Anneau unique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anneau.
L'Anneau unique.

L'Anneau unique est un objet imaginé par J. R. R. Tolkien dans ses romans sur la Terre du Milieu. Introduit dans Le Hobbit comme un simple anneau magique conférant l'invisibilité à son porteur, il est au cœur de sa suite, Le Seigneur des anneaux, où il devient un puissant objet, un anneau de pouvoir, forgé par Sauron, le Seigneur des Ténèbres, et qui doit être détruit pour empêcher la Terre du Milieu de tomber sous sa coupe.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'Anneau unique est relatée par Gandalf dans le second chapitre du Seigneur des anneaux, et de manière plus détaillée dans le texte Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Âge, qui conclut le Silmarillion :

"Trois Anneaux pour les rois elfes sous le ciel,
Sept pour les seigneurs nains dans leurs demeures de pierre,
Neuf pour les hommes mortels destinés au trépas,
Un Anneau pour le Seigneur ténébreux sur son sombre trône,
Au pays de Mordor où s'étendent les ombres
Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous,
Et dans les ténèbres les lier
Au pays de Mordor où s'étendent les ombres'"

Au Deuxième Âge, les forgerons elfes d'Eregion sont trompés par Sauron, qui se rend parmi eux sous un déguisement et leur prodigue son savoir, grâce auquel ils forgent les Anneaux de Pouvoir, de puissants objets magiques. En secret, Sauron forge son propre Anneau dans les flammes de la Montagne du Destin, au Mordor : l'Anneau unique, plus puissant que tous les autres[1]. Il y déverse une grande partie de son pouvoir, ce qui le rend indestructible, hormis par le feu de l'endroit où il a été conçu. Lorsqu'il porte l'Unique, Sauron sait ce qu'accomplissent les porteurs des autres anneaux et peut contrôler leurs esprits. C'est ainsi qu'il domine les hommes à qui il offre les Neuf Anneaux ; consumés par leur pouvoir, ils deviennent les Nazgûls. Toutefois, les Elfes parviennent à préserver trois anneaux, qu'ils tiennent secrets et n'utilisent pas ouvertement.

L'Anneau unique est perdu par Sauron durant la guerre contre la Dernière Alliance entre les Elfes de Gil-galad et les Hommes d'Elendil. Ces derniers périssent en terrassant Sauron, et le fils d'Elendil, Isildur, tranche le doigt de Sauron qui porte l'Anneau. Il refuse cependant de le jeter dans la Montagne du Destin et le garde pour lui, ce qui cause sa perte : il est tué par des Orques près des Champs aux Iris, et l'Unique est perdu dans les eaux du fleuve Anduin, disparaissant pour plus de deux mille ans (2-2463).

L'Anneau est retrouvé par un hobbit nommé Déagol, tué peu après par son cousin Sméagol, qui lui vole l'objet. Il l'utilise à mauvais escient et devient une créature solitaire et néfaste, Gollum. Chassé par sa communauté, il se réfugie dans une caverne sous les Monts Brumeux où il vit reclus près de cinq cents ans (2470-2941).

Bilbon Sacquet trouva l'Anneau dans la caverne de Gollum et le légua par la suite à son héritier Frodon Sacquet. Frodon reçut pour mission de détruire l'Anneau avec l'aide de la Communauté de l'Anneau. Cette mission est l'objet du Seigneur des anneaux.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Inscription de l'Anneau Unique :
Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
Ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul.

L'Anneau est entièrement lisse et rien ne permet a priori de le distinguer de n'importe quel anneau en or. Seul le feu permet de faire apparaître son inscription, écrite dans la langue du Mordor, le noir parler :

« Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneau pour les trouver. Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier. »

L'Anneau possède une volonté propre et peut agir dans une certaine mesure sur son propriétaire. Il peut attiser son désir au point que le propriétaire ne veuille (ou ne puisse) plus s'en séparer. Ainsi, Sméagol (ou Gollum) devient obnubilé par lui, et Bilbon ne l'abandonne qu'à grand-peine et avec l'aide de Gandalf ; Frodon le revendique comme sien au moment ultime. Cependant, l'Anneau peut aussi trouver le moyen de quitter son porteur si c'est dans son intérêt : c'est ainsi qu'il abandonne donc Gollum et se « laisse » trouver par Bilbon pour quitter la caverne où il est resté caché durant des siècles.

De plus en mettant l'anneau, son porteur peut comprendre le language de certaines créatures, comme lorsque Bilbon le met dans la forêt noire il entend les araignées parler dans sa propre langue au lieu de leurs simples grognements.

Comme les autres Anneaux de Pouvoir, l'Anneau prolonge la vie de son porteur, mais celui-ci devient de plus en plus las. S'il utilise trop fréquemment son pouvoir d'invisibilité, il finit par disparaître dans le monde des ombres, à l'image des Nazgûl.

Il a aussi un pouvoir de corruption de son porteur. Même si celui-ci a les meilleures intentions, il résulte finalement de ses actes des conséquences perverses. Les pouvoirs de l'Anneau semblent proportionnels à ceux du porteur. Aussi est-il très tentant de l'utiliser (en supposant à tort qu'on maîtrisera son côté maléfique) et seules quelques sages personnes (Gandalf ou Galadriel) ont su refuser l'Anneau qu'on leur proposait. Étrangement, Tom Bombadil n'est pas affecté par le pouvoir de l'Anneau.

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

L'Anneau Unique apparaît dés la première édition de Bilbo le Hobbit, mais Tolkien n'avait pas encore imaginé Le Seigneur des Anneaux à l'époque ; il s'agit donc simplement d'un anneau capable de rendre invisible. Tolkien envisagea de réécrire le Hobbit, notamment pour montrer l'Anneau tel qu'il est dans Le Seigneur des Anneaux, mais seul le chapitre Enigmes dans le noir, dans lequel Bilbon trouve l'Anneau, fut modifié.

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

On retrouve déjà le concept d'« anneau unique » dans la Tétralogie ou Der Ring des Nibelungen de Richard Wagner, où l'anneau fondu par le nain Albérich est également porteur d'un pouvoir, comme celui de se rendre invisible ; cependant, à un commentateur qui disait « l'Anneau est, d'une certaine manière, "der Nibelungen Ring" », Tolkien répliqua :

« Ces deux anneaux sont ronds, et c'est là leur seule ressemblance[2]. »

— J. R. R. Tolkien, Lettre à ses éditeurs Allen & Unwin à propos de la préface de l'édition suédoise du Seigneur des anneaux

Adaptations[modifier | modifier le code]

L'Anneau unique est présent dans les adaptations du Seigneur des anneaux et de Bilbo le Hobbit.

Dans l'adaptation radiophonique du Seigneur des anneaux par la BBC en 1981, les Nazgûl chantent l'inscription de l'Anneau unique.

Il a inspiré nombre de dessinateurs, comme John Howe[3].

L'adaptation Le Hobbit de Peter Jackson présente l'Anneau d'une manière très différente par rapport au livre : en effet, si Bilbo le Hobbit ne présente jamais l'anneau récupéré par Bilbon comme l'Anneau Unique, Peter Jackson multiplie les effets pour montrer au spectateur que l'objet n'est pas aussi banal qu'on voudrait le croire. Cependant, il n'est jamais nommé "Anneau Unique". Bilbon semble également tomber très rapidement sous l'emprise de l'Anneau, et est déjà fasciné par lui ; il n'hésite pas à tuer et à mentir pour l'Anneau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Seigneur des anneaux, « L'Ombre du passé »
  2. Lettres, p. 306
  3. The One Ring, The One Ring, The One Ring, The Eye of Sauron par John Howe

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]