Affaire Dominique Strauss-Kahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec l'affaire du Carlton de Lille.
Hôtel Sofitel de New York, lieu de l'agression alléguée.

L'affaire Dominique Strauss-Kahn (abrégée en affaire DSK) ou affaire du Sofitel de New York est une affaire judiciaire de droit commun consécutive aux accusations d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration, portées par Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn. Elle affirme qu'il a commis ces actes le , dans la suite 2806 de l'hôtel Sofitel de New York, où elle est employée comme femme de chambre depuis 2008.

Compte tenu de la gravité des actes invoqués, la juridiction de l'État de New York procède à la mise en détention provisoire de Dominique Strauss-Kahn et engage une procédure pénale. Celui-ci nie les accusations et fait savoir qu'il plaidera « non coupable ».

Son arrestation connaît un retentissement international, entraîne sa démission du poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et l'empêche de se présenter à l'élection primaire, organisée les 9 et 16 octobre 2011 par le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, afin de désigner leur candidat commun à l'élection présidentielle française de 2012, alors qu'il était pressenti comme favori à ces deux élections[1].

Le , un grand jury l'inculpe ; le lendemain, il est transféré de la prison de Rikers Island à un appartement de New York pour y être placé en résidence surveillée. Le , il plaide « non coupable », ce qui ouvre la voie à un procès pénal. Il est libéré sur parole lors de l'audience du , le procureur ayant mis en doute la crédibilité de la plaignante. Les charges pesant sur Dominique Strauss-Kahn sont officiellement abandonnées le , ce qui met un terme à la partie pénale de l'affaire. Deux plaintes sont déposées devant un tribunal civil par Nafissatou Diallo et par Dominique Strauss-Kahn. Le , une transaction intervient entre les deux parties et clôt définitivement l'affaire du Sofitel de New York.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les 11, 12 et , Dominique Strauss-Kahn est à Washington, et le 13 mai au soir il se rend à New York afin d'y voir sa fille, selon les dires des avocats de Nafissatou Diallo, qui affirment que son séjour dans la ville est d'ordre privé[2],[3],[4]. Dans le cadre de sa fonction de directeur général du Fonds monétaire international, il doit rencontrer le 15 mai, à Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, puis assister le 16 mai, à la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles[5],[6]. À cette époque, il bénéficie d'une importante popularité en France[7] et est en tête des intentions de vote de la primaire présidentielle socialiste de 2011 et de l'élection présidentielle de 2012[8],[9]. Pour l'opinion publique et pour les médias, sa candidature est alors acquise[10],[11].

Arrestation et mise en accusation[modifier | modifier le code]

Le , Dominique Strauss-Kahn déjeune avec sa fille dans un restaurant proche du Sofitel de New York , juste avant de se rendre en taxi à l'aéroport international John-F.-Kennedy[12], où il est arrêté par la police new-yorkaise, à 16 h 40, peu avant le décollage du vol AF 023 d'Air France à destination de Paris[13],[14],[15]. Son appel téléphonique de 15 h 29 de l'aéroport vers l'hôtel Sofitel pour signaler l'oubli d'un de ses téléphones portables dans sa chambre a permis de le localiser et de procéder à son interpellation[16],[17].

Mis en état d'arrestation au commissariat de Harlem[18], il est accusé d'avoir, quelques heures auparavant[19], agressé sexuellement une femme de chambre, Nafissatou Diallo, dans la suite no 2806 de l'hôtel Sofitel de New York. Âgée de trente-deux ans et installée aux États-Unis depuis 2004[20],[21], celle-ci réside dans le Bronx et fait partie de la communauté des Peuls de New York venus principalement du Fouta-Djalon[22],[23],[24] — elle est née à Tchiakoullé, hameau du nord de la Guinée[25].

Le bureau du procureur de Manhattan, Cyrus Vance, Jr., décide alors d'engager une procédure pénale contre Dominique Strauss-Kahn pour sept chefs d'accusation[Note 1], parmi lesquels ceux d'acte sexuel criminel, de tentative de viol, d'abus sexuel et de séquestration[26],[27].

Le , le parquet, qui a pour rôle d'apporter des preuves de la culpabilité de l'accusé[28], est renforcé par les avocates Joan Illuzzi-Orbon et Ann P. Prunty[29].

Rapports médicaux[modifier | modifier le code]

Le , à 15 h 58, Nafissatou Diallo est admise au St. Luke's-Roosevelt Hospital Center (en), où elle est examinée par un spécialiste des examens médico-légaux dans le cadre d'agressions sexuelles (sexual assault forensic examiner, ou safe). Le médecin note dans le rapport : « Contusion, douleurs musculaires, tension ». Il est précisé que Nafissatou Diallo se plaint de douleurs à l'épaule gauche et qu'un examen par scanographie montre une rupture du ligament. Le rapport présente un schéma de la zone vaginale, sur lequel le médecin a porté les mentions « rougeur sur la fourchette » et « trauma », et se termine par cette conclusion : « Diagnostic : agression. Cause des blessures : agression – viol[30],[31] ». Ce rapport initial, dont certains éléments s'appuient sur les déclarations de la plaignante à son arrivée à l’hôpital[32],[33],[34],[35], sera complété plus tard par le rapport médico-légal diligenté par le procureur, dans lequel figurent en particulier des interrogatoires d'un expert médical et de la première examinatrice de Nafissatou Diallo, menés par le procureur lui-même et aboutissant, par exemple, à la conclusion que la rougeur décrite dans le rapport initial était un élément non spécifique, qui pouvait être attribué à des causes autres qu’un traumatisme[36].

Procédures judiciaires[modifier | modifier le code]

Procédure pénale[modifier | modifier le code]

Version et défense de la plaignante[modifier | modifier le code]

Selon Paul J. Browne, porte-parole de la police[37], Nafissatou Diallo déclare être entrée dans la suite vers midi pour y faire le ménage, à la demande de son supérieur hiérarchique, et qu'elle n'a pas utilisé sa clef magnétique, un employé du service en chambre de l'hôtel, présent sur place peu de temps auparavant, n'ayant pas fermé la porte.

Peu après, Dominique Strauss-Kahn est, selon elle, sorti nu de la salle de bains et s'est approché d'elle par derrière pour tenter de la contraindre à des rapports sexuels[38],[39],[40], en fermant la porte de la suite. Elle déclare être parvenue néanmoins à s'enfuir de celle-ci, après une chute.

D'après le Daily Beast, citant des sources proches de l'enquête, Nafissatou Diallo est retrouvée vers 12 h 30, prostrée, cachée dans le couloir de l'hôtel, traumatisée, essayant de vomir, crachant par terre et avec des difficultés à parler[41]. Elle explique à une collègue ce qui lui est arrivé, puis à deux de ses supérieurs hiérarchiques et enfin au chef de la sécurité de l'hôtel qui, après consultation du directeur, appelle la police.

Nafissatou Diallo est dans un premier temps représentée par Jeffrey J. Shapiro[42], avocat aux barreaux de New York et de Californie[43], secondé à partir du 25 mai 2011[44],[45] par Norman Siegel, ancien directeur du New York Civil Liberties Union (NYCLU) et figure de la lutte pour les droits civiques, et Kenneth P. Thompson[46], avocat afro-américain de New York et ancien procureur fédéral.

Depuis le , seul le cabinet de Kenneth P. Thompson et Douglas Wigdor, Thompson Wigdor LLP, spécialisé dans les affaires de discrimination[47], représente Nafissatou Diallo, Jeffrey J. Shapiro et Norman Siegel ayant décidé de se retirer[48],[49].

Le , Thibault de Montbrial, avocat pénaliste au barreau de Paris, est désigné par Kenneth P. Thompson pour représenter en France les intérêts de Nafissatou Diallo[50].

Version et défense de l'accusé[modifier | modifier le code]

Dominique Strauss-Kahn, dont la défense est assurée par le cabinet new-yorkais Benjamin Brafman & Associates, P. C. et William Taylor, avocat pénaliste au barreau de Washington[51], « nie de la manière la plus forte possible les accusations qui pèsent contre [lui][52],[53] ».

La défense de Dominique Strauss-Kahn a tenté de restituer l'emploi du temps de celui-ci, dans le but de montrer qu'il avait quitté l'hôtel une demi-heure avant l'agression supposée[54]. Il aurait ainsi quitté l'hôtel à 12 h 28 et déjeuné avec une de ses filles, Camille, étudiante en Ph.D. à l'université Columbia, à 12 h 45, avant de se rendre à l'aéroport John-F.-Kennedy pour prendre le vol AF 023, dont la réservation avait été effectuée une semaine auparavant[55]. À la suite du changement par la police de l'heure de l'agression supposée, les avocats de Dominique Strauss-Kahn plaident la relation consentie[56].

L'enquête à décharge de la défense est confiée à la société Guidepost Solutions[57]. La défense fait également appel à la société de consultants TD International[58].

Le , la défense accuse la police d'être à l'origine de fuites et redoute que l'accusé ne bénéficie pas d'un « procès équitable »[59] ; ses avocats affirment par ailleurs détenir des preuves pouvant « gravement mettre en doute la crédibilité » de la femme de chambre[60]. Ils contestent les accusations portées contre eux, notamment en France[61], de vouloir « salir injustement la plaignante » et émettent le 14 juin un communiqué[62] réfutant cette allégation[63],[64].

Après que Dominique Strauss-Kahn eut, le , plaidé « non coupable », la défense a jusqu'au , dernière date prévue de la prochaine audience, pour prendre connaissance du dossier de l'accusation.

Le , les avocats de Dominique Strauss-Kahn protestent contre la diffusion par la presse du rapport médico-légal concluant à un viol, déclarant que sa « conclusion est basée presque exclusivement sur le témoignage de la plaignante » et que les blessures évoquées « ne sont pas du tout des blessures » et « peuvent avoir été provoquées par de nombreuses autres causes qu'une agression sexuelle, y compris par un rapport sexuel consenti plusieurs jours avant l'incident »[65],[66]. Ils jugent ce rapport « inexact et malveillant » et envisagent des « suites » pour atteinte à la présomption d'innocence[67]. Le 18 mai, Benjamin Brafman avait déclaré : « Les preuves médico-légales, selon nous, ne coïncident pas avec un rapport forcé »[68].

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont aussi démenti, le 3 juillet, toute relation tarifée entre leur client et la femme de chambre du Sofitel[69],[Note 2]. Selon Le Figaro du , ils auraient avancé un scénario dans lequel la femme de chambre, « qui aurait l'habitude de recevoir une gratification en échange de ses faveurs sexuelles », serait retournée dans la chambre de Dominique Strauss-Kahn après qu'il l'a quittée et, n'y trouvant pas « la rémunération escomptée », « aurait alors décidé de dénoncer un viol »[70]. Le , ils admettent une relation consentie et la qualifient d'« absence passagère de jugement »[71].

