.

Le secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Marc Laffineur, a accompagné la dépouille au Maroc[13]. Ibn-Ziaten est inhumé dimanche 25 mars 2012 dans la ville de M'diq, dans le nord du Maroc.

Assassinat de deux militaires à Montauban[modifier | modifier le code]

Le 15 mars 2012, à 14 h 10[7], deux militaires, Abel Chennouf, français catholique d'origine algérienne, âgé de 26 ans et Mohamed Legouad, français musulman, d'origine algérienne âgé de 24 ans, sont tués et un troisième, Loïc Liber, âgé de 28 ans, est grièvement blessé à la tête, alors qu'ils retiraient de l'argent à un GAB situé à proximité de la caserne où ils étaient cantonnés à Montauban[14]. Leur assassin est arrivé en scooter, a fermement écarté une personne âgée et a tiré dans la tête et dans le dos des victimes, prenant le temps d'achever l'une d'elles à terre. Les enquêteurs retrouvent sur place 13 étuis de calibre .45 ACP similaires aux munitions utilisées lors du premier meurtre[7]. Le tireur a pris la fuite en scooter aux cris de « Allah akbar »[2]. Un chargeur roule sous une camionnette garée à proximité. Un des trois militaires est sous-officier au 17e régiment du génie parachutiste, les deux autres sont des engagés au sein du même régiment[7].

La piste de la motivation raciste est évoquée avant et après la troisième fusillade, celle de l'école juive : les deux tués sont d'origine maghrébine et le blessé est antillais[15],[16].

Loïc Liber, la victime survivante, sort de l'hôpital début mai 2012, paralysé[17].

Tuerie à l'école juive Ozar Hatorah[modifier | modifier le code]

Un attentat au collège-lycée juif Ozar Hatorah situé rue Jules-Dalou dans le quartier de La Roseraie au nord-est de Toulouse a lieu le 19 mars 2012 vers h.

Ambulance des pompiers à l'extérieur du collège.

Un homme qui porte une caméra sanglée sur la poitrine[18] arrive devant l'école à bord d'un scooter, un Yamaha TMAX[19]. Il descend de son véhicule et ouvre immédiatement le feu en direction de la cour d'école. La première victime est un rabbin et professeur de l'école, Jonathan Sandler[20],[21],[22],[23],[24],[25], âgé de 30 ans, abattu en dehors de l'école alors qu'il essaie de protéger du tueur ses deux jeunes fils, Gabriel, 3 ans, et Aryeh, 6 ans. Les caméras de vidéosurveillance montrent que le tueur assassine l'un des enfants alors qu'il rampe à terre aux côtés des corps de son père et de son frère. Il entre ensuite dans la cour d'école et poursuit Myriam Monsonégo[26],[27], la fille du directeur de l'école, Yaakov Monsonégo[28], âgée de 8 ans, l'attrape par les cheveux et pointe son pistolet qui s'enraie à ce moment d'après les caméras de vidéosurveillance. L'assassin change alors d'arme, passant de ce que la police identifie comme un pistolet 9 mm Parabellum à un de calibre .45 ACP et tire dans la tempe de la fillette à bout portant. Il s'enfuit ensuite en scooter[29]. Durant l'attaque, le tueur blesse grièvement Aaron « Bryan » Bijaoui, âgé de 15 ans et demi, qui sera hospitalisé jusqu'au 12 avril[30].

Les corps des quatre victimes sont transportés mardi soir, 20 mars 2012, à Roissy, où ils sont salués par le président Sarkozy. Ils sont inhumés à Jérusalem au cimetière Har Hamenouhot[31] de Givat Shaul le 21 mars 2012 au matin, en présence d'Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères[32],[33].

Le père de Jonathan Sandler, Samuel (Shmuel) Sandler, qui vient de perdre son fils et ses deux petits-fils, déclare : « Mon petit cousin a été déporté à Auschwitz à l'âge de 8 ans en 1943. Je pensais que les enfants ne seraient plus assassinés en France, ou dans le monde. »[34].

Identification du tueur[modifier | modifier le code]

Les services de la police scientifique ont annoncé que la même arme[35] a été utilisée au cours des trois épisodes de la vague d'assassinats.

Plusieurs pistes sont envisagées pour expliquer ces meurtres. Les hypothèses les plus citées sont celles du terrorisme intérieur ou extérieur, d'un déséquilibré ou d'un « loup solitaire » du même genre qu'Anders Behring Breivik[36]. Trois hommes liés à des mouvements néonazis, suspectés dans un premier temps, membres du 17e RGP en 2008, ont été mis hors de cause[37].

Un élément décisif est indiqué aux enquêteurs le mardi 20 mars 2012 par un concessionnaire Yamaha à Toulouse qui se rappelle que quinze jours auparavant (le mardi 6 mars 2012[38]), un client était venu dans sa concession acheter une cagoule et lui demander – en vain – comment désactiver la puce de géolocalisation (« tracker ») du scooter Yamaha TMAX. Il peut donner aux enquêteurs les nom et prénom de ce client[39].

À la suite de ce témoignage et de recoupements relatifs à l'adresse IP de l'ordinateur portable de sa mère et au scooter volé utilisé[40], l'interpellation de Mohammed Merah, un franco-algérien[41] âgé de 23 ans, est confiée au RAID[42] qui retrouvera à son domicile deux passeports l'un algérien l'autre français[43] en cours de validité[44].

Opération du RAID[modifier | modifier le code]

Façade et balcon de l'appartement.

Le domicile de Merah, situé dans le quartier toulousain de Côte Pavée, au 17, rue du Sergent-Vigné, est d'abord approché par les forces de l'ordre. Le mercredi 21 mars 2012, vers h 15, après que la porte a résisté à l'emploi d'un bélier, Mohammed Merah se réveille et tire à travers la porte de son appartement sur les policiers venus l'interpeller. Deux d'entre eux sont légèrement blessés[40]. Par ailleurs, des membres de sa famille sont mis en garde à vue[45]. Sa mère, Zoulikha Aziri[46],[47], habitant dans le quartier du Mirail, amenée sur les lieux, refuse toute discussion avec son fils, affirmant qu'elle n'aurait pas de prise sur lui[48]. Plus tard, en milieu de matinée, l'immeuble est vidé de ses habitants[49].

