Le Silence des agneaux (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Le Silence des agneaux (roman).

Le Silence des agneaux

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Siège du FBI à Washington (district de Columbia)

Titre original The Silence of the Lambs
Réalisation Jonathan Demme
Scénario Ted Tally
Acteurs principaux

Jodie Foster (Clarice Starling)
Anthony Hopkins (Hannibal Lecter)
Scott Glenn (Jack Crawford)
Ted Levine (Buffalo Bill)

Sociétés de production Orion Pictures Corporation
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Horreur
Sortie 1991
Durée 118 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Silence des agneaux (The Silence of the Lambs) est un thriller américain, réalisé par Jonathan Demme et sorti en 1991.

Le film est l'adaptation du deuxième opus d'une tétralogie écrite par Thomas Harris mettant en scène le personnage fictif d'Hannibal Lecter, brillant psychiatre cannibale. Les trois autres romans ont également été transposés au cinéma : Dragon rouge (Red Dragon) — remake du Sixième Sens (Manhunter) réalisé en 1986 — se déroule avant Le Silence des agneaux, Hannibal en est la suite et Hannibal Lecter : Les Origines du mal (Hannibal Rising), comme son nom l'indique, revient sur les causes du cannibalisme chez Hannibal adolescent.

Dans Le Silence des agneaux, Clarice Starling, une jeune stagiaire du FBI, est désignée par Jack Crawford pour interroger Hannibal Lecter, un célèbre psychopathe cannibale emprisonné à vie dans un hôpital psychiatrique à Baltimore, dans le cadre d'une enquête sur une série de meurtres épouvantables perpétrés sur des femmes dans le Middle West. L'auteur est un psychopathe surnommé Buffalo Bill, car il découpe la peau de ses victimes. Le film a remporté les cinq oscars majeurs en 1992 : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario adapté, meilleur acteur et meilleure actrice[1],[2],[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Clarice Starling est une jeune et brillante stagiaire du FBI à Quantico en Virginie. Ses compétences sont repérées par Jack Crawford, chef du département des sciences du comportement. Le département est sur la brèche dans le cadre de l'enquête sur « Buffalo Bill », un tueur en série qui découpe la peau de ses victimes.

Jack Crawford envoie Clarice auprès du docteur Hannibal Lecter alias « Hannibal le Cannibale », éminent psychiatre emprisonné depuis huit ans dans une cellule de très haute sécurité de l'hôpital psychiatrique de Baltimore dirigé par le docteur Chilton. Jack Crawford espère que Clarice pourra en retirer des informations capitales sur Buffalo Bill.

Hannibal l'oriente d'abord vers un entrepôt où elle découvre la tête de Benjamin Raspail, la première victime de Buffalo Bill. Hannibal connaît l'identité de Buffalo Bill qui lui avait été présenté par Benjamin Raspail, l'un de ses patients. Il marchande des indices à Clarice à condition qu'elle accepte de se prêter à des séances d'analyse. Bien qu’on l’ait mise en garde de ne rien révéler de personnel à Hannibal, Clarice consent à ces délicates séances en échange du jeu de pistes communiqué par Lecter.

Pendant ce temps Buffalo Bill a kidnappé la fille de la sénatrice Martin. Dans l'urgence, afin qu'Hannibal lui révèle enfin l'identité du tueur, Clarice lui fait une offre bidon au nom du sénateur : une cellule avec une vue au lieu de son cachot de Baltimore avec le droit de se promener et de se baigner sous haute surveillance, une semaine par an, sur une plage. Mais le docteur Chilton, qui espionne jalousement les conversations de Clarice et de Lecter, en fait part au sénateur qui fait une contre-proposition à Hannibal. Il est alors transféré à Memphis où il donne de fausses informations au sénateur. Clarice parvient à l'approcher à Memphis et il lui fournit de précieux indices à l'issue de « son analyse » qui semble la valoriser à son regard de psychiatre. Puis Lecter parvient à s'échapper de sa nouvelle prison après avoir massacré ses deux gardiens.

Les indices du docteur Lecter permettent à Clarice de trouver Buffalo Bill, qui utilisait la peau de ses victimes pour se confectionner des vêtements, de l'abattre en sauvant ainsi Catherine Martin alors que Jack Crawford et son équipe suivent une mauvaise piste.

Pendant ce temps, le docteur Lecter est parti aux Bahamas où il a suivi le docteur Chilton, dont il envisage de faire son prochain diner pour se venger des traitements qu'il a subit durant sa détention.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Clarice Starling : née en 1960, une nouvelle recrue du FBI, elle est chargée d'interroger Hannibal au sujet de Buffalo Bill. Elle aura besoin de tout son courage pour le retrouver.
  • Hannibal Lecter : né en 1933, ancien psychiatre ayant pratiqué le cannibalisme. Il est emprisonné depuis plus de huit ans dans l'établissement pénitentiaire dirigé par le docteur Chilton, Lecter laisse sous-entendre qu'il est ou sera incarcéré à vie. C'est un cannibale ayant tué quatorze personnes. Il aidera Clarice à trouver Buffalo Bill, en échange d'informations sur sa vie personnelle et du divertissement que lui procure son analyse psychologique.
  • Jack Crawford : né en 1940, un chef du département du FBI ainsi que patron de Clarice, il est déterminé à trouver Buffalo Bill, mais refuse que Clarice confie à Hannibal des secrets de sa vie personnelle, car comme il l'a dit, « personne ne veut avoir Hannibal Lecter dans sa tête ».
  • Buffalo Bill : né en 1952, un tueur en série qui capture des femmes, les assassine, les dépèce, et abandonne leurs cadavres dans la nature.
  • le docteur Chilton : né en 1945, il est le directeur de la prison et l'ennemi juré d'Hannibal. Imbu de sa personne, Chilton n'aime pas que Clarice vienne demander des informations à Hannibal sans le consulter auparavant. Il aime infliger des punitions à Hannibal qu'il considère comme son plus grand trophée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : version française (VF) sur Voxofilm[5]

Bande originale[modifier | modifier le code]

En dehors de la musique du compositeur Howard Shore, la bande originale comporte deux singles originaux : le premier, American Girl (1977), de Tom Petty and the Heartbreakers, est le morceau que Catherine Martin écoute et chante à tue-tête dans sa voiture, peu de temps avant son enlèvement par le tueur Buffalo Bill ; le second, Goodbye horses (1988), de Q Lazzarus, à l'esthétique New Wave, sert de musique de fond au strip-tease solitaire et halluciné du tueur en série, dans une scène de maquillage et de danse où Buffalo Bill parvient à « escamoter » brièvement ses parties génitales, afin de donner à son bas-ventre l'aspect de celui d'une femme.

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le scénario du Silence des agneaux a été écrit par Ted Tally et a reçu l'Oscar du meilleur scénario adapté en 1992. Le scénariste adapta le livre éponyme de Thomas Harris, second tome de sa tétralogie sur Hannibal Lecter. Pour écrire son roman, Harris s'inspira de trois tueurs en série : Ted Bundy, Gary Heidnick (en) et Ed Gein[6]. Le premier était un étudiant qui usait d'un faux plâtre au poignet afin de susciter la pitié des jeunes filles. Le second séquestrait des femmes dans une cave. Quant au troisième, il s'habillait avec la peau de ses victimes et se regardait régulièrement dans des miroirs. Ce dernier avait d'ailleurs inspiré les personnages de Norman Bates dans Psychose (1960) d'Alfred Hitchcock et de Leatherface dans Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper[7].

Préproduction[modifier | modifier le code]

C'est l'acteur Gene Hackman qui détenait les droits du film et qui désirait diriger et jouer dans le film, mais il changea d'avis après la première lecture du scénario de Ted Tally qu'il considéra comme trop violent.

Jonathan Demme reprit le projet et proposa le rôle de Clarice Starling à Michelle Pfeiffer[8]. Après réflexion, celle-ci refusa, trouvant l'histoire trop sombre et violente et déclara plus tard que cette décision avait été très difficile à prendre[9]. Kim Basinger, Emma Thompson, et Meg Ryan ont été ensuite approchées, avant que le metteur en scène ne porte son choix sur Jodie Foster qui venait de remporter l'Oscar de la meilleure actrice pour Les Accusés (1988) de Jonathan Kaplan. Jodie Foster s'était déjà rapprochée du scénariste Ted Tally qui lui a dit : « Je suis en train d'écrire un rôle pour vous ». Pendant la préparation du film, c'est elle qui est venue voir les producteurs à plusieurs reprises en leur disant : « Si jamais il y a un problème avec l'autre actrice, je suis là ! »[10] ou en demandant à Jonathan Demme de la considérer comme son « deuxième choix » en cas de désistement de Pfeiffer[11]. Elle avança un point de vue qui retint l'attention du réalisateur : « Cette histoire parle d'une jeune femme qui essaie d'en sauver une autre »[11]. Enfin, Demme, voyant un jour encore venir vers lui sa petite silhouette farouchement déterminée, a confié à Tally : « Clarice, c'est elle. »[12]

Pour le rôle d'Hannibal Lecter, le choix initial de la production était Robert Duvall[13] qui le refusa. Anthony Hopkins le reprit.

La préparation du film se fit dans un grand souci de réalisme. En effet, Jodie Foster et Scott Glenn furent mis en relation avec des agents du FBI, et passèrent beaucoup de temps à se familiariser avec les techniques, mais également avec l'état d'esprit de ces personnes. Glenn a même visionné des photographies de scènes de crimes. « J'ai perdu un certain degré d'innocence », dira-t-il plus tard[14].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film a débuté le 15 novembre 1989 et s'est achevé le 1er mars 1990[15].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 272 742 000 $ au box-office mondial, dont 130 742 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 20 000 000 $[16]. En France, il a réalisé 3 110 147 entrées[17].

Il a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 94 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8,5/10 et sur la base de 62 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[18]. Sur Metacritic, il obtient un score de 84/100 sur la base de 17 critiques collectées[19].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie Prix Lauréat
1992 BAFTA BAFTA du meilleur acteur Anthony Hopkins
BAFTA de la meilleure actrice Jodie Foster
Nomination au BAFTA du meilleur film Ronald M. Bozman, Jonathan Demme, Edward Saxon et Kenneth Utt
Nomination au BAFTA du meilleur réalisateur Jonathan Demme
Nomination au BAFTA du meilleur scénario adapté Ted Tally
Nomination au BAFTA de la meilleure photographie Tak Fujimoto
Nomination au BAFTA de la meilleure musique Howard Shore
Nominationn au BAFTA du meilleur montage Craig McKay
Nomination au BAFTA du meilleur son Skip Lievsay, Christopher Newman et Tom Fleischman
1992 César du cinéma Nomination au César du meilleur film étranger Jonathan Demme
1992 Festival de Berlin Ours d'argent du meilleur réalisateur Jonathan Demme
Nomination à l'Ours d'or Jonathan Demme
1992 Golden Globe Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique Jodie Foster
Nomination au Golden Globe du meilleur film dramatique
Nomination au Golden Globe du meilleur réalisateur Jonathan Demme
Nomination au Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique Anthony Hopkins
1992 Oscars Oscar du meilleur film Edward Saxon, Kenneth Utt et Ronald M. Bozman
Oscar du meilleur acteur Anthony Hopkins
Oscar de la meilleure actrice Jodie Foster
Oscar du meilleur réalisateur Jonathan Demme
Oscar du meilleur scénario adapté Ted Tally
Nomination à l'Oscar du meilleur montage Craig McKay
Nomination à l'Oscar du meilleur son Tom Fleischman et Christopher Newman
1992 Prix Edgar-Allan-Poe Prix Edgar-Allan-Poe du meilleur scénario Ted Tally

Autour du film[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Desobrie, Rencontre avec des films remarquables, Roger Éditeur, Viroflay, 1994 (ISBN 2-903880-03-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Silence of the Lambs Sweeps Top Awards at Oscars - The Tech
  2. 'Silence of the Lambs' Sweeps 5 Major Oscars - The Envelope - LA Times
  3. All about Oscar
  4. (en) The Silence of the Lambs sur The Numbers.
  5. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm, consulté le 26 novembre 2014
  6. (fr) FILMDECULTE : Silence des Agneaux (Le), de Jonathan Demme, LE PARFUM.
  7. Voir à ce sujet l'article de fond « Ed Gein ou le Boucher de Plainfield » sur Horreur.Net, ainsi que l'article critique « Bibliographie » sur le site Au Troisième Œil.
  8. Avec laquelle il venait de tourner Veuve mais pas trop (Married to the Mob, 1988).
  9. The Barbara Walters Special, American Broadcast Company, 1992
  10. Interview de Jodie Foster, La Méthode Cauet du 10 avril 2008
  11. a et b Source : reportage Le Commencement, un bonus de l'Ultimate Edition DVD 2006.
  12. Source : reportage Dans le labyrinthe sur le tournage du film, Éditions DVD 2001 et 2006.
  13. Le Silence des agneaux sur DeVilDead
  14. People magazine du 1er avril 1991
  15. http://www.imdb.com/title/tt0102926/business?ref_=tt_dt_bus
  16. Le Silence des agneaux sur Box Office Mojo.
  17. Le Silence des agneaux sur JP‘s Box-Office.
  18. Le Silence des agneaux sur Rotten Tomatoes.
  19. Le Silence des agneaux sur Metacritic.
  20. http://awardsdatabase.oscars.org/ampas_awards/help/statistics/bigfive.html
  21. http://www.rue89.com/2013/04/13/30-trucs-fascinants-jai-appris-glandant-net-241395
  22. Axel Cadieux, Une série de tueurs. Les serial killers qui ont inspiré le cinéma, Capricci Éditions,‎ 2014 (ISBN 979-1023900200, lire en ligne), p. 21

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]