Anastase Ier (empereur byzantin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anastase Ier.
Anastase Ier
Empereur byzantin
Image illustrative de l'article Anastase Ier (empereur byzantin)
Monnaie frappée à l'effigie d'Anastase Ier
Règne
11 avril 491 - 10 juillet 518
&&&&&&&&&&&0995127 ans, 2 mois et 29 jours
Période Thrace
Précédé par Zénon
Suivi de Justin Ier
Biographie
Nom de naissance Flavius Anastasius
Naissance v. 430 Bederiana, Dyrrachium (auj. Durrës) en Épire
Décès 10 juillet 518 (88 ans)
Constantinople
Père Pompeius
Mère Anastasia Constantina
Épouse Aelia Ariadnè
Liste des empereurs byzantins

Anastase Ier (latin : Flavius Anastasius et grec moderne : Φλάβιος Ἀναστάσιος), né à Dyrrachium (auj. Durrës) en Épire vers 430 et mort à Constantinople le 9 juillet 518, est un empereur byzantin de 491 à sa mort en 518.

Accession à l'Empire[modifier | modifier le code]

Anastase est né dans la ville de Dyrrhachium, à une date inconnue, bien que le recoupement de diverses sources laissent penser qu'il devrait être né vers 430 ou 431. Il était le fils d'un noble, Pompeius. Sa mère, Anastasia Constantina, était de religion arienne. Elle était la sœur de Clearchus, lui aussi arien. Il avait pour frère Flavius Paulus, consul pour l'Est en 496, mari de Magna Sabiniana, et pour soeur Caesaria, femme de Flavius Secundinus, préfet de Rome en 492 et consul pour l'Est en 511[1],[2].

Anastasius avait les yeux vairons, l'un noir et l'autre bleu[3] et de ce fait fut surnommé dicorus (en grec: Δίκορος, « deux-pupilles »).

Il devient haut fonctionnaire de l'Empire sous le règne de Zénon puisqu'il occupe le poste de silentiaire.

Distingué par l'impératrice Ariane, veuve de son prédécesseur, il accède au trône impérial en avril 491 et l'épouse. Son règne commence sous de bons auspices. Il obtient la faveur populaire avec une judicieuse réduction de taxes, et en démontrant une grande vigueur et forte énergie dans l'administration des affaires de l'Empire.

Politique extérieure[modifier | modifier le code]

Feuillet de diptyque impérial représentant l'impératrice Ariane, musée national du Bargello

Il doit d'abord mater la révolte de la région de l'Isaurie, qui dure de 492 à 496, organisée par les soutiens de Longinus de Cardala, le frère de Zenon. La bataille de Cotyaeum en 491 brise la révolte, mais la guerrilla continue dans les Monts Taurus pendant quelques années encore.

À l'est de l'Empire, il conduit les combats contre les Sassanides et remporte de nombreux succès contre les Perses et leur roi Kavadh Ier (488-531). L'affrontement dure de 502 à 505, Theodosiopolis et Amida sont occupées par l'ennemi, mais les provinces perses souffrent beaucoup et les Byzantins reprennent Amida. Les adversaires sont exténués quand ils signent un traité de paix sur la base du statu-quo en 506. Anastase construit la forteresse de Daras pour contenir les Perses à Nisibis.

En Occident, il s'allie, plus formellement que réellement avec Clovis Ier, le roi des Francs, en lui conférant la dignité consulaire puis, en 508, celle de patrice dans une sorte d'alliance à revers afin de ne pas relacher la vigilance vis-à-vis des Ostrogoths et de leur chef, Théodoric, roi d'Italie (493-526).

Organisation de l'Empire[modifier | modifier le code]

Il réorganise les finances (suppression du chrysargyron en 498) et fortifie Constantinople.

La question religieuse[modifier | modifier le code]

L'Ivoire Barberini, diptyque en ivoire du VIe siècle représentant Anastase ou son successeur Justin Ier.

Son règne est traversé par des révoltes et des guerres civiles, qui se fondent sur des divisions religieuses de plus en plus prononcées.

Monophysite présumé, il est critiqué par les orthodoxes pour son manque de vigueur dans la lutte contre les thèses condamnées par le concile de Chalcédoine de 451 et leurs partisans.

Il commence son règne en soutenant l'Henotikon (l'acte d'union) rédigé en 482 par Acacius, patriarche de Constantinople, à la demande de Zénon. Il s'agit d'un texte de compromis en vue d'apaiser les luttes entre les tenants et les détracteurs du Concile de Chalcédoine qui a proclamé que le divin et l'humain constituent « deux natures distinctes » du Christ contre les monophysites. L'acte d'Union étant combattu vigoureusement par le pape Gélase Ier (492-496), il rompt avec Rome.

Durant les vingt premières années de son règne, Anastase maintient une stricte neutralité entre les deux camps. Mais avec l’âge et devant l’agitation qui gagne la Syrie et la Palestine, ses sympathies monophysites se font plus évidentes et, en 511, il fait démettre le patriarche Macedonius de Constantinople, l’année suivante ce fut le tour du patriarche d’Antioche, Flavien, et en 516 celui du patriarche de Jérusalem, Élias[4].

Il meurt le 10 juillet 518[5], à l'age de quatre-vingt huit ans, frappé par la foudre, selon l'historien byzantin Johannes Malalas, d'obédience chalcédonienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mommaerts, T Stanford, Ancient Genealogy chart - Anastasii. sur version du 4 novembre 2005.
  2. Settipani, Christian, Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines, à l'époque impériale, mythe et réalité. Linacre, Royaume-Uni: Prosopographica et Genealogica, 2000. ILL. NYPL ASY (Rome) 03-983.
  3. Anastasius (AD 491-518) Hugh Elton - Florida International University - An Online Encyclopedia of Roman Emperors
  4. Jones (1986), p. 252; Norwich (1989), p. 186; Treadgold (1997), p. 171.
  5. Venance Grumel Traité d'études byzantines I La Chronologie Presses universitaires de France « Emprereurs Grecs » p. 356

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]