Selon le Journal du dimanche du 25 mars 2012, il a déclaré aux policiers qui tentaient d'obtenir sa reddition qu'il regrettait d'avoir manqué la « rentrée des classes à l'école juive », ce qui lui aurait permis de tuer plus d'enfants. Il a dit aussi le « plaisir infini » qu'il a éprouvé au cours de ses actions meurtrières.

Après plus de 30 heures de siège, le RAID, après avoir lancé des grenades assourdissantes pour créer des brèches et maintenir Merah en état de stress, donne l'assaut le 22 mars 2012 à 10 h 30[50], entrant finalement dans l'appartement transformé en « zone de combat » par des barricades à 10 h 30, en choisissant de progresser très lentement. L'assaut proprement dit n'a pas encore commencé. Vers 11 h 30, Merah sort de la salle de bains (où il se cachait, dans la baignoire), et monte littéralement à l'assaut[51].

Au cours de cet épisode, il lance aux forces de l'ordre, à propos de morts possibles, de part et d'autre : « Si c'est moi, tant pis, j'irai au paradis, si c'est vous, tant pis pour vous ».

Deux policiers sont blessés[52]. À 11 h 32, Merah meurt d'une balle dans la tête[53], d'une autre dans le ventre et de plusieurs autres balles[54], tirées en légitime défense par les policiers postés dans l'immeuble en face, lorsqu'il franchit le balcon et s'apprête à sauter de son rez-de-chaussée surélevé, tout en continuant à tirer sur la police, Merah avait déclaré vouloir mourir « les armes à la main »[55],[56],[57]. L'assaut final aura duré en tout sept minutes.

Le 23 mars 2012, Christian Prouteau, fondateur du Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), s'étonne que le RAID n'ait pas réussi à « arrêter un homme seul » et qu'il n'ait pas fait usage de gaz lacrymogène[58], en fait « du CB[59] en poudre, cent fois plus concentré », mais le patron du RAID Amaury de Hauteclocque explique qu'après une heure de progression lente, c'est au moment d'opérer un trou dans la salle de bains pour passer des gaz lacrymogènes que Merah a engagé le combat[60].

Suites judiciaires[modifier | modifier le code]

L'enquête liée aux suites de l'affaire Merah est confiée à la Sous-direction en charge de l'anti-terrorisme.

Le 21 mars 2012 en même temps que le siège de l'appartement de Mohammed Merah, ont été mis en garde à vue son frère, Abdelkader Merah[61],[62], l'épouse de ce dernier, Yamina Mesbah[46], ainsi que la mère des deux frères. Les deux femmes ont été relâchées le samedi 24 mars 2012. Par contre Abdelkader Merah a été mis en examen pour complicité d'assassinats et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme, et écroué dimanche 25 mars 2012.

Le décès de Mohammed Merah a définitivement éteint l'action publique (poursuites pénales) à son encontre. Il ne sera jamais reconnu coupable des attentats au regard de la loi française. Cependant, il est légal en France d'affirmer qu'il en est l'auteur[63].

Me Zahia Mokhtari, avocate algérienne chargée, par le père de Mohammed Merah, de poursuivre, devant la justice française, l'unité spéciale de la police pour assassinat[64] a affirmé détenir des preuves de la « liquidation » du tueur au scooter[65]. Neuf avocats dont trois français l'épauleront dans cette plainte[66].

Le 12 avril 2012, la famille du rabbin Jonathan Sandler, assassiné avec ses deux enfants par Mohammed Merah a demandé au parquet de Paris d'élargir l'enquête à la circonstance aggravante d'antisémitisme, son avocat Me Patrick Klugman a adressé au parquet un mémoire pour lui demander « de prendre un réquisitoire supplétif afin de retenir la circonstance aggravante "d'appartenance ou de non appartenance, vraie ou supposée des victimes à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée", en l'occurrence la religion juive »[67].

Le 5 juin 2012, les familles des victimes juives de Mohammed Merah sont reçues par la justice[68].

Le 6 juin 2012, la levée du secret défense a été demandée par les juges d'instruction afin de faire toute la lumière sur d'éventuelles failles des services de renseignement français. Les magistrats demandent la dé-classification des notes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) sur Merah. Selon les avocats des parties civiles, les trois juges d'instruction chargés de ce dossier « n'excluent aucune piste de complicité ou de réseau en France et à l'étranger »[69].

Le 29 janvier 2013, deux personnes sont arrêtées dans le quartier du Mirail dans le cadre de l'enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier Mohamed Merah[70].

Profil du terroriste[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mohammed Merah.

Mohammed Merah se revendique d'Al-Qaida et se serait rendu en Afghanistan et dans les régions tribales du Pakistan. Il invoque notamment le désir de venger la mort d'enfants palestiniens dans le conflit israélo-palestinien et la volonté de « s'en prendre à l'armée française » pour justifier son acte[71]. Il confie avoir le sentiment que « tuer un soldat français en France aurait le même retentissement que tuer dix soldats français en Afghanistan »[72]. Selon Le Monde, un officier supérieur américain en poste à Kandahar assure que sur le passeport de Mohammed Merah figuraient des tampons de plusieurs pays du Moyen-Orient : Syrie, Irak et Jordanie. Le plus ancien mentionnait sa présence en Israël. Aucun élément ne permettrait de connaître l'objet de son voyage en Israël[73], cependant cet officier américain, se basant sur les réponses fournies lors de de l'audition du tueur présumé à Kandahar, considère que celui-ci aurait pu ou tenté de se rendre dans les territoires palestiniens et que « des repérages pour commettre d'éventuelles attaques n'ont pas été non plus exclus »[74]. Toutefois, ni les autorités américaines, ni les autorités afghanes, ni l'OTAN n'ont de trace officielle de son séjour en Afghanistan ou au Pakistan[75],[76]. Des hauts responsables des forces de sécurité et des services de renseignements pakistanais, l'ISI (Inter-Services Intelligence), ont cependant estimés « plausible qu'il soit passé au travers de leurs contrôles ». Une enquête conduite par les services de renseignement israéliens (Shin Beth) a confirmé que Mohammed Merah s'était rendu en Israël et dans les territoires Palestiniens en septembre 2010. Il serait entré en provenance de Jordanie après avoir traversé le poste frontalier du pont Allenby. Son entrée comme touriste fut autorisée du fait de l'absence d'éléments pouvant éveiller des soupçons à son sujet. Son séjour aurait été de trois jours. D'après des informations rapportées par le quotidien italien Il Foglio qui ne cite pas ses sources, Mohammed Merah aurait été un informateur de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), qui aurait couvert son passage afin de démontrer la capacité des membres de filières djihadistes à passer facilement les frontières grâce à un passeport européen. Bernard Squarcini a déclaré au journal Le Monde que Mohammed Merah aurait été interpellé par les autorités israéliennes après avoir été trouvé en possession d'un couteau. Cette arrestation n'a pas été confirmée par la police israélienne. Selon le quotidien israélien Haaretz, une organisation extrémiste, « les soldats du califat » a revendiqué la responsabilité des attentats, les présentant comme une réponse « aux crimes d'Israël contre les Palestiniens »[77],[78],[79].

Manque de surveillance dénoncé[modifier | modifier le code]

Mohammed Merah était connu des services de police pour divers faits de délinquance et il était fiché par les services du renseignement après ses voyages, en particulier en Afghanistan et au Pakistan[74], au cours desquels il aurait acquis une formation dans le maniement des armes[80], et son passeport attestait de nombreux voyages dans des pays arabes et musulmans (Syrie, Jordanie, Liban, Iran...), des questions se posent alors, après ces attentats, sur le fait qu'il n'ait pas fait l'objet de surveillance. Alain Juppé et François Hollande s'interrogent sur la possibilité qu'il y ait eu des failles dans le suivi d'un homme potentiellement dangereux[81]. La présence de Merah dans ces pays est remise en cause par certains journalistes[82].

Des questions se posent sur son entourage[83] car son frère était connu de la police comme étant engagé dans le salafisme, en contact avec les Frères musulmans, et avait été soupçonné en 2007 de faire partie d'un groupe dont plusieurs membres ont été arrêtés avant de se rendre en Irak où ils comptaient participer au combat contre les troupes américaines[84]. Celui-ci fait actuellement l'objet d'une information judiciaire[85]. Les questions et critiques portent sur les éventuelles défaillances des services du renseignement de la DCRI affectés au contre-terrorisme[86].

Les services du contre-terrorisme aux États-Unis formulent les mêmes doutes et questions[87]. Les conditions de l'intervention du RAID sont mises en doute[88], ainsi qu'un possible raté de l'enquête de police judiciaire qui aurait empêché son arrestation avant qu'il n'attaque l'école juive[89],[58]. La question de la manière dont les médias ont couvert l'événement est posée[90].

Le fait que Mohammed Merah portait un gilet pare-balle provenant de la police a également été source d'interrogations[91].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions nationales[modifier | modifier le code]

Les drapeaux du Capitole de Toulouse sont mis en berne en réaction aux fusillades.

En France, Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, évoque un « attentat horrible »[92]. Le président de la République française, Nicolas Sarkozy, le premier ministre François Fillon, ainsi que le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, se rendent à Toulouse pour s'y exprimer[93] et à la synagogue Nazareth à Paris[94].

Dès le lundi 19 mars 2012, après-midi, une femme qui avait vécu des attentats à Jérusalem, confie, à l'occasion d'une prière juive, à Toulouse : « Je ne pensais pas que de telles images, celles d'un nazi attrapant un enfant pour le tuer de sang-froid, puissent réapparaître »[95]. L'ambassadeur d'Israël en France, Yossi Gal, se rend sur place.

Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), y voit « à titre personnel » la piste de « l'islamisme radical »[96]. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), s'est déclaré « horrifié » par ce crime et a exprimé « toute sa solidarité, et celle des musulmans de France, à l'ensemble de la communauté juive »[97].

Nicolas Sarkozy et François Hollande annulent leurs passages télévisés (prévus dans le cadre de la campagne pour l'élection présidentielle) du 19 mars au soir. Un meeting à Rennes est aussi annulé par le candidat socialiste[98]. À la demande de Marine Le Pen, une émission devant lui être consacrée et réunissant en débat Eva Joly et Arnaud Montebourg est également annulée[99]. Après avoir participé à une cérémonie en hommage aux victimes en fin d'après-midi, François Bayrou a maintenu son meeting à Grenoble dans la soirée du 19 mars 2012 en supprimant la musique et en demandant aux militants de ne pas brandir d'affiches[100]. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel annonce qu'il ne décomptera pas les temps des déclarations des candidats sur la fusillade de Toulouse[101] (en théorie le temps de parole de chaque candidat sur tout sujet devait être décompté à partir de la promulgation des candidats, le 19 mars).

Le jour même, le plan Vigipirate est relevé au niveau écarlate, niveau maximal, dans la région Midi-Pyrénées et les départements limitrophes de l'Aude et de Lot-et-Garonne. Le plan atteint ce niveau pour la première fois depuis la mise en place du code couleur instauré en 2003[102],[103]. Le niveau d'alerte du plan était maintenu au rouge depuis les attentats du 7 juillet 2005 à Londres[102].

Le rabbin Joseph Matusof, directeur de l'école Gan Rachi, où étaient scolarisés les trois enfants tués, se dit "horrifié", "bouleversé" et déclare: « C'est choquant pour l'ensemble de la communauté nationale. Toulouse est choquée. La France est choquée[104]». Les évêques de France expriment leur indignation et celles des catholiques de France[105]. Le Conseil d'Églises chrétiennes en France (CECEF) déclare partager la douleur de la communauté juive[106]. Une minute de silence en mémoire des victimes a été respectée dans tous les établissements scolaires de France le 20 mars 2012 à 11 h à la demande de Nicolas Sarkozy. Présent au collège-lycée François-Couperin à Paris pour observer cette minute de silence, le président-candidat a déclaré aux élèves : « Ce qui s'est passé à Toulouse dans une école confessionnelle, avec des enfants d'une école juive, aurait pu se passer ici. Ces enfants sont exactement comme vous »[107]. Cette minute de silence a suscité des troubles et réactions antisémites dans de nombreux établissements[108]. Par ailleurs, un arbitre a été suspendu pour avoir refusé d'observer la minute de silence obligatoire imposée par le ministre des Sports[109].

Le Parisien révèle que l'école juive Ozar-Hatorah de Toulouse a reçu des e-mails de menaces après la tuerie du lundi 19 mars 2012. La direction de l'école a porté plainte lundi 26 mars 2012. Le procureur de la République de Toulouse a confirmé l'ouverture d'une enquête afin d'identifier le ou les auteurs des courriers électroniques destinés à un directeur adjoint de l'établissement sans donner de détails, précisant que « Tout ce qui touche à l'affaire Merah étant sensible, nous prenons cette affaire très au sérieux, mais avec la plus grande prudence ». Selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), l'école avait déjà été la cible de menaces par le passé, mais elle en a été « assaillie » depuis la tuerie du 19 mars 2012. Selon Marc Sztulman, secrétaire général du Crif Midi-Pyrénées, la boîte électronique de l'école a reçu « une grande quantité de mails antisémites et antisionistes depuis le lundi 19 ». Il a ajouté que ces mails ne visaient pas directement l'école elle-même et précisé « qu'ils appellent au meurtre des juifs ou font des liens hasardeux avec le conflit israélo-palestinien ». Il a aussi déclaré qu'une plainte sera déposée « le moment venu » expliquant avoir « d'autres préoccupations en période de deuil » mais que cela sera fait « contre tous ceux qui appellent à la haine raciale et au meurtre des juifs »[110],[111].

Dans les jours qui suivent les attentats et l'opération du RAID, des manifestations de soutien à Mohammed Merah voient le jour[112] : minute de silence en sa mémoire dans un lycée, hommages par Internet, murs tagués à sa gloire, notamment à Tarbes, manifestation d'une trentaine de jeunes gens dans le quartier toulousain des Izards pour l'honorer[113], lettre anonyme violente à Actualité juive. À Saint-Denis (Réunion) dans le collège catholique Saint-Michel le jeudi saint, un frère demande de prier pour les victimes mais également pour le tueur[114].

Le 26 mars 2012, un garçon juif de 12 ans est insulté et agressé près de l'école Ozar Hatorah de Paris[115]. Le 31 mars 2012, dans un entretien au journal Le Parisien, Claude Guéant ministre français de l'Intérieur, estime qu'il existe « un risque tangible de dérive des actes antisémites après les tueries de Toulouse »[116].

À Toulouse, la ville est silencieuse, à l'exception des sirènes policières et des rotors d'hélicoptères[117].

Nicolas Sarkozy prononce une allocution en hommage aux victimes de Toulouse et de Montauban, à Montauban, le mercredi 21 mars 2012[118]. Des milliers de personnes ont participé à des marches silencieuses dans plusieurs villes de France, le dimanche 25 mars 2012. Parmi-elles, Harlem Désir, Yannick Noah et Jane Birkin[119]. Lors d'une commémoration au Mémorial de Drancy, le mardi 27 mars 2012, à la mémoire des Juifs déportés depuis la France occupée vers les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et marquant le 70e anniversaire du convoi n° 1 du 27 mars 1942, Serge Klarsfeld a déclaré à cette occasion que « la haine anti-juive qui a conduit ces dizaines de milliers de victimes à une mort atroce reste, hélas, persistante et vivante, même si elle a changé son vecteur de l'idéologie hitlérienne à la frange la plus extrémiste de l'islam ». Marc Laffineur, présent à cette cérémonie, a ajouté : « En s'attaquant, avec une cruauté incroyable aux enfants et aux soldats de la nation, Mohammed Merah a ciblé chacun de nous »[120].

Retraçant l'histoire de Toulouse, Stéphane Baumont écrit dans Le Monde du 29 mars 2012: « Oui, Toulouse, soudain surmédiatisée et mondialisée par le crime absolu d'un terroriste, d'un tueur filmant son propre massacre et assassinant des militaires, mais aussi des enfants juifs pour la seule raison qu'ils étaient juifs. Toulouse, hélas! En première ligne dans l'horreur, alors que toute son histoire plaide pour la tolérance et la résistance à toute idéologie totalitaire[121]. »

Le service de protection de la communauté juive (SPCJ) publie dans son rapport du 4 juin 2012 des chiffres montrant une augmentation d'actes antijuifs depuis l'attentat au collège-lycée juif Ozar Hatorah de Toulouse dont des menaces, des injures, des courriers, des inscriptions, faisant pour certaines allusions à Merah[122].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Outre l'émotion suscitée en France, la tuerie dans l'école juive fait l'objet d'une large couverture internationale[123] : le Vatican, les États-Unis, le Congrès juif mondial, l'Autorité palestinienne[124] ont fait part de communiqués condamnant l'ignominie de l'attaque. Benyamin Netanyahou, premier ministre israélien dénonce un « meurtre odieux de Juifs[125] ». Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré être « horrifié par cette attaque » et « faire confiance aux autorités françaises pour faire toute la lumière dans ce drame et traduire les responsables de ces meurtres en justice »[126]. Le 19 mars 2012, le département de la police de New York (NYPD) a déployé des policiers aux abords des synagogues et des institutions juives de la ville de New York à la suite de la fusillade de Toulouse. Raymond Kelly, commissaire du NYPD, déclare qu'ils craignent un effet copycat[127].

Au cours d'une réunion sur la jeunesse palestinienne à Bruxelles, Catherine Ashton, Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a évoqué à ce propos un certain nombre d'événements, dont les attentats de 2011 en Norvège, la guerre civile en Syrie et la situation des enfants de Gaza[128]. Avigdor Lieberman, ministre israélien des Affaires étrangères, a critiqué « le parallèle dressé par la chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton entre l'assassinat hier de trois enfants et leur professeur dans une école juive de France et les jeunes de Gaza ». Pour Ehud Barak, ministre israélien de la Défense, cette comparaison est scandaleuse et infondée, ajoutant que l'« armée israélienne agit à Gaza avec grand soin et précision afin de protéger la vie des innocents »[129]. Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie de l'Union européenne, a démenti qu'elle ait établi un parallèle entre les différentes situations et a déclaré qu'elle se référait aux tragédies que connaissent les enfants dans le monde[129],[130].

