Madame Miniver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Madame Miniver

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Walter Pidgeon et Greer Garson

Titre original Mrs Miniver
Réalisation William Wyler
Scénario Arthur Wimperis
George Froeschel
James Hilton
Claudine West,
d'après le roman de Jan Struther
Acteurs principaux
Sociétés de production MGM
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1942
Durée 134 minutes (2 h 14)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Madame Miniver (Mrs Miniver) est un film américain réalisé par William Wyler, sorti en 1942. C'est une adaptation du roman bestseller "Mrs Miniver" de Jan Struther qui parut d'abord en feuilleton dans le journal londonien Times pendant les années 1938 et 1939.
En 2009, le film est rentré dans le National Film Registry pour conservation à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1939 à Belham, près de Londres, vit la famille Miniver : Kay, Clem son mari et leurs trois enfants Vin, Toby et Judy. La guerre vient bouleverser le calme paisible de leur quotidien. Vin s’engage dans la Royal Air Force et se fiance avec Carol Beldon. M. Miniver, faisant partie de la défense passive, est appelé pour évacuer les soldats anglais bloqués à Dunkerque. Pendant son absence, Kay découvre un aviateur allemand blessé et affamé qui la menace. Après l’avoir désarmé, elle le livre aux autorités. Les bombardements allemands s’intensifient mais la vie continue malgré tout, leur vie s’écoulant le plus souvent dans des abris de fortune. Vin se marie avec Carol. Au beau milieu de la traditionnelle fête florale de Belham, survient un raid aérien allemand. En rentrant, la voiture de Mme Miniver est mitraillée, blessant à mort Carol. Dans l'église sinistrée, le pasteur fait un sermon qui exalte les morts et exhorte les vivants à continuer la lutte pour la liberté avec courage et détermination.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Madame Miniver est une chronique des années de la Seconde Guerre mondiale au Royaume-Uni, vue par Hollywood. Il constitue un vibrant hommage aux solides qualités britanniques. Aux côtés de Walter Pidgeon, incarnation de la distinction et du flegme britanniques, Greer Garson est une mère de famille supportant crânement le blitz et les bombardements, tremblant pour son fils engagé dans la RAF ; On y montrait aussi comment la solidarité et l’effort collectif de toute la nation avaient permis l’évacuation de l’armée à Dunkerque (voir Bataille de Dunkerque).
  • La première de Madame Miniver a lieu le 4 juin 1942 au Radio City Music Hall de New York. Au bout de 10 semaines, et après des torrents de larmes, un million et demi de spectateurs ont vu le film, qui rapporte six millions de dollars pour la seule Amérique du Nord.
  • Roosevelt confiera à Wyler que Madame Miniver a eu une influence décisive sur sa politique d’aide intensive à la Grande-Bretagne et non seulement il demanda qu’on avance sa sortie, mais il fit imprimer des tracts avec le discours du pasteur de Madame Miniver, qu’on parachuta sur toute l’Europe occupée.
  • Churchill, pour sa part, déclara : « Sa propagande vaut bien plusieurs cuirassés. »
  • Découverte par Louis B. Mayer, cinq ans auparavant lors d’un voyage à Londres, Greer Garson fut pendant 4 ans (1942-1945) parmi les 10 premiers du box-office des acteurs.
  • Le rôle de Mme Miniver fut d’abord proposé à Norma Shearer, mais la veuve du producteur Irving Thalberg se trouvait trop jeune, à 39 ans, pour interpréter la mère d’un garçon adulte.
  • En 1950 apparaît une suite : L'Histoire des Miniver (The Miniver Story) de H.C. Potter, toujours avec Garson et Pidgeon, qui sera un échec. Les aventures des Miniver placés hors du contexte de la guerre perdaient leur charme.

Critique[modifier | modifier le code]

  • « On a du mal à croire qu’il soit possible dans l’état de tension généré par la crise actuelle de réaliser un film qui cristallise clairement, mais sans appeler à la vengeance, les effets cruels d’une guerre totale sur un peuple civilisé. C’est pourtant ce que la Metro a magnifiquement réussi avec Madame Miniver. » The New York Times[1]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Madame Miniver a valu le premier de ses trois Oscars à William Wyler qui sera nommé dix fois en tant que réalisateur et trois fois comme producteur.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Le film fut le plus populaire de 1942 et remporta sept Oscars
  • À noter, la très soigneuse reconstitution de la population, des campagnes, des mœurs britanniques qui pourraient faire croire que le film a été tourné en Angleterre. En réalité, la formidable usine à rêves de Hollywood a permis de reconstituer n'importe quel pays, n'importe quel théâtre d'opération, sans jamais sortir de Californie, de 1940 à 1946.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Films des années 40 - Jürgen Muller - Éditions Tashen - 2005 - (ISBN 3-8228-3985-X) p. 102.

Liens externes[modifier | modifier le code]