Alexis V Doukas Murzuphle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'empereur de Trébizonde, voir Alexis V de Trébizonde.
Alexis V Doukas Murzuphle
Empereur byzantin
Image illustrative de l'article Alexis V Doukas Murzuphle
Règne
28 janvier 1204 - 12 avril 1204
&&&&&&&&&&&&&0752 mois et 14 jours
Période Ange par mariage
Précédé par Nicolas Kanabos
Suivi de Constantin (XI) Lascaris (empereur grec de Nicée)
Alexis Ier Grand Comnène (empereur grec de Trébizonde)
Michel Ier Ange Doukas (despote d'Épire)
Baudouin Ier de Flandre (empereur latin de Constantinople)
Biographie
Décès décembre 1204
Épouse Eudoxie Ange
Liste des empereurs byzantins

Alexis V Doukas surnommé Murzuphle (dont les sourcils se rejoignent ) (en grec byzantin Αλέξιος Ε' Δούκας ο Μούρτζουφλος), est un empereur byzantin mort en décembre 1204. L'historien français Louis-Pierre Anquetil le désigne sous le nom d'Alexis dit Murtzuphle aux gros sourcils.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille noble, il occupe à la Cour la charge de protovestiaire ; il épouse Eudoxie Ange, troisième fille d'Alexis III. Il renverse Isaac II, Alexis IV et Nicolas Kanabos en janvier 1204, durant la période troublée de la Quatrième croisade.

Devenu Empereur, Alexis V montre une très grande autorité : il renforce les murs et les tours de Constantinople, renforce la garde de la ville mais refuse d'acquitter les tributs promis par ses prédécesseurs, ce qui irrite les croisés. Ceux-ci s'emparent de la ville le 12 avril 1204. Ayant vainement tenté de mobiliser ses sujets, Alexis V s'enfuit. Il épouse alors Eudoxie Ange et tente une contre-offensive, qui échoue. Il cherche alors refuge chez son beau-père Alexis III qui lui fait arracher les yeux. Séparé de son épouse et fuyant il est en novembre 1204, capturé par les « Francs » (c'était ainsi que les Grecs nommaient tous les Occidentaux alors) commandés par Thierry de Loos, amené à Constantinople et jugé par Baudouin Ier de Flandre.

Ce dernier le condamne à « avoir les os brisés, comme il les avait brisés au jeune Alexis ». On le fait monter au haut de la colonne de Théodose on l'attache à une planche avant de le précipiter dans le vide[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Bréhier, Vie et mort de Byzance, Albin Michel, coll. L'évolution de l'humanité, Paris, 1946, (ISBN 2-226-05719-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicétas Choniatès et Geoffroi de Villehardouin, cités par Robert Guilland dans Études Byzantines « La destinée des empereurs de Byzance », p.16