Déroulement de la procédure pénale[modifier | modifier le code]

Prison de Rikers Island.
Première comparution devant le tribunal pénal de la ville de New York[modifier | modifier le code]

La phase qui suit l'arrestation concerne notamment la prise d’empreintes, la photographie destinée à l’identité judiciaire, la levée des antécédents judiciaires. Divers éléments, dont certains récupérés dans la suite lors d'une reconstitution réalisée par la police, sont envoyés à un laboratoire spécialisé pour rechercher notamment des traces éventuelles d'ADN[72]. Dominique Strauss-Kahn accepte de se soumettre à un examen médico-légal et dément toutes les accusations dont il est l’objet. L'immunité diplomatique du FMI, invoquée par Dominique Strauss-Kahn lors de son arrestation[17], ne peut être utilisée dans la mesure où elle ne concerne que les délits commis lors d'activités officielles[73].

Le [74], Dominique Strauss-Kahn comparaît devant le tribunal pénal de la ville de New York (en) (New York City Criminal Court), présidé par la juge Melissa Carow Jackson. John « Artie » McConnell, substitut du procureur de Manhattan[75], déclare que la femme de chambre a fourni un compte-rendu détaillé de l'agression supposée et qu'elle a reconnu Dominique Strauss-Kahn lors d'une parade d’identification. Il évoque également une « conduite similaire[76] », faisant allusion au cas de Tristane Banon[77], une jeune journaliste française qui avait accusé Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle au cours d'un entretien[78]. Une requête de la défense pour sa libération sous caution (un million de dollars)[55] est rejetée par la juge, qui invoque un risque de fuite.

Dominique Strauss-Kahn est alors placé en détention provisoire à la prison de Rikers Island, dans une cellule individuelle du quartier réservé aux détenus atteints d'une maladie transmissible afin de prévenir toute agression de la part des autres détenus[76]. Escorté en permanence par un gardien, il fait également l'objet d'une surveillance anti-suicide[79]. Le , dans une lettre rédigée depuis sa cellule de prison, il démissionne de ses fonctions de directeur général du FMI[80],[81].

Inculpation formelle par un grand jury[modifier | modifier le code]

Le , un grand jury[82],[Note 3] l'inculpe formellement de sept chefs d'accusation[39],[83],[84]. Le même jour, Michael J. Obus, juge de la Cour suprême de l'État de New York (New York State Supreme Court), accepte, malgré l'opposition du substitut du procureur John Artie McConnell, sa libération sous caution avec plusieurs conditions : le versement d'une caution d'un million de dollars avec un dépôt de garantie de cinq millions de dollars, le retrait de son passeport, une assignation à résidence à New York avec présence de caméras de surveillance, une présence permanente d'un garde armé, à ses frais, le port d'un bracelet électronique muni d'un GPS, des conditions de contact et de sortie restreintes[85].

La résidence surveillée de Dominique Strauss-Kahn, au 153, Franklin Street.

Le , il quitte la prison de Rikers Island pour être provisoirement placé en résidence surveillée[86] dans un appartement de l'immeuble sis au 71, Broadway[87], dans le quartier de Lower Manhattan, près de Ground Zero[88], et appartenant à la société Stroz Friedberg chargée de l'assignation à résidence de Dominique Strauss-Kahn[89]. Parmi les occupants également en résidence surveillée de l'immeuble figure le cracker Andrew Auernheimer[90]. Le , Dominique Strauss-Kahn, dont la présence n'est pas souhaitée par les copropriétaires des nombreux immeubles démarchés — les règlements de copropriété font souvent mention à New York d’une clause d’agrément, c’est-à-dire d'« un droit de regard » sur les nouveaux venus[91],[92],[93] —, s'installe dans une maison située au 153, Franklin Street, dans le quartier de TriBeCa[94].

Décision de plaider « non coupable »[modifier | modifier le code]

Le , lors d'une audience préliminaire à la Cour suprême de New York, Dominique Strauss-Kahn se voit signifier sa mise en accusation (post-indictment arraignment) et plaide « non coupable » des faits qui lui sont reprochés, ce qui permet la tenue d'un procès pénal[95].

Audience du 1er juillet 2011[modifier | modifier le code]

Les assistants du procureur de New York font part, dans une lettre datée du adressée à la défense[96],[97] de doutes sérieux sur la crédibilité de leur principal témoin[Note 4],[98],[99],[100]. Dans ce courrier, ils affirment que Nafissatou Diallo a menti[101] à plusieurs reprises, devant les enquêteurs et devant le grand jury[Note 5], notamment sur sa demande d'asile, sur un prétendu viol qu'elle aurait subi en Guinée, sur ses déclarations fiscales et sur les conditions exactes de l'agression décrite[Note 6],[97].

De son côté, le New York Times daté du révèle le contenu d'une conversation téléphonique qui, 28 heures après l'agression sexuelle présumée, s'est déroulée entre l’accusatrice et un homme emprisonné pour possession de drogue et au cours de laquelle Nafissatou Diallo aurait notamment déclaré au détenu, en dialecte peul : « Ne t'inquiète pas, ce type a plein de fric. Je sais ce que je fais »[102],[103]. Le , l'avocat Kenneth Thompson fait état de nouvelles traductions qui auraient eu lieu dans le bureau du procureur et qui montreraient que Nafissatou Diallo n'a pas tenu ces propos[104].

Le 1er juillet également, une audience imprévue se tient afin d'examiner les conditions de la liberté conditionnelle de Dominique Strauss-Kahn[105]. Considérant qu'après l'apparition de ces nouveaux éléments de l'enquête, le risque que l'accusé ne se présente pas à l'instance a fortement diminué[106], le juge Michael Obus décide de le libérer sur parole. À la suite de cette audience, toutes les mesures liées à sa liberté surveillée sont suspendues. Son passeport ne lui est cependant pas restitué, car il est tenu de rester sur le territoire des États-Unis , les poursuites n'étant pas pour autant abandonnées[107].

Les parties réagissent de façon opposée à cette décision : si Benjamin Brafman, un des avocats de Dominique Strauss-Kahn, s'estime « confiant »[105] car ces événements « renforcent [sa] conviction qu'il sera acquitté »[105], Kenneth Thompson, l'avocat de la plaignante, décide d'être plus offensif[108],[109],[110].

Stratégies médiatiques[modifier | modifier le code]

À l'entrée et à la sortie de l'audience du au cours de laquelle il a plaidé « non coupable », Dominique Strauss-Kahn est conspué aux cris de « Shame on you! » (« Honte à vous ! ») par une centaine de femmes de chambre, à l'initiative du syndicat des employés d'hôtel[111], qui est très puissant à New York et joue un rôle important dans cette affaire[112].

Dans un premier temps, la plaignante comme l'accusé adoptent une stratégie de communication quasi identique : aucun interview de l'une comme de l'autre à la presse écrite et audiovisuelle, aucune image de la plaignante, aucune version des faits qui se sont déroulés dans la suite du Sofitel défendue par l'accusé ou ses avocats. Deux mois après le début de l'affaire, les avocats de Nafissatou Diallo choisissent une nouvelle stratégie : le , elle fait sa première apparition publique sur la chaîne de télévision ABC News et devant les journalistes de Newsweek[113]. Selon les avocats de Dominique Strauss-Kahn, l'accusatrice cherche à « enflammer l’opinion publique »[114].

Abandon des charges[modifier | modifier le code]

Une nouvelle audience était prévue le [115]. À la demande des parties qui poursuivent leur enquête, elle est reportée au 1er août[116], puis au 23 août[117].

Le 20 août, l'avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth P. Thompson, annonce que sa cliente est convoquée le 22 août par le procureur Cyrus Vance. Il déclare au New York Times s'attendre à l'abandon partiel ou total des chefs d'accusation visant Dominique Strauss-Kahn[118],[119].

Le 22 août, Thompson Wigdor, un des avocats de la plaignante, demande à la cour de nommer un procureur spécial[120]. Dans l'après-midi, une motion de non-lieu[121],[122] (recommendation for dismissal), rédigée par les procureurs généraux adjoints Joan Illuzzi Orbon et John « Artie » McConnell, est transmise à la cour suprême de l'État de New York. L'argument principal invoqué est le manque de crédibilité de la plaignante qui a menti à de nombreuses reprises, particulièrement au sujet d'un viol en Guinée n'ayant pas eu lieu, ce qui exclut, selon le procureur, que le témoignage seul de la plaignante puisse convaincre un jury au-delà de tout doute raisonnable (beyond a reasonable doubt). Le procureur confirme par ailleurs la teneur de la conversation téléphonique de la plaignante avec son fiancé incarcéré « dans laquelle a été mentionné le potentiel gain financier qu'il était possible de tirer de l'événement du 14 mai 2011 », alors qu'à une date très proche de cette conversation, elle avait déclaré « sans équivoque » aux enquêteurs, « qu'elle n'avait pas saisi la justice en vue d'obtenir de l'argent »[122],[123]. Il précise que si « les preuves démontrent que l'accusé a eu un rapport sexuel hâtif avec la plaignante », rien n'indique que « ce rapport était forcé ou non consenti »[124],[125]. À la demande du procureur, le juge Michael Obus décide le 23 août 2011 d’abandonner les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn[126].

Dominique Strauss-Kahn récupère son passeport le [127] et rentre en France le [128],[129].

Procédure civile[modifier | modifier le code]

Plainte déposée par Nafissatou Diallo[modifier | modifier le code]

Le , Nafissatou Diallo dépose une plainte devant un tribunal civil du Bronx, contre Dominique Strauss-Kahn, au sujet de ce qui se serait passé au Sofitel de New York[130],[131],[132],[133],[134]. Dans son assignation, Nafissatou Diallo réitère ses accusations contre Dominique Strauss-Kahn : « attaque violente et sadique, comportement humiliant et dégradant, atteinte à sa dignité de femme »[135].

Plainte déposée par Dominique Strauss-Kahn[modifier | modifier le code]

Le , un an exactement après son arrestation à New York, Dominique Strauss-Kahn porte plainte contre Nafissatou Diallo pour accusations infondées et diffamation[136],[137] : dans un document de dix-huit pages adressé au juge Douglas McKeon, il accuse la femme de chambre de lui avoir « volontairement infligé une souffrance émotionnelle », « d'être directement responsable de son emprisonnement », qui l’a contraint à démissionner de la présidence du FMI, évoque des « opportunités professionnelles » perdues, réclame « au moins un million de dollars »[138],[139] et répond aux 63 accusations portées par Nafissatou Diallo, dans sa propre plainte de dix-sept pages[140],[141],[142].

Certains médias soulignent la concordance de dates entre cet acte de procédure et l'investiture présidentielle de François Hollande qui a lieu le lendemain, alors que la plainte rappelle qu'au moment des faits il était « considéré par certains comme le prochain président français »[141],[143],[144] et que selon le journal Le Monde « le fantôme de DSK n'a cessé de planer sur la campagne jusqu'à la victoire de François Hollande , le  »[145].

Déroulement de la procédure civile[modifier | modifier le code]

Rejet de l'argument d'immunité diplomatique[modifier | modifier le code]

Le , Dominique Strauss-Kahn demande le classement de la plainte au civil de Nafissatou Diallo, faisant valoir l'immunité diplomatique dont il bénéficiait, selon lui, au moment du dépôt de la plainte, du fait de sa qualité de directeur général du Fonds monétaire international[146].

