Les Ailes (film, 1927)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Ailes.

Les Ailes

alt=Description de l'image Clarabowwings.jpg.
Titre original Wings
Réalisation William A. Wellman
Harry d'Abbadie d'Arrast
Scénario Hope Loring
Louis D. Lighton
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame, guerre
Sortie 1930
Durée 139 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Ailes (Wings) est un film muet américain sur le thème de la Première Guerre mondiale, réalisé par William A. Wellman et sorti en 1927. Produit par la Paramount Pictures, le film raconte la bataille de Saint-Mihiel où les troupes américaines ont été fortement engagées en septembre 1918. Il est le premier film à recevoir l'Oscar du meilleur film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jack Powel est un jeune homme passionné des sports automobiles. Sa voisine, Mary Preston, est follement amoureuse de lui mais il ne lui prête aucune attention. Jack est amoureux de Sylvia, elle-même amoureuse du fortuné David Armstrong. Quand les États-Unis entrent dans la Première Guerre mondiale, Jack et David rejoignent l'Air Force pour aller se battre sur le sol français, c'est alors qu'il deviennent copains. Mary, quant à elle, rejoint la Women's Motor Corp afin de se rapprocher de Jack. Mais en temps de guerre tout prend tournure de tragédie y compris entre les deux amis[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche est établie à partir du générique du film.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les acteurs mentionnés sont ceux dont le rôle est clairement identifié au générique du film.

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

En 1926, John Monk Saunders, ancien pilote lors de la Première Guerre mondiale, propose à Jesse L. Lasky l'idée d'un film d'aviation mettant en scène de jeunes personnes durant les entrainements et combats aériens[4]. Suite au succès de 1925 de la Metro-Goldwyn-Mayer, La Grande Parade, la Paramount Pictures recherche un sujet de film équivalent afin de profiter du succès de ce dernier[4]. Jesse L. Lasky décide d'accepter le concept mais à la condition que le Gouvernement américain coopère, ce qui sera le cas[4]. D'après l'Internet Movie Database, c'est Byron Morgan qui suggéra l'idée à la Paramount[8].

L'équipe du film[modifier | modifier le code]

B. P. Schulberg, le responsable de production de la Paramount sur la côte Ouest, engage Hope Loring et Louis D. Lighton pour écrire le scénario, choisi Harry Perry pour être le directeur de la photographie et donne la responsabilité de produire le film à Lucien Hubbard[4]. Pour réaliser le film, c'est William A. Wellman, un jeune réalisateur qui n'a réalisé que deux films pour le studio avec Masques d'artistes (You Never Know Women) et The Cat's Pajamas, qui est engagé. C'est son expérience en tant que pilote militaire médaillé et de cascadeur aérien ainsi que son enthousiasme qui persuade le producteur de lui faire confiance[4]. Quant au costumes, ils sont l'œuvre de Travis Banton et Edith Head[2]. Pour Head, il s'agit d'ailleurs de la première contribution de sa carrière dans le cinéma[8].

Les acteurs[modifier | modifier le code]

Clara Bow incarne une infirmière amoureuse de son voisin, l'aviateur Charles 'Buddy' Rogers.

Pour le premier rôle féminin, c'est Clara Bow, la nouvelle starlette de la Paramount, qui est préférée. Durant le tournage elle insistera d'ailleurs pour faire en sorte que l'on voie ses courbes malgré l'uniforme militaire qu'elle doit porter[8].

Pour jouer les deux rôles principaux masculins ce sont de jeunes acteurs qui ont encore tout à prouver qui sont choisis. En effet, Charles 'Buddy' Rogers n'a commencé à jouer dans des films que depuis très peu de temps et ne compte que trois films à sa filmographie avant Les Ailes. Quant à Richard Arlen, un peu plus vieux que Rogers et ancien pilote durant la Première Guerre mondiale mais qui n'a jamais été au combat[8], est un acteur qui joue dans des films depuis 1921 sans avoir encore eu de rôle principal.

La distribution du film comprend également un futur acteur oscarisé : Gary Cooper. Alors âgé de 25 ans, on ne le voit que dans une seule scène[4] mais c'est bien assez pour être révélé aux yeux du public[9]. William A. Wellman fait également une petite apparition dans le film en jouant un soldat. Des petits rôles sont également tenu par sa femme, Margery Chapin, et sa fille Gloria Wellman[2],[8].

Le tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film se déroule du 19 janvier au 5 avril 1927[10], principalement à San Antonio au Texas[11], avec un budget s'élevant à 2 millions de dollars[4], un faible coût au regard des prouesses aériennes. En effet ces scènes sont réalisées sans trucage diminuant ainsi les éventuelles coûts pour des effets spéciaux[4]. Ainsi, Charles 'Buddy' Rogers et Richard Arlen pilotent eux-mêmes leurs appareils pour le besoin du film, ce qui est nouveau pour Rogers. Il apprend donc le pilotage au fil du tournage[8]. Pour les scènes de batailles des milliers de figurants sont nécessaires. Deux incidents sont à déplorer. Le premier accidenté est Dick Grace, un pilote cascadeur, qui s'est fait projeter contre le fuselage de son avion au lieu d'être éjecté au loin. Il restera six semaines à l'hôpital. Pour la deuxième personne, un pilote de l'armée travaillant sur le film, l'issue est plus tragique. Il est victime d'une chute qui lui est fatale[3],[8].

Certaines des scènes aériennes qui n'ont pas été utilisées pour le film le seront pour compléter Les Pilotes de la mort (The Legion of the Condemned), un autre film de Wellman[12].

La musique[modifier | modifier le code]

À l'époque de la sortie du film, une musique d'accompagnement fut écrite pour moitié par John Stepan Zamecnik, l'autre moitié étant composée d'extraits du répertoire classique ré-orchestrés (Mendelssohn, Liszt, Chopin, Wagner, etc.), comme cela se faisait souvent.

En 2014, Baudime Jam a composé une partition originale pour le Quatuor Prima Vista, un trompettiste et un percussionniste.

Réception[modifier | modifier le code]

Les Ailes, qui est le premier film hollywoodien traitant de l'aviation militaire[13], sort en avant-première le 12 août 1927[4],[7] à New York. S'ensuit alors plusieurs projections à des points stratégique de la carte américaine[4] qui amèneront à un remontage du film qui passe d'une longueur de quatorze à treize bobines[8]. La sortie nationale a finalement lieu le 15 janvier 1929 après que de la musique, exclusivement jouée à l'orgue Wurlitzer[8], et des effets sonores ont été ajoutés avec le procédé d'enregistrement Photophone de la Radio Corporation of America[9],[14]. En effet, entre le jour de la première du film à New York et la sortie nationale était sortie le film qui avait bousculé l'industrie cinématographique : Le Chanteur de jazz (The Jazz Singer). Cette production Warner Bros. est en effet le premier film parlant de l'histoire, ce qui incita tous les autres studios à en faire autant.

Les Ailes est un succès et profite sans aucun doute de la notoriété de Clara Bow suite au film Le Coup de foudre (It). Le film de William A. Wellman obtient également la reconnaissance des professionnels du métier en remportant le prix du meilleur film lors de la 1re cérémonie des Oscars, organisée le 16 mai 1929[15],[16]. C'est ainsi le premier film muet à recevoir cette distinction[4], le deuxième étant The Artist, en 2012.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Les Ailes est le premier film à remporter l'Oscar du meilleur film. De plus, Roy Pomeroy remporte l'Oscar des meilleurs effets d'ingénierie, récompense qui n'a été décerné qu'une seule fois dans l'histoire de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences[15].

Des copies du films sont aujourd'hui conservées à la Cinémathèque française et au Mary Pickford Institute[3]. En 1997[17], Les Ailes a été désigné « culturellement signifiant » par la Bibliothèque du Congrès et sélectionné pour préservation au National Film Registry[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Adolph Zukor et Dale Kramer, Le public n'a jamais tort, Corrêa,‎ 1954
  • John Douglas Eames, La Fabuleuse histoire de la Paramount, Octopus,‎ 1985
  • Jacques Legrand, Pierre Lherminier et Laurent Mannoni, Chronique du cinéma, Éditions Chronique,‎ 1992 (ISBN 9782905969552)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Synopsis du film sur IMDb, consultée le 4 septembre 2009..
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) Équipe complète du film sur IMDb, consultée le 4 septembre 2009.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Fiche du film sur Silent Era, consultée le 4 septembre 2009.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n La Fabuleuse histoire de la Paramount, p.48.
  5. a, b, c et d (en) Fiche du film sur IMDb, consultée le 4 septembre 2009.
  6. a et b (en) Spécification technique du film sur IMDb, consultée le 4 septembre 2009.
  7. a, b et c (en) Dates de sortie du film sur IMDb, consultée le 4 septembre 2009.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Anecdotes liées au film sur IMDb, consultée le 7 septembre 2009.
  9. a et b Le public n'a jamais tort, p.270.
  10. (en) Chiffres du film sur IMDb, consultée le 7 septembre 2009.
  11. (en) Lieux de tournage du film sur IMDb, consultée le 7 septembre 2009.
  12. La Fabuleuse histoire de la Paramount, p.54.
  13. Chronique du cinéma, p.224.
  14. La Fabuleuse histoire de la Paramount, p.36.
  15. a et b (en) Base de données officielle des vainqueurs et nominés de l'académie sur le site de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences.
  16. Chronique du cinéma, p.242.
  17. (en) Distinctions remportées par le film sur IMDb, consultée le 7 septembre 2009.
  18. (en) « Films Selected to The National Film Registry, Library of Congress 1989-2007 » sur le site de la Bibliothèque du Congrès.