Forrest Gump

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forrest.

Forrest Gump

Réalisation Robert Zemeckis
Scénario Eric Roth
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Sortie 1994
Durée Drapeau des États-Unis 142 minutes
Drapeau de l’Union européenne 136 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Forrest Gump est une comédie dramatique américaine de 1994, réalisée par Robert Zemeckis et récompensée par 6 Oscars du cinéma. Ce film relate l'histoire mouvementée des États-Unis entre les années 1950 et les années 1980, à travers les yeux et le vécu d'un « simple d'esprit », Forrest Gump, qui se trouve en être un acteur central et décisif.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une plume s'envole et atterrit aux pieds de Forrest Gump, un « simple d'esprit », assis sur un banc en attendant le bus à Savannah, en Géorgie. Il va raconter la fabuleuse histoire qu'est sa vie aux passants qui viendront s'asseoir tour-à-tour sur le banc. La vie de Forrest Gump sera à l'image de la plume, que l'on aperçoit au début et à la fin du film et qui se laisse porter par le vent tout comme Forrest Gump se laisse porter par ses aventures incroyables dans l'Amérique de la seconde moitié du XXe siècle.

Entre son enfance où il était physiquement handicapé pour la marche par son dos, ce qui lui valait d'être le souffre-douleur de sa classe, et le moment même où il raconte son histoire, Forrest Gump sera champion de football américain, soldat au Viêt Nam (il recevra la Medal of Honor), champion de ping-pong dans l'équipe militaire américaine, marathonien exceptionnel (il court sans s'arrêter pendant plus de 3 ans), capitaine de crevettier, et même milliardaire, malgré son handicap mental et physique. Se trouvant au cœur des principaux événements de l'histoire des États-Unis entre les années 1950 et 1980, il en devient un des acteurs décisifs, inspirant notamment et sans le vouloir à Elvis Presley sa façon de se déhancher, à John Lennon les paroles d'Imagine, participant à la reprise des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, révélant le scandale du Watergate et initiant quelques-unes des principales tendances socio-culturelles des années 1980.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Tom Hanks sur le tournage, en 1993.
Drapeau de la France France : United International Pictures
Drapeau des États-Unis États-Unis : Paramount Pictures

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur AlloDoublage[2]

Production[modifier | modifier le code]

« Le scénariste, Eric Roth, se démarque considérablement du livre. Nous avons modifié plusieurs éléments du livre, mettant l'histoire d'amour au premier plan et les aventures fantastiques au second plan. D’autre part, le livre était cynique et plus froid que le film. Dans le film, Gump est un personnage complètement honnête, qui ne ment jamais. Il n'a aucun projet et aucun avis sur quoi que ce soit sauf sur Jenny, sa mère et Dieu[3]. »

Robert Zemeckis

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Le film est adapté du roman éponyme de Winston Groom publié en 1986. Toutefois, le scénario se focalise principalement sur les onze premiers chapitres du roman, « sautant » en avant à la fin du roman avec la fondation de Bubba Gump Shrimp Co. et la rencontre avec Forrest, Jr. En plus d'avoir éludé certains passages du roman, le film ajoute plusieurs aspects de la vie de Gump, comme ses tiges en fer sur les jambes quand il est enfant ainsi que son périple à pied à travers les États-Unis[4],[5]. Sa personnalité est également changée : dans le film il est moins sujet au syndrome du savant alors que dans le roman, il fait un score parfait dans une classe de physique avancée. Dans le roman, Gump est également astronaute, lutteur professionnel et joueur d'échecs[5].

Pour réaliser, Terry Gilliam a été pressenti pour réaliser le film mais il a refusé l'offre[6], tout comme Barry Sonnenfeld qui préfère se concentrer sur Les Valeurs de la famille Addams[7]

Casting[modifier | modifier le code]

Avant de revenir à Tom Hanks, le rôle-titre a été proposé par Robert Zemeckis à plusieurs acteurs dont Bill Murray et John Travolta. Après avoir refusé le rôle, ce dernier a déclaré que « décliner le rôle de Forrest Gump a été une grande erreur »[8]. Tom Hanks signe finalement un contrat de 7 millions de dollars pour jouer le rôle. Cependant, ce contrat contient une clause d’intéressement aux recettes. Le rôle lui rapporte finalement plus de 35 millions de dollars[9].

Le jeune Haley Joel Osment, qui incarne le fils de Forrest, trouve ici son premier rôle. Quelques années plus tard, il jouera dans Sixième Sens de M. Night Shyamalan (1999)[8].

Dans la scène du premier trajet de Forrest en bus, le premier garçon lui refusant la place n'est autre qu'Alexander Zemeckis (fils de Robert) tandis que la fille qui refuse à son tour en hochant la tête est jouée par Elizabeth Hanks (fille de Tom).

Si Peter Dobson interprète physiquement « The King », la voix du personnage d'Elvis est celle de Kurt Russell qui devint célèbre en interprétant le chanteur dans le film biographique de 1979, Le Roman d'Elvis. Kurt Russell n'est cependant pas crédité au générique de Forrest Gump[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en août 1993 et se termine en décembre de la même année[10].

Bien que la majeure partie de l'histoire se déroule en Alabama, le tournage a principalement lieu en Caroline du Sud à Beaufort[11]. La scène avec l'incendie au Vietnam a été tournée sur l'île barrière de Fripp Island.

Certaines scènes ont été tournées en Caroline du Nord, notamment au Domaine Biltmore, à Asheville ou lorsque Forrest court sur la Blue Ridge Parkway[12].

Les scènes sur le campus ont été tournées à l'Université de Californie du Sud.

Effets visuels[modifier | modifier le code]

Ken Ralston et son équipe d'Industrial Light & Magic s'occupent des effets spéciaux du film. En utilisant des images de synthèse. Tom Hanks a d'abord été filmé devant un écran bleu avec des marques de références pour coller aux archives vidéo[13]. Les mouvements des lèvres des personnalités sur les images d'archives ont même été modifiés numériquement pour coller aux nouveaux dialogues[3]. Grâce notamment au morphing et à la rotoscopie, l'acteur a été intégré à ces images d'archives.

Lorsque le lieutenant Dan se retrouve amputé des jambes, pas mal de gens[Qui ?] avaient à l'époque pensé que Gary Sinise avait été doublé par un véritable infirme. En réalité, l'acteur avait des chaussettes bleues masquant entièrement ses avant-jambes jusqu'aux bandages ou boûts de pantalons simulant la limite des amputations. Les avant-jambes de l'acteur ont été par la suite effacées par ordinateur en rajoutant des éléments comme un morceau de drap du lit d'hôpital, un touret disposé sur le sol de l'appartement du personnage ou encore un morceau du bord du crevettier.

À partir du moment où Forrest Gump devient un pro du ping pong, Tom Hanks était en fait guidé par des sons de balles frappées et reproduisait les gestes. Puis les balles ont été rajoutées numériquement.

Histoire des États-Unis d'Amérique[modifier | modifier le code]

Gary Sinise apparait à partir de la partie du film qui décrit la guerre du Viêt Nam.

Par des procédés d'insertion dans l'image, Forrest Gump est fortement impliqué dans l'Histoire de son pays.

  • Sa mère l'aurait appelé Forrest en mémoire de Nathan Bedford Forrest, un créateur du Ku Klux Klan pour souligner le fait que parfois, dans la vie « on fait des choses qui n'ont pas beaucoup de sens ». Il raconte cette anecdote à une jeune femme qui attend l'autobus à côté de lui et qui, comble de l'ironie, est noire.
  • Forrest Gump dénonce notamment ce qui deviendra l'affaire du Watergate. Les lumières que Forrest aperçoit dans l'immeuble d'en face et qui l'empêchent de dormir sont en fait les lampes torche du commando chargé de poser un appareil d'écoute dans la chambre des démocrates (alors adversaires de Richard Nixon) à l'intérieur du Watergate, grand hôtel de Washington. La véritable histoire est que le concierge de l'hôtel a prévenu la police d'un cambriolage. Forrest Gump a donc déclenché l'affaire du Watergate en appelant ce concierge. Comble d'ironie encore une fois car c'est Nixon lui-même qui lui a fourni la chambre d'hôtel d'où Forrest a aperçu les lumières.
  • Lors de son retour du Viêt Nam, après avoir retrouvé Jenny parmi les pacifistes venus manifester à Washington contre la guerre, il rencontre des membres du Black Panther Party, présenté à eux par un étudiant de Berkeley.
  • En faveur de la Détente, les États-Unis ont tenté un rapprochement avec la Chine qui n'a plus d'alliés. La rupture sino-soviétique de 1964 est définitive. Tout débute par des relations secrètes entre Pékin et Washington qui se manifestent lors de la Diplomatie du ping-pong par des compétitions de tennis de table dont Forrest Gump est le fervent représentant. Lors d'une partie de ping-pong à l'hôpital où Forrest est soigné, on assiste à la TV aux premiers pas et au commentaire de Neil Armstrong, premier homme à poser le pied sur la lune.
  • Grâce à ses paroles sur un plateau de télévision en rentrant de Chine, il inspirera à John Lennon sa célèbre chanson Imagine.
  • La maison des Gump accueille Elvis Presley, alors parfait inconnu, et à qui (à cause de ses prothèses), Forrest inspire son fameux jeu de jambes pendant que le King joue Hound Dog.
  • Jenny annonce à Forrest qu'elle est atteinte d'un « virus inconnu que les médecins ne peuvent pas guérir ». À ce moment du film les protagonistes sont en 1981 (comme l'indique la publicité pour la voiture élue « automobile de l'année 1981 » placardée sur les bus de passage) ce qui peut laisser penser que Jenny est malade du sida.
  • Forrest Gump est aussi présent lors du refus de George Wallace de laisser entrer deux étudiants noirs, Vivian Malone et James Hood, dans l'Université d’Alabama, le 11 juin 1963.
  • Forrest Gump est l'inventeur involontaire du smiley. Lorsqu'il court à travers les États-Unis, un homme veut le prendre en photo pour le mettre sur ses T-shirts. Mais une voiture éclabousse les deux hommes qui se retrouvent couverts de boue. Forrest s'essuyant le visage avec le T-shirt jaune y laisse le dessin mondialement connu. Il s'en va en criant au représentant: « Gardez le sourire ! ». Par ailleurs, cela rappelle fortement la fameuse Sainte Face de Jésus-Christ.
  • Forrest Gump est actionnaire d'Apple qu'il croit être une coopérative fruitière, son logo représentant une pomme (Apple en anglais).
  • Forrest Gump inspira les célèbres autocollants pour voitures "shit happens". Lorsqu'il court à travers les États-Unis, un homme lui demande de l'aide pour trouver un slogan pour ses autocollants, mais juste à ce moment il marche dans une crotte de chien et lorsque l'homme le lui fait remarquer il lui répond: « ça arrive ! » ("Shit happens", grossièrement "la merde, ça peut arriver" en anglais).
  • Lors de la manifestation devant le capitole à Washington contre la Guerre du Viêt-Nâm, Forrest rencontre l'activiste Abbie Hoffman alors vêtu d'une chemise aux couleurs des États-Unis.
  • Le crevettier de Forrest Gump est le seul à survivre à l'ouragan Carmen en 1974, une des plus grosses catastrophes naturelles de la seconde moitié du XXe siècle.
  • Au travers de la vie de Jenny sont retracés les différents mouvements culturels et de mode qui se sont succédé aux États-Unis: hippie, punk/gothique, disco. Lorsque Jenny s'installe au début chez Forrest, elle lui offre en cadeau une paire de chaussures Nike Cortez, un classique d'une marque qui a pris son essor à la fin des années 1970.
  • Par sa phrase : « On nous faisait faire de longues marches, on était toujours à la recherche d'un dénommé « Charlie » », Forrest Gump fait références aux Vietnamiens. En effet, les américains recherchaient les "Viet-congs", en langage militaire abrégé VC, donc Victor Charlie en langage radio OTAN et cela est devenu simplement "Charlie"[14]
  • Lors de sa rencontre avec le président Kennedy, on peut remarquer la présence du téléphone rouge, le célèbre téléphone de la guerre froide. Aux toilettes, on peut aussi apercevoir une photo dédicacée de Marilyn Monroe, J.F Kennedy ayant eu des relations tumultueuses avec cette célèbre star de cinéma.
  • Le film fait référence aux différents faits divers concernant les présidents des États-Unis qui se font tirer dessus en direct (les vraies images), lors de leurs sorties en public.

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Source et distinctions complètes [15]:

Récompenses[modifier | modifier le code]

Oscars 1995
Golden Globes 1995
BAFTA Awards 1995
Saturn Awards 1995
People's Choice Awards 1995
  • meilleur film
  • meilleur film dramatique

Nominations[modifier | modifier le code]

Oscars 1995
Golden Globes 1995
BAFTA Awards 1995

Musique[modifier | modifier le code]

Forrest Gump – Original Motion Picture Score[modifier | modifier le code]

Forrest Gump – Original Motion Picture Score

Bande originale par Alan Silvestri
Sortie Drapeau des États-Unis 28 juin 1994
Durée 37:31
Label Epic

La bande originale du film est composée et dirigée par Alan Silvestri, qui avait déjà travaillé avec Robert Zemeckis sur À la poursuite du diamant vert, la célèbre trilogie Retour vers le futur, Qui veut la peau de Roger Rabbit ? et La mort vous va si bien.

Listes des titres

Note : les morceaux ne sont pas nécessairement cités dans l'ordre de diffusion dans le film.

  1. I'm Forrest,Forrest Gump (2:41)
  2. You're No Different (1:00)
  3. You Can't Sit Here (2:27)
  4. Run Forrest Run (2:14)
  5. Pray With Me (:58)
  6. The Crimson Gump (1:08)
  7. They're Sending Me to Vietnam (2:24)
  8. I Ran and Ran (1:44)
  9. I Had a Destiny (1:19)
  10. Washington Reunion (:46)
  11. Jesus on the Main Line - arr. Silvestri, soloist: Donny Gerard (2:00)
  12. That's My Boat (1:16)
  13. I Never Thanked You (:48)
  14. Jenny Returns (2:43)
  15. The Crusade (2:01)
  16. Forrest Meets Forrest (1:42)
  17. The Wedding Guest (1:48)
  18. Where Heaven Ends (1:34)
  19. Jenny's Grave (1:27)
  20. I'll Be Right Here (:49)
  21. Suite From Forrest Gump (6:34)

Forrest Gump: The Soundtrack[modifier | modifier le code]

Forrest Gump: The Soundtrack

Bande originale par Divers artistes
Sortie Drapeau des États-Unis 28 juin 1994
Enregistré 1952—1983
Durée 96:14
Genre Pop, rock, country, soul, Rock psychédélique, Rock 'n' roll, Rockabilly
Label Paramount / Epic

Disque 1[modifier | modifier le code]

  1. Hound Dog (Elvis Presley) – 2:16
  2. Rebel Rouser (Duane Eddy) – 2:21
  3. (I Don't Know Why) But I Do (Clarence « Frogman » Henry) – 2:18
  4. Walk Right In (The Rooftop Singers) – 2:33
  5. Land of 1000 Dances (Wilson Pickett) – 2:25
  6. Blowin' in the Wind (Joan Baez) – 2:36
  7. Fortunate Son (Creedence Clearwater Revival) – 2:18
  8. I Can't Help Myself (Sugar Pie Honey Bunch) (The Four Tops) – 2:43
  9. Respect (Aretha Franklin) – 2:27
  10. Rainy Day Women No. 12 & 35 (Bob Dylan) – 4:35
  11. Sloop John B (The Beach Boys) 2:56
  12. California Dreamin' (The Mamas & the Papas) – 2:39
  13. For What It's Worth (Buffalo Springfield) – 2:38
  14. What the World Needs Now Is Love (Jackie DeShannon) – 3:13
  15. Break On Through (To the Other Side) (The Doors) – 2:27
  16. Mrs. Robinson (Simon et Garfunkel) – 3:51

Disque 2[modifier | modifier le code]

  1. Volunteers (Jefferson Airplane) – 2:04
  2. Let's Get Together (The Youngbloods) – 4:36
  3. San Francisco (Be Sure to Wear Flowers in Your Hair) (Scott McKenzie) – 2:58
  4. Turn! Turn! Turn! (To Everything There Is a Season) (The Byrds) – 3:54
  5. Medley : Aquarius/Let the Sunshine In (The 5th Dimension) – 4:48
  6. Everybody's Talkin' (Harry Nilsson) – 2:44
  7. Joy to the World (Three Dog Night) – 3:16
  8. Stoned Love (The Supremes) – 2:59
  9. Raindrops Keep Fallin' on My Head (B. J. Thomas) – 3:00
  10. Mr. President (Have Pity on the Working Man) (Randy Newman) – 2:46
  11. Sweet Home Alabama (Lynyrd Skynyrd) – 4:43
  12. It Keeps You Runnin' (The Doobie Brothers) – 4:13
  13. I've Got to Use My Imagination (Gladys Knight & the Pips) – 3:30
  14. On the Road Again (Willie Nelson) – 2:29
  15. Against the Wind (Bob Seger & the Silver Bullet Band) – 5:33
  16. Forrest Gump Suite (Alan Silvestri) – 8:49

Autres chansons présentes dans le film[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Nombre d'entrées en France : 3 963 919[16]
  • Recettes États-Unis : 329 694 499 $
  • Recettes mondiales : 679 400 525 $

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film fait partie du National Film Registry, une archive de films conservée à la Bibliothèque du Congrès.
  • Contrairement aux pensées populaires, Forrest Gump n'est pas seulement un personnage fictif car Zemeckis s'inspira de vraies personnes ayant pour but unique dans la vie de courir.
  • Lorsque Forrest Gump parle du Vietnam mais que le son est coupé, on peut lire sur ses lèvres :
« Sometimes when people go to Vietnam, they go home to their mommas without any legs. Sometimes they don't go home at all. That's a bad thing. That's all I have to say about that. »" (« Quelquefois quand les gens vont au Vietnam, ils rentrent chez leur mères sans jambes. Quelquefois ils ne rentrent pas du tout. C'est moche. C'est tout ce que j'ai à dire sur ça »).
  • Le film fut maintes et maintes fois une grosse question cinématographique à l'époque et encore aujourd'hui, car personne ne savait exactement comment Robert Zemeckis avait incrusté Tom Hanks aux images d'époque et comment il réussit à créer des dialogues entre personnages vivants et morts (ex : le dialogue entre le président John F. Kennedy et Tom Hanks).
  • À un moment, le film présente une compagnie de pêche imaginaire, la Bubba Gump Shrimp Company. Une vraie chaîne de restaurants de fruits de mer portant ce nom fut créée deux ans après la sortie du film.
  • Lorsque Forrest Gump annonce à l'ex-lieutenant Dan qu'il va devenir capitaine de crevettier pour respecter la promesse faite à Bubba, Dan lui répond « Si un jour, t'es vraiment capitaine de crevettier, je crois que moi je serai astronaute ». L'année suivante, les deux acteurs tournaient dans Apollo 13 de Ron Howard.
  • Lors de la sortie française du film en DVD, le doublage a subi quelques petites retouches, entre autres la voix d'Elvis qui a été entièrement refaite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :