Othon (empereur romain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Othon.
Othon
Empereur romain
Image illustrative de l'article Othon (empereur romain)
Denier à l'effigie d'Othon
Règne
D’abord usurpateur puis légitime
15 janvier 6916 avril 69 (~3 mois)
Période Année des quatre empereurs
Précédé par Galba
Usurpé par Vitellius
Suivi de Vitellius
Biographie
Nom de naissance Marcus Salvius Otho
Naissance 28 avril 32 - Ferentium(Italie)
Décès 16 avril 69 (36 ans) - Brescello
Père Lucius Otho
Mère Terentia Albia
Épouse Poppée (? - 62)
Liste des empereurs romains

Othon (latin : Imperator Marcus Otho Caesar Augustus) (32-69) est un empereur romain qui régna de janvier à avril 69. Son frère aîné, Lucius Salvius Otho Titianus, fut consul en 52.

Biographie[modifier | modifier le code]

La vie d'Othon est connue par les biographies de Suétone[1] et de Plutarque[2], complétées par les annales de Tacite et celles de Dion Cassius.

Origine et débuts[modifier | modifier le code]

Ses ancêtres étaient originaires du bourg de Ferentium. Né en 32 après J.-C. à Ferentium en Étrurie[3],[4], mort à Bedriacum le 16 avril 69, Marcus Salvius Otho est issu d'une famille de notables de la gens Saluia : son grand-père est sénateur, son père proconsul d'Afrique sous Tibère, et est élevé au rang de patricien par l'empereur Claude[5].

Selon Suétone, Othon était un personnage assez peu recommandable et disposé à tout pour parvenir à ses fins. Il séduisit ainsi une vieille courtisane dans le seul but d'entrer en contact avec Néron dont il devient l'un des favoris et partage les frasques de jeunesse. Les auteurs soulignent sa coquetterie comme efféminée[6] et lui prêtent une complicité homosexuelle avec l'empereur[7] ou avec ses mignons[8].

Suétone prétend que mis au courant de l'intention de Néron d'assassiner Agrippine, sa mère, il lui prête une assistance concrète en organisant un repas le soir du meurtre pour donner le change[7].

Il tombe cependant en disgrâce en refusant de restituer Poppée qu'il avait épousée pour complaire à Néron, mais dont il tomba réellement amoureux[9]. En conséquence, il est envoyé comme gouverneur en Lusitanie, poste habituellement occupé par un ancien préteur alors qu'il n'est qu'ancien questeur. Selon Suétone, il y officie « avec une modération et un désintéressement exceptionnels ». Ce séjour forcé de dix ans doit l'assagir, car les auteurs anciens ne rapportent plus aucun scandale à son propos pour cette période, ni durant son bref règne[10].

Usurpation et règne[modifier | modifier le code]

Cherchant à se venger, Othon prend le parti de Galba en avril 68 pour se débarrasser de Néron. Mais quand Galba adopte Pison en janvier 69, il voit ses rêves d'accession au pouvoir suprême s'écrouler. Criblé de dettes, il n'a d'autre solution que de se débarrasser par le meurtre de Galba et de Pison, avec l'aide de prétoriens qu'il soudoie. La conjuration est passablement improvisée, mais elle réussit : Galba est tué en plein forum le 15 janvier 69. Othon se présente aussitôt au Sénat.

Il se veut continuateur de Néron, et le venge en obligeant au suicide le préfet du prétoire Tigellin, qui avait trahi et abandonné Néron. Il poursuit la construction de la Domus aurea, avant que Vespasien, Titus et Trajan ne la réaménagent en espaces publics et la délaissent. Il continue la politique de Claude d'extension aux provinciaux du droit de cité, et l'accorde à la tribu des Lingons.

Si Othon est reconnu par les armées du Danube, d'Orient et d'Afrique, l'armée du Rhin est en état de rébellion depuis le 1er janvier 69. Son chef Vitellius se fait proclamer en Germanie inférieure. Il reçoit le soutien des légions de Belgique, d'Espagne, de Bretagne et de Rhétie, et marche sur l'Italie.

Othon quitte Rome le 14 mars pour l'affronter sans attendre le renfort de l'armée du Danube. Après deux petites victoires dans le nord de l'Italie, il est vaincu le 14 avril à Bedriacum près de Vérone. Othon décide alors de se donner la mort le 16 avril avec une dignité qui surprend Suétone. Tous les auteurs classiques, Suétone, Tacite, Dion Cassius rendent hommage au courage et au désintéressement d'Othon.

Noms et titres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Noms successifs[modifier | modifier le code]

  • 32, naît MARCVS•SALVIVS•OTHO
  • 68, accède à l'Empire : IMPERATOR•MARCVS•OTHO•CAESAR•AVGVSTVS

Titres et magistratures[modifier | modifier le code]

Titulature à sa mort[modifier | modifier le code]

Lors de son suicide en 69 la titulature de Othon était :

IMPERATOR•MARCVS•OTHO•CAESAR•AVGVSTVS, TRIBVNICIAE•POTESTATE•I, IMPERATOR•I, CONSVL•I

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Suétone, vie des douze Césars, Othon
  2. Plutarque, Vies parallèles, XVII
  3. Suétone, Vie des douze Césars, Othon, 1
  4. Aurelius Victor, Epitome de Caesaribus, Othon
  5. François Zosso et Christian Zingg, Les Empereurs romains, édition Errance, 1995, pp. 29-31
  6. Plutarque, Vie de Galba, 25 ; Suétone, Othon, 12
  7. a et b Suétone, Othon, 2, 3
  8. Dion Cassius, LXIV, 8
  9. Suétone, Othon, 3,2
  10. Régis Martin, Les douze Césars, du mythe à la réalité, p. 158

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]