Domitien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domitien II, Domitien (homonymie) et Saint Domitien.
Domitien
Empereur romain
Image illustrative de l'article Domitien
Buste de Domitien du Ier siècle, Musée du Louvre.
Règne
(~15 ans)
Période Flaviens
Précédé par Titus
Usurpé par Saturninus (89)
Suivi de Nerva
Biographie
Nom de naissance Titus Flavius Domitianus
Naissance - Rome
Décès (44 ans) - Rome
Père Vespasien
Mère Domitilla l'Aînée
Épouse Domitia Longina (71 - 96)
Descendance (1) Un fils mort à 3 ans
(2) Une fille décédée enfant
Liste des empereurs romains

Domitien, né sous le nom de Titus Flavius Domitianus le 24 octobre 51 et mort le 18 septembre 96 à Rome, est empereur romain de 81 jusqu'à sa mort. Il est le troisième et dernier représentant de la dynastie flavienne. À sa mort, il porte le titre de Imperator Caesar Domitianus Augustus Germanicus.

La jeunesse de Domitien se déroule dans l'ombre de son frère Titus qui gagne en renommée militaire durant la première guerre judéo-romaine puis qui se voit confier d'importantes fonctions sous le règne de leur père Vespasien. En 79, à la mort de Vespasien, c'est Titus qui accède au trône. Contre toute attente, son règne est bref et le 14 septembre 81, Domitien est acclamé empereur par la Garde prétorienne. C'est le début d'un long règne de quinze années, une longévité que seuls Auguste et Tibère ont dépassée jusque là.

En tant qu'empereur, Domitien renforce l'économie en réévaluant la monnaie romaine, réorganise les défenses frontalières et entame un ambitieux programme de construction dans Rome. Sa politique extérieure est marquée par les campagnes d'Agricola en Bretagne et les guerres contre les Germains et les Daces.

Le gouvernement de Domitien, notamment sa politique de centralisation, montre de nombreux signes de despotisme. Domitien se considère comme un nouvel Auguste, un despote éclairé dont le destin est de guider le Peuple romain vers un nouvel âge d'or. Cette image est véhiculée grâce à une propagande développée sur les plans religieux, militaire et culturel. De fait, Domitien est populaire auprès du peuple et de l'armée mais il est considéré comme un tyran par les sénateurs auxquels il n'a laissé que des bribes de pouvoir.

Le règne de Domitien s'achève en 96 lorsqu'il est assassiné par des membres de la cour. Nerva lui succède le même jour. Après sa mort, il est frappé de damnatio memoriae par le Sénat tandis que des historiens comme Tacite, Pline le Jeune ou Suétone publient des versions de l'histoire romaine où il est décrit comme un tyran cruel et paranoïaque. Les historiens modernes ont depuis réhabilité son règne dont les programmes politiques, économiques et culturels ont favorisé l'avènement d'une époque florissante pour l'Empire romain.

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Buste de Vespasien, musée Pushkin.

Les années de guerre civile durant le Ier siècle av. J.-C. ont grandement contribué à la montée en puissance d'une nouvelle noblesse italienne qui remplace progressivement la vieille aristocratie romaine durant le Ier siècle[1] L'une des familles de cette noblesse, les Flaviens (gens Flavia), profite de ces circonstances pour entamer son ascension jusqu'aux plus hautes sphères du pouvoir en seulement quatre générations, sous les règnes des empereurs de la dynastie julio-claudienne. L'arrière-grand-père de Domitien, Titus Flavius Petro, a servi comme centurion sous les ordres de Pompée durant la guerre civile contre Jules César. Sa carrière militaire s'achève pourtant honteusement quand il fuit le champ de bataille à Pharsale en 48 av. J.-C.[2]

Néanmoins, Petro parvient à assurer son avenir en épousant la très riche Tertulla dont la fortune permet un début de carrière rapide à leur fils Titus Flavius Sabinus, le grand-père de Domitien[3]. Ce dernier agrandit encore la fortune de la famille et atteint probablement le rang équestre en devenant collecteur des taxes de la province d'Asie puis banquier en Helvétie. En épousant Vespasia Polla, il s'allie à la prestigieuse famille patricienne des Vespasiens (gens Vespasia), garantissant ainsi l'accès au rang sénatorial à ses fils Titus Flavius Sabinus et Vespasien[3].

Après avoir occupé les fonctions de questeur, d'édile et de préteur, la carrière politique de Vespasien culmine avec le consulat suffect en 51, l'année de la naissance de son fils Domitien. En tant que commandant militaire, Vespasien acquiert vite une renommée en participant à l'invasion de la Bretagne en 43[4]. Des sources antiques avancent que les Flaviens ont vécu dans la pauvreté durant l'enfance de Domitien[a 1], affirmant même que Vespasien est tombé en disgrâce auprès des empereurs Caligula et Néron[a 2]. Les historiens modernes ont écarté ses allégations, replaçant ces histoires dans leur contexte : une propagande mise en place par les Flaviens eux-mêmes dans le but de saper la réputation des deux empereurs et d'insister sur leur mérite pour les succès obtenus[5].

Tout laisse penser au contraire que les Flaviens ont bénéficié des faveurs impériales entre les années 40 et 60. Tandis que Titus est éduqué en compagnie de Britannicus, Vespasien poursuit sa carrière politique et militaire. Après s'être retiré de la vie active au cours des années 50, il revient sur le devant de la scène sous Néron, servant comme proconsul de la province d'Afrique en 63 et accompagnant l'empereur durant sa visite officielle en Grèce en 66[6].

La même année, les Juifs de la province de Judée se soulèvent contre l'Empire romain durant ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de première guerre judéo-romaine. L'armée romaine envoyée réprimer les troubles est placée sous le commandement de Vespasien qui place son fils Titus, qui a entre-temps achevé son formation militaire, à la tête d'une légion[7], aux côtés de Sextus Vettulenus Cerialis et Marcus Ulpius Traianus.

Jeunesse et caractère[modifier | modifier le code]

Buste de Domitien, musées du Capitole.

Domitien est né à Rome le 24 octobre 51 (an 804 AUC). Il est le plus jeune fils de Vespasien et de Domitilla l'Aînée[2]. Il a une sœur aînée, Domitilla la Jeune, et un frère, Titus[8]. Mais Domitien passe une grande partie de son adolescence éloigné de ses proches après le décès de sa mère et de sa sœur[9] et le départ de son père et de son frère qui prennent le commandement de l'armée romaine dans les grandes opérations militaires de l'Empire en Germanie et en Judée. Durant la première guerre judéo-romaine, il est probablement placé sous la protection de Titus Flavius Sabinus, alors préfet de la Ville, et de Marcus Cocceius Nerva, un ami loyal des Flaviens[10],[11].

Il reçoit une éducation typique d'un jeune homme privilégié appartenant à la classe sénatoriale, étudiant la rhétorique et la littérature. Dans sa biographie de Domitien, Suétone témoigne de sa capacité à citer les grands auteurs et poètes, comme Homère ou Virgile, de manière appropriée[a 3],[a 4] et le décrit comme un jeune homme cultivé à la conversation élégante[a 5]. Ses premières publications sont des poèmes et des écrits concernant les lois et l'administration[10]. Contrairement à son frère Titus, Domitien n'est pas éduqué à la cour. On ignore s'il reçoit une éducation militaire mais Suétone précise qu'il manie l'arc avec dextérité[12],[a 6].

Concernant la personnalité de Domitien, la description de Suétone alterne entre le portrait d'un empereur-tyran, un homme physiquement et intellectuellement pauvre d'une part, et une personnalité raffinée et un homme intelligent d'autre part. Dresser un portrait réaliste de Domitien a toujours été un exercice périlleux, à cause du biais introduit par les fragments des textes antiques qui nous sont parvenus[13]. Il semble qu'il lui a manqué le charisme naturel de son père et de son frère. Il est prompt à soupçonner les gens de son entourage, use d'un sens de l'humour étrange, qui tourne souvent à l’autodérision, et communique souvent de façon énigmatique[14],[a 7].

Ce côté ambigu de sa personnalité est exacerbé par l'éloignement des membres de sa famille et en grandissant, il affiche un goût prononcé pour la solitude qu'il tient probablement de sa jeunesse isolée[10] : vers l'âge de 18 ans, tous ses proches sont morts à la guerre ou de maladie. Ayant vécu la plus grande partie de sa jeunesse durant le déclin du règne de Néron, ses années d'études sont grandement influencées par l'agitation politique des années 60, culminant avec la guerre civile de 69 qui voit sa famille accéder au pouvoir[15]. Ce goût affiché pour la solitude se transforme peu à peu en misanthropie. Durant son règne, Domitien s'isole fréquemment dans son domaine des monts Albains où il se livre à la chasse et à des exercices de tirs à l'arc[16].

Condition physique[modifier | modifier le code]

Suétone donne de Domitien la description suivante, présentant son physique à ses 18 ans et dans ses dernières années[17] :

« Domitien a une haute taille, le visage couvert d'une rougeur modeste, les yeux grands, mais faibles. Du reste, son extérieur est beau et agréable, surtout dans sa jeunesse ; néanmoins il a les doigts des pieds trop courts. Plus tard il devient chauve, son ventre grossit, et ses jambes, par suite d'une longue maladie, maigrissent beaucoup. »

— Suétone (traduction de M. Cabaret-Dupaty, 1893), Vie de Domitien, XVIII, 1

Le portrait laisse une impression de vigueur physique et rappelle la beauté que Suétone signale chez Titus et la calvitie de Vespasien. À ce sujet, Domitien se montre très susceptible et il tente plus tard de la dissimuler sous des perruques[18]. Selon Suétone, il aurait même écrit un livre sur le sujet pour un ami : Sur l'entretien de la chevelure[a 8]. Il est surnommé par le poète satirique Juvénal le « Néron chauve » (et caluo seruiret Roma Neroni)[19].

