Incrustation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un personnage devant un fond bleu et le résultat final après incrustation.

L'incrustation est une technique d'effets spéciaux dans le domaine du cinéma et de la photo. Ça consiste à intégrer dans une même image par logiciel, des objets filmés séparément ou des objets 3D par ordinateur.

Technique[modifier | modifier le code]

Avec un film chimique (pellicule de cinéma), le procédé se déroule de la manière suivante :

  1. on filme séparément un objet sur fond bleu/vert (blue/green screen) et un décor ;
  2. à partir de l'image de l'objet, on transforme le bleu du fond en un masque noir (chroma key, on a ainsi la silhouette de l'objet en transparent sur fond noir), ainsi qu'un masque complémentaire (on a ainsi la silhouette de l'objet en noir sur fond transparent, technique dite du « cache/contre-cache ») ;
  3. le premier masque est appliqué à l'objet (on a donc l'objet sur fond noir), le second est appliqué au décor (on a donc la silhouette de l'objet en noir sur le décor) ;
  4. les images masquées sont mises en alternance décor/objet sur une pellicule ;
  5. cette pellicule est utilisée pour impressionner le négatif ; deux images successives (donc le décor sans l'objet et l'objet sans le décor) impressionnent la même image du négatif.
Studio de télévision en technique d'incrustation « green screen ».

En vidéo, à la télévision et pour les réalisations cinématographiques tournées en numérique, l'incrustation peut être faite en direct ou post-production au montage. Toutes les parties bleues de l'image sont utilisées pour créer un signal de découpe : ce qui est bleu ou vert a une valeur de 1, alors que ce qui ne l'est pas a une valeur de 0. Ainsi on peut visualiser le signal de découpe qui sera noir et blanc ; ce qui est noir sera incrusté, ce qui est blanc ne sera pas incrusté. On peut ainsi inverser une incrustation.
La valeur 1 ou 0 n'est pas absolue en vidéo numérique. Le signal de découpe peut prendre des valeurs entre 1 et 0, ce qui permet d'avoir une échelle de gris sur le signal de découpe indiquant à quel taux le signal de remplissage sera incrusté. Ainsi, on peut récupérer une ombre sur l'image finale, à la manière d'un lumakey.
[pas clair] Le bleu et le vert sont utilisés car ces couleurs sont peu présentes dans la peau humaine.

Un studio photographique en chromakey à Ouagadougou.

Le bleu est apprécié en cinéma, cette couleur se rapproche de la couleur complémentaire de la chair, donc le contraste de chrominance est optimal. Néanmoins avec la vidéo numérique, le vert est de plus en plus utilisé car c'est la couleur primaire la plus lumineuse en vidéo, elle disposera donc d'un meilleur contraste de luminance vis-à-vis de l'objet à incruster (à cause du codage YUV, le vert est directement rapporté à la luminance)

Si l'objet ou le personnage porte du maquillage ou un vêtement bleu, la partie devient « invisible ». Ce type d'effet pour la télévision a été beaucoup utilisé par Jean-Christophe Averty.

Les bords de l'objet filmé sur fond bleu posent parfois problème, notamment dans le cas de cheveux, on a alors un artefact appelé « tache bleue » (blue spill).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]