Heroic fantasy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’heroic fantasy, ou merveilleux héroïque, est en genre littéraire qui présente un récit héroïque dans le cadre d'un monde merveilleux. Aujourd'hui, la définition communément admise du terme heroic fantasy est celle d'un sous-genre de la fantasy qui a pour caractéristique de centrer son intrigue sur un ou deux héros principaux et non pas sur un groupe de personnages comme le fait, par exemple, la high fantasy.

L’heroic fantasy est souvent considérée comme un genre de littérature épique, même si des formes d'expression artistique autres que la littérature, comme la bande dessinée, l'illustration, le cinéma ou encore le jeu-vidéo, produisent des œuvres d’heroic fantasy indépendamment et sans nécessairement s'inspirer d'œuvres littéraires du genre.

L’heroic fantasy est majoritairement nommée en français par le terme anglo-américain original, terme signifiant « merveilleux héroïque » ou, dans un sens plus proche de son contexte littéraire, « récit héroïque ». Le terme est probablement apparu aux États-Unis dans les années 1930.

Définition[modifier | modifier le code]

L’heroic fantasy est à l'origine le nom donné à la fantasy, dans le sens d'œuvres centrées sur des aventures héroïques dans des mondes imaginaires au contexte antique, médiéval ou proto-médiéval (Thorgal). Les puristes et les anciens utilisent encore ce nom pour définir l'ensemble des productions de fantasy. Il faut dire qu'avant la première guerre mondiale, les œuvres étaient assez uniformes.

L’heroic fantasy se trouvait surtout dans la bande dessinée et dans les pulps, fanzines de mauvais papier dans lesquels on pouvait trouver des aventures de guerriers virils combattant des créatures monstrueuses, des démons maléfiques et des sorciers pervers.

Dans les années 1940, l'apparition de thèmes et d'éléments différents en fantasy a entraîné la création de sous-genres, et l’heroic fantasy devint alors le nom donné à l'un de ces sous-genres.

Le personnage est un élément clé de l'intrigue en heroic fantasy, parfois aux dépens du monde qui l'entoure, ou des personnages secondaires peu développés. C'est souvent un solitaire, sans attaches, qui évolue dans des royaumes en conflits, dans un monde violent et brutal. L'un des lieux communs les plus connus de l’heroic fantasy est le personnage de Conan le Cimmérien (ou Conan le Barbare) créé par Robert E. Howard dans les années 1930. Personnage massif affrontant mille dangers dans de nombreuses nouvelles, il symbolise la force sauvage, non-civilisée mais aussi non-pervertie.

La distinction entre heroic fantasy (« merveilleux héroïque ») et sword and sorcery (« épée et sorcellerie ») ne fait pas consensus. L'auteur Fritz Leiber utilisait ce dernier terme pour distinguer les aventures de héros musclés, amoraux et violents contre le surnaturel (sword and sorcery, à l'image du Conan de Robert E. Howard), contre des champions vertueux défendant le Bien contre le Mal (à l'image de Aragorn de J. R. R. Tolkien et des récits du Moyen Âge, tel Le Morte d'Arthur de Thomas Malory). Une certaine distinction peut se tenir entre heroic fantasy et sword and sorcery. La sword and sorcery est plus brutale que l’heroic fantasy et la magie y est toujours maléfique alors que dans l’heroic fantasy, la magie peut être détenue par le héros ou être détenue par un de ses alliés temporaires.

La sword and sorcery des premiers temps croise souvent la dark fantasy et la science fantasy. En effet, l'univers de sword and sorcery est souvent très sombre et on y croise des héros amoraux comme en dark fantasy. L’heroic fantasy et la science fantasy sont surtout mêlés dans les œuvres de Burroughs ou de Brackett.

L’heroic fantasy ne peut pas se mêler à la high fantasy qui est son opposé pas plus qu'avec la fantasy urbaine dont le contexte est contemporain, la Fantasy of manners ou la fantasy mythique dont l'univers est purement imaginaire.

Genèse et historique[modifier | modifier le code]

Le véritable créateur de l’heroic fantasy, contrairement à ce qu'on pense, n'est pas Robert E. Howard mais Edgar Rice Burroughs.

Son Tarzan (créé en 1912) fait d'abord office de personnage précurseur. Bien que dans un premier temps il ne soit pas dans un univers de fantasy, il a toutes les caractéristiques du héros. Il mise sur sa force physique, est peu civilisé et évolue dans un monde brutal. Dans la jungle africaine, il combat contre des bêtes, des sorciers africains et d'étranges tribus. Mais au fur et à mesure, Tarzan sort du cadre purement aventureux pour rentrer dans la fantasy. Il rencontre la magie, d'horribles monstres et des civilisations aux mœurs barbares et cruelles.

Dans le même temps, Burroughs rentre de plain-pied dans l’heroic fantasy avec toute une série de cycles : le Cycle de Mars, le Cycle de Vénus, le Cycle de la Lune et le Cycle de Pellucidar. Ces cycles mettent en scène un personnage héroïque perdu dans des mondes en conflit qui sont en fait des planètes du système solaire. L'imbrication technologie-fantasy en fait aussi le précurseur de la science fantasy.

À l'époque, la plupart de ces histoires sont des nouvelles publiées dans les pulps. C'est dans ceux-ci que l’heroic fantasy va naître. Déjà, Burroughs avait eu des précurseurs le siècle précédent : en 1885 et 1887, Henry Rider Haggard avait commencé ses cycles d'Allan Quatermain et de She, situés eux aussi dans une Afrique mythologique et achevés trente ans plus tard, et en 1871 Edward Bulwer-Lytton écrivit le roman de science-fiction La Race à venir où des surhommes ailés peuplent une terre creuse.

Le deuxième grand auteur d’heroic fantasy est évidemment Robert E. Howard. Il va créer le véritable archétype du héros d’heroic fantasy : Conan.[réf. nécessaire]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

  • Héros guerrier au centre de l'histoire. Solitaire ou deux excellents amis.
  • Enjeux personnels et humains. Motivations assez égoïstes et amorales dans la sword and sorcery, moins dans l’heroic fantasy moderne.
  • Royaumes en conflits, peu de peuples non-humains intelligents (elfes, gobelins…), peu de magie.
  • Ambiance assez sombre et médiévale essentiellement dans la sword and sorcery.

Héros[modifier | modifier le code]

Le héros est très souvent seul lors de ses aventures : Conan et Kull chez Howard ; Druss, Waylander chez Gemmell ; Elric, Hawkmoon chez Moorcock ; FitzChevalerie pour Robin Hobb ; John Kenton en ce qui concerne Abraham Merritt (La Nef d'Ishtar) ; Kvothe chez Patrick Rothfuss…

Lorsqu'il est accompagné, c'est souvent par un seul compagnon avec qui il entretient un puissant rapport de fraternité. Ainsi, Fafhrd et le Souricier gris (Le Cycle des épées) sont deux amis inséparables tout comme Eldin et David Hero (dans la Terre des Rêves de Brian Lumley). En série, nous avons le duo Hercule-Iolaus et Xena-Gabrielle

Généralement, c'est un personnage masculin à l'esprit indépendant et doué de grandes capacités, souvent guerrières. Sa moralité n'est pas toujours exemplaire. Eldin vole un joyau et saccage les tavernes, Conan tue des centaines d'hommes, Fitz est un assassin, Druss une brute, Waylander un meurtrier cynique. Ils semblent ne croire en rien, sinon en eux-mêmes et en leurs armes.

De même, ils ne s'embarrassent pas de scrupules et leurs motivations sont souvent personnelles et égoïstes (argent, survie, vengeance).

Mais, dans la deuxième phase de l’heroic fantasy, les héros sont plus profonds et sont parfois saisis par le doute, les remords. Ils ressentent enfin des sentiments humains et sont dotés d'une certaine moralité. Fitz reste fidèle à ses demi-oncles, sauvant la vie de l'un d'eux au péril de la sienne ; Waylander finit par trouver sa rédemption et même par sauver et adopter deux petites jumelles.

En effet, une des caractéristiques des héros de l’heroic fantasy est qu'ils ont des difficultés à s'installer durablement ou à fonder une famille. Ils vont de bataille en batailles, de combat en combat ; et lorsqu'ils aiment, leurs relations familiales sont souvent plutôt compliquées.

Les héroïnes d’heroic fantasy quant à elles, sont toujours célibataires et entendent le rester, conservant ainsi leur indépendance : Xena ; Sonia la Rousse, Raven (dans Le Cycle de Raven de Robert Holdstock). Mais dans la deuxième phase, les héros deviennent plus familiers et plus enclins à fonder une famille. Waylander adopte deux petites filles, Fitz finit lui aussi par se marier.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Ici, encore on doit discerner deux phases.

Dans la première, jusqu'aux années 1980, les personnages secondaires sont très peu développés. Ils ne sont là que pour faire avancer l'intrigue, pour créer des péripéties ou faire des apparitions ponctuelles pour guider les héros. Ainsi dans Conan, on rencontre parfois le personnage d'Amalric, ami du Barbare, et Tristelune dans le cycle d'Elric comme grand ami de l'albinos (pour qui il finira par se sacrifier)

Dans la seconde, le renouveau de l’heroic fantasy donne une place beaucoup plus importante aux personnages secondaires. Dans Légende, l'intrigue bien que centrée sur Druss et Regnak, s'articule autour d'une dizaine de personnages secondaires tous intéressants à leur manière (Flécheur, Virae, Gilad et Bregan, Serbitar, Caessa, Vintar). Robin Hobb donne elle aussi une grande importance à ses personnages secondaires : le Fou n'étant qu'un exemple.

Exceptions[modifier | modifier le code]

Dans Excalibur, le héros central est en fait l'épée elle-même. L'histoire tourne autour de l'épée. Si l'on doit trouver un personnage central, il s'agit tout de même du roi Arthur.

Monde[modifier | modifier le code]

Le monde dans lequel les héros évoluent est très souvent un monde de conflits et de guerres d'inspiration très médiévale. Un monde chaotique où les hommes peuvent devenir des héros. L'ambiance est très peu manichéenne, et elle est parfois même violente et brutale dans la sword and sorcery.

La magie, les créatures inhumaines y sont très nombreuses (elfes, nains, dragons…). Celles-ci peuvent être maléfiques ou du côté du héros (les elfes, les nains avec Eragon dans le Cycle de l'héritage). Dans la saga Conan de Robert E. Howard, le Barbare combat des centaines de monstres mais ne rencontre jamais un humanoïde conscient. Chez David Gemmell, les créatures sont très proches de l'humanoïde et souvent peu développées. Seule Robin Hobb finit par introduire les dragons. Exception dans Le Lion de Macédoine de David Gemmell et dans les séries Hercule et Xena qui mettent tous en scène les créatures de la mythologie grecque.

Magie[modifier | modifier le code]

La magie est souvent étrange, mystérieuse et détenue par quelques rares personnages. Dans la sword and sorcery, c'est presque toujours une magie maléfique et démoniaque (Elric) qui fait peur aux profanes. Dans l’heroic fantasy moderne, la magie prend plus la forme de pouvoirs psychiques : divination et projection astrale pour les Trente (David Gemmell), télépathie et empathie dans le cadre de l'Art et du Vif (Robin Hobb).

Enjeux[modifier | modifier le code]

Contrairement à la high fantasy, il ne s'agit pas de sauver le monde. Les problèmes sont causés par des humains, ou par des créatures non-intelligentes ; jamais par un quelconque seigneur des ténèbres maléfique. Surtout, les enjeux sont souvent localisés, humains et personnels.

Heroic fantasy féministe[modifier | modifier le code]

Certains auteurs ont créé des héroïnes d’heroic fantasy, libres, indépendantes de la tutelle de l'homme et séductrices à l'égard des héros masculins. La situation s'inverse, alors que c'est d'habitude Conan qui séduit de nombreuses femmes sans défense, ici, ce sont parfois les femmes qui défendent les hommes et qui choisissent leurs nombreux amants ou amantes.

Ces héroïnes peuvent être guerrières ou magiciennes. Les trois principaux exemples sont Red Sonja, Raven, et Xena. On peut également trouver un exemple récent de femme guerrière, la Reine Vierge, dans le roman de fantasy français Sacrifice du Guerrier.

Auteurs[modifier | modifier le code]

Ces auteurs n'ont écrit quasiment que de l’heroic fantasy et en sont les fondateurs ou les rénovateurs.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Romans français[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées européennes[modifier | modifier le code]

Comics[modifier | modifier le code]

Mangas[modifier | modifier le code]

Œuvres dans d'autres médias[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Téléfilms et sorties directes en dvd[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

Séries animées, mangas[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Jeux[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]