L'arrivée des Flaviens au pouvoir[modifier | modifier le code]

L'année des quatre empereurs[modifier | modifier le code]

Le 9 juin 68, sous la pression du Sénat et de l'armée, Néron finit par se suicider, mettant un terme à la dynastie des Julio-Claudiens. Une période de chaos s'ensuit qui conduit à une guerre civile brutale connue sous le nom d'« année des quatre empereurs » durant laquelle quatre généraux romains (Galba, Othon, Vitellius et Vespasien) se succèdent à la tête de l'Empire[20].

La nouvelle de la mort de Néron parvient à Vespasien alors qu'il s'apprête à assiéger Jérusalem. Au même moment, le Sénat reconnaît Galba, alors gouverneur de Tarraconaise, comme nouvel empereur. Plutôt que de poursuivre sa campagne en Judée, Vespasien décide d'attendre de nouveaux ordres et envoie son fils Titus féliciter le nouvel empereur à Rome[20].

Buste présumé de Vitellius, musée du Louvre.

Avant d'atteindre l'Italie, Titus apprend que Galba a été assassiné et remplacé par Othon, gouverneur de Lusitanie. Au même moment, Vitellius et ses troupes se révoltent en Germanie et s'apprêtent à marcher sur Rome avec l'intention de renverser Othon. Craignant d'être pris en otage par un camp ou l'autre, Titus ne poursuit pas son voyage vers Rome et retourne auprès de son père en Judée[21].

Othon et Vitellius prennent conscience de la menace potentielle que représente Vespasien. À la tête de quatre légions, il dispose de près de 80 000 hommes sous ses ordres. Sa position en Judée lui offre de plus l'avantage d'être à proximité immédiate de la province d'Égypte et de pouvoir contrôler l'approvisionnement en céréales de Rome. De plus, son frère Titus Flavius Sabinus est préfet de la Ville et commande donc la garnison de Rome[7]. La tension au sein des troupes de Vespasien monte progressivement mais ce dernier refuse d'intervenir tant que Galba ou Othon sont au pouvoir[22].

Lorsque la nouvelle de la défaite d'Othon face à Vitellius à Bedriacum parvient aux armées de Judée et d'Égypte, le 1er juillet 69, elles proclament Vespasien empereur[23]. Celui-ci accepte le titre et s'allie à Caius Licinius Mucianus, le gouverneur de Syrie[23]. Les légions de Judée et de Syrie, commandées par Mucien, marchent sur Rome. Pendant ce temps, Vespasien se rend à Alexandrie et laisse à son fils Titus le soin d'achever la campagne contre les rebelles juifs[24].

À Rome, Vitellius fait placer Domitien en résidence surveillée, le gardant près de lui comme otage potentiel[15]. Le soutien de l'armée pour Vitellius s'affaiblit et les légions de tout l'Empire rejoignent progressivement la cause de Vespasien. Le 24 octobre 69, les troupes de Vitellius et de Vespasien s'affrontent lors de la deuxième bataille de Bedriacum durant laquelle les troupes de Vitellius sont écrasées[a 9].

Désespéré, ce dernier tente de négocier sa reddition. Vitellius accepte les termes imposés par Vespasien et son frère Titus Flavius Sabinus[25], y compris son abdication volontaire, mais les soldats de la Garde prétorienne jugent une telle abdication honteuse et empêchent Vitellius d'honorer ses engagements[26]. Le matin du 18 décembre, l'empereur semble être prêt de déposer les insignes du pouvoir dans le temple de la Concorde mais retourne dans son palais avant d'avoir achevé la cérémonie. Dans la confusion qui s'ensuit, les sénateurs se rassemblent dans la maison de Sabinus et proclament empereur Vespasien. Ils sont très vite dispersés par les cohortes restées fidèles à Vitellius qui engagent le combat contre l'escorte de Sabinus. Ce dernier est contraint de se retirer sur la colline du Capitole[27].

Au cours de la nuit, il est rejoint par ses proches, dont Domitien. Les armées de Mucien approchent de Rome mais les partisans des Flaviens ne tiennent pas plus d'une journée. Le 19 décembre, les partisans de Vitellius mettent le feu au Capitole. Sabinus est capturé et exécuté. Domitien parvient à s'échapper en se déguisant en prêtre d'Isis et passe la nuit suivante à l'abri auprès d'un partisan de son père[27].

Vitellius est tué durant l'après-midi du 20 décembre et ses troupes sont défaites par les légions de Mucien. Ne craignant plus pour sa personne, Domitien vient à la rencontre des légions qui le saluent avec le titre de Caesar et l'escortent jusqu'à la maison de son père[27]. Le lendemain 21 décembre, le Sénat proclame officiellement Vespasien empereur[28].

Conséquences de la guerre civile[modifier | modifier le code]

Détail de la Conspiration des Bataves de Rembrandt, 1662.

Bien que la guerre soit terminée, l'anarchie règne encore quelques jours dans la ville. L'ordre est progressivement restauré par Mucien au début de l'année 70 mais Vespasien n'entre dans Rome qu'en septembre[27]. En attendant, Domitien siège au Sénat en tant que représentant des Flaviens. Il reçoit le titre de Caesar, est nommé préteur à pouvoir consulaire[29] et reçoit le titre de Princeps iuventutis[30].

L'historien Tacite décrit le premier discours de Domitien devant le Sénat comme bref et mesuré, notant son habileté à éluder les questions dérangeantes[a 10]. Cependant, l'autorité de Domitien est purement théorique, laissant présager de ce que sera son rôle pour les dix prochaines années. En fait, c'est Mucien qui détient le pouvoir réel en l'absence de Vespasien et il veille à ce que Domitien, qui n'a que 18 ans, ne transgresse pas les limites de sa fonction[29]. Un contrôle strict est maintenu sur son entourage, écartant les généraux comme Arrius Varus et Antonius Primus en faveur d'hommes plus sûrs comme Arrecinus Clemens[29].

Mucien freine également les ambitions militaires de Domitien. La guerre civile a gravement déstabilisé les provinces, provoquant des soulèvements locaux comme la révolte des Bataves en Gaule. Les auxiliaires bataves des légions du Rhin, menés par Caius Julius Civilis, se révoltent avec le soutien des Trévires de Julius Classicus. En réaction, sept légions sont envoyées de Rome, commandées par Quintus Petillius Cerialis, beau-frère de Vespasien[12].

Bien que la révolte soit rapidement matée, des rapports alarmants parviennent à Mucien qui décide de mettre sur pied une expédition de renfort dont il prend la tête. Domitien y voit des opportunités de gloire militaire et rejoint l'expédition avec l'intention d'obtenir le commandement d'une légion. Selon Tacite, Mucien ne se réjouit pas de la participation de Domitien mais il semble qu'il ait préféré l'avoir à ses côtés plutôt que de le laisser seul à Rome[a 11].

Lorsque la nouvelle de la victoire de Cerialis sur Civilis parvient à Mucien, il dissuade Domitien de poursuivre les opérations[12]. Domitien demande alors à Cerialis de lui céder le commandement de ses troupes mais celui-ci ignore sa requête[12]. Au retour de Vespasien à la fin de septembre, Domitien retrouve un rôle politique mineur et préfère se retirer pour s'adonner aux arts et à la littérature[31].

Alliances matrimoniales[modifier | modifier le code]

Denarius célébrant la déification du défunt fils de Domitien.

Alors que Domitien, déçu, met temporairement un terme à sa carrière politique et militaire, il gère avec plus de succès sa vie privée. En 70, Vespasien tente d'arranger un mariage dynastique entre son fils cadet et la fille de Titus, Julia Flavia[32]. Mais l'attention de Domitien se cristallise sur Domitia Longina, au point qu'il en vient à persuader son époux, Lucius Aelius Lamia, de divorcer pour qu'il puisse l'épouser[32].

Malgré ses actes imprudents, le mariage se révèle bénéfique pour les deux familles. Domitia Longina est la plus jeune des filles de Cnaeus Domitius Corbulo, général et politicien respecté qui a été contraint au suicide à la suite de l'échec de la conspiration de Pison contre Néron en 65. Ce nouveau mariage rétablit des liens avec l'opposition sénatoriale et se révèle utile à la propagande flavienne qui cherche à faire oublier les succès politiques de Vespasien sous Néron et qui insiste sur les liens avec Claude et Britannicus[33].

En 80, Domitia donne naissance au seul fils connu de Domitien. Son nom n'est pas connu et il meurt très jeune en 83[34]. Peu après son accession au trône, Domitien décerne le titre honorifique d’Augusta à Domitia et déifie son fils qui apparaît sur le verso des pièces de monnaie[35]. L'union paraît avoir traversée une importante crise en 83 puisque Domitien exile Domitia, avant de la rappeler peu après. Les raisons de l'exil sont inconnues mais peuvent être liées à la rumeur qui prête à Domitien une liaison avec Julia Flavia[36], à moins qu'il ne reproche à sa femme son incapacité à lui donner un héritier mâle[34].

Vers 84, Domitia revient au palais impérial[37] où elle demeure jusqu'à la fin du règne de son époux, sans nouvel incident[38]. On sait peu de choses de ses activités en tant qu'impératrice ou de son influence auprès de Domitien mais son rôle semble être resté limité. Suétone nous apprend seulement qu'elle accompagne son mari à l'amphithéâtre.

Dans l'ombre de Titus[modifier | modifier le code]

Buste de Titus daté de 79.

Avant de devenir empereur, le rôle de Domitien dans le gouvernement des Flaviens demeure largement cérémoniel. En juin 71, Titus rentre en triomphe à Rome après la guerre en Judée. Selon Flavius Josèphe, historiographe judéen d'origine juive, la rébellion et sa répression a coûté la vie à plus d'un million de personnes, dont une majorité de confession juive[a 12]. La ville et le temple de Jérusalem sont complètement détruits et pillés, le butin et près de 100 000 prisonniers de guerre sont ramenés à Rome[a 12].

Pour sa victoire, le Sénat accorde à Titus un triomphe. Le jour des festivités, la famille des Flaviens entre à Rome à cheval, précédée d'un défilé portant le butin de guerre[a 13]. La procession familiale est menée par Vespasien et Titus tandis que Domitien, chevauchant un cheval blanc richement harnaché, suit avec les proches de la famille[a 14].

Les meneurs de la résistance juive sont exécutés sur le Forum Romain puis la procession s'achève sur le Capitole où on donne des sacrifices religieux au pied du temple de Jupiter[a 13]. Un arc de triomphe, l'Arc de Titus, est érigé au sud-est du Forum pour commémorer la victoire[39].

Le retour en triomphe de Titus souligne par comparaison l'insignifiance du rôle de Domitien, que ce soit d'un point de vue politique ou militaire. En tant que fils le plus âgé et le plus expérimenté de Vespasien, Titus partage la puissance tribunitienne avec son père, reçoit sept consulats, la censure et le commandement de la Garde prétorienne, ce qui ne laisse aucun doute sur le fait qu'il soit désigné comme héritier au trône[40]. En tant que deuxième fils, Domitien reçoit des titres honorifiques comme Caesar ou Princeps iuventutis, plusieurs titres religieux, comme augur, pontifex, frater arvalis, magister frater arvalium et sacerdos collegiorum omnium[41], mais aucune fonction avec imperium.

Il détient six fois le consulat durant le règne de Vespasien mais seulement un seul qui soit ordinaire (en 73). Les cinq autres fois (en 71, 75, 76, 77 et 79), il est consul suffect, ce qui est moins prestigieux, remplaçant la plupart du temps son père ou son frère vers la mi-janvier[40]. Bien qu'honorifique, ces fonctions ont permis à Domitien d'acquérir une expérience utile au sein du Sénat[41].

Sous Vespasien et Titus, ceux qui n'appartiennent pas à la famille des Flaviens sont exclus des fonctions importantes. Mucien lui-même disparaît à cette époque. Il est possible qu'il soit mort entre 75 et 77[42]. Le pouvoir est concentré entre les mains des Flaviens et le Sénat, affaibli, ne fait qu'en maintenir l'apparence[43].

Titus agissant déjà comme coempereur aux côtés de son père, il n'y a pas de changement radical de politique lorsqu'il succède à son père à sa mort le 23 juin 79. Titus promet à Domitien de l'associer pleinement à l'exercice du pouvoir mais aucun pouvoir tribunitien ou imperium ne lui est confié durant son court règne[44] qui s'achève le 13 septembre 81 lorsque Titus meurt de façon inattendue durant un voyage vers les territoires sabins[44].

Des auteurs antiques ont impliqué Domitien dans la mort de son frère en l'accusant directement de meurtre[a 15] ou en suggérant qu'il ait laissé Titus pour mort[a 14],[a 16], avançant même qu'il n'aurait pas cessé de comploté ouvertement[a 16]. Il est difficile de séparer le vrai du faux étant donné que les sources en question sont connues pour être particulièrement biaisées. Il est probable que Domitien et Titus ne se soient pas sentis très proches l'un de l'autre étant donné que Domitien n'a quasiment plus fréquenté son frère depuis qu'il a sept ans[44].

Quelle que soit la nature de leur relation, Domitien semble avoir fait preuve de peu de soutien auprès de son frère mourant. En fait, alors que Titus agonise encore, il se rend au camp prétorien où il est acclamé empereur[30]. Le lendemain, le 14 septembre, le Sénat confirme les pouvoirs de Domitien, lui octroyant la puissance tribunitienne, la fonction de Pontifex Maximus et les titres d’Augustus et de Pater Patriae[45].

Règne[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Statue de Domitien en imperator, musée du Vatican.

Devenu empereur, Domitien ne maintient pas dans son administration des affaires de l'État une apparence républicaine comme l'ont fait son père et son frère durant leurs règnes[46]. En déplaçant le centre du pouvoir, plus ou moins officiellement, du Sénat vers la cour impériale, Domitien rend ouvertement les pouvoirs du Sénat obsolètes. De son point de vue, l'Empire romain doit être gouverné par une monarchie d'ordre divin à la tête de laquelle il se voit comme un despote bienveillant.

En plus d'exercer un pouvoir politique absolu, Domitien pense que le rôle de l'empereur est d'intervenir dans tous les aspects de la vie quotidienne pourvu d'une autorité culturelle et morale, tel un guide du peuple[47]. Pour amorcer une nouvelle ère, il se lance dans d'ambitieux programmes économique, militaire et culturel avec l'intention de restaurer la splendeur de l'Empire de l'époque d'Auguste[48].

En dépit de ses ambitions grandioses, Domitien semble être déterminé à gouverner l'Empire de façon consciencieuse et sérieuse. Il s'implique dans tous les domaines de l'administration : des édits viennent régler les plus petits détails de la vie quotidienne et les lois, les taxes et la morale publique sont renforcées[49]. Selon Suétone, la bureaucratie impériale n'a jamais été aussi efficace que sous Domitien dont les règles précises et sa nature suspicieuse ont maintenu une corruption très faible parmi les gouverneurs de province et les magistrats élus[50],[51]. Il écarte des tribunaux les jurés qui ont accepté de toucher des pots-de-vin et fait annuler les projets de loi quand il soupçonne un conflit d'intérêt[49]. Il s'assure que les écrits diffamatoires, surtout ceux dirigés contre lui, soient punis d'exil ou de mort[52]. Il fait surveiller les acteurs dont les performances sont autant d'occasions de s'attaquer au gouvernement au travers de satires[53]. Il fait d'ailleurs interdire les représentations publiques des mimes. Domitien mène également de sévères répressions contre les astrologues, les sophistes et les philosophes stoïciens. Vers 84, Dion de Pruse fait partie des premiers philosophes à subir cette politique en étant condamné à l'exil. D'autres stoïciens, comme Helvidus Priscus ou Épictète, subissent le même sort[54].

Même s'il ne semble accorder aucune importance au Sénat sous son règne absolutiste, il fait expulser les sénateurs qu'il juge indignes et ne favorise pas pour autant les membres de sa famille pour occuper les hautes fonctions. Une conduite qui contraste par rapport au népotisme pratiqué par Vespasien et Titus[55]. Dans sa distribution des postes stratégiques, Domitien récompense par dessus tout la loyauté, qualité qu'il trouve plus souvent parmi l'ordre équestre que parmi l'ordre sénatorial ou les membres de sa famille qu'il considère comme suspects. Il n'hésite pas à destituer rapidement ceux qui montrent des signes d'opposition à sa politique[56].

La réalité autocratique du règne de Domitien est encore soulignée par le fait qu'il passe de longues périodes en-dehors de Rome, à l'image de Tibère[57]. Aussi, bien que le Sénat n'ait cessé de perdre en pouvoir depuis la chute de la République, il apparaît que le véritable siège du pouvoir ne se trouve même plus dans Rome mais plutôt où l'empereur se trouve[46]. Jusqu'à la fin de la construction du palais de Domitien sur le Palatin, la cour impériale se trouve à Alba ou Circeo, et parfois même plus loin de Rome. Domitien visite l'ensemble des provinces européennes et passe au moins trois années de son règne en Germanie ou en Illyrie à conduire des campagnes militaires aux frontières[58].

Politique économique[modifier | modifier le code]

Denier de Domitien.

Le revenu annuel de Domitien est estimé à 1 200 millions de sesterces dont près d'un tiers est dépensé pour l'entretien de l'armée[59]. Le programme de reconstruction de Rome représente la deuxième plus grande dépense. En effet, au moment où Domitien accède au trône, Rome porte encore les marques de l'incendie de 64, de la guerre civile de 69 et de l'incendie de 79[52]. La question de savoir si Domitien a laissé l'Empire avec des dettes ou avec de bonnes réserves financières a été largement débattue. Il semble que Domitien soit parvenu à maintenir un économie équilibrée pendant une grande partie de son règne[59].

Réévaluation de la monnaie[modifier | modifier le code]

Peu après son accession au trône, il réévalue la monnaie romaine. Il augmente la pureté de l'argent utilisé pour fabriquer les deniers de 90% à 98%, passant de 2,87 grammes d'argent à 3,26 grammes. La crise financière de 85 le contraint à diminuer le taux de pureté d'argent jusqu'à 93,5%, soit 3,04 grammes[60].

Les nouvelles valeurs après cette dévaluation restent quand même plus élevées que celles que Vespasien et Titus ont maintenu durant leurs règnes. La rigueur de la politique de taxes de Domitien a permis de conserver cette norme pour les onze années suivantes[50]. Les pièces frappées durant cette période ont bénéficié d'un soin particulier, notamment en ce qui concerne la titulature de Domitien et la qualité des portraits au verso[50].

Dépenses pour le Peuple[modifier | modifier le code]

Pour apaiser le peuple romain, il dépense près de 135 millions de sesterces en donativa ou congiaria durant tout son règne[61]. L'empereur remet au goût du jour la pratique des banquets publics qui avait été réduite sous Néron à une simple distribution de nourriture. Il investit des sommes importantes dans les divertissements et les jeux. En 86, il fonde les Jeux Capitolins, une compétition quadriennale comprenant des épreuves d'athlétisme, des courses de chars et des épreuves de chants et de théâtre[62]. Domitien finance lui-même les voyages des compétiteurs qui viennent de tout l'Empire et distribue les récompenses. Il innove dans le domaine des combats de gladiateurs en introduisant des batailles navales, des batailles nocturnes et des combats de gladiateurs femmes ou nains. Enfin, il ajoute deux nouvelles factions d'auriges pour les courses de chars, Or et Violet[63].

Grand projet d'urbanisme[modifier | modifier le code]

Plus qu'un projet de reconstruction, le programme d'urbanisme de Domitien doit marquer le couronnement d'une grande renaissance culturel à travers tout l'Empire. Près de cinquante nouveaux édifices monumentaux sont construits, restaurés ou complétés, plus que ce qui a été fait depuis Auguste[52]. Parmi les monuments les plus importants, on peut citer l'Odéon et le stade sur le Champ de Mars et un immense palais sur le Palatin connu sous le nom de palais flavien ou palais de Domitien qui a été conçu par l'architecte Rabirius[64].

Les travaux de restauration les plus importants menés sous Domitien concernent le temple de Jupiter sur le Capitole qui a été couvert à l'occasion de tuiles dorées. Il fait achever la construction du temple de Vespasien et de Titus, de l'arc de Titus et du Colisée auquel il fait ajouter un quatrième étage[39].

Politique religieuse[modifier | modifier le code]

Athéna à la ciste. Athéna-Minerve est la divinité favorite de Domitien.
Aureus de 87. Au revers figure la représentation de Minerve en armure brandissant un javelot. À ses pieds se tient une chouette.

Domitien observe une pratique rigoureuse de la religion romaine traditionnelle et veille personnellement à ce que les anciennes coutumes et morales romaines soient respectées durant son règne. Pour justifier la nature divine de la dynastie des Flaviens, l'empereur insiste sur le lien privilégié qui l'unit à Jupiter[47], par exemple en faisant restaurer à grands frais le temple qui lui est dédié sur le Capitole. Une petite chapelle dédiée à Jupiter Conservator est élevée près de la maison dans laquelle Domitien s'est réfugiée le 20 décembre 69. Plus tard durant son règne, elle est remplacée par un édifice de plus grandes dimensions dédié à Jupiter Custos[65].

Néanmoins, la divinité qu'il semble préférer est Minerve. Il fait installer un autel privé dédié à cette déesse dans ses quartiers privés, les revers des pièces de monnaie portent plusieurs fois sa figure (au moins quatre fois) et il fonde une nouvelle légion baptisée de son nom : la legio I Minervia[66]. De plus, le forum transitorium qu'il fait construire entre les forums d'Auguste et de Vespasien est fermé sur un côté par un temple dédié à Minerve. Mais les travaux n'étant pas achevés à sa mort, c'est Nerva qui inaugure le forum.

Domitien relance la pratique du culte impérial, tombé en désuétude depuis Vespasien. D'ailleurs, son premier acte en tant qu'empereur est la déification de son frère Titus. Il fait de même pour son fils mort en bas âge et pour sa nièce Julia Flavia. Selon Suétone et Dion Cassius, Domitien se donne officiellement le titre de Dominus et Deus[a 17],[a 18] mais leurs écrits sont à prendre avec précaution puisque Domitien n'utilise pas le titre de Dominus durant son règne[67], que ce soit dans les documents retrouvés ou sur les pièces de monnaie. Il est davantage probable que ce titre ait été effectivement utilisé mais en guise de flatteries dans l'espoir de gagner la faveur impériale[50].

Pour consolider le culte de la famille impériale, Domitien fait élever un mausolée dynastique sur le site de la résidence officielle de Vespasien sur le Quirinal[68] et fait agrandir le temple dédié aux divins Vespasien et Titus sur le Forum Romain[39]. Pour immortaliser les succès militaires des Flaviens, il fait construire le Templum Divorum et le Templum Fortuna Redux et fait compléter l'Arc de Titus.

Ces travaux de construction ne représentent que la partie tangible de la politique religieuse de Domitien qui se traduit également par le renforcement des lois religieuses et de la morale publique. En 85, il se nomme lui-même censor perpetuus, fonction qui a pour tâche de veiller au respect des traditions romaines[69]. Domitien accomplit cette tâche de façon consciencieuse et méticuleuse. Il renouvelle la Lex Iulia de Adulteriis Coercendis qui punit l'adultère d'exil. Parmi la liste des victimes de l'intransigeance de Domitien, on compte un chevalier qui avait divorcé de sa femme et s'était remarié avec elle ou encore un ancien questeur qu'il expulse du Sénat pour s'être donné en spectacle[49].

Les religions étrangères sont tolérées tant qu'elles ne troublent pas l'ordre public ou tentent de s'assimiler à la religion romaine traditionnelle. Le culte des divinités égyptiennes rencontre un grand succès auprès de la population sous les Flaviens, en particulier celui des divinités Sérapis et Isis qui sont identifiées respectivement à Jupiter et Minerve[66].

Les écrits d'Eusèbe de Césarée datés du IVe siècle assurent que les Juifs et les Chrétiens ont subi de sévères persécutions vers la fin du règne de Domitien[a 19],[70], époque à laquelle aurait été composé l'Apocalypse de Jean[71]. Mais même si les Juifs ont été lourdement taxés sous Domitien, aucune source contemporaine ne mentionne des procès ou des exécutions pour un motif religieux, excepté pour des offenses à la religion romaine[72].

Politique extérieure[modifier | modifier le code]

L'Empire romain sous le règne de Domitien.
Inscription de Qobustan, Azerbaïdjan.

La plupart des campagnes militaires entreprises par Domitien sont de nature défensive, l'empereur ne s'étant pas lancé dans une véritable politique expansionniste[73]. Sa plus grande contribution dans le domaine militaire est le développement du Limes Germanicus qui comprend un vaste réseau de routes, de forts et de tours de guets construits le long du Rhin[74]. En 86, Domitien scinde la province de Mésie en deux afin d'améliorer le système défensif[75]. Malgré ce renforcement de la frontière, les campagnes les plus importantes se déroulent en Gaule contre les Chattes et le long du Danube contre les Suèves, les Sarmates et les Daces[76].

À ces guerres défensives s'ajoutent quelques conquêtes comme celle en Bretagne menée par Cnaeus Julius Agricola qui étend les limites de l'Empire jusqu'en Calédonie. On attribue également à Domitien l'inscription romaine trouvée la plus à l'est, taillée dans la roche près de la montagne Boyukdash, aujourd'hui en Azerbaïdjan, et qui mentionne la legio XII Fulminata. D'après la titulature de Domitien sur l'inscription, où figure le titre de Germanicus, l'expédition est datée entre 84 et 96[77]. En Orient, Domitien semble avoir choisi une politique d'annexion plutôt que de préserver les États-clients, politique prônée par Auguste : en 93, à la mort d'Agrippa II, les royaumes d'Arménie Mineure et d'Iturée sont incorporés à l'Empire[75].

Domitien gère l'armée romaine avec le même souci du détail qu'il montre dans les autres branches du gouvernement. Il fait nommer des généraux reconnus pour leurs compétences militaires et désigne généralement deux préfets du prétoire dont il accroît les pouvoirs, l'un des deux l'accompagnant dans ses campagnes sur le Danube[78]. Néanmoins, ses compétences de stratège sont critiquées par ses contemporains[73]. Bien qu'il ait célébré de nombreux triomphes, il s'agirait davantage de manœuvres de propagande que de réelles victoires.

Quoi qu'il en soit, Domitien semble avoir été très populaire auprès des soldats, passant plus de trois années de son règne à leurs côtés, plus que tous les autres empereurs depuis Auguste, et augmentant leur solde d'un tiers[74],[79] (la solde passe de 225 à 300 deniers annuels pour un légionnaire[30]). Bien que l'état-major de l'armée ait pu désapprouver ses choix stratégiques et tactiques, les soldats lui témoignent une solide loyauté[80].

Campagnes contre les Chattes[modifier | modifier le code]

Une fois empereur, Domitien cherche à gagner la gloire militaire qui lui a été refusé jusqu'à présent. Dès 82 ou 83, il part pour la Gaule, officiellement pour organiser un cens, mais il ordonne soudainement d'attaquer les Chattes[81]. Il crée dans ce but une nouvelle légion, la legio I Minervia, qui construit quelques 75 kilomètres de routes en territoire ennemi[76].

On sait peu de choses du déroulement des opérations militaires mais Domitien semble avoir remporté suffisamment de victoires pour se permettre de retourner à Rome à la fin de l'année 83 pour célébrer un grand triomphe à l'issue duquel il se décerne le titre de Germanicus[82]. Ce retour en triomphe de Domitien a été très critiqué à l'époque, les auteurs antiques jugeant cette campagne injustifiée et décrivant le triomphe qui a suivi comme monté de toutes pièces[a 20],[a 21]. Ses allégations semblent se vérifier lors de la révolte de Saturninus en 89 durant laquelle les Chattes jouent un rôle important[74].

Campagnes d'Agricola en Bretagne[modifier | modifier le code]

Statue d'Agricola.

L'un des textes qui détaille le plus une campagne militaire sous les Flaviens et qui nous soit parvenu est la biographie que Tacite a fait de son beau-père Agricola dans laquelle il évoque longuement l'expédition dans le nord de la Bretagne entre 77 et 84[74].

Agricola arrive vers 77 en Bretagne comme gouverneur et lance immédiatement une expédition en Calédonie. En 82, il traverse une rivière qui n'a pas été identifiée avec certitude, défait des peuples inconnus des Romains jusqu'à présent[a 22] et fait fortifier la côte qui fait face à l'Irlande. D'après Tacite, Agricola se serait exclamé que l'île de Bretagne pouvait être conquise avec une seule légion et quelques auxiliaires[83]. Il donne asile à un roi irlandais en exil espérant utiliser sa cause comme prétexte d'invasion de l'île mais la conquête de l'Irlande n'aura jamais lieu[84].

L'année suivante, se détournant de l'Irlande, Agricola fait construire une flotte et dépasse l'embouchure de la Forth, pénétrant en Calédonie. L'avancée de l'armée est assurée par la construction d'un camp légionnaire à Inchtuthil[83]. À l'été 84, Agricola affronte les Calédoniens de Calgacus à la bataille du mont Graupius[a 22]. Bien que les Calédoniens subissent des pertes sévères, les deux-tiers de leur armée parviennent à s'échapper et se réfugient dans l'intérieur des terres, empêchant les Romains de prendre le contrôle de toute l'île de Bretagne[83].

