District 9

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

District 9

Titre québécois District 9
Titre original District 9
Réalisation Neill Blomkamp
Scénario Neill Blomkamp
Terri Tatchell
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau des États-Unis QED International
Drapeau de la Nouvelle-Zélande WingNut Films
Pays d’origine Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 2009
Durée 1 h 53 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

District 9 est un film de science-fiction américano-sud-africain de Neill Blomkamp sur son scénario coécrit avec Terri Tatchell, produit par Peter Jackson et Carolynne Cunningham. Ce film est sorti le 14 août 2009[1] aux États-Unis[2] et le 16 septembre en France. Sa promotion a utilisé une campagne de marketing viral.

Le film est basé sur Alive in Joburg[3], un court-métrage produit par Neill Blomkamp, Sharlto Copley, Simon Hansen et Shanon Worley. Copley a assuré l'interprétation de l'un des policiers interviewés. Le court-métrage raconte l'histoire d'extraterrestres ayant atterri à Johannesburg (Afrique du Sud), confinés et « ghettoisés » dans des zones spécifiques et travaillant comme des esclaves. Dans le film, ces extra-terrestres surnommés « crevettes » ou « mollusques »[4] par les humains sont exploités par la compagnie Multi-National United (MNU), une firme qui voudrait parvenir à utiliser l'armement extra-terrestre.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Des extraterrestres réfugiés sur la Terre depuis 20 ans deviennent un problème international explosif. Parqués dans le District 9, leur destin est entre les mains d'une multinationale, le MNU, qui s’intéresse à leur extraordinaire armement qui ne fonctionne qu'avec de l'ADN extraterrestre. Wikus, un agent de terrain du MNU, inhale une mystérieuse substance qui se met à modifier son ADN. Cet homme qui permettrait de déchiffrer la technologie alien devient l'individu le plus recherché. Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu'un seul endroit où se cacher : le District 9.


Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisateur : Neil Blomkamp
  • Scénario : Neill Blomkamp, Terri Tatchell basé sur le roman "Alive in Joburg" de Neil Blomkamp
  • Musique : Clinton Shorter
  • Décors : Philip Ivey
  • Photographie : Trent Opaloch
  • Montage : Julian Clarke
  • Producteur : Peter Jackson et Carolynne Cunningham
  • Maisons de production : WingNut Films, QED International, Key Creatives, Wintergreen Productions
  • Distributeur : TriStar Pictures
  • Budget : 30 000 000 USD[5]
  • Date de sortie :
    • 13 août 2009 (Nouvelle-Zélande)
    • 14 août 2009 (États-Unis)
  • Durée : 112 minutes
  • Lieux de tournage : Nouvelle-Zélande, États-Unis, Afrique du Sud
  • Langue : anglais, nyanja, afrikaans

Distribution[modifier | modifier le code]

Thèmes[modifier | modifier le code]

Expulsions de force[modifier | modifier le code]

Comme dans le court-métrage Alive in Joburg sur lequel le film est basé, le cadre de District 9 est inspiré par des événements historiques qui ont eu lieu en Afrique du Sud pendant la période de l'apartheid. Le titre du film est d'ailleurs calqué sur le nom d'une zone résidentielle d'un quartier difficile du Cap, qui fut déclarée zone réservée aux blancs par le gouvernement en 1966 : le District Six. 60 000 de ses habitants en furent expulsés de force et relogés à Cape Flats, 25 kilomètres plus loin[6]. Le film fait aussi référence aux expulsions contemporaines vers les nouveaux ghettos de banlieue dans l'Afrique du Sud post apartheid et à la résistance de leurs habitants[7],[8].

Xénophobie[modifier | modifier le code]

Les thèmes du racisme et de la xénophobie sont mis en avant sous la forme du spécisme appliqué aux extraterrestres. La preuve la plus évidente est l'utilisation dès le début du film du terme péjoratif « crevette » pour parler des extraterrestres. Il fait référence à la « crevette de Parktown (en) », une variété du « criquet royal » sud-africain considéré comme un fléau dans le pays[9]. Cependant, selon Copley, ce n'est pas le sujet principal du film et on peut en faire abstraction, même si cette allusion agit de manière inconsciente[10].

Privatisation[modifier | modifier le code]

C'est une référence aux entreprises américaines Academi (anciennement Blackwater) et KBR/Halliburton, entrepreneurs militaires privés. Dans le film, la MNU est associée au gouvernement et sa représentation négative est une dénonciation des dangers de la sous-traitance de l'armée et de l'administration par des entreprises privées[11],[12]. On peut à ce sujet se demander si le choix de l'acronyme MNU (MultiNational United), une sorte de contraction entre Multinationale (corporation) et United (Nations), n'est pas une métaphore de l'importance prise par les multinationales au détriment des instances internationales. Les véhicules utilisés par la MNU dans le film ne sont d'ailleurs pas sans rappeler ceux de l'ONU[13].

Marketing viral[modifier | modifier le code]

Le 1er mai 2009, une bande annonce était officiellement disponible en ligne sur le site d'Apple[14] et plus tard sur le site web officiel.

D-9.com[modifier | modifier le code]

D-9.com est l'un des éléments mis en place pour une opération de marketing viral. Il est prétendument géré par Multi-National United. Quand vous entrez pour la première fois sur le site, vous avez deux choix possibles, Humain ou Non-Humain. Après ce choix, une image satellite de Johannesburg en Afrique du Sud apparaît, avec plusieurs choix de reportages. On note une nette différence entre les choix Humain et Non-Humain, preuve de l'aliénation opérée par la Multi-National United sur les extra-terrestres.

MNUSpreadsLies.com[modifier | modifier le code]

MNUSpreadsLies.com est un blog géré par un défenseur des droits des Non-Humains qui est un Non-Humain lui-même, Christopher, et est l'un des éléments du marketing viral de District 9. Ses posts informent sur l'oppression de la MNU, et apportent des précisions sur la façon dont la MNU utilise des procédés technologiques recouvrant des activités « inhumaines », en net contraste avec les Non-Humains qui ont toujours utilisé leur technologie à des fins pacifiques.

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[15] 204 837 324 USD 1er novembre 2009 12
Drapeau des États-Unis États-Unis[15] 115 646 235 USD 1er novembre 2009 12
Drapeau de la France France[16] 1 105 000 entrées 3 novembre 2009 7

Après 12 semaines d'exploitation, 205 millions de dollars américains récoltés dans 25 pays. 116 millions USD amassés uniquement dans les cinémas américains et 90 engrangés dans 24 pays. En France, le film a dépassé la barre du million d'entrée après 5 semaines, il a cumulé 1,1 million d'entrées au terme de ses 7 semaines d'exploitation, soit environ 10 millions de $ de recettes.

DVD / Blu-Ray[modifier | modifier le code]

Ventes Durée DVD Blu-Ray Total
Drapeau de la France France[17] 15 sem 102 816 40 019 142 835

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Oscar du meilleur film
  • Oscar du meilleur scénario adapté
  • Oscar du meilleur montage
  • Oscar des meilleurs effets visuels

Critiques[modifier | modifier le code]

Le gouvernement du Nigéria a vivement critiqué le film car il met en scène un gang nigérian très violent. Le leader de ce gang a le même nom qu'un ancien président du Nigéria. C'est pourquoi le gouvernement a demandé des excuses et l'a interdit dans son pays[18].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Certaines scènes impliquant des soldats de la MNU font allusion à l'un de ces courts-métrages : Halo Landfall, adapté de la célèbre franchise de jeu vidéo Halo. Neill Blomkamp aura d'ailleurs participé à sa réalisation. On peut notamment citer un plan dans la scène de combat finale, où l'on peut apercevoir un soldat tenant un fusil sniper très ressemblant à celui des jeux de la franchise.
  • Lors de la sortie du film en Blu-Ray aux États-Unis, le disque possédait la démo de God of War III sur PS3 en avant-première[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]