Une première audience au civil se tient le devant le juge Douglas McKeon, de la Cour suprême du Bronx. Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn y sont représentés par leurs avocats[147],[148].

Le , le juge Douglas McKeon fait savoir qu'il ne retient pas l'argument concernant l'immunité de DSK et déclare donc recevable la plainte de Nafissatou Diallo au civil[149],[150].

Transaction financière qui met fin, sans procès public, aux procédures judiciaires[modifier | modifier le code]

Selon une information publiée par CNN en août 2012[151], des pourparlers seraient en cours pour tenter d'aboutir à un arrangement financier qui empêcherait la tenue du procès civil devant le Tribunal. Les deux parties démentent[152]. Recensant les motivations qui pourraient conduire les parties à rechercher un tel compromis, L'Express affirme que l'une et l'autre peuvent souhaiter « éviter que leur vie privée ne soit exposée au grand jour »[152]. Dominique Strauss-Kahn a, quant à lui, tout intérêt à éviter une audience publique[153] au cours de laquelle, « à la différence du procès pénal, il ne pourra pas se murer dans le silence »[154]. Subsidiairement, il éviterait de comparaître devant un Tribunal du Bronx, où les jurés locaux sont réputés « plus favorables aux victimes issues des minorités » « black et latino »[152].

Le , le site Internet du magazine Le Point publie des extraits d'une interview exclusive de Dominique Strauss-Kahn, dans laquelle il évoque pour la première fois ce qui s'est passé le 14 mai 2011 dans la chambre 2806 du Sofitel de New York, déclare que cela « ne tombe pas sous le coup de la loi » et confie être « frustré » de ne pouvoir dire à ce jour sa vérité, en raison de ce qu'il nomme les « contraintes du procès civil »[155].

Le , le journal The New York Times annonce qu'un accord amiable a été trouvé entre Dominique Strauss-Kahn et son accusatrice, Nafissatou Diallo[135],[156]. L'indemnité financière versée à Nafissatou Diallo s'élèverait à 6 millions de dollars selon le journal Le Monde[157], ce que démentent ses avocats[158], et à 1,5 million de dollars (dont 500 000 pour ses avocats) selon le Journal du dimanche, qui fait état d'une confirmation de la part de l'entourage de Dominique Strauss-Kahn[159]. Le New York Times relève que cette transaction interviendrait une semaine avant une audience prévue devant le Juge de la la Cour Suprême du Bronx, au cours de laquelle l'avocat de Nafissatou Diallo avait indiqué vouloir confronter Dominique Strauss-Kahn aux témoignages d'autres femmes qui auraient été semblablement agressées par lui[135].

Le , le juge McKeon, chargé de l'affaire, valide la transaction intervenue entre les parties, annonce sa confidentialité et clôt ainsi définitivement l'affaire du Sofitel de New York, commencée dix-neuf mois plus tôt[160], l'accord financier mettant fin à la procédure engagée au civil contre l'ancien directeur du Fonds monétaire international et à celle engagée par lui contre son accusatrice, Nafissatou Diallo. Ainsi, Dominique Strauss-Kahn en termine avec toutes les procédures, sans jamais avoir donné à la justice sa version de ce qui s'est passé dans la suite 2806 du Sofitel, le [161]. Un procès civil présentait des risques pour l'accusé et pour l'accusatrice[162]. Aux États-Unis, 90 % des procès civils se terminent par une transaction[156].

Réactions[modifier | modifier le code]

Dominique Strauss-Kahn[modifier | modifier le code]

Dominique Strauss-Kahn ne s'est pas exprimé durant toute la procédure pénale. Le , lors de sa visite au Fonds monétaire international à Washington, il déclare qu'il souhaite « s'excuser » pour ceux qui ont souffert à cause de sa propre « erreur »[163].

Le , il s'exprime au journal de 20 heures de TF1. Il met en avant le rapport du procureur de New York[122], qu'il considère comme une motion de « non-lieu » et met en cause l'hebdomadaire L'Express, qu'il qualifie de « tabloïd », ainsi que la direction de l'hôtel Sofitel de New York, qu'il soupçonne implicitement de ne pas avoir donné les mêmes informations à ses avocats qu'à ceux de Nafissatou Diallo[164]. S'il reconnaît une « faute morale » (« vis-à-vis de [sa] femme, de [ses] enfants, de [ses] amis, mais aussi des Français »), il nie catégoriquement qu'il y ait eu agression sexuelle ou relation tarifée[165]. Cette interview fait partie d'un plan de communication dont s'occupe son attachée de presse Anne Hommel, ancienne de l'agence Euro RSCG, qui sera également la conseillère en communication et spin doctor de Jérôme Cahuzac. Pour le journaliste Renaud Revel, de l’Express, on retrouverait ainsi des éléments de langage similaires — « faute morale », « légèreté » — dans cette interview et celle de Jérôme Cahuzac sur BFMTV le 16 avril 2013[166].

Proches de Dominique Strauss-Kahn[modifier | modifier le code]

Le lendemain de l'arrestation de son mari, Anne Sinclair déclare dans un communiqué qu'elle ne croit « pas une seule seconde aux accusations qui sont portées contre [son] mari » et ne doute « pas que son innocence soit établie »[167]. Le 22 avril 2014, elle s'exprime pour la première fois publiquement sur l'affaire du Sofitel de New York, dans l'émission « Un jour, un destin » de France 2, et déclare à propos des accusations formulées par Nafissatou Dialo, sans jamais les nommer : « Non je n'y ai jamais cru, je ne le crois pas et je sais que ce n'est pas le cas »[168] (les médias évoquent en particulier une accusation de viol alors qu'il s'agit en réalité d'une accusation de « tentative de viol » [Note 1]).

Le journaliste Jean-François Kahn, ami du couple, pense qu'il n'y a pas eu « tentative violente de viol » mais parle d'une « imprudence » et d'un « troussage de domestique ». Cette dernière déclaration lui vaut de nombreuses critiques. Il déclare quelques jours plus tard que « cette formule [était] une connerie »[169]. L'ancien ministre de la Justice Robert Badinter dénonce de son côté « une mise à mort médiatique » avec la diffusion des images montrant Dominique Strauss-Kahn menotté, se disant « bouleversé et indigné » par cette « tragédie »[170].

Le philosophe Bernard-Henri Lévy s'interroge sur le fait qu'une femme de ménage puisse se trouver seule « dans la chambre d'un des personnages les plus surveillés de la planète », affirmant que dans « la plupart des grands hôtels new-yorkais », il y a des « brigades de ménage composées de deux personnes ». Il se montre critique envers la juge Melissa Jackson, qui a décidé de placer Dominique Strauss-Kahn en détention provisoire, dénonçant le fait de l'avoir livré « à la foule des chasseurs d'images qui attendaient devant le commissariat de Harlem » en faisant « semblant de penser qu'il était un justiciable comme un autre »[171],[172],[173]. Cette prise de position lui vaut de vives critiques de la part de la presse américaine[174].

Personnalités politiques[modifier | modifier le code]

À gauche, la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, se déclare le « totalement stupéfaite » par l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn et parle de « coup de tonnerre »[175]. François Hollande déclare qu'« il faut réagir à la fois avec émotion mais aussi avec retenue », « se garder de toute conclusion prématurée » et précise que « cela n'implique pas le Parti socialiste »[176]. De leur côté, les strauss-kahniens Jean-Marie Le Guen et Jean-Christophe Cambadélis affirment que cela ne « ressemble pas » à Dominique Strauss-Kahn et appellent à ne pas tirer de conclusion hâtive[177],[178]. Jack Lang s'attire des critiques à la suite de propos qu'il tient le (« Quand on connaît un tout petit peu le système américain […] alors qu'il n'y a pas mort d'homme, ne pas libérer quelqu'un qui verse une caution importante, ça ne se fait pratiquement jamais[179]. »).
Arnaud Montebourg, quant à lui, se dit gêné, le , par le fait que des milliers de dollars « vont être dépensés pour tenter de décrédibiliser une femme pauvre, noire, qui travaille dur » et critique le système judiciaire américain, grâce auquel « si vous avez de l'argent, vous pouvez échapper à la prison »[180]. Le magazine Le Point rapporte, le , le commentaire d'Eva Joly, candidate d'Europe Écologie Les Verts à l'élection présidentielle française de 2012 : « C'est un homme ; il est riche, puissant et connu, face à une femme faible, pauvre et inconnue. Il a perdu. »[181] (ancienne juge d'instruction, elle avait déclaré en août 2010 : « DSK, je le connais bien, je l'ai mis en examen. »[182]).

Dans leur ensemble, les personnalités politiques de droite, sur les recommandations du président Nicolas Sarkozy, se montrent prudentes et insistent sur le respect de la présomption d'innocence, tout en déplorant l'impact que peut avoir cette affaire sur l'image de la France au niveau international[183]. Dans les heures qui suivent l'arrestation, certaines livrent néanmoins des commentaires tranchés[184] : « Si les faits sont avérés, la connerie est décidément toujours l’élément le mieux partagé au monde » (Jacques Myard, député UMP[185]) ; « Si c’était arrivé en France, je ne suis pas sûr que la police aurait osé interpeller DSK » (Nicolas Dupont-Aignan[186]). Pour sa part, Christine Boutin pense que Dominique Strauss-Kahn a été victime d’un piège[187]. Le député UMP Bernard Debré se montre le plus critique, estimant que Dominique Strauss-Kahn est un « homme peu recommandable » qui « humilie la France » en se « vautr[ant] dans le sexe », un « délinquant sexuel » qui aurait, selon lui, agressé d'autres employées de l'hôtel Sofitel de New York[188],[189] ; il admet par la suite avoir « surréagi »[190],[191].
La présidente du Front national, Marine Le Pen, considère pour sa part que Dominique Strauss-Kahn est « définitivement discrédité comme candidat à la plus haute fonction de l'État » et critique le fait que « le Tout-Paris » avait connaissance des « rapports légèrement pathologiques que M. Strauss-Kahn semble entretenir à l'égard des femmes »[192].

Interrogé par des journalistes russes, Vladimir Poutine déclare, le , ne pouvoir croire à l'affaire « telle qu'elle a été présentée au départ » et avoir « du mal à [en] évaluer les dessous politiques »[193],[194],[195].

Le , après la demande d'abandon des charges visant Dominique Strauss-Kahn, les responsables du Parti socialiste affichent leur satisfaction : Martine Aubry se dit « très heureuse », Harlem Désir parle d'un « immense soulagement », François Hollande se « réjouit pour Dominique Strauss-Kahn, ses proches, sa famille »[196]. Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, déclare : « Du point de vue de sa personne, je suis heureux pour M. Strauss-Kahn car il a subi une épreuve judiciaire particulièrement lourde »[197].
D'autres en revanche déplorent la décision du procureur et regrettent l'absence de procès, à l'instar de la communiste Marie-George Buffet, qui considère qu'il s'agit d'« une mauvaise nouvelle pour la justice » et « pour les femmes »[198], ou de la députée UMP Françoise Hostalier, qui trouve cela « étonnant et très choquant »[199]. Pour Marine Le Pen, la fin de la procédure pénale laisse un goût « amer » et « nauséabond »[200].

Le , l'ancien Premier ministre Michel Rocard affirme que Dominique Strauss-Kahn était atteint d'une « maladie mentale » l'empêchant de « contrôler ses pulsions »[201]. Le lendemain, Martine Aubry déclare penser « la même chose que beaucoup de femmes sur l'attitude de Dominique Strauss-Kahn vis-à-vis des femmes »[202],[203],[204]. De son côté, Arnaud Montebourg exige de l'ancien directeur général du FMI qu'il fasse des excuses « aux socialistes » et « au peuple de gauche », puis souhaite qu'« ensuite il garde le silence »[205].

Associations féministes[modifier | modifier le code]

Des associations féministes françaises, comme Osez le féminisme, La Barbe ou Paroles de femmes, se mobilisent face au « sexisme » qu'aurait selon elles engendré l'affaire[206],[207]. Osez le féminisme, dont la présidente Caroline De Haas dénonce « la manière dont cette saga a été commentée en France par les médias et les figures politiques » qui « met en lumière un sexisme décomplexé, dont nous connaissions l'existence »[208], lance le la pétition « Ils se lâchent, les femmes trinquent »[209], qui recueille en six jours plus de 28 000 signatures, parmi lesquelles celles de nombreuses personnalités politiques et médiatiques[210],[211]. Le , 500 personnes manifestent à Paris[212] et 3 000, le lendemain, devant le centre Pompidou[209]. Ces associations, rejointes par des féministes américaines, considèrent que « tout comme [Dominique] Strauss-Kahn doit être présumé innocent tant que sa culpabilité n’a pas été établie, la plaignante a droit au respect et sa parole ne doit pas être mise en doute jusqu’à preuve du contraire »[213].

Le , Élisabeth Badinter, proche de Dominique Strauss-Kahn, exprime sa colère contre certaines associations féministes et déclare qu'« on ne se sert pas d’une possible injustice pour faire avancer une cause »[214].

À la suite du non-lieu prononcé à l'égard de Dominique Strauss-Kahn, plusieurs mouvements féministes expriment leur « déception » et se montrent critiques. Zineb El Rhazoui, porte-parole de Ni putes ni soumises, précise qu'il « n'est pas blanchi » et regrette la « dérive dangereuse qui fait que des victimes devraient être parfaites pour être crues »[215]. La présidente de la Ligue internationale des femmes, Annie Sugier, qui a créé un comité « Justice pour Nafissatou Diallo », estime quant à elle qu'« au regard du rapport médical, il est évident qu'il s'agit d'un viol »[216] et qu'« il y a un déni de justice, parce qu'on ne va pas jusqu'au bout de la procédure, on ne va pas au fond du dossier »[215]. Pour Julie Muret, porte-parole d'Osez le féminisme, « cette affaire a été un révélateur du sexisme ambiant en France »[217].

Le journaliste Claude-Marie Vadrot estime, le , sur Politis.fr, que la mise hors de cause de Dominique Strauss-Kahn « n’est pas une rebuffade vis-à-vis des femmes, au contraire, n’en déplaise aux couinements de quelques féministes qui n’ont rien compris »[218]. Sur Causeur.fr, Élisabeth Lévy fustige les féministes pour qui « chaque mâle reste un violeur présumé »[219].

Dans une tribune publiée dans Le Monde du , Gisèle Halimi, qui se demandait dans Le Parisien du « Comment voulez-vous croire qu'une simple femme de ménage, noire, mère célibataire de surcroît, ne dise pas la vérité ? »[220] — le philosophe Raphaël Enthoven, proche de Dominique Strauss-Kahn, lui répondra dans l'Express, le , que l'« on peut être faible et fourbe, riche et innocent »[221] —, considère que le retour en France de Dominique Strauss-Kahn est « indécent » et fustige « l'indulgence et l'indécence qui ont marqué la relation médiatique de ce détestable feuilleton »[222].

Écrivains[modifier | modifier le code]

Certains écrivains ont publié des tribunes sur cette affaire, comme Christine Angot, dans Libération[223] ou Virginie Despentes dans le Guardian[224]. D'autres ont aussi réagi publiquement, tels Frédéric Beigbeder, Jay McInerney, Catherine Millet ou encore Yann Moix[225]. En , Marc-Édouard Nabe auto-édite L'Enculé, un roman qui « s'attaque » à l'affaire[226]. Certains sites littéraires font un parallèle entre l'affaire et le roman de Tom Wolfe, Le Bûcher des vanités[227].

Personnalités diverses[modifier | modifier le code]

En décembre 2012, le pénaliste américain, Alan Dershowitz, déclare n'avoir toujours pas compris « pourquoi Cyrus Vance a fait marche arrière et a abandonné le cas si facilement »[228]. L'avocat affirme : « Si vous comparez l'affaire DSK à celle de Mike Tyson, le boxeur a passé plusieurs années en prison sur la base d'une accusation bien plus faible »[228] et avance un élément d'explication, selon lui : « Dominique Strauss-Kahn a un excellent avocat, Benjamin Brafman, et le procureur de New York, Cyrus Vance Jr, savait que le procès serait long et difficile »[228].

Impact de l'affaire[modifier | modifier le code]

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Caméramen et reporters devant la résidence surveillée de Dominique Strauss-Kahn à New York.

L'impact médiatique planétaire de l'affaire a été mesuré par la société d'analyse des médias Kantar Media : Dominique Strauss-Kahn a fait la Une d'environ 150 000 quotidiens nationaux en quelques jours[229],[230], une couverture médiatique notamment supérieure à celle qui a suivi l'élection de Barack Obama[231]. En France, durant la semaine du 15 au , Kantar Media a comptabilisé 13 761 unités de bruit médiatique (UBM)[Note 7], soit un niveau jamais atteint depuis la création de cet instrument de mesure en 2000 : chaque Français de 15 ans et plus aurait été en contact 137 fois avec cet événement dans les médias.

L'annonce de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn et le déclenchement de l'affaire ont par ailleurs généré une hausse des audiences des journaux télévisés et des magazines d'information des chaînes françaises, notamment d'information continue[232], ainsi que des ventes de la presse écrite[233] (+ 113 % pour Libération par exemple[234]).

En outre, selon l'institut Netscope, l'affaire a eu un écho certain sur les blogs et les réseaux sociaux, notamment Twitter[235],[236],[237], phénomène également constaté sur Facebook ou l'encyclopédie en ligne Wikipédia[238]. En comparant les périodes du 15 au 21 mai 2011 et du 25 au 31 décembre 2011, Google a enregistré un intérêt 50 fois plus important du terme « DSK ».

Une enquête réalisée en ligne du 20 au 23 mai 2011 par l'institut Harris Interactive constate qu'une majorité de Français « portent un regard assez critique sur le traitement médiatique de l'“affaire Dominique Strauss-Kahn”, particulièrement outre-Atlantique » et « considèrent que les médias n’ont pas respecté la vie privée de Dominique Strauss-Kahn »[239].

Le , le philosophe Alain Finkielkraut « pourfend “le camp du bien” : gauche “bien-pensante”, droite “trop contente”, Américains donneurs de leçons et journalistes inquisiteurs, qui veulent en profiter pour “arracher le rideau de la vie privée” »[240]. Prenant un point de vue différent, l'association de critique des médias Acrimed a consacré une série d'articles[241] cherchant à mettre en évidence les « compassions sélectives »[242] des grands médias et la superficialité (ou le « néant journalistique[243] ») du traitement médiatique de l'affaire.

L'avocat Fabrice Lorvo estime que Dominique Strauss-Kahn doit faire face à son retour en France, à ce qu'il appelle « un procès médiatique »[244] et Céline Asselot se demande sur France Info si l'on se dirige en France vers « une justice médiatique »[245].

Le journal France-Soir soumet quelques photos des protagonistes de l’affaire DSK à un psychologue, spécialiste de l’analyse des comportements physiques, et publie ses conclusions le 8 août 2011[246].

L'affaire Dominique Strauss-Kahn est comparée à des affaires judiciaires françaises dans lesquelles la notion de « procès médiatique » a également été dénoncée, par exemple à l'Affaire d'Outreau[247], à l'Affaire Alègre-Baudis[248] et à l'Affaire Grégory[249]. Elle donne aussi lieu à des analyses sur le sujet des accusations mensongères[250] et sur celui de la loi du 9 juillet 2010 concernant celles-ci, appelées « dénonciations calomnieuses » en langage juridique et, à tort car à contre-sens, « fausses accusations » en langage populaire[251].

Images de Dominique Strauss-Kahn menotté[modifier | modifier le code]

Le , à 23 heures (UTC-5), après la fin de sa garde à vue, Dominique Strauss-Kahn, menotté et escorté par deux policiers, sort du commissariat de Harlem pour rejoindre une voiture blindée de la police de New York sous les flashs d'une cinquantaine de photographes. Ces images suscitent de nombreuses réactions en France lors de leur diffusion[252]. Martine Aubry juge la scène « profondément humiliante »[253], tandis que Jean-François Copé pense « à l'image de la France », soulignant que ces photos passent « en boucle dans le monde entier »[254]. L'ancienne ministre de la Justice Élisabeth Guigou trouve que les images sont « d'une brutalité, d'une violence, d'une cruauté inouïes » et se dit heureuse qu'il n'y ait « pas le même système judiciaire » en France. Cette dernière, qui est à l'origine de la loi sur la présomption d'innocence du 15 juin 2000, ajoute qu'il est « interdit par la loi [française] » de « publier des photos de personnes menottées »[255].

Le fait d'exposer des prévenus menottés sous l'œil des médias est une pratique courante aux États-Unis, appelée perp walk (la « marche du suspect »). Pour Le Nouvel Observateur, il s'agit d'une « pratique populaire et populiste » en « contradiction flagrante avec la présomption d'innocence »[256]. Le , le maire de New York, Michael Bloomberg, défend cette « tradition » en mettant en avant la manière de fonctionner du système judiciaire américain qui permet au « public [de] voir les auteurs présumés », tout en reconnaissant que « c'est triste » quand un accusé ayant subi le perp walk est reconnu non coupable[257]. Il revient sur ses positions le , après la libération sur parole de Dominique Strauss-Kahn, en qualifiant cette pratique de « monstrueuse », ajoutant : « Nous diffamons les accusés au nom d'un spectacle, pour le cirque que cela représente »[258].

Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) condamne la diffusion de ces images et demande « la plus grande retenue dans la diffusion d'images relatives à des personnes mises en cause dans une procédure pénale » afin de respecter la « dignité humaine »[259].

Dominique de Leusse, avocat français de l'homme politique, déclare que ces images « portent atteinte à la dignité de Dominique Strauss-Kahn et à sa présomption d'innocence au sens de la loi française » et que « peu importe que des sites Internet soient émis des États-Unis ou des îles Fidji, c'est le lieu de réception du site qui est générateur du délit » et menace de déposer plainte auprès des médias qui ne respecteraient pas la loi[260].

L'affaire Dominique Strauss-Kahn donne lieu à des comparaisons entre les systèmes judiciaires américain et français[261].

Conséquences politiques[modifier | modifier le code]

La candidature de Dominique Strauss-Kahn à la primaire socialiste de 2011 en vue de l'élection présidentielle de 2012, dont le calendrier est maintenu par la direction du Parti socialiste[262], apparaît compromise du fait du déroulement en cours de la procédure judiciaire[263].

Si, dans un premier temps, le Parti socialiste pouvait apparaître affaibli par le déclenchement de l'affaire[264],[265], les premiers sondages montrent que François Hollande et Martine Aubry, s'ils étaient candidats, recueilleraient de bons scores face à Nicolas Sarkozy au premier tour[266],[267],[268],[269],[270] et seraient en mesure de remporter l'élection présidentielle[268],[269],[270],[271]. Dominique Strauss-Kahn, qui jusque-là était la personnalité politique préférée des Français, perd 29 points de bonnes opinions dans les baromètres politiques Ifop réalisé les 19 et [272] et TNS Sofres de [273].
Deux sondages publiés au début du mois de juillet montrent en outre qu'une majorité de Français ne souhaite pas sa candidature à la primaire socialiste ni à l'élection présidentielle[274],[275]. Après l'abandon des poursuites pénales par le procureur, une majorité de Français déclare ne pas souhaiter un retour de Dominique Strauss-Kahn dans la primaire et ne pas vouloir qu'il joue « un rôle politique important pendant la campagne présidentielle pour soutenir le candidat socialiste » ni qu'il « fasse partie d'un éventuel nouveau gouvernement » si la gauche gagnait l'élection présidentielle[276],[277].

La démission de Dominique Strauss-Kahn de la direction du FMI entraîne la candidature puis l'élection à ce poste de Christine Lagarde, ministre française de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. En conséquence, le , le gouvernement François Fillon III fait l'objet d'un remaniement.

Rumeurs de machination[modifier | modifier le code]

Dans les premiers jours suivant l'arrestation, la nature des accusations portées et le peu d'informations connues suscitent des doutes au sujet de leur réalité ou de l'existence d'un piège ou d'un complot[278],[279],[280]. Elle est attisée par le fait que l'arrestation a été annoncée en premier par un jeune militant UMP sur Twitter (Le Point révélera qu'il s'agit de Jonathan Pinet, ami avec un stagiaire du Sofitel, qui lui a donné l'information)[281],[282] et par le fait que Dominique Strauss-Kahn lui-même avait évoqué en le risque d'une machination[283].

Un sondage CSA réalisé le indique que 57 % des sondés pensent que Dominique Strauss-Kahn est « victime d'un complot »[266], ce que des commentateurs relativisent néanmoins[284]. Le site Conspiracy Watch publie une analyse détaillée de ce sondage et des commentaires critiques sur l'affaire en général et sur les théories du complot qu'elle suscite[285]. D'autres analyses évoquent un choc culturel lié à la nature des actes mentionnés dans les accusations[286], dont le « refoulement » aurait notamment provoqué les réactions de certaines personnalités politiques françaises devant un tel « traumatisme »[287].

Le groupe Accor, accusé de « connexions avec des officines », notamment par le député socialiste de l'Eure , François Loncle[288], réfute ces allégations[289]. Le 21 juillet, une procédure disciplinaire est engagée contre le directeur de la gestion des risques du groupe, Xavier Graff, qui, le 24 juin, avait envoyé un courrier électronique « sur le ton de la plaisanterie » sur l'affaire[290].