En 85, Domitien rappelle Agricola à Rome après plus de six années passées à gouverner la province de Bretagne, c'est-à-dire beaucoup plus longtemps que les légats consulaires de l'époque flavienne[83]. Selon Tacite, Domitien n'a rappelé Agricola que parce qu'il craint que son prestige efface le mérite de ses modestes victoires en Germanie[a 20]. La relation entre l'empereur et Agricola est ambiguë : d'un côté, Domitien lui accorde les honneurs du triomphe et l'érection d'une statue, mais d'un autre côté Agricola n'obtient aucun autre poste civil ou militaire d'importance en dépit de son expérience et de son renom. Il lui a bien été offert de gouverner la province d'Afrique mais il refuse, soit pour des raisons de santé, soit, comme l'avance Tacite, à cause de l'intervention de Domitien[a 22].

Peu après le retour d'Agricola à Rome, l'Empire romain déclare la guerre au royaume de Dacie. Domitien a besoin de renforcer ses troupes et, en 87 ou 88, il ordonne le retrait d'une grande partie des troupes de Bretagne. Le camp d'Inchtuthil est démantelé et les forts et tours en Calédonie sont abandonnés. La frontière de l'Empire se déplace de quelques 120 kilomètres vers le sud[85]. L'état-major de l'armée romaine a reproché à Domitien cette décision mais pour lui, les conquêtes sur les Calédoniens ne représentent qu'une perte d'argent[74].

Guerres daciques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre dacique de Domitien.

La menace la plus importante à laquelle l'Empire a eu à faire face durant le règne de Domitien apparaît au nord du cours moyen du Danube. Les Suèves, les Sarmates et les Daces harcèlent en continu les colonies romaines installées le long du fleuve. Mais de tous les peuples barbares, les Sarmates et les Daces constituent la menace la plus sérieuse. Vers 84 ou 85, les Daces, menés par Décébale, traversent le Danube et pénètrent dans la province de Mésie, saccageant tout sur leur passage et tuant le gouverneur Oppius Sabinus[86].

Domitien réagit rapidement et lance une contre-offensive qu'il commande en personne, accompagné par le préfet du prétoire Cornelius Fuscus. Ce dernier parvient à repousser les Daces au-delà du Danube vers le milieu de 85 et Domitien retourne à Rome célébrer son second triomphe[87].

Mais la victoire est de courte durée : dès 86, Fuscus se lance dans une expédition punitive en Dacie qui finit en fiasco lors de la bataille de Tapae où les troupes romaines sont massacrées[88]. Cornelius Fuscus est tué et l'aigle de la garde prétorienne est perdue, perte vécue à Rome comme un terrible affront qui ne peut rester impuni.

Domitien retourne en Mésie en août 86. Il réorganise la province en la divisant en deux, d'une part la Mésie inférieure et d'autre part la Mésie supérieure. Il transfère trois légions supplémentaires le long du limes danubien. En 87, les Romains envahissent la Dacie une fois de plus, sous le commandement de Tettius Julianus. Décébale est finalement vaincu vers la fin de 88, au même endroit où Fuscus a été tué[89]. Mais l'attaque finale sur la capitale dace, Sarmizegetusa, qui aurait permis de mettre fin définitivement à la guerre, n'a pas lieu, à cause d'une révolte qui éclate à la frontière avec la Germanie en 89[57].

Afin d'éviter d'avoir à mener une guerre sur deux fronts, Domitien traite avec Décébale qui parvient à obtenir des conditions de paix très favorables. Si les Romains se réservent un accès libre au royaume, en retour Décébale obtient de Rome le versement d'un tribut annuel équivalent à 8 millions de sesterces[57]. Les auteurs contemporains critiquent sévèrement ce traité qui est considéré comme humiliant pour les Romains et qui laissent impunies les morts de Sabinus et de Fuscus[90].

Les Daces restent calmes pendant tout le reste du règne de Domitien, mettant à profit les avantages tirés du traité de 89 pour renforcer leurs défenses[91]. Domitien, qui devait voir dans ce traité un simple gain de temps, souhaite certainement lancer une nouvelle guerre contre les Daces une fois la situation en Germanie de nouveau sous contrôle. Ainsi, il renforce la garnison de Mésie supérieure avec deux unités de cavalerie venant de Syrie et avec au moins cinq cohortes de Pannonie. Mais Domitien n'a pas l'occasion de réaliser ses plans et il faut attendre le règne de Trajan pour que les Romains repassent à l'offensive contre les Daces.

Opposition au régime[modifier | modifier le code]

Révolte de Saturninus[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 89, le gouverneur de Germanie supérieure, Lucius Antonius Saturninus, et les deux légions basées à Mogontiacum (Mayence) (la legio XIV Gemina et la legio XXI Rapax) se soulèvent contre l'empereur avec le soutien d'une tribu des Chattes[80]. La cause précise de la révolte n'est pas connue mais cette dernière paraît avoir été planifiée depuis longtemps. Les officiers des légions impliquées, de rang sénatorial, ont peut-être manifesté ainsi leur opposition à la politique militaire de Domitien comme par exemple sa décision de fortifier le limes Germanicus au lieu se lancer dans une guerre offensive ou encore la retraite de Bretagne[92]. Quoi qu'il en soit, la révolte ne s'étend pas à d'autres provinces et est rapidement détectée. Le gouverneur de Germanie inférieure, Lappius Maximus, intervient, soutenu par le procurateur de Rhétie, Titus Flavius Norbanus. Domitien part de Rome à la tête de la Garde prétorienne et fait venir Trajan d'Hispanie en renfort[93] à la tête de la legio VII Gemina[78].

Un dégel du Rhin empêche les Chattes de traverser le fleuve et de venir soutenir Saturninus[93]. Après 24 jours de révolte, les rebelles sont écrasés et leurs chefs sévèrement punis. Les légions mutinées sont envoyées sur le front d'Illyrie tandis que celles qui ont aidé à vaincre le soulèvement sont récompensées[94]. Lappius Maximus obtient le gouvernorat de Syrie puis le consulat en mai 95 et enfin une fonction religieuse jusqu'en 102. Titus Flavius Norbanus est peut-être nommé préfet d'Égypte et devient préfet du prétoire vers 94 avec Titus Petronius Secundus pour collègue[95].

La répression du soulèvement et les sanctions prises à l'encontre des légions mutinées ont des répercussions jusqu'à Rome, entrainant une rupture durable avec l'aristocratie sénatoriale[78]. L'année qui suit la révolte, Domitien partage le consulat avec Marcus Cocceius Nerva ce qui laisse penser que ce dernier a joué un rôle important dans la découverte de la conspiration[96]. Le choix de Nerva pour collègue au consulat peut être compris comme une volonté de Domitien de montrer que la situation dans l'Empire est de nouveau stable[97].

Relations avec le Sénat[modifier | modifier le code]

Depuis la chute de la République, l'autorité du Sénat romain n'a cessé de diminuer tout au long du principat, système quasi-monarchique institué par Auguste qui autorise l'existence d'un régime dictatorial tout en maintenant des apparences républicaines[98]. La plupart des empereurs ont maintenu, avec plus ou moins de subtilité, cette façade républicaine et en retour, le Sénat a implicitement accepté le statut de monarque de l'empereur[99].

Domitien ne fait preuve d'aucune subtilité à ce sujet. Dès le début de son règne, il met en place un régime au caractère autocratique[99]. Il se méfie des aristocrates et ne craint pas de le montrer en retirant tout pouvoir décisionnel au Sénat. À la place, il se repose sur un cercle restreint d'amis proches et de chevaliers qu'il place aux postes importants[100].

Mais la méfiance est réciproque. Après l'assassinat de Domitien, les sénateurs romains se précipitent au Sénat où ils le condamnent immédiatement à l'oubli (damnatio memoriae)[101]. Durant les règnes des empereurs suivants, les auteurs publieront des écrits où Domitien est systématiquement décrit comme un tyran[99].

Néanmoins, Domitien semble avoir fait quelques concessions envers les sénateurs. Alors que son père et son frère ont concentré les pouvoirs consulaires entre les mains de leur famille, Domitien a accepté qu'un nombre surprenant de provinciaux et d'adversaires potentiels accèdent au consulat ordinaire[43]. Il s'agit peut-être de manœuvres subtiles destinées à se réconcilier les factions hostiles du Sénat. Mais en offrant le consulat à des ennemis potentiels, Domitien a peut-être plutôt voulu les compromettre aux yeux de leurs partisans. Dès que leur conduite lui paraît insatisfaisante, ils sont pour la plupart condamnés à l'exil ou exécutés et leurs propriétés sont confisquées[100].

Tacite et Suétone parlent de persécutions qui vont croissantes jusqu'à la fin du règne de Domitien avec un point culminant en 93 ou peut-être avant, juste après la révolte de Saturninus[a 23],[a 24]. Au moins vingt sénateurs qui s'opposent au régime sont exécutés dont l'ancien époux de Domitia Longina, Lucius Aelius Lamia, et trois membres de la famille de l'empereur, Titus Flavius Sabinus, Titus Flavius Clemens (l'épouse de ce dernier, Flavia Domitilla, est exilée[54]) et Marcus Arrecinus Clemens[102],[n 1]. Quelques-uns d'entre eux sont exécutés dès 83 ou 85. Selon Suétone, certains sénateurs sont convaincus de corruption ou de trahison, d'autres d'accusations plus triviales justifiées par la suspicion de Domitien.

« Il disait souvent : “Quelle misérable condition que celle des princes ! On ne les croit sur les complots de leurs ennemis que quand ils en ont péri victimes”. »

— Suétone (traduction de T. Baudement, 1845), De vita Caesarum, Vie de Domitien, XX

On peut comparer ces exécutions avec celles du règne de Claude et noter que ce dernier a fait exécuter environ 35 sénateurs et 300 chevaliers et a pourtant été déifié par le Sénat et a toujours été considéré comme un des bons empereurs de l'histoire de Rome[103]. Domitien reste incapable d'obtenir le soutien de l'aristocratie, en dépit de ses tentatives de rapprochements, notamment au travers du choix des candidats au consulat ordinaire. Son gouvernement autocratique accentue la perte de pouvoir du Sénat et sa façon de traiter les patriciens et même les membres de sa famille de la même manière que tous les Romains lui a valu leur mépris[103].

Mort et succession[modifier | modifier le code]

L'assassinat[modifier | modifier le code]

Domitien est assassiné le 18 septembre 96 à l'issue d'une conspiration de palais organisée par des membres de la cour[104]. Suétone fournit un récit très détaillé du complot et de l'assassinat dont le principal responsable est selon lui le ministre Parthenius qui souhaiterait venger avant tout l'exécution du secrétaire particulier de Domitien, Epaphroditus[105],[a 25]. Ceux qui se chargent d'assassiner Domitien sont un des affranchis de Parthenius appelé Maximus et un servant de Flavia Domitilla, nièce de l'empereur, appelé Stephanus[106].

Le degré d'implication de la Garde prétorienne dans le complot n'est pas connu avec exactitude. À cette époque, la garde est commandée par Titus Flavius Norbanus et Titus Petronius Secundus. Ce dernier devait être au courant du complot[106]. Dion Cassius, qui écrit près d'un siècle après les évènements, inclut Domitia Longina parmi les conspirateurs mais au vu de sa fidélité affichée envers Domitien, même après la mort de son époux, son implication semble très improbable[107].

Dion Cassius suggère que l'assassinat a été improvisé tandis que pour Suétone, il s'agit d'une conspiration très bien organisée[108]. Se fiant aux prédictions de son astrologue qui lui avait annoncé qu'il mourrait vers midi, Domitien reste plus confiant le reste de la journée. Mais en ce dernier jour de sa vie, Domitien semble inquiet, demandant plusieurs fois l'heure à l'un de ses serviteurs. Ce dernier, impliqué dans le complot, lui ment, affirmant qu'il est bien plus tard que midi. Rassuré, Domitien se rend dans son cabinet pour signer quelques décrets lorsqu'il est attaqué.

« Voici à peu près ce que l'on sait de cette conjuration et de la manière dont périt Domitien. Les conjurés ne sachant ni où ni comment ils l'attaqueraient, si ce serait à table ou au bain, Stephanus, intendant de Domitilla et alors accusé de malversation, leur offrit ses conseils et son bras. Pour détourner les soupçons, il feint d'avoir une blessure au bras gauche, et le porte, pendant plusieurs jours, entouré de laine et de bandages. Le moment venu, il y cache un poignard, et fait demander une audience à l'empereur, pour lui dénoncer une conspiration. Il est introduit ; et tandis que Domitien lit, tout effrayé, l'écrit qu'il vient de lui remettre, Stephanus lui perce le bas-ventre. L'empereur, blessé, cherche à se défendre, lorsque Clodianus, légionnaire émérite, Maxime, affranchi de Parthenius, Saturius, décurion des valets de chambre, et quelques gladiateurs, fondent sur lui, et le frappent de sept coups de poignard. Le jeune esclave chargé du soin de l'autel des dieux Lares, dans la chambre impériale, se trouve là au moment du meurtre, et raconte que Domitien, en recevant la première blessure, lui a ordonné d'aller prendre un poignard caché sous son chevet et d'appeler ses gardes ; mais qu'il n'a trouvé, à la tête du lit, que le manche du poignard, et partout que des portes fermées ; que, pendant ce temps, Domitien, qui a saisi et terrassé Stéphanus, soutient contre lui une lutte acharnée, s'efforçant, quoiqu'il a les doigts coupés, tantôt de lui arracher son arme, tantôt de lui crever les yeux. Il est tué le quatorze des calendes d'octobre, dans la quarante-cinquième année de son âge et la quinzième de son règne. »

— Suétone (traduction de T. Baudement, 1845), Vie des Douze Césars, Domitien, XVII

Le corps de l'empereur est emporté dans un cercueil commun et est incinéré sans cérémonie. Ses cendres sont plus tard mélangées à celles de sa nièce Julia et enfermées dans le temple des Flaviens[109]. Selon Suétone, de nombreux présages ont annoncé la mort de Domitien. Quelques jours avant l'assassinat, Minerve lui serait apparu en songe, lui annonçant qu'elle a été désarmée par Jupiter et ne peut plus assurer sa protection[66],[a 26].

Succession et conséquence[modifier | modifier le code]

Les Fasti Ostienses nous apprennent que le jour même de l'assassinat de Domitien, le Sénat proclame Marcus Cocceius Nerva empereur[110]. Même si l'expérience politique de Nerva est reconnue, le choix reste surprenant. Nerva est âgé, il n'a pas d'enfant et a passé la plus grande partie de a carrière à œuvrer dans l'ombre. De nombreux auteurs antiques en ont déduit qu'il devait être impliqué dans la conspiration[111],[112].

Selon Dion Cassius, les conspirateurs auraient contacté Nerva pour lui proposer de succéder à Domitien, ce qui suggère que Nerva est au moins au courant du complot[113],[a 27]. Son nom n'apparaît pas dans la description des évènements de Suétone, mais ce dernier a pu l'omettre sciemment pour éviter de froisser Trajan puis Hadrien, successeurs directs de Nerva, en suggérant que la dynastie des Antonins trouve son origine dans un meurtre[113].

D'un autre côté, Nerva manque de soutien dans l'Empire et est connu comme un fervent partisan des Flaviens, ce qui aurait dû l'écarter de fait de la conspiration[114]. Son implication demeure mystérieuse mais les historiens modernes pensent que Nerva a uniquement été choisi par le Sénat dans les heures qui ont suivi l'assassinat[110]. La décision a pu être précipitée afin d'éviter les troubles d'une guerre civile comme ce fut le cas à la mort de Néron[115].

Néanmoins, le Sénat se réjouit de la mort de Domitien et condamne sa mémoire l'oubli (damnatio memoriae). Les pièces de monnaie où son portrait ou son nom apparaissent sont fondues, ses arcs de triomphe sont abattus et son nom est effacé de tous les documents publics officiels[116]. Domitien est le seul empereur, avec plus tard Publius Septimius Geta, à avoir été condamné officiellement de la sorte, bien que d'autres empereurs aient pu subir un sort comparable. Malgré tout, les ordres du Sénat sont seulement partiellement exécutés à Rome et en Italie et globalement ignorés dans le reste de l'Empire[116].

Selon Suétone, le peuple romain accueille la nouvelle de la mort de l'empereur avec indifférence mais l'armée est beaucoup plus émue, demandant à ce que Domitien soit déifié. Des émeutes éclatent dans plusieurs provinces[117]. La Garde prétorienne demande à ce que les assassins soient châtiés, ce que Nerva refuse. À la place, il démet Titus Petronius Secundus de ses fonctions de préfet du prétoire et nomme Casperius Aelianus, ancien préfet de Domitien, pour lui succéder, espérant calmer la situation[118]. Mais le retour au calme espéré ne vient pas et la colère des prétoriens conduit à une crise majeure en octobre 97 quand, menés par Aelianus, ils prennent l'empereur en otage dans son palais[119]. Nerva est contraint d'accéder à leur demande et fait arrêter les responsables de la mort de Domitien. Nerva prononce même un discours dans lequel il remercie la garde prétorienne pour son action salutaire. Titus Petronius Secundus et Parthenius sont arrêtés et exécutés. Nerva sort de cette crise très fragilisé[120]. Il réagit en adoptant officiellement Trajan, qui lui succède en janvier 98.

Noms et titres[modifier | modifier le code]

Noms successifs[modifier | modifier le code]

  • 51, il naît TITVS•FLAVIVS•DOMITIANVS.
  • 69, son père Vespasien devient empereur : CAESAR•DOMITIANVS.
  • 81, il accède à l'Empire : IMPERATOR•CAESAR•DOMITIANVS•AVGVSTVS.
  • 83, il prend le titre de Germanicus : IMPERATOR•CAESAR•DOMITIANVS•AVGVSTVS•GERMANICVS.

Titres et magistratures[modifier | modifier le code]

Titulature à sa mort[modifier | modifier le code]

Quand il est assassiné en 96 sa titulature complète est :

IMPERATOR•CAESAR•DOMITIANVS•AVGVSTVS•GERMANICVS, PONTIFEX•MAXIMVS, TRIBVNICIAE•POTESTATIS•XV, IMPERATOR•XXII, CONSVL•XVII, PATER•PATRIAE.

Postérité[modifier | modifier le code]

Historiens antiques[modifier | modifier le code]

L'image de Domitien que donnent la majorité des auteurs antiques est négative, ce qui est peu surprenant si on considère que la plupart de ces auteurs antiques ont des relations étroites avec la classe sénatoriale, quand ils n'y appartiennent pas eux-mêmes, avec laquelle Domitien a toujours eu des échanges tendus[101]. Il faut également noter que les historiens contemporains comme Pline le Jeune, Tacite ou Suétone, ont tous publié leurs écrits concernant Domitien après la fin de son règne et sa condamnation à l'oubli. Leurs points de vue sont seulement contredits par les travaux des poètes Martial et Stace. Mais comme on peut s'y attendre, ces derniers se montrent très favorables à la politique de Domitien, penchant alors dans l'excès inverse : leurs poèmes comparent les réalisations de l'empereur à celles des dieux[121].