Le Pakistan « condamne fermement le meurtre d'innocents civils » le 21 mars 2012 et adresse des condoléances aux familles[131]. La presse pakistanaise réagit notamment au fait que le meurtrier ait été potentiellement formé au Waziristan du Nord, dans les régions tribales du Pakistan[132].

Salam Fayyad, premier ministre de l'Autorité Palestinienne, condamne le dernier attentat et rejette le « terrorisme au nom de la Palestine »[133].

En réaction au massacre d'Ozar Hatorah, les médias israéliens ont fustigé mardi[Quand ?] l'antisémitisme en Europe. Dans son éditorial, le Jerusalem Post estime que « L'attaque de Toulouse va sans doute renforcer le sentiment de vulnérabilité des juifs européens ». Haaretz souligne que « Beaucoup pensaient qu'après l'Holocauste et l'occupation nazie, les enfants français ne seraient plus jamais tués de sang-froid à cause de leur religion. Et pourtant, c'est précisément ce qui s'est passé à Toulouse »[134].

Dans un texte intitulé : Les enfants, cibles historiques des ennemis du peuple juif, paru dans Le Monde, le 23 mars 2012, Elie Wiesel conclut : « Quant à moi, je me fais un vœu : la prochaine fois, en France, je viendrai visiter Toulouse. Et j'irai à l'école orpheline. Je rencontrerai les enfants. Je les embrasserai comme un frère aîné venu de loin. Et, assis au milieu d'eux, j'étudierai avec eux, en reprenant le texte que les assassins avaient interrompu, pensant que c'est pour toujours. Et, comme toujours, ils se sont trompés[135]. »

Dans une analyse, le New York Times, le 30 mars 2012, parle des "horreurs à Toulouse, le meurtre de sept personnes en un petit peu plus d'une semaine"[136].

Le 5 avril 2012, le président américain Barack Obama déclare dans une vidéo diffusée à l'occasion de la Pâque juive (Pessah): « L'histoire de l'Exode est vieille de milliers d'années, mais elle reste toujours aussi pertinente. Tout au long de notre histoire, certains ont visé les juifs pour leur faire du mal, un fait qui s'est douloureusement rappelé à nous il y a quelques semaines à Toulouse. », en ajoutant « Mais demain [le soir de Pâque], les juifs dans le monde entier réaffirmeront l'idée que la liberté triomphera en fin de compte sur la tyrannie »[137],[138].

Impact dans les Médias[modifier | modifier le code]

L'impact médiatique de cette affaire a été mesuré par la société d'analyse des médias Kantar Media : elle souligne que du 19 au 23 mars 2012 « chaque Français de 15 ans et plus a été exposé 118 fois aux événements de Toulouse durant cette période, soit 30 fois par jour », avec 2 956 unités de bruit médiatique (UBM) par jour[note 1]. Elle ajoute que cet impact a devancé en moyenne journalière en France, l'accident nucléaire de Fukushima en mars 2011 ou encore l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York en mai 2011[139],[140].

Les audiences des journaux télévisés du mercredi 21 et jeudi 22 mars 2012 ont été en forte hausse (7,5 millions de téléspectateurs et 7,9 millions pour le JT de 13 heures et de 20 heures de TF1, 3,3 millions et 6 millions pour ceux de France 2 ; BFM TV réalise sa meilleure audience historique avec un pic d'audience à 1,9 million de téléspectateurs mercredi à 16h30[141]), ainsi que, selon l'OJD, la fréquentation des sites internet d'actualités : 3,45 millions de visites mercredi contre 2 millions par jour en moyenne pour lemonde.fr, 2,9 millions contre 1,7 million pour lefigaro.fr[139].

Le lundi 26 mars 2012, la chaîne de télévision Al Jazeera révèle avoir reçu une clé USB contenant 25 minutes d'un montage vidéo sur les meurtres perpétrés[142]. Le mardi 27 mars 2012, dans un communiqué, la chaîne déclare qu'elle ne diffusera pas les images[143],[144]. Le document a été remis à la justice française.

