Le Cardinal (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Cardinal.

Le Cardinal

alt=Description de l'image The cardinal.jpg.
Titre original The Cardinal
Réalisation Otto Preminger
Scénario Robert Dozier
Acteurs principaux
Sociétés de production Otto Preminger Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1963
Durée 175 minutes (h 55)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Cardinal (The Cardinal) est un film américain réalisé par Otto Preminger, sorti en 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Stephen Fermoyle est un prêtre américain, originaire de Boston et issu d'une famille catholique. C'est un intellectuel polyglotte, auteur d'un livre sur l'histoire de l'Église. Le film nous fait découvrir son ascension progressive et les problèmes qui surgissent lorsque sa sœur veut se marier avec un homme de confession juive. Lorsque ce dernier refuse finalement de se convertir au catholicisme, le mariage est refusé. Stephen Fermoyle, futur cardinal, est pris entre les contradictions de son rôle de prêtre et de frère, alors que sa sœur lui avoue en confession qu'elle a eu des relations avec cet homme juif dont elle est amoureuse. Elle finit par quitter le domicile et disparaît. Il la retrouve quelques années plus tard, devenue danseuse de tango et égarée dans des milieux de danseurs marginaux. Elle finit par mourir en couche, alors qu'il a refusé que le bébé soit tué pour sauver la mère, ce qui est l'occasion pour Stephen Fermoyle de remettre en question sa vocation sacerdotale dans un contexte où il est très culpabilisé de ne pas avoir pu aider sa sœur comme il le fallait. Il se retrouve à Vienne comme enseignant d'anglais, toujours lié par ses vœux mais se questionnant sur un retour à l'état laïc. Il rencontre Annemarie von Hartman (Romy Schneider), qui l'aime. Après avoir hésité, il finit par retourner dans l'église, au grand désespoir d'Annemarie. Les années passent. On le retrouve bientôt très haut placé dans la hiérarchie et la diplomatie de l'église. Refusant de rester passif devant la demande d'un prêtre noir américain, il retourne incognito aux États-Unis pour aider ce prêtre victime du racisme du Ku Klux Klan. Finalement les racistes sont condamnés grâce à son action, ce qui lui vaut une promotion supplémentaire par le pape. Les années passent encore. On le retrouve à Vienne où il a été envoyé pour fermer la nonciature et faire pendant à l'évêque de Vienne jugé trop complaisant vis-à-vis des Nazis. Ce dernier s'est en effet laissé séduire par les promesses de Hitler et a demandé à voter oui pour le référendum de rattachement de l'Autriche à l'Allemagne. Dans le même temps, Stephen Fermoyle retrouve Annemarie, qui s'est mariée par dépit. Son mari se jette par la fenêtre à l'arrivée de la Gestapo, car il s'était opposé à la montée du Nazisme. Poursuivie à son tour, elle se réfugie dans la nonciature auprès de celui qu'elle aimait, très culpabilisée de n'avoir pas compris à temps son mari. Peu à peu, l'évêque de Vienne comprend qu'il s'est fait berner par Hitler, et assiste impuissant à l'invasion de la nonciature par une horde nazie vociférante et anticatholique. Annemarie est arrêtée par la police, et dit adieu à son ex-ami dans une scène pathétique et bouleversante. Il finit par être promu Cardinal.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Huit ans plus tôt, dans le film Sissi (1955) réalisé par Ernst Marischka, Romy Schneider jouait déjà avec les acteurs du Cardinal suivants :
    • Vilma Degischer (la sœur Wilhelmina, une nonne viennoise qui, à la demande de l’évêque Fermoyle (Tom Tryon) va accueillir Annemarie von Hartman (Romy Schneider) avant que celle-ci ne se livre aux Nazis) y interprète l'archiduchesse Sophie, mère de l'empereur François-Joseph, belle-mère de Sissi (et d'abord sa tante, la mère de Sissi étant sa sœur) ;
    • Josef Meinrad (le cardinal viennois Theodor Innitzer, qui fraye d'abord avec les Nazis avant de se rendre compte qu'il a été manipulé) y interprète le maladroit gendarme Böckl, futur colonel et garde du corps de Sissi dans Sissi impératrice (1956) et Sissi face à son destin (1957) ;
    • Peter Weck (Kurt Von Hartman, le mari d'Annemarie von Hartman (Romy Schneider), un banquier viennois qui se suicide sous ses yeux lorsque la Gestapo vient l'arrêter en raison de son ascendance juive) y joue l'archiduc Karl-Ludwig, frère de l'empereur François-Joseph, beau-frère (mais d'abord cousin germain) de Sissi, épris d'elle dans leur tendre jeunesse.

Liens externes[modifier | modifier le code]