Anticlimax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'anticlimax (substantif masculin), du grec anti ("contre, opposé") et climax ("point culminant"), est une figure de style consistant en une gradation de termes négatifs et opposés à ceux évoqués lors d'une première gradation de termes positifs. Elle permet de contredire par une antithèse l'idée première évoquée et s'emploie surtout dans les argumentations. Elle vise des effets de symétrie et permet de dévoiler les contradictions internes à un personnage. Son antonyme est le climax qui s'appuie sur une gradation ascendante.

Exemples[modifier | modifier le code]

« C'était un esprit ingénieux et habile, perspicace et persévérant, rusé et tenace, enfin, pour tout dire, une intelligence supérieure et une conscience sans scrupules » : la gradation ascendante de termes positifs de la première partie de la proposition se conclut par une gradation descendante de termes négatifs venant contredire le portrait mélioratif du début.

Définition[modifier | modifier le code]

Définition linguistique[modifier | modifier le code]

L'anticlimax opère une transformation morpho-syntaxique par répétition de termes non identique : des mots positifs sont contredits par des termes négatifs répétés et énumérés. Il s'oppose à la gradation ascendante (termes de plus en plus élogieux) appelée également climax. On la considère comme une figure de pensée qui articule en réalité les deux figures opposées ; en effet, l'anticlimax ne peut exister sans gradation ascendante. Les deux figures représentent les versants antinomiques d'un même mouvement argumentatif.

En stylistique, l'anticlimax est parfois pris comme équivalent de bathos et signifie un glissement imprévu du style élevé au style trivial, à destination comique souvent. C'est une acceptation littéraire et non une figure de style.

Définition stylistique[modifier | modifier le code]

L'effet visé, d'un point de vue argumentatif, est de montrer le déchirement intérieur d'un personnage porté à trancher entre deux contradictions (dichotomie) avant de se prononcer en sens inverse. C'est une figure avant tout rhétorique que l'on retrouve surtout dans le genre dramatique : au théâtre classique surtout comme chez Jean Racine dans son Iphigenie. Un effet de symétrie peut être parfois recherché, notamment en poésie, afin de reproduire au niveau des idées le mécanisme de la rime.

Historique de la notion[modifier | modifier le code]

Figures proches[modifier | modifier le code]

  • Figure "mère": gradation
  • Figures "filles": aucune

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie des figures de style[modifier | modifier le code]

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Budé Série Latine »,‎ 1989, 392 p. (ISBN 2-2510-1202-8).
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique françoise, Paris, A. Wechel,‎ 1557.
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Impr. de Delalain,‎ 1816, 362 p.
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne.
  • Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion,‎ 1977 (ISBN 2-0808-1015-4, lire en ligne).
  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8).
  • Bernard Dupriez, Gradus,les procédés littéraires, Paris, 10/18, coll. « Domaine français »,‎ 2003, 540 p. (ISBN 2-2640-3709-1).
  • Catherine Fromilhague, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres »,‎ 2010 (1re éd. Nathan, 1995), 128 p. (ISBN 978-2-2003-5236-3).
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui »,‎ 1996, 350 p. (ISBN 2-2531-3017-6).
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires »,‎ 1998 (ISBN 2-1304-9310-6).
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Armand Colin,‎ 2001, 16 cm × 24 cm, 228 p. (ISBN 978-2-2002-5239-7).
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier cycle »,‎ 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-1304-3917-9).
  • Hendrik Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Paris, Honoré Champion,‎ 2005, 533 p. (ISBN 978-2-7453-1325-6).
  • Nicole Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Paris, Armand Colin,‎ 2003, 218 p. (ISBN 2-200-26457-7).
  • Michel Jarrety (dir.), Lexique des termes littéraires, Paris, Le Livre de poche,‎ 2010, 475 p. (ISBN 978-2-253-06745-0).