Marc Trévidic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trévidic.

Marc Trévidic, né le (49 ans) à Bordeaux, est un magistrat français. Il est entre 2006 et 2015 juge d'instruction au Tribunal de grande instance de Paris au pôle antiterrorisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Marc Trévidic est né d'un père breton et d'une mère basque, tous deux employés chez Renault[1].

Études[modifier | modifier le code]

Après ses études de droit, il choisit de rejoindre l'école nationale de la magistrature[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière en tant que juge d’instruction à Péronne (Somme) en 1990 puis devient substitut du procureur à Nantes en 1992. Il travaille au parquet du tribunal de grande instance de Paris à la 8e section chargée des crimes et délits flagrants en 1997 et rejoint en 2000 la section antiterroriste. À ce poste, il met fin au réseau de Fateh Kamel. Il est nommé en 2003 juge d’instruction financier à Nanterre avant de passer dix mois à La Réunion. En mai 2006 il est nommé juge d’instruction au pôle antiterrorisme au tribunal de grande instance de Paris, en remplacement de Jean-François Ricard[3],[4],[5]. Il est connu pour avoir instruit sur les affaires suivantes :

Il quittera ce poste en septembre 2015, à cause d’une loi empêchant les juges spécialisés de rester à leur poste plus de dix ans, tout en déplorant n'avoir pas pu aller au bout des affaires des moines de Tibhirine et de Karachi. Il doit être nommé vice-président au tribunal de grande instance de Lille[6].

Il est également président de l’Association française des magistrats instructeurs entre 2009 et mai 2012. Il en est toujours le vice-président en avril 2015[5].

En avril 2015, il se déclare très inquiet des éventuels débordements qu'induirait le projet de loi relatif au renseignement, car il pourrait être « une arme redoutable si elle est mise entre de mauvaises mains ». Il fait part à la presse de son inquiétude notant : « Il y a une absence de contrôle totale dans cette loi »[7],[8],[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Marc Trévidic, Au cœur de l'antiterrorisme, Paris, éditions JC Lattès,‎ , 403 p. (ISBN 978-2-7096-3569-1)
  • Marc Trévidic, Terroristes : Les 7 piliers de la déraison, Paris, éditions JC Lattès,‎ , 220 p. (ISBN 978-2-7096-4294-1)
  • Marc Trévidic, Qui a peur du petit méchant juge ?, Paris, éditions JC Lattès,‎ , 200 p. (ISBN 978-2-7096-4654-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Trévidic, Au cœur de l'antiterrorisme, p. 24, 40
  2. « Marc Trévidic. Le juge breton qui défie Sarkozy », Le Télégramme,‎
  3. Renaud Lecadre, « Marc Trévidic, le juge batailleur », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. Alain Salles, « Marc Trévidic, juge de combat », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a, b, c, d, e et f Denis Demonpion, « Les confidences de Marc Trévidic à l'Obs », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  6. Denis Demonpion, « Le juge anti-terroriste Marc Trévidic poussé vers la sortie », L'Obs,‎ 1er avril 2015 (lire en ligne)
  7. Pour Marc Trevidic, la loi sur le renseignement est « une arme redoutable si elle est mise entre de mauvaises mains », atlantico.fr, 7 avril 2015
  8. Lucie Ronfaut, « Que faut-il savoir sur le projet de loi renseignement? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  9. « La galaxie des opposants au projet de loi sur le renseignement », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]