La cérémonie du 1er novembre 2012[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 2012, une cérémonie d'hommage aux victimes de la tuerie de mars 2012 est organisée à l'école Ozar Hatorah, renommée Ohr Torah, en présence du président de la République François Hollande et du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qui y déclare : « Le meurtrier de Toulouse n’a pas seulement tué des Juifs mais aussi des soldats français, musulmans et chrétiens, sans aucune distinction. La haine barbare de ces assassins ne menace pas seulement les juifs mais la civilisation tout entière»[145]. Le président français assure que l'antisémitisme « sera pourfendu dans toutes ses manifestations, les actes mais aussi les mots. Il sera pourchassé partout y compris derrière toutes les causes qui lui servent de masque (...). Il sera poursuivi par tous les moyens partout où il se diffuse, en particulier sur les réseaux sociaux qui accordent l’anonymat à la haine. [...] Aucun enfant ne doit avoir peur en allant étudier, a souligné le président, aucun parent ne doit avoir peur en laissant ses enfants partir en classe. »[146] Les discours prononcés, y compris ceux des parents des victimes, sont sur le site du CRIF[147],[148],[149],[150].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut, Affaire Merah : l'enquête, Michel Lafon,‎ 2012, 200 p. (ISBN 978-2749917207)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Cet instrument mesure « l'impact médiatique après auscultation de la presse écrite, de la TV, de la radio et du web ».
Références
  1. « Toulouse et Montauban : le parquet antiterroriste se saisit des enquêtes », sur leparisien.fr,‎ 19 mars 2012 (consulté le 20 mars 2012)
  2. a, b et c Mohamed Merah a filmé toutes ses tueries, sur LaDépêche.fr, 22 mars 2012. Consulté le 22 mars 2012.
  3. La police a une vidéo des tueries de Merah reçue par la chaîne Al-Jazira. Le Monde, 26 mars 2012.
  4. Le prénom de Mohammed Merah est orthographié comme Mohamed dans certains médias, dont en particulier Le Monde.
  5. Laureline Duvillard, « Mohammed Merah, voleur de sac à main devenu assassin », sur lematin,‎ 21 mars 2012
  6. « La traque policière du tueur s'intensifie », sur lenouvelobs.fr (consulté le 20 mars 2012)
  7. a, b, c et d « Montauban-Toulouse. Trois exécutions, une même arme », sur LaDépêche.fr,‎ 17 mars 2012 (consulté le 17 mars 2012)
  8. « La même arme a été utilisée à Toulouse et à Montauban », sur Le Nouvelobs.fr,‎ 19 mars 2012
  9. « Militaires tués : Le point sur l'enquête », sur 20minutes.fr,‎ 16 mars 2012 (consulté le 16 mars 2012)
  10. Toulouse et Montauban : un tueur calculateur qui connaît les armes sur lavoixdunord.fr
  11. Voir, Fiche quartier Côte Pavée. Château de l'Hers. Limayrac. Toulouse 3100.
  12. « Montaudran. Le militaire tué d'une seule balle, d'après l'autopsie », sur La Dépêche (consulté le 21 mars 2012)
  13. Transport au Maroc de la dépouille du maréchal des logis-chef Ibn-Ziaten. Ambassade de France au Maroc.
  14. « Militaires abattus à Montauban : "Je voyais les flammes sortir du canon" » (consulté le 20 mars 2012)
  15. « Militaires tués à Montauban et Toulouse : quelles sont les hypothèses ? », sur Slate.fr,‎ 16 mars 2012 (consulté le 16 mars 2012)
  16. « Une première piste dans l'enquête de Toulouse », sur LePoint.fr,‎ 19 mars 2012 (consulté le 19 mars 2012)
  17. « lemonde.fr/societe/article/2012/05/08/le-pere-d-un-des-militaires-tues-par-merah-poursuit-sarkozy-et-squarcini » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le monde. Consulté le 21 mai 2013
  18. « Le tueur vu une petite caméra sanglée sur la poitrine », sur 20 minutes,‎ 20 mars 2012 (consulté le 20 mars 2012)
  19. (en) Richard Hartley-parkinson et Peter Allen, « Toulouse shooting: 4 dead and several injured by gunman at French Jewish school », Daily Mail UK,‎ March 19, 2012 (lire en ligne)
  20. (en)French Rabbi Jonathan Sandler, 30, killed in Tolouse shooting. Haaretz. 19 March 2012.
  21. (en)Rabbi Sandler:'He was a wonderful teacher'. The Jewish chronicle. March 22, 2012.
  22. Le rabbin Jonathan Sandler assassiné, petit-fils d'une famille juive engagée à Limoges et à Paris.
  23. (en)Rabbi reached out to others and died to protect his children. The Globe and Mail. March 21, 2012.
  24. (en)Tears Flow Amidst A Determination for Democracy. The Jewish Ledger. March 21, 2012.
  25. (en)Widow, mother of victims killed in Jewish school shooting issues online plea. The Washington Post, March 23, 2012.
  26. Son frère aîné, Avishai, prend la parole à ses funérailles. Voir, (en)Jewish victims in French shooting buried in Israel. Citizen Times, March 23, 2012.
  27. Elle est la petite-fille d'un Grand-Rabbin du Maroc.
  28. Yaakov Monsonégo se trouvait à l'intérieur de l'école au moment du drame. Voir, Tuerie de Toulouse. Les victimes sont un enseignant, ses deux fils et la fille du directeur. La Dépêche Du Midi, 20 mars 2012.
  29. (en) Fiona Govan, « Toulouse shooting: heartbreaking detail of attack that shocked France and Israel », The Telegraph (consulté le 20 March 2012)
  30. Miraculé, l'ado blessé par Mohamed Merah a retrouvé sa famille
  31. (en) Toulouse Victims Buried in Israel. The New York Times, March 21, 2012.
  32. Dicours lors des funérailles sur le site du Quai d'Orsay
  33. (en)Rabbi jonathan sandler sons buried funeral. Global post, March 21,2012. Photo de Alain Juppé aux funérailles.
  34. (en)These murderers view anywhere Jews as occupied land, says PM. Israel Hayom. March 22, 2012.
  35. « Fusillade de Toulouse : la même arme utilisée dans les trois séries de meurtres à Toulouse et à Montauban », sur Le Point,‎ 19 mars 2012 (consulté le 19 mars 2012)
  36. « Fusillade de Toulouse: Midi-Pyrénées en alerte écarlate [Le point à 19h30] », sur Slate (consulté le 20 mars 2012)
  37. « Toulouse/Montauban : la piste d'un ancien militaire ? (actualisé-2) » (consulté le 19 mars 2012)
  38. Abdelkader Merah nie avoir aidé son cadet mais l'a accompagné chez Yamaha sur dh.be
  39. Une enquête express, sur letelegramme.com, 22 mars 2012. Consulté le 22 mars 2012.
  40. a et b « EN DIRECT. Toulouse : le suspect, cerné, pourrait se rendre dans l'après-midi », sur Le Parisien (consulté le 21 mars 2012)
  41. Merah n'avait pas de passeport français sur Liberte-algerie, 29 mars 2012.
  42. Mohamed Merah: le visage du tueur sur rtl.be
  43. Pelletier et Pontaut 2012, p. 115
  44. Pelletier et Pontaut 2012, p. 176
  45. Interview de Claude Guéant sur BFM TV
  46. a et b The New York Times, March 26, 2012, p. A4.
  47. La mère de Mohammed Merah est mariée avec Sabri Essid, ce dernier a été lié à une maison de refuge de Al Queda en Syrie, en 2006. Voir,(en) Toulouse Killer's Path To Radicalism a Bitter Puzzle. The New York Times, March 30, 2012.
  48. L'Express.fr, « EN DIRECT. Toulouse: le tireur au scooter toujours cerné par le Raid », sur L'Express.fr (consulté le 21 mars 2012)
  49. EN DIRECT. Toulouse: Merah encerclé, le Raid joue la montre. Le nouvel observateur, 21 mars et 22 mars 2012.
  50. Marie-Amélie Lombard, « Cinq questions sur l'opération du Raid à Toulouse », sur lefigaro.fr,‎ 23 mars 2012
  51. 300 cartouches tirées pendant l'assaut. Le Parisien.fr., 22 mars 2012.
  52. Toulouse: Deux policiers blessés. Le Figaro.fr., 22 mars 2012.
  53. Merah abattu d'une balle dans la tête. Le Figaro.fr., 22 mars 2012.
  54. Le corps de Mohamed Merah criblé de balles
  55. « Revivez l'assaut des hommes du Raid qui a mené à la mort de Mohamed Merah », sur lepoint.fr,‎ 22 mars 2012
  56. Mohammed Merah est enterré le jeudi 29 mars 2012, en soirée, dans le carré musulman du cimetière de Cornebarrieu, dans la banlieue de Toulouse. Voir,Mohamed Merah dicrètement enterré en banlieue toulousaine. Le Monde, 29 mars 2012.
  57. Aucun membre de la famille de Mohammed Merah n'est présent à son enterrement. Voir, Coup de filet dans les milieux islamistes. Le Monde, 30 mars 2012.
  58. a et b Sudouest.fr avec AFP, « Mohamed Merah: "Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène" critique le fondateur du GIGN », sur sudouest.fr,‎ 23 mars 2012
  59. Gaz CS incapacitant et non lacrymogène
  60. Amaury de Hauteclocque, émission C dans l'air, 23 mars 2012, 31 min 30 s
  61. Abdelkader Merah, grand frère et conscience radicale du tueur. Le Monde, 25 mars 2012.
  62. L'examen du téléphone cellulaire de Abdelkader montre qu'il se trouvait près de l'école juive quelques jours avant l'attentat du 19 mars 2012. Voir, (en) Toulouse Killer's Path To Radicalism a Bitter Puzzle. The New York Times, March 30, 2012.
  63. Quelques mots sur l'affaire Merah. Journal d'un avocat. 23 mars 2012.
  64. Le père de Mohamed Merah va poursuivre le Raid. Le Figaro.fr., 28 mars 2012.
  65. L'avocate du père de Merah dit avoir des preuves de la "liquidation" du tueur. Libération, 2 avril 2012.
  66. 10 avocats pour le père de Merah. Le Figaro.fr., 2 avril 2012.
  67. Merah: l'antisémitisme pris en compte. Le Figaro.fr., 12 avril 2012.
  68. Voir, Les familles des victimes juives de Mohammed Merah reçues mardi par la justice. Le Monde, mardi 5 juin 2012.
  69. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/06/affaire-merah-les-magistrats-instructeurs-demandent-la-levee-du-secret-defense_1713454_3224.html#xtor=AL-32280515
  70. « Merah : deux hommes arrêtés à Toulouse dans l'enquête sur les complicités du tueur », sur L'Express,‎ 30 janvier 2013
  71. Toulouse : Merah encerclé, le Raid joue la montre sur Le Nouvelobs.com, 21-22 mars 2012.
  72. Toulouse: Mohamed Merah regrettait d'avoir manqué « la rentrée des classes à l'école juive ». 20 minutes.fr., 25 mars 2012.
  73. Israël confirme une visite de trois jours de Mohamed Merah en 2010. Le Monde, 26 mars 2012.
  74. a et b Mohamed Merah, un membre actif de la mouvance djihadiste internationale sur lemonde.fr
  75. Mohamed Merah : pas de trace officielle en Afghanistan et au Pakistan sur sudouest.fr, 22 mars 2012.
  76. Afghanistan et Pakistan : pas de traces des voyages de Merah sur francesoir.fr, 22 mars 2012
  77. Merah était-il un informateur des services de renseignements? Courrier international, 27 mars 2012.
  78. (en)French intelligence chief: Toulouse shooter arrested by Israel Police in 2010 for possession of a knife. Haaretz, 23 March 2012.
  79. (en)Toulouse Killer visited Israel, other countries in the region. JTA, March 22, 2012.
  80. Le tueur présumé de Toulouse aurait fait la guerre avec les talibans. Le Monde.fr., 21 mars 2012.
  81. Questions sur la surveillance de Mohamed Merah par la DCRI
  82. Merah n'a pas laissé de traces au Pakistan et en Afghanistan. Libération, 22 mars 2012.
  83. Mohamed Merah mort, l'heure est aux questions sur son entourage
  84. Abdelkader, frère et mentor de Mohamed Merah
  85. Abdelkader Merah mis en examen et écroué, « pas du tout fier » de son frère. Libération.
  86. Mohamed Merah : les services de renseignement ont-ils failli ? Le Nouvel Observateur, 22 mars 2012.
  87. « Clairement, il y a eu défaillance », Libération
  88. Mohamed Merah : 3 questions sur l'intervention du Raid à Toulouse. Le nouvel observateur, 23 mars 2012.
  89. Toulouse: le nom du suspect aurait été repéré dès le premier meurtre
  90. Tuerie de Toulouse : les fausses promesses de l'info en continu
  91. « Affaire Mohamed Merah. Mohamed Merah : son gilet pare-balle venait de la police », France Soir, 9 avril 2012.
  92. « En direct. Tuerie de Toulouse : une minute de silence dans toutes les écoles », sur Le Parisien,‎ 19 mars 2012 (consulté le 19 mars 2012)
  93. « Sarkozy et Hollande à la cérémonie à la mémoire des victimes de Toulouse lundi soir à Paris », sur francetv.fr,‎ 19 mars 2012
  94. Le Grand Rabbin De France. Drame De Toulouse: Lecture De Psaumes En Hommage Aux victimes. Synagogue Nazareth. Paris. Lundi 19 mars 2012.
  95. La Vie, 22-28 mars 2012, p. 18
  96. « Tuerie de Toulouse : le président du Crif exclut un lien avec « le contexte actuel » », sur religion.blog.lemonde.fr (consulté le 19 mars 2012)
  97. « Fusillade: le CFCM "horrifié" », sur lefigaro.fr,‎ 19 mars 2012
  98. Tuerie: le meeting Royal-Hollande reporté, Lefigaro.fr, 19 mars 2012
  99. « Tuerie de Toulouse : la campagne entre parenthèses », sur lanouvellerepublique.fr,‎ 19 mars 2012
  100. Pierre Jaxel-Truer, « Le contre-"discours de Grenoble" de François Bayrou », sur Le Monde,‎ 20 mars 2012
  101. Thomas Vampouille, « La campagne électorale resurgit malgré la trêve », sur Le Figaro,‎ 20 mars 2012
  102. a et b « Vigipirate écarlate, activé pour la première fois en France », sur Tribune de Genève,‎ 19 mars 2012
  103. « Toulouse : plan Vigipirate écarlate en Midi-Pyrénées », sur europe1.fr,‎ 19 mars 2012
  104. Fusillade de Toulouse: les réactions de la communauté juive. Le nouvel observateur. 19 mars 2012.
  105. Le Vatican Condamne l'Attentat Contre Une École Juive. 19 mars 2012.
  106. Communiqué du CECEFF après l'attentat et les assassinatss de Toulouse et de Montauban. 20 mars 2012.
  107. « Une minute de silence : les propos critiqués de Sarkozy », sur leparisien.fr,‎ 20 mars 2012 (consulté le 12 avril 2012)
  108. Des réactions de soutien à Merah inquiètent la police. Le Figaro.fr 29 mars 2012.
  109. Mohamed Merah : Un arbitre suspendu pour avoir refusé une minute de silence
  110. L'école juive Ozar-Hatorah de Toulouse a reçu des menaces.Francetv.fr, 28 mars 2012
  111. « 24h en France - Paris : un jeune juif insulté et frappé », sur L'Alsace,‎ 28 mars 2012
  112. « Série d'incidents graves en lien avec l'affaire Mohamed Merah », sur Le Parisien,‎ 26 mars 2012
  113. Des jeunes honorent la mémoire de Mohamed Merah à Toulouse
  114. St-Denis: Mohammed Merah cité dans une prière au collège Saint-Michel
  115. (en) « Youths reciting anti-semitic slogans attack Jewish boy near Paris school », sur Haaretz,‎ 27 mars 2012
  116. Actes antisémites en France: "risque de dérive" après l'affaire Merah, selon Guéant. Le Nouvel Observateur, 31 mars 2012.
  117. « Au lendemain du drame, douleur et peur sur la cité. Toulouse. La Voix du Nord, 21 mars 2012. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12
  118. Allocution du Président de la République en hommage aux victimes des attentats de Toulouse et Montauban. Montauban (Tarn-et-Garonne). Mercredi 21 mars 2012. La France aux États-Unis. Consulat Général de France à Boston.
  119. Des marches silencieuses contre l'antisémitisme et le terrorisme. Le Monde, 25 mars 2012.
  120. (en)Youths reciting anti-semitic slogans attack Jewish boy near Paris school. Haaretz, 27 March 2012.
  121. Toulouse, ville meurtrie. Le Monde, 29 mars 2012.
  122. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/05/apres-l-affaire-merah-il-y-a-eu-un-pic-d-actes-antisemites_1712879_3224.html
  123. « Toulouse à la Une (presse française et mondiale) », sur arretsurimages.net (consulté le 20 mars 2012)
  124. Tuerie de Toulouse: Fayyad rejette le "terrorisme au nom de la Palestine" sur Charentelibre.fr
  125. « Après la fusillade, Netanyahu condamne un « meurtre odieux de Juifs » », sur libération.fr,‎ 19 mars 2012 (consulté le 21 mars 2012)
  126. Tuerie de l'école juive : l'émotion dépasse les frontières sur rtl.fr
  127. (en) « Horror alert in Gotham, NY reacts to slaughter at France Jewish school », sur nypost.com,‎ 20 mars 2012
  128. « Fusillade de Toulouse : Catherine Ashton fait un parallèle avec Gaza », sur Le Point,‎ 19 mars 2012
  129. a et b « Toulouse: Israël critique les propos d'Ashton sur la mort de jeunes à Gaza », sur Romandie (consulté le 21 mars 2012)
  130. (en) « Ashton's remarks evoke Israeli ire », sur Irish Times,‎ 20 mars 2012
  131. (en) Pakistan condemns France killings sur Pakistan Today, le 21 mars 2012.
  132. (en) France shooting suspect says he ‘trained in Waziristan’ sur Pakistan Today, le 21 mars 2012.
  133. Opération du Raid à Toulouse, 20 minutes, 21 mars 2012.
  134. Tuerie de Toulouse : les médias israéliens fustigent l'antisémitisme en Europe sur leparisien.fr, 20 mars 2012.
  135. Les enfants, cibles historiques des ennemis du peuple juif. Le Monde, 23 mars 2012.
  136. (en)Fighting Terrorism, French Style. The New York Times, March 30, 2012.
  137. « Obama mentionne la tuerie de Toulouse dans son message pour la Pâque juive », huffingtonpost.fr, consulté le 6 avril 2012.
  138. Voir aussi, (en)Obama wishes Jews around the world happy Passover. Haaretz.com, April 6, 2012.
  139. a et b AFP: « Toulouse : une médiatisation plus importante que pour l'affaire DSK » sur Les Échos, 23 mars 2012
  140. AFP : « Toulouse plus médiatisé que l'affaire DSK » sur Europe 1, 23 mars 2012
  141. Pascal Pavani, « Télévisions et sites Internet boostés par l'affaire Merah », sur lexpress.fr,‎ 23 mars 2012
  142. Merah: ses vidéos envoyées à Al Jazeera. Europe 1, 26-27 mars 2012.
  143. (en) Al Jazeera not to air French killings video
  144. Le Point - Merah: Al-Jazeera décide de ne pas diffuser les vidéos des tueries
  145. « Hollande : la sécurité des Juifs, «cause nationale» », sur Libération, AFP,‎ 1er novembre 2012
  146. Texte sur le site de l'Élysée
  147. Intervention de M. le président de la République - Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 19 mars 2012
  148. Intervention du Premier ministre de l’État d’Israël - Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 19 mars 2012
  149. Intervention de Rav Yaacov Monsonego - Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 19 mars 2012
  150. Texte de l'intervention de Samuel Sandler - Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 19 mars 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :