Direction centrale des Renseignements généraux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), souvent appelée Renseignements généraux (RG), était un service de renseignement français dépendant de la Direction générale de la Police nationale (DGPN). Créés en 1907 sous cette appellation, les RG ont eu pour principal objectif de renseigner le gouvernement sur tout mouvement pouvant porter atteinte à l'État.

Par sa nature du secret et de la surveillance, les RG ont été accusés à plusieurs reprises d'être une police politique[1] et ont été au centre de plusieurs affaires.

Dans un but de rationalisation, les RG et la Direction de la surveillance du territoire (DST) fusionnent le 1er juillet 2008, pour devenir la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), et forment à ce titre le plus important service de renseignement intérieur français[2]. Une partie de ses prérogatives est par ailleurs confiée à la nouvelle sous-direction de l'information générale (SDIG), créée au sein de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP), la branche « courses et jeux » des RG étant, quant à elle, transférée à la direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Renseignements généraux puisent leurs racines dans le corps des commissaires spéciaux chargés sous l'Ancien Régime de surveiller l'opinion[3].

Peu après la création en 1907 des Brigades du Tigre — qui devinrent la Police judiciaire — est créée par Célestin Hennion une Brigade des Renseignements généraux. La création d'un tel service s'inscrit dans un climat politique tendu, où la Troisième République fait l'objet de virulentes critiques de divers courants d'oppositions : des royalistes, bonapartistes, des boulangistes, des anarchistes, ou encore divers courants révolutionnaires socialistes[4].

À l'arrivée du Front populaire, ce dernier veut centraliser encore davantage les services de renseignement français, et crée à ce titre en 1937 la Direction des services de renseignements généraux et de la police administrative, qui devient l'année suivante l'Inspection générale des services de renseignements généraux et de la police administrative[5]. Mais un manque de financement met à mal les ambitions de ce nouveau service de renseignement[4] chargé de traquer les membres du Parti communiste alors interdit en France.

L'instauration du Régime de Vichy, durant la Seconde Guerre mondiale, voit la réorganisation de la police, et la création, à partir des services des RG, des Brigades spéciales (BS), chargées de collaborer avec les diverses polices nazies (Abwehr, Gestapo, Kripo, Sipo, SD, GFP). Les Brigades spéciales sont spécialisées dans la traque aux « ennemis intérieurs », aux dissidents, aux prisonniers évadés, aux Juifs, et plus tard, aux réfractaires au service du travail obligatoire (STO).

La fin de la Seconde Guerre mondiale voit la conservation du service de renseignement de la « vie politique, économique et sociale » du pays — avec la surveillance, entre autres, des hippodromes et des établissements de jeux, lieux par excellence où transite beaucoup d'argent[4].

Les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale sont très tendues, avec le début de la Guerre froide, les conflits coloniaux, et surtout les violences issues de la Guerre d'Algérie — mais aussi, divers mouvements sociaux : ainsi, ceux de Mai 68.

Le service des RG a fusionné avec la Direction de la surveillance du territoire (DST) le 1er juillet 2008 pour devenir la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI)[6]d'un côté et la Sous direction de l'Information Générale de l'autre. Environ 80 % du personnel a été affecté à la DCRI, la branche « courses et jeux » de la DCRG étant transférée à la direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ) au sein d'un Service central des courses et jeux (SCCJ). Quant à la Préfecture de police de Paris, sa direction des Renseignements généraux (RGPP), historiquement très particulariste, est demeurée autonome par rapport à cette nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur et s'est vue rebaptiser Direction du Renseignement de la Préfecture de Police de Paris (DRPP).

La sous direction de l'Information générale créée en 2008 devient le Service Central du Renseignement Territorial en mai 2014, toujours rattaché à la Direction Centrale de la sécurité Publique. Ses missions sont identiques à celles des anciens RG mais elle ne traite plus les affaires de terrorisme. Un certain nombre de gendarmes sont également détachés dans ces services.

Fin 2009, une réflexion est engagée au Ministère de l'Intérieur sur la possibilité de créer une nouvelle Direction du renseignement sur le modèle des anciens RG, qui pourrait être composée à parité de policiers et de gendarmes[7].


Organisation

La DCRG, avec ses directions zonales, régionales, départementales et ses services d'arrondissement, était forte d'environ 3 450 fonctionnaires, RG-PP exclus (680 hommes), et était divisée en 2007 en quatre sous-directions :

  • la sous-direction de la Recherche, comprenant notamment la SNRO, Section nationale de recherches opérationnelles (environ 120 hommes), chargée de la surveillance des groupes à risque, en particulier terroristes ;
  • la sous-direction de l'Analyse, de la Prospective et des Faits de société ; elle comportait une section surveillant la presse et une section surveillant les activités des partis politiques[8].
  • la sous-direction des Ressources et Méthodes ;
  • la sous-direction des Courses et des Jeux (environ 120 hommes).

Il existait une huitième section, Enquêtes et Habilitations, située rue aux Ours, Paris 3e.

Les membres des RG étaient assujettis au régime général des fonctionnaires. Ils ne bénéficiaient pas des garanties offertes aux agents de la direction de la surveillance du territoire couverts par le secret défense (l'anonymat notamment), ce qui n'empêchait pas certains d'être néanmoins habilités, les dossiers étant parfois classés.

Bien que tous les fonctionnaires de la police nationale aient eu une qualification judiciaire (APJ ou OPJ), les agents travaillant aux Renseignements généraux perdaient leur habilitation tant qu'ils exerçaient dans cette direction, à l'exception de ceux appartenant à la sous-direction des jeux et casinos.

Directeurs ou responsables sommitaux[modifier | modifier le code]

Directeur

Début de service Fin de service Grade
Jean France 1907 1913 Chef du service des renseignements généraux de police administrative
Auguste Moreau 1913 1917 Contrôleur général des services de police administrative
Antoine Pierrette 1917 1927 Contrôleur général, chargé de la direction des services de police administrative
Charles Allec 1927 1933 Contrôleur général, chargé de la direction des services de police administrative
Paulin Profizy 1933 1937 Contrôleur général, chargé de la direction des services de police administrative
Jacques Chevreux 1937 1938 Directeur des renseignements généraux
Léon Blanc 1938 1941 Inspecteur général des services de police administrative
Léon Blanc 1941 1941 Inspecteur général, chef du service des renseignements généraux
André Boutemy 1941 1942 Intendant de police, chargé des fonctions de chef des renseignements généraux
André Boutemy 1942 1943 Directeur des renseignements généraux
Paul Escandé 1943 1944 Directeur de la sécurité générale et des renseignements généraux (commissariat à l'Intérieur)
Germain Vidal 1944 1951 Directeur des renseignements généraux
Georges Moulins 1951 1955 Directeur des renseignements généraux
Jean-Émile Vié 1955 1961 Directeur des renseignements généraux
Jules Plettner 1961 1963 Directeur des renseignements généraux
Henri Boucoiran 1963 1968 Directeur des renseignements généraux
Jacques Lenoir 1968 1969 Directeur des renseignements généraux
Jacques Lenoir 1969 1971 Directeur central des renseignements généraux
Louis Morel 1971 1972 Directeur central des renseignements généraux
Eugène Camata 1972 1974 Directeur central des renseignements généraux
Marc Buchet 1974 1977 Directeur central des renseignements généraux
Raymond Cham 1977 1981 Directeur central des renseignements généraux
Paul Roux 1981 1983 Directeur central des renseignements généraux
Pierre Chassigneux 1983 1986 Directeur central des renseignements généraux
Philippe Massoni 1986 1988 Directeur central des renseignements généraux
Jacques Fournet 1988 1990 Directeur central des renseignements généraux
Jean-Jacques Pascal 1990 1992 Directeur central des renseignements généraux
Yves Bertrand 1992 1994 Chef du service central des renseignements généraux
Yves Bertrand 1994 2004 Directeur central des renseignements généraux
Pascal Mailhos 2004 2006 Directeur central des renseignements généraux
Joel Bouchité 2006 à 2008

Critiques et affaires[modifier | modifier le code]

Les dossiers des poursuites contre des nationalistes corses, comme celui de l'affaire du préfet Érignac et des poursuites contre Yvan Colonna, et contre des nationalistes bretons dans l'affaire de Plévin, amenèrent régulièrement des critiques contre le travail de la Direction centrale des renseignements généraux[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Renseignements généraux : la fin d'un service de police controversé en France », Presse canadienne,‎ 30 juin 2008 (consulté en 30 juin 2008).
  2. Le décret n° 2008-609 du 27 juin 2008 (J.O. 28 juin) entérine la fusion et fixe la mission de la nouvelle direction
  3. (fr) Jean-Marc Berlière et Marie Vogel, « Aux origines de la police politique républicaine », Criminocorpus (CNRS),‎ 2008 (consulté en 30 juin 2008).
  4. a, b et c (fr) « Historique des Renseignements Généraux », Ministère de l'intérieur,‎ 17 juillet 2006 (consulté en 30 juin 2008).
  5. (fr) « Renseignements généraux », sur Politique.net (consulté en 30 juin 2008).
  6. (fr) Sophie Louet, « Fusion des "RG" et de la DST le 1er juillet », L'Express,‎ 25 juin 2008 (consulté en 30 juin 2008).
  7. "Bientôt de nouveaux RG ?", Jean-Pierre Thiollet, France Soir, vendredi 25 décembre 2009
  8. L'Express, 10 novembre 2010, p. 44, je ne suis pas le chef des barbouzes, entrevue de Frédéric Péchenard propos recueillis par Jean-Marie Pontaut.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Aimé-Blanc et Jean-Michel Caradec'h, L'Indic et le commissaire, Éditions Plon, Paris, avril 2006 (ISBN 2-2591-9848-1)
  • Frédéric Couderc, Les R.G. sous l'occupation. Quand la police française traquait les résistants, Éditions O. Orban, Paris, 1992
  • Jean-Louis Loubet del Bayle, Police et politique. Une approche sociologique, Paris, L'Harmattan, 2006
  • Patrick Rougelet, RG, la machine à scandales, Editions Albert Michel
  • Yves Bertrand, Je ne sais rien mais je dirai presque tout, Editions Plon 2006

Lien externe[modifier | modifier le code]