Suétone[modifier | modifier le code]

Parmi les auteurs dont les œuvres nous sont parvenues, celui qui s'étend le plus sur la vie de Domitien est Suétone. Né durant le règne de Vespasien, il publie ses écrits sous le règne d'Hadrien. Sa compilation de biographies impériales De Vita Caesarum constitue une des sources les plus importantes en ce qui concerne Domitien. Bien que sa description de l'empereur soit globalement négative, il ne le condamne pas catégoriquement mais explique que son attitude s'est progressivement dégradée tout au long de son règne[122]. Néanmoins, la biographie de Suétone pose des problèmes de cohérence : il se contredit plusieurs fois en présentant Domitien à la fois comme un homme consciencieux et modéré et comme un libertin décadent[13]. Toujours selon Suétone, Domitien aurait feint être un amateur d'art et littérature et ne se serait jamais familiarisé avec les auteurs classiques. Pourtant, dans un autre passage de cette même biographie, Suétone nous apprend que Domitien est féru d'épigrammes ce qui suggère qu'il est en fait fin connaisseur des auteurs classiques. De plus, il s'est durant son règne présenté en patron des poètes et des architectes, a fondé les Jeux Capitolins et a restauré à ses frais une des bibliothèques de Rome après sa destruction lors d'un incendie[13].

On trouve également dans les De Vita Caesarum de nombreuses anecdotes qui amènent à porter un regard sévère sur l'empereur et sa gestion de sa vie privée. Selon Suétone, Domitia Longina est exilée en 83 parce qu'elle aurait eu une liaison avec un acteur célèbre nommé Paris. Lorsque Domitien s'en serait aperçu, il aurait fait exécuter Paris et aurait divorcé de sa femme qu'il aurait ensuite condamné à l'exil. Pendant ce temps, Domitien aurait pris Julia comme maîtresse. Les historiens modernes jugent ces évènements comme hautement improbables ou du moins hautement exagérés. Ces rumeurs auraient en fait permis de souligner l'hypocrisie d'un souverain qui prêche un retour aux valeurs traditionnelles mais qui dans le même temps mène une vie dissolue. Mais malgré ces contradictions et incohérences, la biographie de Suétone est restée une source privilégiée pendant des siècles.

Tacite[modifier | modifier le code]

Bien que Tacite soit considéré comme un des auteurs les plus fiables de cette époque, son point de vue à propos de Domitien semble avoir été altéré par le fait que son beau-père, Cnaeus Julius Agricola, a pu être un ennemi personnel de l'empereur[123]. Dans sa biographie De Vita Agricolae, Tacite maintient que le général a été contraint de se retirer de Bretagne parce que Domitien craignait que ses succès soulignent sa propre incompétence dans le domaine de la guerre. Plusieurs auteurs modernes avancent le contraire : Agricola serait en fait un ami proche de Domitien et Tacite chercherait, en dénigrant la politique de Domitien, à éloigner sa famille de l'ombre des Flaviens déchus au moment où Nerva accède à l'Empire[123],[124].

Toutes les œuvres majeures de Tacite, parmi lesquels les Histoires et De Vita Agricolae, ont été publiées sous les règnes de Nerva et Trajan, successeurs de Domitien. Malheureusement, la partie des Histoires traitant de la dynastie flavienne est perdue. Tacite n'exprime plus son point de vue sur Domitien qu'à travers de brefs commentaires dans les cinq premiers livres des Histoires qui nous sont parvenus et la brève mais très négative description de son caractère dans Agricola. Tacite admet tout de même qu'il a une dette envers les Flaviens qui ont favorisé sa carrière[a 28].

Pline le Jeune et Juvénal[modifier | modifier le code]

Parmi les auteurs influents du IIe siècle, il faut compter Pline le Jeune et Juvénal. Le premier, un ami proche de Tacite, insiste sur l'amorce d'une nouvelle ère à la mort de Domitien, exaltant les règnes de Nerva et surtout celui de Trajan et condamnant irrémédiablement Domitien au rang de tyran. Juvénal également s'attaque sévèrement à Domitien dans ses Satires, décrivant l'empereur et son entourage comme corrompus, violents et injustes. Tous ses écrits ont grandement contribué à établir dès la fin du IIe siècle une tradition présentant Domitien comme un tyran. Cette tradition est ensuite reprise et renforcée par les premiers historiens chrétiens au cours du IIIe siècle qui ont rangé Domitien parmi les premiers grands persécuteurs des Chrétiens.

Réhabilitation moderne[modifier | modifier le code]

Les points de vue hostiles à Domitien se sont propagés jusqu'au début du XXe siècle, époque à laquelle des découvertes archéologiques et numismatiques ont amené les historiens à réviser leur jugement et à analyser sous un nouveau jour les écrits de Tacite et Pline le Jeune. Cette révision commence par une nouvelle approche de la politique économique de Domitien qui n'apparaît plus, et de loin, aussi catastrophique que ce que la tradition laisse entendre[125].

Durant le XXe siècle, les connaissances sur les politiques militaire, administrative et économique de Domitien ont été largement réévaluées. Mais il faut attendre les années 1990 avant que ces études ne soient publiées. Domitien est alors considéré comme un empereur autocrate mais efficace[126]. La majeure partie de son règne s'est déroulée sans réelle opposition mais sa politique a été ressentie par une petite mais bruyante minorité comme despotique et tyrannique.

La politique extérieure de Domitien apparaît réaliste, évitant les conflits expansionnistes et négociant la paix à une époque où la tradition dictait de mener des campagnes de conquêtes. Son programme économique, rigoureux et efficace, a permis de réévaluer la monnaie romaine à un niveau qu'elle n'avait jamais atteint. Les persécutions religieuses à l'encontre des Juifs et des Chrétiens ne sont pas clairement établies[127]. Néanmoins, il est indéniable que le règne de Domitien montre des signes de totalitarisme. Comme empereur, il se considérait lui-même comme un nouvel Auguste, un despote éclairé dont le destin était de mener le peuple romain dans une nouvelle ère, une renaissance flavienne[48].

Les propagandes religieuse, militaire et culturelle ont favorisé l'émergence d'un culte de la personnalité. Domitien fait déifier trois des membres de sa famille et ordonne la construction de grands monuments à la gloire des Flaviens. De grands triomphes ont été élaborés afin de renforcer l'image d'un empereur guerrier alors qu'ils n'étaient peut-être pas mérités[73]. En se décernant le titre de censeur perpétuel, Domitien a clairement cherché à prendre contrôle de la morale publique et privée[69].

Il s'est impliqué personnellement dans toutes les branches du gouvernement et a réussi à limiter la corruption dans l'Empire. Mais l'usage de ses pouvoirs de censeur a entrainé un retrait de la liberté d'expression et a favorisé une attitude de plus en plus oppressive à l'encontre du Sénat. Il condamne plusieurs fois des sénateurs à mort ou à l'exil et sa nature suspicieuse l'amène à faire de plus en plus confiance en des délateurs qui propagent de fausses accusations de trahison[128].

Bien que le règne de Domitien ait été littéralement vilipendé par les historiens antiques, sa politique a permis d'établir de solides fondations pour ses successeurs. Nerva et Trajan se sont montrés moins despotiques mais leurs politiques n'étaient pas sensiblement différentes de celle de Domitien[126]. L'Empire romain a donc connu de 81 à 96 une époque prospère durant un règne que Theodor Mommsen a qualifié de « despotisme sombre mais intelligent[129] ».

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • The Roman Actor de Philip Massinger (1626). Pièce de théâtre dont Domitien est le personnage principal.
  • Josephus and the Emperor de Lion Feuchtwanger, 1942. Dans ce roman, la cruauté et l'hypocrisie de Domitien suggère la tyrannie d'Adolf Hitler.
  • The Ravishers de Jeanne Duval, 1980. Romance historique dont l'héroïne est une princesse gauloise qui est réduite à l'esclavage et ramenée à Rome à l'époque de l'Année des Quatre empereurs.
  • La série de romans policiers Marcus Didius Falco, de Lindsey Davis (le premier est paru en 1989). L'intrigue se déroule durant le règne de Vespasien.
  • The Light Bearer, de Donna Gillepie (1994). Roman historique.
  • Domitia and Domitian de David Corson, 2000. Roman historique basé sur les travaux biographiques de B.W. Jones et P.Southern.
  • Mistress of Rome de Kate Quinn, 2010. Roman historique dans lequel les compétences de Domitien en tant qu'empereur sont ternies par sa personnalité cruelle et suspicieuse à l'égard de son entourage.
  • Roman Hell' de Mark Mellon, 2010. Roman historique qui décrit la montée en puissance et la chute de Domitien et qui suggère que Domitien a joué un rôle déterminant dans la mort de son frère.
  • Roman Games : A Plinius Secundus Mystery de Bruce MacBain, 2010.
  • Master and God de Lindsey Davis, 2012.
The Triumph of Titus de Laurence Alma-Tadema, 1885.

Peinture[modifier | modifier le code]

  • The Triumph of Titus de Laurence Alma-Tadema, 1885. Ce tableau représente la procession triomphale de Titus et de sa famille. Vespasien, vêtu de la robe du Pontifex Maximus, marche en tête, suivi de Domitien et de son épouse Domitia Longina. Derrière avance Titus, revêtant la regalia religieuse. Un échange de regard entre ce dernier et Domitia Longina suggère une relation intime qui a fait spéculer les historiens[34].

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • La Rivolta dei Pretoriani, 1964. Film italien de Alfonso Brescia dans lequel un complot fictionnel tente de renverser Domitien, joué par Piero Lulli, qui est devenu un despote cruel et meurtrier. Les conspirateurs sont rejoints par la garde prétorienne.
  • Dacii, 1967. Fils roumain de Sergiu Nicolaescu à propos des campagnes daciques de Domitien joué par György Kovács.
  • Age of Treason, 1993. Téléfilm britannique adapté des romans policiers de Lindey Davis. L'histoire se déroule sous le règne de Vespasien. Domitien, joué par Jamie Glover, est un personnage secondaire.
  • San Giovanni - L'apocalisse, 2003. Téléfilm britannique concernant les persécutions supposées des Chrétiens sous Domitien qui est joué par Bruce Payne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La nature de la condamnation de Marcus Arrecinus Clemens n'est pas connue avec précision, il a peut-être été exilé plutôt qu'exécuté (voir Jones (1992), p. 187).

