Meriadoc Brandebouc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merry.
Meriadoc Brandebouc
Personnage de fiction apparaissant dans
Le Seigneur des anneaux

Image illustrative de l'article Meriadoc Brandebouc

Nom original Meriadoc Brandybuck
Alias Merry
le Magnifique
Naissance 2982 T. Â.
Origine Pays de Bouc, La Comté
Décès Vers 65 Q. Â.
Sexe Masculin
Espèce Hobbit
Activité(s) Écuyer puis chevalier du Rohan
Maître du Pays de Bouc
Conseiller du Royaume du Nord
Auteur d'ouvrages sur l'herbe à pipe et sur les relations entre la langue hobbite et la langue rohirique
Caractéristique(s) Prit part à la chute du Roi-Sorcier d'Angmar
Affiliation Fils de Saradoc Brandebouc et de Esmeralda Touque
Mari d'Estelle Bolger
Entourage Pippin, Frodon, Théoden, Aragorn
Ennemi(s) Sauron

Créé par J. R. R. Tolkien
Interprété par Dominic Monaghan (2001-2003)
Voix Simon Chandler (VO, 1978)
Georges Poujouly (VF, 1978)
Casey Kasem (1980)
Vincent Ropion (VF, 2001–2003)
Film(s) Le Seigneur des anneaux (1978)
The Return of the King
(1980)
Le Seigneur des anneaux
(2001-2003)
Roman(s) Le Seigneur des anneaux

Meriadoc Brandebouc (Meriadoc Brandybuck dans la version originale), dit Merry, est un personnage fictif de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien, apparaissant dans le roman Le Seigneur des anneaux.

C'est un Hobbit, cousin et ami de Frodon Sacquet, qui accompagne ce dernier lorsqu'il doit quitter la Comté pour rejoindre Fondcombe et mettre l'Anneau unique à l'abri. Lorsque le conseil d'Elrond se décide finalement à détruire l'Anneau dans le feu de la Montagne du Destin, Merry insiste jusqu'à ce qu'il soit autorisé à faire partie de la communauté de l'Anneau, tout comme son cousin Peregrin Touque, dit Pippin. Avec la Communauté, il tente de franchir le Caradhras, traverse la Moria, visite la LothlórienGaladriel lui offre une ceinture d'argent, puis est capturé par les Uruk-hai avec son cousin Pippin alors que Boromir meurt en tentant de les protéger. Merry et Pippin parviennent à s'échapper et à se réfugier dans la forêt de Fangorn où ils rencontrent l'Ent Sylvebarbe, avec lequel ils partent en guerre contre l'Isengard. Merry entre ensuite au service de Théoden, roi du Rohan, en tant qu'écuyer, et participe à la guerre de l'Anneau. Lors de la bataille des Champs du Pelennor, il accomplit son plus grand fait d'armes, en aidant Éowyn à abattre le Roi-Sorcier d'Angmar. De retour dans la Comté après la guerre, il est l'un des meneurs de la bataille de Lèzeau qui chasse Sharcoux. Devenu Maître du Pays de Bouc, il retourne en Rohan puis en Gondor à la fin de sa vie, et est enterré dans la Maison des Rois.

Meriadoc Brandebouc apparaît dans la majorité des adaptations du Seigneur des anneaux, aussi bien radiographiques que cinématographiques, ou sur d'autres médias. La trilogie cinématographique de Peter Jackson accentue fortement son intérêt comique, de même que celui de son cousin Pippin, trait beaucoup moins marqué dans le roman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Meriadoc Brandebouc, dit Merry, naît en 2982 du Troisième Âge, ou 1382 dans le calendrier de la Comté, il est un Hobbit, seul enfant de Saradoc Brandebouc et d'Esmeralda Touque, descendant donc de deux importantes familles de la Comté, et destiné de fait à devenir le Maître du Pays de Bouc. Il fait partie d'un groupe d'amis, comprenant son cousin Peregrin Touque, dit Pippin, Foulque Bophin, Fredegar Bolger et Frodon Sacquet.

