Wellington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wellington (homonymie).
Wellington
Te Whanganui-a-Tara[1]
Image illustrative de l'article Wellington
Administration
Pays Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Île Île du Nord
Région Wellington
Autorité territoriale Conseil communal de Wellington
Partis au pouvoir Parti vert
Maire Celia Wade-Brown
Démographie
Population 179 463 hab. (2006[2])
Densité 619 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 17′ 55″ S 174° 46′ 52″ E / -41.298734, 174.78123741° 17′ 55″ Sud 174° 46′ 52″ Est / -41.298734, 174.781237  
Superficie 29 000 ha = 290 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

Voir la carte administrative de Nouvelle-Zélande
City locator 14.svg
Wellington

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

Voir la carte topographique de Nouvelle-Zélande
City locator 14.svg
Wellington
Liens
Site web www.wellington.govt.nz

Wellington est la capitale de la Nouvelle-Zélande et la troisième ville la plus peuplée du pays. Elle est située à l'extrémité sud de l'île du Nord, dans la région de Wellington, au centre du pays. Cette situation en fait la capitale de pays la plus méridionale.

Comme beaucoup de villes, l'aire urbaine de Wellington s'étend au-delà des frontières de son administration territoriale. Le Grand Wellington ou la région de Wellington comprend toute l'aire urbaine ainsi que les villes, les régions rurales, le Kapiti Coast, la chaine des monts Rimutaka et la Wairarapa.

Les principales institutions financières néo-zélandaises sont réparties entre Wellington et Auckland, et certaines organisations ont des bureaux dans les deux villes. Wellington est en revanche le centre politique de la Nouvelle-Zélande, le siège du parlement, des ministères et des départements d'État. Son centre-ville dense est le foyer d'une scène artistique, d'une culture des cafés et d'une vie nocturne que pourrait lui envier bon nombre de villes de taille similaire. Elle accueille également une industrie cinématographique d'échelle mondiale, ainsi qu'une scène théâtrale importante, Te Papa (le musée national), l'orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande et le Royal New Zealand Ballet.

Nom[modifier | modifier le code]

Wellington fut nommée en l'honneur d'Arthur Wellesley, le premier duc de Wellington, victorieux à la bataille de Waterloo. Le titre du duc venait lui-même de la ville de Wellington, dans le comté anglais de Somerset[3].

En langue maori Wellington possède deux noms. Te Whanganui-a-Tara se réfère au port de Wellington et signifie « le grand port de Tara »[1]. L'autre appellation, Pōneke, est souvent délaissé parce qu'il est une traduction phonétique de l'ancien surnom du port en anglais, Port Nick, une abréviation pour Port Nicholson (le marae principal de la ville, sa communauté et son kapa haka portent le nom pseudo-tribal de Ngāti Pōneke)[4]. Te Upoko-o-te-Ika-a-Māui (signifiant « la tête du poisson de Māui », est un nom plus traditionnel dont les origines se trouvent dans la légende dans laquelle Maui fait monter l'île du Nord à la surface de l'eau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue satellite

Wellington est située au sud-ouest de l'île du Nord, au bord du détroit de Cook qui sépare les îles du Nord et du Sud. Aux jours les plus ensoleillés, on peut y voir les sommets enneigés des monts Kaikoura, de l'autre côté du détroit. Au nord s'étendent les plages de la Kapiti Coast. À l'est se situent les monts Rimutaka, qui séparent Wellington des plaines de la Wairarapa, région viticole.

Wellington est la capitale nationale la plus australe du monde, avec une latitude de 41°S. Elle est également la capitale la plus isolée du monde (la plus éloignée d'une autre capitale). Elle est plus densément peuplée que toutes les autres villes de Nouvelle-Zélande, grâce au peu d'espace disponible entre le port et les monts environnants. Comme elle ne peut pas étendre davantage son emprise, le développement urbain est obtenu par une augmentation progressive de la densité du centre-ville (immeubles d'habitation de plus en plus hauts), mais est aussi transféré vers les autres villes de l'aire urbaine, moins contraintes physiquement. Elle est surnommée « Windy Wellington » ou « Windy Welly » à cause d'un fort vent omniprésent, dû à son emplacement dans les quarantièmes rugissants, amplifiés par effet Venturi dans le détroit de Cook, véritable goulet d'étranglement pour ces puissants écoulements d'air.

Le port de Wellington est connu pour ses paysages composés de collines verdoyantes recouvertes de maisons. Le terrain monte très haut à l'ouest, ce qui implique que les districts les plus à l'ouest sont relativement élevés pour une ville côtière. À l'est on trouve la péninsule de Miramar, liée au reste de la ville par un isthme à Rongotai, le site de l'aéroport international de Wellington. L'entrée étroite de la baie est située à l'est de la péninsule, et contient le dangereux récif de Barrett, cause de nombreux naufrages, dont un des plus célèbres est celui du ferry Wahine en 1968.

Le port contient trois îles : l'île Matiu/Somes, l'île Makaro/Ward, et l'île Mokopuna. Seule l'île Matiu/Somes est suffisamment grande pour abriter des logements. Elle a été utilisée comme site de quarantaine pour les personnes et les animaux, ainsi que comme camp d'internement pendant les Première et Seconde Guerres mondiales. Elle est aujourd'hui protégée, abritant de nombreuses espèces en danger, tout comme l'île Kapiti plus loin sur la côte ouest de l'île du Nord. On y accède par ferry Dominion Post.

Sur une colline à l'ouest se trouvent l'Université Victoria de Wellington et le jardin botanique. Les deux sont accessibles par un funiculaire appelé Wellington Cable Car.

Plus que dans d'autres villes du pays, l'activité économique de Wellington est dominée par son quartier des affaires. Environ 62 000 personnes y travaillent, tandis qu'Auckland n'en voit que 4 000[réf. nécessaire] chez elle, malgré une population trois fois plus importante. La vie culturelle de Wellington est concentrée sur Courtenay Place et ses environs, au sud du quartier des affaires. Ce quartier, Te Aro, est la destination touristique la plus importante[réf. nécessaire] en ce qui concerne l'audiovisuel.

La région de Wellington possède 500 km2 de parcs régionaux et forêts, et la ville elle-même maintient un réseau de pistes pour piétons et cyclistes.

Climat[modifier | modifier le code]

Wellington connait un climat océanique, caractérisé par des hivers doux et des étés frais. Les précipitations abondantes sont bien réparties tout au long de l'année.

Températures moyennes à Wellington
Mois janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre Année
Maximales (°C) 20,3 20,6 19 16,7 14,2 12 11,4 12 13,5 15 16,6 18,5 15,8
Minimales (°C) 13,4 13,6 12,6 10,9 8,8 6,9 6,3 6,5 7,7 9 10,3 12,2 9,9
Précipitations (mm) 72 62 92 100 117 147 136 123 100 115 99 86 1 249
Source : NIWA Science climate data[5]

Importance et qualité de vie[modifier | modifier le code]

Wellington est le centre politique de la Nouvelle-Zélande. On y trouve notamment la Chambre des représentants de Nouvelle-Zélande, les ministères, les départements gouvernementaux et les missions diplomatiques étrangères au sein du pays.

Wellington se distingue par une concentration importante de théâtres, de cafés culture et une vie nocturne plus intense que dans des villes d'une taille similaire. La capitale est l'un des cœurs de la production cinématographique et théâtrale du pays. Elle se place au rang de deuxième ville du pays, après Auckland en nombre d'entreprises impliquées dans le secteur de l'audiovisuel (un tiers des entreprises)[6]. Te Papa Tongarewa (le musée national de la Nouvelle-Zélande), l'orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande, le Royal New Zealand Ballet (en), le Musée de la mer et de la ville de Wellington et la biennale internationale des arts néo-zelandais sont installés à Wellington.

Wellington est 13e dans le classement Mercer des meilleures villes dans lesquelles vivre au monde en 2012[7]. Elle est placée quatrième au classement de la qualité de vie dans les villes ayant l'anglais comme langue primaire en 2007, et troisième dans la région Asie-Pacifique en 2009 derrière Auckland et Sydney[8]. Wellington est devenue beaucoup plus abordable en termes de coûts de la vie par rapport aux autres villes à travers le monde : elle est passée, en 2009, de la 93e à la 139e place, probablement à la suite des fluctuations du dollar néo-zélandais pendant le ralentissement économique mondial de mars 2008 à mars 2009[9]. "Les étrangers en ont pour leur argent à Wellington, qui est l'une des villes les moins chères au monde" selon un article écrit en 2009[10], qui indique que les fluctuations de la devise nationale rendent les villes néo-zelandaises accueillantes pour faire des affaires et que "les villes néo-zelandaises sont désormais plus accessibles aux expatriés et sont des places compétitives pour les entreprises outre-mer afin de se développer et y faire migrer des employés". Lonely Planet qualifia Wellington de "petite capitale la plus appréciable au monde" dans son guide de voyage Best In Travel 2011. Wellington accueille aussi les studios WETA de Peter Jackson à l'origine de films mondialement connus tels que Le Seigneur des Anneaux (2001, 2002, 2003), King Kong (2005) et Avatar (2009).

Histoire[modifier | modifier le code]

Colonisation[modifier | modifier le code]

La légende veut que Kupe découvrit la région et l'explora aux environs du Xe siècle.

La colonisation européenne débuta avec l'arrivée d'une avant-garde de la New Zealand Company, société dont le but était de coloniser la Nouvelle-Zélande, dans le navire Tory le 20 septembre 1839, suivi de 150 colons sur le navire Aurora le 22 janvier 1840. Selon la légende, les colons construisirent leur premières maisons à Britannia (appelée aujourd'hui Petone) sur la plaine à l'embouchure de la rivière Hutt, mais cet endroit s'avérant trop marécageux et sujet aux inondations, ils déplacèrent tous les plans sans remords, vers un terrain plus élevé ; Wellington possède des rues extrêmement raides qui grimpent le long des collines.

Séismes[modifier | modifier le code]

Wellington a subi de graves dommages au cours d'une série de séismes en 1848[11], et d'un autre séisme en 1855. Le séisme de 1855 se produisit sur une faille se situant au nord-est de Wellington. C'est probablement le séisme le plus intense jamais mesuré en Nouvelle-Zélande, avec une magnitude estimée à au moins 8.2 sur l'échelle de Richter[12]. Il a causé un mouvement vertical de 2 à 3 mètres sur de vastes étendues, provoquant même le soulèvement d'un morceau de terrain dans le port, le transformant en marais soumis aux marées. La plus grande partie de ce terrain a été revendiquée et fait maintenant partie du quartier d'affaires central de Wellington. Pour cette raison, la rue nommée Lambton Quay se trouve maintenant à 100 ou 200 m du port. Des plaques commémoratives se trouvant sur le chemin le long de Lambton Quay indiquent l'emplacement du front de mer en 1840 et ainsi donnent une indication de l'étendue du soulèvement de terrain.

La région présente une activité sismique élevée, même selon les standards néo-zélandais, avec une faille majeure traversant le centre de la ville, et plusieurs autres aux alentours. Des centaines de failles mineures ont été trouvées dans la zone urbaine. Les habitants, en particulier ceux qui se trouvent dans les hautes tours, ressentent couramment plusieurs secousses par an. Pendant de nombreuses années après le séisme de 1855, la majorité des bâtiments construits à Wellington étaient entièrement faits de bois. Les bâtiments du gouvernement, restaurés en 1996[13], près de la gare ferroviaire et du bâtiment du parlement, comprennent les plus anciens bâtiments en bois de l'hémisphère sud. Tandis que la maçonnerie et l'acier ont été largement utilisés dans la construction, surtout pour les bâtiments de bureaux, les structures en bois restent le principal constituant de quasiment toutes les constructions résidentielles. Les résidents placent leurs espoirs de survie dans une bonne régulation de la construction, qui est devenue de plus en plus stricte au cours du XXe siècle.

Capitale de la Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Le Beehive (la Ruche), l'aile exécutive du parlement, avec statue de Richard John Seddon

En 1865 Wellington devint la capitale du pays en remplacement d'Auckland, où William Hobson avait établi sa capitale en 1841. Le Parlement s'y réunit pour la première fois le 7 juillet 1862, mais la ville devint la capitale officielle seulement après un certain moment. En novembre 1863, Alfred Domett amena une résolution au Parlement (encore à Auckland) stipulant qu'« il était devenu nécessaire que le siège gouvernemental [...] soit transféré vers une localité appropriée sur les rives du détroit de Cook »[14]. Apparemment, la rumeur circulait que les régions du sud, où les mines d'or étaient situées, pourraient former une colonie séparée. Des commissaires australiens (choisis pour leur impartialité) prononcèrent l'opinion que Wellington était appropriée vu son port et sa situation centrale. Le Parlement siégea officiellement à Wellington pour la première fois le 26 juillet 1865. La population de Wellington était alors de 4 900 personnes[15].

Government House, la résidence officielle du Gouverneur général de Nouvelle-Zélande, est située côte à côte avec la Basin Reserve, à Newtown.

Énergie[modifier | modifier le code]

Turbine éolienne

Les besoins énergétiques de Wellington sont en croissance ; une source profitable d'énergie provient du vent. Project West Wind a été approuvé ; ses 66 turbines génèreront environ 140MH[16]. Elle sera située à quelques kilomètres à l'ouest du centre de Wellington, sur Quartz Hill à Meridian et dans le Terawhiti Station.

Démographie[modifier | modifier le code]

La zone urbaine de Wellington s'étend sur Porirua, Upper Hutt, Lower Hutt, et Wellington elle-même. En 2007 les quatre villes avaient une population estimée à 382 700, Wellington elle-même en prenant près de 50 %. Le reste du terrain est trop accidenté pour y construire des logements ou est utilisé par les industries de l'agriculture.

Transports[modifier | modifier le code]

La capitale néo-zélandaise possède un réseau de trains de banlieue, composé de cinq lignes. La ville possédait également un réseau de tramways, mais celui-ci cessa ses activités en 1964.

Wellington possède un aéroport international situé à 5km du centre-ville.

Culture[modifier | modifier le code]

L'intérieur de l'église Saint-Pauls à Wellington

Arts[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Peter Jackson a produit et tourné les films de la trilogie du Seigneur des anneaux en Nouvelle-Zélande, et son studio, Weta, est situé à Wellington, dans le district oriental de Miramar. Plusieurs autres réalisateurs néo-zélandais y travaillent, dont Jane Campion (La Leçon de piano), Robert Sarkies, Taika Waititi, Costa Botes, et Vincent Ward.

Wellington abrite le musée national, Te Papa Tongarewa, ainsi que plusieurs autres (Museum of Wellington City and Sea, New Zealand Cricket Museum, Cable Car Museum…), ainsi que certaines des institutions culturelles les plus importantes du pays, dont Old Saint Paul's.

Elle possède une culture des cafés très forte, ayant plus de cafés par personne que New York[17].

Plusieurs festivals se tiennent en ville, dont la New Zealand International Arts Festival (biennale), l'International Jazz Festival, le Cuba Street Carnival, New Zealand Fringe Festival, Summer City, New Zealand Affordable Art Show, plusieurs festivals de cinéma, et World of Wearable Art.

Dans le domaine de la musique Wellington a produit plusieurs groupes, dont The Phoenix Foundation, Shihad, Fly My Pretties, Fat Freddy's Drop, The Black Seeds, Fur Patrol, Flight of the Conchords et Trinity Roots. L'École de Musique de Nouvelle-Zélande est fondée en 2005 suite à une fusion du conservatoire et des cours théoriques de l'Université Massey et l'Université Victoria de Wellington. L'orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande, le Nevine String Quartet et Chamber Music New Zealand sont tous basés à Wellington.

Plusieurs institutions des arts dramatiques, dont le National Opera Company, le Royal New Zealand Ballet, St James' Theatre, Downstage Theatre, Bats Theatre, le Arts Foundation of New Zealand et le New Zealand International Arts Festival, le Wellington Performing Arts Centre, sont tous sis dans la capitale. Te Whaea, l'école de danse et arts dramatiques de Nouvelle-Zélande, et d'autres institutions encore, y sont également basés.

Le nouveau centre d'art, Toi Poneke, sert comme point de rassemblement pour les projets et collaborations artistiques. Il a créé des initiatives telles que Opening Notes, Drive by Art, l'Artsplash Festival (annuel) et de nouveaux projets d'arts publics. La ville a également une publication d'arts expérimentaux, White Fungus Magazine.

Sport[modifier | modifier le code]

Wellington abrite plusieurs équipes de sport :

Parmi les évènements tenus à Wellington on trouve :

Villes jumelées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Wellington » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en)(mi) Morris Love ; Te Āti Awa of Wellington: Identity ; Te Ara Encyclopedia of New Zealand
  2. (en) « QuickStats About Wellington City », sur Statistics New Zealand (consulté le 27 mai 2012)
  3. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  4. (en) Wellington: Poneke ; New Zealand Department of Conservation
  5. (en) Niwa Science climate data
  6. (en)Most screen industry businesses were located in Auckland and Wellington across all five years of this survey. Just over half of all businesses were located in the Auckland region in each year, while just under one-third were located in Wellington. Around one in 10 businesses were located in the South Island in each year.
  7. Classement de la qualité de vie Mercer 2012
  8. (en) [1]
  9. [2]
  10. The Dominion Post
  11. (en) Eileen McSaveney ; Historic earthquakes: The 1848 Marlborough earthquake ; Te Ara Encyclopedia of New Zealand
  12. (en) Eileen McSaveney ; Historic earthquakes: The 1855 Wairarapa earthquake ; Te Ara Encyclopedia of New Zealand
  13. (en) 15 Lambton Quay, Wellington ; New Zealand Historic Places Trust
  14. En anglais : "… it has become necessary that the seat of government… should be transferred to some suitable locality in Cook Strait."
  15. (en) Phillip Temple, Wellington Yesterday
  16. (en) Makara wind farm gets the go ahead ; tvnz.co.nz ; 22 décembre 2005
  17. (en) Living and working in Wellington ; careers.govt.nz

Compléments[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vue sur Wellington depuis le mont Victoria la nuit.