Le Pianiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pianiste (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Pianiste, film de Michael Haneke
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec The Pianist, film de Claude Gagnon

Le Pianiste

Titre original The Pianist
Réalisation Roman Polanski
Scénario Ronald Harwood
Roman Polanski
d'après l'œuvre de Władysław Szpilman
Acteurs principaux
Sociétés de production StudioCanal
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Pologne Pologne
Genre Film historique et dramatique
Sortie 2002
Durée 144 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Pianiste (The Pianist) est un drame historique franco-polono-germano-britannique réalisé par Roman Polanski, sorti en 2002. Il est adapté du roman autobiographique de Władysław Szpilman[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le ghetto de Varsovie 1943. La scène a été reconstituée dans un court plan du film

Le film raconte l'histoire du pianiste juif polonais Władysław Szpilman. L'histoire se déroule à Varsovie, pendant la Seconde Guerre mondiale. Lorsque les nazis s'emparent de la ville, ils continuent à supprimer au fur et à mesure tous les droits des juifs (les lois de Nuremberg avaient déjà supprimé beaucoup de droits depuis leur création en 1935), puis finissent par les regrouper dans un ghetto. Władysław rencontre une chanteuse qui l'aidera tout le long. Il travaille comme ouvrier, tandis que sa famille est déportée. Finalement il arrive à s'échapper du ghetto, Szpilman est hébergé par des résistants qui lui apportent régulièrement, en secret, de quoi survivre. Il finit par tomber gravement malade alors même que les Soviétiques s'apprêtent à attaquer Varsovie. Il trouve quelque temps refuge dans un hôpital déserté, puis dans une maison en ruines peu avant la libération de la ville. Mourant de faim et de soif, il se cache des Allemands dans un petit grenier, mais finit par être découvert par un officier allemand, il croit sa fin toute proche mais sa passion pour la musique va le sauver lorsque l'officier découvre que Szpilman est pianiste. Il lui offre à boire et à manger. Avant que les Soviétiques ne prennent la ville, l'officier lui laisse son manteau d'hiver. Władysław exulte lorsqu'il voit dans la rue des soldats et des civiles qu'il essaie de prendre dans ses bras comprenant qu'il ne risque plus rien. Mais une des filles, prenant peur à la vue du manteau donné par l'officier allemand, le désigne à des soldats polonais comme étant un Allemand. Ces derniers commencent par lui tirer dessus avant de se rendre compte qu'il est effectivement polonais. Władysław Szpilman tentera de reprendre le cours normal de sa vie, comme avant le ghetto de Varsovie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Adrien Brody, l'interprète de Władysław Szpilman dans le film.

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Musiques utilisées dans le film[modifier | modifier le code]

La musique est, dans ce film, un élément central. Les pièces classiques interprétées sont presque toutes du compositeur Frédéric Chopin. En voici la liste (non exhaustive, sans ordre chronologique) :

  • Ballade nº 1 en sol mineur opus 23 (extrait). Cette pièce est jouée par Władysław Szpilman devant l'officier de la Wehrmacht Wilm Hosenfeld. Il est joué une courte version du morceau, qui dure environ 10 minutes dans sa version originale.
  • Concerto pour piano nº 1 en mi mineur opus 11 (extrait), joué dans le restaurant du ghetto. Le concerto est joué sur l'air Umówiłem się z nią na dziewiątą, un tango polonais composé en 1937 par Henryk Wars.
  • Grande Polonaise brillante (Extr. de l'Andante spianato et Grande Polonaise brillante), en mi bémol majeur op 22 pour piano et orchestre, qui est jouée durant le générique de fin.
  • Nocturne nº 20 en ut dièse mineur, opus posthume, joué dans les studios, au début ainsi qu'à la fin du film.
  • Mazurka en la mineur op 17 numéro 4 (extrait). On peut entendre ce morceau joué par les voisins du pianiste lorsque celui-ci est caché dans un appartement de Varsovie.

Quelques autres pièces que l'on peut aussi entendre, de différents compositeurs :

Les morceaux au piano sont des enregistrements du pianiste polonais Janusz Olejniczak (né en 1952). On peut aussi entendre de la musique traditionnelle juive, dite « klezmer » et plus précisément le morceau le plus populaire de ce registre Gasn Nign, qui est traditionnellement joué lors de mariages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un texte théâtral sur le même sujet a été réalisé par Robin Renucci en 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]