Le Lauréat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Lauréat

Titre original The Graduate
Réalisation Mike Nichols
Scénario Charles Webb (roman)
Calder Willingham
Buck Henry
Acteurs principaux
Sortie 1967
Durée 105 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Lauréat (The Graduate) est un film américain de 1967, réalisé par Mike Nichols et adapté du roman de même titre de Charles Webb.

Résumé[modifier | modifier le code]

Benjamin est un jeune homme qui a fini ses études et est retourné chez ses parents en Californie où il prévoit de passer quelques jours de vacances. Ses parents l'invitent à descendre de sa chambre pour se mêler à la fête donnée en son honneur, mais il préfère rester seul à l'écart de la soirée, jusqu'au moment où Madame Robinson, amie de ses parents, s'approche et lui demande de la raccompagner chez elle. Benjamin accepte de la ramener dans sa nouvelle voiture. Le jeune lauréat se rend vite compte que cette femme lui fait des avances… Arrivés chez elle, elle l'invite à boire un verre et l'emmène dans la chambre de sa fille Elaine, étudiante à Berkeley, et s'y déshabille. Benjamin veut résister à l'appel de cette femme quand soudain l'arrivée de Monsieur Robinson met un terme à cette scène de séduction. Après une petite discussion, Mme Robinson lui dit à très bientôt et Benjamin s'en va.

Bientôt, Benjamin et Madame Robinson entretiennent une liaison, et se voient régulièrement à l'hôtel Taft. Benjamin est sous la coupe de sa maitresse.

Les parents de Benjamin, soucieux de voir que leur fils ne fait rien de ses journées, et sort la nuit, lui demandent d'inviter la fille des Robinson, Elaine, qui vient de revenir de Berkeley, à sortir. Malgré l'interdiction formelle que Madame Robinson lui a faite de voir sa fille, le jeune homme accepte un rendez-vous avec Elaine, ce qui détruit sa relation secrète avec Mme Robinson. Dès le premier soir, il tombe amoureux d'Elaine. Mais quand celle-ci apprend qu'il a eu une relation avec sa mère, elle part et refuse de le revoir. Il va la retrouver à Berkeley et lui propose le mariage. Elaine, qui s'est fiancée à un étudiant en médecine, hésite. Après quelques péripéties, où le père d'Elaine vient à Berkeley et s'emporte contre Benjamin, qu'il maudit, le mariage d'Elaine et de son fiancé se profile. Benjamin l'apprend au dernier moment, entre dans l'église et voit Elaine qui prête serment à son futur mari. Benjamin ému et en pleurs l'arrache de la cérémonie et ils partent tous les deux en courant et s'engouffrent dans un bus. Le film se termine sur un plan d'eux, assis sur la dernière banquette du bus, regardant l'un et l'autre droit devant eux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : [1]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La scène où Benjamin est surpris par Mme Robinson nue est connue notamment pour ses plans subliminaux du ventre et des seins de Mme Robinson.
  • Le film fit scandale à sa sortie pour avoir montré l'amour entre un jeune homme et une femme mûre. En réalité, Dustin Hoffman, qui interprétait le jeune homme, avait déjà 30 ans, et la femme mûre interprétée par Anne Bancroft tout juste 36 ans à l'époque du tournage, alors que Elaine, sa fille dans le film, en avait 27 !
  • Le succès considérable du Lauréat (plus de 40 millions de dollars de recettes en quelques semaines aux États-Unis) constitue une surprise au moment de sa sortie : personne ne croyait en effet à ce film qui réunissait des acteurs peu connus autour d’un scénario scabreux dont le héros séduisait à la fois une mère et sa fille, bien que le film Lolita réalisé par Stanley Kubrick en 1962 (d'après le roman éponyme de Vladimir Nabokov) et présentant un scénario similaire eût déjà réussi le pari de plaire au public américain malgré son caractère polémique.
  • Le grand public se passionne immédiatement pour ce jeune héros anticonformiste et pour cette histoire reflétant parfaitement l’Amérique de la fin des années 1960 — une société traversée par le mouvement hippie —, à mi-chemin entre puritanisme et libération sexuelle. Mrs. Robinson, la chanson écrite par Paul Simon et interprétée par le duo Simon et Garfunkel, contribue d’ailleurs largement à la notoriété de cette œuvre.
  • La scène de l'église a été parodiée de nombreuses fois, notamment dans le film Wayne's World, l'animé japonais Kimagure Orange Road ou encore dans les séries télévisées Les Simpson ou Daria.
  • L'une des toutes premières apparitions de Richard Dreyfuss (non crédité).
  • Les jambes qui apparaissent sur l'affiche du film sont celles de Linda Gray, la « future » femme de JR, Sue Ellen, dans le feuilleton télévisé Dallas.
  • La scène du debut, où Dustin Hoffman arrive à l'aéroport de Los Angeles sur un tapis roulant, a été reprise par Quentin Tarantino dans Jackie Brown avec Pam Grier.
  • Quelques instants plus tard, quand il sort de l'aéroport, on entend une voix dans un haut parleur disant que le stationnement est limité à quelques minutes, cette scène est parodiée dans Y a-t-il un pilote dans l'avion ? où la phrase tourne en boucle pendant un long moment.
  • Ce film est considéré par le Top 100 de l'American Film Institute comme le dix-septième plus grand film américain de l'histoire du cinéma en 2007. (En 1998, il avait été classé septième.)
  • C’est grâce au succès du Lauréat que Dustin Hoffman, devenu célèbre du jour au lendemain, voit une carrière spectaculaire s'ouvrir devant lui. Quant à Mike Nichols, réalisateur reconnu pour son talent à capter l’air du temps, et qui vient de tourner Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's Afraid of Virginia Woolf ?, 1966), il remporte l'oscar du meilleur réalisateur.
  • L'histoire du film La rumeur court..., sorti en 2005, tourne autour de l'histoire du Lauréat.
  • Dans la version française du film, c'est la future star française Patrick Dewaere qui prête sa voix à Dustin Hoffman.
  • Dans (500) jours ensemble ((500) Days of Summer), il y a une référence à la scène du bus.
  • Dans The Holiday, Miles entonne la chanson Mrs.Robinson de Simon et Garfunkel. Dustin Hoffman, qui fait une apparition dans le film, se plaint du fait que l'on n'est tranquille nulle part.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Graduate (album).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : La saison cinématographique 1970
  2. Source : www.toutlecine.com