Médéa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Medea.
Médéa
Vue générale sur Médéa
Vue générale sur Médéa
Noms
Nom algérien المدية
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Titteri
Wilaya Médéa
Daïra Médéa
Code postal 26000
Code ONS 2601
Démographie
Population 138 355 hab. (2008[1])
Densité 2 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 16′ 03″ N 2° 45′ 00″ E / 36.267494, 2.750101 ()36° 16′ 03″ Nord 2° 45′ 00″ Est / 36.267494, 2.750101 ()  
Altitude 981 m
Superficie 63,5 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Médéa.
Localisation de la commune dans la wilaya de Médéa.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Médéa

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Médéa

Médéa (en arabe: المدية) est une commune algérienne de la wilaya de Médéa, dont elle est le chef-lieu, située à 80 km au sud-ouest d'Alger et à 50 km à l'est de Khemis Miliana.

Géographie[modifier | modifier le code]

Médéa se situe sur les hauts plateaux qui ferment la vallée de la Mitidja à l'ouest à 981 m d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période antique[modifier | modifier le code]

Médéa ville crée par la dynastie berbère des Zirides par Bologhin ibn Ziri Ibn Menad, il y mille ans en même temps qu'Alger ou Djazair banû Mezghena des Zirides serait l'ancienne station romaine de Medix ou ad Médias, ainsi appelée parce qu'elle était à égale distance de Tirinadi (Berrouaghia) et de Sufnsar (Amoura)[2].

Période ottomane[modifier | modifier le code]

En 1517, Baba Arroudj occupe Médéa et y installe une garnison d’infanterie turque et quelques cavaliers andalous émigrés d’Espagne[3]. Médéa devient la capitale du beylik du Titteri. Un bey, adjoint du dey d'Alger, y résidait. Le beylik du Titteri a été institué en 1547. Le dernier bey, Mostéfa Boumezrag, le dirigea de 1819 à 1830, date de la conquête de l'Algérie par la France[3].

Période de la colonisation française[modifier | modifier le code]

La place du Marché Arabe, avec l'épicerie Ayache vers 1910

En 1837, après le traité de Tafna, Abd El-Kader en fit une de ses capitales[4]. Sa population est à l'époque voisine de 5 000 habitants[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Médéa garda le nom latin de « Lambdia »[réf. nécessaire].


Économie[modifier | modifier le code]

À Médéa, se trouve une des plus grandes unités de production pharmaceutique d'Algérie (SAIDAL-Antibiotical)

Fabriques de chaussures et de vestes en cuir à Takbou, Ain d'Heb, R'mali et Damiatte.

Éducation[modifier | modifier le code]

l'Université[modifier | modifier le code]

l'Université du Médéa Dr. Yahia Fares dispose de trois facultés :

  • Faculté des Lettres des Langues et des Sciences Sociales et Humains (Aïn D'hab).
  • Faculté des Droits (l'ancien Théâtre, M'sallah).
  • Faculté des Sciences et Technologie, du Gestion et d'Économie ( situé au niveau du Grand pôle urbain ).


Personnalités liées à Médéa[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Médéa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Géographie de l'Afrique du nord Ad Medias (à mi-chemin en latin) serait le nom d'un gîte d'étape romain sur la voie de Maurétanie Césarienne reliant la capitale Caesarea (Cherchell) à la colonia d'Auzia (Aumale). De cet Ad Medias déformé au cours des siècles serait sorti le nom de Médéa. Cette hypothèse n'est pas absurde : elle est d'ailleurs plus crédible avec la graphie arabe qui n'utilise que les 4 lettres M D I A qu'avec la graphie latine postérieure.
  3. a et b Aperçu historique de la wilaya de Médéa, sur le site internet de la Chambre de commerce et d'industrie du Titteri. Consulté le 31/12/2011.
  4. Assia Djebar, Ahmed Kara-Ahmed, Villes d'Algérie au XIXe siècle,‎ 1984 (résumé), p. 136
  5. Kamel Kateb, Européens, "indigènes" et juifs en Algérie (1830-1962), INED,‎ 2001 (lire en ligne), p. 69
  6. Pierre Ségelle, de la médecine à la politique, Reflets du Loiret, Septembre-Octobre 2010, p 25
  7. « Meyer JAÏS, Grand Rabbin de Paris », sur Judaïsme d'Alsace et de Lorraine

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]