Aqaba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aqaba (homonymie).
ʿAqaba
Al-ʿAqaba, العقبة
Image illustrative de l'article Aqaba
Administration
Pays Drapeau de la Jordanie Jordanie
Province Aqaba
Démographie
Population 95 408 hab. (2008)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 29° 31′ 41″ N 35° 00′ 01″ E / 29.52806, 35.0003829° 31′ 41″ Nord 35° 00′ 01″ Est / 29.52806, 35.00038  
Altitude 46 m
Superficie 37 500 ha = 375 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jordanie (administrative)

Voir sur la carte Jordanie administrative
City locator 12.svg
ʿAqaba
Liens
Site web http://www.aqaba.jo
Sources
« Jordan Department of Statistics »
« Index Mundi »

Aqaba ou Akaba[1] est une ville côtière de 88 780 habitants[2] à l'extrémité sud de la Jordanie.

Aqaba occupe une position stratégique pour la Jordanie car c'est le seul port du pays. La ville est mitoyenne d'Eilat, en Israël, et un poste-frontière permet de se rendre en Israël. Aqaba et Eilat sont à la pointe nord du golfe d'Aqaba.

Histoire[modifier | modifier le code]

La forteresse d'Aqaba

Aqaba est le site d'un peuplement habité depuis 4000 av. J.-C., notamment en raison de sa position stratégique au carrefour des routes commerciales entre l'Asie, l'Afrique et l'Europe. Le peuplement originel est connu sous le nom de Elath (אֵילַת ʼÊlaṯ) en hébreu (et sans doute en édomite). C'était un centre Édomite puis arabe nabatéen.

La Bible mentionne le lieu : "Le Roi Salomon construisit également des bateaux à Ezion-Geber, près de Elath en pays édomite, au bord de la mer Rouge" [3]. Ce verset fait probablement référence à un port de l'âge du fer construit sur la position actuelle d'Aqaba.

Sous la dynastie des Ptolémées, les Grecs appellent la ville Berenice, puis les Romains Aila et Aelena. Durant l'occupation romaine, la Via Nova Traiana qui allait de Damas à Amman se terminait à Aqaba, où elle rejoignait la route qui allait de la Palestine à l'Égypte.

Peu après la mort de Mahomet, Aqaba fait partie du califat, et passe successivement entre les mains des Omeyyades, Abbassides, Fatimides et Mamelouks. Le début de l'ère musulmane voit la construction de la ville de Ayla, décrite par le géographe Shams Eddin Muqaddasi comme étant juste à côté de l'implantation originelle, alors en ruines. Les ruines de Ayla (révélées dans les années 1980 par une équipe archéologique américano-jordanienne) sont situées à faible distance du front de mer.

Au XIIe siècle, les Croisés occupent la ville et construisent la forteresse de Helim, qui reste relativement bien préservée aujourd'hui. En plus de bâtir un fort dans Aqaba, les Croisés fortifient la petite île nommée Île de Graye (maintenant connue sous le nom d’Île du Pharaon, à 7 kilomètres de la côte). L'île se trouve désormais en territoire égyptien. Dès 1170, Aqaba et l'Île de Graye sont reconquises par Saladin. Les Mamelouks prennent la ville en 1250 et reconstruisent le fort au XIVe siècle au cours du règne d'un des derniers sultans Mamelouks, Qansah al-Ghouri.

Au début du XVIe siècle, la dynastie mamelouk et la région sont sous influence ottomane. Sous les Ottomans, l'importance de la ville décline : Aqaba devient un simple village de pêcheurs.

Durant la Première Guerre mondiale, les forces ottomanes sont forcées de se retirer de la ville en 1917 après un raid mené par Lawrence d'Arabie et les forces arabes de Hussein ben Ali. La région est alors annexée par le royaume du Hijaz. La prise d'Aqaba permet l'approvisionnement à partir de l'Égypte, des forces arabes et britanniques combattant plus au nord, en Transjordanie et en Palestine. Aqaba est incorporée au protectorat britannique de Transjordanie en 1925.

Aqaba vue de la mer
Mahmoud Abbas, Ariel Sharon et George W. Bush au Sommet de la Mer Rouge à Aqaba, le 4 juin 2003

En 1965, le roi Hussein de Jordanie élargit le territoire autour d'Aqaba. En échange de 6 000 km² en Jordanie centrale, l'Arabie saoudite donne 12 kilomètres de côte au sud d'Aqaba. En plus de permettre l'extension du port, cet échange donne également accès à la Jordanie au magnifique corail de Yamanieh.

Jusqu'à la Guerre du Golfe, Aqaba était un des importateurs majeurs de biens irakiens.

Le 20 août 2005, une attaque à la roquette vise deux bateaux de l'U.S. Navy (l'USS Ashland et l'USS Kearsarge) à quai. L'attaque les manque mais endommage des bâtiments voisins. L'attaque visait aussi la ville israélienne voisine d'Eilat [4].

Économie[modifier | modifier le code]

La marina de Tala Bay au sud d'Aqaba

De nos jours, la ville est une station balnéaire et un centre de plongée. Cependant, il reste de nombreuses activités industrielles dans la zone, comme des raffineries de pétrole et de sucre. Elle exporte notamment du phosphate et des coquillages. Aqaba est également un centre administratif important au sud de la Jordanie. Aqaba possède un aéroport (code IATA : AQJ).

En 2011, la décision a été prise de créer un parc à thème portant sur Star Trek - le premier au monde - sur la région d'Aqaba. Prévu pour ouvrir ses portes en 2014, ce parc devrait couter 1,5 milliards de dollars - chiffre impressionnant mais inférieur au coût d'un parc type Universal ou Disney. Ce projet tient à cœur au roi qui est un "Trekkie" confirmé puisqu'il a fait une apparition dans un épisode de la série Star Trek : Voyager en 1995. Source : Gizmodo et The National

Jumelages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en arabe : العقبة al-ʻAqabah
  2. en 1997 selon Encarta étude 2007
  3. Bible, 1 Rois 9:26.
  4. Compte-rendu de CNN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :