François Heisbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Heisbourg, né le 24 juin 1949 à Londres (Royaume-Uni), est président (Chairman of the Council) de l'International Institute for Strategic Studies (IISS), basé à Londres[1], et du Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP). Il est conseiller spécial du président de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

François Heisbourg est le fils du diplomate et historien luxembourgeois Georges Heisbourg. Ancien élève de l'ENA, il a été membre du Centre d'analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères (1978-79), premier secrétaire à la représentation permanente de la France à l'ONU (1979-1981), conseiller pour les affaires internationales au cabinet du ministre de la Défense (1981-1984), directeur-attaché à Thomson-CSF (1984-1987), directeur de l'IISS (1987-1992), directeur désigné de l'Institut universitaire de hautes études internationales de Genève, directeur du développement stratégique de Matra Défense Espace (1992-1997), responsable d'une mission interministérielle sur la recherche et l'enseignement sur les questions internationales et de défense (1998-2000) et directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (2001-2005). Il a fait partie du groupe des personnalités chargé par la Commission européenne de créer le programme européen de recherche de sécurité (PERS), de la Commission internationale pour les Balkans[3], du comité de pilotage du Livre Blanc gouvernemental La France face au terrorisme[4], de la Commission du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale ( Livres blancs de 2008 et 2013), de la Commission internationale sur la non-prolifération et le désarmement nucléaires (ICNND).

Il a assuré le cours magistral sur l'espace mondial à l'Institut d'études politiques de Paris.

Des biographies plus complètes sont disponibles sur les sites de l'IISS (governance), du GCSP (council), et de la FRS (annuaire).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est officier dans l'ordre de la Légion d'honneur, chevalier de l'ordre national du Mérite, Commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne, Commandeur de l'Ordre de la Couronne de chêne (Luxembourg), Chevalier du Mérite militaire espagnol, Officier de l'ordre du Mono (Togo).

Controverses[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la polémique sur les armes de destruction massive irakiennes, il est critiqué pour avoir affirmé dans Le Monde du 10 septembre 2002, au lendemain de la publication par l'IISS du dossier Iraq's Weapons of Mass Destruction: A Net Assessment[5], que « les armes biologiques et chimiques existent bel et bien »[6]. Le rapport de l'IISS sera d'ailleurs utilisé par Tony Blair pour justifier la guerre d'Irak[7]. Cependant, François Heisbourg s'est clairement élevé contre la guerre d'Irak[8].

Publications[modifier | modifier le code]

livres parus en France depuis 2000, par ordre de publication
  • 2001 : Hyperterrorisme, la nouvelle guerre, (avec la FRS), éditions Odile Jacob (ISBN 978-2-73811-080-0)
  • 2004 : 11 septembre, rapport de La commission d'enquête, de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis (préface), Les Équateurs (ISBN 978-2-84990014-7)
  • 2005 : La Fin de l'Occident. L’Amérique, l'Europe et le Moyen-Orient, Ed. Odile Jacob
  • 2006 : Le Terrorisme en France aujourd'hui (avec Jean-Luc Marret), Les Équateurs
  • 2007 : L’Épaisseur du monde, Stock
  • 2007 : Iran, le choix des armes, Stock
  • 2009 : Après Al Qaida - La nouvelle génération du terrorisme, Stock
  • 2010 : Vainqueurs et vaincus, lendemains de crise, Stock
  • 2010 : Les Conséquences stratégiques de la crise (direction), Ed. Odile Jacob
  • 2011 : Les armes nucléaires ont-elles un avenir? (direction), Ed. Odile Jacob
  • 2011 : Espace militaire. L’Europe entre souveraineté et coopération (avec Xavier Pasco), Choiseul
  • 2012 : Espionnage et Renseignement. Le vrai dossier, Ed. Odile Jacob
  • 2013 : La Fin du rêve européen, Stock

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Al Qaida est mort, et après ? Interview de François Heisbourg par Olivier Bailly sur Agoravox