Le Cercle des poètes disparus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Cercle des poètes disparus

Titre québécois La Société des poètes disparus
Titre original Dead Poets Society
Réalisation Peter Weir
Scénario Tom Schulman
Acteurs principaux
Sociétés de production Silver Screen Partners IV
Touchstone Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Sortie 1989
Durée 128 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Cercle des poètes disparus ou La Société des poètes disparus au Québec (Dead Poets Society) est un film américain réalisé par Peter Weir, sorti en 1989.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1959, aux États-Unis, Todd Anderson, un garçon timide, est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton (lieu fictif[1]), dans le Vermont, réputée pour être l'une des plus fermées et austères du pays et où son frère a suivi de brillantes études. Il y fait la rencontre d'un professeur de lettres anglaises aux pratiques plutôt originales, M. Keating, qui encourage le refus du conformisme, l'épanouissement des personnalités et le goût de la liberté. Voulant au maximum suivre la voie nouvelle qui leur est présentée, certains élèves vont redonner vie au cercle des poètes disparus, un groupe d'esprits libres et oniriques, dont M. Keating fut, en son temps, l'un des membres influents. La découverte d'une autre vie va à jamais bouleverser l'avenir de ces étudiants. En effet, les situations des divers personnages ne se prêtent guère à l'exercice de ces libertés récemment découvertes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Tom Schulman s'inspire de sa propre expérience d'enseignant pour écrire le scénario du film[4].

Casting[modifier | modifier le code]

Liam Neeson était envisagé pour le rôle de M. Keating lorsque Jeff Kanew devait être le réalisateur[4]. Dustin Hoffman, Bill Murray ont également été pressentis. C'est finalement Robin Williams qui sera choisi quand Peter Weir rejoint le projet[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné à l'école Saint Andrew (en) de Middletown dans le Delaware pendant les vacances de Thanksgiving et de Noël pour ne pas perturber les cours[3],[1].

Peter Weir a voulu tourner le film dans l'ordre chronologique, pour bien voir l'évolution des liens d'amitié entre les personnages[5],[4].

Musique[modifier | modifier le code]

C'est le compositeur français Maurice Jarre qui compose la musique du film. C'est sa quatrième collaboration avec Peter Weir après L'Année de tous les dangers (1982), Witness (1985) et Mosquito Coast (1986)

Liste des titres
  1. Carpe Diem
  2. Neil
  3. To the Cave
  4. Keating's Triumph
  5. Football Training

En plus des thèmes crées par Maurice Jarre, on entend quelques pièces de Ludwig van Beethoven, tel que le thème final du dernier mouvement de la 9e Symphonie (Hymne à la joie), ainsi que le concerto pour piano et orchestre l'Empereur.

Scènes coupées[modifier | modifier le code]

Le film a été diffusé deux fois sur CBS durant l'année 1992 (3 janvier et 21 novembre) avec 13 minutes supplémentaires issues de scènes coupées au montage final[6] :

  • Après avoir vu la pièce de William Shakespeare, Le Songe d'une nuit d'été, dans laquelle Neil Perry a joué, les protagonistes se réunissent à la grotte pour fêter le succès de leur camarade (ramené chez lui par son père), ils sont aussitôt rejoints par John Keating. Par la suite, ils se mettent à danser à l'extérieur (le réalisateur Peter Weir avait d'ailleurs mis de la musique pour motiver les comédiens), au passage Knox et Chris s'embrassent, ce qui confirme davantage qu'ils sont amoureux l'un de l'autre. Cette scène est censée se situer en parallèle avec le suicide de Neil.
  • Les funérailles de Neil dans laquelle Keating exprime ses condoléances à M. Perry. Celui-ci le tient pour responsable de la mort de son fils.

Réception[modifier | modifier le code]

Le film a été un grand succès commercial, rapportant 235 860 116 $ au box-office mondial (dont 95 860 116 $ aux États-Unis) ce qui le place au cinquième rang du box-office mondial des films sortis en 1989[7].

Il a été très bien reçu par la critique, recueillant 86 % de critiques positives, avec un score moyen de 7,2/10 et sur la base de 49 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[8]. Il obtient un score de 79/100, sur la base de 14 critiques, sur Metacritic[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[10].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • British Academy Awards – 1989 : meilleur acteur (Robin Williams), meilleur réalisateur, meilleur scénario original, meilleur montage

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Desobrie, Rencontre avec des films remarquables, Viroflay, Roger, 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :