Ivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ivoire (homonymie).
Ivoire
Ivoire travaillé

L'ivoire est une substance dure, blanche, opaque qui est la matière principale des dents et des défenses d'animaux comme l'éléphant, l'hippopotame, le morse, le narval, le cachalot, le phacochère. En France le mot ivoire s'applique préférentiellement (et commercialement) à l'ivoire d'éléphant ou de mammouth[1].

Depuis la préhistoire, l'homme taille et sculpte l'ivoire. Avant l'introduction du plastique, l'ivoire était utilisé pour fabriquer des objets usuels : billes de billard, touches de piano, boutons, éventails, manches de couvert, reliures de livres.

Zoologie[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

La composition chimique des dents et des défenses des mammifères est la même quelle que soit l'espèce considérée. L'ivoire est composé de dentine et résulte d'une minéralisation de la matrice extracellulaire par les odontoblastes (des cellules présentes dans la pulpe). Une des caractéristiques des défenses d'éléphants, en comparaison à la plupart des dents des autres mammifères, est de ne pas posséder d'émail.

D'une manière générale, la structure de l'ivoire peut être comparée à celle du bois : l'ivoire prélevé sur un éléphant récemment mort se contracte en séchant (on parle d'ivoire vert) ; il peut tout aussi bien se gonfler dans un environnement humide ; une fois sec, il reste fragile le long des fibres. Par ailleurs, la calcification graduelle est directement visible sur une section de défense, puisque, à l'image des cerceaux concentriques des troncs d'arbre (dendrochronologie), il est possible de constater les étapes de la formation de l'ivoire sur les cercles concentriques entourant le noyau central, et d'en déduire l'âge de l'éléphant.

Le commerce de certaines dents et défenses autres que l'éléphant est bien établi et répandu. Aussi, le terme ivoire peut être correctement utilisé pour décrire toute dent ou défense de mammifère d'intérêt commercial qui est suffisamment grande pour être sculptée.

Dents et défenses[modifier | modifier le code]

Les dents et les défenses ont la même origine. Les dents sont des structures spécialisées adaptées pour mastiquer la nourriture. Les défenses, qui sont de grosses dents projetées au-delà des lèvres, ont évolué à partir des dents et donnent à certaines espèces un avantage évolutif. Les dents de la plupart des mammifères consistent en une racine et une couverture.

Les dents et les défenses ont la même structure : pulpe, dentine, cément et émail. La partie la plus interne est la cavité de la pulpe qui est un espace vide dans la dent, et qui se moule sur la forme de la pulpe. Les cellules odontoblastiques sont alignées sur la cavité de la pulpe et sont responsables de la production de la dentine. La dentine, qui est le principal composant des objets en ivoire sculpté, forme une couche d'épaisseur constante autour de la cavité de la pulpe et en constitue la masse.

La dentine est un tissu connectif minéralisé avec une matrice organique de protéines de collagène. Le composant inorganique de la dentine est la dahllite. La dentine contient une structure microscopique appelée tubule dentinal : ce sont des micro-canaux qui rayonnent vers l'extérieur par le dentine à partir de la cavité de la pulpe jusqu'à la frontière externe du cément. Ces canaux ont des configurations différentes selon les ivoires et leurs diamètres sont compris entre 0,8 et 2,2 micromètres. Leur longueur est déterminée par le rayon de la défense. La configuration tridimensionnelle du tubule dentinal est déterminée génétiquement et est donc une caractéristique spécifique à l'ordre biologique.

Les défenses d'éléphant pèsent entre vingt cinq et cent vingt kilogrammes[2].

Les dents et les défenses d'ivoire peuvent être taillées dans une variété presque infinie de formes et d'objets. Quelques exemples d'objets taillés en ivoire : petites statues, netsukes, bijoux, poignées de plats et assiettes, incrustations de meubles et touches de piano. De plus, les défenses et les dents du phacochère, du cachalot, de l'épaulard et de l'hippopotame peuvent aussi être creusées ou taillées en surface, conservant ainsi leurs formes originales comme des objets morphologiquement reconnaissables.

Utilisation par l'homme[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

L'ivoire a toujours été un matériau précieux, sculpté depuis plusieurs millénaires par l'homme. En raison de son origine animale, la récupération d'ivoire a constitué une véritable menace pour les espèces qui en sont pourvues.

Le musée de Dieppe présente une collection importante d'objets sculptés en ivoire.

Quelques exemples d'utilisation de l'ivoire :

L'ivoire d'éléphant[modifier | modifier le code]

Portage d'ivoire au Congo belge

Les éléphants ont été particulièrement chassés pour leurs défenses, à tel point que dans certaines régions d'Afrique et d'Asie, leur patrimoine génétique serait en train d'évoluer. En réalité, cette évolution vient probablement du fait qu'il existe naturellement des éléphants non munis de défenses ; ces éléphants n'étant pas chassés pour l'ivoire peuvent se reproduire plus longtemps que les éléphants avec défenses : ce n'est donc pas une mutation, mais un remplacement. Actuellement, les éléphants sont protégés, et l'impact du braconnage sur l'évolution des populations d'éléphants est très difficile à quantifier. Une étude publiée en août 2014 suggère cependant qu'entre 2010 et 2012, une moyenne de 33 630 éléphants étaient tués par braconnage.[3]

Du fait du déclin des populations d'animaux producteurs d'ivoire, l'importation et la vente d'ivoire sont interdites ou sévèrement réglementées dans de nombreux pays. Il existe une interdiction internationale du commerce de l'ivoire depuis 1989.

Substituts et imitations[modifier | modifier le code]

La faible disponibilité de l'ivoire incite les protecteurs des éléphants et les faussaires à développer des techniques poussées pour imiter l'ivoire.

Ivoire fossile[modifier | modifier le code]

Ivoire « fossile » de mammouth, dégradé

L'ivoire fossile de mammouth, est abondant en Sibérie. Il a été vendu ou confondu avec l'ivoire d'éléphant ou sert aussi de remplacement à l'ivoire d'espèces actuellement vivantes. Il semble avoir été exploité depuis plusieurs siècles.

« M. Tilesius rapporte un passage de M. Klaproth, d'où il résulte que ces cadavres encore garnis de chair préservée par les glaces ne sont pas une chose absolument rare. Les Chinois même en ont quelque idée, et il est question, dans leurs livres, d'une prétendue souris grande comme un buffle qui habite, des cavernes dans les contrées septentrionales, et dont les os se laissent aisément travailler. Ce ne peut être que le mammont (mammouth) des Russes, ou l'éléphant fossile ; et la fable même généralement adoptée par les peuples de Sibérie, que le mammont vit sous terre, et qu'on ne le prend jamais en vie, mais qu'on en trouve quelquefois le corps encore frais et ensanglanté, ne peut tenir qu'à ces cadavres que l'on aura découverts ainsi conservés par le froid. L'abondance de ces os en Sibérie est telle que, malgré l'immense quantité que l'on vend et que l'on emploie journellement dans les arts, ils ne semblent pas avoir diminué : l'on creuse rarement des puits ou de fondations sans en découvrir ; et des îles entières, dans les mers glaciales, semblent en être formées ».[4]

Ivoire végétal[modifier | modifier le code]

Parfois, il ne s'agit que de trouver un substitut naturel qu'il soit animal ou végétal. On utilise ainsi : Ivoire végétal (Tagua, corozo), casque corné du cacatoès, bois, os, résine de copal fossile),

Les graines de certains végétaux -Ivoire végétal- gagnent en popularité comme remplacement de l'ivoire bien que leur dimension limite leurs usages.

Les associations écologistes préconisent l'utilisation d'un substitut naturel à l'ivoire nommé « Ivoire végétal », issu du commerce équitable.

Celluloïd[modifier | modifier le code]

Le celluloïd a été découvert aux États-Unis vers 1870 suite à une mise en concours de la découverte d'un substitut à l'ivoire pour la fabrication des billes de billard.

Les techniques des faussaires font parfois appel à du plastique pour obtenir des imitations plus convaincantes (assemblage sous pression de plaques de cellulose, moulage de plastiques) que les simples moulages au plâtre enduit d'un produit à base de cire.

Ivoirine[modifier | modifier le code]

Sculpture moulée en ivoirine

Sans être vraiment une imitation, l'ivoirine est fait de l'ivoire « reconstitué ».
Les débris d’ivoire résultant de la taille des objets sont réduits en poudre et mélangés à un liant. Le mélange ainsi obtenu –genre pâte à pain- sera coulé dans un moule.

Par son aspect lisse et l’impossibilité de déterminer le pourcentage de poudre d'ivoire présent dans la pièce (sans la détruire) font que les objets en ivoirine sont apparentés à des objets en celluloïd ou en résine plastique.

L'os[modifier | modifier le code]

L'os, par son aspect proche de celui de l'ivoire, a toujours été un substitut bon marché de l'ivoire.
Mais avec le temps l'os -de bœuf et de chameau notamment- jaunit et sa structure ne permet pas de réaliser des objets d'art aussi finement sculptés que ceux en ivoire.

Expressions et symbolique[modifier | modifier le code]

Expressions[modifier | modifier le code]

  • Une tour d'ivoire, c'est une retraite où s'isole quelqu'un qui refuse tout contact ou tout engagement.
  • Une porte d'ivoire, c'est la porte des songes trompeurs (empruntée par Énée pour quitter le monde souterrain dans l'Énéide de Virgile).

Symbolique[modifier | modifier le code]

Les noces d'ivoire symbolisent les 14 ans de mariage (62 ans selon les versions) dans le folklore français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ivoire brut a été appelé morfil, de l'espagnol marfil, de l'arabe ʿaẓm al-fīl (عظم الفيل) (mot à mot : os d'éléphant) (c.f. Définitions lexicographiques et étymologiques de « morfil » (sens 1) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales)
  2. G. Labadie-Lagrave, Les chasseurs d'Ivoire, in Supplément littéraire du dimanche, p. 3, Le Figaro, Paris, 28 septembre 1908.
  3. (en) « Illegal killing for ivory drives global decline in African elephants », sur PNAS
  4. Journal des savants, p 14, institut de France, Charles Giraud, Janvier 1817, Imprimerie royale, Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Exemple de publication du réseau TRAFFIC initié par le WWF pour notamment lutter contre le trafic de l'ivoire.