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Jones 1992, p. 3.
  2. a et b Jones 1992, p. 1.
  3. a et b Jones 1992, p. 2.
  4. Jones 1992, p. 8.
  5. Jones 1992, p. 7.
  6. Jones 1992, p. 9-11.
  7. a et b Jones 1992, p. 11.
  8. Townend 1961.
  9. Waters 1964, p. 52-53.
  10. a, b et c Jones 1992, p. 13.
  11. Murison 2003, p. 149.
  12. a, b, c et d Jones 1992, p. 16.
  13. a, b et c Jones 1992, p. 198.
  14. Morgan 1997, p. 209.
  15. a et b Waters 1964, p. 54.
  16. Martin 2007, p. 129.
  17. Martin 2007, p. 96.
  18. Morgan 1997, p. 214.
  19. Martin 2007, p. 97.
  20. a et b Sullivan 1953, p. 69.
  21. Wellesley 2000, p. 44.
  22. Wellesley 2000, p. 45.
  23. a et b Sullivan 1953, p. 68.
  24. Wellesley 2000, p. 126.
  25. Wellesley 2000, p. 166.
  26. Wellesley 2000, p. 189.
  27. a, b, c et d Jones 1992, p. 14.
  28. Wellesley 1956, p. 207-214.
  29. a, b et c Jones 1992, p. 15.
  30. a, b, c et d Petit 1974, p. 124.
  31. Jones 1992, p. 17.
  32. a et b Jones 1992, p. 33.
  33. Jones 1992, p. 34.
  34. a, b et c Jones 1992, p. 36.
  35. Jones 1992, p. 161-162.
  36. Jones 1992, p. 39.
  37. Varner 1995, p. 200.
  38. Jones 1992, p. 34-35.
  39. a, b et c Jones 1992, p. 93.
  40. a et b Jones 1992, p. 18.
  41. a et b Jones 1992, p. 19.
  42. Crook 1951, p. 162-175.
  43. a et b Jones 1992, p. 163.
  44. a, b et c Jones 1992, p. 20.
  45. Jones 1992, p. 21.
  46. a et b Jones 1992, p. 22.
  47. a et b Jones 1992, p. 99.
  48. a et b Jones 1992, p. 72.
  49. a, b et c Jones 1992, p. 107.
  50. a, b, c et d Jones 1992, p. 109.
  51. Canduci 2010.
  52. a, b et c Jones 1992, p. 79.
  53. Jones 1992, p. 54.
  54. a et b Petit 1974, p. 126.
  55. Jones 1992, p. 164.
  56. Jones 1992, p. 178-179.
  57. a, b et c Jones 1992, p. 150.
  58. Jones 1992, p. 26-28.
  59. a et b Jones 1992, p. 73.
  60. Jones 1992, p. 75.
  61. Jones 1992, p. 74.
  62. Jones 1992, p. 103.
  63. Jones 1992, p. 105.
  64. Jones 1992, p. 84-88.
  65. Jones 1992, p. 88.
  66. a, b et c Jones 1992, p. 100.
  67. Jones 1992, p. 108.
  68. Jones 1992, p. 87.
  69. a et b Jones 1992, p. 106.
  70. Smallwood 1956, p. 1-13.
  71. Brown 1997, p. 805-809.
  72. Jones 1992, p. 119.
  73. a, b et c Jones 1992, p. 127.
  74. a, b, c, d et e Jones 1992, p. 131.
  75. a et b Petit 1974, p. 125.
  76. a et b Jones 1992, p. 130.
  77. Millar 2002, p. 51.
  78. a, b et c Petit 1974, p. 128.
  79. Syme 1930, p. 55-70.
  80. a et b Jones 1992, p. 144.
  81. Jones 1992, p. 128.
  82. Jones 1992, p. 129.
  83. a, b, c et d Jones 1992, p. 132.
  84. Reed 1971, p. 143-148.
  85. Jones 1992, p. 133.
  86. Jones 1992, p. 138.
  87. Jones 1992, p. 139.
  88. Jones 1992, p. 141.
  89. Jones 1992, p. 142.
  90. Jones 1992, p. 195.
  91. Salmon 1936, p. 83-105.
  92. Jones 1992, p. 145.
  93. a et b Jones 1992, p. 146.
  94. Jones 1992, p. 149.
  95. Jones 1992, p. 148-149.
  96. Grainger 2003, p. 30.
  97. Murison 2003, p. 150.
  98. Waters 2003, p. 198-218.
  99. a, b et c Jones 1992, p. 161.
  100. a et b Jones 1992, p. 169.
  101. a et b Jones 1992, p. 160.
  102. Jones 1992, p. 187.
  103. a et b Jones 1992, p. 192.
  104. Jones 1992, p. 193.
  105. Grainger 2003, p. 16.
  106. a et b Grainger 2003, p. 19.
  107. Jones 1992, p. 37.
  108. Grainger 2003, p. 5.
  109. Jones 1992, p. 38.
  110. a et b Murison 2003, p. 153.
  111. Murison 2003, p. 151.
  112. Grainger 2003, p. 4-27.
  113. a et b Jones 1992, p. 194.
  114. Syme 1983, p. 121-146.
  115. Jones 1992, p. 196.
  116. a et b Grainger 2003, p. 49.
  117. Grainger 2003, p. 32-33.
  118. Grainger 2003, p. 40.
  119. Grainger 2003, p. 94-95.
  120. Syme 1980, p. 64-80.
  121. Jones 1992, p. 32.
  122. Waters 1964, p. 51.
  123. a et b Jones 1992, p. 58.
  124. Dorey 1960, p. 66-71.
  125. Syme 1930.
  126. a et b Gowing 1992.
  127. Jones 1992, p. 114-119.
  128. Jones 1992, p. 180.
  129. Syme 1930, p. 67.
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • (fr) Paul Petit, Histoire générale de l'Empire romain : le Haut-Empire, Éditions du Seuil,‎ 1974
  • (en) A. Canduci, Triumph and Tragedy : The Rise and Fall of Rome's Immortal Emperors, Sydney, Pier 9,‎ 2010
  • (en) F. Millar, Rome, the Greek World, and the East : The Roman Republic and the Augustan revolution, UNC Press Books,‎ 2002

Ouvrages et articles sur le règne de Domitien[modifier | modifier le code]

  • (en) Brian W. Jones, The Emperor Domitian, Londres, Routledge, coll. « Roman Imperial Biographies »,‎ 1992, 304 p. (ISBN 978-0415101950)
  • (en) Llewelyn Morgan, « Achilleae Comae : hair and heroism according to Domitian », The Classical Quarterly (New Series), vol. 47,‎ mai 1997, p. 209-214
  • (en) K. H. Waters, The character of Domitian, Phoenix, Classical Association of Canada,‎ 1964
  • (en) Eric R. Varner, « Domitia Longina and the Politics of Portraiture », American Journal of Archaeology,‎ 1995
  • (en) E.-M. Smallwood, « Domitian's attitude towards the Jews and Judaism », Classical Philology, vol. 51,‎ 1956, p. 1-13
  • (en) N. Reed, The Fifth Year of Agricola's Campaigns, Britannia,‎ 1971
  • (en) Ronald Syme, Domitian : The Last Years, Chiron 13,‎ 1983
  • (en) T. A. Dorey, Agricola and Domitian, Greece & Rome,‎ 1960
  • (en) Ronald Syme, « Imperial finances under Domitian, Nerva and Trajan », The Journal of Roman Studies, vol. 20,‎ 1930
  • (en) A. M. Gowing, Review : The Emperor Domitian, University of Washington, Bryn Mawr Classical Review,‎ 1992

Ouvrages et articles sur les Flaviens[modifier | modifier le code]

  • (fr) Catherine Salles, La Rome des Flaviens : Vespasien, Titus, Domitien, Perrin, coll. « Pour l'Histoire »,‎ 2002, 277 p. (ISBN 978-2262014759)
  • (fr) Régis Martin, Les douze Césars, du mythe à la réalité, Librairie Académique Perrin, coll. « Tempus »,‎ 2007, 478 p. (ISBN 978-2262026370)
  • (en) John D. Grainger, Nerva and the Roman Succession Crisis of AD 96–99, Londres, Routledge, coll. « Roman Imperial Biographies »,‎ 2003
  • (en) Charles L. Murison, « M. Cocceius Nerva and the Flavians », Transactions of the American Philological Association, vol. 133,‎ 2003, p. 147-157
  • (en) P. B. Sullivan, « A Note on the Flavian Accession », The Classical Journal, vol. 49,‎ 1953, p. 67-70
  • (en) Kenneth Wellesley, The Year of the Four Emperors, Londres, Routledge, coll. « Roman Imperial Biographies »,‎ 2000 (3e  éd.), 272 p. (ISBN 978-0415236201)
  • (en) Gavin Townend, « Some Flavian Connections », The Journal of Roman Studies, vol. 51,‎ 1961
  • (en) John A. Crook, « Titus and Berenice », The American Journal of Philology, vol. 72,‎ 1951, p. 162-175
  • (en) Ronald Syme, « The Imperial Finances under Domitian, Nerva and Trajan », The Journal of Roman Studies, vol. 20,‎ 1930, p. 55-70
  • (en) K. H. Waters, The Second Dynasty of Rome, vol. 17, Classical Association of Canada,‎ 2003, p. 198-218

Ouvrages et articles divers[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenneth Wellesley, « Three Historical Puzzles in Histories 3 », The Classical Quarterly, Cambridge University Press,‎ 1956, p. 207-214
  • (en) R. E. Brown, An Introduction to the New Testament, New York, Doubleday,‎ 1997
  • (en) E. T. Salmon, « Trajan's Conquest of Dacia », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, Johns Hopkins University Press, vol. 17,‎ 1936, p. 83-105
  • (en) Ronald Syme, « Guard Prefects of Trajan and Hadrian », The Journal of Roman Studies, vol. 70,‎ 1980, p. 64-80

Articles connexes[modifier | modifier le code]