Un article du journaliste américain Edward Epstein, paru le dans la New York Review of Books[291] et très commenté par les médias français[292], évoque un possible complot visant Dominique Strauss-Kahn[293] dans lequel le Sofitel serait impliqué, ce que le groupe Accor dément[294]. Cette hypothèse est également contestée par le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, qui crée par ailleurs une polémique en mentionnant l'existence d'un contrôle de Dominique Strauss-Kahn dans le bois de Boulogne en 2006[295]. La New York Review of Books rétracte subséquemment l'une des affirmations d'Epstein[296] et Dominique Strauss-Kahn prend ses distances avec son biographe, Michel Taubmann, qui défend lui aussi la thèse d'un complot[297].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • L'affaire a inspiré le roman Suite 2806 paru aux éditions La Tengo.
  • En janvier 2014, Régis Jauffret publie un roman intitulé La ballade de Rikers Island, dans lequel il évoque l'affaire du Sofitel de New York. Dominique Strauss-Kahn l'attaque en justice, ainsi que son éditeur, Le Seuil[301].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les sept chefs d'accusation sont : acte sexuel criminel du premier degré (deux chefs d’accusation), tentative de viol au premier degré (un chef), abus sexuel au premier degré (un chef), séquestration au deuxième degré (un chef), abus sexuel au troisième degré (un chef), attouchements (un chef).
  2. Le recours à la prostitution est un délit à New York puni d'un an de prison ferme et de 1 000 dollars d'amende, sur le modèle en vigueur à San Francisco « Prostitution Laws of New York » - « Fondation Scelles : Connaître, comprendre, combattre l'exploitation sexuelle ».
  3. Dans le système pénal de l'État de New York, un grand jury est l’instance décidant de la mise en accusation pour les crimes graves. Un grand jury réunit de 16 à 23 jurés dans une audience à huis-clos où le suspect peut demander à témoigner mais sans son avocat. Le secret de cette procédure est cependant total, et rien de ce qui se dit dans un grand jury ne saurait être utilisé au cours d’un procès. Les grands jurys suivent généralement les demandes de mise en accusation, notamment lorsque la plaignante accepte de témoigner. Cf. (en) « Dominique Strauss-Kahn: how the New York criminal justice system works », The Telegraph, 16 mai 2011.
  4. Dans le système pénal américain, la victime présumée d'une infraction est considérée comme témoin de l'infraction dont elle aurait été victime. C'est donc l'État de New York et non Nafissatou Diallo qui s'oppose à Dominique Strauss-Kahn dans la procédure.
  5. Mentir devant le grand jury est considéré comme un crime aux États-Unis.
  6. Mensonge sur sa situation matrimoniale en Guinée : elle n'a jamais été mariée. Parjure lors de sa demande d’asile aux États-Unis, lorsqu'elle avait déclaré avoir perdu son mari à la suite de persécutions gouvernementales. Elle a admis qu'il s’agissait en réalité d’une histoire inventée, contenue sur une cassette qu’elle avait apprise par cœur. Réitération de ces mensonges au début de l'actuelle procédure, avant que les inspecteurs ne s'en rendent compte. Mensonge sur la description détaillée d'un viol collectif qu'elle aurait subi en Guinée. Le procureur ajoute que Nafissatou Diallo « a pleuré et semblait être nettement désemparée en racontant ce viol ». Or, elle a par la suite reconnu que la description de ce viol « était fausse », et qu’elle faisait « partie du récit qu'elle avait mémorisé dans le cadre de son processus de demande d'asile ». Il précise aussi que dans une autre version, son principal témoin a affirmé qu’elle avait effectivement été violée, mais dans d’autres circonstances que celles précédemment racontées. Nafissatou Diallo a affirmé à plusieurs reprises qu’après avoir été agressée sexuellement par DSK et avoir signalé l'incident à son supérieur, arrivé plus tard sur les lieux, elle était restée « dans la même zone du couloir principal au 28e étage ». Elle a reconnu par la suite que ses propos étaient faux. En réalité, après l'agression alléguée, elle a nettoyé une autre pièce, puis elle est retournée nettoyer la suite 2806, et c’est dans un troisième temps qu’elle en a référé à son supérieur. Elle a soutenu cette fausse version après avoir prêté serment devant un Grand jury. Elle a déclaré l’enfant de l'un de ses amis dans sa propre déclaration d’impôt, afin de bénéficier d'un abattement fiscal. Elle a menti sur le montant de ses revenus afin de conserver son logement actuel.
  7. Cet instrument mesure « l'impact médiatique après auscultation de la presse écrite, de la TV, de la radio et du web ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DSK, grandeur et décadence d'un favori », Le Figaro, 16 mai 2011.
  2. « L'effarante double vie de DSK », L'Express, 16 novembre 2011.
  3. « Révélations sur les dernières soirées avant le Sofitel », Le Nouvel Observateur, 15 novembre 2011.
  4. « Décision attendue sur le sort du procès civil de DSK », Le Nouvel Observateur, 1er mai 2012.
  5. « FMI : que faire du cas DSK ? », Le Journal du dimanche, 15 mai 2011.
  6. « L'arrestation de DSK : quel impact sur le FMI et la zone euro ? », France 24, 17 mai 2011.
  7. « Cotes de popularité des personnalités politiques : cote d'avenir – Dominique Strauss-Kahn (2007-2011) », site de TNS Sofres, juin 2011.
  8. « DSK, grandeur et décadence d'un favori », Le Figaro, 16 mai 2011.
  9. « L'empêchement de DSK ouvre la voie à une vraie primaire », Le Monde, 19 mai 2011.
  10. « DSK candidat : annonce possible le 28 juin », Le Parisien, 3 mai 2011.
  11. « Les partisans de Dominique Strauss-Kahn en effervescence », Le Nouvel Observateur, 4 mai 2011.
  12. « Le déjeuner de DSK avec sa fille passé à la loupe », Le Parisien, 28 juin 2011.
  13. (en) « I.M.F. Chief, Apprehended at Airport, Is Accused of Sexual Attack », The New York Times, 14 mai 2011.
  14. « DSK arrêté à New York pour agression sexuelle », Le Figaro, 15 mai 2011.
  15. « DSK n'a pas réservé son vol sur Air France à la dernière minute », La Tribune, 15 mai 2011.
  16. (en) « Court Papers Detail Strauss-Kahn’s First Statements After Arrest », The New York Times, 16 juin 2011.
  17. a et b « La justice révèle les détails de l'arrestation de DSK », Le Figaro, 17 juin 2011.
  18. « DSK a quitté menotté le commissariat de Harlem », leParisien.fr, 16 mai 2011.
  19. « Dominique Strauss-Kahn inculpé d’agression sexuelle par le parquet de New York », Libération, 15 mai 2011.
  20. (en) Anne Barnard, Adam Nossiter et Kirk Semple, « From African Village to Center of Ordeal », The New York Times, 14 juin 2011.
  21. (en) « Strauss-Kahn Accuser’s Call Alarmed Prosecutors », The New York Times, 2 juillet 2011.
  22. Jean-Marc Gonin, « Affaire DSK : les Guinéens du Bronx réclament justice », Le Figaro, 20 mai 2011.
  23. « Dans le Bronx, la discrétion de Nafissatou Diallo étonne », Le Figaro, 25 mai 2011.
  24. « Affaire DSK : une famille guinéenne dans la tourmente internationale », RFI, 25 mai 2011.
  25. « Affaire DSK : l'incroyable destin de Nafissatou Diallo », RTL, 22 mai 2011.
  26. (en) « City of New York Against Dominique Strauss-Kahn », The New York Times, 16 mai 2011.
  27. « Le texte du rapport de police sur Dominique Strauss-Kahn (traduction) », Rue89, 16 mai 2011.
  28. « Cyrus Vance Jr joue le dossier de sa carrière », Le Monde, 20 mai 2011.
  29. (en) « New Prosecution Team as Strauss-Kahn Moves », The New York Times, 25 mai 2011.
  30. Phillippe Coste, « Rapport médical de Nafissatou Diallo : “Cause des blessures : viol” », L'Express, 16 août 2011.
  31. « Affaire DSK : le rapport médical conclut au viol », RTS, 16 août 2011 [audio]
  32. « DSK : le rapport médical de Diallo ne changera rien », Le Journal du dimanche, 19 août 2011.
  33. « Rapport médical de Nafissatou Diallo : le coup médiatique de trop de Kenneth Thompson ? », Le Nouvel Observateur, 18 août 2011.
  34. « DSK/Diallo : que prouve vraiment le rapport médical ? », Le Nouvel Observateur, 17 août 2011.
  35. Jacques Thomet, « L'avocat de Diallo a présenté la plainte de la femme de ménage comme un rapport médico-légal », 29 août 2011.
  36. « Rapport du procureur en français / Raisons de la préconisation d’un non-lieu / Chapitre 2 : Les preuves physiques et les autres preuves / Paragraphe B : Les preuves médicales », Rue89, 18 septembre 2011.
  37. (en) « Recreating an Encounter », The New York Times, 22 mai 2011.
  38. « Ce que l'on sait de l'affaire DSK », L'Express, 16 mai 2011.
  39. a et b (en) « District Attorney Vance announces indictment of Dominique Strauss-Kahn on sexual assault charges », communiqué de presse du New York County District Attorney's Office, 19 mai 2011.
  40. « Affaire DSK : trois révélations explosives alimentent la polémique », France-Soir, 25 mai 2011.
  41. (en) « DNA Test Confirms Dominique Strauss-Kahn's Sperm Found on Maid's Dress », The Daily Beast, 21 mai 2011.
  42. « Jeffrey Shapiro, le petit avocat des causes civiles », Le Figaro, 20 mai 2011.
  43. (en) « About Jeffrey J. Shapiro », site du cabinet Jeffrey J. Shapiro & Associates, LLC.
  44. (en) « Housekeeper Adds Lawyers to Team », The New York Times, 25 mai 2011.
  45. « La victime présumée de DSK s'entoure de deux avocats réputés », Le Nouvel Observateur, 27 mai 2011.
  46. « Kenneth Thompson, l'avocat de la femme de chambre », Le Monde, 7 juin 2011.
  47. « Kent Thompson, une mauvaise nouvelle pour DSK », Le Journal du dimanche, 6 juin 2011.
  48. (en) Leigh Jones, « Maid in Strauss-Kahn case pares down legal team », Thomson Reuters News & Insight, 6 juin 2011.
  49. « DSK : l’avocat star Norman Siegel ne défendra pas Nafissatou Diallo », France Soir, 13 juin 2011.
  50. « Avocat français pour Nafissatou Diallo dans l'affaire DSK », Le Figaro, 23 juin 2011.
  51. « La course contre la montre des avocats de DSK », Le Parisien, 22 mai 2011.
  52. En anglais : « I deny in the strongest possible terms the allegations which I now face » ; cf. (en) « Former IMF head Strauss-Kahn's farewell to staff », Business 360, 23 mai 2011.
  53. « La lettre de Dominique Strauss-Kahn à ses anciens collègues du FMI », Ouest-France, 23 mai 2011.
  54. « DSK : la police revoit l'heure de l'agression, l'alibi mis à mal », RTBF, 16 mai 2011.
  55. a et b (en) « Dominique Strauss-Kahn Bail Application », The New York Times, 18 mai 2011.
  56. « Relation sexuelle consentie : la ligne de défense de DSK se profile », nouvelobs.com, 6 juin 2011.
  57. (en) « The security company is conducting the investigation Guidepost Solutions for lawyers of the accused », KCRG, 21 mai 2011.
  58. « Les avocats de Strauss-Kahn se plaignent de fuites de la police », Le Point, 26 mai 2011.
  59. (en) « Strauss-Kahn’s Lawyers Claim to Have Evidence Undermining Accuser », The New York Times, 27 mai 2011.
  60. « Crédibilité de la femme de chambre mise en doute », Le Monde, 26 mai 2011.
  61. « Les avocats de DSK enquêtent pour décrédibiliser la victime présumée », RTL, 9 juin 2011.
  62. « Le texte du communiqué des avocats de Strauss-Kahn », Rue89, 15 juin 2011.
  63. « Les avocats de DSK disent ne pas chercher à “salir” la plaignante », Libération, 14 juin 2011.
  64. « La défense de DSK change de pied et épargne Diallo », Marianne 2, 15 juin 2011.
  65. « Le rapport médical de Nafissatou Diallo fait polémique », Le Point, 16 août 2011.
  66. « Les avocats de DSK protestent », Le Figaro, 16 août 2011.
  67. « Rapport médical inexact et malveillant », La Tribune de Genève, 16 août 2011.
  68. « Selon son avocat la plaignante est entendue aujourd'hui par le grand jury », Le Monde, 18 mai 2011
  69. « Les avocats de DSK démentent toute relation tarifée », Le Nouvel Observateur, 4 juillet 2011.
  70. « La défense de DSK campe sur la thèse de l'affabulation », Le Figaro, 4 juillet 2011.
  71. « DSK pourrait effectuer une visite privée au FMI la semaine prochaine », Le Nouvel Observateur, 25 août 2011.
  72. « Des liquides corporels retrouvés dans la chambre de DSK », lalibre.be, 18 mai 2011.
  73. (en) « Who, What, Why: Does Strauss-Kahn have immunity? », BBC News US & Canada, 16 mai 2011.
  74. « Affaire DSK : les événements de lundi », L'Express, 16 mai 2011.
  75. « Affaire DSK : qui se bat pour la femme de chambre ? », L'Express, 24 mai 2011.
  76. a et b « Dominique Strauss-Kahn incarcéré à Rikers Island », Le Monde, 17 mai 2011.
  77. (en) « Judge Jails IMF Chief in Sexual-Assault Case », The Wall Street Journal, 17 mai 2011.
  78. « Tristane Banon, dix ans entre scandale et silence. “L'autre” affaire DSK », Arrêt sur images, 19 mai 2011.
  79. « Dominique Strauss-Kahn va demander sa remise en liberté », Le Figaro, 18 mai 2011.
  80. « Dominique Strauss-Kahn démissionne de la direction du FMI », Le Monde, 19 mai 2011.
  81. « Le Directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, démissionne », communiqué de presse no 11/187, 18 mai 2011.
  82. Guide à l'intention des accusés, une publication de l'Association du barreau de la ville de New York et de l'Association des avocats du comté de New York [PDF]
  83. « AFP : Strauss-Kahn formellement inculpé », Le Figaro, 19 mai 2011.
  84. (en) Strauss-Kahn indictment [PDF]
  85. « DSK inculpé, mais bientôt libéré », L'Express, 20 mai 2011.
  86. « Dominique Strauss-Kahn cherche toujours un appartement », Le Nouvel Observateur, 25 mai 2011.
  87. « La résidence de Dominique Strauss-Kahn, nouvelle attraction à Manhattan », France 24, 23 mai 2011.
  88. « Sorti de prison, Dominique Strauss-Kahn emménage près de Ground Zero », Le Monde, 21 mai 2011.
  89. « DSK sous l'œil des experts de Stroz Friedberg », Le Figaro, 24 mai 2011.
  90. (en) Frank Rosario, « Strauss-Kahn meets his neighbors », The New York Post, 21 mai 2011.
  91. « Le Bristol Plaza refuse d'accueillir Dominique Strauss-Kahn », France 24, 20 mai 2011.
  92. « Strauss-Kahn, un voisin encombrant », 7SUR7, 21 mai 2011.
  93. « La première journée de DSK en résidence surveillée », Le Figaro, 21 mai 2011.
  94. « DSK s'installe dans une nouvelle résidence surveillée », Le Monde, 26 mai 2011.
  95. « DSK “n'en sortira pas indemne” », L'Express, 6 juin 2011.
  96. (en) « Letter From District Attorney to Defense in Strauss-Kahn Case », The New York Times, 1er juillet 2011.
  97. a et b Affaire DSK : le rapport du procureur, en français », Rue 89, 18 septembre 2011.
  98. « Strauss-Kahn Case Seen as in Jeopardy », The New York Times, 30 juin 2011.
  99. Basil Katz, « Dominique Strauss-Kahn libéré, l'accusation persiste », Reuters, 1er juillet 2011.
  100. « Les accusations contre DSK sur le point de s'effondrer », Le Monde, 1er juillet 2011.
  101. « Le mensonge “péché mortel” dans le système pénal américain », Le Monde 2 juillet 2011.
  102. (en) « Strauss-Kahn Accuser’s Call Alarmed Prosecutors », The New York Times, 1er juillet 2011.
  103. « Nafissatou Diallo : “Ce type a plein de fric, je sais ce que je fais” », lepoint.fr, 2 juillet 2011.
  104. (en) « Housekeeper’s Lawyer Says She Was Misquoted », The New York Times, 28 juillet 2011.
  105. a, b et c « DSK. Une journée riche en rebondissements, et après ? », Le Nouvel Observateur, 1er juillet 2011.
  106. « DSK obtient sa libération sur parole », Le Figaro, 1er juillet 2011.
  107. « DSK, libéré, reste poursuivi », france2.fr, 2 juillet 2011.
  108. « Affaire DSK : des juristes US s'attendent à un non-lieu », leparisien.fr, 1er juillet 2011.
  109. « Affaire DSK : l'avocat de la plaignante se déchaîne contre le parquet », Le Monde avec AFP, 1er juillet 2011.
  110. « Affaire DSK : la colère de Kenneth Thompson change de cible », Le Monde, 7 juillet 2011.
  111. « Pour Peter Ward, le Sofitel ne soutient pas Nafissatou Diallo comme il faut », Le Journal du dimanche, 25 juin 2011.
  112. « Dans l'affaire du Sofitel New-York le groupe Accor est face aux syndicats surpuissants des employés », L'Hôtellerie Restauration, 5 juillet 2011.
  113. « Affaire DSK : Nafissatou Diallo a parlé… et après ? », L'Express, 26 juillet 2011.
  114. « Le camp DSK accuse Nafissatou Diallo de vouloir “enflammer l’opinion publique” », Le Parisien, 26 juillet 2011.
  115. « DSK : ses avocats mènent “leur propre enquête” », France Soir, 14 juin 2011.
  116. « DSK : audience reportée au 1er août », lefigaro.fr, 11 juillet 2011.
  117. « L'audience de DSK à New York reportée au 23 août », lexpress.fr, 26 juillet 2011.
  118. (en) John Eligon et William K. Rashbaum, « Lawyer for Strauss-Kahn’s Accuser Expects Charges to Be Dropped », The New York Times, 20 août 2011.
  119. « Affaire DSK : Kenneth Thompson redoute un abandon imminent des poursuites », Le Monde, 21 août 2011.
  120. (en) « DA Moves to Abandon Strauss-Kahn Charges », The Wall Street Journal, 23 août 2011.
  121. (en) « Recommendation for dismissal », Supreme Court of the State of New York, 22 août 2011.
  122. a, b et c « Abandon des poursuites contre DSK : le document du procureur en français », Rue89, 23 août 2011.
  123. « Affaire DSK : les secrets de la chambre 2806 », Le Point, 23 août 2011.
  124. « Le procureur abandonne les charges contre DSK », Le Monde, 22 août 2011.
  125. Caroline Politi, « Pourquoi le procureur veut abandonner les poursuites contre DSK », L'Express, 23 août 2011.
  126. « Les charges contre DSK officiellement abandonnées », Le Monde, 23 août 2011.
  127. « DSK a récupéré son passeport mais fera étape à Washington », Le Parisien, 25 août 2011.
  128. « DSK et Anne Sinclair de retour en France », Le Parisien, 4 septembre 2011.
  129. « DSK sourit, salue et puis s'en va : le film de son retour à Paris », Le Monde, 4 septembre 2011 ; modifié le 5 septembre 2011.
  130. (en) « Hotel Housekeeper Sues Strauss-Kahn », The New York Times, 8 août 2011.
  131. « Affaire DSK : Nafissatou Diallo porte plainte au civil », L'Express, 8 août 2011.
  132. (en) « Complaint and demand for jury trial », Le Parisien, 9 août 2011.
  133. Maître Eolas, « Affaire DSK : pourquoi une plainte au civil ? », Journal d'un avocat, 9 août 2011.
  134. « Affaire DSK : comment fonctionne un procès civil ? », Le Journal du dimanche, 23 août 2011
  135. a, b et c William K. Rashbaum, « Strauss-Kahn Said to Reach Deal to Settle With Hotel Housekeeper », The New York Times, 29 novembre 2012.
  136. « DSK porte plainte contre Nafissatou Diallo pour “fausses accusations” », Le Monde, 15 mai 2012.
  137. « Texte intégral de la plainte de DSK », 14 mai 2012.
  138. « DSK réclame un million de dollars à Nafissatou Diallo », La Croix, 15 mai 2012.
  139. « DSK porte plainte contre Nafissatou Diallo », Libération, 15 mai 2012.
  140. « Texte intégral de la plainte de Nafissatou Diallo », 8 août 2011.
  141. a et b « 4 questions sur la plainte de DSK contre Nafissatou Diallo », Le Nouvel Observateur, 16 mai 2012.
  142. « DSK estime son préjudice à au moins un million de dollars », LexTimes.fr, 21 mai 2012.
  143. « DSK s'invite dans l'investiture de François Hollande », Europe 1, 16 mai 2012.
  144. « Hollande, président un an après l'arrestation de DSK », France-Soir, 8 mai 2012.
  145. « Ce que la gauche française doit à Nafissatou Diallo », Le Monde, 14 mai 2012.
  146. « Plainte au civil de Nafissatou Diallo : DSK fait valoir l'immunité », LCI, 26 septembre 2011.
  147. « DSK : première audience au civil dans l'affaire du Sofitel de New-York », france-info, 28 mars 2012.
  148. (fr) [vidéo] [audio] « L'immunité de DSK au centre du volet civil de l'affaire du Sofitel », francetv, 28 mars 2012
  149. « DSK : feu vert pour un procès civil aux États-Unis »,Le Figaro.fr, le 1er mai 2012
  150. « Texte intégral du jugement prononcé par le juge Douglas McKeon », 1er mai 2012.
  151. « Strauss-Kahn settlement talks under way, source says », edition.cnn.com, 23 août 2012.
  152. a, b et c « Accord à l'amiable entre DSK et Diallo : qui a intérêt à éviter un procès civil ? », lexpress.fr, 24 août 2012.
  153. « Given that Strauss-Kahn faces a very public discussion of his sexual history at the potentially televised oral arguments of the motion to dismiss Diallo's gender discrimination claim, it would not be surprising for settlement discussions to be occurring now" » - CNN - 23/08/2012 - http://edition.cnn.com/2012/08/23/justice/new-york-strauss-kahn-settlement/index.html?iref=allsearch
  154. « À la différence du procès pénal, DSK ne pourra pas se murer dans le silence. Les deux parties devront en effet se plier à l'épreuve de l'interrogatoire préliminaire qui consiste à répondre sous serment aux questions des avocats des deux camps. » (« Accord à l'amiable entre DSK et Diallo : qui a intérêt à éviter un procès civil ? », lexpress.fr, 24 août 2012)
  155. « EXCLUSIF - DSK : “Qu'on me laisse tranquille !” », Le Point.fr, 10 octobre 2012.
  156. a et b Pierre Hourcade, « DSK - Nafissatou Diallo : un accord financier profiterait aux deux parties », leplus.nouvelobs.com, 30 novembre 2012.
  157. « Affaire du Sofitel : DSK prêt à verser 6 millions de dollars à Nafissatou Diallo », Le Monde, 30 novembre 2012.
  158. « Accord DSK-Diallo : les avocats de DSK démentent », Le Point, 30 novembre 2012.
  159. « Un million de dollars pour Nafissatou Diallo », Le JDD, 20 janvier 2013.
  160. « Affaire du Sofitel : fin des poursuites contre DSK », Le Monde, 10 décembre 2012.
  161. « DSK-DIALLO - Fin de l'affaire », Le Point, 10 décembre 2012.
  162. « DSK-Diallo : les dessous de la transaction », Le Point, 5 décembre 2012.
  163. Corine Lesnes, « DSK au FMI : goodbye and good luck », article publié dans Le Monde du 31 août 2011, repris sur le site de Radio Jawhara FM Tunisie.
  164. « Contre-offensive de DSK, ce que dit le rapport du procureur », Le Monde, 19 septembre 2011.
  165. « DSK reconnaît une “faute morale” », Le Monde, 18 septembre 2011.
  166. Renaud Revel, « Mea culpa de Jérôme Cahuzac : qui a conseillé l'ancien ministre ? », sur L'Express,‎ 16 avril 2013
  167. « Anne Sinclair “ne croit pas aux accusations” contre son mari », Le Point, 15 mai 2011.
  168. « Anne Sinclair veut nous convaincre de ce dont elle s'est convaincue », Le Figaro, 23 avril 2014.
  169. « Affaire DSK : un “troussage de domestique” pour Jean-François Kahn », nouvelbos.com, 19 mai 2011.
  170. « DSK : “mise à mort médiatique” (Badinter) », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 17 mai 2011.
  171. Bernard-Henri Lévy, « Ce que je sais de Dominique Strauss-Kahn », Le Point, 17 mai 2011.
  172. Bernard-Henri Lévy, « Affaire Strauss-Kahn : question de principe », Le Point, 26 mai 2011.
  173. Bernard-Henri Lévy, « Les cinq leçons de la non-affaire Strauss-Kahn », Le Point, 7 juillet 2011.
  174. « Affaire DSK : Bernard-Henri Lévy étrillé par la presse américaine », Le Monde, 20 mai 2011.
  175. « “Un coup de tonnerre” pour Martine Aubry », Le Journal du dimanche, 15 mai 2011.
  176. « Hollande : l'affaire DSK “n'implique pas le Parti socialiste” », Libération, 20 mai 2011.
  177. « “Cet épisode ne ressemble pas à DSK” (E1) », Europe 1, 15 mai 2011.
  178. « “Cette histoire ne ressemble pas” à DSK », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 15 mai 2011.
  179. « Dérapages en série sur l'affaire DSK », Le Nouvel Observateur, 19 mai 2011.
  180. « Affaire DSK : la prison dorée de Strauss-Kahn choque certains socialistes », Le Parisien, 26 mai 2011.
  181. « Accusé, levez-vous ! », Le Point, 16 juin 2011.
  182. « Eva Joly lauréate 2010 du prix humour et politique », Libération, 20 septembre 2010.
  183. « DSK : l'UMP s'alarme pour l'image de la France, l’Élysée se tait », Les Échos, 16 mai 2011.
  184. Hélène Favier, « DSK : les politiques qui ont choisi Twitter pour s’exprimer », L'envərs du web | extension du dom@ine de la com’, 15 mai 2011.
  185. « DSK, un “névrosé” selon Jacques Myard », Nouvelles de France, 15 mai 2011.
  186. « Nicolas Dupont-Aignan : “Si c’était arrivé en France, je ne suis pas sûr que la police aurait osé interpeller DSK” », Nouvelles de France, 15 mai 2011.
  187. « Scandale Strauss-Kahn : Boutin dénonce une machination », Nouvelles de France, 15 mai 2011.
  188. « Arrestation de Dominique Strauss-Kahn : DSK est “un homme peu recommandable”, selon l'UMP Bernard Debré », Le Point, 15 mai 2011.
  189. « Debré sur DSK : “L'hôtel a étouffé d'autres affaires” », L'Express, 16 mai 2011 ; modifié le 17 mai 2011.
  190. « Haro sur les dirigeants du Sofitel ! », Le Nouvel Observateur, 6 juillet 2011.
  191. « Bernard Debré admet avoir surréagi », Le Point, 1er juillet 2011.
  192. « 2012 : DSK “définitivement discrédité” », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 15 mai 2011.
  193. (ru) « Путин сомневается в правдивости обстоятельств задержания Стросс-Кана » (« Poutine somnevaïétsia v pravdivosti obstoïatel'stv zaderjania Strauss-Kahna »), Вести.RU (Vesti.RU), 27 mai 2011.
  194. « Affaire DSK : Poutine ne peut pas croire à la version officielle », Le Monde, 27 mai 2011.
  195. (en) « Vladimir Putin hints at Dominique Strauss-Kahn conspiracy », The Telegraph, 29 mai 2011.
  196. « Abandon des charges contre DSK : réactions au PS », France 2, 23 août 2011.
  197. « Copé est “heureux” pour DSK », dépêche AFP reprise par 20 minutes, 23 août 2011.
  198. « Abandon des poursuites contre DSK : une “mauvaise nouvelle” selon Marie-George Buffet », Libération, 23 août 2011.
  199. « Eux critiquent l'abandon des poursuites contre DSK », LCI-TF1, 23 août 2011.
  200. « Affaire DSK : “un goût nauséabond” (FN) », Le Journal du dimanche, 24 août 2011.
  201. « Pour Rocard, DSK avait “une maladie mentale” », Le Journal du dimanche, 29 août 2011.
  202. Pascal Riché, « Sur DSK, Aubry pense “comme beaucoup de femmes” », Rue89, 31 août 2011.
  203. « Aubry critique “l'attitude de DSK vis-à-vis des femmes” », Le Figaro, 31 août 2011.
  204. « Comment Martine Aubry a pris ses distances avec DSK », Le Monde, 31 août 2011.
  205. « DSK : Montebourg exige “des excuses” », Le Figaro (avec AFP), 31 août 2011.
  206. « Ils se lâchent, elles se fâchent », site de l'association La Barbe, 22 mai 2011.
  207. « Affaire DSK : ces femmes en colère », L'Express, 23 mai 2011.
  208. (en) Lizzie Davies, « How Dominique Strauss-Kahn's arrest awoke a dormant anger in the heart of France's women », The Observer, 22 mai 2011.
  209. a et b « 3 000 féministes manifestent contre le sexisme généré par l'affaire DSK », Ouest-France, 23 mai 2011.
  210. « Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent ! », site de l'association Osez le féminisme.
  211. « Un appel contre le “sexisme décomplexé” », L'Express, 21 mai 2011.
  212. « EN DIRECT. DSK : 500 personnes ont manifesté à Paris contre le sexisme », Le Parisien, 22 mai 2011.
  213. (fr) (en) « Les féministes américaines mobilisées contre le sexisme et les violences », site de l'association Osez le féminisme.
  214. « Élisabeth Badinter : “On ne se sert pas d’une possible injustice pour faire avancer une cause” », Mediapart, 6 juillet 2011.
  215. a et b « Affaire DSK : déçues, les féministes ne laisseront pas tomber leur combat contre le viol », 20 minutes, 24 août 2011.
  216. Léa Bénet, « DSK : les féministes restent mobilisées », L'Express, 25 août 2011.
  217. « Affaire DSK : “Un révélateur du sexisme ambiant” », Le Journal du dimanche, 23 août 2011.
  218. « DSK, sexe à l'hôtel, non-lieu et naïveté », Politis.fr, 24 août 2011.
  219. « DSK, le criminel était presque parfait. Pour les féministes, chaque mâle reste un violeur présumé », Causeur.fr, 24 août 2011.
  220. « Affaire DSK : pour Gisèle Halimi, “le respect des femmes doit prévaloir” », Le Parisien, 18 mai 2011.
  221. « On peut être faible et fourbe, riche et innocent », L'Express, 1er septembre 2011.
  222. « La féministe Halimi dénonce “l'indécent retour de DSK” », L'Express, 6 septembre 2011.
  223. « Le Problème de DSK avec nous », Libération, 24 mai 2011.
  224. (en) « Dominique Strauss-Kahn and the game only one side plays », The Guardian, 23 mai 2011.
  225. « Quand les écrivains réagissent à l'affaire DSK », Buzz-littéraire.com, 11 août 2011.
  226. « Marc-Édouard Nabe s’attaque à “l’affaire DSK” pour son 2e roman auto-édité », CultureCafé, 8 octobre 2011.
  227. « Le roman DSK », Buzz littéraire, 18 mai 2011.
  228. a, b et c « Affaire DSK-Diallo : un silence négocié à prix d'or », interview par Stéphanie Fontenoy, Sud-Ouest le 10 décembre 2012.
  229. « L’affaire DSK : le summum du bruit médiatique », RFI, 26 mai 2011.
  230. « Du 15 au 22 mai, chaque Français a été en contact 137 fois avec l'affaire DSK dans les médias : une couverture médiatique sans précédent », Kantar Media ; consulté le 26 mai 2011.
  231. Jean-Jérôme Bertolus, Frédérique Bredin, Tir à vue - la folle histoire des présidentielles, éditions Fayard, 2011, p. 261.
  232. « DSK : pic de 1,2 million de téléspectateurs sur BFMTV », Le Parisien, 20 mai 2011.
  233. « Strauss-Kahn plus fort que Ben Laden dans les médias français », L'Express, 20 mai 2011.
  234. « Revue médias numerique, numéro 30, automne 2011 »
  235. « Affaire DSK : la blogosphère en ébullition », L'Express, 26 mai 2011.
  236. « Le déclic Twitter dans l’affaire DSK », RFI, 6 juin 2011.
  237. « Twitter plébiscite #DSK », L'Express, 1er juillet 2011.
  238. « Affaire DSK : quand Facebook, Twitter et Wikipédia virent au champ de bataille », Libération, 20 mai 2011.
  239. « La vie privée et la vie publique des responsables politiques dans les médias. Sondage Harris Interactive pour Voici », Harris Interactive, 27 mai 2011 [PDF]
  240. « Que penser du cas DSK ? », Le Point, 16 juin 2011.
  241. « Sur l'Affaire DSK », Acrimed.
  242. Henri Maler, Julien Salingue, « Affaire DSK (2) : compassions sélectives », Acrimed, 18 mai 2011.
  243. Collectif, « Affaire DSK (3) : en direct du néant journalistique », Acrimed, 20 mai 2011.
  244. « DSK : le procès médiatique toujours ouvert », Le Figaro, 6 septembre 2011.
  245. DSK-Karachi : va-t-on vers une justice médiatique ? », France Info, 1er octobre 2011.
  246. « Affaire DSK : Ce que leurs gestes disent d’eux… », France-Soir, 8 août 2011.
  247. « Dominique Strauss-Kahn : les États-Unis auront-ils leur affaire d'Outreau ? », La Voix du Nord, 5 juillet 2011.
  248. « Quelques leçons à tirer de l'affaire DSK », L'Express, 6 juillet 2011.
  249. « Les procès médiatiques : une lecture sociologique de l'affaire DSK », Droit 2.0, université Paris-2 Panthéon-Assas, 31 octobre 2011.
  250. « Affaire DSK : un plaidoyer prodomo », Agoravox, 27 août 2011.
  251. « Le viol, la dénonciation calomnieuse et la Cour Européenne des Droits de l'Homme », Paroles de juges, par Michel Huyette, 11 juillet 2011.
  252. « DSK menotté, le choc de l'image », Libération, 16 mai 2011.
  253. « Martine Aubry se dit bouleversée par la vue de DSK menotté », Le Point, 16 mai 2011.
  254. « Affaire DSK : Copé pense “à l'image de la France” », Le Nouvel Observateur, 16 mai 2011.
  255. « DSK menotté : “cruauté inouïe” (Guigou) », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 16 mai 2011.
  256. « DSK menotté : le “perp walk” mode d’emploi », Le Nouvel Observateur, 17 mai 2011.
  257. « Le maire de New York défend le “perp walk”, critiqué en France », Le Point, 18 mai 2011.
  258. « L'affaire DSK met à mal la pratique du “perp walk” », Le Point, 7 juillet 2011.
  259. « Affaire DSK : coup de semonce du CSA contre les images de menottes », Le Point, 17 mai 2011.
  260. Valérie de Senneville, « Fallait-il cacher les menottes de DSK ? », lesechos.fr, 20 mai 2011.
  261. « Affaire DSK : une leçon de droit comparé », Le Figaro, 14 septembre 2011.
  262. « Le Parti socialiste de l'après-DSK à l'après-Aubry, querelles interdites », Le Monde, 1er juin 2011.
  263. Guillaume Peltier, « L’impact de l’affaire DSK sur les primaires (sic) du PS », Atlantico, 25 mai 2011.
  264. « Affaire DSK : coup de massue au PS », Le Figaro, 15 mai 2011.
  265. « The arrest of Dominique Strauss-Kahn. No he Kahn’t (updated) », The Economist, 16 mai 2011.
  266. a et b « Les premières conséquences de l'affaire DSK. La Course 2012 — Vague 5 », site de l'institut CSA, 16 mai 2011 [PDF]
  267. « Baromètre d'intention de vote pour l'élection présidentielle », site d'Ipsos, 19 mai 2011 [PDF]
  268. a et b « Intention de vote à la présidentielle 2012 », site de l'institut BVA, 20 et 21 mai 2011 [PDF]
  269. a et b « Intentions de vote à l'élection présidentielle de 2012 », site de TNS Sofres, 20 et 21 mai 2011 [PDF]
  270. a et b « L’élection présidentielle de 2012 », site d'Harris Interactive, juin 2011 [PDF]
  271. « L'affaire DSK ne pénalise pas les candidats socialistes », Le Monde, 19 mai 2011.
  272. « Le tableau de bord politique Paris Match – Ifop : les personnalités », site de l'Ifop, 23 mai 2011 [PDF]
  273. « Le baromètre politique Figaro magazine », site de TNS Sofres, 2 juin 2011 [PDF]
  274. « Le souhait de candidature de Dominique Strauss Kahn aux primaires socialistes (sic) », site de l'institut CSA, 6 juillet 2011 [PDF].
  275. « Présidentielle : une majorité de Français contre une candidature de DSK », Les Échos, 7 juillet 2011.
  276. « La dette publique, les primaires socialistes, les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle de 2012 et l’hypothèse d’un retour de DSK. La Course 2012 – Vague 8 – août 2011 », site de l'institut CSA, 25 août 2011.
  277. « Les Français contre un retour politique de Strauss-Kahn, dit CSA », nouvelobs.com, 26 août 2011.
  278. Pour une analyse de la naissance de ce type de théorie, voir Frédéric Monier, « DSK : complot ou parano ? », Atlantico, 17 mai 2011.
  279. « Affaire DSK : Twitter a cru au complot », L'Express, 23 mai 2011.
  280. « Affaire DSK : ceux qui croient au complot », L'Express, 26 mai 2011.
  281. « L'inculpation de DSK ou le retour du complot », Le Nouvel Observateur, 18 mai 2011.
  282. « Affaire DSK : Boris, l'inconnu qui a allumé le feu médiatique », Le Point, 25 mai 2011.
  283. « Quand DSK imaginait une femme payée pour inventer une histoire de viol », Le Point, 16 mai 2011.
  284. « Théorie du complot et régression démocratique », Le Monde, 19 mai 2011.
  285. Série d'articles, Conspiracy Watch — Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot, mai 2011.
  286. « La théorie du complot a émergé en réponse au choc causé par l'affaire DSK », Le Monde, 19 mai 2011
  287. « Du délire en démocratie : la théorie du complot », Mediapart, 21 mai 2011.
  288. « Affaire DSK : Accor aurait prévenu l’Élysée », Le Journal du dimanche, 3 juillet 2011.
  289. « Théorie du complot : la mise au point du M. Sécurité d’Accor », Le Journal du dimanche, 9 juillet 2011.
  290. « Un cadre d'Accor sanctionné après une plaisanterie douteuse sur l'affaire DSK », Le Monde, 21 juillet 2011.
  291. (en) « What Really Happened to Strauss-Kahn? », The New York Review of Books, 22 décembre 2011 (sic).
  292. « Je suis convaincu que Strauss-Kahn était surveillé », Le Parisien, 27 novembre 2011.
  293. « Article d'Epstein : DSK ne commente pas », dépêche AFP, Le Figaro, 27 novembre 2011.
  294. « Affaire DSK - Diallo : la réponse d'Accor aux révélations », Le Figaro, 26 novembre 2011.
  295. « Le ministre de l'intérieur évoque un contrôle de DSK au Bois de Boulogne en 2006 », Le Journal du dimanche, 4 décembre 2011.
  296. « A Note on the Strauss-Kahn Case », The New York Review of Books, 6 décembre 2011.
  297. « Affaire DSK : son biographe crie au complot et accable Diallo », France Soir, 1er décembre 2011.
  298. J. M., « DSK : en film porno, ça devient l’affaire DXK », voici.fr, 27 octobre 2011
  299. Adèle Smith, « Nous avons vu l'affaire DSK dans New York, unité spéciale  », Le Figaro, 22 septembre 2011.
  300. Anne-Claire Huet avec l'AFP, « Jacqueline Bisset jouera Anne Sinclair dans le film sur DSK », TF1,‎ 22 mars 2013 (lire en ligne)
  301. « DSK attaque en justice l'auteur d'un livre sur l'affaire du Sofitel », Le Figaro, 16 janvier 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]