Lorsque Frodon se voit obligé de préparer son départ de la Comté en direction de Fondcombe, pour y porter l'Anneau unique, Merry et Fredegar s'occupent de simuler son déménagement dans le Pays de Bouc. Frodon part, accompagné par son jardinier Samsagace Gamegie, dit Sam, et de Pippin, mais Merry décide de se joindre au groupe. À Bree, ils rencontrent Aragorn qui se présente à eux sous le nom de Grand-Pas[1].

Lors du Conseil d'Elrond, qui décide qu'il faut détruire l'Anneau unique, Merry et Pippin insistent pour intégrer la Communauté de l'Anneau, et ils vivent ainsi de nombreuses aventures, perdant en chemin Gandalf. Lors de la dissolution de la Communauté, Boromir, après s'être laissé tenter par l'Anneau, tente de se racheter en défendant, en vain et au prix de sa vie, Merry et Pippin que les Uruk-hai de Saroumane cherchent à enlever[2].

Merry et Pippin finissent par échapper aux Uruk-hai. Ils rencontrent l'Ent Sylvebarbe dans la forêt de Fangorn — qui leur fait boire un breuvage les faisant tous deux devenir les plus grands Hobbits de tous les temps —, et arrivent à décider ceux de son espèce à attaquer l'Isengard. Ils sont ensuite récupérés par Gandalf — qu'ils croyaient mort — qui les emmène au gouffre de Helm vivre la bataille de Fort-le-Cor[2].

Merry reste avec Aragorn et les Rohirrim, tandis que Pippin part avec Gandalf vers Minas Tirith. Il devient progressivement ami avec le roi Théoden, qui fait de lui son écuyer. Le roi refuse cependant que Merry parte pour la bataille des Champs du Pelennor, mais Éowyn, sa nièce, le prend avec elle. Merry, peu utile durant la bataille, permet cependant à Éowyn d'abattre le Roi-Sorcier, en poignardant ce dernier avec un lame d'Ouistrenesse. Le coup porté au Nazgûl et l'effet de son souffle noir blessent Merry qui est ranimé par Aragorn dans les Maisons de Guérison[3].

Trop faible, il ne part pas pour la bataille de la Porte Noire. Après la destruction de l'Anneau et la chute de Sauron, il est de retour avec les trois autres Hobbits à la Comté, où il est l'un des meneurs de la bataille de Lèzeau, qui libère la Comté des sbires de Sharcoux. Il est, par la suite, appelé Meriadoc le Magnifique[4]. À la mort de son père, en 11 Q. Â., il devient le Maître du Pays de Bouc et deux années après, avec le Thain Pippin et le Maire Samsagace Gamegie, il est nommé Conseiller du Royaume du Nord par le roi Aragorn II Elessar 2 ans plus tard[5].

Par la suite, Meriadoc écrit plusieurs ouvrages témoignant d'une culture et d'une curiosité considérables, tels que L'Herbier de la Comté, dont Le Traité de l'herbe à pipe est extrait, ainsi que d'autres, notamment sur les rapports entre la langue des Hobbits et celle des Rohirrim. En 63 Q. Â., âgé de 102 ans, il part de la Comté avec Pippin vers le Rohan, appelé par le roi Éomer. Ils assistent à la mort de ce dernier à l'automne, puis descendent vers le Gondor, où ils décèdent peu de temps après et sont tous deux inhumés dans la Maison des Rois. Aragorn II Elessar décède en 120 Q. Â. et il est dit qu'il est enterré à leurs côtés[5].

Personnage[modifier | modifier le code]

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

Tolkien prend beaucoup de temps pour choisir les noms des Hobbits, ainsi que leur arbre généalogique, sauf dans le cas de Merry, pour qui tout est fixé dès l'un des premiers brouillons du chapitre mettant en scène Tom Bombadil. Il est auparavant appelé Marmaduke, mais est dès le début reconnu comme de bonne naissance[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Bien que Tolkien ne le dise pas explicitement, le lecteur comprend dans les premiers chapitres que Merry a reçu une éducation fine. Il est issu d'une famille importante de la Comté, étant le seul fils du Maître du Pays de Bouc, et se destine à y tenir un noble rôle[7]. C'est un personnage cultivé, qui sait discuter de nombreux sujets. Il se passionne pour les cartes et les livres, il connaît également de nombreuses histoires sur la Comté. Il est aussi un grand organisateur et il est doté d'un esprit vif[8].

Merry possède une notion de la « famille » assez développée[9]. Il garde un lien étroit avec Pippin, mais il est surtout celui qui fait de son mieux pour aider Frodon, l'accompagnant dans la Quête de l'Anneau alors que ce n'est pas la sienne, prêt à se battre non pour la gloire mais pour défendre ses amis. Il est celui qui participe le plus au départ de Frodon de la Comté[8]. Il est d'ailleurs le seul à avoir découvert l'existence de l'Anneau Unique que Bilbo, puis Frodo, tenaient secrète.

Lors du départ de la Comté, Merry a trente-six ans, soit trois ans de plus que l'âge de la majorité pour un Hobbit[6].

Noms et titres[modifier | modifier le code]

Dans la préface et les appendices du Seigneur des anneaux, Tolkien se présente comme un traducteur contemporain du Livre rouge de la Marche de l'Ouest rédigé par Bilbon et Frodon, et explique qu'il a même traduit les noms en anglais. Il explique que « Meriadoc Brandybuck » n'est pas le vrai nom du personnage, mais que c'est la traduction qu'il a choisie du nom westron « Kalimac Brandagamba »[10].

Le surnom « Merry » est l'équivalent de son surnom supposé réel, « Kali », qui signifie « agréable, joyeux ». « Meriadoc » est simplement un nom pour lequel il existe un surnom signifiant « joyeux »[11]. Le choix de « Meriadoc » pourrait être une allusion au légendaire chef breton Conan Mériadec, fondateur de la Maison de Rohan, car le personnage de Merry est très proche du royaume de Rohan de Tolkien. Pour Paula Marmor, qui a étudié les Hobbits, si la Comté peut être assimilée au sud-est de l'Angleterre, le Pays de Bouc renverrait plutôt à l'Armorique. Le choix du nom de « Meriadoc », rappelant le « Connanus Meriadocus » cité par Geoffroy de Monmouth dans son Historia Regum Brittaniae, s'inscrirait dans cette logique de rapprochement[12].

Le nom « Brandybuck » serait l'équivalent anglais de « Brandagamba ». Ce dernier aurait pu être traduit par « marchbuck » (« march » dans le sens archaïque de « bordure »), mais Tolkien aurait préféré garder une similitude avec le nom de la rivière « Branda-nîn » (« Baranduin » en sindarin), dont le nom anglais est « Brandywine »[Note 1] (pour refléter son nom alternatif, « Bralda-hîm », littéralement « bière capiteuse », en référence à sa couleur marron-or)[11].

Théoden appelle Merry « Holdwine », et le Hobbit est connu comme tel dans les archives du Rohan. Ce nom dérive probablement des mots en vieil anglais « hold » et « wine », qui signifient respectivement « fidèle » et « ami »[13].

Arbre généalogique simplifié[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adalgrim
Touque
 
 
 
Rorimac
Brandebouc
 
Primula
Brandebouc
 
Drogon
Sacquet
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Paladin
Touque
 
Esmeralda
Touque
 
Saradoc
Brandebouc
 
 
 
Frodon
Sacquet
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Peregrin
Touque
 
 
 
Meriadoc
Brandebouc
 
 
 
Estella
Bolger
 
Fredegar
Bolger
 
 
 
 

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Duo avec Pippin[modifier | modifier le code]

Merry et Pippin forment un couple de personnages en apprentissage. Ils sont très proches, au point que certaines actions et paroles initialement rédigées pour Pippin sont ensuite attribuées à Merry, mais ils possèdent chacun une personnalité propre[6]. Comme Sam, Merry et Pippin permettent régulièrement à J. R. R. Tolkien de détendre les lecteurs. Les Hobbits sont décrits dès le début du roman comme bons-vivants, mais chaque rôle a ses moments comiques[14].

Merry et Pippin sont les personnages qui grandissent le plus en maturité. Ils sont les plus proches du héros littéraire typique, leur histoire suivant la séquence départ–initiation–retour décrite par Joseph Campbell, bien que les personnages aient été adaptés pour correspondre plus au héros contemporain[7]. Les deux ont quelque chose à apprendre : Pippin doit dominer ses instincts, alors que Merry doit prendre confiance en lui[6].

Tolkien fait apparaître leur apprentissage en faisant boire aux deux un breuvage des Ents, qui les fait devenir les plus grands Hobbits[15]. Un peu plus tard, les deux Hobbits racontent leur histoire, ils ont pu la faire mûrir. Bien qu'Aragorn reprenne certains détails, ils savent fournir des analyses d'eux-mêmes, comme « Je ne sais pas ce que Saroumane crut qu'il se passait ; mais, quoi qu'il en soit, il ne sut que faire »[Trad 1] de Merry, repris un peu après par Pippin : « Et de toute façon, il ne les comprenait pas, et il a commis une grave erreur de ne pas en tenir compte dans ses calculs. »[Trad 2].

Après avoir été séparés dans le cinquième livre, ils sont remis en parallèle : tandis que Merry s'attache au roi du Rohan, disant à Théoden « Vous serez pour moi comme un père », Pippin se retrouve à servir auprès de l'intendant du Gondor, Denethor[Note 2],[16].

Armes[modifier | modifier le code]

L'épée de Merry est détruite par le sang du Roi-Sorcier :

« Or son arme se trouvait bien sur le sol, mais la lame fumait comme une branche sèche jetée au feu ; et comme il la regardait, elle se tordit, se dessécha, et fut consumée[17]. »

Or dans Beowulf, l'épée de Beowulf, forgée au temps des géants, fond après avoir été trempée dans le sang de la mère de Grendel, descendante de Caïn (vers 1492-1504). Cette scène contribue donc à l'inscription du Seigneur des anneaux dans une culture littéraire médiévale[18]. Une lame brisée est toujours annonciatrice de malheur, et Merry s'aperçoit en effet qu'il est gravement blessé peu après que la lame se soit consumée[19].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Cinématographiques[modifier | modifier le code]

Dans le film d'animation de 1978 adapté du Seigneur des anneaux par Ralph Bakshi, Merry est doublé par Simon Chandler en version originale[20],[21] et par Georges Poujouly en version française[20]. Pour la rotoscopie, on sait que Bakshi a utilisé l'acteur Billy Barty pour plusieurs hobbits[20], mais il n'est pas dit que ce soit le cas pour Merry. Dans les premières versions du script de chez United Artists, l'organisation était modifiée : l'histoire commençait par la rencontre entre l'Ent Sylvebarbe et le duo Merry et Pippin, et ces deux derniers avaient alors le rôle de narrateurs de l'histoire de la Communauté[22].

Dans le dessin animé de 1980 The Return of the King de Jules Bass et Arthur Rankin Jr., peu de personnages sont crédités, Merry est doublé par Casey Kasem, animateur de radio et voix du personnage de Sammy dans Scooby-Doo. Le scénario est modifié sur de nombreux points : on y voit Merry envoyé à Théoden de Minas Tirith comme messager porteur de la Flèche Rouge, à la suite de quoi il combat aux côtés de Pippin lors de la bataille des Champs de Pelennor[23].

Dans la trilogie cinématographique de Peter Jackson, sortie entre 2001 et 2003, le rôle de Merry est tenu par l'acteur britannique Dominic Monaghan[24]. Le personnage est différent de celui du livre. Son rôle est réduit[25], autant en nombre de scènes qu'en importance. Il gagne en effet un aspect comique, et paraît à la fois plus jeune et plus sensible à la guerre que dans le livre[26]. Son départ de la Comté est précipité, il n'y a pas de préparations aussi calculées que dans le livre, et il ne prend conscience des dangers que progressivement par la suite[27]. Dans la version française c'est l'acteur Vincent Ropion qui lui prête sa voix[28].

Son aspect le plus développé devient celui de « grand frère » ou de « parent » de Pippin. En effet lorsque ce dernier demande à manger dans la Moria, Merry répond immédiatement à son besoin. Dans Les Deux Tours, alors qu'ils sont dans la forêt de Fangorn, Pippin demande « Quel est ce bruit ? », et c'est à Merry de se souvenir les vieilles histoires sur les arbres[29]. Lorsqu'ils sont prisonniers des Orques, Merry s'inquiète pour ce que son cousin plus impulsif risque de faire[30].

Dans la version cinéma du Retour du roi, on ne voit pas Merry offrir ses services à Théoden : de fait, il se retrouve dans la bataille presque par hasard[31]. Par la suite, il accompagne l'armée vers la Porte Noire, alors que dans le livre, il reste à Minas Tirith pour guérir de sa blessure reçue lors de la tentative de tuer le Roi-Sorcier d'Angmar.

Radiophoniques[modifier | modifier le code]

Dans l'adaptation radiophonique diffusée sur la BBC Radio 4 en 1955 et 1956, Michael Collins prête sa voix à Merry[32].

Dans l'adaptation diffusée sur la National Public Radio en 1979, Merry est interprété par Pat Franklyn[33].

L'adaptation radiophonique diffusée sur la BBC Radio 4 en 1981, fait appel à l'acteur Richard O'Callaghan, dont c'est l'un des seuls rôles à la radio, pour le doubler[34].

En 1992, pour Tales from the Perilous Realm, une adaptation radiographique des contes de Tolkien, c'est Matthew Morgan (en) qui double Merry pour les deux épisodes des Aventures de Tom Bombadil[réf. nécessaire].

Autres[modifier | modifier le code]

Merry apparaît également dans plusieurs jeux vidéo, notamment dans La Communauté de l'anneau, sorti fin 2002, où il est doublé par Quinton Flynn, ou encore Le Seigneur des anneaux : La Quête d'Aragorn, sorti en 2010, dans lequel les acteurs américains Eric Artell et Andy Pessoa lui prêtent leur voix.

Le personnage a également inspiré les illustrateurs, comme John Howe[35], Catherine Karina Chmiel[36], Michael Wm. Kaluta[37], Stephen Hickman[38] ou encore Ted Nasmith[39].

Games Workshop en a réalisé plusieurs figurines pour son jeu de bataille Le Seigneur des anneaux, la plupart formant un lot avec Pippin[40],[41], certaines avec la totalité de la communauté de l'Anneau[42],[43], mais aussi de scènes plus spécifiques, comme l'embuscade à Amon Hen[44] ou la rencontre avec Sylvebarbe[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Meriadoc Brandybuck » (voir la liste des auteurs).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Brandywine » est traduit en français par « Brandevin ».
  2. Jane Chance note l'opposition des noms des rois, Den-ethor et Théo-den.

