Portail:Christianisme

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portail Portail   Projet Projet   Évaluation Évaluation   Discussion Discussion

Portail du christianisme [modifier

La croix latine

Le christianisme est une religion monothéiste issue du judaïsme. La foi chrétienne se fonde sur la personne et les enseignements de Jésus-Christ de Nazareth. La Bible désigne les textes fondateurs du christianisme. Sur les plans historique et géographique, le christianisme est une religion et une foi importantes dans le monde depuis plus de deux millénaires et qui a gagné tous les continents. Avec ses 2,4 milliards de fidèles, il représente la religion la plus répandue de la planète, devant l'islam qui compte pour sa part 1,7 milliard de croyants.

En hébreu, Jésus se dit Yeshua ; ce qui signifie « Dieu sauve, Sauveur », et Il est aussi appelé Emmanuel, « Dieu avec nous, Dieu parmi les hommes » dans les évangiles. Les prophètes de l'Ancien Testament (la Bible hébraïque), et Jean le Baptiste annoncent la venue du Messie, soit le Christ (du grec χριστός, c'est-à-dire « oint »). Dans le judaïsme, le Messie vient sauver les hommes de leurs péchés. Le Nouveau Testament témoigne que Jésus est né miraculeusement d'une vierge, nommée Marie, à Bethléem. À l'âge de 30 ans, il se lance dans une campagne de prédication de Nazareth en Galilée à Jérusalem en Judée. À 33 ans, Jésus est arrêté par le Sanhédrin, le conseil religieux juif de Jérusalem. Il est crucifié à Jérusalem sous Ponce Pilate, le préfet romain de Judée. Selon les évangiles, des personnes, ses disciples, témoignent de sa Résurrection trois jours après sa mort, le jour de la fête juive de Pâques et de son Ascension. Le jour de la fête juive de la Pentecôte, les disciples commencent leur prédication à Jérusalem. Selon les chrétiens, Jésus est le sauveur du monde, la lumière du monde, le fils de Dieu. La croix est le symbole du sacrifice expiatoire des péchés. Le passage de Jean III, 16 est un résumé du message chrétien. Dieu, dont le nom Yahvé signifie l'Être, est dans le Paradis ; Il s'est fait chair en la personne de Jésus ; Il agit par son Saint-Esprit ; Il est à la fois un en trois personnes comme l'être humain qui est à la fois âme, corps et esprit (Trinité).

La foi en Jésus-Christ s'est développée par la prédication et l'enseignement des apôtres comme Pierre, Jean et Paul au Ier siècle, qui prêchent l'Évangile aux Juifs d'abord, puis aux païens. Les chrétiens sont ceux qui reconnaissent Jésus de Nazareth comme le Messie, le Christ, le fils de Dieu, annoncé par l'Ancien Testament. C'est à Antioche que pour la première fois les disciples du Christ sont appelés chrétiens (Actes des Apôtres, XI, 26). L'Église, du grec ecclesia « assemblée », désigne l'ensemble des chrétiens ainsi que l'institution. L'histoire enseigne que depuis l'Église primitive du Ier siècle des cités gréco-romaines, l'Église s'est divisée en différents schismes mais aussi diversifiée et multipliée. L'influence du judéo-christianisme dans la civilisation occidentale est majeure. Aujourd'hui, le christianisme se compose de plusieurs confessions en raison des divergences théologiques et de différentes traditions liturgiques. En règle générale, trois grands courants et confessions sont distingués : l'Église catholique, l'Église orthodoxe et les Églises protestantes issues de la Réforme européenne du XVe siècle. Contrairement au catholicisme et à la foi orthodoxe, centralisés, le protestantisme représente un nombre important de dénominations (anglicans, luthériens, calvinistes, méthodistes, baptistes, pentecôtistes, évangéliques principalement). De nombreuses hérésies et mouvements dissidents sont apparus autour du christianisme comme par exemple le manichéisme et l'arianisme au temps de Saint Augustin.


Ce portail contenant actuellement 43 560 articles est destiné à faciliter la navigation entre tous les articles consacrés à la religion chrétienne comme à ses différentes branches. Bonne visite !

Branches du christianisme [modifier

Principales branches du christianisme

Réforme XVIe siècle      Protestantisme  Europe du Nord, Amérique du Nord
 
    Anglicanisme  Grande-Bretagne
1517   1530  
  Église catholique Église catholique latine  Europe du Sud, Amérique du Sud, Amérique du Nord
Unions Catholicisme  
  Christianisme ancien   Grand schisme XIe siècle Églises catholiques orientales  Europe de l'Est, Méditerranée orientale
431     451    
      Églises orthodoxes  Europe de l'Est, Asie du Nord
   
    Églises des trois conciles ou orthodoxes orientales  Égypte, Arménie, Syrie, Éthiopie
 
  Églises des deux conciles ou nestoriennes  Irak, Iran, Inde

Lumière sur… [modifier

Frédéric Barberousse

Dès la conversion de Constantin au christianisme au IVe siècle s'était posé le problème des relations entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel : il s’agissait de savoir qui dirige au nom de Dieu, le pape ou l’empereur. L'effacement du pouvoir impérial avait dans un premier temps permis au saint pontife d'affirmer son indépendance. Mais, à partir de 962, l'Empereur du Saint-Empire Romain-Germanique prend le contrôle de l'élection pontificale et nomme lui-même les évêques de l'Empire, affirmant la prééminence de son pouvoir sur celui de l'Église. Cependant la main-mise des laïques sur le clergé est telle qu'elle finit par susciter une réaction de l'Église. Commence alors au milieu du XIe siècle la réforme grégorienne. En 1059, le pape Nicolas II réserve l’élection du pape au collège des cardinaux. Puis, en 1075, Grégoire VII affirme dans les dictatus papae qu'il est le seul à posséder un pouvoir universel, supérieur à celui des souverains et leur retire la nomination des évêques. Commence alors une lutte féroce entre la papauté et l'empereur que les historiens ont appelé la « querelle des investitures ». L'épisode le plus fameux en est l'excommunication d'Henri IV et sa pénitence à Canossa pour obtenir le pardon pontifical. À l'issue de ce conflit, le pape parvient à se soustraire à la tutelle impériale. En 1122, par le Concordat de Worms, l'empereur accepte la libre élection des évêques, se réservant le droit de donner aux prélats l'investiture temporelle. Ce compromis marque la défaite de l'Empire.

Le conflit rebondit sous le règne de Frédéric Barberousse avec la lutte du sacerdoce et de l'Empire. Il prend un tour particulièrement violent sous son règne, puis sous celui de Frédéric II. Le Saint-Empire Romain-Germanique en sort très affaibli. La papauté ne parvient toutefois pas plus à imposer sa vision d'une théocratie mondiale.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Christianisme

Articles fondamentaux [modifier

Confessions, Églises, mouvements [modifier



Théologie et pensée chrétiennes [modifier

Le saviez-vous ? [modifier

  • Que les protestants ont reçu ce nom parce qu'ils ont protesté lors de l'adoption des décisions de la Diète impériale à Spire en 1529 ?
  • Que dans les églises de rite byzantin, une iconostase sépare le clergé célébrant du clergé non célébrant et des fidèles ?
  • Que le rite catholique mélange de l'eau au vin lors de l'offertoire pour signifier la participation des chrétiens au sacrifice rédempteur du Christ ?

Christianisme et société [modifier

Le culte et les fêtes [modifier

Niederzell.jpg