Cornebarrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cornebarrieu
L'église Saint-Clément.
L'église Saint-Clément.
Blason de Cornebarrieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Toulouse
Canton Canton de Blagnac
Intercommunalité Communauté urbaine de Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Alain Toppan
2014-2020
Code postal 31700
Code commune 31150
Démographie
Gentilé Cornebarriens, Cornebarriennes
Population
municipale
5 761 hab. (2011)
Densité 308 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 00″ N 1° 19′ 38″ E / 43.65, 1.32722222222 ()43° 39′ 00″ Nord 1° 19′ 38″ Est / 43.65, 1.32722222222 ()  
Altitude Min. 130 m – Max. 188 m
Superficie 18,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Cornebarrieu

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Cornebarrieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cornebarrieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cornebarrieu

Cornebarrieu (en occitan : Còrnabarriu) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Cornebarriens et Cornebarriennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain, sur l'Aussonnelle, en banlieue nord-ouest de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cornebarrieu
Mondonville Aussonne Beauzelle
sans la toucher
Mondonville
Pibrac
Cornebarrieu Blagnac
Pibrac Colomiers Aéroport Toulouse-Blagnac

Transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route par l'itinéraire à Grand Gabarit, autoroute française A621 sortie sortie 04. et avec le réseau Arc-en-ciel, les bus de Toulouse et les transport à la demande dans l'agglomération toulousaine

Ainsi que par le rail avec la ligne C du réseau de transports en commun de Toulouse et la ligne ferroviaire Toulouse - Auch avec les trains TER Midi-Pyrénées depuis la station Colomiers – Gare-SNCF

Par avion : Aéroport Toulouse-Blagnac

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2005, les travaux sur le site de la future ZAC des Monges ont permis de découvrir les vestiges d’une villa gallo-romaine du Haut-Empire (Ier siècle de notre ère)[2]

Le 29 avril 2006 s'est ouvert à Cornebarrieu le centre de rétention administrative de Cornebarrieu construit par l'État dans l'enceinte de l'aéroport de Toulouse Blagnac (qui n'est pas le premier en région toulousaine), remplaçant l'ancien centre qui était installé dans des conditions de "confort" très relatives dans un ancien bâtiment à vocation industrielle dans Toulouse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Cornebarrieu

Son blasonnement est : D'azur aux trois fusées accolées en fasce d'argent, accompagnées en chef d'un lambel de quatre pendants du même.

Au début des années 2000 le graphiste Philippe Orseau a modernisé le logo de la ville. Visible sur www.cornebarrieu.com

Étymologie du nom Cornebarrieu[modifier | modifier le code]

Ce dont on est sûr, c'est que le mot ne doit rien au 'barriù' (le tonneau) occitan, lequel a donné, souvent par comparaison ironique, quelques sobriquets à des bonshommes ronds comme une barrique. Rien non plus du côté des airs (à part la proximité de l'aéroport de Blagnac), car beaucoup pensent à un rapport avec le 'corp', en français le corbeau, terme effectivement très prisé pour désigner des gens habillés en noir ou de mauvais augure; mais encore faudrait-il faire un lien logique avec 'barrieu', voire 'arrieu'; comme 'rieu' ou 'riou' en Gascogne et Pyrénées, le terme qualifie un ruisseau. 'Le ruisseau aux corbeaux'? Vraiment improbable.

C'est la dénomination latine du village qui nous permet d'approcher plus probablement une explication, laquelle est encore 'Cornelianum' au début du XIIe siècle. Le nom évolue en 'Cornebarium', puis 'Cornebarrilium', pour se stabiliser en Cornebarrieu au milieu du XIVe siècle. Le problème, c'est que l'enquête reprend de plus belle, et que les 'corne' en question ne sont très clairs! On a donc plusieurs théories sur le sens du lieu, variables en fonction de l'époque et de la culture des analystes.

La première hypothèse est très géographique: elle comprend le corne-barrieu comme une…corne (un coin) qui désignerait le nord du village, plaine basse où pousseraient les cultures en abondance (jeu de mots sur l'idée de corne?!), et située en 'bas du barrieu', c'est-à-dire près du ruisseau. Logique et pratique pour l'arrosage, évidemment.

Une seconde version s'appuie sur un raisonnement proche: le ruisseau en question, l'Aussonnelle, coule en contrebas du village en formant une courbe (une corne, toujours), un peu comme un cingle en Dordogne. Ce faisant, le méandre 'casse' le cours d'eau; on en a donc déduit que la courbe 'barre' le rieu, d'où la formation du nom final. Explication un peu trop 'moderne' peut-être, mais la vérité est probablement entre ces deux propositions.

La plus romanesque, et la plus significative de la volonté des habitants de souvent chercher une belle histoire pour leur pays, concerne un jeune chevalier du village. Appelé pour partir en Croisades (on est donc toujours dans la même époque), il quitte sa bien-aimée en lui faisant promettre que, pendant son absence, son 'cœur ne varie pas'. Et comme chez ces gens-là, on parle latin, cela donne: 'Cor ne varietur' (traduction fidèle, elle aussi). 'Cornevarietur' se serait contracté en Cornebarrieu, ce qui, d'un point de vue linguistique n'est pas idiot; mais l'anecdote est évidemment trop belle pour être vraie sans doute, d'autant que, techniquement, la phrase d'origine aurait très pu être 'Corp-us ne varietur', qu'on peut traduire littéralement par 'que ton corps de cherche pas ailleurs'. Bon d'accord, c'est moins romantique, mais peut-être plus proche des ceintures de chasteté de l'époque! Quoi qu'il en soit, on ne va pas se jeter au ruisseau pour çà[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Première circonscription de la Haute-Garonne.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1975[4] 2014 Gilles de Faletans Modem  
2014 en cours Alain Toppan SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 761 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
682 577 702 709 737 854 892 861 862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
862 852 868 829 781 756 758 762 769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
769 776 747 622 685 706 777 837 1 034
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 217 1 844 2 524 2 803 3 794 4 694 5 450 5 556 5 761
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de Blagnac Constellation

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cornebarrieu. Les Cornebarriens fêtent Saint Clément », La Dépêche,‎ 2012 (lire en ligne)
  2. http://www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/3/3376/Inrap_RA_2006.pdf Inrap rapport d'activité 2006 page 27]
  3. (Source : Dominique FUMANAL - http://www.etymo-logique.com)
  4. Choisi suite au décès du maire en fonction par une majorité d'Union de la gauche, alors qu'il siégeait dans l'opposition sur une liste sans étiquette politique
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011