Citation originales[modifier | modifier le code]

  1. « I don't know what Saruman thought was happening; but anyway he did not know how to deal with it. ».
  2. « And anyway he did not understand them; and he made the great mistake of leaving them out of his calculations. ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Seigneur des anneaux, Livre I.
  2. a et b Le Seigneur des anneaux, Livre III.
  3. Le Seigneur des anneaux, Livre V.
  4. Le Seigneur des anneaux, Livre VI.
  5. a et b Le Seigneur des anneaux, Appendice B : « Annales (chronologie des Terres Anciennes) ».
  6. a, b, c et d J.R.R. Tolkien Encyclopedia, « Merry ».
  7. a et b Unsung heroes of the Lord of the rings: from the page to the screen…, p. 25.
  8. a et b Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 27.
  9. Unsung Heroes of the Lord of the Rings, p. 28.
  10. Le Seigneur des anneaux, Appendice F, II..
  11. a et b Le Seigneur des anneaux, Appendice E : « l’écriture et l’orthographe », partie II : « des problèmes de traduction ».
  12. Paula Marmor, citée dans Tolkien et le Moyen Âge, « Les noms propres dans Le Seigneur des anneaux », p. 76.
  13. Clark Hall, A Concise Anglo-Saxon Dictionary, 2e édition, 1916 : page 163 : hold et page 354 : wine
  14. J.R.R. Tolkien Encyclopedia, « Comedy », p. 108.
  15. Unsung heroes of the Lord of the rings: from the page to the screen…, p. 26.
  16. The Lord of the Rings: The Mythology of Power, p. 100.
  17. Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 6 « la bataille des Champs du Pelennor ».
  18. Tolkien et le Moyen Âge, « Armes et armures dans Le Seigneur des anneaux », p. 179.
  19. Tolkien et le Moyen Âge, « Armes et armures dans Le Seigneur des anneaux », p. 183.
  20. a, b et c « Site officiel de Ralph Bakshi » (consulté le 15 novembre 2013).
  21. The Animated Movie Guide, « The Lord of the Ring ».
  22. Barry Langford, J.R.R. Tolkien Encyclopedia, « Bakshi, Ralph (1938–) », p. 47.
  23. The Lord of the Rings: the films, the books, the radio series, p. 65.
  24. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 34.
  25. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 35.
  26. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 47.
  27. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 38.
  28. « Fiches de doublage V. F. du Seigneur des anneaux », sur Voxofilm (consulté le 4 novembre 2013).
  29. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 39.
  30. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 40.
  31. Unsung heroes of the Lord of the Rings, p. 44.
  32. Radio Times (en), vol. 129, no 1672, 25 novembre 1955.
  33. The Lord of the Rings: the films, the books, the radio series, p. 62.
  34. The Lord of the Rings: the films, the books, the radio series, p. 71.
  35. (en) « Merry », sur Portfolio de John Howe,‎ 2004 (consulté le 15 novembre 2013).
  36. (en) « Parth Galen », sur Kasiopea (consulté le 15 novembre 2013).
  37. (en) « Meriadoc the Magnificent and the Children of Samwise Hamfast », sur Portfolio de Michael Wm. Kaluta (consulté le 15 novembre 2013).
  38. (en) « At the Entmoot », sur Portfolio de Stephen Hickman,‎ 1995 (consulté le 15 novembre 2013).
  39. (en) « At the Sign of the Prancing Pony », sur Portfolio de Ted Nasmith,‎ janvier 1990 (consulté le 15 novembre 2013).
  40. « Merry et Pippin de la Communauté de l'Anneau », sur Games Workshop (consulté le 15 novembre 2013).
  41. « Merry et Pippin de l'attaque au Mont Venteux », sur Games Workshop (consulté le 15 novembre 2013).
  42. « La Communauté de l'Anneau », sur Games Workshop (consulté le 15 novembre 2013).
  43. « La Communauté de l'Anneau », sur Games Workshop (consulté le 15 novembre 2013).
  44. « Embuscade à Amon-Hen » (consulté le 15 novembre 2013).
  45. « Sylvebarbe », sur Games Workshop (consulté le 15 novembre 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 mai 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.