SOS Fantômes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SOS Fantômes

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Titre original Ghostbusters
Réalisation Ivan Reitman
Scénario Dan Aykroyd
Harold Ramis
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1984
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

SOS Fantômes (Ghostbusters) est un film américain d'Ivan Reitman, sorti en 1984.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois professeurs, Peter Venkman, Raymond Stantz et Egon Spengler, chercheurs à l'université, sont virés de leurs postes. Dès lors, ils décident d'ouvrir une société d'investigations paranormales nommée SOS Fantômes (Ghostbusters). Rejoints par un quatrième membre, Winston Zeddemore, ils deviennent bientôt le seul espoir du monde face à Gozer, un dieu sumérien malveillant qui se téléporte dans notre monde grâce à un immeuble maléfique érigé par ses fidèles à Central Park West, dans la ville de New York.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Quartier général de Ghostbusters
Quartier général de Ghostbusters
Quartier général de Ghostbusters
Quartier général de Ghostbusters

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[2]
55 Central Park West (lieu de l'affrontement final)

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un très important succès commercial, rapportant environ 291 632 000 $ au box-office, dont 238 632 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 30 000 000 $[3]. En France, il a réalisé 2 939 369 entrées[4].

Il a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 96 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,8/10 et sur la base de 53 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

SOS Fantômes a remporté le British Academy Film Award de la meilleure chanson originale et le Saturn Award du meilleur film fantastique.

Il a été nommé pour l'Oscar des meilleurs effets visuels et celui de la meilleure chanson originale, le British Academy Film Award des meilleurs effets visuels, le Golden Globe du meilleur film musical ou de comédie, celui du meilleur acteur dans un film musical ou une comédie (Bill Murray) et celui de la meilleure chanson originale, et pour le prix Hugo du meilleur film[6].

Autour du film[modifier | modifier le code]

ECTO-1
  • Le départ du film est une idée originale de l'acteur Dan Aykroyd. L'idée mise au point par Aykroyd et son ami John Belushi est le portrait d'exterminateurs futuristes qui à travers l'espace et le temps pourchassent des fantômes. La mort de Belushi en 1982 altère les plans, et Bill Murray est pris pour remplacer Belushi. Harold Ramis assiste à la finalisation du script et change le futur pour la ville de New York, moins cher à produire. Le concept est né. De jeunes scientifiques démarrent une entreprise où ils chassent des fantômes comme service facturé. Le titre devait être Ghost Smashers, mais il a été changé peu avant la sortie du film pour Ghostbusters.
  • La plupart des scènes dans New York ont été tournées sans autorisations.
  • Le scénario pour un troisième opus a été écrit en 2008. Le projet, portant à l'origine le nom de Hellbent, avait d'abord été annulé pour faire place à un jeu vidéo avant de revenir sur le devant de la scène.
  • Un des membres de l'équipe, Dan Aykroyd a un tout petit rôle dans le film Casper (1995), où il se déclare impuissant face aux fantômes présents dans le manoir (« Qui c'est qu'on appelle ? Quelqu'un d'autre ! »).
  • Lors de l'affrontement final, Egon Spengler demande à ses compagnons, d'« inverser la polarité du flux de neutrons » (« Reverse the polarity of the neutron flow » en VO), reprenant ainsi une des phrases emblématiques de la série britannique Doctor Who.
  • Dans la série Tv How I Met Your Mother, alors que Marshall attend un signe de la part de l'univers, il voit une ambulance Cadillac, une caserne de pompiers à vendre, un signe "interdit" et enfin rencontre Ernie Hudson. Il demande la permission d'emprunter le téléphone d'Hudson, et ce dernier demande à Marshal "Who you gonna call?".

Analyse du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Chaque personnage à une personnalité bien spécifique :

Egon le sérieux scientifique, peu à l'aise avec les gens (dont Janine qui le drague).
Venkman, lui, est un excentrique, un rigolo dragueur pas forcément sérieux dans son travail, mais efficace dans les situations de crise.
Ray est le grand gamin à mi-chemin entre le sérieux de Egon et le caractère fou-fou de Peter.
Enfin Winston est le personnage de quota (pour représenter les « minorités » dans le film). Il est recruté sans même un entretien d'embauche, il faut quelqu'un, le premier fera l'affaire. Il est montré secondaire, dans les actions et les dialogues etc. Il n'a pas vraiment de distinction dans le premier volet, par la suite il sera décisif en sauvant deux membres de son équipe.
Dana est l'élément qui permet au spectateur de souffler un peu. En effet sa relation avec Peter (dans les deux épisodes) apporte un ralentissement des actions, c'est le côté romantique des films, pour pouvoir préparer les scènes d'action.
Louis, l'idiot de service, petit bureaucrate qui drague sa voisine. Un loser inoffensif qui amuse la galerie bien malgré lui.
Janine la secrétaire qui gère un peu le système peu équilibré des ghostbusters sur l'organisation ou les finances. Elle est un second rôle, mais prend très vite ses marques. Elle est une sorte de pilier du système Ghostbuster.
Walter Peck quant à lui, est l'élément perturbateur, tout comme les policiers, ils sont contre les « gentils » et sont donc les méchants. C'est lui le responsable de bien des catastrophes, il sera puni comme il se doit dans une comédie comme celle-ci.
Tous les chasseurs de fantômes excepté Peter semblent ne pas avoir de vie affective ou amoureuse. Ils vivent et dorment ensemble, dans la même pièce, et se consacrent exclusivement à leur travail.

  • Toute personne ayant autorité (par exemple la police, ou le militant écologiste) est dénigrée, comme dans le deuxième film. Même le simple ouvrier à qui on ordonne de couper le courant hésite et se pose des questions, ayant ainsi plus de jugeote que ses supérieurs.

On peut faire un gros parallèle avec le film The Blues Brothers avec le même acteur/scénariste Dan Aykroyd pour le rapport avec les policiers.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Séries animées[modifier | modifier le code]

Comics[modifier | modifier le code]

Article détaillé : SOS Fantômes Comics.
  • LEGION : Le studio 88mph situé à Montréal a publié cette série de 4 épisodes sous la forme de "comic book". Cette fois-ci, les chasseurs de fantômes doivent arrêter un être qui tente de conquérir New-York. Mais comment feront-ils pour stopper un ennemi qui n'est pas un fantôme ?

Jeu de rôle[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Jeu de société[modifier | modifier le code]

  • Real Ghostbusters Game (1984), de 2 à 4 joueurs, pour une partie moyenne de 30 minutes. Éditeur MB et Casper Games
  • Ghostbusters RPG[8] (1986), premier jeu de rôle sur la franchise, édité par West End Games. A reçu un prix d'excellence pour la simplicité de ses règles.
  • Ghostbusters International (1989), second jeu de rôle, sorti à l'occasion du film SOS Fantômes 2, toujours édité par West End Games. Ce jeu introduit le concept de franchise internationale, à l'instar de la chaîne de restaurants Mac Donald. En effet, dans ce jeu, au règle plus complètes que le premier, les joueurs ont la possibilité de créer une équipe de casseurs de fantômes, n'ayant rien à voir avec l'équipe des films. Ils peuvent ainsi être basé dans n'importe quel endroit du monde (et même dans n'importe quel autre état des États-Unis). On notera qu'à la toute fin du jeu SOS Fantômes : le Jeu vidéo, durant le générique, Peter Venkman émet la suggestion de lancer une franchise SOS Fantôme. D'ailleurs, de nombreux fans, sur le net, se sont lancés dans la production de web-séries.

Jouets[modifier | modifier le code]

En 2014, grâce au programme Lego Ideas, des fans ont votés pour un set commémoratif des 30 ans du film[9]. Ce set reproduira seulement l'ambulance Ecto 1.

Romans[modifier | modifier le code]

Roman en anglais sur Ghostbusters. (ISBN 0-7434-7948-3)
Roman en anglais sur Ghostbusters. (ISBN 1-4165-0434-6)

Bande originale[modifier | modifier le code]

Ghostbusters Soundtrack

Bande originale par Divers artistes
Sortie 1984
Langue anglais
Genre Pop
Format CD

Bandes originales de SOS Fantômes

La bande originale a été composée par Elmer Bernstein. Ray Parker, Jr. signe quant à lui la chanson phare du film. Les acteurs principaux du film apparaissent dans le clip vidéo au côté d'autres acteurs et chanteurs : Chevy Chase, Irene Cara, John Candy, Nickolas Ashford, Melissa Gilbert, Jeffrey Tambor, George Wendt, Al Franken, Danny DeVito, Carly Simon, Peter Falk, et Teri Garr.

Liste des titres
  1. Ghostbusters - Ray Parker, Jr.
  2. Cleanin' Up the Town - The Bus Boys
  3. Savin' the Day - Alessi Brothers
  4. In the Name of Love - Thompson Twins
  5. I Can Wait Forever - Air Supply
  6. Hot Night - Laura Branigan
  7. Magic - Mick Smiley
  8. Main Title Theme (Ghostbusters) - Elmer Bernstein
  9. Dana's Theme - Elmer Bernstein
  10. Ghostbusters (instrumentale) - Ray Parker, Jr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SOS Fantômes sur The Numbers.
  2. Fiche de doublage VF du film sur AlloDoublage, consulté le 16 février 2013
  3. SOS Fantômes sur Box Office Mojo.
  4. SOS Fantômes sur JP‘s Box-Office.
  5. SOS Fantômes sur Rotten Tomatoes.
  6. Awards for SOS Fantômes sur IMDb.
  7. SOS Fantômes : le retour jeuxactu.com
  8. [1]
  9. (en) [2] - sur Brickset

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]